Chanson et politique : Gaza

1 février 2009
Par

Entre censure (arabe) et ignorance (des médias occidentaux), il est difficile d’estimer l’impact des bombardements israéliens sur Gaza auprès de l’opinion arabe. Il y a eu des manifestations partout (y compris en Arabie saoudite ce qui n’est pas si fréquent) mais, globalement, les régimes en place donnent l’impression de contrôler la situation, en associant répression et récupération.

Toutefois, à l’exception d’une partie des leaders d’opinion qui, à l’image d’Adel Imam, ont continué à défendre l’indéfendable (voir le précédent billet), il est manifeste que la plupart des intellectuels et des artistes ont rejoint l’opinion et ont pris fait et cause pour les victimes arabes.

C’est vrai en particulier pour les vedettes de la chanson qui se sont empressées de manifester leur soutien. Rien d’extraordinaire dans le cas d’un Abdel-Rahim “Shaaboula” Shaaban, grande vedette populaire égyptienne qui s’est fait une spécialité de commenter « à chaud » l’actualité politique et qui a été le premier à se manifester, aux tout premiers jours des bombardements. Mais la chose est plus étonnante – et sans doute plus significative quant à l’état de l’opinion arabe – lorsqu’une Nancy Ajram modifie son clip pour que l’amour malheureux de sa chanson devienne un combattant (article en arabe), ou lorsqu’un Tamer Hosni, l’idole des adolescentes locales, décide à son tour de saluer les victimes de Gaza.

Significativement par rapport au désarroi de l’opinion arabe, le morceau qu’il a composé à propos de Gaza apparaît sous un double titre : l’officiel, kullunâ wâhid (Nous ne faisons qu’un), et celui que semble avoir davantage retenu le public, Mesh ‘ârif a’mil hâga (Je ne sais pas quoi faire).

De fait, nombre de commentateurs remarquent que la plupart des chansons se caractérisent par leur ton geignard. Ce ne sont que plaintes et lamentations, où Gaza rime jusqu’à l’écœurement avec ‘izza (عزة : à la fois fierté et attachement) souligne ainsi l’auteur de cet article (en arabe) sur le site islam-online, et l’on ne peut que constater que la plus combative des chansons, la plus émouvante peut-être, est celle de Michael Heart, un Américain (paroles en anglais, espagnol en français sur le site tlaxcala, vidéo avec sous-titres arabes que je recommande d’aller regarder ici).

A entendre ces chansons composées à la va-vite et interprétées par des artistes qui arborent désormais un keffieh mais qui n’avaient guère manifesté d’opinons politiques jusque-là, certains ne peuvent s’empêcher de s’interroger sur leurs motivations. Ne s’agit-il pas surtout, se demande Ahnad Mansour, un critique syrien dans Al-Quds al-’arabi, de profiter des circonstances en proposant le produit musical susceptible d’accompagner les reportages en boucle des télévisions arabes sur les événements de Gaza ?

Si l’on voulait pousser la critique, on pourrait facilement se moquer de ce monde arabe qui ne se montre capable de réagir aux bombardements sur Gaza que par des chansons, plus ou moins appréciées du public et des critiques. Mais ce serait oublier que la chanson a été – et reste peut-être encore – une forme culturelle qui reste un important vecteur de mobilisation politique dans cette région. Jusqu’à une époque récente, les grandes dates de l’histoire arabe restent associées, dans la mémoire collective, à certaines mélodies, certaines paroles.

Et si une partie du public arabe se désole aujourd’hui de constater la médiocrité des titres que diffusent les médias, cela tient sans doute autant à la profondeur de la crise politique régionale qu’à la transformation des pratiques locales, gagnées elles aussi par la mondialisation des industries culturelles qui favorisent désormais la circulation de produits rapidement consommés et oubliés, sans trop se soucier de considérations idéologiques.

D’ailleurs, faute de trouver sur le « marché » contemporain les chansons dans lesquelles ils se reconnaissent, les auditeurs arabes ont plébiscité – voir cet article (en arabe) – de « vieux » titres militants des années 1980, tels Unâdi-kum (“Je vous appelle”, un poème de Tawîq Zayyâd) d’Ahmad Qa‘bûr (أحمد قعبور) ou encore Nazalna ‘al-shawâri‘ (On est dans la rue !)  de Walid Abdessalam (وليد عبد السلام : version assez rétro ici).

En complément, vous trouverez dans “cpa”, deux billets sur la chanson politique (1 et 2) , et un autre sur le “tube” de Chaaboula “Je hais Israël”. Quant à la chanson de Tamer Hosni, on n’est pas obligé d’aimer musicalement mais c’est un témoignage !


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : Egypte, musique, Palestine

12 commentaires pour “ Chanson et politique : Gaza ”

  1. sofisafia le 1 février 2009 à 19:39

    Voir sur Rotana Nancy, Tamer et d’autres mauvais chanteurs en vogue pousser la chansonnette (“guimauve” est un mot trop faible !) “en soutien” à Gaza me laisse aussi pensive : quel est le véritable enjeu de ces mises en scène ? L’exploitation médiatique est à la limite de l’indécence sur cette chaîne si lisse et bien-pensante… La réalité sordide devient un drame sentimental larmoyant sur lequel ces belles âmes surfent sans complexe : c’est sans doute un moyen rassurant de ne pas trop culpabiliser, forcément. En tout cas, on n’attend pas de ces personnalités une mobilisation ou un acte de résistance plus explicites…
    J’ai entendu dire que Youssef Islam (Cat Stevens) avait composé une chanson pour Gaza. J’espère qu’elle sera de meilleure qualité !

  2. Marie le 3 février 2009 à 10:49

    Guimauve ou pas, ce sont les chanteurs de leur époque et à leur niveau il tente de dire quelque chose… Tout le monde chante la misère en France pour les restos du coeur, et c’est très bien… Tamer n’a pas chanté la gloire d’un président contrairement aux plus grands artistes égyptiens dans les années 50 !
    ويا جمال يا مثال الوطنية
    Pourquoi tout devient riducle dès qu’il s’agit d’un engagement d’un jeune chanteur “en vogue” dans le monde arabe ?
    Les uns chantent, les autres manifestent. il y a un commencement à tout… les choses bougent, c’est ça le plus important !!!

  3. cpa le 3 février 2009 à 11:11

    Parfait, un débat ! Personnellement, je penche du côté “sofisafia”. Si on laisse de côté les appréciations esthétiques sur la qualité musicale de Tamer, il reste que l’on peut regretter, au moins, le côté larmoyant qui se contente d’un constat affectif sans se risquer à prendre parti. En même temps, je reconnais que l’argument de Marie porte : au moins, Tamer s’est dispensé de chanter les louanges de tel ou tel zaïm… Par ailleurs, les images parlent d’elles-mêmes, et Tamer est loin d’être le seul à se contenter d’une position “humaniste et sentimentale”. Il reste que le personnage de Tamer, carrément opportuniste, y compris avec ses tendances à surfer sur la vague de “l’islam propre-sur-lui” tendance ‘Amr Khaled (il y a eu un billet à ce sujet, le repentir du progressiste : http://cpa.hypotheses.org/219), est terriblement symptomatique de l’époque…
    Quant à la comparaison avec la société française, elle me va fort bien dans la mesure où elle rompt avec les habitudes de faire du monde arabe quelque chose à part. Cela dit, les niaiseries dégoulinant de bons sentiments des vedettes françaises, y compris pour de “bonnes” causes (restaus du coeur par exemple), contribuent-elles vraiment à faire “bouger les choses” comme dit Marie ou bien servent-elles de cache-misère pour affronter les vraies questions ? Eternel débat…

  4. Abu Mathilda le 3 février 2009 à 12:38

    Autrefois, les chanteurs arabes s’inscrivaient dans un mouvement plus large : celui de l’engagement. Une partie de leurs chansons était d’une grande qualité artistique, que ce soit des chansons écrites en arabe littéral ou en arabe dialectal, qu’elles soient écrites en période de crise grave ou non. Il y avait donc une recherche de la qualité qui allait avec cette idée de l’engagement et du rôle de l’artiste. Ce qui est triste actuellement, c’est que, outre la mauvaise qualité de la plupart des chansons (texte et musique), ce pseudo-engagement de la plupart des chanteurs d’aujourd’hui, on ne le voit que lorsqu’il y a des massacres ou quelque chose d’aussi grave. Comme si Gaza (ou l’Irak ou tout autre pays arabe) ne souffrait pas avant ces bombardements ! Peut-on être engagé ponctuellement ? L’engagement ne serait pas plutôt quelque chose de plus profond qui donne un sens à toute une vie ?

  5. mimic le 3 février 2009 à 15:06

    Du côté du Maghreb on peut citer un Cheb Khaled déclarant qu’il est prêt à prendre les armes pour Gaza http://www.dzmusique.com/news/cheb-khaled-pret-a-prendre-les-armes-pour-combattre-a-gaza,340.html

  6. cpa le 3 février 2009 à 16:22

    J’avais envie d’en parler mais ne savais pas comment faire, le dernier commentaire m’y aide ! Les artistes mauritaniens brûlent leur matériel (http://www.aljazeera.net/NR/exeres/2BC5DC85-5EFA-431D-A3B6-690D201C38E0.htm) , et le groupe marocain de Rap, Casa Crew, ont fait cette chanson, Gaza sous le feu (référence à la couverture d’al-Jazeera) : http://www.youtube.com/watch?v=GEz27DRHFew.

  7. HouariB le 4 février 2009 à 2:00

    Rotana la chaîne du prince wahabbite Walib bin talal, l’homme qui critiquait Yasser Arafat en compagnie de son amie Madeleine Albright (après qu’elle est quitté son poste) en reprenant la propagande sioniste du cadeau de camp David… Cela me laisse dubitatif.
    Khaled qui a fait un duo avec la chanteuse israélienne Noa, chanteuse qui lors d’un plateau où les deux artistes étaient sur le plateau , affirmait que le plateau du golan devait rester israélien car Israel etait une démocratie. Il est vrai qu’à l’époque il avait un certain succès de ce coté ci de la Méditerranée. Et maintenant qu’il mise tout sur une carrière au Mashreq…. Tout simplement pitoyable.

    Concernant ounadikoum j’ai été amusé d’entendre des groupes islamistes turques chanter ce très beau poème , d’un grand poète … communiste.
    http://www.youtube.com/watch?v=WAv9e7si2sg

    et voici une nouvelle chanson de Alaa zalzali que j’apprécie sauf un vers que je trouve déplacé (c’est un euphémisme)
    http://www.youtube.com/watch?v=ZKAONm-AebI
    ps : je fais une digression pour vous dire quej’ai été assez surpris de voir qu’il avait chanté une chanson Rai (assez etonnant pour un moyen oriental).

    Marie : J’avais dans un précédent post sur un sujet similaire, trouver fort déplacé l’attitude de ces chanteurs qui d’un coté prennent volontiers part aux publicités pour les marques américaines tels que Coca, et font des chansons pour se faire une conscience.
    je vous mets un lien d’une chanteuse qui chante des choses légères mais aussi des chansons militantes , sans pour autant à avoir à rougir de ses actions
    http://www.youtube.com/watch?v=pKY7OfBe3Ho

  8. HouariB le 4 février 2009 à 2:08

    Abu Mathilda,

    Avant les chanteurs avait une éducation… l’abrutissement des masses c’est la politiques des gouvernants du monde entier.
    Il est loin le temps où Gamal expliquait au peuple égyptien et arabe la chose politique.
    Il n’y a plus que Chavez qui fait cela…
    En fait les arabes n’ont le choix soit de l’abrutissement par la secte wahabbite soit l’abrutissement par la “modernité” LBC Rotana et les télé réalités qui singent les pires programmes non pas pour offrir du temps de cerveau disponible mais pour éliminer toutes matières grises…

  9. AbdelmajidB le 4 février 2009 à 4:28

    J’ai lu les commentaires et ça paraît fécond… vraiment. Mais sans vouloir jouer au pâtre, il est utile de ne pas nous éloigner de la question de départ (à savoir Gaza, plus que la chanson et le politique), notamment en nous aventurant de trop près sur ce terrain du passéisme (idéalisé ou décrié).
    Pour commencer, et sans retourner aux détails de savoir qui fait quoi et du pourquoi, je pense pour ma part qu’il est évident que LE piège est celui de l’inaction, de la passivité, d’attendre que d’autres agissent à nos places (nous, compris). Je pense que c’est là la réelle et seule stratégie et force d’Israël. Ne mise t-il pas précisément sur cette cécité, cette amnésie collective des « spectateurs » du monde qui induit cette état d’impunité perpétuelle pour oser l’inimaginable et déjà envisager de recommencer autant de fois qu’il le désir ? Et cela au gré d’une élection nationale ou américaine, de la mise en examen d’un politique israélien ou peut être encore pour renouveler leurs munitions ou pour entrainer les jeunes recrues ?.. Ces mots auraient pu faire sourire, mais est-ce si loin de la réalité, parce que ce ne sont certainement pas les prétextes des autorités israéliennes qui peuvent satisfaire quiconque au courant tant soit peu de la situation sur le terrain.
    Il ne faut donc pas se tromper de cause et le débat, ici et surtout sur la voie publique, doit donc avant tout porter sur GAZA pour que la vérité en soit un peu soulagée…
    Voilà pourquoi je maintiens que, qu’il s’agisse des chanteurs cités ou d’autres artistes ou pas de par le monde arabo- islamique et d’ailleurs : nous ne pouvons que nous réjouir du fait que l’on parle de la situation faite à Gaza et que soit informé le monde entier. De quelque manière que ce soit, quelque soit le dessein et les qualités des intéressés artistes. Car au fond, dans notre exemple, convenons en que même s’ils chantent si mal que ça (ce que je pense pour certains), cela n’aura d’autre conséquence qu’une pluie, laquelle forcément moins nocive que celle qui viens de s’abattre sur eux… non ?
    Et dans la continuité de la discussion, je me permets juste de rappeler l’attitude d’Erdogan à Davos et souligner par là ce manque de volonté de certains « partenaires » qui, au lieu d’accepter de débattre, se sont précipité de clore un « débat » en sens unique ( Peres= applaudit ; Erdogan= Expulsé (avec « la manière », puisqu’on ne lui a pas permis de parler ))… mais qui est dupe d’entre les gens de bonne volonté ?
    Et d’ailleurs, est-ce si étonnant et anodin que certains médias, chez-nous (France), se soient pressé d’insister sur le fait qu’Erdogan ai été salué « par le Hamas » (donc, l’axe du mal) alors qu’en réalité c’est l’ensemble de la communauté arabe et islamique (pour ne parler que de ce qui est acquis) qui approuve son geste et aurait souhaité la pareille d’autres « responsables » politiques ?
    Ce n’est donc pas d’un simple choix de chanteurs ou de Politique qu’il est question ici, mais clairement le choix entre témoigner et informer ou, au contraire, de passer sous silence une réalité qu’il est question en premier lieu ici. Que cela plaise ou non à certains possédants et dirigeants, à défaut d’autre moyens et quitte à tomber dans la naïveté et à nous tromper : parlons-en de Gaza !
    Rappelons également qu’il s’agit là d’une question humaine, au sens où tout le monde doit être impliqué, c’est pourquoi il est fondamental de comprendre que c’est par la résolution de cette « équation » (d’informer ou « pas », et comment) que se joue l’avenir de la question palestinienne, mais aussi, nous le savons tous, celui d’un monde plus juste et apaisé.

  10. Marie le 4 février 2009 à 11:04

    oui, oui, oui… “nous ne pouvons que nous réjouir du fait que l’on parle de la situation faite à Gaza et que soit informé le monde entier. De quelque manière que ce soit, quelque soit le dessein et les qualités des intéressés artistes.”
    هذه خلاصة الكلام

  11. girard le 16 février 2009 à 17:15

    Est-ce que quelqu’un peut me faire la traduction s’il vous plaît ?

  12. cpa le 16 février 2009 à 22:35

    Tr&aduction de ? Je n’ai pas bien compris ?


Carnets de recherche