La révolution de l'information et la « télé de papa »

4 mai 2009
Par

Aujourd'hui, 70 % des Egyptiens ont un équipement qui leur permet de choisir, selon une étude d'Arab Advisors, entre plus de 500 chaînes arabophones (dont 140 sont cryptées, en principe, car les as du branchement illégal ont quasiment pignon sur rue).

Avec l'essor des télévisions satellitaires, et celui d'internet (plus de 30 millions d'utilisateurs, au moins 500 000 blogs, des centaines et des centaines de publications en ligne...), le monde arabe a donc vécu, en moins de deux décennies, une véritable révolution de l'information.

La disparition de la « télévision de papa », celle qui ne donnait accès qu'à l'inamovible chaîne nationale, va-t-elle permettre enfin un peu de changement ? On voudrait pouvoir y croire mais, dans la région, il arrive qu'on fasse durer les choses, dans le domaine politique notamment.

Bientôt 40 ans de pouvoir pour Mouammar Kadhafi par exemple, et « seulement » 28 pour Hosni Moubarak, deux régimes qui, « révolution de l'information » ou pas, continuent de mettre en pratique les bonnes vieilles recettes d'autrefois !

Et c'est au Caire, siège de la Ligue arabe, que les ministres de l'Information ont adopté en février 2008, sous l'impulsion de l'Egypte et de l'Arabie saoudite notamment, une « charte de bonne conduite » destinée à remettre un peu d'ordre dans un paysage médiatique un peu trop agité à leurs yeux.

Peu de temps après l'adoption de ce document, la chaîne d'information Al-Hiwar, basée à Londres, se voyait retirer son accès au satellite égyptien Nilesat, sans la moindre explication. Sur d'autres canaux, les pressions se multipliaient sur les animateurs de débats politiques, lesquels, au besoin, ont pu être brutalement interrompus, telle cette émission de la chaîne Mihwar, obligée, « pour des raisons de sécurité », à ne pas tenir les « 90 minutes » pourtant prévues par son titre (cf. article en arabe) !

Mais souvent, les rivalités interarabes ont au moins cet avantage qu'une émission interdite quelque part trouve, ailleurs, la possibilité d'être diffusée. Ainsi, en 2002, quand le pouvoir égyptien a signifié à la chaîne privée Dream qu'il ne souhaitait plus la diffusion de ses propos, c'est la chaîne qatarie Al-Jazeera qui s'est empressée d'offrir une tribune à Muhammad Hassanayn Heikal (محمد حسنين هيكل), le très populaire ancien ministre, sous Nasser, de l'Information !

L'accord récent autour de la « charte de bonne conduite » indique néanmoins une tendance : les vieux routiers de la politique arabe ne supportent pas mieux qu'avant qu'on leur marche sur les pieds ! On a pu encore le constater tout récemment.

Bien connu en France depuis la négociation sur la libération des infirmières bulgares de l'été 2007, Saif al-islam, le moderne fils aîné de Muammar Kadhafi, est souvent considéré - à l'instar de Gamal, fils de Hosni Moubarak d'ailleurs  - comme le digne héritier de la « républarchie » familiale.

Comme le dit très aimablement le correspondant libyen de l'agence Reuters, Saif al-islam, dans le cadre d'un « plan ambitieux pour créer des institutions démocratiques telles que des médias libres et une magistrature indépendante » ( !), a souhaité avoir ses propres médias : deux radios, deux journaux et une télévision.

Pour cette chaîne, Al-Libia, qui a commencé à émettre par satellite il y a deux ans, Saif al-Islam Kadhafi a décidé de bien faire les choses en invitant (article en arabe) les vedettes du petit écran arabe, à grand renfort de contrats alléchants : on parle en millions de dollars !

Parmi ces vedettes, Hamdi Qandil (حمدي قنديل), l'animateur d'une émission politique intitulé « Crayon mine » (قلم رصاص : en jouant sur les mots, la traduction française évoque un peu l'allusion en arabe au côté « détonant/détonnant » de l'émission). Journaliste respecté qui a par exemple récemment reçu le prestigieux Media Accomplishment Award, l'animateur égyptien était devenu disponible après avoir été « débarqué » de Dubai TV, au début de l'année, en raison de propos jugés trop élogieux à l'égard du leader du Hezbollah (extrait de la vidéo en arabe).

Mais Hamdi Qandil est arrivé à un âge où l'on ne se refait plus : il n'a pas plus tôt commencé son émission sur Al-Libia, il y a quelques jours à peine, que ce nationaliste arabe incorrigible renouvelait ses critiques de la politique égyptienne et ses éloges de Hassan Nasrallah, en pleine campagne médiatique du Caire contre la « cellule terroriste du Hezbollah » inflitrée en Egypte !

L'incident diplomatique entre Le Caire et Tripoli n'a été évité qu'au prix d'une mesure aussi audacieuse que radicale du dirigeant de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste : du jour au lendemain, Al-Libia a été nationalisée et son directeur administratif jeté en prison (pour 48 heures), tandis que la chaîne satellitaire échappait au fils ambitieux pour redevenir, au sens propre du terme ou presque, la « télévision de papa » !

Une gestion aussi patriarcale de l'offre satellitaire est-elle encore possible dans un paysage médiatique profondément transformé par la révolution de l'information ? Après avoir essuyé un refus, sans nul doute poli, à Amman et à Dubai (aujourd'hui le plus gros pôle télévisuel de la région, avec près d'un quart des chaînes satellitaires arabes), Al-Libia vient d'annoncer sa prochaine installation à Londres, d'où elle émettra sur le satellite Hotbird.

Et il y a fort à parier que le « crayon mine » de Hamdi Qandil sera au programme !

(6 mai : en fait non ! Le quotidien Al-Quds al-'arabi annonce ce jour que le journaliste égyptien aurait accepté l'offre de la chaîne libanaise Al-Manar. Même si les autorités égyptiennes ont immédiatement répliqué en menaçant d'en refuser la diffusion sur Nilesat, l'arrivée de Hamdi Qandil ne peut qu'ajouter à la popularité de la chaîne du Hezbollah, laquelle possède déjà un réel public au-delà du Liban et notamment  dans la Péninsule arabique.)

A ceux qui auront envie d'aller plus loin sur cette question, on signale la sortie, jeudi prochain, du livre dont la couverture illustre ce billet. Il regroupe les contributions d'une vingtaine de spécialistes qui proposent leur lecture de ce que les écrans - ceux des télévisions comme ceux des ordinateurs - nous disent du monde arabe actuel : Les Arabes parlent aux Arabes. La révolution de l'information dans le monde arabe, sous la direction de Yves Gonzalez-Quijano et Tourya Guaaybess, Sindbad, 270 pages, 25 euros.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : censure, Egypte, Internet, Libye, télévision

4 commentaires pour “ La révolution de l'information et la « télé de papa » ”

  1. sosso le 4 mai 2009 à 14:15

    Est-ce que vous avez suivit tout le débat qui a eu lieu en Égypte autour de la modernisation de Maspiro ( la télévision ) ?

  2. Jean-Christophe le 4 mai 2009 à 22:40

    Enhorabuena Yves pour la publication du livre

  3. YGQ le 5 mai 2009 à 7:17

    Oui, des petites choses, que l'on peut mettre en relation aussi avec la demande faite aux journalistes fonctionnaires de ne plus travailler quepour un seul (!) journal... Mais rien de sensationnel !

  4. salah le 11 décembre 2010 à 23:46

    je regrette beaucoups la disparition de cette émission, mais cela ne m'étonne de la part de nos responsables qui ne sont que les laquets de l'occident. Mais vous Mr KANDIL, vous étiez notre héros,notre virilité, dans un monde arabe dominé par la fourberie et la dictature. Vous avez à travers votre émission remis les pendules à l'heure et vous avez brisée ce silence assourdissant.
    Merci beaucoups et vos paroles nous manquent. Surtout beaucoups de courage et de patience avec ces coyottes.