Hausse des prix en fin d’année (1/2)

3 janvier 2011
Par

Les prix littéraires, certains s’honorent en les refusant quand d’autres n’ont pas honte de les recevoir… Avec tous leurs défauts, ils sont en tout cas de bons indicateurs des tendances culturelles lorsque, par exemple la dernière édition du « Booker arabe » a consacré la reconnaissance, sur la scène arabe au moins, du roman de la Péninsule, désormais arrivé à maturité. Si on revient à nouveau sur ce thème, c’est que les prix figurent en bonne place, pour la première fois à notre connaissance d’une manière aussi visible, dans la série des bilans qui fleurissent dans les pages culture de la presse à chaque fin d’année. Dans son édition du 29 décembre, le quotidien Al-Hayat a ainsi publié une série d’articles faisant le tour de la question, avec des contributions illustrant la situation dans une bonne demi-douzaine de pays.

Il faut dire que les prix littéraires sont un vrai phénomène de société dans le monde arabe ! Des décennies durant, il n’y avait guère que de modestes récompenses accordées par les instances officielles aux plus méritants (et souvent aux moins dérangeants) des serviteurs des arts et des lettres. En 1959, Naguib Mahfouz reçut ainsi de la part de l’Etat 100 guinées pour sa première distinction littéraire, à peine de quoi améliorer son ordinaire de fonctionnaire tout à fait ordinaire… La situation a commencé à changer au tournant des années 1980-1990, avec des initiatives comme celle de Su’ad al-Sabah (سعاد الصباح). A la fois poète et économiste (PhD d’une université anglaise tout de même), la princesse koweitienne, avait d’abord fondé  au Caire, à grands frais, une maison d’édition, source, pour nombre d’écrivains et d’intellectuels égyptiens, de ressources sans commune mesure avec ce qu’ils pouvaient espérer gagner comme agents de l’Etat (pour ne rien dire de leurs droits d’auteur). Mais Su’ad al-Sabah fut également à l’origine d’un prix littéraire, à l’image de bien d’autres riches particuliers de la région convertis en mécènes, tel le richissime pêcheur de perles Sultan Bin Al Owais, fondateur d’une des récompenses littéraires les mieux dotées de la région (www.alowaisnet.org).

Depuis quelques années, on dirait qu’il y a un tel « besoin » de prix dans le monde arabe qu’il faut en créer sans cesse de nouveaux (le « prix de la nouvelle littéraire », par exemple, doté de 80 000 L.E. par le ministère de la Culture égyptien qui l’a décerné pour sa première édition en 2009 au Syrien Zakaria Tamer). Même si les initiatives plus ou moins privées y contribuent – avec, pour rester en Egypte The Naguib Mahfouz Medal for Literature des Presses de l’Universitaire américaine au Caire ou encore le prix de la Fondation Sawiris (du nom de la famille propriétaire, notamment, du groupe de télécommunication Orascom) – les principaux pourvoyeurs restent les services de nombre d’Etats qui se sont lancés dans une sorte de diplomatie du prix littéraire, où leur rang dans la hiérarchie régionale est noté au nombre de prix, souvent dotés de sommes très importantes, qu’ils sont capables de distribuer…

Bien des hommes politiques et des têtes couronnées du monde arabe ont donc « leur » prix. Parmi les récompenses les plus recherchées de nos jours figure ainsi celle qui a été instituée aux Emirats en mémoire du fondateur de la confédération, Sheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan. Mais la formule avait déjà été utilisée par Saddam Hussein avec le prix créé sous son nom en 1996  - la Jâ’izat Saddam Husayn lil-‘ulum wal-funun – que le philosophe marocain récemment décédé, Mohamed Abed al-Jabri, reçut aussi discrètement que possible lors de sa première édition tant la réputation du maître de l’Irak était déjà sulfureuse. (Le dramaturge syrien Sa’ad Allah Wannous s’était désolé, en 1988, de constater qu’un homme de lettres de la stature d’un Jabra Ibrahim Jabra, s’était abaissé à en recevoir l’équivalent : cf. cet article publié à l’origine dans Al-Safir.)

Paradoxalement, plus les prix sont nombreux et plus il semble y avoir de problèmes ! Ouverte sur le scandale du critique égyptien Gaber Asfour recevant le prix Qadhdhafi (prix qu’avait décliné l’Espagnol Juan Goytisolo), l’année 2010 s’est refermée sur des discussions animées à propos du prix de la création romanesque attribué par le même Gaber Asfour à un romancier, au hasard… libyen ! Il s’agit d’Ibrahim al-Koni, malgré tout, sans conteste possible un très grand écrivain qui a d’ailleurs fait don de sa récompenses aux enfants réfugiés touaregs, ethnie dont il est lui-même originaire.

Entre-temps, il y aura eu d’autres remous, par exemple ceux qu’aura occasionnés la remise au romancier Khalil Suwayleh du prix Naguib Mahfouz (organisé par l’Université américaine du Caire, c’est là le problème dans certains milieux syriens). Ou bien encore, plus navrantes encore, les péripéties du prix Sheikh Zayed (aujourd’hui à sa 4e édition, 7 millions de dirhams des Emirats, pas loin de 2 millions de dollars tout de même) un temps décerné à un universitaire algérien, Hafnaoui Baâli, jusqu’ à ce qu’on s’aperçoive que l’œuvre couronnée faisait la part trop belle au plagiat. Constat d’autant plus gênant que le premier des auteurs piratés n’était autre qu’al-Ghadhami, pourtant membre du jury ! Si le critique saoudien a eu l’honnêteté de présenter immédiatement sa démission, l’affaire a apporté de l’eau au moulin de ceux qui voient dans ces mirifiques récompenses un malheur plutôt qu’ue chance…

Bon début d’année et à la semaine prochaine avec “la politique des prix”.

Photo : Remise de prix à la fondation Oweiss. Crédits : Hadrian Hernandez/gulfnews.com/news/gulf/uae/general/al-owais-cultural-award-winners-honoured-at-glittering-ceremony-1.595724


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs :

Posté dans : littérature, panarabe, politique culturelle

2 commentaires pour “ Hausse des prix en fin d’année (1/2) ”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Wilfrid Niobet, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Hausse des prix en fin d’année (1/2) http://bit.ly/ifnzk2 [...]

  2. [...] un peu plus d’un mois qu’un premier billet sur les prix littérairesattend la suite promise. Entre-temps, qui l’aurait cru ?, il y a eu la chute de Ben Ali en Tunisie [...]


Carnets de recherche