Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet

19 mars 2012
Par

A l’occasion d’une énième conférence internationale sur L’arabe, langue universelle : responsabilité de l’individu, de la société et de l’Etat, Abdo Wazen (عبده وازن) se fend dans Al-Hayat d’un  inévitable article sur la décadence de l’arabe. Cela commençait bien pourtant, avec des remarques sur la globalisation, sur l’usage d’internet à travers lesquels s’est effectuée une modernisation de la langue que “linguistes conservateurs et lexicologues fondamentalistes” n’ont pas réussi à contenir. Hélas, cela s’achève par la classique déploration sur la rigueur de règles grammaticales stérilisantes qu’il conviendrait d’assouplir. On laissera aux spécialistes le soin de débattre à l’infini de ces problèmes, en notant au passage qu’Abdo Wazen regrette dans les usages actuels de la langue ce que d’aucuns considéreraient comme une vertu : “une langue d’emprunts, une langue composée, une langue fabriquée, une langue-collage”… Autant de problèmes, de son point de vue, liés à un mésusage de l’anglais, conséquence d’une perte d’identité (إنها اللغة المستعارة، اللغة «المولّفة» و «الممنتجة»، اللغة–الكولاج، التي لا هوية لها، بل التي لا تحمل هويّة صاحبها أو كائنها). Dans l’article ci-dessous, traduit en arabe par les soins de la revue Maqâlid publiée par le Bureau culturel de l’ambassade d’Arabie saoudite en France, je suggère d’arrêter de “pleurer sur les ruines du campement déserté” pour se tourner une bonne fois vers l’avenir, en acceptant les inévitables mutations imposées notamment par la révolution numérique.

L’arabe métissé de l’internet, langue du troisième millénaire

Dans toutes les langues, on rêve de pureté. Pour l’arabe en particulier, dans plus d’un pays, on se plaît à prétendre qu’on parle le « meilleur » arabe, en tout cas « le plus pur ». Pourtant, toutes les langues – et l’arabe n’y échappe pas – sont le produit de mariages ; des mariages qui, dans l’histoire, sont plus souvent obligés que consentis, sous l’effet de brassages, de mélanges, de rencontres, davantage imposés par les circonstances que désirés. Ce sont en effet souvent les invasions, les conquêtes, les occupations, qui ont provoqué le mélange des langues, lesquelles empruntent à leurs « sœurs » non seulement des mots, mais aussi des sonorités et même des règles de syntaxe. En Europe par exemple, l’empreinte de l’Empire romain est clairement visible sur les langues dites « latines », mais on aurait tort d’oublier combien l’anglais aussi doit à la langue officielle de la Rome impériale, langue de culture dans tout le continent européen pendant des siècles… Pour ce qui concerne la langue arabe, il n’est pas bien difficile d’en retrouver les échos, des siècles plus tard, dans la langue parlée en Espagne aujourd’hui et, par voie de conséquence, dans toutes les régions où cette langue s’est implantée, à commencer par l’Amérique latine.

Il y a aussi des mélanges plus pacifiques, en tout cas moins liés aux rivalités des empires et des royaumes. Le commerce en général, et les échanges en Méditerranée en particulier ont permis la diffusion dans le « Bazar Renaissance », cet espace de rencontre magistralement décrit par l’historien britannique Jerry Brotton1, d’une lingua franca dont quelques usages ont survécu jusqu’à l’époque moderne. A l’aube du troisième millénaire, une nouvelle lingua franca est en train de voir le jour. A travers les innombrables réseaux numériques qui innervent la grande société mondiale de l’information une nouvelle langue s’est à l’évidence imposée, le Global English (ou Globish). Il y a quelques années à peine, la moitié des pages disponibles sur internet étaient écrites en anglais. Mais la Toile mondiale évolue, tout comme ses utilisateurs et comme les applications disponibles. Déjà, des langues concurrentes apparaissent, le chinois et l’espagnol en premier lieu. Sur le Réseau des réseaux, l’arabe n’est « que » la septième langue, avec un maigre 3,3 % par rapport à l’ensemble des internautes. Toutefois, elle est bien la première au monde en termes de croissance : durant la première décennie du troisième millénaire, sa présence sur la Toile a augmenté de plus de 2 500 % !!!

Il est donc acquis que l’arabe est en train de trouver sa place dans les réseaux numériques globaux, en partie grâce aux efforts de quelques institutions qui ont su rendre disponibles les trésors de son héritage culturel. Avec la constitution d’une énorme bibliothèque de « classiques » en ligne, le site Al-Warraq2 reste un modèle, dont on ne soulignera jamais assez combien il a été essentiel, non seulement par l’importance des données qu’il a rendu disponibles mais plus encore par le timing de sa mise en œuvre, au tout début de l’internet arabe, à un moment où l’importance de l’économie de la connaissance était encore largement méconnue. Bien d’autres initiatives l’ont rejoint, et l’essentiel de la culture du passé est aujourd’hui accessible sur internet. Avec les années, ce qui n’est pas encore accessible le deviendra, et c’est désormais essentiellement sur les modalités de mise en ligne que l’effort doit porter avec, d’un côté, l’enrichissement des métadonnées qui vont permettre le repérage d’un document dans l’océan de ceux qui sont en ligne et, de l’autre, l’amélioration des interfaces qui enrichissent les nouveaux usages numériques des textes. Trop souvent en effet, les bibliothèques informatiques arabes sont conçues comme des copies des fonds originaux, alors que leur véritable numérisation suppose au contraire un travail sur les données afin d’en exploiter au mieux les richesses. Ce n’est pas un hasard si c’est autour du Coran, le texte par excellence pour les musulmans, qu’on observe les plus sophistiquées des applications électroniques, celles qui associent le son et l’image, les support multimédias et multilingues, la possibilité d’annotations, en attendant les découvertes à venir…

Mais le patrimoine classique est clos, par définition. Quelle que soit notre admiration pour le passé, l’arabe qui va circuler demain et plus encore après-demain sur les réseaux mondiaux ne sera pas celui de jadis. Bien au contraire, avec le temps, l’écart entre la proportion de textes anciens et nouveaux va se creuser, toujours plus en défaveur des premiers jusqu’à ce que la Toile ne nous donne plus d’exemples anciens, sauf à les rechercher de plus en plus profondément sous la masse des textes en circulation. Un cauchemar sans aucun doute pour les puristes de la langue, pour tous ceux qu’exaspère l’oubli systématique des règles grammaticales, syntaxiques, morphologiques et même phonétiques les plus élémentaires. Rien de neuf sous le soleil ! A la fin du XIIIe siècle déjà, dans la préface du Lisan al-’arab, l’extraordinaire dictionnaire qu’il avait compilé précisément pour tenter de retarder ce désastre, Ibn Manzour se désolait de voir massacrée de la sorte la langue qu’il aimait tant ! Plus près de nous, l’essor de l’imprimerie dans le monde arabe a provoqué celui de la presse, des magazines et des maisons d’édition, source d’une renaissance culturelle et intellectuelle qui rendit inéluctable une première transformation de la langue, sous la pression, déjà, des « nouveaux » médias de l’époque. Inutile par conséquent d’imiter les Anciens et de « pleurer sur les ruines du campement déserté », rien ne pourra l’empêcher : il est écrit que l’arabe de demain sera « numérique », et que la langue va inévitablement beaucoup évoluer, et que cela va se faire au prix de la transformation de nombreuses règles, de l’évolution de très nombreux codes et usages. Avec les techniques numériques, tout le monde, y compris le plus malhabile des utilisateurs, va pouvoir s’emparer de la langue, la maltraiter à sa guise. C’est le prix à payer de la « démocratisation » des usages numériques, et il n’est pas interdit d’ailleurs de considérer qu’il est exorbitant. Mais une fois encore, impossible de lutter contre une évolution implacable.

Impossible, également, de savoir ce que sera cette évolution. En revanche, on peut déjà prévoir que les spécialistes n’ont pas fini d’en parler ! Le plus souvent, pour se désoler – c’est le cas pour toutes les langues confrontées à une telle situation – des changements en cours. Ils ont eu déjà, et ils auront encore très largement la parole, pour assurer la « défense » de ce patrimoine mondial de l’humanité qu’est la langue dans laquelle le Coran a été délivré. Pourtant, cette « nouvelle » langue, cet arabe « métissé » qui atteindra son plein développement demain mais dont on peut observer déjà les premiers pas dans l’espace numérique arabophone, celui des nouveaux médias télévisés ou en ligne, mais plus encore celui des innombrables échanges sur les pages de Facebook ou sur les écrans des téléphones cellulaires, cet arabe-là ne présente pas que des aspects négatifs. Il ne s’agit pas de prendre sa défense – il n’en est guère besoin de toute façon car il s’imposera tout seul – mais d’essayer de mettre en évidence, trop rapidement certainement, quelques-unes des caractéristiques de l’arabe du troisième millénaire.

La première des différences, la plus visible sans doute, tient à l’apparence de la langue arabe qui, pour une grande part des jeunes générations de l’ère numérique, possède désormais deux alphabets ! A l’ancien s’ajoute un second, bricolé à l’aide des caractères latins complétés par quelques symboles complémentaires pour trouver sur les claviers des téléphones ou même les ordinateurs des équivalences pour les caractères manquants. Cet « arabizi » est loin de rivaliser, on s’en doute, avec l’élégance plastique de l’alphabet arabe qui a fait le bonheur des calligraphes au long des siècles. Mais on voit également apparaître de nouvelles typographies qui, en associant les caractéristiques plastiques des deux alphabets, renouvellent et même enrichissent considérablement la gamme des possibilités. Et de toute manière, cet ajout d’un nouveau code, en parallèle à l’ancien, est un mal nécessaire pour que les utilisateurs de la langue arabe participent pleinement, au moins durant une phase de transition, aux applications numériques qui sont au cœur de l’économie de la connaissance. Après tout, plus d’un milliard de Chinois utilisent aujourd’hui une langue qui, dans sa version romanisée, de plus en plus présente depuis le milieu du siècle dernier, a changé jusqu’à son sens de la lecture, passé, du système traditionnel vertical et de droite à gauche au « standard universel » de la gauche vers la droite…

Beaucoup plus importante, lancinante même pour la culture arabe, est la question de la diglossie ou, si l’on préfère, de la coexistence de registres très différents de la langue, allant du plus dialectal au plus savant, selon les circonstances et les besoins du locuteur. Au contraire de ce que pourraient faire croire les apparences, avec la multiplication de revendications du « droit » à s’exprimer dans telle ou telle langue vernaculaire, non seulement à l’oral, à la radio et à la télévision mais également à l’écrit, avec par exemple la tentative de produire une version « égyptienne » de l’encyclopédie en ligne Wikipedia3, il est permis de penser que la multiplication des échanges oraux et écrits en ligne va en réalité favoriser l’émergence d’une nouvelle forme de « moyen arabe4 ». En effet, à l’image des phénomènes linguistiques provoqués par l’arabisation de l’administration de l’Empire abbasside au Moyen Age, la transformation radicale des conditions sociales et techniques du passage à l’écrit produira sans doute une « nouvelle » langue, « moyenne » par sa position à mi-chemin des arabes parlés et de l’arabe classique, mais « exceptionnelle » par sa capacité à s’adapter aux besoins d’utilisateurs loin d’être tous versés dans les subtiles arcanes de la grammaire. La perte d’une partie de ces codes est certainement le prix, encore une fois en quelque sorte obligatoire, de la « démocratisation » des usages de l’écrit que permettent les nouvelles techniques.

La langue arabe va donc prendre « un coup de jeune », dans tous les sens du terme, avec l’apparition de nouveautés lexicales, syntaxiques, morphologiques, etc., où se fera également sentir l’influence des autres langues du monde. Une telle évolution entraînera la disparition de certains codes, et certains diront que l’arabe « métissé » que l’on va voir apparaître de plus en plus aura perdu toute sa « pureté »… Regrets qui n’arrêteront pas l’histoire et qui se refusent à voir qu’une langue, comme tout organisme vivant, ne subsiste qu’en s’adaptant à son écosystème. Regrets également qui ne voient pas que la richesse de la culture arabe moderne est, pour ce qui est du domaine de la littérature, le produit d’une évolution largement comparable. En effet, s’il est vrai que le roman est devenu, selon l’image frappante proposée par le critique égyptien Gaber Asfour, le nouveau « divan des Arabes », ce roman, celui de Néguib Mahfouz ou de Alaa El-Aswani, est bien écrit dans cette langue renouvelée par l’adoption de l’imprimerie quelques décennies plus tôt. Et parmi les œuvres contemporaines les plus marquantes, certaines, dont celles de la romancière saoudienne Raja al-Sanea, montre la voie d’une nouvelle créativité qui intègre les caractéristiques expressive de ces nouveaux usages de la langue arabe au temps du numérique.

L’arabe « métissé » du troisième millénaire va donc obéir à la loi du vivant et s’éloigner encore un peu plus de son passé. Mais il va aussi se rapprocher davantage de cette jeunesse, largement plus de la moitié de sa population actuelle, qui est en train d’écrire son avenir.

  1. Jerry Brotton, Le « Bazar Renaissance ». Comment l’Orient et l’islam ont influencé l’Occident, Paris, Les liens qui libèrent, 2001. []
  2. Voir à ce sujet ce billet sur les Carnets de l’Ifpo. []
  3. http://arz.wikipedia.org/wiki/> []
  4. M. Doss, « Réflexions sur les débuts de l’écriture dialectale en Egypte », Egypte/Monde arabe, n° 27-28, 1996. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Internet, langue, panarabe

9 commentaires pour “ Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet ”

  1. AbdelmajidB le 21 mars 2012 à 2:34

    Pour l’instant, non comment, mais merci pour cet excellent article ;-)

  2. Links March 19-21 2012 - ScrollPost.com le 21 mars 2012 à 20:25

    [...] Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet On “Arabish” [...]

  3. xoussef le 21 mars 2012 à 23:19

    Effectivement.
    Je ne suis pas sure d’épouser cette évidence qui dit que la langue se doit de refléter l’identité de son utilisateur. Mais à assumer que ce soit le cas, et si ma langue est désormais une “langue d’emprunts, une langue composée, une langue fabriquée, une langue-collage”, il n’y a ici aucun problème car ma propre identité n’a rien de pure. Mon identité est fluide, changeante. C’est une superposition, un collage, heureusement. Et si mon usage de la langue reflète ceci, tant mieux. Pourquoi devrais-je aspirer à émuler une langue qui reflète une société bédouine d’il y a 1400 ans, alors que je suis là, au temps présent, à communiquer avec mes contemporains ? C’est une question que je pose aux puristes qui lamentaient, lamentent, et ne cesserons de le faire le déclin d’une langue qui n’a jamais connu autant de locuteurs.

    • AbdelmajidB le 26 mars 2012 à 3:55

      @ xoussef

      « Pourquoi », vous demandez-vous ?

      Et bien peut-être parce que c’est là une de ces questions qui dépassent le simple « moi », tout simplement.

      Une de ces question qui ne concerne absolument pas ni que la simple question de langue, ni que la simple question de communiquer, d’échanger avec ses contemporains, là et maintenant.

      Vous posez la question de cette « société bédouine d’il y a 1400 ans », n’est pas justement merveilleux que ce pouvoir de lire, de comprendre et de partager des sensations avec des ces gens d’il 1500 ans comme s’ils étaient encore nos contemporains grâce au seul pouvoir d’une langue ?

      N’est-ce pas plus jouissif, enrichissant et prometteur d’une certaine pérennité qu’une langue de circonstance qui vous limite, par définition, dans le temps et à certains de vos contemporains ??

      Bref, n’y a-t-il pas là matière à réflexion, surtout en notre temps ou tout est « kleenex », à commencer par notre langue tout comme nos rapports aux autres et à soi, nos rapports à hier, aujourd’hui et demain ???

      A méditer ;-)

  4. AbdelmajidB le 23 mars 2012 à 10:54

    Mais que ce soit bien clair : je ne suis certainement pas à classer parmi certains faux-drôle qui se coupent du monde ou qui nient la pluralité ou collage de quelque langue ou « identité » qui soient…

    Je tiens juste ici à rappeler brièvement à quel point cette question n’est pas si simple et qu’il ne faut surtout pas tomber dans le piège de la « culture kleenex » ambiante qui peut nous pousser à juger négativement une chose (en l’occurrence, la langue arabe classique, sa grammaire, sa syntaxe, son vocabulaire, etc.), non pas parce qu’elle serait « fautive » ou « inadaptée à notre monde » mais juste parce que nous sommes, nous, incapables de percevoir toute son étendue, de nous hisser à son niveau ou l’adapter à nos usages…

    Sujet en rapport :
    http://www.youtube.com/watch?v=gRoJuLHmYBQ

  5. [...] cet espace de rencontre magistralement décrit par l’historien britannique Jerry Brotton1, d’une lingua franca dont quelques usages ont survécu jusqu’à l’époque moderne. A [...]

  6. Daoud Isancice le 27 mars 2012 à 18:31

    AbdelMajid,
    je trouve l’argument de la “continuité culturelle” plutôt pertinent … pourtant j’ai toujours un doute quand je lis que la langue dépasse le simple locuteur, que nous sommes incapable de l’apprécier etc.,
    peut-être à cause de ces textes que j’ai lus sur la somme d’efforts que les enfants, les profs et les parents devraient faire, pour apprendre à bien prononcer ci et ça et tous les petits rubans autour de la fus7a qui font que c’est bien plus distingué que le parler normal qui sert à discuter dans la rue.
    (et les déclinaisons qui ne servent à rien et ces galipettes syntaxiques qui ont, de fait bien changé depuis 1400 ans – et même depuis 200 ans.)

    C’est au fond dire qu’il faut se mettre à la hauteur de la langue, qu’elle n’appartient pas à qui veut, qu’elle ne s’acquiert pas naturellement.
    Or si l’arabe est UNE langue (avec ses dialectes … mais la diglossie est un peu plus compliquée), insister auprès de Ses locuteurs sur le fait qu’elle ne leur appartient pas me semble une vaste entreprise d’infantilisation assez nocive.
    (une forme de plus de dédain politique des individus … mais ça va de pair avec sa perpétuation comme instrument de pouvoir et de juridiction!)

    Et sinon, pourquoi ne pas axer la réflexion autour de la langue littéraire sur ses profits les plus substantiels, concrets, et pas juste sur l’esthétique ou la complexité gratuite?

    Comme quand Alaa Abdel Fattah remarque (sur FaceBook) qu’il n’utilise désormais plus le papier et stylo que pour remplir des formulaires de police, ou en prison où on lui confisque son ordinateur.
    Ça intéresse AUSSI le linguiste.

  7. Daoud Isancice le 29 mars 2012 à 3:20

    Article très judicieux,
    je travaille (et certainement pas le seul) sur cette double écriture dont vous avez déjà bien (et bien) parlé ! Arabizi et cie.
    Je me demande juste:
    Est-ce que dans le feu de l’argumentation vous ne confondez pas un peu ici la communication instantanée (SMS et “chat”) avec l’usage de l’arabe écrit en ligne, de l’arabe de presse en particulier aux blogs, (zone floue s’il en est)?
    Il reste quand même pas mal d’institutions qui n’ont rien à voir avec internet ni avec les jeunes, et qui ne voudront rien changer avant longtemps des normes, enfin de leurs propres normes finalement.
    Même si je ne suis pas aussi optimiste (mais ça fait du bien de lire une perspective d’avenir), est-ce qu’on peut pas penser ici que ces normes (dans les domaines plus actifs, et bavards, comme le journalisme) s’occuperont assez bien d’elles-mêmes? Si elles se perpétuent ou déclinent, c’est selon leur utilité (comprendre un texte de loi, faire le lien avec des phrasés légaux ou religieux), plutôt que selon l’habileté des ‘utilisateurs’, non?
    Ça me ramène au sujet de la conférence que vous mentionnez:
    “Arabe langue universelle, responsabilité de l’individu, responsabilité de la société, responsabilité de l’Etat”
    ! les devoirs, toujours: jamais les droits !
    J’ai l’impression que p-ê involontairement vous reprenez ce point de vue, en écrivant «le plus malhabile des utilisateurs, va pouvoir s’emparer de la langue, la maltraiter à sa guise.»
    “La langue” justement (si on parle d’elle) par définition on l’a déjà, si on s’en empare c’est que ce n’est pas la nôtre — c’est peut-être celle de l’État, des profs, des juges, et alors on a des raisons de vouloir la maltraiter. N’est-ce pas la première définition intuitive des dialectes qu’on a: qu’ils maltraitent la langue?
    L’histoire du Wikipedia en ‘égyptien’ est vraiment intéressante, mais sur une troisième langue, on n’est plus sûr de rien.
    Les linguistes en parlent souvent, mais ne s’accordent pas. Méfiance.
    Il faudrait bien délimiter les deux premières, déjà (des registres, des langues?), et puis lui trouver des caractéristiques propres —et exclusives.
    Mais st’un vieux problème, ça dépend aussi de comment on définit la langue, et son évolution. Consciente, ou non? Diachronique? douloureuse?
    Courage, une fois ce problème-là reglé il faudra aussi s’occuper des kurdes et des berbères.

    Merci de cet article. La revue Maqálid a-t-elle un site?

    Et sinon : à la 3e ligne, vous avez confisqué sa há’ à Abdo Wazen (en arabe : عبد pour عبده).

  8. Yves Gonzalez-Quijano le 30 mars 2012 à 9:21

    Merci de ce long commentaire. «Le plus malhabile des utilisateurs va pouvoir s’emparer de la langue, la maltraiter à sa guise» : il ne faut pas lire cette phrase comme la défense du point de vue des puristes mais comme une “hypothèse rhétorique”, qui fait semblant de prendre le point de vue des “défenseurs” de la langue pour mieux soutenir ceux qui ne revendiquent, comme vous si je vous lis bien, que le droit d’en être les simples utilisateurs, en toute liberté !
    Et je rends à Abdo sa hâ’, c’est promis !


Carnets de recherche