Des barbares... à Gaza

4 janvier 2009
Par

Dans la blogosphère francophone, la République des livres est une référence. Alors qu'il est loin d'être insensible au monde arabe, son auteur, Pierre Assouline, a probablement cédé à l'envie de faire un billet au titre accrocheur. Les traducteurs occidentaux sont-ils des barbares ? alerte donc ses lecteurs sur les déclarations incendiaires d'un poète cairote, Afifi Matar, déniant aux « barbares » occidentaux le droit de traduire les œuvres littéraires arabes.

Pour cela, Pierre Assouline s'appuie sur une... traduction ! Les « minutes » de cette conférence en arabe, résumées en anglais par un journaliste local, sans doute un peu pressé (il n'a pas pris la peine de rectifier l'orthographe de la ministre algérienne de la Culture, Khalida Toumi et non « Tomy » !). Le lien vers l'article en anglais permet de se rendre compte que tout y est pour plaire au lecteur complaisant, même l'allusion à l'homophobie sans lien apparent avec le sujet pour autant qu'on sache !)

On ne trouve pas grand-chose sur le Net à propos de cette (énième) conférence sur « la traduction et le dialogue des cultures », qui n'a pas bouleversé la presse régionale. Dans la partie arabe du site (plutôt sérieux) Middle-East Online, on trouve néanmoins un article un peu développé.

Le chapô n'a plus grand-chose à voir avec ce qu'on peut lire dans la République des livres ! « Une conférence spécialisée estime que la traduction est une question de vie ou de mort.. (Khalida) Toumi estime que la traduction est l'arme des Arabes dans la bataille globale et (Mouhammad) Salmâwi (le président de l'Union des écrivains arabes), que le fait de l'ignorer fait disparaître les chances d'un dialogue avec l'Autre. »

L'article reprend l'essentiel des interventions qui, en fait, appellent à une activation des politiques de traduction dans le monde arabe. Il cite même une expression, qui aurait pu faire un joli titre (pour un prochain colloque sous d'autres cieux ?) : la traduction « route de la Soie du dialogue des civilisations »...

Parmi ces résumés, celui qui concerne notre poète pourfendeur de barbares. Voici ce qu'on lit (dans une traduction intégrale du passage concerné, traduction dont on pardonnera la lourdeur, assumée pour plus de fidélité à l'original) : « Le grand poète Afifi Matar a tiré la sonnette d'alarme par rapport à ce qui se passe dans les institutions [culturelles] occidentales qui choisissent dans la littérature arabe ce qui confirme l'image toute faite qu'elles se font des Arabes, en faisant d'eux des peuples des Mille et Une Nuits, et de chaque créatrice, une simple Shéhérazade. Il faut donc que les institutions arabes prennent en charge la traduction de l'arabe vers les autres langues, parce que ce sont ces institutions qui sont le plus à même de distinguer la [vraie] création. Il faut également un plan clair pour changer ces clichés qui circulent sur les Arabes partout dans le monde à la suite de traductions pareillement biaisées. » (ترجمات مغرضة).

Y a-t-il eu autre chose ? Quels sont les mots qui ont été utilisés pour le dire ? Quelle est la bonne « traduction » de ce qui s'est dit au Caire, celle que reprend Assouline ou celle qu'on donne ici ?

En tout état de cause, on peut se demander s'il était vraiment nécessaire de faire tant d'honneur à ce papier bâclé au risque d'en rajouter un peu dans le « dialogue de sourds » qui caractérise le fait arabe (et musulman) en France ?  En vérité, le billet de Pierre Assouline n'offre-t-il pas la meilleure illustration de ce que dit Afifi Matar, à savoir qu'on se conforme, en « traduisant » à des clichés, à ce qu'on veut voir chez l'Autre, de l'Autre (et rien d'autre) ? Après seize mois de blocus, laissant une population sans électricité, sans médicaments, sans espérance tout simplement, pour la seule raison qu'elle a eu le tort d'exprimer sa voix, lors d'élections dont tout le monde s'accorde à dire qu'elles étaient, pour une fois, démocratiques, après une semaine de bombardements et des centaines de victimes, ce matin du 3 janvier 2009, date du billet, le mot "barbare" dont se saisit Pierre Assouline dans ce billet consacré au monde arabe fait hurler.

Pour qui lit « depuis l'arabe », il est tellement évident que toute cette vie culturelle dont ces billets se font l'écho est, à l'exact contraire de ce que martèlent les médias, un appel au dialogue. Un appel désespéré, et qui se heurte à un mur, constatant qu'on lui dénie toute humanité.

Ce billet est dédié à ceux de Gaza, et en premier lieu à ces artistes dont quelques-uns ont été mentionnés dans ce blog : Rashid  Masharawi (رشيد المشهراوي) et le taxi de L'anniversaire de Layla, les rappeurs de Gaza, les gamins du foot qui ont Abou Trika pour idole, Hassan Abu Hafash et ses calligraphies, sans oublier Omeyya Joha (أمية جحا), la voilée, l'islamiste-terroriste-fanatique qui n'en est pas moins femme, artiste, caricaturiste et engagée.

Intitulé "A la face du silence arabe", le dessin qui ouvre cette chronique est le dernier publié sur son site, en date du 27 décembre, début des bombardements de l'armée de "défense" israélienne.

(Voir également le commentaire de Khalloud au précédent billet.)


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , ,

Posté dans : Cinéma, France, Palestine

14 commentaires pour “ Des barbares... à Gaza ”

  1. houda le 5 janvier 2009 à 7:30

    Yves! Merci!

  2. ZAZA le 5 janvier 2009 à 11:31

    5/01/09
    Excellent billet ! merci ! Continuez ! Zaza

  3. yenayer le 5 janvier 2009 à 15:48

    "Dans la blogosphère francophone, la République des livres est une référence. Alors qu’il est loin d’être insensible au monde arabe, son auteur, Pierre Assouline"

    Dommage, j'aimais bien ce blog.

    Mais dire que Assouline est sensible aux arabes et que son blog est une référence ( pour qui ? pour le ghtota médithico-artistico style josiane savigneau et philippe sollers ) ... c'est vraiment dommage de la part d'un universitaire !!

  4. cpa le 5 janvier 2009 à 16:15

    Javier, vous voyez, vous aussi vous aim(i)ez ce blog ! Sinon, votre remarque me conforte dans l'estime mitigée que j'ai de ma propre profession (je ne m'en exclus pas, donc). Et puis, ne négligeons pas la mujâmala rhétorique !

  5. HouariB le 6 janvier 2009 à 0:49

    Me suis trompé de billet !
    Merci pour ce billet for intéressant. Pour ma part j’avais vue de l’ironie dans votre commentaire sur Assouline .
    J’ai appris une chose parlant de l’Égypte, Moubarak est surnommé la vache qui rit par les égyptiens. J’était resté à rih fi elrih …
    Vraiment George Habache avait bien raison..
    Sur AngryArab, j’ai cru comprendre qu’il y a eu un coup d’etat avorté en egypte du fait de la trahison avérée de Moubarak.

  6. Khalloud le 6 janvier 2009 à 15:53

    Peut-être n'est-il pas inutile de préciser pour les non-arabisants que l'objet balancé par cette figure de la résistance palestinienne, sur le dessin qui ouvre cette salutaire mise au point, l'est "A la face du silence arabe".
    On peut ajouter qu'il ne s'agit pas d'une chaussure (comme pour l'autre, là, comment s'appelle-t-il?) mais - plus humiliant encore dans la psychologie arabe - d'une savate (un chebcheb en bon dialecte égyptien).

  7. neverland le 6 janvier 2009 à 20:25

    Merci pour ce billet!
    Quelle coïncidence, ça fait même pas quelques jours on parlait de "L'invasion" qui a montré les crimes commis par Israël lors de son opération militaire qui est toujours de "défense" à Jenin, et là un autre "Jenin". Si en Cisjordanie en 2002 Israël n'a pas laissé les journalistes entrer à Jenin pour cacher ses crimes, on assiste maintenant à un génocide en direct mais l'opinion internationale apparemment juge aussi cette opération "défensive". Je commence même à me poser des questions par rapport à l'humanité de ces cadavres qu'on voit tous les jours en "Live". Et là Monsieur Assouline qui parle des "barbares" et il est tellement fâché qu'on se dit:" tiens! Il a raison ce monsieur, ces arabes du coin sont tellement ingrats qu'on ne doit même pas discuter avec eux et tans mieux aussi s’ils sont bombardés".
    Je voulais juste dire à Monsieur Assouline que les arabes ont le droit de s'exprimer au niveau de la traduction comme aux autres niveaux comme d'ailleurs tout le monde sauf s’ils ne sont plus considérés de ce "tout le monde". Par ailleurs, un chercheur comme vous ne doit pas se confier à une traduction pressée d'un "journaliste" et je précise un "journaliste" ce qui est loin de donner une traduction professionnelle!!!
    Alors si vous vous basez sur une traduction de ce genre alors comme vous voulez que les arabes fassent confiance à vos traducteurs "barbares" ? Et je doute qu'un poète comme Affifi aurait pu utiliser ce mot!!!!
    Un vrai dialogue de sourds !!!
    Et permettez moi de dire une phrase en arabe :
    Après plus qu’une semaine de bombardements,
    احنا في شو وهو في شو يحكي

  8. La Marche du Bien le 9 janvier 2009 à 14:25

    "...Un lecteur me demande si l’idée d’une marche mondiale sur Alqods ne s’inspire pas de la marche verte pensée et réalisée avec un succès éclatant par Hassan II. Feu Hassan II, puisse Dieu avoir son âme en sa sainte miséricorde. Hassan II fut un grand homme d’Etat. Il a pu récupérer les provinces du sud grâce à une marche pacifique où 350.000 marcheurs étaient armés du seul Coran. L’Espagne, réaliste, a cédé et le royaume du Maroc a récupéré son territoire. Aujourd’hui, le Peuple musulman est appelé à récupérer Alqods. Le Peuple musulman est un peuple pacifique. Les musulmans marcheront donc sur Alqods pour rétablir la justice armés du seul Coran. Les musulmans des quatre coins du globe terrestre iront reprendre leur bien dans l’ordre, la discipline, la quiétude, la sérénité et la bravoure. Les peuples d’occident respecteront la marche musulmane générale et généralisée car ils sont pragmatiques et réalistes. Ce sera la Marche du Bien. Une marche qui proposera au Monde la paix, la justice et la vérité. Seuls les juifs sionistes assassins terroristes de l’entité « ‘Israël’ » riposteront et mettront un certain occident dans le pétrin comme c’est le cas aujourd’hui à Gaza…Mais que peuvent les sionistes assassins terroristes contre un milliard de marcheurs pacifiques armés du seul Coran… ? Les bombes nucléaires ou toxiques ? Négatif ! Combien de bombes leur faudrait-il alors ? Techniquement cela est impensable à tous les points de vue... Et puis, ces mêmes bombes risqueraient aussi d’exploser là où il sont tellement la débandade serait grande… Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les musulmans de différentes nationalités marcheront à partir des pays producteurs d’armes nucléaires aussi, en Europe et ailleurs, lesquels pays veillent à la protection de leurs ressortissants…Rappel utile : La marche du Bien aura deux but essentiels :

    1- La récupération d’Alqods pour l’ensemble du Peuple.

    2- L’accès direct au Paradis pour ceux qui tomberont sous les balles lâches des juifs sionistes assassins terroristes et leurs acolytes.

    Les juifs sionistes assassins terroristes réunis sous la noire bannière de l’entité « ‘Israël’ » pourront trembler. Bien."...

    Source: http://lecitoyen.zeblog.com

    Je vous invite à lire les billets: La Honte, la Gloire, la Force et stratégie

  9. cpa le 9 janvier 2009 à 15:01

    Quand la réalité rejoint la fiction ! La marche pacifique sur Jérusalem a été "annoncée" (plus qu'imaginée, finalement) par Percy Kemp, excellent auteur de policier et ayant sans doute quelques autres cordes à son arc. C'est le noeud principal de l'intrigue d'un de ses livres (le dernier ?), "Le muezzin de Kitkat". Je vous donne le résumé de l'intrigue tel qu'on le trouve sur http://titresurlenet.blogs.com/le_blog/2006/07/coup_de_coeur_p_2.html

    "Mais élever paresse et dilettantisme au rang des beaux arts est loin d’être une sinécure, surtout quand un muezzin à la voix d’or de la mosquée de Kit Kat, vient compromettre l’objectif qu’il [Boone, le personnage principal] s’est fixé : remettre en place en Egypte le « système Boone » qui lui a si bien réussi au Liban. En demandant à ses partisans galvanisés par son incomparable voix, de marcher pacifiquement sur Jerusalem pour que le « Mur des Lamentations devienne le mur des retrouvailles de tous les croyants et de tous les hommes de bonne volonté », le Ghandi des bords du Nil risque de perturber le précieux système, et accessoirement de bouleverser l’équilibre du monde. Avec des intrigues subtiles et passionnantes qui nous font pénétrer dans les arcanes d’une géopolitique d’une brûlante actualité, Percy Kemp s’affirme d’ores et déjà comme un romancier de la dimension de Graham Greene, Somerset Maugham ou John Le Carré."

  10. zein le 13 janvier 2009 à 12:04

    Est-ce à cause du post surréaliste voire consternant que nous ne pouvons pas commenter le billet du lundi 12 janvier???
    Quelle dommageque l'on ne puisse pas apprécier ces rares espaces de débats.
    C'est toujours une joie de vous lire.

  11. zein le 13 janvier 2009 à 12:05

    je signalais évidemment la marche du bien

  12. cpa le 13 janvier 2009 à 18:07

    A Zein : merci de m'avoir signalé la fermeture des commentaires. Non, ce n'est pas une censure, juste une fausse manoeuvre !

  13. Abu Mathilda le 18 janvier 2009 à 1:25

    Je voudrais dire un mot à propos des traductions des oeuvres littéraires de l'arabe vers le français. On constate que certains auteurs arabes traduits sont plus connus en France que dans les pays arabes. Se pose alors la question suivante: Ces auteurs ont-ils été choisis parce qu'ils plaisent à leurs traducteurs ? (question de sensibilté littéraire). Ou bien représentent-ils pour la recherche littéraire des "cas" plus intéressents que d'autres (au niveau des thèmes traités et de la manière dont ils les traitent). Ou bien s'agit-il (parfois) de choix dictés par certaines amitiés entre auteurs et traducteurs?
    Quoi qu'il en soit, l'autre question qui s'impose d'elle-même est celle de l'objectif de toute traduction. Traduit-on pour faire connaître la littérature arabe au lecteur français (tout lecteur) ou traduit-on à des fins de recherches littéraires quitte à ne toucher qu'une poignée de spécialistes? Je pense que les maisons d'édition qui publient des traductions de romans ou de recueils de poésie..., ciblent le lecteur français en général (donc tout le monde). Une fois l'objectif défini ainsi que le lecteur auquel ces traductions sont adressées, il est claire que le traducteur depuis l'arabe (quelque soit la nationalité du tradcteur d'ailleurs) est devant un dilemme: traduire les auteurs les plus lus du monde arabe et qui ont donc plus de chance d'être repésentatifs de leur société , ou bien traduire les auteurs qui plaisent au traducteur lui-même ou bien encore les auteurs qui pourraient plaire au lecteur français. Je pense qu'il y a ici une grande responsabilité que ces traducteurs devraient assumer. Car, je le répète, je trouve ça aberrant lorqu'on me présente, moi lecteur français, un auteur "arabe" qui n'est pas connu ou presque dans le monde arabe.

  14. cpa le 18 janvier 2009 à 10:43

    Bienvenue à Abu Mathilda ! Votre commentaire mériterait de plus longs développements mais, globalement, ma première remarque consisterait à dire que le traducteur, comme le signalait Khalloud je crois, n'est qu'un rouage dans la machine. Ce n'est pas toujours lui, loin s'en faut, qui choisit un auteur. Toutes sortes de cas de figure existent (demandes de la maison d'éditeur, de l'auteur, d'une institution, etc.) Par ailleurs, doit-on lui faire porter la responsabilité des ses choix ? Après tout, il traduit ce qu'il aime, ce qu'il veut, ce qu'il peut... Pourquoi devrait-il - mal payé qu'il est en plus !!!! - porter la responsabilité de l'image de toute une littérature étrangère ??? Après tout, il y a des bataillons de (hauts) fonctionnaires de la culture, dans les ministères, à l'Unesco, grassement payés pour cela... Des journalistes encore, des universitaires enfin... Et pourquoi pas aussi des libraires... S'il y a des responsables, ce sont eux! Enfin, la question de la "représentativité" d'un auteur, surtout par rapport à sa célébrité et/ou son public dans sa culture d'origine, pose également d'énormes questions : un grand nombre de lecteurs est-il un bon critère ? Faut-il traduire simplement les écrivains connus ? A ses deux questions, je réponds résolument non et considère pour ma part que le traducteur, en tant "qu'artiste", à toute liberté pour choisir qui lui plaît, et selon ses propres critères à lui !