Caricatures arabes (2/3) : la caricature de l’islam

2 septembre 2007
Par


C’est bien volontairement que l’on peut lire le titre de ce billet de multiples façons, l’une d’entre elles pouvant faire référence à la récente émission d’Arte du 28 août dernier (“Ces musulmans qui disent non à l’islamisme”), encensée par Libération, France Culture et même Le Monde… Sur l’excellent blog d’Alain Gresh du Monde diplomatique, on trouvera une ou deux informations supplémentaires qui éclairent assez bien les intentions de cette grande soirée thématique…

Sharon “rôti” par les flammes de la Palestine

A mille lieux des clichés journalistiques sur l’islam/l’islamisme (des termes devenus équivalents ou presque), vit dans cette grande prison à ciel ouvert qu’est devenue la “bande de Gaza” une jeune femme assez étonnante. Clairement engagée dans les rangs du mouvement Hamas (son premier mari, membre des brigades Izzeddine el-Qassam (عز الدين القسام), est mort au combat en 2003), elle appartient à cette “mouvance extrémiste” dont on nous dit qu’elle ne supporte pas les représentations figurées et moins encore les caricatures !

Sauf qu’Omeyya Joha (أمية جحا) – c’est son nom – est une des très rares femmes à exercer professionnellement le métier de dessinatrice de presse. Couronnée par le prestigieux prix de la presse arabe en 2001, elle fut également, semble-t-il, la première caricaturiste dans la région à ouvrir un site internet, lequel, on s’en serait douté, fait régulièrement l’objet d’attaques informatiques. En effet, on l’accuse régulièrement de livrer des dessins que certains jugent antisémites (à vous de juger en allant voir cet article du Centre d’étude du terrorisme de l’Institut [israélien] du renseignement). L’un des journaux pour lesquels elle travaillait à Gaza aurait même été bombardé à la suite d’une caricature particulièrement mordante contre Sharon).

C’est votre seul refuge après Dieu

Depuis 1998, juste après ses études en mathématiques à l’université Al-Azhar au Caire, Omeyya Joha travaille régulièrement pour la presse arabe. Elle y signe régulièrement ses dessins d’une clé qui symbolise la situation des Palestiniens exilés depuis la guerre de 1948 et la création de l’Etat israélien.

Tout en reconnaissant sa filiation avec les grands maîtres de la caricature auxquels elle emprunte par exemple l’utilisation récurente de personnages symboliques – le Palestinien Naji Ali naturellement mais également Mahmoud Kaheel dont on parlera la prochaine fois -, Omeyya Joha a réussi à imposer sa propre manière de mettre l’expression plastique au service de la critique politique.

En haut, 21/03/68, bataille de Karamé (première “victoire” militaire de la résistance);
en bas, la même résistance en mars 2002

Son apparition sur la scène de la caricature arabe, un domaine particulièrement prisé des lecteurs, est une autre façon de percevoir une “nouvelle frontière” entre intellectuels, un changement de paradigme auquel il a déjà été fait allusion ici à propos de la visite de Mahmoud Darwich à Haïfa : d’une part, cet art exclusivement masculin doit composer aujourd’hui avec la présence des femmes (on en reparlera également la semaine prochaine), mais surtout, aux voix des intellectuels de gauche nationalistes apparues à partir du milieu du XXe siècle se joignent désormais celles de militants et militantes qui appartient à une nouvelle génération et qui participent de la démarche dite « islamiste » sans hésiter pour autant à s’immiscer dans les codes graphiques et culturels de la culture contemporaine. (Une démarche qui fait naturellement penser à celle du Hamas lorsqu’il emprunte la figure de Mickey pour ses émissions enfantines à fort message politique.)

L’islam politique sait se servir de l’art de la caricature. En revanche, la manière dont on nous le présente relève bien souvent de la caricature !


Deux articles( 1 et 2) sur le site islamonline, naturellement très intéressé, de par ses propres orientations politiques, par cette artiste militante.
Pour compléter le billet précédent, un riche dossier publié en hommage à Naji Ali par Al-Akhbar et un site sur la caricature arabe qui présente, entre autres artistes dont on parlera la prochaine fois, quelques-uns de ses dessins.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : image, Palestine

Un commentaire pour “ Caricatures arabes (2/3) : la caricature de l’islam ”

  1. hafidha314 le 3 septembre 2007 à 5:18

    c’est fait volontairement ce parallèle dans la caricature entre le refuge 1 et le refuge 2 : entre “al miftâh” (ici des clefs sans portes) et Dieu dont un des attributs est “al-fattâh” celui qui ouvre sans clefs, a toutes les clefs et sert de clefs ? quel sens prendre ?


Carnets de recherche