Appel (du 16 juin) et résistance : le CSA et Al-Aqsa

22 juin 2010
Par

"Je regarde Al-Aqsa et je vous appelle à en faire autant !" dit le slogan qui accompagne le logo d'Al-Aqsa, une chaîne créée par le Hamas en 2004. Cela ne va pas être facile pour le téléspectateur européen. Le 16 juin, le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), soutenu par la Commission européenne ou bien à sa demande selon les versions (dépêche Reuters), a en effet appelé l'opérateur satellite européen Eutelsat à retirer de son offre Al-Aqsa, proposée par un diffuseur présent à Bahreïn, Noorsat.

Pour les Européens et les Français, il s'agit de faire appliquer la loi qui interdit explicitement l'incitation à la violence et à la haine, ce qui serait le cas de nombre de programmes d'Al-Aqsa. Parmi ceux qui ont été incriminés, soigneusement "monitorés" par des organismes tels que le MEMRI, figure semble-t-il un dessin animé pour enfants, qui "détourne" le personnage de Mickey pour en faire un héros de la résistance palestinienne (la souris en question finit par mourir sous les coups des forces israéliennes : voir ce billet). La chaîne ayant fait appel (le 18 juin ?), elle aurait bénéficié d'un délai de deux jours selon un article dans Al-Quds al-'arabi (davantage selon la dépêche Reuters déjà citée).

Ce n'est pas la première fois que le CSA appelle à la fermeture d'Al-Aqsa, et que celle-ci doit faire face à des tentatives pour la faire taire. En janvier 2009 et à l'incitation du Centre Simon Wiesenthal, le CSA avait déjà adressé la même demande. Une demande qui tombait mal, ou à point nommé selon les points de vue, puisque les bâtiments d'Al-Aqsa venaient d'être bombardés par l'aviation israélienne aux premiers jours de son attaque contre la bande de Gaza, ce qui n'avait pas suffi pour stopper ses émissions, poursuivies depuis une unité mobile (que l'aviation israélienne n'arrivait pas à faire taire, tout comme elle n'avait pu le faire avec Al-Manar, la chaîne du Hezbollah, durant la guerre de l'été 2006 - elle aussi interdite par le CSA...).

Peu commentée en France, cette décision a en revanche fait des vagues dans le monde arabe. Alors que certains médias plutôt pro-américains présentaient l'affaire de façon assez neutre (voir cet article en arabe sur Al-Arabiya par exemple), Al-Quds al-'arabi a publié, le jeudi 17 juin, un éditorial, signé par Abdel-Bari Atouane (عبد الباري عطوان), qui donne le ton d'une partie de l'opinion. Ci-dessous l'essentiel de son argumentaire (c'est une synthèse, et non pas une traduction littérale) pour ceux qui ne peuvent pas profiter de l'original (accessible ici) :

L'interdiction de la chaîne Al-Aqsa à la demande des gouvernements européens et de celui de la France en particulier met en évidence l'influence d'Israël et le caractère fallacieux de leurs belles paroles sur la liberté d'expression. Et ce n'est pas la première fois : il y avait déjà eu [en décembre 2004] l'interdiction de la chaîne du Hezbollah, Al-Manar, et celle de journaux irakiens et arabes lors de la première guerre du Golfe en 1990. Certes, Al-Aqsa n'est pas la BBC, mais elle n'est pas pire que FoxNews. Elle parle au nom d'un gouvernement élu (alors que la France accueille sur son sol des mouvements qui contestent les autorités légitimes du Darfour, tout comme elle l'avait déjà fait dans le cas de l'Irlande et avant cela pour l'Iran au temps de Khomeiny).

Au temps de la France libre, la Résistance n'avait-elle pas des émissions de radio ? On l'accuse de diffuser une émission pour enfants avec un Mickey qui appelle à la résistance : peut-on attendre autre chose d'un pays soumis à un tel blocus depuis quatre ans ? On attendrait plutôt du gouvernement français qu'il interdise les médias de l'Etat qui viole toutes les règles du droit international. Un gouvernement qui fait semblant d'oublier l'utilisation de passeports français par le Mossad lors de l'assassinat d’al-Mabhouh [le cadre du Hamas assassiné à Dubaï en janvier dernier]. Si l'on comprend bien, les victimes devraient accepter les bombes qui déchiquètent leurs enfants et s'abstenir d'appeler à la résistance ?!!!

Une telle absence de compassion pour la population de Gaza peut difficilement se comprendre après tous ces discours dans les médias il y a quelque temps sur les malheureux passagers Européens bloqués dans les aéroports par le nuage de cendre… Pourquoi interdire une station qui n'est pas un danger pour la France puisqu'elle ne s'adresse même pas à ce public étant intégralement en arabe ? Parce qu'elle incite à la violence ? La résistance est donc devenue de l'extrémisme ?!

L'alignement pro-israélien de la France lui fait perdre sa crédibilité dans le monde arabe. Les responsables français feraient mieux de méditer les déclarations du chef du Mossad, ou celle du chef des forces américaines en Afghanistan, le général McChrystal, quand ils parlent d'Israël devenu un fardeau moral et sécuritaire pour l'Occident.

Cette décision à courte-vue ne sert qu'à renforcer Israël dans sa politique d'intimidation brutale.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : France, Palestine, télévision

12 commentaires pour “ Appel (du 16 juin) et résistance : le CSA et Al-Aqsa ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Rezo.net and Rezo, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Appel (du 16 juin) et résistance : le CSA et Al-Aqsa http://bit.ly/bPhrSB [...]

  2. Isabelle Mayault le 23 juin 2010 à 12:11

    Très instructif mais désespérant ! Le couple "peur panique du terroriste arabe"/"acceptation tranquille d'un discours néo-libéral bien digéré" semble avoir en Occident de beaux jours devant lui. Avec les répercussions que l'on sait sur la perception en Occident du conflit israélo-palestinien (cf événements récents)

  3. AbdelmajidB le 23 juin 2010 à 16:35

    C'est étrange, mais cet article m'a de suite rappelé ce vieux documentaire:

    http://leweb2zero.tv/video/cbknikii_234bdd9d6977c99
    http://leweb2zero.tv/video/cbknikii_254bdd9f2193447
    http://leweb2zero.tv/video/cbknikii_774be035486d8fa

    NB: Il y'a 3 parties... et je ne l'ai pas retrouvé aileurs que chez Karl Zéro (désolé :'(

  4. tüp bebek istanbul le 23 juin 2010 à 16:36

    a été un article que j'ai aimé. Merci pour le partage....

  5. Meïr Waintrater le 24 juin 2010 à 17:31

    Cher Monsieur,

    Je lis régulièrement vos chroniques, que je trouve souvent réfléchies et intéressantes. Mais là, j'avoue que j'ai du mal à vous suivre.

    Vous semblez ne pas savoir quels sont les motifs de la décision du CSA. Or il suffit de consulter le site Internet du CSA pour lire la décision adoptée par l'Assemblée plénière du 3 novembre 2009, où il est précisé: «L’opérateur satellitaire Eutelsat a été mis en demeure en raison de propos tenus sur la chaîne palestinienne Al Aqsa les 9 mars, 14 et 15 mai 2009».

    Quant à la nature de ces propos, il suffit de lire un site qui n'est pas connu pour être pro-israélien pour y trouver ce texte:
    4http://www.ism-france.org/news/article.php?id=13993&type=communique&lesujet=Sionisme
    où sont indiquées les références des émissions incriminées:
    «Les 8 et 9 mars 2009 : http://www.memritv.org/clip/en/2060.htm
    Le 14 mai 2009 : http://www.memritv.org/clip/en/2128.htm
    Le 15 mai 2009 : http://www.memritv.org/clip/en/2169.htm»

    Je vous laisse le soin d'écouter ces émissions (surtout la deuxième et la troisième), ainsi qu'une émission plus récente comme celle-ci:
    http://www.youtube.com/watch?v=UGvuRdvY1aw

    Je serais heureux d'avoir votre avis sur le contenu de ces émissions, et sur une question subsidiaire: si ces propos étaient diffusés depuis la France, encourraient-ils une sanction pénale, et cette sanction serait-elle justifiée?

    Bien à vous,

    Meïr Waintrater,
    directeur de la rédaction de L'Arche, le mensuel du judaïsme français

    • Yves Gonzalez-Quijano le 27 juin 2010 à 17:57

      A vous-même, ainsi qu'aux autres commentateurs, acceptez mes excuses. Apparemment, les commentaires ont été bloqués un certain temps et ne sont réapparus qu'aujourd'hui, en rafale.
      Pour ce qui est des motifs de l'interdiction d'Al-Aqsa, il me semble que le billet indique clairement qu'il s'agit de l'application de la loi réprimant l'incitation à la haine et à la violence. Quant aux liens que vous proposez vers le MEMRI, je reprendrai volontiers à mon compte les termes d'un commentateur "réfléchi", Brian Whitaker, du Guardian : "Basically, a propaganda machine." (En suivant ce lien, les lecteurs trouveront une démonstration plus détaillée concernant une telle allégation.
      Vous imaginez bien que je ne suis pas aussi régulièrement que les experts du MEMRI les émissions d'Al-Aqsa, et mon billet ne cherchait pas à critiquer fondamentalement cette décision. Comme toujours dans ces chroniques, il m'a semblé utile de revenir sur cette info, de remettre certaines choses en perspective, et de donner à lire, à côté d'autres analyses plus faciles à trouver en français, un point de vue arabe sur la question, chose que nos médias francophones font trop peu souvent à mon sens.

  6. khalloud le 28 juin 2010 à 8:41

    1° tout matériau fourni par le Memri est à prendre avec la plus grande précaution, s'agissant d'un outil bien connu de propagande israélienne.
    2° je n'ai pas pu visionner toutes les vidéos (certaines ne se chargent pas), mais seulement l'émission du 14 mars et le clip youtube. Même sans supposer des manipulations de montage, on remarque que ce matériau contient toutes sortes de propos qui doivent être appréciés avec nuance. Il faut faire la part entre ce qui est dénonciation (légitime) de la barbarie israélienne, appel (légitime) à la résistance, dénonciation (légitime) de la mainmise du lobby pro-israélien sur les médias américains - et par ricochet, européens, généralisation (illégitime et inacceptable) des griefs aux juifs en tant que tels.
    3° Si le but est d'affirmer qu'il arrive à des commentateurs arabes de se laisser aller à des propos antisémites, c'est indéniable et doit être combattu avec vigueur, y compris de l'intérieur du monde arabe. Il faut cependant noter qu'il est difficile de combattre ces dérives aussi longtemps que les intellectuels et médias pro-israéliens assimilent toute critique d'Israël à de l'antisémitisme et font taire ou délégitiment les voix juives dissidentes (cf. Finkelstein) - tendant ainsi à propager l'illusion que tous les juifs sans exception font corps avec la politique (barbare) d'Israël.
    4° quant à la question de savoir si certains propos émis depuis la France seraient censurés ou non, une réponse positive en dirait plus long sur la politique actuelle de la France (alignement aveugle sur les positions américaine et israélienne) que sur la légitimité ou non de ces propos.

  7. Meïr Waintrater le 28 juin 2010 à 14:43

    Cher Monsieur (cette réponse s'adresse également à khalloud),

    Je connaissais l'article du Guardian; un texte de facture analogue a été oublié par Le Monde diplomatique. L'un et l'autre tombent dans le travers classique qui consiste à dénier le message en attaquant le messager.

    Si des observateurs sympathisants du monde arabe publiaient eux-mêmes des vidéos et/ou des transcriptions de discours antijuifs paraissant dans les médias arabes, je m'en contenterais parfaitement. (Soit dit en passant, les dérapages anti-arabes dans les médias israéliens, qui sont très rares et n'ont jamais approché le degré de virulence des émissions d'Al-Aqsa au sujet des Juifs, sont aussitôt publiées et dénoncées par des Israéliens.) En l'absence de telles sources alternatives, je ne puis que m'informer là où l'information est disponible.

    Les dénonciations de la politique israélienne, aussi vives soient-elles, sont légitimes autant dans les médias arabes que dans les médias français. Ce qui est inadmissible, ici comme là-bas, c'est la mise en cause d'une collectivité humaine en tant que telle.

    Le délire antisémite figurant dans la dernière vidéo en date, celle dont j'ai donné le lien sur YouTube, mérite à lui seul une condamnation de la part de toute personne décente. S'il avait été diffusé par un média français, j'ose espérer qu'il aurait été sanctionné (le terme de "censure" est-il approprié?), tout comme l'aurait un délire semblable visant les Arabes, ou les Noirs, etc. Je ne puis donc que comprendre la décision du CSA.

    Bien à vous,

    M. W.

    P.S.: Si vous croyez que la longue citation du "Discours de Benjamin Franklin" est une "information" apportée par "l'expert en créativité" interviewé par Al-Aqsa, sachez que ce discours n'a jamais existé. Il s'agit d'un texte inventé dans l'entre-deux-guerres par des nazis américains. Voir, par exemple:
    http://en.wikipedia.org/wiki/The_Franklin_Prophecy

    • Meïr Waintrater le 28 juin 2010 à 14:55

      Complément au message précédent: en cliquant sur le lien en fin de message, je me suis aperçu que j'avais péché par anglomanie. Il existe une entrée Wikipédia française sur le "Discours de Benjamin Franklin", et elle semble plus complète que l'entrée anglaise. La voici:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Prophétie_de_Franklin

      M. W.

    • Meïr Waintrater le 28 juin 2010 à 16:39

      Complément:

      khalloud n'ayant pu visionner deux des vidéos mentionnées dans mon premier message, je les ai trouvées sur Internet – la première sur YouTube, la seconde sur un site que je connais pas (mais le clip est le même que celui de Memri) . Les voici:
      http://www.youtube.com/watch?v=m2PKSZOTFaI
      http://www.mefeedia.com/watch/31588577

      Je souhaiterais que mes interlocuteurs prennent la peine de visionner les diverses vidéos dont il a été question ici (quatre au plus), et donnent leur avis sur le contenu de ces vidéos et sur la responsabilité de l'émetteur (en l'occurrence, Al-Aqsa).

      Je suis aussi sensible que quiconque aux aspirations des peuples à la justice et à la reconnaissance. Mais tout dialogue doit reposer sur l'acceptation préalable d'un certain nombre d'interdits moraux. C'est cela, me semble-t-il, qui est en jeu ici.

      Bien à vous,

      M. W.

    • khalloud le 28 juin 2010 à 18:37

      Monsieur Waintrater,
      Il me semble avoir dit suffisamment clairement que les discours antisémites (qui attaquent les juifs comme collectivité) sont inacceptables et doivent être condamnés.
      Mon inquiétude quant à l'actuelle attitude française vient du fait que même les critiques légitimes de la politique israélienne tendent désormais à être classées indistinctement dans la catégorie "antisémitisme", ce qui ne fait qu'exacerber celui-ci.
      Par ailleurs, je ne sache pas qu'on a interdit définitivement d'émission la chaîne TF1 lorsque des propos racistes, notamment à l'encontre des Noirs ou des Arabes (cf Zemmour par exemple), y ont été tenus.

      Cordialement

      khalloud

  8. Aimeci le 7 août 2010 à 19:54

    Euh, je viens de regarder le lien youtube, bon, mis à part que les propos tenus par l'intervenant sont condamnables. Quelqu'un connaît si la pub à laquelle il fait référence dans la fin de la vidéo existe vraiment ???
    Merci.


Carnets de recherche