Boycott (brève) : le cas du West-Eastern Divan Orchestra

28 novembre 2008
Par

En complément du précédent billet, un autre cas de conscience que pose le boycott. Un article dans Al-Akhbar signale l'éditorial (octobre) de la revue Diapason appelant les autorités françaises à œuvrer pour que le West-Eastern Divan Orchestra, un orchestre de jeunes musiciens arabes, israéliens et européens fondé en 1999 par Daniel Barenboïm et Edward Saïd, puisse se produire (davantage) dans le monde arabe. Pour l'heure, le concert programmé à Amman l'été dernier ayant été annulé, il n'y a eu qu'un concert à Ramallah en 2005. A cette occasion, l'ensemble des musiciens étaient entrés dans les Territoires occupés avec des passeports diplomatiques espagnols. Question posée par l'auteur de l'article : dans la mesure où elle implique que les interprètes israéliens puissent entrer légalement dans le pays (éventuellement avec des passeports diplomatiques), jusqu'à quel point peut-on accepter une visite à Beyrouth de cet orchestre, quand bien même cette idée a été parrainée à l'origine par un homme tel qu'Edward Saïd ?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : boycott, Liban, musique, Palestine

Un commentaire pour “ Boycott (brève) : le cas du West-Eastern Divan Orchestra ”

  1. Benjamin Geer le 29 novembre 2008 à 3:21

    L'article signale d'ailleurs que le gouvernement palestinien dirigé par Hamas a accordé à Barenboim la nationalité palestinienne en 2007 en reconnaissance de ses prises de position en faveur des Palestiniens. Ces jolies valses des passeports, qui semblent faire fi de la notion de nationalité, ne sont pas sans rappeler l'octroi de passeports suédois par Raoul Wallenberg à des Juifs hongrois pendant la Seconde guerre mondiale. Si les manigances irrévérencieuses déployées pour faire voyager les musiciens du West-Eastern Divan continuent à démontrer ainsi l'absurdité de la division des musiciens (et des êtres humains) en nations, ce ne sera pas la moindre contribution de cet orchestre à la paix.