Femmes arabes : outrages et outrances…

25 décembre 2012
Par

Beaucoup de travail pour la presse arabe bien décidée pour une fois à couvrir l’actualité dans son intégralité ! « Couvrir », en l’occurrence, cela veut dire que, dans les rédactions, on s’est évertué à trier, à recadrer ou encore à cacher par de pudiques carrés noirs, les images prises devant l’ambassade d’Egypte en Suède. Récidiviste car elle avait déjà fait beaucoup parler d’elle en dévoilant, via son blog et Twitter, sa nudité en octobre 2013, la jeune activiste égyptienne Alia el-Mahdi a donc fait à nouveau parler d’elle en révélant aux regards des passants et aux objectifs des journalistes ce que des médias se sont cru obligés de couvrir d’un voile pudique pour cacher cette ‘awra (un peu l’équivalent arabe des « parties honteuses »). En compagnie des « post-féministes » de Femen, la jeune Egyptienne protestait cette fois contre le projet de Constitution soumis à référendum dans son pays. En vain a t-on envie d’écrire tellement il était évident qu’il recueillerait la majorité des suffrages (au final, 64 % de oui, mais guère plus de 30 % de votants).

La première fois que la jeune Alia el-Mahdi s’était montrée en costume d’Eve, les critiques lui avaient en quelque sorte « taillé un costard » en lui reprochant un goût puéril de la mise en scène (bas noirs et escarpins vermillon), susceptible de détourner de combats autrement plus importants, celui de Samira Ibrahim par exemple, intentant à peu près à la même époque un procès contre le Conseil suprême des forces armées et sa pratique des tests de virginité… Cette fois encore, bien des militants – ceux du Mouvement du 6 avril notamment – ont préféré se désolidariser de celle qui a enrôlé à ses côtés les militantes ukrainienne pour une dénonciation sans nul doute assez outrancière du projet soumis au vote en Egypte. Le fait que les principes de la charia soient « la principale source de la législation » dans la nouvelle Constitution – une formulation déjà présente dans la version jusqu’alors en vigueur – justifiait-il vraiment cette image du Coran (avec la Torah et la Bible pour faire bonne mesure, sans oublier les bas noirs et les escarpins vermillon) en guise de cache-sexe ?

On ne l’a pas suffisamment noté, mais il faut tout de même remarquer que cette hénaurme provocation, en long et en large reprise dans les médias, n’a pas suscité dans le monde arabe (ou même musulman) l’explosion d’indignation à laquelle on pouvait s’attendre (et que désiraient sans doute les manifestantes). Sentiment de lassitude devant cet énième mise à l’épreuve de l’« innocence des musulmans » ? Trop grande gêne pour s’opposer à un affront qui oblige traiter en quelque sorte du « corps du délit » ? Ou bien serait-ce parce que les slogans sont écrits en anglais, et trop évidemment destinés à la galerie globale des actualités Google ? Peut-être tout cela à la fois, et bien d’autres choses encore, à commencer par le fait que le monde arabe s’accommode peu à peu à ces outrances qui témoignent de la violence des transformations actuelles, transformations dont, précisément, le corps et la sexualité en général sont une des scènes les plus brûlantes, comme le montrent bien des séquences du « Printemps arabe ».

Incontestablement, ce dernier n’a fait que donner plus de vigueur à la poussée de sève qui travaille depuis longtemps déjà la jeunesse arabe. Avec cette particularité que l’essor des réseaux sociaux dans la région et la banalisation des pratiques numériques s’accompagnent de toutes sortes de manifestations de l’extimité, entendues comme de nouvelles manières de vivre son corps et d’exhiber ce qui relève traditionnellement de l’intime, de ce que l’on garde (en principe) pour soi… Phénomène propre à la jeunesse bien entendu, minoritaire sans nul doute, mais pas tant que cela en fait. De ce point de vue – et j’espère qu’on ne m’en voudra pas là-bas de prendre cet exemple –, le Maroc constitue un cas d’école assez intéressant. Pour s’en tenir à l’actualité très récente, on pourrait parler des images (parfois vidéos) « postées » sur Facebook par de très jeunes filles en tenues plus que suggestives… « Fléau » trop connu, pourrait-on croire, en particulier dans ce pays qui a vécu, depuis plusieurs années, différents scandales relatifs à la mise en circulation de vidéos privées (fin 2008 pour cet article en arabe, mais il doit y avoir plus ancien). Si ce n’est que l’actuelle vague d’exhibitionnisme sur le Net se distingue des précédentes par le fait que, cette fois-ci, les actrices sont bien davantage consentantes. Dans cet article (en arabe), un sociologue local considère ainsi que ces actes sont manifestement liés aux problèmes de l’adolescence, certaines jeunes filles ayant recours à ce type de provocation pour tenter de surmonter leur mal-être…

Vraie ou non, l’explication témoigne en tout cas d’une prise de conscience d’une évolution du rapport au corps et à la sexualité que l’on retrouve, dans un autre domaine, dans Femme écrite (Maouchouma, « Tatouée »), un film réalisé par Lahcen Zinoun. Pornographique pour les uns, érotique pour les autres, sans nul doute osé dans ce pays dont le gouvernement est dirigé désormais par le Parti de la Justice et du Développement dominé par les islamistes, le film vient de sortir et l’objet du scandale, si l’on ose l’expression, est la belle Fatym Layachi, qui avait déjà fait sensation il y a quelques semaines en posant, dans un très sexy boxer masculin, pour la couverture d’un mensuel local. Presque une tradition locale puisqu’une de ses collègues, Latifa Ahrar, avait déjà fait hurler quelques mois plus tôt en posant, dans des tenues tout aussi suggestives, dans un autre magazine marocain (article en arabe). Une démarche parfaitement réfléchie et militante pour celle qui avait déjà associé modernité et tradition en faisant admirer le galbe de ses jambes à travers l’échancrure d’un superbe caftan, après avoir déjà osé se montrer sur scène très dénudée (en maillot de bain en fait) à l’occasion d’une pièce représentée à la fin de l’année 2010.

Faut-il suivre Nadéra Bouazza lorsqu’elle évoque la « renaissance du féminisme arabe » ? Avec les inévitables outrances qu’expliquent les outrages encore si nombreux faits à la condition des femmes arabes, on refermera l’année 2012 sur l’optimisme d’une Zakia Salim discernant les « signes d’un nouveau féminisme » (en anglais) dans le monde arabe. Sans oublier de rappeler que ces affirmations féministes ne passent pas nécessairement, il faut le rappeler, par un détachement de la religion car, comme l’explique Zahra Ali dans un livre récent qui sort du commun (voir aussi cette vidéo), il y a aussi, n’en déplaise à certains et certaines, des féminismes islamiques…


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Cinéma, Maroc, sexualité

10 commentaires pour “ Femmes arabes : outrages et outrances… ”

  1. shems le 26 décembre 2012 à 10:30

    Si outrance il y a on peut considérer de la même façon le port de la burqa ou du hijab, qui tentent de couvrir, mais qui en réalité découvrent, ces fameuses parties “honteuses.

    Bonjour

    Certes, il paraît qu’il existe un féminisme islamiste ou islamique, mais jusqu’ici il ne s’est pas beaucoup distingué en matière de défense des droits des femmes,par exemple : polygamie, répudiation, viol, violences, hijab, burqa etc. bien au contraire ses prises de position ne remettent rien en cause mais singent plutôt les positions les machistes.

    Je ne crois que ce féminisme fera évoluer la cause des femmes, jusqu’ici il a été plutôt un frein et un facteur de division dans la lutte des femmes.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 26 décembre 2012 à 21:13

      Bonjour ! On apprend à tout âge ! Personnellement, j’ai compris très récemment que le féminisme n’était pas, partout, toujours et tout le temps, synonyme de “progrès” ou de “pensée progressiste”. A l’époque coloniale par ex., nos féministes n’ont pas toujours fait dans la dentelle (avec les meilleures intentions du monde, bien évidemment). Voir par ex. Boggio Ewanjé-Epée et Magliani-Belkacem, “Les féministes blanches et l’empire”, encore un livre chez La fabrique.

  2. De Wed le 26 décembre 2012 à 20:06

    … très intéressant comme d’habitude.
    Il y a des trucs à dire, mais je n’ai pas encore lus tous les liens.

    (Je me demandais à propos de lien, si la page “soulèvement des femmes dans le monde arabe” (انتفاضة المرأة) est aussi une création de la même Alya alMahdi? Là encore on a l’impression qu’il y a une énorme (bonne) volonté potentielle, mais rien pour la canaliser ou la faire s’exprimer, dans le “monde réel”.)

    ! à propos ce semble être en octobre 2011 et pas 2013, qu’elle a posté ces photos. Enfin, on ne sait jamais, elle est libre de recommencer.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 26 décembre 2012 à 21:10

      Non non, le truc avec les Femen c’était bien en 2013 ! Et vous avez vu la neige ! Cela dit, 2011 ou 2013, elle a toujours l’air triste…

      • De Wed le 27 décembre 2012 à 16:06

        pardon — je parlais de la photo d’elle toute seule, nue mais avec le tabouret,
        ça semble bien dater de 2011.

        Les Femen, c’est plus récent (décembre), mais ça reste du 2012.
        Pour que quoi que ce soit se passe en 2013, il faut attendre encore 5 jours… mais je comprends qu’on soit pas fâché de passer à une nouvelle année.

        Personnellement le féminisme me rend moins dubitatif que le fait qu’on en parle surtout quand ce sont d’attirantes jeunes femmes qui le défendent, محجبات ou nues. Dans le cas des récentes Pussy Riot, on entendait pas mal de commentaires, dans quelque langue que ce soit, dont la seule sympathie portait sur la jeunesse et le physique de ces militantes, mais ignoraient ou rejetaient en bloc le reste, désacralisation de l’église, politique, punk, Kafka. que reste-t-il?

        Est-ce qu’on défend un mouvement sur le seul fait qu’il est principalement composé de belles jeunes femmes prêtes à montrer leur corps ?
        Le إغراء est un bon ressort de pub à court terme,
        mmmais, même en jouant sur le choc visuel, faire de tout homme en voyeur n’est pas un renversement si profond que ça…
        Des militants, hommes, nus devant les ambassades, ça existe?

        Allez bonnes fêtes !

        • Yves Gonzalez-Quijano le 27 décembre 2012 à 16:15

          “Touché” comme aiment dire les Anglophones ! Je suis fâché avec les dates… J’attends les manifs de mecs à poil, surtout s’ils ont de bonnes barbes ! … Mais j’ai peur que ce ne soit pas pour l’année prochaine… Merci pour les voeux !

  3. [...] l’époque, la blogosphère arabe s’était divisée à propos de ce geste. Les uns comprenaient et saluaient cette prise de risque qualifiée de courageuse quant d’autres [...]

  4. [...] avait-elle écrit sur son blog pour justifier sa démarche et clamer son athéisme.A l’époque, la blogosphère arabe s’était divisée à propos de ce geste. Les uns comprenaient et saluaient cette prise de risque qualifiée de courageuse quant d’autres [...]

  5. Yves Gonzalez-Quijano le 2 janvier 2013 à 11:05

    Intéressant article (comme souvent) dans Jadaliyya sur Alia et le mouvement Femen, avec des infos intéressantes sur la médiatisation (via Arte notamment) de tout cela et une analyse du rapport “maternisant) entre la jeune militante égyptienne et ses deux consoeurs “sextivistes” plus expérimentées, se plaçant, nolens volens (c’est du latin ! qu’elles le veuillent ou non) dans une situation qui fait penser à celle des féministes au temps de la colonisation. (A ce sujet, lire, à la Fabrique, “Les féministes blanches et l’empire” par F. Boggio Ewanjée-Epée et S. Maglinai-Belkacem.

  6. [...] l’époque, la blogosphère arabe s’était divisée à propos de ce geste. Les uns comprenaient et saluaient cette prise de risque qualifiée de courageuse quant d’autres [...]


Carnets de recherche