Tunisie : les “salafistes” à l’attaque de Nessma TV

11 octobre 2011
Par

"Dieu", tel que se le représente l'héroïne de "Persepolis"

Provocations salafistes en Tunisie (Le Figaro) – Tunisie : vent de haine contre Persepolis (Europe 1)
Des salafistes tentent de brûler une chaîne de télévision (La Dépêche) – Des salafistes attaquent le siège de Nessma TV en Tunisie (RFI) – Des islamistes s’attaquent à la télé après la diffusion de«Persepolis» (Le Parisien) – Des salafistes s’en prennent à une chaîne de télévision (France-Soir) – Une chaîne tunisienne attaquée par des islamistes pour avoir diffusé Persepolis (Le Monde) – Des islamistes déchaînés contre le film Persepolis à Tunis (Radio Canada) – Des islamistes radicaux contre la diffusion de “Persepolis” et l’interdiction du niqab dans des universités (Le Nouvel Observateur) – Offensive islamiste contre une télévision et une université (TF1)

Cette rapide sélection de titres donne le ton : Tremblez ! Les hordes islamistes déferlent ! Protégez « nos » médias ! La Tunisie – dont il est clair qu’elle est implicitement fragilisée par la révolution – est en proie à la violence des extrémistes de l’islam politique. Une violence d’autant plus effroyable qu’elle se déchaîne contre un innocent dessin animé. Racontée ainsi, cette histoire, qui ajoute de l’eau au moulin (à prières ?) de l’islam-qui-nous-fait-si-peur mérite d’être replacée dans son contexte, et prolongée par quelques informations.

Nessma TV, la cible des manifestants tunisiens en question, ce n’est pas juste « la télé », comme le dit le titre du Parisien. Créée avec la bénédiction du président Ben Ali, cette chaîne privée était financée, lors de son inauguration en août 2009, par deux publicitaires tunisiens, les frères Karoui (promoteurs de la Star Ac’ Maghreb), associés à deux autres investisseurs,Tarek Ben Ammar (producteur, PDG de la société Quinta Communications), à égalité avec… Mediaset, la société de Silvio Berlusconi ! En réalité, le montage est encore plus compliqué, et la présence du cavaliere plus importante que ne le montrent les seules apparences (pour plus de détails, voir cet article sur le site Babelnet). Ce malodorant mélange des genres entre médias et politique – Al-hamdu lillah ! ce n’est pas en France qu’on verrait ça! – explique sans doute que Nessma – la brise parfumée en arabe – ait bénéficié d’une apparition exclusive dans ses studios de la secrétaire d’Etat des USA, Hillary Clinton, lors de son passage en Tunisie, quelques temps après la révolution (article dans Al-Hayat).

Depuis son lancement, Nessma joue la carte de la provocation : débats corsés (à l’italienne ?) sur les questions de sexualité et surtout programmation de séries toutes plus brûlantes les unes que les autres, avec notamment un très controversé biopic sur Saddam Hussein réalisé par la BBC (pays ayant tout de même contribué militairement à la chute du personnage-titre interprété, délicate attention, par un acteur israélien !) ; mais aussi des séries iraniennes qui ont pour particularité de soulever la très épineuse question de la représentation prophétique ; et dans la même lignée, pour le dernier ramadan, le très polémique Hassan, Hussein et Moawiyya, un feuilleton historique sur la grande fitna, les origines du « schisme » entre musulmans sunnites et chiites.

Lorsque Nessma TV choisit de programmer Persepolis, ce n’est donc pas exactement innocent. Au Liban, qui n’est pas le pire endroit de la région pour ce qui est de la censure, sa projection, en mars 2008, n’a été possible qu’après la mobilisation des milieux intellectuels et d’une partie de la scène politique. Le proposer en Tunisie, à quelques jours d’élections particulièrement importantes, relève assez clairement de la provocation vis-à-vis des différents partis qui se réclament de l’islam politique. L’allusion aux dérives inquiétantes d’un pays soumis à la dictature des religieux est assez transparente…

Passe encore que Nessma TV fasse feu de tout bois pour défendre ses opinions et mette dans le même sac islam chiite de la révolution religieuse de Téhéran et programmes des multiples partis religieux qui se présentent aux élections. Mais en prime, si l’on ose dire, Persepolis a de quoi heurter les sensibilités des fidèles en proposant une représentation figurée de Dieu, une question particulièrement sensible dans l’islam sunnite comme on le sait (voir l’onglet « images » et en particulier ici, et encore ). Enfin, et peut-être au risque de surinterpréter les choses, on remarque également que le film de Marjane Satrapi a été doublé en (dialecte) tunisien, un choix linguistique qui n’est pas forcément sans importance quand on sait que les partisans de l’islam politique sont aussi, souvent, des défenseurs acharnés de l’arabe dit « classique » (appelé parfois aussi « coranique » par allusion à la langue employée dans le livre révélé des musulmans). Proposer cette critique sans concessions de la dictature des mollahs traduite dans cette “mauvaise” langue qu’est le dialecte tunisien, c’est vraiment agiter le chiffon rouge !…

Même si Ennahda, le principal parti « islamiste » tunisien – en tête d’après les sondages – a fort politiquement condamné cette attaque qualifiée d’« acte isolé », à l’évidence les salafistes-/islamistes-radicaux-déchaînés-tentant-de-brûler-la-télé-après-l’interdiction-du-niqab-dans-les-universités n’ont pas manqué de tomber dans le panneau. Et d’autant plus qu’on leur a peut-être donné un petit coup de main. En effet, l’excellent Webdo tunisien met en évidence, photos à l’appui, la présence d’un même « militant » (au moins) durant divers affrontements, à Sousse  puis à Tunis (distante de 150 km environ). Sur la tête du Prophète, on pourrait même le confondre (c’est lui, en gris, avec une casquette) avec un provocateur, car il a l’air de très bien s’entendre avec des forces dites de sécurité qu’on a vu moins débonnaires en d’autres occasions…

La « grande » presse internationale, tellement  empressée  à relater l’attaque des « salafistes » tunisiens, se fera-t-elle l’écho de cette petite trouvaille de leur confrère tunisien (disponible en ligne, et en français) ? Cela jette tout de même un éclairage intéressant sur une « attaque » (bien entendu condamnable) qui, malgré tout, n’a guère réuni que quelques centaines de personnes et suscité bien plus de commentaires de violences !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Cinéma, langue, télévision, Tunisie

30 commentaires pour “ Tunisie : les “salafistes” à l’attaque de Nessma TV ”

  1. Lwahranya le 11 octobre 2011 à 9:24

    Vous avez bien traité la question, avec tous les détails qu’il faut pour expliquer la réaction des salafistes. J’ajouterai juste mon sentiment, qui n’engage que moi bien sûr: braavo à Nessma TV ! Je suis musulmane sunnite (par héritage, si j’étais née en Iran …) et je n’ai pas été choquée par la figuration de Dieu, pas au point d vouloir interdire à qui que ce soit le droit de Le figurer en tout cas. Certaines choses me choquent bien plus que cela comme le fait que l’arabe classique soit la langue d’instruction dans des pays qui ne le parlent plus depuis cinq siècles au moins. Vous avez donc tout à fait raison de mettre en relation la langue du doublage du film et les positions vis à vis du contenu.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 11 octobre 2011 à 10:28

      Merci de votre réaction, qui me permet de rappeler qu’expliquer les tenants et les aboutissants d’une question ne signifie pas nécessaire prendre fait et cause pour l’un ou l’autre camp. Sur la question de la langue, je ne vous suivrais pas totalement car je ne pense pas que les frontières soient si étanches entre les différents registres. Mais on en reparlera !…

  2. Bader le 11 octobre 2011 à 10:13

    La question du dialectal tunisien est moins celui de la pureté de la langue, qui d’ailleurs est défendue par nationalistes arabes et islamistes sans vraiment de distinction, que celui du contexte.

    En effet doubler en tunisien donne un effet de réalisme et de proximtié : “ça se passe chez vous”. Il faut recadrer la diffusion de ce film par l’immense campagne de soutien en sa faveur du camp laiciste en Tunisie, et également la diffusion de plusieurs autres programmes dont une fiction sur l’après-islamistes. Dans un court-métrage, on apprends notamment que le futur gouvernement aura fait une loi sur la fréquentation des cafés et que cette décision aura entraîné malheur et chaos ainsi que l’apparition d’une nouvelle dictature.

    Sans compter que Nessma roule clairement pour le camp “moderniste” pro-français et contre islamistes et nationalistes réunis…

    • Yves Gonzalez-Quijano le 11 octobre 2011 à 10:25

      Excellent la question de la proximité ! Bien entendu ! Cela me paraît très très juste.

  3. Sadri Khiari le 11 octobre 2011 à 12:32

    Super, ton papier, Yves !

  4. Nora le 11 octobre 2011 à 14:30

    Décryptage très intéressant (comme toujours !) qui rejoint l’analyse acérée d’un blogueur tunisien http://nawaat.org/portail/2011/10/10/quand-lemonde-fr-se-reduit-au-jeu-islamophobe-de-nessma-revue-dun-article/

  5. koko le 11 octobre 2011 à 21:52

    Simple précision, cette représentation de Dieu n’a pas choqué et heurté seulement les soi disant “salafis”, elle a également révolté une majorité de tunisiens. Il est très facile de mettre sur le tapis “le péril islamiste” comme ça les questions de fond ne sont pas traitées. Comme quoi, les programmes des télés poubelles s’exportent très bien !!!!!

    • ygq le 15 octobre 2011 à 8:52

      De mon point de vue, la question de la représentation de la figure divine est pour le moins sujet à débat, notamment dans la riche et fort diverse tradition de l’islam, toutes écoles confondues, sur cette question… En plus, le contexte (film d’animation, voix narrative “enfantine”, etc.) dédramatise fortement l’image en question. Vraiment, vous pensez qu’une “majorité de Tunisiens” a été choqué par cette image ou par le contexte de sa diffusion ?

  6. [...] Tunisie : les “salafistes” à l’attaque de Nessma TV [...]

  7. Sosso le 12 octobre 2011 à 15:09

    Une lecture intéressante et très lucide de ce qui se passe en Tunisie. J’ajouterai peut-être deux ou trois choses. les salafistes n’ont rien à voir avec les islamistes ( j’entends par islamistes surtout ennahdha) . Les salafistes ont fait plusieurs démonstrations de forces et la réactions du ministère de l’intérieur tunisien à leur égard reste très ambigu ( pour ne citer qu’un ex la prière du vendredi sur l’avenue Bourguiba ) les internautes tunisiens avaient repéré un des salafiste à la barbe qui se décolle.
    Nessma avait aussi diffusé un court métrage pour mettre en garde contre l’arrivée des islamistes sans les nommer (http://goo.gl/iLbLQ) .
    Persepolis était projeté dans quelques salles et festivals en Tunisie en vo et il avait plu au publique et n’a suscité aucune animosité .
    L’actuel chargé de communication du gouvernement tunisien intérimaire ( le 1é ministre préfère qu’on dise de transition, personnellement il est surtout autocratique ce premier ministre) est l’ancien directeur de communication de Nessma tv (cf. http://goo.gl/U4Kfu).
    Chose qui a attiré mon attention aussi c’est la coïncidence avec ce qui se passe en Égypte.
    N. Karoui (le directeur de Nessma a présenté ses excuses et a dit que lui même a été offusqué par la scène où on voit “”"Dieu”"” plus exactement “ça a heurté le musulman qu’il est cf. http://goo.gl/lD1VZ Bon il dit que c’est la faute de l’unité de programmation de la chaîne là on met en scène les contradiction de Mr Karoui http://goo.gl/dgpWM )
    Et enfin parce que c’est déjà trop long le service l’ambassade de la république islamique a fait un communiqué dans lequel il précise que le film n’est pas iranien (parce que dans les médias tunisiens on en parle en tan que tel http://goo.gl/gzV90)
    Pour ce qui s’est passé à Sousse c’est une autre affaire.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 13 octobre 2011 à 21:59

      Merci “Sosso”, ainsi que tous ceux qui ont complété ce billet… Je souscris pour la différenciation salafiste/islamiste mais le format “billet sur internet” a ses limites !

    • ygq le 15 octobre 2011 à 8:55

      Je prends un peu plus de temps pour signaler combien le trajet de M. Moeez Sinaoui, dir de com de nessma et désormais dir de comm du Premier ministre est de fait sidérante !

  8. Veli le 12 octobre 2011 à 18:03

    Excellent papier, merci.

    Les angles alarmistes choisis par les médias français s’inscrivent aussi dans le cadre du débat que vit la Tunisie à la veille des élections à propos de la question du risque de voir les “islamistes” d’Ennahda participer au pouvoir. Alors comme sur ces sujets on confond tout, on se dit qu’il faut faire quand même attention, qu’il y a peut-être un risque d’islamisation massive.

    Alors qu’on pourrait précisément interpréter ces actes – aussi minoritaires soient-ils – comme montrant la nécessité de favoriser le discours de gens qui sont pour un mariage entre islam et démocratie.

  9. Ibm Yamin le 12 octobre 2011 à 22:59

    Au delà des angles alarmistes choisis par les médias français (il y a effectivement une sorte de “fantasme malsain” dans l’inconscient collectif français et sans doute occidental à voir les révolutions arabes échouer), la question que pose cet épisode est quand même bien celle des mouvements salafistes, qui semblent soudain gagner en structuration et en puissance en Tunisie et en Égypte. Ne pouvant témoigner pour la Tunisie, je ne peux que faire ce constat pour l’Égypte.

    À partir de là, il faudrait sans doute appuyer un peu plus sur le rôle contre-révolutionnaire tenu par notre “Autriche persique”, l’Arabie Saoudite dont le pouvoir de nuisance actuel mériterait d’être plus éclairée et par les chercheurs et par les médias.

    Il faut quand même se rappeler que notre cher Ben Ali est allé fuir directement auprès des saoudiens, nos chez les voisins algériens. À ce titre, le drame de la Tunisie est sans d’avoir laisser filer l’ex-raïs du côté du clan Ibn Saoud… Bref,si en 1791 les révolutionnaires arrêtent Louis XVI à Varennes pour ne pas le laisser filer en direction de l’Autriche, il faut croire qu’ils avaient en tête qu’une contre-révolution pouvait être très facilement fomentée grâce au soutien de cette grande puissance contre-révolutionnaire européenne… Sans pour autant tomber dans l’anachronisme historique, force est de constater qu’il y a là matière à réflexion

    • jipe le 18 octobre 2011 à 22:23

      C’est vrai, les Français sont inquiets, face aux révolutions Arabes, si les gouvernements émergents sont à tendance Islamiste, cela pourrait déboucher sur une conflagration mondiale, et ce n’est pas un scénario de science-fiction…

  10. dortiguier le 12 octobre 2011 à 23:55

    Je relève que Tarek Ben Ammmar -producteur de spectacles de feu Michae Jackson -ce qui n’est pas en soi un crime mais laisse perplexe quand on connaît ce qui va suivre- a été à l’origine du slogan lancé, dit-on, par le N.E.D. (New Endowment for Democracy): Dégage Ben Ali, sur sa chaîne privée.
    Je suis de l’avis que la Tunisie est -et a été- artificiellement projetée dans l’anarchie politique, entretenue par des dangers imaginaires, et que Ennadha n’a rien pour déplaire puisqu’il se réclame des mêmes Frères musulmans qui soutiennent la politique otanienne en Libye et en Syrie! Ce printemps arabe est l’escroquerie du siècle! Qu’en eût pensé Bourguiba?

  11. ygq le 13 octobre 2011 à 10:54

    Des liens vers des articles (en français) qui complètent bien me semble-t-il le billet, tous trouvés sur l’excellent portail nawaat.org:
    http://nawaat.org/portail/2011/10/12/nessma-tv-laicite-inchallah-ennahdha-non/
    http://nawaat.org/portail/2011/10/10/le-cas-ne9ma/

  12. Nony le 13 octobre 2011 à 15:15

    L’Égypte décline actuellement la version fitna chrétiens/musulmans mais avec des recettes analogues : provocations, flics déguisés en fondamentalistes, appels à la haine… jusqu’au carnage et aux 25 morts de dimanche dernier. Quand une caste veut garder le pouvoir, elle est prête à tout. Mais il n’est pas sûr que ce soit l’analyse qu’en feront (majoritairement) les égyptiens.
    Quant aux pays occidentaux, ils ont entendu dire que “des combats avaient opposé des salafistes et des chrétiens” (ce qui est totalement faux pour le massacre devant Maspéro). Ils ont versé une petite larme sur le sort des chrétiens et se rendorment rassurés : on ne peut décidément pas espérer construire la démocratie avec ces barbus, on vous l’avait bien dit ma bonne dame !

    • Ibm Yamin le 13 octobre 2011 à 21:48

      Les Égyptiens ont malheureusement bien conscience (dans leur ensemble) que l’armée essaye de garder la main sur l’ensemble des structures de pouvoir… Pour les uns, il y a un sentiment de fatalisme : “le pays est au bord du gouffre et il nous faut un pouvoir fort pour remettre l’économie (en particulier le tourisme) sur les rails”, l’armée n’est pas la meilleure chose mais dans l’état actuelle elle est sans doute la moins pire. Pour les autres, l’idée que l’armée est en train de freiner le processus de démocratisation est insupportable, ils sont toutefois (et malheureusement) minoritaires à la fois dans le discours et la mobilisation…

  13. hedidh le 13 octobre 2011 à 21:29

    Cet article est excellent sur le plan informatif. Dans le contexte actuel, on peut se demander d’ailleurs quelles sont les forces économiques et autres qui sont derrière l’éclosion de plusieurs médias, en ligne ou sur papier, qui nécessitent des fonds considérables. Quant à la représentation de Dieu, je crois qu’il faut la situer dans le contexte du film : c’est une enfant qui s’imagine Dieu et, en plus, c’est un dessin!
    j’ai moi-même réagi dans mon blog à cet événement, mais en le tunisocentrant si j’ose dire, en le reliant à une série d’événements semblables obéissant à la même logique et qui n’impliquent pas forcément des manipulations ou des récupérations, bien que la provocation est toujours possible. Mais, sur le point de la langue, essentiel pour comprendre les réactions, j’ai une autre interprétation :http://hedidh.blogspot.com/2011/10/autour-de-persepolis-et-au-cur-du.html
    Cordialement

  14. Lavinia Bernache le 14 octobre 2011 à 7:39

    Je ne partage pas du tout ce point de vue.

    Quand on enlève le rhétoric, le fait est qu’un film très intéressant sur le contenu et le plan artistique a été interdit (et la chaine contrainte de s’excuser de l’avoir programmé) pour des raisons d’intolérance moyennageuses, et que notre coupable indulgence envers ces agissements va encourager l’instauration d’un régime de type iranien.

    Quand des catholiques intégristes attaquent des films en France (y compris avec bombes dans un cinéma!) nous, gens de gauche, sommes prompts à les dénoncer. Là, c’est la même chose et les contorsions intellectuelles n’y changent rien. La liberté d’expression n’est pas à géométrie variable

  15. hedidh le 14 octobre 2011 à 9:25

    Bonjour,
    Merci pour votre réponse. Comme le montrent les réactions à votre article, le fond du problème n’est politique que pour les observateurs politiques, tunisiens ou étrangers, alors qu’il touche un complexe identitaires pour les intéressés, c’est-à-dire les Tunisiens engagés dans dans un combat qui excède les frontières politiques, touche à l’identité et donc à l’être. Or, vous êtes bien placé pour le savoir parce que vous avez rapporté dans ce blog moult controverses autour du problème de la langue et de la représentation artistique que l’être est bel et bien compris dans la langue. Vous savez que c’est autour d’elle que, de plus en plus d’intellectuels, revendiquent dans les pays concernés, soit la “tunisianité”, soit “l’algérianité” qui s’expriment dans des langues uniques au monde (comme toute langue) et sont considérées comme les marqueurs les plus sûr de spécificité qui ne veulent pas être noyées dans une langue transnationale : l’arabe classique maintenu en vie par les média audiovisuel et qui est aussi “vivant”, “dynamique” et “créateur” que l’est la Ligue arabe qui a imposé son usage! Dans l’affaire Persépolis, au-delà de la polémique politique tout à fait pertinente et représentative, il y a un mélange explosif entre l’origine française du film (destiné d’abord à un certain public avec ses représentations propres), le sujet traité (une révolution “islamique” avec les violences qu’elle suppose, comme toute véritable révolution) et la langue, non pas arabe classique, qui l’aurait situé dans des sphères cérébrales, mais l’arabe dialectal tunisien qui, “bon” ou “mauvais”, devient le vecteur de l’émotion à la fois esthétique et politique, quand ce n’est pas celui de l’identification dans un imaginaire musulman partagé. Or, justement, le complexe identitaire tunisien, ou algérien, tourne autour de ces trois éléments : la France, l’islam, le monde arabe. Les programmateurs de Nessma TV ne pouvaient pas l’ignorer et, quels qu’aient été leurs calculs, je trouve qu’ils participent à crever l’abcès.
    Bien Cordialement

  16. Sosso le 14 octobre 2011 à 18:42

    À tunis aujourd’hui https://www.facebook.com/photo.php?v=223506821046791 et il paraît que le sujet des prière du vendredi était la chaîne Nessma (un peu partout en Tunisie)

    • ygq le 15 octobre 2011 à 9:00

      Et ça continue avec la maison de M. Keraoui… Mais que fait la police ?

      • Sosso le 15 octobre 2011 à 12:58

        Hier parmi les slogans on a pu entendre ” الشعب يريد دولة اسلامية et الشعب يريد خلافة اسلامية” (dire que le message annoncé derrière la diffusion du film c’était pour mettre en garde contre ça)
        on a vu aussi des pancartes avec écrit “مسيرة بترخيص رب العالمين ”
        Et à dans le Jt de la chaîne nationale on a vu une fille voilée presque en pleure qui
        disait en dialecte tunisien “يجسدوا ربي !! كيفاش ربي سبحانه رب الارباب”
        À qui profite ce qui se passe???? Le gouvernement ? oui parce que pendant ce temps là personne ne regarde ce qu’ils sont en train de décider, personne ne demande de comptes à BCE et ce qu’il était promettre aux USA. les salafistes ne sont pas à leur coup d’essai et le gouvernement a laissé faire depuis le début.
        La police a toujours laissé faire avec ces types là.
        D’après des amis à Tunis les policiers sont en nombre devant les locaux de Nessma à Mohamed V (mais là bas il n’y a rien eu).
        les manifs salafistes, le niqab, des ménages polygames, la prière dans la rue le gvrt laisse faire. Ce qu’ils veulent?? qu’on pleure Ben Ali ?? Je ne pense pas mais qu’on pleure les agissements de Ben Ali peut-être. Qu’on accepte le troc sécurité contre ??? liberté ? les élections ? démocratie? Parce que la démocratie nous livrera aux salafistes.
        http://www.kapitalis.com/afkar/68-tribune/6345-tunisie-des-islamistes-ca-va-des-salafistes-bonjour-les-degats.html

        http://www.mosaiquefm.net/assets/audio/mp3/DECLARATION-NABILKAROUI-141011.mp3

  17. [...] rejected amongst Sunni Muslims (whereas in Shiia-majority Iran this would widely accepted, as Yves Gonzales-Quijano points out in his [...]

  18. dona le 15 octobre 2011 à 11:07

    Bonjour Yves merci pour ce billet tres interessant. I`ve commented myself on Nessma`s issue on my blog please have a look http://mediaoriente.com/2011/10/14/nessma-tv-the-tunisians-danish-cartoon-crisis/
    Ton blog est toujours tres interessant, merci!

  19. mehdi le 17 octobre 2011 à 2:24

    jjg!bonjour à tous ,ni “salafistes,ni islamistes” tous les memes et un
    bon coup de balai ,

  20. jipe le 18 octobre 2011 à 22:12

    Pour nous, occidentaux de culture judeo-chretienne, tout ce battage autour d’une image de Dieu, semble d’une futilité extrême. A mon sens, un vrai croyant n’a rien à faire de l’opinion des mécréants. Se fâcher, se vexer, de se que l’on considère comme une atteinte à nos croyances, est un signe de faiblesse, si l’on est vraiment certain de notre foi, que vaut l’opinion des autres?


Carnets de recherche