Le marché de l'art arabe (1/2) : galeries d'art au coeur de l'axe du Mal

27 mai 2007
Par


Dans Que s'est-il passé ?, cet ouvrage où affleure à chaque page un européocentrisme affligeant de prétention savante, sinon de vulgaire racisme, Bernard Lewis, le distingué orientaliste qui a eu l'insigne honneur de contribuer à la brillante politique américaine en Irak, a osé énoncer ce puissant diagnostic : les musulmans - et donc les Arabes - n'ont pu réellement assimiler les charmes de la musique classique occidentale parce que celle-ci repose, fondamentalement, sur un principe de coopération entre les membres de l'orchestre, "sur l'harmonie sinon l'unisson", autant de vertus qui échappent à l'homo islamicus !

Des affirmations gratuites qui avaient suscité en leur temps la fureur du regretté Edward Saïd, grand ami de Daniel Barenboïm, avec qui il a fondé le West-Eastern Divan Orchestra, un orchestre classique réunissant de jeunes interprètes israéliens et arabes. (Il faut lire leur livre d'entretiens, Parallèles et Paradoxes. Explorations musicales et politiques, publié au Serpent à Plumes en 2003.)

Dans le domaine des arts visuels, le jugement du grand inspirateur de la politique arabe des Neo Cons est moins sévère et donc, puisque son "jugement" nous y autorise, enfonçons-nous au coeur de l'axe du Mal pour découvrir les mutations du marché de l'art syrien, en prenant pour guide un excellent article paru dans le supplément culturel du quotidien libanais Al-Safir du 25 mai.

Pour brosser le tableau, rappelons que la Syrie, le Levant ou encore les "pays de Shâm" (يلاد الشام) en général, furent au coeur de la Renaissance - culturelle et politique - arabe du XIXe siècle. Sans surprise donc, la région adopta, dès cette époque, la peinture de chevalet à l'occidentale tandis qu'ouvraient, au début du XXe siècle, les premières institutions privées et publiques d'enseignement de la peinture.

Plus près de nous, dans la Syrie indépendante et sous l'égide des politiques des pays socialistes très influents à cette époque, l'Etat a cherché à soutenir, développer, encadrer aussi, les différentes formes de création artistique, inévitablement "progressistes", "engagées", "pour le peuple"... Comme dans nombre d'autres pays arabes, ces politiques culturelles ont contribué à la formation de plusieurs générations pour lesquelles accéder aux différentes formes de pratiques artistiques représentait une promotion totalement inespérée. Comme ailleurs, l'Egypte de Sadate a valeur de paradigme sur ce point, ces politiques ont été réduites drastiquement au fil des années, quand elles n'ont pas été purement et simplement abandonnées.

Jusqu'il y a peu, le marché de l'art damascène semblait voué à une totale déshérence. En dépit de tous ses efforts, le célèbre Abou Naïm (lire cet entretien publié en 2006 dans le quotidien Al-Thawra), l'ancien vendeur de légumes émigré au Nigéria et revenu chez lui au début des années 1980 pour travailler comme encadreur, n'arrivait plus à faire survivre les artistes locaux en leur prêtant, contre leurs toiles, de quoi payer un loyer, acheter un médicament ou tout simplement à boire.

Il existait bien quelques galeries - Ashtar dirigée par un artiste, Issam Darwish, la galerie-atelier d'un des pionniers de l'art syrien moderne, Fateh al-Mudarres (فاتح المدرس), la Galerie Atassi fondée en 1993 ou même la (belle) fondation de l'artiste syrien Mustafa Ali (voir ce reportage dans le mensuel Syria Today), mais rien de tout cela ne pouvait laisser présager le véritable boom que connaît le marché de l'art syrien depuis quelques mois.

Et cela parce que, fin 2006, un jeune banquier syro-suisse, Khaled Samawi (خالد السموي), installé depuis peu dans la capitale syrienne, a décidé de rompre radicalement avec les habitudes locales en créant un nouveau lieu d'exposition. Située dans le vieux quartier de Mezzé, la galerie Ayyâm (Les jours) offre des conditions sur lesquelles la concurrence peine à s'aligner : professionnalisme des catalogues, de la scénographie, et surtout, pour la première fois sur le marché local, proposition de véritables contrats (d'exclusivité) avec les artistes.

Pour ce jeune investisseur, c'est le moment d'agir sérieusement sur un marché scandaleusement sous-évalué. Offrir aux meilleurs artistes locaux une "rente" d'un millier de dollars par mois n'est donc pas forcément une mauvaise opération. Et pour débusquer les nouveaux talents, rien de mieux qu'un concours doté de quelque 20 000 dollars au total, grâce au mécénat d'acteurs privés (dont celui du Four Seasons, un luxueux palace, propriété du magnat saoudien al-Walid Ibn Talal, qui vient d'être inauguré).

Quelques semaines plus tard, Art House ouvrait également ses portes non loin de là, dans un ancien palais rénové et avec des moyens financiers comparables à ceux de la galerie Ayyam, ce qui suscite chez quelques mauvais esprits des interrogations sur l'origine des capitaux investis et en tout cas sur la rentabilité de toutes ces opérations. Le nouveau "complexe", dirigé par une femme, Imane Urabi (ايمان عربي), associe salle de détente, bibliothèque, salle d'exposition et chambres d'hôtes pour les artistes de passage.

S'agit-il d'investissements à fonds perdus ? D'argent utilisé en fonction de logiques qui ne sont pas strictement économiques ? La question est posée mais c'est un fait que, depuis l'ouverture des ces deux galeries d'un nouveau genre, les prix ont déjà grimpé en flèche : cinq fois le cours en vigueur il y a quelques mois seulement ! Il faut dire que le monde arabe, et la région du Golfe en particulier, est en passe de devenir un des lieux les plus actifs du marché international de l'art (on en reparlera dans le prochain billet).

Difficile en tout cas pour les galleristes de la génération précédente de s'opposer à cette évolution, et plus encore pour les jeunes artistes locaux de rester sourds aux sirènes de la modernité financière. Même dans la fière Damas, capitale de l'axe du Mal, avec son marché de l'art naguère si "provincial" mais si génial, avec ses artistes fidèles à leurs convictions "progressistes" désuètes, on est entré dans l'ère du marché de l'art globalisé (c'est le marché qui est globalisé, mais l'art aussi, peut-être).


Du haut vers le bas, oeuvres de Abdelki, Fateh el-Moudarres, Marwan, Abdallah Mrad, Nazir Ismaïl et Safwan Dahoul.

Pour ceux que la question intéresse, le site Syrian Art propose une galerie virtuelle présentant nombre d'artistes syriens, et arabes.

Voir également sur le site La Syrie la présentation, en français, des grandes figures de la peinture syrienne moderne par Boutros Maari.

Dernière minute ! Ce fait-divers, raconté dans un article dans le quotidien Al-Quds al-arabi du 29 mai, qui confirme, sous un jour inattendu, le bouleversement des règles du marché de l'art syrien. Pour la première fois dans les annales du pays sans doute, un critique et artiste syrien vient d'être emprisonné sous l'accusation de vol de tableaux ! Ebloui par les possibilités ouvertes par la soudaine hausse des prix des toiles, ledit critique n'a pas pu se retenir de décrocher à l'intérieur du bâtiment de la présidence de l'Université deux toiles d'un artiste reconnu, Mahmoud Hammad (cf. image d'une autre de ses oeuvres) pour les vendre à la Gallerie Atassi... 90 000 livres syriennes tout de même, de quoi arrondir son pécule pour s'acheter une petite maison dans la coquette banlieue de Artouz...


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : beaux-arts, Syrie

8 commentaires pour “ Le marché de l'art arabe (1/2) : galeries d'art au coeur de l'axe du Mal ”

  1. rachid djemai artistepeintre algerie le 5 juin 2009 à 15:03

    bonjour, certains critiques d'art occidentaux notamment francais pensent à tort ou à raison
    que le monde arabo musulman n'est pas dans le coup en ce qui concerne les arts plastiques;et que tout ce tra lala qui se passe à Dubai qui veut devenir la plaque tournante de l'art contemporain n'est que du vent brassé par des Emirs riches en mal de reconnaissance culturel.
    C'est vrai que l' on voit souvent des médiocrités d'artistes locaux ou autres artistes arabes accrochées aux cimaises des galeries.
    Personnellement je souhaite la réussite à tout ceux qui investissent dans les ARTS dans le monde arabe,afin de démontrer aux détracteurs qu'il existe bel et bien des Artistes de tres haut niveau dans le monde arabe,et qu'un marché de l'Art dans ce meme monde
    fera le bonheur de beaucoup de plasticiens arabes.
    bonnes bises d'ALGER

  2. cpa le 5 juin 2009 à 17:37

    Bonjour Rachid : allez voir ce site, et regardez les billets sur la question que vous évoquez : il y a des choses passionnantes !

  3. Khalloud le 6 juin 2009 à 11:34

    "les musulmans - et donc les Arabes - n’ont pu réellement assimiler les charmes de la musique classique occidentale parce que celle-ci repose, fondamentalement, sur un principe de coopération entre les membres de l’orchestre, “sur l’harmonie sinon l’unisson”, autant de vertus qui échappent à l’homo islamicus ! "

    De deux choses l'une: soit ce type n'a jamais entendu un takht arabe avec 'oud, qanoun et nay communier en s'accompagnant, en s'interpellant et en se répondant au rythme d'un riqq, soit il est sourd comme un pot... Par ailleurs, s'il est vrai que la musique arabe s'est engagée dans une direction différente de la musique classique occidentale en approfondissant sa richesse mélodique (des dizaines de maqam ou modes mélodiques là où la musique européenne ne connaît que les modes majeur et mineur) et qu'elle s'est moins investie - excepté quelques tentatives intéressantes - dans le travail d'harmonie, en tirer des conclusions pareilles relève à tout le moins d'une vision partiale et étriquée...

  4. cpa le 6 juin 2009 à 18:15

    Ben oui, il n'y a pire sourd que celui qui ne veut entendre ! Et dire qu'on chante (!) ses louanges sur nos méfias préférés !!!

  5. Khalloud le 6 juin 2009 à 21:50

    jolis, ces "méfias"... on ne se méfie jamais assez de la mafia des médias ;-)

  6. Lunettes rouges le 5 août 2009 à 8:46

    C'est aussi la Syrie...