Mawlanâ d'Ibrahim Issa : critique des marchands du temple

4 mars 2013
Par

mawlana

En prélude au résultat final de sa cinquième édition, annoncé au mois d'avril 2013, les jurys du « Booker arabe », appellation courante pour l'International Prize for Arabic Fiction ont diffusé en janvier dernier leur short list. Elle a suscité d'assez nombreux commentaires, notamment en raison de la personnalité du président du jury, Galal Amin, un économiste sociologue accusé de ne pas être un spécialiste de littérature et de privilégier l'aspect sociopolitique des œuvres à leurs qualités artistiques (voir par exemple cet article en arabe dans Al-Hayat).

Si ces critiques sur les orientations du jury ont quelque fondement, un titre, parmi les six qui ont été retenus, a toutes les chances d'attirer sur lui la plupart des suffrages. Outre le fait qu'il est publié par Bloomsbury Qatar Foundation Publishing, l'énorme machine à éditer créée il n'y a même pas cinq ans dans ce petit pays capable malgré tout de s'offrir un mondial de football, Mawlana (مولانا - Notre maître) dispose en effet d'autres atouts. Il est pour commencer l'œuvre du journaliste Ibrahim Issa (إبراهيم عيسى), un des opposants les plus en vue du temps de Husni Moubarak, aujourd'hui présentateur (Issa, par Moubarak !) d'un talk show très écouté. Romancier à ses heures (une bonne demi-douzaine de titres), son écriture, qui est tout sauf innovante, voire même assez routinière d'un point de vue littéraire, fait preuve en revanche d'une efficacité assez redoutable. Enfin, l'homme, qui possède de très solides informations après un quart de siècle de vie publique qui lui ont permis de se hisser aux premiers rangs de la presse et de la politique arabes, est également doté d'un flair journalistique exceptionnel.

De ce point de vue, la thématique de son dernier roman à succès tombe à pic ! A grand renfort d'intrigues sentimentales et politiques ficelées avec un indéniable talent, Mawlana raconte les aventures d'une de ces stars de la prédication islamique apparues du temps de cheikh Shaarawi (الشعراوي : lien vers un article publié en 2000 mais qui reste actuel) et aujourd'hui incarnées par des personnalités aussi importantes que cheikh Qardawi (القرضاوي, régulièrement évoqué dans ces billets, notamment ici). A travers la personnalité attachante de son personnage principal, cheikh Hatem al-Shanawi, un obscur religieux devenu par la grâce de la fée télévision, une immense vedette des médias locaux, Ibrahim Issa offre au lecteur une plongée trépidante dans un monde fascinant, dominé par les rapports entre le pouvoir politique, les médias et l'institution religieuse, sous le sceau de la corruption, de l'argent et du cynisme le plus total.

280px-فيلم_طيور_الظلامLe sujet n'est pas inédit, loin de là, et le cinéma arabe (et notamment égyptien) a évoqué à maintes reprises la figure de l'homme de religion. Un article (en arabe) de Kamel al-Qadi dans Al-Quds al-'arabi cite ainsi une longue liste de titres dont se détache le très célèbre Tuyûr al-Dhalâm (Oiseaux de ténèbres : affiche ci-contre), un film sorti en 1995 avec notamment Adel Imam. La critique des hommes de religion, avec leurs éventuelles faiblesses face aux séductions diverses (argent, pouvoir, femmes...), ne doit pas être confondue avec celle des précheurs extrémistes « islamistes », présente elle aussi mais plus directement politique (intéressant article de l'hebdo marocain Tel Quel évoquant plusieurs films réalisés dans ce pays sur les « fous de Dieu »).

Le thème choisi par Ibrahim Issa pour son roman sur lequel il a travaillé d'arrache-pied entre 2009 et 2012 – l'analyse des prédicateurs « ordinaires », en quelque sorte les grandes voix de l'« islam médiatique grand public » – est d'une certaine manière plus subtil, et probablement davantage dans l'air du temps. Il semble bien par exemple que la prochaine saison de ramadan, le grand moment de l'année pour les feuilletons télévisés, verra ainsi la projection d'un certain nombre de séries très critiques du rôle des « nouveaux prédicateurs (الدعاة الجدد). Un article (en arabe) dans Al-Hayat en mentionne plusieurs : Bashar mithlakum (Des hommes comme vous) écrit par Mohamed al-Azab (dont un roman, Mauvaises passes, vient d'être traduit en français par Emmanuel Varlet aux éditions du Seuil), Al-dâ'iyya (Le prédicateur), écrit par Medhat al-Adal, et bien entendu Notre maître, le roman d'Ibrahim Issa, donc le passage au petit écran risque de faire du bruit, surtout si le roman obtient, comme on peut le croire, le Booker (à tel point qu'un des acteurs pressentis pour le rôle titre a préféré décliner la proposition, sans doute par peur des remous politiques autour de cette sortie...)

De façon peut-être inattendue, on constate donc que l'arrivée au pouvoir de certains partis se réclamant de l'islam politique, en tout cas dans l'Egypte du président Morsi, semble étendre la liberté d'expression. Bien loin d'être muselée comme on le dit souvent – en tout cas pour l'heure, la scène culturelle, à commencer par la télévision, semble au contraire s'enhardir en publiant des œuvres critiques, non plus seulement des aspects les plus caricaturaux de l'extrémisme religieux à travers des imams à fausse barbe vociférant à qui mieux mieux, mais également des visages très ordinaires des « marchands du temple » qui peuplent les très nombreuses émissions télévisées religieuses.

Il y a des chances pour que le sujet revienne sur le tapis (de prière...) à l'occasion du prochain ramadan !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , ,

Posté dans : Egypte, littérature, télévision

Un commentaire pour “ Mawlanâ d'Ibrahim Issa : critique des marchands du temple ”

  1. Marcella Rubino le 9 mars 2013 à 0:17

    Au même moment le gagnant du Booker 2009 Yusuf Zaydan va probablement subir un procès (dans lequel il risque la peine de mort) pour "mépris des religions, incitation à la violence et diffusion d'idées extrémistes".

    http://www.hadithna.com/2013/02/blog-post_9413.html


Carnets de recherche