Femmes politiques arabes : une révolution tranquille ? (1/2)

17 mai 2009
Par

Dix ans, jour pour jour ou presque, après qu’une réforme législative leur a donné le droit de vote, quatre femmes viennent de faire leur entrée au Parlement koweïtien. Sans doute, les circonstances qui ont amené sa dissolution sont loin d’être parfaitement claires (intéressant article sur Agora Vox), mais on ne boudera une telle occasion de se réjouir car l’actualité arabe n’en offre pas si souvent.

Ce succès au Koweït confirme  la présence, toujours plus grande, des femmes arabes sur la scène politique, contrairement à bien des idées reçues. Par exemple, nombre d’observateurs avaient noté qu’elles étaient particulièrement nombreuses à s’être présentées aux  élections législatives de novembre 2007 en Jordanie, non pas seulement dans les circonscriptions urbaines et « libérales » mais dans l’ensemble du pays. Elles avaient donc, dans certains cas au moins, le soutien des grandes familles, dont le fonctionnement ne laisse guère de place, en principe, à l’expression des femmes dans la vie publique. Cette année-là, d’ailleurs, une élue était entrée pour la première fois « normalement » au Parlement jordanien, c’est-à-dire portée par les suffrages donnés par les électeurs et non grâce au quota de sièges réservés aux femmes afin de renforcer leur représentation.

C’est dans la seconde moitié du XIXe que s’élèvent, dans le monde arabe, les premières voix qui appellent au changement, avec par exemple le discours resté célèbre du Libanais Boutros Al-Boustani (بطرس البستاني) sur l’éducation des femmes lors de la création de l’Ecole nationale (al-madrasa al-wataniyya) en 1863. Et si le premier journal féminin, Al-Fatât (الفتاة), est créé dès 1892 à Alexandrie, il faudra attendre le début du XXe siècle pour que les femmes commencent à exiger leur entrée sur la scène politique. Ainsi, l’Egyptienne Hoda Shaarawi (هدى شعراوي‎) s’efforça-t-elle (en vain) de rappeler en 1924 les plus importantes des revendications féminines à ses collègues du parti Wafd, pourtant majoritaires au Parlement.

A peine plus tard, en 1928, Nadhira Zayn al-din (نظيرة زين الدين) publiait Al-sufûr wal-hijâb (السفور والحجاب : Etre dévoilée ou non). A partir de la question du voile, qu’elle ne considérait pas comme une obligation coranique, cette jeune Syrienne d’origine kurde développait une critique de la manière dont la religion pouvait être utilisée, par les hommes, comme instrument de domination. Le livre fit scandale, mais il eut malgré tout plusieurs éditions et son auteur reçut le soutien d’importantes figures publiques, laïques et même religieuses.

Mais après leur affirmation politique durant les décennies suivantes, souvent à travers les luttes nationales pour l’indépendance comme dans le cas de l’Algérie, les femmes arabes, au fil du temps, ont vu leur place politique réduite comme peau de chagrin. Et si quelques-unes d’entre elles continuent à figurer dans la plupart des gouvernements de la région, il faut bien reconnaître que cette représentation est souvent aussi mal supportée que les pouvoirs qui l’imposent car les populations n’accordent plus aucune légitimité ou presque à leurs dirigeants et se tournent largement vers d’autres modèles politiques, fabriqués à partir d’un répertoire (néo)religieux qui ne favorise pas, en apparence au moins, l’émancipation féminine.

Pourtant, l’invisibilité politique des femmes dans le monde arabe n’est pas une fatalité, et l’actualité récente montre même qu’un mouvement inverse est amorcé ; d’une part parce que la modernisation politique est plus nécessaire que jamais pour les dirigeants eux-mêmes, en particulier dans la Péninsule arabe de l’après 11-septembre et, de l’autre, parce que l’« islamisation » – pour le dire très vite – en surface de la société n’exclut pas la présence, en profondeur, de courants plus puissants et plus significatifs, notamment celui des progrès de l’éducation et de l’individualisation des comportements dans les sociétés arabes d’aujourd’hui.

Caricatures faciles du « retard » arabe, ou plutôt, pour beaucoup, de son irrémédiable arriération, les pays du Golfe offrent le meilleur exemple d’une évolution qui prendra, bien entendu, du temps encore. La route est longue en effet dans ces pays où, comme le souligne une étude (article en arabe) réalisée à la demande du Conseil de coopération du Golfe dès 2005, la participation politique est proche du néant ou presque.

Malgré tout, les signes s’accumulent. Les lecteurs de ces billets se souviennent qu’on avait évoqué l’année 2008 comme celle de la femme en Arabie saoudite, en raison des nombreux signes traduisant l’amélioration, toute relative bien entendu, du statut de la femme dans ce pays. Sur le plan politique, ils auront peut-être gardé en mémoire ce double symbole qu’a constitué le choix d’un ambassadeur à la fois femme et juive pour représenter l’émirat de Bahreïn aux Etats-Unis. Et puis, toujours durant la même année, le rôle joué désormais dans le Golfe par une nouvelle génération de femmes (d’hommes) politiques était illustré par le classement, au palmarès de la revue Forbes, de sheikha bint Nasser al-Missned, brillante épouse de l’émir du Qatar (exemple commenté, avec bien d’autres, dans ce bon article de l’agence Associated Press).

Peu avant les élections koweïtiennes, en mars dernier, une femme a été nommée pour la première fois vice-ministre de l’Education et de l’Enseignement du Royaume d’Arabie saoudite, un pays qui occupe une place toute particulière dans la région. Même si l’on peut trouver des explications politiques à l’enthousiasme des journalistes étasuniens ravis de mettre en évidence les progrès de l’allié saoudien, on notera tout de même que, dans le dernier classement des « personnalités les plus influentes dans le monde » établi par la célèbre revue Time, ladite vice-ministre, Nura Al-Faiz, occupe la onzième place.

Comme le souligne de son côté le quotidien en ligne Elaph qui parle même de « révolution tranquille » (article en arabe), l’élection – par le pouvoir saoudien – de cette femme est d’autant plus significative qu’elle n’appartient pas à la famille royale mais vient au contraire d’une famille modeste, à l’influence très locale. Un fait également noté par l’auteur de Saudiwoman’s Weblog (tout un programme !), une universitaire qui souligne aussi le fait que la presse a publié une photographie de cette femme ministre « en cheveux ».

(Le lien donné sur le blog renvoie à la photo ci-dessus, et il faut donc croire qu’elle a été changée depuis ; sur la question des codes qui régissent les représentations photographiques, voir l’onglet « image » à droite de ce billet ; sans doute pour la même raison, Time a choisi d’illustrer son article par ce dessin, ci-contre, où l’horrible le dispute au grotesque !)

Oui, tout de même, le Golfe arabe connaît une petite « révolution tranquille » (à suivre, la semaine prochaine, en espérant rester aussi optimiste).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Bahreïn, éducation, Golfe, image, Koweït, Saoudie, société

10 commentaires pour “ Femmes politiques arabes : une révolution tranquille ? (1/2) ”

  1. muriel le 20 mai 2009 à 12:37

    bien optimiste, ce billet en effet. mais peut-être qu’étant femme, j’aimerais une révolution tranquille plus rapide. ..
    Pour signaler également qu’au Liban, où je vis, nous avons une étrange coutume “le clonage familial” : les femmes ne se présentent (à de très rares exceptions près) que lorsque le mari / le père a été assassiné (ou pour certaines, plus rares, mort de sa belle mort). Elle réprésente alors “par défaut” leur mari ou sa famille. Ce qui est de surcroît intéressant, c’est qu’elle se maintienne le temps que leur progéniture (mâles) soit en mesure d’assurer la relève : c’est le cas de Nayla Mwawwad, veuve du président libanais assassiné, qui laisse son siège pour les élections de juin à son fils Michel. Le cas de Solange Gemayel qui fait de même pour son fils, un très jeune (21 ans) dont le prénom m’échappe. L’assentiment des grandes familles, écriviez-vous…
    Au parlement libanais, 6 femmes avaient été élues (sur 128). Très probrable que si les élections de juin se déroulent correctement (et les résultats acceptés), elles ne soient que 3 députés…

  2. YGQ le 20 mai 2009 à 14:16

    Oui, toutes vos remarques sur le Liban sont justes, et elles s’appliquent ailleurs. Au passage, le fils Gemayel, c’est Nadim, bien en piste pour que la tradition se perpétue, par les mâles de fait. Alors, pour être optimiste, résolument, on peut noter que, chez vos voisins syriens, du côté de l’opposition en particulier, ce sont les femmes – dans les “clans” Hourani et Atasi – qui ont pris la relève… Deux choses à noter peut-être : d’abord, au Liban, y a-t-il des femmes du côté du 8 mars (côté Aoun ou Hezbollah, pour le second point en particulier, la réponse m’intéresse, quelqu’un en a une ?) ensuite, peut-être faut-il se dire aussi que les lieux importent, et peuvent étonner. Je m’explique : ce qui est intéressant, dans cette toute petite révolution tranquille dans le Golfe, c’est justement parce que cela se passe là, dans ces sociétés qui n’ont rien fait pour hâter le mouvement, c’est le moins qu’on puisse dire, et pour des raisons de fond, sur lesquelles il sera difficile de revenir (éducation, individualisation)… Bon, s’il y a des endroits ailleurs pour faire évoluer les choses, ce ne serait pas plus mal. Mais peut-être que la carte sociopolitique du monde arabe, en cette entrée dans le troisième millénaire, ne reproduira pas exactement celle que l’on a connue durant le XXe siècle ?

  3. Philippe Mischkowsky le 25 mai 2009 à 9:52

    Bonjour,
    grand admirateur de vos articles, je suis soulager de voir que vous n’êtes pas totalement infaillible. Au Koweït, le droit de vote a été accordé aux femmes en 2005, donc il y a quatre ans et non dix.
    D’autre part, il y aurait un sujet à creuser, à savoir l’utilisation des femmes pour donner une image de modernité (factice) devant l’Occident.
    C’était assez flagrant lors des élections législatives au Bahreïn en 2006, quand le régime avait organisé un QG pour journalistes occidentaux au Sheraton de Manama, et mobilisé une armada de porte-paroles, chargées de presse et autre assistantes, toutes non voilées. Il avait également fait gagner une candidate potiche afin de pouvoir se vanter d’avoir la première députée du Golfe, tout en mettant des bâtons dans les roues d’une candidate de l’opposition.
    voir : http://www.courrierinternational.com/article/2006/12/07/partie-remise

  4. cpa le 25 mai 2009 à 10:21

    Infaillible et puis quoi encore ! Nous avons peut-être tous les deux raisons. Sur le principe, le droit date de 10 ans, sur son application, c’est bien 2005. (“La campagne en faveur du droit de vote des femmes au Koweït s’est accélérée ces six dernières années. Le 16 mai 1999, l’Emir du Koweït, Sheikh Jaber Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, a publié un décret accordant aux femmes les pleins droits politiques, leur permettant de voter et de se porter candidates à des élections. Ce décret a été annulé par un vote aux deux tiers du parlement le 23 novembre 1999. Plusieurs projets de modification de la loi électorale du pays ont été présentés par la suite au parlement, sans succès. Des femmes ont également tenté de se faire inscrire sur les listes électorales et plusieurs actions en justice ont été engagées contre l’Etat pour avoir refusé l’inscription des femmes, mais les tribunaux ont à chaque fois classé l’affaire. Jusqu’à ce que l’Arabie saoudite accorde le droit de vote aux hommes tout récemment, le Koweït restait le dernier pays du monde où seuls les hommes pouvaient voter.” source : http://www.equalitynow.org/french/actions/action_1902_fr.html)
    Quant à la femme, “vitrine” (prétexte ?) de la modernité politique, c’est de fait une piste très intéressante.
    Et merci de vos compliments !

  5. Sites sur le moyen-orient « C.C.E. le 26 mai 2009 à 12:58

    [...] voir “Culture et Politique Arabe“, ils publient pour l’instant deux articles sur la présence des femmes sur la scéne [...]

  6. muriel le 9 juin 2009 à 9:15

    A ma connaissance au Liban (il est parfois difficile de s’y retrouver, aucune liste à jour par exemple des candidats se présentant n’étant accessible…)
    Gilberte Zoueïn, affilée CPL (Aoun). La seule femme de la liste CPL aux législatives.
    Côté Hezbollah, pas de femmes présentées (sauf erreur) mais un “comité de femmes” (chargé des questions féminines) sans qu’on sache très bien quel est leur travail, ou domaine de compérences. De même chez Amal. Au Parti communiste libanais, je ne sais si des candidates se présentaient, mais dans ses instances dirigeantes, la présence de Marie debs.

  7. cpa le 9 juin 2009 à 10:44

    Merci Muriel d’avoir apporté cette précision : je comprends pourquoi ils n’ont pas gagné les élections, il n’y avait pas assez de femmes !!!

  8. [...] Femmes politiques arabes : une révolution tranquille ? (1/2) | Culture et politique arabes cpa.hypotheses.org/987 – view page – cached Chaque lundi, un peu de la CULTURE ARABE ACTUELLE pour comprendre ce qu’elle nous dit sur l’ACTUALITE POLITIQUE ARABE * À propos * Crédits * Accueil — From the page [...]

  9. Choses lues « Monde en Question le 22 novembre 2009 à 18:13

    [...] Yves Gonzalez-Quijano, Femmes politiques arabes / une révolution tranquille ? (1/2), Culture et politique arabes. [...]

  10. ami le 19 mars 2010 à 2:28

    salut femmes politiques arabe.ma question comment une femme doit être protéger des ennemies ou des ignorants de la culture sociale et politiques. Je cherche la réponse.


Carnets de recherche