Le keffieh palestinien : tout un symbole

8 février 2009
Par

Une chronique déjà un peu lointaine avait permis de retracer une partie de l’histoire du keffieh. Récupéré dans les boutiques des grands couturiers occidentaux, l’emblème de la résistance semblait en passe de se transformer en accessoire de mode.

Mais le phénomène concerne aussi le monde arabe. A commencer par la « Palestine historique » (expression que l’on utilise souvent en arabe pour parler de la « Palestine de 48 »), où le keffieh relooké et « tendance » rencontre un franc succès, y compris chez les Israéliens, ce qui n’est pas sans agacer profondément les « habitants historiques » (comprendre, les Palestiniens citoyens israéliens).

En effet, ces derniers craignent que le symbole de leur identité nationale ne finisse par leur échapper à la suite d’autres éléments de leur culture nationale digérés – c’est bien le mot – par la société israélienne qui n’hésite pas à revendiquer pour elle le hommous et le falafel (voir cette autre chronique sur les avatars de la salata baladi).

Du coup, les écoliers palestiniens de Haïfa se sont mis cet hiver à arborer avec ferveur leur keffieh (plutôt dans sa version traditionnelle comme on le comprend à lire cet article). Et quand on a voulu les en dissuader, porteurs de keffiehs traditionnels ou relookés ont protesté avec suffisamment d’énergie pour que l’administration des écoles concernées fasse marche arrière.

Au Liban également, la mode du keffieh étonne, surtout quand on le voit fleurir dans les rues d’Achrafiyyeh ou d’Abou- de ‘Ayn al-Roummaneh, quartiers de Beyrouth peu connus pour leur soutien à la cause palestinienne, c’est le moins qu’on puisse dire ! Bien sûr, dans ce cas, c’est la version « mode » qui est adoptée, mais cela suffit à ce que les petites adolescentes « ressemblent à des Palestiniens », comme le signale cet article, et cela en dérange quelques-uns dans le contexte libanais.

D’ailleurs, dans les camps palestiniens on est loin de se réjouir du phénomène où le keffieh, qui n’existe en cet endroit que dans sa version traditionnelle, doit désormais affirmer sa présence, non seulement par rapport à la version colorée à la mode, mais également par rapport à la version graphiquement « retournée », c’est-à-dire avec des motifs blancs sur fond noir, adoptée paraît-il dans les banlieues chiites du sud de la capitale…

Pour les plus âgés, comme le souligne une des personnes interviewées dans cet article, la transgression du keffieh relookée est moins politique que « morale ». En effet, et c’est également le même écho que l’on entend du côté d’Amman en Jordanie (où le keffieh s’appelle également shimâgh, comme dans toute la région qui s’étend vers l’est), le keffieh, c’est par excellence un truc d’homme. Autrefois, c’est vers ses dix-huit ans qu’on commençait à le porter, comme une marque de l’entrée dans l’âge adulte et dans la société des hommes.

Un symbole qui n’avait pas échappé aux militantes palestiniennes, aux temps héroïques de la révolution palestinienne comme on l’a vu dans le billet précédemment mentionné, et qui fait toute la force d’une des œuvres les plus emblématiques de Mona Hatoum, une artiste de renommée internationale d’origine palestinienne (elle est née à Beyrouth).

Mona Hatoum : “Keffieh”, human hair on cotton (1993-1999)

Dans la rétrospective de son travail présentée, justement, sous le titre Keffieh (كوفية), tout cet hiver à la Darat al-Funun, très important centre artistique de la capitale jordanienne, la pièce maîtresse était sans aucun doute celle qu’elle a produite durant les années 1990 et qui avait déjà été exposée au musée d’Art moderne de New York en mai 2006 : un grand keffieh, parfaitement ordinaire en apparence, si ce n’est que de (vrais) cheveux de femme se mêlent aux piqûres noires qui ornent le tissu, manière tout à la fois de redonner leur place aux femmes et de refuser la répartition des sexes dans la société traditionnelle.

En Palestine, là où Arafat a donné au keffieh toute sa valeur symbolique en arrangeant paraît-il les plis de telle manière qu’ils puissent évoquer la carte historique du pays, le keffieh, adopté par les premiers résistants, au temps du mandat britannique, peut symboliser par sa couleur et ses motifs telle ou telle appartenance politique, notamment à Gaza où il a pu marquer, chez ceux qui le portaient, leur soutien au Fatah.

Baromètre des mouvements politiques, le keffieh reflète les transformations dans l’opinion arabe des terribles bombardements israéliens. Aujourd’hui, après la violence de la guerre, les vedettes des écrans arabes, hommes et femmes confondus, arborent leur keffieh en solidarité avec les souffrances et le combat du peuple palestinien.

L’unité semble retrouvée, au moins au niveau de l’opinion. Est-il encore temps ? En tout cas, pour les fabricants de Palestine, la cause est entendue. Victime de la concurrence des fabricants asiatiques qui profitent de la mode internationale, coupé de ses marchés par l’occupation israélienne, le dernier atelier, à Hébron, survit difficilement.

Tout un symbole ?

Sur la dernière fabrique de keffiehs à Hébron, on peut consulter cet article en anglais et surtout ce beau reportage réalisé par un journaliste français, Benoit Faiveley – sous-titres en anglais – qu’il faut vraiment aller voir, tout comme le blog qui le signale, l’excellent Hawgblawg, dont je recommande absolument la lecture aux anglophones.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , ,

Posté dans : beaux-arts, Cinéma, Jordanie, Liban, Palestine

12 commentaires pour “ Le keffieh palestinien : tout un symbole ”

  1. AbdelmajidB le 9 février 2009 à 6:46

    Le keffieh est à la mode ? Alors : vive la mode du keffieh !
    Mais je reste perplexe quant au fait que le keffieh soit un objet de mode international.
    Car autant son expansion, sa mondialisation réussit sont avérés, autant en rien cela n’implique que c’est bien « tout » le keffieh qui a effectivement conquis le monde, à savoir sa forme mais également et surtout son « âme ». Et là, rien n’est moins sûr…
    Ainsi, constater que le keffieh est présent dans le métro lyonnais, sur les bancs de central park etc. est une chose, mais est-ce que cela nous renseigne pour autant sur l’engagement ou même d’une sensibilité avéré du porteur du keffieh ?
    Et la réponse à cette interrogation semble contenu à la fois dans l’article et aussi dans le reportage sur la fabrique de keffieh à Hébron d’où il ressort que c’est bien ce keffieh « objet à la mode » (voir première photo de l’article, coloré et fashion), largement de fabrication étrangère à la Palestine, qui connaît le succès aujourd’hui.
    Mais, pour autant, est-ce que le keffieh a perdu son âme ? La réponse semble clairement « non, et mille fois non », puisque, comme nous le rappelle cet article et ses différents exemples – (dont la revendication de hommous par Israel est peut être l’un des plus symptomatiques puisqu’il illustre la volonté d’Israel, dernier imposé dans la région en 1948, à se faire sa place et une légitimité culturelle quitte à « se servir » sans vergogne chez les voisins) – que non seulement le keffieh n’a pas reculé sur ces positions initiales (puisque toujours fabriqué et porté) mais qu’il n’a fait, au contraire, que se diversifié pour mieux se répondre à travers le monde entier où il est largement accepté.
    De plus, et c’est à mon sens la plus grande marque de la victoire du keffieh, notons qu’une majorité de gens s’accordent désormais à reconnaître en ce bout de tissu le symbole de la cause palestinienne, sans plus se soucier ni des motifs ni des couleurs, comme semble le démontrer l’image du jeune étudiant intervenant dans le même reportage arborant fièrement son keffieh… rouge.
    Donc, même si la reconnaissance de la Palestine et de son peuple pour le moins pugnace n’est pas encore acquise, l’optimisme doit être de rigueur et nul doute que le tour du monde du keffieh, à travers les musés ou autour des cous des étudiants des plus prestigieuses universités va faire en sorte que de plus en plus de gens « ressembleront à des Palestiniens » pour peut être finalement finir par s’identifier à eux… et cela pour peu que certains continuent de rappeler le sens de ce bout de tissu.

  2. Mohamad le 9 février 2009 à 17:53

    D’abord merci pour ce joli blog que je suis depuis presque un an maintenant (tout en restant trés silencieux)
    Je voulais juste faire remarquer que le quartier de Beyrouth s’appelle Ain el Roummaneh (célèbre pour avoir connu ce qu’il est d’usage de qualifier comme l’incident qui a déclenché la guerre civile libanaise en 1975)
    Encore merci

  3. cpa le 9 février 2009 à 18:57

    Merci à Mohamad pour cette correction suggérée très diplomatiquement, ce qui était nécessaire car ledit Abou-Roummaneh est à… Damas !!! Bien entendu, il faut lire Ayn Roummaneh !!! Je vais passer pour un “grand-syrien” (partisan de la “Syrie historique”, Liban compris) !!!

  4. Khalloud le 9 février 2009 à 22:29

    @AbdelmajidB – je décèle une contradiction dans votre proos – vous semblez d’abord mettre en doute que l’âme du keffieh ait conquis le monde, mais finissez par vous consoler que le keffieh soit bien ancré dans le monde comme symbole de la cause palestinienne.
    Pour ma part, je pencherais plutôt pour la première partie de votre intervention: je trouve que la “récupération” du keffieh, par exemple comme accessoire de mode coloré et édulcoré dans ses motifs (carreaux plus petits ou estompés) est assez nuisible, car cela revient non pas à le populariser comme symbole revendicatif, mais au contraire à le rendre “politiquement correct” et à le vider de sa substance revendicative, en le chargeant d’autres significations (ce qu’on appelle la mode “ethnique”, qui finalement absorbe et dissout l’ethnie en question bien davantage qu’elle ne la promeut et la met en valeur).

  5. HouariB le 10 février 2009 à 0:19

    Merci pour cet article et pour le superbe reportage !!

  6. AbdelmajidB le 11 février 2009 à 3:32

    @ Khalloud – D’abord je vous remercie de me reprendre car cela ne peut que faire avancer le schmilblick.
    Ensuite, pour répondre à votre commentaire et à une possible « contradiction », je pense avoir été assez clair et ce dès l’introduction où j’annonce être « perplexe », car il s’agit bien de cela en réalité.
    Cependant, et bien que je trouve que vous avez un pe simplifié mes propos, je vais reformuler mon avis sur la question, et vous me dites si ça se tient.

    Je pars d’un constat :
    1) le keffieh est devenu un accessoire de mode, et cela principalement pour des raisons esthétiques plus que pour des raisons revendicatives (voir articles et reportage). Donc, jusqu’ici je pense qu’on peut être d’accord et s’accorder à dire que c’est bien le keffieh « objet », parce que sans son « âme » (sans revendications) dont il s’agit. C’est une simple constatation qu’il nous est inutile de commenter.
    Ensuite je m’interroge pour savoir si cette « récupération » (pour reprendre votre terme, même si moi j’aurais plutôt parlé de « différente utilisation/ représentation du keffieh ») sert ou dessert la cause palestinienne.
    Et à cette question je suis arrivé à la conclusion suivante : « oui, malgré ces différentes utilisations du keffieh, sert la cause palestinienne et celui-ci conserve son « âme », A CONDITION TOUTE FOIS DE LE RAPPELER (sans quoi le public n’y verrai plus que l’objet à la mode) ».
    Ceci est un avis personnel, que vous pouvez discuter, mais j’ai mes raisons de le croire, et permettez moi juste d’en rappeler deux :
    A) la première est qu’on ne peut que se réjouir du fait qu’un patrimoine aussi marqué puisse ainsi se répondre à travers le monde et être de surcroit aussi bien accepter. Je ne sais pas pour vous, mais moi qui suis d’origine marocaine, sachez que je serai heureux si demain la djellaba marocaine devenait une mode internationale. Tout le monde essaye à coup de milliards d’imposer des éléments de sa culture, alors comment ne pas saisir à bras le corps une telle aubaine qui se présente, surtout pour un Etat marginalisé tel la Palestine ?
    B) la seconde est, comme déjà souligné dans l’article sur Gaza, qu’il est plus que jamais utile de parler et de rappeler sans relâche la situation au Proche-Orient. Cela sans avoir une position partisane mais simplement humaine, puisqu’il s’agit de la plus grande tragédie et d’injustice qui a débuté au milieu du XXé siècle et qui se poursuit aujourd’hui. Et, quitte à passer pour un naïf je persiste à croire que le fait de voir porté un keffieh sur un podium de mode ou sur les épaules de manifestants tiers-mondistes ou même ceux d’une Paris Hilton sont une bonne chose. Que cela puisse relever du message subliminal ou d’un affichage, j’ai effectivement cette naïveté de croire qu’à chaque fois que le keffieh est montré c’est toute la question palestinienne qui est remise sur table.
    Et sans aller plus loin, n’est-ce pas justement parce que le keffieh a pris des couleurs et devenu un objet à la mode qui a permis cet article et nous permets d’en discuter? Et c’est ce faisant, en en discutant et en rappelant ce qu’est le keffieh, ce bout de tissu, que nous lui redonnant son « âme » . Cela peut éveiller les consciences ou provoquer une révolution, comme durer à peine le temps d’un débat, d’une lecture, et c’est déjà ça…

    Je part du principe qu’on ne peut pas se permettre de trop faire la fine bouche, surtout concernant des sujets aussi graves et ou les rapports de forces sont si disproportionnés (Palestine-Israel). Donc, sans tout à fait aller jusqu’à dire que tout est bon à prendre, il est important de ne jamais oublier que c’est toujours les petits détails qui font basculer la donne. Mais quels détails ? Ça, bien malin qui le dira…
    Et je profite de ce mot « détail » pour faire la transition, vous pouvez nous dire « accessoirement » ce qui vous permets de juger de « nuisible » les « motifs à carreaux plus petits ou estompés », mais surtout de clarifier ce que vous entendez par ce « politiquement correct » ? C’est m’intrigant …

  7. Khalloud le 11 février 2009 à 17:59

    @AbdelmajidB – loin de moi l’idée de vous “reprendre”, c’est juste que je suis moi aussi hésitant sur la question et je trouvais que ce n’était pas facile de faire la part des choses. Je comprends mieux votre position maintenant, mais je suis toujours moi-même sceptique sur le fait que ce “revival” du keffieh sous des formes édulcorées soit bon pour la cause palestinienne.
    Ma thèse, c’est que mettre le keffieh ainsi à toutes les sauces, dans des couleurs rose ou fuchsia, avec les carreaux guère plus visibles, sur les podiums des défilés de mode, c’est le dévoyer d’une certaine façon, lui faire perdre sa charge revendicative. En poussant à la limite, le keffieh perdrait son sens symbolique et deviendrait un objet aseptisé, porté non plus (seulement) par des combattants et des sympathisants mais par des mannequins et des dandys charmés par les couleurs et les motifs. Il n’aurait plus guère de lien avec ce qu’il était initialement censé incarner, et cela de façon exclusive: la révolte contre l’injustice faite aux Palestiniens. Comme tel il deviendrait beaucoup plus rassurant pour les ennemis de cette cause et pour les “bourgeois” que la révolte effraie (c’est cela que je voulais dire dire par “politiquement correct”).

  8. AbdelmajidB le 12 février 2009 à 3:54

    @ Khalloud – Je vous rassure, pour moi « reprendre » a valeur de “critique constructive” et certainement pas un sens négatif, sans compter que je ne suis pas si chatouilleux lorsqu’il s’agit de débattre, et particulièrement de débattre d’une question si cruciale où les considérations personnelles n’ont vraiment pas lieu d’être.
    En revanche, et vous le comprendriez surement, sachez que je ne manquerai pas d’attirer votre attention sur un détail omis qui aiderai à analyser la situation dans son ensemble. Sachant, bien évidement, que j’attends la pareille de votre part : sorte de donnant donnant…
    Et, pour commencer, je tiens justement à souligner un point essentiel de désacord : pour moi, ce « rival » (pour vous reprendre) n’est pas venu évincer le keffieh traditionnel. C’est même tout à fait le contraire qui est en train de se produire partout (sauf pour le fabriquant d’Hébron, désolé). Tous les articles le prouvent : jamais il ne s’est vendu autant de keffieh que depuis l’apparition de ce « rival ». Et je vous défie d’aller aujourd’hui (le 12 février 2009) trouver un keffieh noir et blanc dans les magasins de France : ils sont en rupture (ou presque, puisqu’il reste justement les “édulcorés”). Lisez la presse. Et c’est dû aux manifestations, bien sûr, mais c’est aussi directement lié au fait que le keffieh est devenu un objet mythique, le symbole de la révolte etc.
    Donc, non seulement ce keffieh à la mode n’est pas l’ennemi du traditionnel mais au contraire, son compliment. Et sur la question je pense qu’il est plus sage de partir du principe que tant que le dit « rival » ne porte pas effectivement atteinte à la cause Palestinienne : alors il n’y a pas lieu de se prononcer contre.
    De plus, je pense que si j’étais partisan invétéré de la cause palestinienne, j’aurai été un fervent amateur de ce « rival » du keffieh traditionnel ne serait-ce que parce qu’il gène Israel et les « ennemis de la Palestine ». Car n’oubliez pas que nombre de manifestations (articles de presses, Internet, pressions contre des boutiques etc.) de la part de gens et des milieux hostiles à la création d’un Etat Palestinien se sont soulevé à travers le monde contre cet objet à la mode. En tentant notament de convaincre que porter ce tissu revenait à soutenir les « terroristes » ( comprendre, les Palestiniens).
    Je pourrais encore vous écrire un roman sur le sujet (mais je pense que ça commence à bien faire, ou voir à ouvrir un blog perso ?), mais je préfère achever cette conversation en vous rappelant un détail arithmétique qui semble vous avoir échappé (et ce toujours dans la logique de la critique constructive, bien entendu, sans oublier que vous pouvez riposter) :
    D’abord, vous semblez oublier que ce ne sont pas les Palestiniens, les partisans traditionnels de la cause palestinienne ou les soutiens de la création d’un Etat palestinien qui ont ôté leur keffieh noir et blanc pour le remplacer par un autre à la mode et de toutes couleurs mais bien de “nouveaux porteurs” de ce symbole de la cause palestiniennes qu’il s’agit. Je ne sais pas si vous me suivez bien, mais il faut bien avoir à l’esprit qu’avec la naissance de cet objet à la mode inspiré du traditionnel keffieh c’est du jour au lendemain la population des porteurs de keffieh à travers le monde qui à été multiplié par X….
    Pour vous le dire dans un autre registre, il faut mettre ça en parallèle avec la politique d’Israel du repeuplement ( avec l’appel aux juifs du monde entier au retour à la « terre promise » en leur promettant des avantages en terres et pécuniers, de la multiplication des colonies, l’encouragement à la reproduction etc.) Donc je vous laisse imaginer un peu ce que cela peut induire cette simple multiplication de la population des “porteurs de keffieh” dont vous semblez minimiser le rôle et aussi la signification…
    Evidement que d’aucuns trouverons encore à en redire et affirmer que ce n’est pas parce que ces jeunes et moins jeunes gens se promènent avec un keffieh sur les épaules qu’ils sont pour autant sensibilisé à la question palestinienne, et je leur donnerai entièrement raison.
    Seulement, voilà, il ne faut pas avoir la mémoire trop coutre et oublier que ces “braves gens” étaient auparavant soit neutre soit carrément de l’autre bord ; sans oublier qu’avec un keffieh ils ressemblent davantage à un Palestinien qu’à autre chose ( très chic et fashion, mais Palestinien comme même) ; et sans oublier que certains ( à raporter au nombre total de ces braves gens) le portent précisément parce qu’ils sont sensibilisé au drame de la situation faite aux Palestiniens… Et il y’en a.
    Et, comme vous savez, ce blog est suffisamment bien fait pour nous permettre d’être un peu au courant de la dernière agression de l’armée israelienne sur la population palestinienne. Sachant toutefois que nous ne somme qu’au lendemain de l’agression, ’il convient donc d’attendre avant de pouvoir se prononcer sur l’avis de la population mondiale et son orientation (ou réorientation) possible… Mais rien ne nous empêche d’imaginer.

  9. Khalloud le 12 février 2009 à 8:16

    Merci AbdelmajidB – juste un détail, je n’ai pas parlé de rival mais de revival, sorte de résurrection/récupération.
    En effet, il doit bien se trouver parmi les porteurs de keffieh “exotiques” quelques-uns qui l’arborent par sincère sympathie pour la cause palestinienne, et on ne saurait les négliger.
    Pour le reste, je suis moins sûr, mais votre conclusion “il convient donc d’attendre avant de pouvoir se prononcer sur l’avis de la population mondiale et son orientation (ou réorientation) possible… Mais rien ne nous empêche d’imaginer” est sage et je l’adopte volontiers.

  10. AbdelmajidB le 12 février 2009 à 10:10

    Désolé, ami Khalloud, mais je ne m’attendais pas à un anglicisme ici: d’où confusion…
    Mais cela nous aura permis de repréciser certains détails quant au rapport “dualiste” entre le keffieh traditionnel et ce nouveau venu, non?
    Et pour “revival”, je ne vous cache pas qu’il y’a matière à noircir deux autres pages. Et bien que cela me démange, je me limiterai à suggérer si un mot plus commun, bien que très utilisé et parfois à tord et à travers, n’aurait pas été mieux choisi pour faire mieux ressortir et ressentir ce sens de résurrection et de renaissance (mais pas du tout « récupération ») : à savoir le terme de “Nahda”?
    Mais j’évite de me lancer là-dedans maintenant, sinon on n’est pas couché… D’autant que c’est pas les spécialistes (les vrais, et pas de mon espèce..) qui manquent sur ce site pour faire le point, au nécessaire…

  11. Danny le 25 mars 2009 à 17:16

    Bonjour!
    Je vous écrits de Montréal, Québec,Canada, pour vous faire part de mes observations.
    Depuis quelque année je porte le keffieh, en 1999 , je pris part a une mission sous l’égide des nations unis, casque bleue, au Kosovo. Je travaillais pour la sécurité des camps. Un jours qu’il faisait très froid, un musulman albanais du kosovo, m’as remit ce foulard que je ne connaissais pas. Je me suis renseigner sur sa provenance…
    Maintenant voila, aujourd’hui je regarde autour de moi, dans cette ville cosmopolite,multi-ethnique…Force est de constater aujourd’hui que tous ces jeunes qui le porte fièrement n’ont pas la moindre idée de ce que cela peut représenter, sa provenance…etc
    Le keffieh est fort de symbole, je croit surtout que ces jeunes sont des victimes de la mode, ont peu le comparer a la célèbre photo de Ernesto che guevara, qu’ils arbore, sans n’en connaitre réellement le sens.Mais qui est tellement “in”, comme ont dit chez nous.
    Je trouve cela déplorable!
    C’étais mon commentaire, voila.

  12. nanou le 12 décembre 2009 à 15:30

    voila jai un kefié noir et blanc je me demander quelle etait sa signification car je sais quil y a les traditionelle mai moi se nen nai pas un car je les acheter sur le marcher et je sais que le blanc et rouge ses pour la palestinne un truc comme sa mes noir et blanc tj pas trouver et noi et violet non plus je sais pas ? merci de me repondre o plus vite pour savoir merci au revoir


Carnets de recherche