Le retour d’Enrico Macias en Algérie : l’amitié a un prix

25 novembre 2007
Par

Aux dernières nouvelles, celles que donnait en tout cas jeudi 22 novembre le site de la télévision Al-Jazira, Enrico Macias n’accompagnera pas Nicolas Sarkozy lors de la visite que ce dernier doit effectuer en Algérie du 3 au 5 décembre prochains. Bien que des travaux d’embellissement y aient été lancés en prévision du passage du président français, Enrico ne reverra pas sa ville natale, Constantine, quittée en 1962.

Etre un ami proche de l’ancien président, s’être prononcé pour sa candidature lors d’une émission de Ruquier à la télévision en dépit de ses sympathies à gauche, avoir chanté pour lui à Bercy lors de son meeting final, rien n’y aura fait : Enrico Macias ne sera donc pas “le plus heureux des hommes” en retrouvant le pays de son enfance, comme il l’avait déclaré dans un entretien pour Le Jour d’Algérie . Cette nouvelle tentative de retour au pays n’aura pas eu plus de succès que les précédentes.

En 2000, l’invitation du président Bouteflika, rencontré au sommet de Davos, avait suscité de très fortes protestations en Algérie, notamment celle de la “Coordination nationale contre la normalisation” [avec Israël] alors dirigée par celui qui est devenu aujourd’hui le chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem. En 2003, un projet de tournée avait dû être abandonné, ainsi que celui d’une visite imaginée en 2006, lorsque le succès du retour de Zineddine Zidane, autre exilé célèbre, avait fait naître chez Enrico Macias des espoirs que l’Express avait aimablement relayés dans un article …

Il faut dire que le prix de l’amitié menaçait d’être lourd à payer pour le président français dont l’objectif pour cette visite est de réaliser, non pas trois milliards d’euros de contrats divers comme au Maroc, mais quatre. Et cela ne se fera pas si l’ambiance n’est pas là… Or, comme le soulignait perfidement un communiqué de la “Coordination nationale contre la normalisation” déjà mentionnée, comment Sarkozy pourrait-il emmener avec lui l’ancien pied-noir alors qu’il s’était gardé de se faire accompagner, pour ne pas blesser la susceptibilité du trône chérifien, par certains “officiels français d’origine marocaine”, y compris pour les plus… proches, Rachida Dati pour ne pas la nommer ???!!!

Certes le chanteur reste incontestablement populaire en Algérie, mais il n’est pas pour autant en odeur de sainteté. Un article d’Alsharq al-awsat en décembre 2002 signalait ainsi qu’un étudiant avait cherché à lui témoigner par écrit son admiration, ce qui lui avait d’ailleurs valu de se faire passer un savon par la police locale…

Car en plus d’un lieu et d’abord à Constantine, la mémoire est loin d’être apaisée en ce qui concerne la Guerre de libération (حرب تحرير : on ne dit pas les “événements d’Algérie” de l’autre côté de la Méditerranée…). La venue du chanteur en tant qu’accompagnateur officiel du président français serait même vécue comme une “insulte” (اهانة : le mot est proche de l’humiliation) à la mémoire des moujahidines. Dans la capitale de l’Est algérien, le nom de Gaston Ghrenassia, le vrai patronyme d’Enrico Macias, est en effet associé à travers son beau-père, le célèbre musicien “cheikh” Raymond Leyris assassiné en 1961, à une famille juive dont on affirme, selon cet article d’Al-Quds al-’arabi, qu’elle prit ouvertement le parti des colons et qu’elle aurait sur la conscience la mort de nombreux combattants nationalistes.

Pour ne rien arranger, Enrico Macias ne fait pas mystère de son soutien à l’Etat d’Israël et il accepte toujours généreusement de chanter bénévolement pour les œuvres de bienfaisance de l’armée israélienne. En janvier 2006 notamment, au profit de Migdal, une association sioniste clairement de droite. A cette occasion, et avec cet aspect chaleureux qui le caractérise, on a pu ainsi l’entendre ainsi déclarer : “Depuis le début de ma vie je me suis toujours donné corps et âme pour l’Etat d’Israël mais en premier lieu pour Tsahal, mais maintenant pour Magav. (…) Je fais pas ça ni pour ma publicité, ni pour ma carrière, ni rien du tout … Je me suis toujours donné pour l’Etat d’Israël, donc pour Tsahal et pour Magav, et pour Migdal.(…) Croyez-moi, c’est ça le miracle d’Israël…” Facilement disponible sur internet, la vidéo ferait certainement beaucoup d’effet en Algérie en cas de visite du chanteur avec le président français !

S’il veut tellement revoir son pays d’origine, Enrico Macias devrait peut-être suivre les conseils que lui donne l’auteur d’un article publié sur le site lemague.net et signé Ben Ali : pourquoi ne pas faire comme tout le monde et prendre le bateau ou l’avion, comme d’autres artistes pieds-noirs célèbres avant lui : Robert Castel, Guy Bedos ?… Encore mieux, il devrait se joindre à la magnifique troupe d’El Gusto, cette bande d’amoureux du chaabi algérien.

Toutes générations, nationalités et origines religieuses confondues, les membres de cette sorte de Buena Vista Social Club algérien se retrouvent pour le plaisir de jouer ensemble, après avoir été séparés pendant des années par les suites de la guerre. Découvrez cette vidéo, juste pour el gusto !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Algérie, France, musique

10 commentaires pour “ Le retour d’Enrico Macias en Algérie : l’amitié a un prix ”

  1. ANISSA MEKHALDI le 26 novembre 2007 à 16:51

    Encore bravo pour le travail que vous faites, un vrai plaisir de vous lire à chaque fois, au passage, je voudrai juste vous signaler une petite erreur sur le nom du journal arabe: asharq el awsat الشرق الأوسط plutôt que elsharq el sharq.
    Merci encore et s’il vous plait continuez encore de nous (bien) informer.

  2. raouf moussad le 27 novembre 2007 à 14:40

    it is great to see and read this blog !
    raouf mousaad

  3. Anonymous le 6 décembre 2007 à 0:50

    Un peu de rigueur, ne mettez pas Enrico Macias et Zinedine Zidane sur le même plan. Ce dernier n’est pas un exilé, puisqu’il n’est pas né en Algérie mais en France de parents algériens. Petite précision. Bien à vous.

  4. che guevara le 10 décembre 2007 à 16:40

    Macias ou la repentance inversée
    «Nicolas Sarkozy a eu raison de ne pas s’excuser ». « Les Algériens devraient s’excuser pour pas mal de choses». Dixit Enrico Macias.

    Macias suit Sarko, ils étaient ensemble sur l’estrade de la victoire il y a sept mois.

    Déclarations maladroites, malheureuses, intempestives, impétueuses. Ces deux phrases assassines ont ruiné et achevé le capital ou le reliquat de sympathie que conservait ce chanteur de chez nous. Le refus des excuses ne se justifie par une absence de culpabilité de la colonisation – et soutenir cela est en soi gravissime – mais par une culpabilité réciproque de ceux qui se sont vus agressés chez eux et subi les affres de la colonisation que la loi du 23 février essaie de redéfinir d’une façon impudique.

    Coupables d’avoir résisté, d’avoir lutté pour la liberté et la dignité. La résistance est aussi coupable que l’agression sinon plus.En tout état de cause, les résistances épousent les couleurs des guerres qui leur font face. Une guerre propre – si ça existe – engendre une résistance propre et la sale guerre provoque une sale résistance guerre. Macias aurait été sans doute mieux inspiré d’appeler à un pardon réciproque, s’il en fut, et chanter entre l’Algérie et la France « le grand pardon » qu’il loua pour Juifs et Palestiniens.

    Vision sectaire et discriminatoire d’appeler au pardon pour certains et le rejeter pour d’autres. Un artiste est universaliste avant tout. Macias souhaite pour les siens, les Juifs d’Israël, ce qu’il rejette aussi pour les siens, les Algériens, son pays de naissance car il soutient à qui veut l’entendre que l’Algérie est son pays, le pays où il a grandi, la terre de son enfance, où il a commencé ses plus belles chansons.

    Entre son pays d’origine et son pays de naissance, Macias accorde un inégal traitement. Il n’a pas la grandeur d’âme des enfants adoptifs qui maintiennent un amour indéfectible pour leurs deux familles, celle du sang et celle de l’adoption.

    Lamentable et puéril dérapage d’un chanteur admirable, mais coupable d’incursion maladroite sur le terrain de l’histoire et de la politique.

    Le chanteur humaniste a vécu. Il y a lieu de disséquer la question du pardon version Sarkozy qui s’avère un Le Pen light. Un coupable peut reconnaître les faits mais contester leur caractère injuste et criminel et ainsi les justifie et refuse la repentance. Position qui, à y voir de plus près, pourrait s’avérer correcte.

    Sarkozy reconnaît le caractère injuste de la colonisation, mais refuse de demander pardon, les excuses. Macias, chantre de son maître, pousse plus loin, reconnaît le bien-fondé du refus de demander pardon et avance que les Algériens aussi devraient s’excuser (de quoi et pourquoi ?). Le refus de demander des excuses ne s’explique que par le mépris des victimes, la non-reconnaissance de leur douleur, la dénégation de leur droit à la dignité.

    La colonisation a été injuste mais je ne présente pas d’excuses, parce que l’injustice de la colonisation est normale. Les colonisés n’ont même pas droit à la reconnaissance de leur martyr.

    Lorsqu’on ne s’excuse pas d’une injustice c’est qu’on la considère méritée. On devrait disserter sur cette position machiavélique pendant longtemps. Revenons à Macias : il y a peut-être lieu de s’interroger si Macias a saisi la portée des propos sarkoziens pour les soutenir de cette façon, nous nous posons la question parce que nous le savions ou nous le croyions (Macias) obstinément suave.

    On ne peut prétendre aimer un pays et mépriser son peuple, lui refuser le réconfort d’un pardon et exiger qu’il s’excuse d’avoir défendu sa dignité. Vous aviez déclaré un jour que le Président Bouteflika vous a invité, mais que les fous vous ont barré la route. Vous venez de couper cette route que « les fous » avaient simplement « barrée ». Qui est plus fou que l’autre ? Vous aviez aussi déclaré que vous alliez revenir chez le peuple algérien directement, sans intermédiaire et voilà que vous mettez une barrière entre les deux.

    Vous ne pouvez pas imaginer M. Macias l’accueil qui vous aurait été réservé, si vous étiez venu seul chanter Constantine à Constantine. On ne peut souhaiter revenir chez un peuple qui est le sien, et mépriser ses douleurs, ses valeurs et ses martyrs.

    - Je me suis demandé plusieurs fois pourquoi le retour de Macias a toujours été si problématique ? Parce que Juif, parce que pied-noir ou parce que les deux?

    Des pieds-noirs sont revenus et ont eu des retrouvailles émouvantes ! Benjamin Stora, Juif et pied-noir bien de chez nous, effectue des allées et venues entre la France et l’Algérie. Il est accueilli avec tous les honneurs dus à ses travaux.

    Le retour de Macias dans sa ville natale sur invitation de Bouteflika ou accompagnant Sarkozy, a fait l’objet d’une instrumentalisation et d’une manipulation politiciennes. Ce voyage, que beaucoup d’Algériens vous ont souhaité, a été à la fois compromis et souillé par la politique; et vous avez malheureusement accompagné les manipulateurs en y ajoutant de la démesure. Pour revenir, vous n’aviez besoin ni de Bouteflika ni de Sarko. Il aurait suffi de demeurer un enfant de Constantine, l’enfant d’un pays déchiré par une guerre qu’il n’a pas choisie.

    - Contrairement à vous, nous sommes capables de discernement éclairé et capables de nuances M. Macias. Pour nous, le peuple français comprend d’abord les porteurs de valises et l’OAS (et l’ordre est délibéré). L’armée française enregistre des grands noms, de Labollardière, Saint-Arnaud et d’autres inconnus, glorieux bidasses et appelés du contingent, honorables soldats qui ont dénoncé et quitté l’armée française pour l’honneur de la France, ainsi que d’autres malheureux chefs de guerre moins honorables parce que tortionnaires, assassins et lâches. Le respect des honneurs de la guerre, des femmes et des enfants, de l’homme désarmé fait la différence (lire sur ce point l’excellent livre de Florence Beaugé « Algérie une guerre sans gloire»).

    Il m’est arrivé de m’interroger s’il était louable et opportun que Bigeard vienne se recueillir devant la tombe de Ben M’hidi et je me suis dit, pourquoi pas. La repentance est grande, il faut exorciser l’histoire. Avec l’évolution récente de la position officielle française, d’aucuns continueront peut-être à parler du pardon et lequel ? L’Algérie peut-elle pardonner lorsque la France refuse de s’excuser ?

    Devant cette position française qui n’a pas d’excuses à présenter, l’Algérie n’a plus de pardon à accorder. On n’offre pas quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas ? Macias inverse les obligations de repentance, les Algériens s’excuseront auprès des Français, les Irakiens demanderont pardon aux Etats-Unis, les Palestiniens à Israël et les Juifs à Hitler. Vous mesurez peut-être l’ignominie que peut atteindre votre déclaration et vos malheureux propos. Nous sommes toujours capables de nuances et enclins au pardon ! A votre décharge, nous mettons vos propos intempestifs et maladroits sur le compte d’une réaction passionnelle et la frustration d’un voyage tant attendu. Pour Macias et Sarkozy. Les Algériens sont lucides, ils font la part des choses entre les paroles et les actes. Refuser des excuses aux Algériens en Algérie, et les présenter le lendemain aux harkis a un sens. Un respect inégal des tragédies. Nous sommes aussi capable de nuances, cette catégorie est divisée, les traîtres et les assassins, ceux qui ont fait des choix et ceux qui n’ont pas choisi, ceux qui ont rejoint les rangs de l’ennemi et délibérément tiré sur leurs frères et ceux passés à l’autre bord, coupables seulement d’un déficit en capacité de résistance et d’un manque de courage. A ces derniers, et à ces derniers seulement, le pardon est possible. Le discours démagogique de Sarkozy à l’auditorium de l’université Mentouri et le bain de foule, ne doivent pas faire illusion. On ne peut y voir que la capacité et la compétence des services, dans la fabrication des liesses et des présidents. L’histoire et la mémoire reconnaîtront les leurs.

  5. Anonymous le 10 décembre 2007 à 18:28

    Ouf, quel commentaire ! Merci d’avoir fait entendre cette voix. YGQ

  6. Anonymous le 12 février 2008 à 12:17

    macias dèclare sur tf1 qu’il est sioniste…le massacre des palestiniens au quotidien le laisse froid,qu’il soit artiste cela aurait du le pousser a etre plus juste envers le drame des palestinens qui n’ont que leurs corps pour se dèfendre !

  7. chabane d alger le 3 novembre 2008 à 9:27

    je souhaite le rencontrer (enrico macias) on devrait le laisser visiter son pays natal

  8. cpa le 3 novembre 2008 à 10:34

    (à Chabane) vous avez dû lire trop vite : je crois que beaucoup d’Algériens souhaitent la visite d’Enrico Macias, mais pas dans les valises de sarkozy et avec un petit drapeau à étoile bleue sur ses valises…

  9. Ken le 19 janvier 2009 à 8:40

    L’Algerie n’est pas un musee,si Enrico fait une demande de visa comme tout le monde,elle sera etudier,si cette demande est rejete comme cela arrive a des millions d’algeriens,il n’aura qu’a rectifier les erreurs mentionnees sur sa demande,et refaire une autre demande et attendre son tour comme tout le monde,c’est tout.
    Que celui qui veut le rencontrer le fasse,personne ne l’empeche,qu’il le rencontre en israel par ex.c’est plus facile pour lui question de visa,peut-etre meme a Gaza pour chanter ensemble un hymne a la gloire de tsahal,pourquoi pas ??
    Apres tout,qui s’assemble se ressemble ?? non ?

  10. nadra le 15 mars 2009 à 20:12

    j’aime beaucoup les chansons d’enrico macias, j’habite à constantine mon frère à été l’école avec enrico macias et moi avec sa cousine danielle et à sidi mabrouk ou se trouve la boutique de dentelle de l’encle de monsieur enrico macias monsieur ghenassia que j’ai rencontrer à lion à la place du pont en 1986 qui m’a donner des nouvelles de danielle. je suis très contente a chaque fois que je voi monsieur enrico macias sa me fé rappelé le bon vieu temps.


Carnets de recherche