En arabe dans le texte, les anathèmes diaboliques de cheikh Qardawi

4 juin 2013
Par

 

Aujourd'hui, l'anathème désigne la réprobation générale, la mise à l'index, d'une personne ou d'une idée. Mais à l'origine, le mot appartient au vocabulaire religieux (catholique) et désigne la « sentence de malédiction à l'encontre d'une doctrine ou d'une personne jugée hérétique », ou bien encore la « peine ecclésiastique qui consiste à retrancher publiquement quelqu'un pour cause d'hérésie de la communauté des fidèles, à l'excommunier en le maudissant ».

Cette définition s'applique exactement à l'exercice d'exécration publique auquel s'est livré une des plus hautes autorités de l'islam sunnite, depuis longtemps mise sur orbite médiatique par la chaîne satellitaire Al-Jazeera. Cheikh Qardawi (Qaradawi, Qardhâwî, القرضاوي) a ainsi rompu avec le positionnement qu'il a longtemps affectionné, celui du champion de la « voie moyenne », celui qui se tenait loin des extrêmes et même à l'occasion celui qui se faisait le chantre de l'unité des musulmans, chiites et sunnites confondus. En l'espace de quelques jours, en public à Doha et sur son site internet, l'homme qui anime depuis des années les causeries religieuses d'Al-Jazeera (entre autres tribunes) s'est prononcé sur les questions actuelles en utilisant un langage d'une rare violence. Des diatribes qui ont fait du bruit dans le monde arabe mais qui ont eu beaucoup moins d'échos dans la presse internationale, ou alors sur un mode très édulcoré. Pour s'en tenir à quelques exemples, la BBC a ainsi titré que « le religieux Qardawi presse les sunnites de rejoindre les rebelles » (Qaradawi urges Sunnis to join rebels). Quant au New York Times, il va jusqu'à épouser la logique du dignitaire religieux en parlant d'« appel aux musulmans du monde pour qu'ils aident les rebelles syriens » (Sunni Cleric Issues Appeal for World’s Muslims to Help Syrian Rebels). Faut-il comprendre que, pour le NYT , les chiites ne sont pas musulmans ???!!!

Comme on le sait, à traduire il y a toujours danger de trahir. C'est encore plus vrai lorsqu'il s'agit, comme dans les discours de cheikh Qardawi, d'un vocabulaire religieux chargé d'une histoire spécifique qui ne trouve pas forcément son équivalent dans d'autres aires culturelles, et notamment en français. Avec les précautions d'usage, on propose malgré tout cet essai de lecture de « Qardawi dans le texte », c'est-à-dire aussi près que possible de l'original, au risque de ne pas être toujours très élégant dans l'expression. En tout état de cause, ça ne sera pas pire que l'absence totale de verbatim dans les médias chargés d'informer, qui se taisent ou se contentent de résumés très édulcorés.

Pour ce faire, on peut utiliser la dépêche publiée sur le site d'Al-Jazeera, qui, curieusement, n'en fait pas des tonnes sur les déclarations fracassantes du Global Mufti qui fait pourtant partie de ses vedettes les plus célèbres. Illustré d'une photo prise à l'occasion d'un meeting de « solidarité avec le peuple syrien »(voir ci-dessus), tenu dans un stade de Doha, l'article, assez bref, propose un titre particulièrement neutre par rapport à ce qu'on trouve ailleurs dans la presse : « Qardawi attaque Nasrallah » (القرضاوي يهاجم نصر الله ). Avec toutefois un sous-titre qui donne le ton : « Il l'a décrit [= Nasrallah] comme le leader du "parti de Satan" » (وصفه بأنه زعيم "حزب الشيطان" ).

La formule est un classique des échanges musclés de la propagande politico-religieuse, et trouve des échos dans le répertoire coranique (voir ce commentaire de Nidal sur le site SeenThis). Dans le même registre, Qardawi pousse le bouchon un peu plus loin en jouant sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, quelque chose comme « Victoire du démon » (nasr al-tâghût) en lieu et place de « Victoire de Dieu » (Nasr Allah "حزب الشيطان ونصرٌ للطاغوت" ). L'épithète est coranique elle aussi, et elle a « l'avantage » dans la réthorique de Qardawi de renforcer le jeu sur les mots en introduisant des connotations de tyrannie, bien présente dans cet autre terme (tâghût) utilisé pour désigner l'ennemi principal de Dieu...

Au moment d'entamer sa série d'imprécations, cheikh Qardawi souffre d'un désavantage réel, celui d'avoir été longtemps, non seulement l'avocat de la conciliation entre musulmans, mais également celui qui n'a cessé de prendre parti, des années durant, en faveur de Hassan Nasrallah et même de Bachar el-Assad. Dans cet article (en arabe), « un observateur basé à Londres » vient ainsi de dresser la longue liste des louanges tressées, à l'un comme à l'autre, par le cheikh égyptien devenu qatari entre 2004 (guerre d'Irak) et 2009 (bombardement de Gaza), avec le pic de popularité, partagé dans tout le monde arabe, de la « divine victoire » – voir ce billet – de 2008. Car à l'époque, on jouait déjà sur le prénom du Secrétaire général du Hezbollah, mais c'était alors pour chanter les mérites de cette « victoire de Dieu » (Nasr Allah).

La stratégie oratoire adoptée ne manque pas de souffle ! Transformant son handicap en avantage, Qardawi reconnaît haut et fort ses erreurs passées, avec une formule qui fait mouche (et que reprendront de très nombreux commentateurs arabes) : ceux qui étaient plus critiques que moi vis-à-vis de Nasrallah et des chiites en général ont été plus « mûrs » (en arabe أانضج, mûr, réfléchi, adulte...). Il n'hésite pas à le clamer haut et fort : « Les chiites m'ont trompé » (الشيعة خدعوني). L'expression est violente, et elle le devient plus encore lorsque sont expliquées les circonstances qui éclairent cette volte-face : « La révolution syrienne a dévoilé la vérité et mis en lumière la réalité (haqîqa) du Hezbollah et des chiites dont le Diable s'est emparé en leur faisant oublier Dieu ! » "إن الثورة السورية أجلت الحقيقة وبينت حقيقة حزب الله وشيعته الذين استحوذ عليهم الشيطان فأنساهم ذكر الله".

La suite est dans la même veine, avec des attaques contre les chiites qui n'auraient d'autre objectif que de liquider les (vrais musulmans) sunnites : « Les chiites se tiennent prêts, ils dépensent sans compter pour perpétrer des carnages (majâzir) en Syrie et anéantir les sunnites. » "أن الشيعة يعدون العدة وينفقون المال من أجل تنفيذ مجازر في سوريا للفتك بأهل السن"

Une autre des stratégies rhétoriques utilisées consiste à brouiller sans cesse les frontières doctrinales et géopolitiques. A plus d'une reprise, les chiites sont volontairement associés aux Iraniens, tandis que les (vrais) musulmans sont, forcément, sunnites : « Il n'y a pas de terrain commun [possible] entre les deux camps car les Iraniens – en particulier les conservateurs – veulent manger (akl souvent traduit par devor dans les versions anglaises) les sunnites. » "لا أرضية مشتركة بين الجانبين لأن الإيرانيين وخصوصا المحافظين منهم يريدون أكل أهل السنة"

Envolée finale, l'énonciateur s'appuie sur son autorité religieuse pour prononcer des jugements sans appel : « Il [l'ancien président Hafez el-Assad] appartenait à une confession (tâ'ifa) plus mécréante que les chrétiens et les juifs, dans la mesure où ses adeptes ne suivent aucune des lois de l'islam. » "ينتمي لطائفة أكفر من النصارى واليهود، كون أتباعها لا يقومون بأي شعيرة من شعائر الإسلام" (La version anglaise du New York Times choisit le terme « infidèle » pour traduire kâfir, mot qui désigne tout de même le péché d'impiété maximal.)

aqConclusion inévitable, livrée lors du prêche du vendredi dans une mosquée de Doha et sur le site du cheikh médiatique (selon la BBC qui le crédite de 60 millions de téléspectateurs) : « Tout musulman ayant une formation militaire et capable de le faire doit se présenter pour aider les révolutionnaires syriens. » "كل مسلم مدرب على القتال وقادر عليه ان يقدم نفسه لمساعدة الثوار السوريين"

On notera que dans la dépêche de la BBC, et sans nul doute dans bien d'autres articles, muslim est traduit par Sunni ! Bel exemple d'à-peu-près journalistique. S'il en avait lui-même la force (il s'approche des 90 ans tout de même), il aurait lui-même combattu à Qussayr, précise le cheikh de Doha ! De même, pour parler des alouites dans le cas syrien, et des chiites en général , Qardawi utilise des termes extrêmement péjoratifs, tels que nusayri pour les premiers – sur l'histoire de cette « communauté, voir les deux billets très détaillés de B. Paoli – et râfidîns pour les seconds) : autant d'attaques, proches de l'insulte en fait, que la traduction rend parfaitement invisibles.

Certes, comme finit par le noter tout de même le correspondant à Doha de la BBC et quelques autres commentateurs (voir le site de la chaîne saoudienne Al-Arabiyya), il y a un risque de dérive sectaire ! C'est le moins que l'on puisse dire en effet en découvrant un discours d'où se dégage une formule qui a marqué les esprits et que l'on retrouve dans plusieurs titres (sans parler des réseaux sociaux) : « Comment 100 millions de chiites peuvent-ils l'emporter sur 1 milliard et 700 00 millions ? Parce que les musulmans se laissent faire ! » "كيف ل100 مليون من الشيعة ان ينتصروا على مليار و700 مليون ؟ لان المسلمين متخاذلون"

Pour cette haute autorité religieuse, il n'est plus apparemment de musulmans que sunnites, et les chiites, dans leur totalité apparemment, sont envoyés au diable ! Un amalgame qui s'inscrit dans le récit (narrative) que Qardawi s'est manifestement donné pour mission d'inculquer à ceux qui croient en son enseignement. Et pour constater combien un tel discours réussit à enflammer des esprits déjà très échauffés, il suffit de lire les commentaires laissés par les internautes sur quelques sites d'actualité (voir quelques liens en bas de ce billet).

Plus grave encore, tous ces propos ne sont pas le fruit d'une exaltation passagère à l'occasion d'un meeting particulièrement chaud. Ils correspondent à une campagne de communication qui s'est déroulée sur plusieurs jours et sur plusieurs supports (live devant les fidèles, site internet et relais médiatiques). Leur lecture attentive permet de se rendre compte que les mots, aussi bien que les arguments, ont été choisis avec attention. Le « harcèlement textuel » des « machine à raconter », propre au storytelling analysé par Christian Salmon, fonctionne à plein régime. Comme on l'écrivait dans ce précédent billet, aucun hasard dans tout cela et les hommes de religion, plus largement les producteurs de valeur pour parler en sociologue, ça sert aussi à faire la guerre !

Une réalité que n'ignorent pas les Iraniens, eux qui ont été les premiers, en 1989, à jouer dangereusement sur la fibre musulmane lors de la publication des Versets sataniques, le roman de Salman Rushdie objet de la célèbre fatwa de l'imam Khomeini. Un quart de siècle plus tard, voilà maintenant les « anathèmes diaboliques » de cheikh Qardawi.

Des liens pour lire quelques commentaires enflammés (il y en a quelques-uns en anglais ou français) : Elaph.com, Middle East Online, Al-Hayat ou encore Al-Quds al-'arabi.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : islam, panarabe, Qatar, Syrie

15 commentaires pour “ En arabe dans le texte, les anathèmes diaboliques de cheikh Qardawi ”

  1. [...]  Imprimer ce billet [...]

  2. Thomas Pierret le 7 juin 2013 à 10:47

    Bonjour Yves,

    C'est le deuxième article que je lis aujourd'hui sur le sujet (le premier étant celui de Marc Lynch) et je suis frappé par le fait qu'aucun des deux ne mentionne le contexte dans lequel s'inscrit ce discours. Il ne s'agit pas de trouver des excuses aux propos confessionnels de Qardawi mais il n'est pas non plus anecdotique que ce sermon ait été prononcé au moment où le Hezbollah attaquait et occupait une ville sunnite de Syrie en soutien au régime confessionnel d'Assad (pour ceux qui ont encore des doutes quant au confessionalisme du régime syrien, je recommande l'écoute du discours récemment prononcé par le chef de la sécurité d'Alep devant des chiites de Zahra et Nubbul).

    Dans le même registre, j'ai toujours condamné l'anti-judaïsme répandu dans le monde arabe mais je n'ai jamais pensé qu'il pouvait être totalement détaché des politiques d'Israël.

    Cordialement,

    Thomas Pierret

  3. Yves Gonzalez-Quijano le 7 juin 2013 à 15:17

    CPA est fort honoré de cette visite, et du contexte de lecture (même si je regrette l'ancien Lynch en tant que blogueur). Bien entendu, le contexte politique, i.e. l'intervention du Hezbollah, doit être pris en compte. Ma lecture, cependant, considère que celq s'inscrit dans une politique systématique davantage traité dans le dernier lien que je donne... Et tout de même, je conclus sur le fait que les Iraniens (à savoir les chiites si on suit notre cheikh dans sa logique) sont loin de pouvoir donner des leçons d'innocence dans ce domaine (aussi ?)

  4. Yves Gonzalez-Quijano le 8 juin 2013 à 10:37

    Le mufti d'Arabie saoudite déclare : "Ta position nous rappelle celle des grands oulémas du passé !" No comment ! مفتي السعودية http://www.elaph.com/Web/news/2013/6/816758.html?entry=gulf

  5. Canstill le 12 juin 2013 à 21:36

    Est-ce qu'il y a un lien vers un fichier audio ou video de la diatribe de Qardawi? Je ne trouve rien sur mon moteur de recherche.

    • Yves Gonzalez-Quijano le 12 juin 2013 à 22:21

      Quand j'ai travaillé ce billet, je n'ai rien trouvé : désolé !

      • Yves Gonzalez-Quijano le 13 juin 2013 à 8:32

        Il suffit de le demander en fait ! http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=fq8Y7QNLZ9k J'aime beaucoup le passage, un peu avant hizb al-tâghût, sur les Rousses (pardon, les Russes), ennemis des musulmans !

        • Canstill le 13 juin 2013 à 21:57

          Oui, c'est vraiment désolant. C'est fini le reste de verni d'ouverture du Qardawi & co maintenant que le succès des milices en Syrie semble incertain.

        • Canstill le 13 juin 2013 à 21:58

          Oui, c’est vraiment désolant. C’est fini le reste de verni d’ouverture du Qardawi & co maintenant que la victoire des milices en Syrie semble incertain.

        • Yasmina le 14 juin 2013 à 16:05

          Pour un religieux, il fait une tres grosse erreur: d'apres l'eschatologie islamique et l'interprétation correcte d' un hadith du Prophète, les musulmans feront alliance avec les Roums dans les temps futurs.Or les Roums sont les Byzantins càd les chrétiens orthodoxes. De nos jours les heritiers des Ortodoxes sont les Russes.....Donc les Russes ne sont nullement les ennemis des musulmans. La preuve les Syriens, le Hezbollah, les Iraniens ceux qui résistent en fait sont alliés des Russes.

          • Yves Gonzalez-Quijano le 14 juin 2013 à 20:52

            Merci pour le commentaire mais je me dis aussi que, tout de même, si on pouvait justement sortir un peu de cette logique strictement religieuse ! Il me semble que les religieux de la Nahda avaient plus de courage pour s'attaquer à des défis intellectuels plus intéressants...

  6. Rician le 15 juin 2013 à 10:42

    Bonjour,
    Il y a peut-être une petite nuance :
    « La révolution syrienne a dévoilé la vérité et mis en lumière la réalité (haqîqa) du Hezbollah et des chiites dont le Diable s’est emparé en leur faisant oublier Dieu ! » “إن الثورة السورية أجلت الحقيقة وبينت حقيقة حزب الله وشيعته الذين استحوذ عليهم الشيطان فأنساهم ذكر الله"
    Il faudrait plutôt dire :
    [...] la réalité ( haqîqa) du Hezbollah et de ses chiites [ les chiites du Hezbollah]... et non pas tous les chiites.
    Sur le fond, Qardawi doit probablement ( certainement?) penser : "tous les chiites".
    Mais la profondeur de pensée religieuse et politique de ce monsieur est grande !

    • Yves Gonzalez-Quijano le 15 juin 2013 à 11:21

      La traduction en crowd sourcing ! Vous avez raison et la petite nuance est importante dans cet essai de verbatim ! Merci.

    • Yasmina le 17 juin 2013 à 10:47

      ethymologiquement chiia sgnifie partisan. A mon avis la bonne traduction est:

      la révolution syrienne a dévoilé la vérité et mis en lumière la réalité du Hezbollah et de leurs partisans .....

      Je ne pense pas que Qaradauoi pense que les Chiites en General sont exlus de la Oumma. Sinon ça serait un religieux bidon. Son discour de diabolisation de certains chiites est politique et au service d'une certaine politique

      Les Chiites( c'est à dire les partisans d'Ali) sont avant tout des musulmans. Le Chiisme n'est ni une heresie ni un schisme puisque le Coran est le meme et le dogme( double témoignage, la prière, le jeune, l'impot obligatoire et le Grand Pélérinage) sont les memes°. D'ailleurs personne n'a pu intedire aux Chiites le Grand pelerinage comme c'est interdit aus Ahmadis par exemple.

      • cpa le 18 juin 2013 à 11:54

        En théorie, vous avez raison, dans la pratique, j'ai bien peur que Qardawi se comporte "comme un religieux bidon" !