La chute d'une idole : les déclarations de Adel Imam sur Gaza

26 janvier 2009
Par

On le voudrait, ne serait-ce que pour les victimes, pour qu'elles ne soient pas tombées en vain, mais l'après-Gaza sera-t-il différent ? En tout état de cause, il n'est pas certain qu'on perçoive, en dehors du monde arabe, l'ampleur des conséquences de ces trois semaines de bombardements, dans l'indifférence rigolarde du monde (voir photo ci-dessous). On s'en rendra compte plus tard de la rupture née de cette nouvelle injustice, celle qui sera peut-être de trop.

Adel Imam est cet acteur comique qui, depuis bientôt un demi-siècle, triomphe sur les écrans arabes. Et dans cette région où l'intérêt pour la politique n'est pas un luxe mais, dans certains cas, une question de survie, il représente, selon ses propres termes (article en arabe), un « parti politique indépendant ».

Pas toujours si indépendant que cela si l'on se rappelle ses déclarations lors du mariage du fils de Hosni Moubarak (voir précédent billet), mais incontestablement très populaire. Avec son humour canaille, sa gouaille de fort en gueule, Adel Imam illustre parfaitement une sorte d'archétype de l'« homme arabe moderne », à la fois viscéralement nationaliste et très critique vis-à-vis des pratiques religieuses excessives (comme dans son dernier film, Hassan et Morcos : voir cet autre billet).

Il se trouve qu'aux premiers jours des bombardements, alors qu'on ne mesurait pas encore sans doute toutes les horreurs à venir, Adel Imam a confié aux médias son point de vue sur les événements, en s'en prenant assez vivement aux manifestations de soutien dans le monde arabe à la population de Gaza, et plus encore au Hamas, coupable, par ses provocations, d'avoir déclanché la violence israélienne.

En s'exprimant ainsi, Adel Imam ne faisait qu'ajouter sa voix à toutes celles qui s'exprimaient dans les médias financés par le pouvoir saoudien notamment (la chaîne Al-Arabiyya, le quotidien Al-Sharq al-awsat par exemple, le quotidien en ligne Elaph, etc.), ces voix que les médias européens appellent les « Arabes modérés ». Des voix qui se sont visiblement abstenues de mettre trop d'obstacles sur la route d'un Etat israélien en pensant qu'il leur rendait un fier service en écrasant sous les bombes le nationalisme religieux du parti Hamas.

Mais la durée des bombardements sur Gaza, leur violence, le nombre des victimes, et d'autres facteurs sans doute (les images d'Al-Jazeera...), ont rendu totalement insupportables, et c'est peu dire, les déclarations du comique égyptien. Partout dans le monde arabe, les artistes et les intellectuels dans les journaux, les fans déçus par leur idole sur les sites internet, ont fait part de leur indignation. En Algérie, un groupuscule, proche d'Al-Qaïda paraît-il, a même prononcé une fatwa (article en arabe) rendant licite l'assassinat de la vedette égyptienne.

Celle-ci a profité de cette occasion pour revenir, tant bien que mal, sur ses propos et expliquer, tantôt que le Hamas était un mouvement de résistance légitime mais qu'il n'aurait pas dû se lancer dans une confrontation perdue d'avance, tantôt que ses critiques visaient en fait les Frères musulmans en Egypte et non pas les résistants palestiniens de Gaza (alors que les deux formations politiques sont pourtant fort proches idéologiquement).

Dans le même temps, le très officiel Syndicat des artistes a essayé de faire vibrer la fibre patriotique en évoquant les attaques de personnalités syriennes contre l'immense vedette nationale... Mais ce contre-feu n'a pas suffi et même dans la presse cairote, on n'a plus peur de critiquer ouvertement le zaïm, semble-t-il.

L'homme qui a eu le courage de rompre le siège de Beyrouth (par les armées israéliennes) en 1982 et qui a chassé quelques années plus tard l'ambassadeur israélien venu assister à une de ses représentations au Caire, le réalisateur de comédies« engagées » telles que Al-sifâra fîl-‘imâra (article en anglais) où l'on voit un simple citoyen découvrir la réalité de la politique israélienne, celui qui a incarné pour l'opinion populaire un certaine conception de l'arabité n'est plus aujourd'hui défendu que par les éditorialistes de la presse du Golfe (et ceux de France-Culture, Caroline Fourest en l'occurrence !)

A l'image d'un certain nombre de figures publiques de sa génération, Adel Imam - sans doute vaguement fidèle à ses idéaux de jeunesse mais de plus en plus « rangé des voitures » - a perdu le lien qui l'attachait à son public qui, islamique/islamiste ou non, se sent solidaire d'innocents sous les bombes.

On se demande aujourd'hui dans les médias arabes si le zaïm paiera ou non le prix de cette « trahison ». La réponse ne concerne pas que le sort d'une vedette vieillissante mais, en réalité, elle pose la question d'une cassure, irrémédiable, avec l'histoire des dernières décennies de l'arabisme.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : ,

Posté dans : Cinéma, Egypte, Palestine

16 commentaires pour “ La chute d'une idole : les déclarations de Adel Imam sur Gaza ”

  1. HouariB le 27 janvier 2009 à 23:32

    Encore une chaussure à lancer ...
    J'aimerais vous faire une doléance ..
    Pouvez vous traduire ce très beau poème sur un homme qui n'a jamais abdiqué ses convictions?
    http://www.aljazeera.net/NR/exeres/A3DF2585-2E6F-43FF-A1C3-A6D423BD14DE.htm

    Je vous en serais très reconnaissant !

  2. Khalloud le 27 janvier 2009 à 23:41

    Merci pour ce papier.
    Je pense qu'il faut surtout voir dans les positions de Adel Imam une connivence avec le pouvoir en place, connivence qui s'inscrit dans la droite ligne de celles qu'on a souvent vues de la part de certains artistes égyptiens. Voir par exemple 'Abdelhalim Hafez et son engagement d'abord aux côtés de Nasser, puis d'un Sadate pourtant en rupture radicale avec tous les idéaux de son prédécesseur. Or, les raisons pour lesquelles le pouvoir égyptien actuel ne fera rien pour encourager le Hamas sont évidentes. Donc Adel Imam donne un coup de main à ses amis au pouvoir, en essayant d'entamer le capital de sympathie dont bénéficie le Hamas en Egypte (et ce d'autant plus volontiers qu'il n'a guère de sympathie pour les mouvements religieux d'où qu'ils viennent).

    Cela étant, le suivisme politique n'est pas la seule motivation des intellectuels qui prennent des vues hostiles au Hamas. Certains, après avoir rappelé leur solidarité avec le peuple palestinien dans toutes ses composantes et le droit du Hamas à résister, déplorent ouvertement la place prise par le mouvement religieux à qui ils reprochent:
    - de manquer de vision tactique (à supposer qu'il ait vraiment le choix de la tactique)
    - de transformer le conflit israélo-palestinien en revendication religieuse, alors qu'il s'agit exclusivement d'un conflit national et territorial.
    - d'avoir fait primer ses intérêts propres en créant au sein de la représentation palestinienne un schisme qui rend un règlement du conflit bien plus difficile encore.
    Bien évidemment, il faut dire et redire qu'il appartient au peuple palestinien et à lui seul de trouver en lui-même (comme il les a trouvées par le passé) les ressources pour surmonter ces dissensions.

  3. HouariB le 27 janvier 2009 à 23:57

    Voici ce que l'opinion arabe pense de ces comediens & gouvernants (et vice versa)
    cela vaut le détour surtout la critique des saoudiens sur leurs propre télé
    http://www.dailymotion.com/video/x82abb_une-femme-parle-dune-faon-extraordi_news

  4. Khalloud le 28 janvier 2009 à 8:34

    Merci HouariB... quelle femme! Comme quoi l'opinion égyptienne est vraiment exaspérée par l'inaction des gouvernants et l'hypocrisie des acteurs.
    Quant au roi d'Arabie Saoudite, il est rudement interpellé de son titre de "serviteur des deux temples" (khadem al-haramayn al-sharifayn): "Dis-moi un peu, c'est quoi les deux temples que tu sers, l'Amérique et Israël?! Si c'est ça, laisse-nous faire le service et toi, pars faire la guerre!"

  5. Farid le 4 février 2009 à 21:31

    Excellent !

    Adel Imam n'est hélas pas le seul à marcher (que dis-je : tituber) le long de cette "cassure, irrémédiable, avec l’histoire". Tous les dirigeants arabes le suivent à la queue leu leu ...

  6. elissar le 9 février 2009 à 4:19

    j adore adel imam il a fait une grosse boulette soit mais au moins il s est exprimé pas comme ses pairs

  7. MOHAMMESD ALI le 9 février 2009 à 14:16

    j'aimai beaucoup adel imame mais apres sa je croi que je pouré plus le regardé de la meme façon il nous a trop deçu je croi que meme si on est pas convincu par le hamas de telle propos etait vraiment tres tres tres mal placé voir révélateur d'un mépri a légard des enfant et des femmes tombé sous les bombe de tsahl

  8. Lina le 10 février 2009 à 22:03

    Combien de fois je me suis dit que je détestais ces Egyptiens qui sabotent tout! pui je termine la soirée en écoutant Oum K ? Ou en regardant leur feuilleton sur leurs multiples chaines numèriques?
    Pourquoi faut- il trainer des acteurs ou artistes dans la boue quand ils ne sont pas tenus de porter le chapeau! Il est clair, que se prêter à ces jeux c'est jouer la crédibilité de tous. Il serait peut -être temps que chacun regagne son rayon. Il est clair que Adel Imam est un artiste hors pair, les gens continueront à l'aimer pour ce côté la et personne n'attend de lui des positions révolutionnaires, Gaza à les siens. Ses positions pour ou contre Hamas ne constituent pas un repère durable. Car il ne s'agit pas d'un chef politique qui a retourné sa veste, mais d'un artiste qui a prit le parti de la Direction politique de son pays qui n'aime pas les frères musulmans, en Egypte et encore moins à Gaza. Demain, si cette direction retrouvait son visage fidèle , elle faciliterait le passage par Rafah et recevrait la bénédiction des Coptes et des frères musulmans pour une main tendue à Gaza. Et n'ayez crainte, les Cairotes boivent une eau ( à ce qu'on dit !)qui leur donne les moyens d'une bonne expression. Ils sauront l'expliquer à leurs voisins Hébreux. A ce moment là, nous oublierons les revers et nous chanterons tous : VIve les Zamalik et l'Ahli ensemble, et à bas les ennemis du bas peuple.

  9. riadh le 19 février 2009 à 13:57

    زمن المهرجين
    لفت نظري منذ ملحمة غزة ، بروز العديد من أشباه المثقفين الذين انهالوا نقدا وتشكيكا و حتى التخوين للمقاومة و كل من ساندها أو تعاطف معها وهذا ليس غريبا في هذا الزمن الردى الذي يباع و يشرى فيه كل شيء حتى الذمم و الشرف.
    الله يلعن الزمان الذي يصل فيه الأمر بمهرج هزيل مفلس فنيا احترف الابتذال و الدعارة التي مارسها في أفلامه و حياته حتى أخر أيامه فخيل لشيخ الستين انه دنجوان او كزانوفا السينما المصرية و عبقري زمانه و أفلاطون أسياده, مستغلا بساطة و طيبة هذا الشعب العظيم الذي غمره بعطفه و شفق عليه فوقف الارجوز ردا لجميل, يحلل كيف تمارس الدعارة في المواقف و كيف يضرب في الظهر من كانوا سبب ظهوره وأولياء نعمته
    أيها المهرج, الشعب العربي الطيب و العظيم كما عرفك ممثلا من الطراز العاشر فأشفق عليك ودعمك لتجد نفسك في موقع أنت نفسك لم تكن تتوقعه سيعدك إلى مكانك الحقيقي فقد سقط القناع و آن الأوان أن تسقط أنت و أسيادك.
    (مع كل تقديري و احترامي لشعب المصري المناضل و العظيم)

  10. AbdelmajidB le 3 mars 2009 à 5:47

    Sans vouloir jouer à l’avocat du diable, et cela bien que je ne considère pas cet acteur comme étant ni Don Juan, ni Casanova ou Platon, je pense que son cas est symptomatique d’une situation d’ignorance ou d’une schizophrénie plus globale plutôt que d’une réelle prise de position…
    Adil Imam ne doit être qu’une victime, la partie émergé de l’iceberg. Victime non pas d’une stratégie menée par Israel comme peuvent affirmer d’aucuns, puisque personne n’est dupe et que tout le monde connait le véritable visage de cet Etat et ses motivations, mais victime plus simplement de la réalité. Comme si cette réalité donnait le vertige au point que certains ne peuvent plus croire qu’une telle chose puisse encore se produire aujourd’hui, de cette manière, dans cette impunité ou avec cette complicité…
    C’est sans doute de cela qu’est victime Adil Imam.
    Rappelons nous quelques faits : pour ne rester qu’en France, la visite surréaliste de Livni juste avant les attaques où du perron de l’Elysée, en tailleur d’un blanc pur, cette belle blonde nous a expliqué la nécessité de ne pas se laisser faire par le terrorisme (comprendre les résistants palestiniens) et qu’il s’agissait là de la survit de la « démocratie » et de l’avenir « monde libre ».. Il faut comme même du culot pour affirmer pareilles choses, non ?
    Et aujourd’hui que nous savons comment cela s’est terminé nous comprenons plus facilement qu’elle pouvait effectivement avancer ce qu’elle voulait : elle avait carte blanche.
    Car, après la mise à l’écart de l’ensemble des journalistes, qui ont du se contenter de ce que voulait bien leur rapporter le porte parole de l’armée pour tenir compte de la situation à Gaza, c’est comme même entre 1300 et 1500 civiles palestiniens qui sont morts face à 13 militaires israeliens.
    Le but ici n’étant évidement pas de comparer mais juste rendre un peu compte de la démesure de l’acte, car, arithmétiquement parlant, cela signifie qu’en dix jour cela représent, entre 130 et 150 palestiniens de tués par jour. Donc, pour jouer au prof, « sachant qu’une journée se partage en 24heures, et que … »
    C’est effectivement irréaliste. Surtout losqu'on sait que 130 personnes c'est: 1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1+1....
    Tellement inhumain que quiconque peut effectivement être amené à douter, voire à préférer croire, même inconsciemment, l’intox plus « rassurante » israelienne.
    Cela nous rappelle donc qu’Israël n’est pas la 4 eme puissance militaire pour rien… sans "mérite" et peut être malgré elle.

  11. Khalloud le 3 mars 2009 à 17:10

    Bon, Adel Imam n'est pas non plus un intellectuel, c'est un acteur (et pas un acteur de troisième plan comme le suggérait Riadh).
    Cela dit, c'est un acteur qui a certaines convictions (voir ses films contre l'extrémisme religieux, pas très subtils mais tout de même courageux) et certaines loyautés (Moubarak).
    Dans le cas présent, ses convictions coïncident avec ses loyautés et tout ça se conjugue pour rejeter le Hamas.
    Critiquer le Hamas n'est pas en soi une infamie, le problème (et la plus grande erreur de Adel Imam à mon sens), c'est d'avoir fait ces déclarations à ce moment-là, quand le Hamas (en même temps du reste que toutes les autres factions et la popluation civile) était sous le feu ennemi.

  12. yaqzan le 4 mars 2009 à 2:16

    لكلٌ جواد كبوة

  13. AbdelmajidB le 4 mars 2009 à 12:22

    Je suis entièrement d’accord avec vos propos cher Khalloud.
    Mais pour comprendre son attitude, au-delà de ses engaments connus, je pense que seul son subconscient peut expliquer une telle « dérive ».
    Au-delà de l’individu c’est la situation générale que j’essaye de comprendre. Et, sans prétendre avoir raison, je pense que l’équation palestinienne n’a plus sa réponse dans ce qui est connu et qu’il vaut peut être mieux s’élever (ou tomber) dans la métaphysique pour y comprendre quelque chose. Tant les donnés nous sont cachés derrières d’épais voiles, tant il semble que plus rien n’est fiable, « même » venant du monde arabe, alors que dire de la communauté internationale (Israel et E.U exclus, bien entendu)?
    Regardons juste l’exemple des dernières élections israéliennes. Alors que c’est la droite la plus extrême (l’équivalent d’un Front National ou d’un NSDAP en son temps) comment expliquez-vous que des lecteurs risquent d’être plus choqués par « ma » comparaison avec le NSDAP (volontairement provocatrice et qui n’engage que l’individu isolé que je suis) que par le fait qu’Israel, Etat dit démocratique, affiche ouvertement son racisme envers les Arabes ?

    http://www.francesoir.fr/etranger/2009/01/12/elections-israel-interdit-aux-partis-politiques-arabes-de-se-presenter.html

    http://oumma.com/Le-triomphe-des-ultra-faucons

    Moi, je ne me l’explique plus. Ça dépasse l’entendement. C’est pour quoi j’ai parlé de la schizophrénie causée par cette réalité si injuste, si inhumaine, si disproportionnée du deux poids deux mesures entre Israel et Palestine.
    Je ne vois que ça pour comprendre que certains finissent par se faire exploser, et que Adil Imam, à sa manière, a éclaté… mais pas en martyr.
    Cette est peut-être devenu si banal (surtout dans les milieux dirigeants desquels est proche Adil) que lui s’est oublié et a annoncé son « énormité » directement aux oreilles des victimes… C’est d’ailleurs là sans doute le seul crime de Adil Imam : avoir dit tout haut ce que tous nos dirigeants pensent tout bas.
    Et pour aller plus loin, et puisqu’il est question du monde du cinéma, je pense que la réponse se trouve dans le fait que le monde entier (nous compris, à plus au moins forte dose) est « parasité » au point qu’aucun ne vois plus la réalité mais autre chose… (et donc, Adil serait plus parasité que d’autre, c’est tout).
    Ainsi, j’invite quiconque A VOIR ABSOLUMENT cet excellent documentaire sur les Arabes vus par Hollywood.

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/hollywood%252Bet%252Bles%252Barabes%252Btchelsoo

    Après cela, vous virez que vous ne serez plus surpris que tant de gens prennent pour un terroriste quiconque se promène en Djellaba ou arborant keffieh ;-)

    • AbdelmajidB le 19 décembre 2010 à 5:19

      Et voici un lien plus "frais" pour voir le documentaire en question intitulé "Hollywood et les Arabes":

      http://www.blip.tv/file/4355624

  14. Laurent Szyster le 2 février 2010 à 22:23

    Indifférence rigolarde dites vous?

    Je n'ai pas eu l'impression que pendant trois semaines l'omniprésence de Gaza dans les mass média avait quoi que ce soit de comique.

    Et la mobilisation à l'ONU qui a suivi la guerre à Gaza n'avait rien de drôlatique non plus.

    Contrairement au Sri-Lanka ou d'autre conflits en cours dans l'indifférence tout court, celui qui oppose Israel et le Hamas fait l'objet de toutes les attentions médiatique et politique.

    Ce qui force les gouvernements des parties concernées à beaucoup d'hypocrisie.

    Et condamne à l'opprobe le comédien qui dit la vérité.

    • Khalloud le 4 février 2010 à 8:12

      "L'indifférence rigolarde du monde" mentionnée à l'époque désignait bien sûr celle "des grands de ce monde", et renvoyait bien à cette photo qui dit tout.
      Cela étant, on peut maintenant parler aujourd'hui d'indifférence: les gens semblent penser qu'avec la fin des opérations militaires, le conflit s'est en quelque sorte résorbé, alors qu'en réalité le blocus de Gaza ne s'est en rien desserré