Départ d’un ami des livres

Mohieddine Labbad s’en est allé il y a quelques jours, au Caire. C’était un très grand artiste, et un ami. Né en 1940, il faisait partie de cette génération qui avait grandi avec la Révolution égyptienne. Il a consacré une bonne partie de sa vie aux enfants du monde arabe, pour lesquels il souhaitait de beaux livres, des livres qui parlent d’eux et qui ne soient pas la mauvaise copie, ou la médiocre traduction, de ce que l’industrie internationale du livre pour la jeunesse publie. Découvrez absolument le dossier que la bibliothèque de Montreuil lui a consacré (c’est ici).

“Abou Milli” ‘(le père millimètre), comme on le surnommait dans les imprimeries du Caire, tellement il pouvait être exigeant, faisait partie de ces “gens du livre” qui font honneur à la culture arabe. Modeste, il aura aussi consacré une bonne partie de sa vie à donner une chance aux jeunes artistes dans les multiples projets éditoriaux auxquels il a participé.

Mohieddine s’en est allé, mais il reste sous nos yeux, tout simplement parce que c’est lui qui est derrière les maquettes de bien des quotidiens ou des revues arabes que nous lisons.

Si vous arrivez à le trouver (il y en a parfois chez les soldeurs), achetez Le carnet du dessinateur, son seul album jamais traduit en français.

Pour les arabisants (mais après tout, les illustrations parlent d’elles-mêmes !), un bel article dans Al-Akhbar, et une présentation sur le site de Al-Marefa, une sorte de Wikipedia arabe, le genre de chose que Mohieddine Labbad aimait, parce qu’il était fier d’appartenir à cette culture.

Illustration du haut : dessin de presse de M. Labbad, publié dans Al-Ahali au début des années 1990.


12 réflexions au sujet de « Départ d’un ami des livres »

  1. « A cette époque, nous avons découvert une couleur appelée « rose chair ». Nous l’achetions toute prête, en tube ou bien dans de petites bouteilles. Tous, nous nous en servions pour colorier les visages, les mains, certaines parties du corps de nos personnages. Nous ne faisions pas attention au fait que les tubes de peinture venaient d’Europe ou d’Amérique. On les vendait chez nous mais ceux qui les avaient fabriqués l’avait fait pour eux, pour imiter la couleur de leur peau à eux.

    Un jour que je dessinais, mon regard est tombé sur ma main qui tenait le pinceau avec lequel je coloriais des personnages. La différence était évidente ! Ma peau n’avait pas du tout la même couleur ! Etonné, j’ai arrêté ce que j’étais en train de faire et j’ai même cessé totalement par la suite d’utiliser cette teinte toute prête. J’ai appris à préparer moi-même une couleur spéciale pour le visage, les mains, les jambes et le corps. C’est celle de ma peau et de la peau des miens . »

    ELLABBAD Mohieddine, Le carnet du dessinateur, édition Mango jeunesse, 1999.

  2. Arkoun est mort. Je sais que vous êtes très occupé, mais je ne crois pas être le seul à ouvrir CPA tous les jours dans l’espoir d’y trouver un billet sur Mohammed Arkoun.

  3. Bonjour M. YGQ,
    Qu’est-ce qu’on s’ennuie sans vos articles !!! Je clique de temps en temps sur CPA dans l’espoir de trouver quelque nouvelle, mais rien, depuis trois semaines… Vous êtes sûr que vous ne vous voulez pas reprendre un peu l’écriture, ne serait-ce qu’à mi-temps (disons, toutes les quinzaines) ?!
    Bien cordialement,

    1. C’est gentil, je vous promets, c’est sur la gaz, ça mijote, ça commence même à sentir bon… Merci d’apprécier ma popote en tout cas ! A biedntôt, promis !

  4. lundi 4 octobre..
    Quand aurons-nous le plaisir de vous lire à nouveau ?? les lundis ne sont plus aussi intéressants depuis que vous n’écrivez plus.. Quel dommage..
    YT

  5. Que les lundis sont mornes sans vos articles !!!! Mais que se passe-t-il ???? Pourquoi nous avoir de la sorte négligés? Déjà que c’est le début de l’automne mais en plus, plus moyen de voyager virtuellement (et avec sapience) dans cet Orient mythique, mystérieux et fascinant… Est-ce juste votre manière de nous inviter réellement à prendre nos bagages, et, enfin, nous y rendre ! Afin de humer pour de vrai, sans filtre, sans décodage, cette partie du monde?
    Que vous êtes cruels avec vos fidèles lecteurs !
    REVENEZ – NOUS !!!!!!

Les commentaires sont fermés.