Les spin doctors du Net : la vraie vie de la Gay Girl in Damascus

28 juin 2011
Par


Rapide rappel des faits. Le 19 mars, celle qui affirme parler sous sa propre identité, Amina Arraf Abdullah, une jeune femme syro-américaine, ouvre son blog. En anglais, A Gay Girl in Damascus tient la chronique des manifestations en Syrie, lesquelles commencent « officiellement » le 15 mars. (En réalité, les premiers appels à manifester, diffusés sur Facebook – qui n'est pas encore redevenu légal – remontent au début du même mois.). Au fil des semaines, A Gay Girl in Damascus attire de plus en plus l'attention des médias, notamment à la suite d'un billet, publié le 26 avril. Intitulé My father, the hero, il raconte comment la courageuse militante échappe à l'arrestation grâce à l'intervention, non moins courageuse, de son père auprès de « deux jeunes hommes, d'une vingtaine d'années, vêtus de vestes de cuir noir »...

Pour quelques observateurs, ce best-seller du Web, si on peut oser l'expression, suscite alors les premières interrogations. Amina a beau annoncer qu'elle va entrer dans la clandestinité, ils mènent l'enquête, y compris lorsqu'un billet, mis en ligne par « une cousine », annonce, dans les premiers jours de juin, l'arrestation de la jeune femme. Sous un déluge de Twitters affolés et alors que la page Free Amina Abdulla (sic! en principe il faut un « h » à la fin) sur Facebook réunit déjà près de 15 000 membres, le Guardian, qui a largement contribué à la célébrité de la jeune lesbienne damascène (voir par exemple A Gay Girl in Damascus becomes a heroine of the Syrian revolt, publié le 6 mai) fait part de ses questions, dès le 8 juin. Le 12, le véritable auteur est démasqué : Tom MacMaster, un Étasunien de 40 ans inscrit en master à l'université d'Edimbourg, écrit un dernier billet, à ce jour (le 13, depuis Istanbul) ; il y présente ses excuses aux lecteurs. « Mis en ligne par Amina », le billet, qui explique en gros que lui, Tom, n'a jamais eu l'intention de mal faire mais qu'il s'est fait prendre à son propre jeu, se termine par un appel au soutien des véritables héros, ceux qui font la révolution dans le monde arabe : I want to turn the focus away from me and urge everyone to concentrate on the real issues, the real heroes, the real people struggling to bring freedom to the Arab world. I have only distracted from real people and real problems. Those continue; please focus on them.

Amina de Damas : la vie après la mort

Fin de l'histoire ? Pas tout à fait car, sur Facebook parfois si empressé à faire le ménage dans ses pages (notamment pro-palestiniennes, voir ce billet), le groupe Free Amina Abdulla est toujours accessible, tout comme le blog d'Amina, l'homosexuelle de Damas. Pas vraiment mortifié par ce qui lui est arrivé, Tom MacMaster s'est contenté de supprimer quelques billets (notamment celui qui annonçait l'arrestation de son « héroïne »). Il a surtout modifié le titre, qui est désormais présenté entre guillemets (« A Gay Girl in Damascus ») et suivi d'une « précision » : an illusion.


Ce dernier sous-titre, fidèle à sa ligne de défense (Amina est une fiction, mais en quelque sorte « plus vraie que nature ») est explicité par une courte phrase, elle aussi rajoutée par rapport à la première présentation du site, disant en gros qu'on aurait tort de s'en prendre à celui qui a su vous émouvoir en racontant une histoire qui s'avère ne pas être la réalité : The Image is not the Real; When you realize that you were reading a story, rather than the news, who should you be angry at? The teller of tales that moved you?

Enfin, tout en bas de la page qu'il faut faire défiler en entier pour les faire apparaître, quelques lignes, avant les crédits du site, précisent que le blog est une sorte de « fiction interactive », solidement basée sur des faits authentiques, même si Amina, création de l'auteur, n'est, elle, qu'une fiction :

About this blog
This blog was designed as an interactive fiction. The news, historical and social information contained in it is based solidly on fact. However, the narrative voice, that of Amina A., is fictitious. Her character is based on many real people but in no way is she meant to represent any single real individual, living or deceased. She is the sole creation of the author of the blog.

Une quinzaine de jours après la découverte de son « canular », Tom MacCaster a publié (ce qui n'est pas forcément) un ultime billet, sous le titre : Trop nul ! Tout le monde s'en fout! ("That kinda sucks" . Not that anyone cares). Ultimes explications pour la nouvelle vie dans le cyberespace du blog d'Amina, qui s'obstine toujours à ne pas s'afficher tout à fait comme une « vraie » fiction mais plutôt comme une fiction qui mériterait d'être vraie...

Apparemment, cette manière de ne pas vouloir « faire mourir » la blogueuse de Damas trouve un écho ailleurs que chez son inventeur ou que chez les administrateurs de la page Free Amina Abdulla... Alors que la vérité sur la véritable nature de ce blog a déjà éclaté, de nombreux commentaires continuent à souhaiter la libération de la jeune femme, à saluer son courage. Plus d'une réaction explique en substance, à la manière de Tom MacMaster, que l'histoire n'est peut-être pas véridique mais qu'elle aurait mérité de l'être. En somme, la fiction dépasse la réalité et c'est très bien ainsi dans le meilleur des mondes virtuels...

Donner une voix à Amina

Comme se le demande à haute voix ou presque Brian Whitaker, le journaliste vedette du Guardian : pourquoi diable un homme marié en Ecosse voudrait-il se faire passer pour une lesbienne vivant à Damas ? Le jour même, deux jeunes journalistes d'origine arabe (cela importe par rapport à leur analyse), Ali Abbas et Assia Boundaoui, proposent une réponse : pourquoi cette fiction précisément et pourquoi un tel succès ? Plutôt qu'on ne sait quelle théorie du complot (même si des questions restent posées1 ), ils s'intéressent à la signification « profondément » politique de cette mascarade en définitive assez obscène qui voit un « vieil étudiant » passionné de Proche-Orient se glisser dans la peau d'une jeune Syrienne désirable.

Parce que la fiction de MacMaster est un piège trop doux ! (honey trap en anglais), un piège qui épouse parfaitement tous les clichés « occidentaux » sur le monde arabe et/ou sur l'islam. Et parce que, plus profondément, ce qui nous intéresse dans cette histoire (i.e. les soulèvements arabes, à commencer par le syrien), c'est moins la vérité/réalité que l'émotion qu'elle nous procure. (Avec ce charming petit « plus » d'une délicieuse transgression sexuelle de la part d'une femme de cette religion qui nous résiste tant !) Dans l'imposture de Macmaster, le mensonge, la tromperie sont en définitive moins insupportables que cette manière de prétendre parler à la place des autres, de se substituer aux premiers concernés, les Arabes, qui n'existent, en fin de compte, que par la bonne volonté de notre regard supérieur et complaisant. Les deux auteurs le disent très bien, mais dans un anglais un peu compliqué fort heureusement traduit vers le français par l'indispensable « Des bassines et du zèle », à laquelle nous empruntons les extraits suivants :

Si ce fantôme virtuel [cyber ghost] a été adopté si facilement par les medias et les lecteurs attentifs, c'est parce qu'il est emblématique de tous les clichés qu'utilisent les occidentaux qui se placent dans la position d'interprètes éminents de la société et de la culture moyen-orientales. (…) Il ne devrait pas y avoir besoin de l'histoire fictive d'une lesbienne syrienne pour affirmer les droits des manifestants syriens qui sont actuellement atrocement réprimés par les instances gouvernementales. Mais si l'objectif est de susciter l'émotion et de distraire, alors MacMaster a réussi à prouver que la vérité sur les Arabes passe après la perception et les sentiments qu'ont les occidentaux à leur égard.

Les réseaux sociaux et leurs légendes...

A cette première lecture politique, on est tenté d'en ajouter une autre, sous forme d'interrogation cette fois sur ce que l'on pourrait appeler le contexte, en l'occurrence l'entourage numérique, du récit de la Gay Girl in Damascus, à savoir la mise en circulation de différentes narrations qui ont prospéré sur le Réseau des réseaux au temps du « printemps arabe »... A la suite d'une fort intéressante enquête – et en définitive bien peu commentée – dans Libération, Christophe Ayad en arrivé à s'interroger sur la dimension en partie légendaire du récit officiel de la mort de Mohamed Bouazizi, et des circonstances de son suicide (en l'occurrence une gifle donnée par une policière [une femme, encore!]). De l'aveu même des premiers concernés que le journaliste est allé rencontrer, ce récit a été délibérément manipulé, et même créé, par les acteurs du soulèvement (en l'occurrence un militant homonyme de la victime, mais sans parenté avec elle, Lamine Al-Bouazizi, ainsi que le propre frère de la policière accusée...)

Comme le prouve assez bien la personnalité de l'auteur de cet article dans Libération, s'interroger sur ces fictions devenues réalités dans le récit révolutionnaire, ce n'est pas remettre en cause la réalité de ces soulèvements, ni même leur ôter quoi que ce soit de leur légitimité... Au contraire, on peut penser que les soulèvements dans le monde arabe recevront un soutien d'autant plus efficace que ceux qui le leur accorderont le feront en toute lucidité, en tout cas avec le moins possible de naïveté ou même d'aveuglement. Toutefois, qu'on le veuille ou non, il va falloir s'habituer à scruter le Net comme on a pris depuis longtemps (en principe) l'habitude de scruter les médias traditionnels, pour éviter, autant que faire se peut, d'être trop souvent pris au piège de ses trop belles légendes...

De ce point de vue, on ne peut qu'alerter sur les dangers d'une croyance trop naïve et trop facile dans les vertus des réseaux sociaux et leurs pouvoirs révolutionnaires : d'un côté, certaines scènes arabes nous montrent leurs limites (voir ce précédent billet) tandis que, de l'autre, un peu de vigilance nous révèle que tous les côtés de la Toile ne sont pas toujours très nets... Internet – tout à fait officiellement désormais que le Pentagone envisage de considérer une cyber-attaque comme un acte de guerre formel – est désormais un champ de bataille virtuel. Un champ de bataille où les lignes de front se dessinent selon des stratégies qui s'appuient sur des sortes de « cristallisations » créées au sein de la Toile par des récits qui y prennent corps mieux que d'autres, au point de devenir des sortes de légendes qu'il n'est plus guère possible d'interroger... Au fur et à mesure qu'internet gagne en importance, en puissance, et en histoire, il est à craindre qu'il perde de son innocence et qu'il devienne soumis à des techniques, à des programmations à des manipulations, capables d'y recréer, artificiellement, les « coagulations de sens » que sa logique technique favorise, en quelque sorte naturellement. Les spin doctors du Net, ces conseillers en communication politique d'un nouveau type, sont déjà à l'œuvre.



  1. Drôle de profil tout de même pour ce blogueur ! À 40 ans passés, il est marié à une Quaker pro-palestinienne mais toujours étudiant (à l'étranger, en Écosse !), ce qui ne l'empêche pas de voyager, en Turquie notamment, juste au moment où l'opposition syrienne tient congrès, près d'Alexandrette... Quant au timing du blog, c'est "Amina" elle-même qui souligne qu'il correspond au contexte du printemps arabe : "The winds of change are blowing hard throught the Middle east. A revolution is underway and all of us want to see i revolutionize every aspect of our societies, rethinking not just how the states are governed but also the role of women in these societies, the rights of sexual autonomy, and, yes, the right to marry who we love. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Internet, Syrie

6 commentaires pour “ Les spin doctors du Net : la vraie vie de la Gay Girl in Damascus

  1. [...] politique d’un nouveau type, sont déjà à l’œuvre. Article initialement publié sur Culture et Politique arabe Crédits Photo FlickR CC by-nc-nd mugley En réalité, les premiers appels à manifester, diffusés [...]

  2. Valérie le 29 juin 2011 à 22:47

    Bonjour,
    Toujours un plaisir de vous lire...
    Me fait penser à l'installation de Jalal Toufic dans le cadre de l'expo \Images of the Aftermath\ au Beirut Art Center (il part de Brecht et arrive à \this war is not a war which is compensated by the fact that information is not information\).
    Sur Amina : si le titre racoleur du blog m'avait au départ rendue très sceptique, certains de ses billets avaient cependant le mérite d'engager la réflexion (sur la question de la Palestine notamment). L'analyse que vous citez (Ali Abbas et Assia Boundaoui) semble donc -a priori, car je ne l'ai pas lue en intégralité- un peu superficielle...
    Enfin, il est évident que quelque soit le support médiatique, tout est à lire avec recul, y compris vos billets et les articles publiés dans les carnets de l'IFPO (en tenant compte des sujets qui ne sont pas abordés)...
    à bientôt et avec plaisir !

    • Yves Gonzalez-Quijano le 29 juin 2011 à 23:30

      Oui, y compris avec ce qui reste "hors champ", c'est vrai ! Mais bon, on arrive à dire des choses tout de même ! Sur le "fond", que le blog ait été intéressant (et même que son auteur soit intelligent et/ou habile), nul ne le conteste ! Mais ce que Abbas et Boundaoui montrent bien - lisez leur article -, ce sont les mécanismes qui font que ce blog, celui-là et non pas des milliers d'autres, ait pu avoir un tel succès. Je n'ai pas les éléments pour le dire, mais je pense aussi avec l'aide de quelques communicants pour le faire émerger de la masse...

  3. [...] Les spin doctors du Net : la vraie vie de la Gay Girl in Damascus By Yves Gonzalez-Quijano , June 28 2011 [...]

  4. [...] E-Journal of Instructional Science and Technology, vol. 5, n. 1. [↩]Yves Gonzalez-Quijano, « Les spin doctors du Net : la vraie vie de la Gay Girl in Damascus », Culture et politique arabes, 28 juin 2011. [↩]Ce qui n’était [...]

  5. [...] Yves Gonzalez-Quijano on the “Gay Girl in Damascus” [...]


Carnets de recherche