Feirouz et la catastrophe arabe

FairouzOk
La couverture de l’hebdomadaire Al-Chiraa

On ne parlera pas cette semaine de l’Arabie saoudite, même si tout le monde se réjouit de voir que les femmes peuvent désormais y voter à (certaines) élections (mineures). D’innombrables médias ont traité le sujet mais on aurait aimé qu’ils soient aussi diserts sur d’autres événements qui se sont également passés au Royaume des hommes. Par exemple la condamnation à mort d’Ashraf Fayadh, poète palestinien coupable d’apostasie (voir la lettre ouverte adressée à Catherine Beaubatie, députée socialiste vice-présidente du groupe d’amitiés France-Arabie saoudite à l’Assemblée nationale). Ou bien encore, l’incroyable et totalement illégale censure de la chaîne libanaise Al-Manar, « virée » du satellite Arabsat – panarabe en principe mais dans les faits possession saoudienne – pour des propos jugés injurieux à l’encontre du Royaume, tenus il y a des mois de cela par un invité de la chaîne, d’ailleurs réprimandé par l’animateur ! En dépit de la gravité de cette décision, qui confirme la volonté saoudienne de mettre au pas toute voix dissidente dans la région, on ne trouve qu’un quotidien francophone algérien (en dehors du Liban) pour s’intéresser aujourd’hui à la répression de médias dont, il y a peu encore, on nous chantait les mérites sur le mode « Al-Jazeera, mégaphone de la place Tahrir au Caire ». Le « Printemps arabe » est bien vite passé de mode !

Indirectement, la médiocrité toujours plus grande des médias du monde arabe est tout de même le sujet de cette chronique puisque qu’elle est consacrée à un événement considérable, la publication – une première dans l’histoire de la presse locale à ma connaissance – d’un article violemment hostile à la diva libanaise, Feirouz. Dans cette République qui n’est pas loin de boucler sa seconde année sans président, cette attaque en règle contre la gloire nationale du pays, quand bien même elle a été publiée dans Al-Chiraa (الشراع), un hebdomadaire peu estimable, continue à susciter des réactions en chaîne. Les ministres de l’Information et de la Culture ont ainsi fait part de leur réprobation, allant même jusqu’à inciter ouvertement l’intéressée à lancer des poursuites juridiques. Quant aux innombrables fans de « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles » comme on l’appelle souvent, nombre d’entre eux se sont déjà regroupés, pour prendre sa défense et témoigner de leur indéfectible amour, sur une page Facebook.

En soi, l’article n’a guère d’intérêt. Sous un titre provocateur (Ce que vous ne savez pas sur […] Feirouz, celle qui n’aime pas les gens, qui n’en a que pour l’argent et le wisky et qui complote avec Assad), un journaliste en mal de reconnaissance publique (deux échecs à la présidence du syndicat de la presse) revient sur la carrière de la vedette, accusée d’être avare et d’avoir un goût prononcé pour le Chivas Regal. Plus grave, assurément, sont les erreurs politique de cette chrétienne du Liban. L’auteur de l’article explique ainsi que, non seulement Feirouz prend la poudre d’escampette au lieu de saluer le grand leader (sunnite) du pays, Rafic Hariri, lequel vient de lui offrir 300 000 dollars pour chanter dans le centre ville de Beyrouth remis à neuf, mais, de surcroit, elle développe depuis des années, ainsi que sa famille, des relations coupables avec le régime syrien. À force d’insinuations, on comprend qu’elle est même indirectement coupable du massacre de milliers de « musulmans (palestiniens et libanais) », lors de la prise du camp de Tell Zaatar (investi en 1976 par les milices Kataeb, soutenues par l’armée syrienne, leur alliée du moment).

Ce misérable article mérite-t-il qu’on lui consacre quelques lignes ? Au-delà du nombre étonnant d’articles qu’il a suscités, j’y vois pour ma part quelque chose qui va au-delà de l’actualité immédiate et qui donne à cette affaire une dimension plus intéressante. Feirouz, qui vient de fêter ses 81 ans, incarne (à tort ou à raison) pour toute la région un véritable âge d’or, celui où l’on chantait, à côté d’autres bonheurs plus quotidiens, la certitude d’un monde arabe sur la voie de l’unité. La colère, l’indignation, l’« horreur » même ressenties par d’innombrables lecteurs à l’occasion de cette attaque, inédite dans sa violence, contre la diva libanaise tiennent précisément à ce lien qu’elle entretient avec le public arabe depuis plus de six décennies. S’en prendre à Fairouz, c’est, indiscutablement, profaner une icône et violenter tout ce qu’elle représente. En publiant cet article venimeux, un journaliste opportuniste a saisi l’occasion de faire parler de lui ; mais il nous dit surtout que, confusément, on perçoit dans la région qu’au temps de la grande catastrophe arabe il est désormais possible de s’en prendre ouvertement à ses mythes fondateurs qu’incarne, dernière de sa génération, l’interprète de Jérusalem, fleur parmi les villes.

La possibilité d’une île : ce cher monsieur Sawiris

sawirismickey
Début septembre, Naguib Sawiris, un milliardaire égyptien dont la fortune est essentiellement liée à Orascom, une société de téléphonie surtout présente en Afrique et en Asie, faisait savoir dans les médias qu’il était prêt à acheter une île en Méditerranée pour y accueillir le flux incessant des réfugiés qui cherchent à fuir sous des cieux plus cléments. Quinze jours plus tard, alors que la photo du cadavre du petit Aylan Kurdi, échoué la plage de Bodrum, réveillait brutalement les consciences du monde, l’homme qui possède la troisième fortune d’Afrique, évaluée à 3 milliards de dollars, déclarait que les contacts avec les gouvernements italien et grec étaient bien avancés. Pour une somme évaluée entre 10 et 100 millions de dollars – auxquels il faudra rajouter les investissements nécessaires à l’accueil de la nouvelle population : écoles, centres de soin, logements… – , il se faisait fort de mettre en route cette « possibilité d’une île » pour les migrants ballotés entre guerres inciviles et frontières interdites… “Sell me an island, I’ll call its independence and host the migrants and provide jobs for them building their new country” : une idée un peu folle, celle d’une île indépendante en Méditerranée où les migrants trouveraient du travail le temps qu’ils puissent retourner dans leur pays, écrivait-il ainsi sur son compte Twitter. Une solution provisoire naturellement, en attendant le retour chez eux des migrants réfugiés sur l’île d’Aylan Kurdi comme il se proposait de l’appeler.

Largement diffusée, cette information n’a quasiment jamais été accompagnée d’un élément qui, pourtant, n’est pas sans importance et dont on peut penser qu’il est pourtant bien présent dans toutes les mémoires journalistiques. En effet, le riche philanthrope de l’île aux réfugiés n’est autre que l’investisseur privé qui, en juillet dernier, a pris le contrôle de la chaîne Euronews pour l’équivalent de quelques arpents en Méditerranée, à savoir 35 millions de dollars. Cette information, d’ailleurs, est loin d’être la seule à devoir être prise en compte si l’on veut analyser, dans toute sa complexité, l’offre faite par l’homme d’affaires égyptien. Car celle-ci s’inscrit en réalité dans un parcours singulier, dans lequel bien des gestes philanthropiques apparaissent autant de manœuvres politiques.

Charitable, la fondation Sawiris, créée en 2001, l’est très certainement puisqu’elle se propose pour l’essentiel de fournir à quelques jeunes Égyptiens et Égyptiennes méritant(e)s la possibilité de compléter leur éducation grâce à des formations que les services de l’État sont bien incapables de leur fournir. Mais comme bien des initiatives de ce type (on peut penser à la fondation Hariri au Liban par exemple), cette intervention dans l’espace public est associée à une stratégie de visibilité politique. D’ailleurs, deux ans après la création de ladite fondation, l’homme qui avait fait sa fortune grâce à la dérégulation du secteur des communications en devenant le premier fournisseur privé de services téléphoniques mobiles en Égypte se démarcait du pouvoir en place. En 2003, Naguib Sawiris devenait ainsi le principal investisseur d‘Al-Masri al-youm, le premier très important quotidien d’opposition à voir le jour depuis la nationalisation de la presse sous Nasser au début des années 1960 !

Polytechnicien (formé en Suisse), l’homme dont la fortune est étroitement associée au développement des nouveaux supports de communication et de l’information n’ignore pas l’importance de ce qui se joue dans ce secteur. En 2008, il consent ainsi à différents investissements dans le secteur de la production audiovisuelle, avec notamment de nombreux partenariats dans l’industrie du cinéma. Une décision qui s’inscrit désormais dans une politique médiatique ambitieuse. Après la presse écrite vient en effet le tour des médias audiovisuels avec la création, en 2007, de la chaîne OTV (devenue ONTV en 2009). De plus en plus spécialisée dans les informations, cette chaîne satellitaire arrive même à faire de l’ombre, au niveau égyptien, au leader incontesté (à l’époque) du domaine sur le plan régional, à savoir Al-Jazeera. D’ailleurs, lorsqu’éclateront les grandes manifestations de janvier 2011, ONTV fera au moins jeu égal, en termes de qualité de reportage et d’influence, avec la chaîne qatarie.

Après le renversement d’Hosni Moubarak et l’ouverture d’une page historique dans l’histoire du pays, la voie semble libre pour un homme comme Naguib Sawiris, devenu ouvertement un des acteurs politiques du pays depuis qu’il a contribué, en le finançant, à la création du Parti des Égyptiens libres (حزب المصريين الأحرار) en avril 2011. Comme Mohamed El-Baradeï arrivé plus tôt sur le « marché » politique, il incarne une image moderne et libérale propre à assurer l’avenir de la nation égyptienne. Visionnaire, le patron du groupe Orascom n’hésite pas à se lancer dans des projets qui, outre leurs retombées financières, doivent contribuer à arrimer le pays à la modernité mondalisée, en y réinsufflant le dynamisme qui fit les grandes heures du Caire durant les dernières décennies du XIXe siècle. On découvre ainsi, en lisant cette très intéressante contribution publiée (en anglais) par le quotidien Mada Masr, comment la création, en 2008, du groupe Al-Ismaelia for Real Estate repose en définitive sur un pari audacieux, qui passe par la (juteuse) gentrification du patrimoine urbain du centre-ville dans laquelle une généreuse politique de mécénat culturel (centre culturel Town House, festival D-Caf, etc.) révèle toute sa signification néo-libérale, et sa dimension politico-économique.

300px-NaguibMais ces évidentes ambitions politiques se heurtent à un handicap considérable. Non seulement Naguib Sawiris est copte, mais il se fait publiquement l’avocat d’une ligne violemment opposée aux différentes incarnations de l’islam politique, à commencer celle des Frères musulmans. Depuis toujours ou presque, une sourde hostilité oppose le brillant investisseur privé aux fervents partisans d’une solution politico-religieuse. Par exemple, lors de ses débuts sur le marché égyptien à la fin des années 1990, la société Mobinil est victime d’une campagne de boycott au prétexte qu’elle est la propriété d’une famille copte. La même hostilité se retrouvera en Algérie, principalement en 2008, lorsque Djezzy, sa filiale locale, sera accusé par certains de mettre en péril les institutions économiques du secteur publiques mais également, pour d’autres, de saper les valeurs morales algériennes en ouvrant largement les canaux de la communication globale à toutes sortes d’images condamnées par la religion.

Là où certains auraient fait profil bas en évitant les problèmes, Naguib Sawiris choisit au contraire l’affrontement en laissant paraître dans les médias des opinions de plus en plus ouvertement hostiles à l’islam politique. Non sans excès, calculés ou non, à l’exemple de ce message sur Twitter, en juin 2011, avec une photo de Mickey et Winnie déguisés en fondamentalistes musulmans (illustration en haut de ce billet). Une innocente plaisanterie, plaide le milliardaire, qu’une partie de l’opinion interprète, en partie à cause du choix (particulièrement maladroit) de cette icône de la culture made in USA, comme l’aveu d’une connivence manifeste avec le « le monde riche ».

Naguib Sawiris adopte une posture qui aboutit inévitablement à un affrontement sans merci entre le représentant du courant néo-capitaliste libéral et ceux des divers courants de l’islam politique, à commencer par les membres de la confrérie des Frères musulmans. L’animosité réciproque est particulièrement nette durant la campagne électorale de l’hiver 2011 durant laquelle la chaîne ONTV prend ouvertement position pour le camp de son propriétaire. Lorsque le Parti de la justice et de la liberté, plate-forme des Frères musulmans, l’emporte largement, Naguib Sawiris en tire très rapidement les conséquences. Dès les premiers mois de l’année suivante, il commence à se désengager du marché égyptien, notamment en vendant ses actions au sein d’Orascom à France Télécom. A la fin de l’année 2012, c’est la chaîne ONTV qui est vendue à Tarek ben Ammar, dans le cadre d’une série d’investissements croisés où certains voient déjà, non sans perspicacité, un véritable cadeau empoisonné dont hérite le célèbre homme d’affaires tunisien.

Aux commandes (financières) d’Euronews, Naguib Sawiris s’interroge désormais à haute voix sur la « possibilité d’une île », comme un refuge pour tous ceux qui risquent leur vie sur la Méditerranée et ailleurs dans l’espoir d’une existence meilleure. Sur les réseaux sociaux arabes, certains s’interrogent sur les motivations réelles d’un tel geste. Peut-on le croire aussi gratuit, et même généreux qu’il en a l’air dès lors que l’empire financier du cher monsieur Sawiris s’est ainsi désengagé, autant qu’il lui a été possible, du radeau égyptien partant à la dérive au milieu des tempêtes politiques ?

Ramadan, mois de sacrée télévision…

endeel
Dessin de l’illustrateur égyptien M. Qindeel (https://www.behance.net/andeel)

Avec ramadan revient l’inévitable article sur les séries télévisées, selon une perspective déjà explorée, celle de la « géopolitique des feuilletons ». Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer au vu de la situation dans la région, l’offre reste assez abondante. En dépit des crises – ou bien à cause d’elles pour ceux qui estiment que la plus importante des pratiques culturelles locales n’est qu’un opium pour le peuple – le nombre d’œuvres diffusées reste stable. Les baisses, quand il y en a, touchent en réalité des lieux inattendus alors que d’autres résistent contre toute attente.

Malgré des années d’efforts constants, la production du Golfe peine toujours à s’imposer à l’échelle de la région. En Arabie saoudite, la quantité est même nettement à la baisse. Les professionnels du secteur peinent à se mettre d’accord sur les raisons de ce phénomène : est-ce le contexte politique, la médiocrité du milieu artistique local, le manque d’intérêt du public ? L’argent a déserté ce type d’investissement en tout cas, avec des conséquences à l’étranger, en Irak par exemple où les télévisions locales avaient pris l’habitude de profiter des largesses, aujourd’hui totalement absentes, de la diplomatie d’influence saoudienne.

Pour autant, l’argent du Golfe ne s’est pas évaporé bien évidemment. Mais ce sont les chaînes égyptiennes qui en profitent, ou plus exactement les succursales, sur les rives du Nil, des groupes financés avec les énormes revenus du pétrole (MBC Egypt, Al-Hayat, etc.) Malgré la tension politique et la situation dans le pays (la presse s’est ainsi fait l’écho d’attaques d’un certain nombre de lieux de tournages, attaques qui ressemblent beaucoup à du racket), les dramas de ramadan sont au rendez-vous.

Alors que la situation économique est loin d’être florissante, que de nombreuses chaînes ont des difficultés financières et coupent dans leurs budgets, et surtout en dépit d’un marché publicitaire exsangue, les chiffres avancés, tant pour les coûts de production que pour les salaires des vedettes, sont toujours aussi invraisemblables : 15 millions de dollars paraît-il pour Prof et directeur de département (أستاذ ورئيس قسم), la grosse machine égyptienne de la saison, ce qui veut dire beaucoup, beaucoup de coupures publicitaires, et de rediffusions, pour arriver au seuil de rentabilité.

A 75 ans, Adel Imam (dont les débuts remontent aux années 1970 comme le rappelle cette excellente synthèse du feuilleton égyptien publiée dans le quotidien anglophone Mada) reste le mieux payé de tous : 4 millions de dollars pour ce rôle. Un salaire modeste en vérité sachant qu’il monnaie son apparition sur un plateau télé à 250 000 dollars l’unité. Loin derrière, nombre de vedettes se contentent de cachets qui se comptent tout de même en centaines de milliers de dollars. Une somme appréciable lorsqu’on participe à deux séries, comme la Libanaise Haïfa Wehbé, le plus gros cachet chez les femmes (autour de 2 millions de dollars pour chaque prestation).

Contre toute attente, l’autre grand producteur régional, la Syrie, continue à produire, et même plutôt davantage que les années précédentes. Plusieurs explications à l’étonnante survie de ce secteur dans un pays dévasté : la délocalisation d’une très importante partie des producteurs, acteurs et autres professionnels du métier dans le Liban très proche et tout à fait complémentaire ; des coûts de production meilleur marché que jamais en raison de la chute de la monnaie locale ; ainsi que la levée (partielle en tout cas) du boycott imposé il y a peu encore à la production syrienne par les plupart des riches chaînes du Golfe. Après la très saoudienne MBC, c’est Abu Dhabi TV qui achète, pour ce ramadan, deux productions « officielles » (car soutenues par le secteur public syrien).

Sur le plan qualitatif, les experts n’ont pas l’air emballés, et on verra ce que sera le verdict du public. Bien entendu, la « série légère » continue à dominer, à l’exemple du feuilleton déjà mentionné dans lequel Adel Imam interprète un universitaire de gauche. Sur fond de révolution en janvier 2011 – occasion de s’en prendre aux Frères musulmans bien entendu ! –, Prof et directeur de département s’intéresse surtout aux aventures sentimentales du personnage principal, père à son insu.

aston martinDans une région saturée d’images venues de la politique, celle-ci est cependant loin d’être exclue. En Égypte, on attend avec intérêt de voir ce que donnera un feuilleton reporté depuis deux ans, Le Quartier des juifs (حارة اليهود), sur l’exode de grande partie de cette communauté à partir de la fin des années 1940. En Syrie, la politique sera à l’écran, tantôt sur le mode humoristique (ce qui peut étonner…), avec la 7e édition de Spotlight (بقعة ضوء), critique légère des travers du régime, tantôt à travers le voile de la comédie, avec notamment Le Parrain (العراب), qui transpose l’univers impitoyable de Francis Ford Coppola au riche terreau local en matière de mafia. Deux sociétés rivales s’apprêtent à sortir leur propre adaption (!) mais la plus attendue est celle qui a pour principal interprète, la très grande vedette arabe Jamal Suleiman (جمال سليمان), un (court) moment membre de la Coalition nationale syrienne (d’opposition)… De quoi orienter la lecture d’un feuilleton par ailleurs sponsorisé par… Aston Martin !

Enfin, pour rester dans la veine des informations assez inattendues que nous livre la scène audiovisuelle dans cette région du monde, on remarquera le magistral silence médiatique qui se fait sur la fermeture, par les autorités de la « seule démocratie dans cette région du monde », de F48, une chaîne arabophone. Financée par l’Autorité palestinienne, elle devait commencer émettre depuis Nazareth (en Palestine de 48 par conséquent, c’est le sens du logo), le premier jour de ramadan…

 

Pour ne pas finir sur cette note triste, la chanson générique de Cello, festival de romantisme glamour exotico-dégoulinant : si ça ne vous fait pas rêver, c’est que vous êtes un mécréant télévisuel !

 

Un silence assourdissant au cœur du système arabe

alarab

Cette chronique s’éloigne des sujets ordinaires de CPA. La faute en est à la région qui est dans une situation toujours plus déconcertante ! Le désordre gagne chaque jour un peu plus de terrain et la menace approche désormais du cœur du système.

Cela concerne d’abord les zones de conflits armés qui ne diminuent pas, bien au contraire, puisque la question yéménite est plus explosive que jamais. Relativement peu évoquée en dehors du monde arabe (et des milieux spécialisés), la prise de contrôle du Yémen par les Houthis est pourtant un séisme lourd de menaces à venir. Réduits abusivement à leur seule identité chiite, les Houthis sont aussi/d’abord un groupe tribal, sans doute soutenu par l’Iran, mais ni plus ni moins que les pions que l’Arabie saoudite n’a cessé de soutenir de son côté (à commencer par le dernier président en date, marionnette placée par Riyad pour succéder à Saleh victime, pas tout-à-fait liquidée, d’un fort étrange attentat).

Une différence tout de même, l’Arabie saoudite et le Yémen ont une frontière commune, ce qui n’est pas le cas de l’Iran. En revanche, les deux super-puissances régionales, et les autres pays de la région, partagent les mêmes certitudes sur le rôle stratégique du détroit de Bab al-Mendeb. Hostiles aux forces soutenues par les Saoudiens, les Houthis sont donc appuyés par les Iraniens, qui prennent pied (ou pourraient le faire) en un lieu particulièrement sensible pour l’équilibre régional puisqu’il commande l’entrée de la mer Rouge et au canal de Suez. On commence d’ailleurs à rappeler le précédent de la guerre du Yémen, entre 1962 et 1970, où l’Egypte de Nasser (alors alliée de l’URSS) était opposée à l’Arabie saoudite, soutenue par le Royaume Uni, dans ce qu’on n’appelait pas encore une “guerre par proxy”,…

Dans l’immédiat, et alors qu’un nouveau souverain vient d’être intronisé avec l’inévitable cortège de réajustements et de mises à l’écart, l’Arabie saoudite, voit une nouvelle position s’effondrer. Dans le bras de fer qui l’oppose à son archi-rival iranien, les semi-échecs tournent à la menace : après la “Syrakie” de l’Etat islamique en Irak et au Levant au nord, voici donc un nouveau problème au sud, le Yémen, sachant que la Jordanie, à l’ouest, est plus fragile que jamais, partagée qu’elle est, y compris dans son opinion publique, entre campagne militaire vengeresse contre l’Etat islamique en Syrie et hébergement de structures de soutiens à diverses forces armées combattant le pouvoir syrien. Et l’est ? Et bien l’Iran justement !

Pas étonnant dans ce contexte que les vrais patrons aient du mal à se faire respecter, comme en témoignent la divulgation, qui a fait grand bruit, d’enregistrements attribués au maréchal Sissi. Quand il n’était que général (putchiste), et pas encore candidat déclaré à la présidence, celui-ci, à l’image d’une bonne partie de ses concitoyens, se lamentait en substance de voir des Egyptiens en haillons contraints de s’abaisser à mendier auprès de ces gros poussahs tout juste bons à être plumés ! Diffusés par une des chaînes proches des Frères musulmans que les Turcs − encore un signe du désordre régional − hébergent fort obligeamment à Istanbul, ces propos ont contraint le désormais président égyptien à prendre son téléphone pour expliquer qu’il s’agissait naturellement d’un faux ! Apparemment, les boss du Golfe ont décidé de passer l’éponge…

Il faut dire qu’ils sont très occupés à résoudre leurs propres querelles internes. Evoqué dans le billet précédent, le lancement raté de la nouvelle super-chaîne d’information Al-Arab s’est transformé en fiasco total. Après une semaine d’interminables négociations, ponctuées de toutes sortes de rumeurs, les prétendues autorités du Bahreïn – car elles ne doivent leur survie qu’à l’aide militaire saoudienne – ont fini par dire que, tout bien réfléchi, elles ne voulaient plus de ce projet préparé depuis plus de quatre ans tout de même. Mauvais pari, pour le prince libéral saoudien, que ce choix de Manama ; restent les options de Beyrouth ou de Londres (voire, pourquoi pas, du Maroc).

En attendant, le rêve, imaginé dans la fièvre du Printemps de l’année 2011, d’une parole différente émise depuis un pays du Golfe s’est évaporé brutalement, après quelques heures seulement de diffusion. “Les Arabes” − puisque c’est le nom qui avait été choisi pour cette chaîne − réduits lamentablement à un silence aussi assourdissant : tout un symbole…

Ajout au mardi 10 février : la photo ci-dessous résume à elle seule les contraductions insurmontables du projet qu’avait Al-Walid ibn Talal pour Al-Arab… (commentaire ici).

al-arab-newsc327-ba43b

Misère des trop riches médias arabes (2) : la toute-puissance du Golfe

médiassoudiens

Vingtième fortune mondiale d’après Bloomberg, trente-cinquième “seulement” pour Forbes, al-Walid Ibn Talal devrait s’en remettre. Tout de même, l’année commence fort mal pour lui. Comme tout (bon) Saoudien, le prince Al-Walid est certainement très touché par la mort, à 91 ans, du roi Abdallah. Mais la révolution de palais opérée avec l’arrivée sur le trône de Salman, son oncle, n’est pas non plus une très bonne nouvelle pour lui. Non pas à cause de la disgrâce, depuis longtemps prononcée, de son propre père, Talal, vingtième fils du roi Abdulaziz, définitivement privé du moindre espoir politique depuis qu’il a émis (il y a très longtemps) l’idée saugrenue d’une constitution pour son pays. Non, les vrais soucis du richissime prince saoudien sont davantage liés à la composition du nouveau gouvernement de son pays. Il l’a d’ailleurs signalé à sa façon sur Twitter (une société où il a injecté 300 millions de dollars) en proclamant haut et fort son allégeance à ses oncles, le nouveau roi et le prince héritier, mais en se contentant de féliciter, sans plus par conséquent, son cousin, Mohamed bin Nayef, nommé au poste de ministre de l’Intérieur. Une réaction très observée dans le monde arabe (son message a ainsi renvoyé plus de 10 000 fois).

Beaucoup moins commentée, mais tout aussi désagréable pour le patron de Rotana, première société arabe dans l’industrie audiovisuelle, est la nomination, au ministère de la Culture et de l’Information, d’un rival, le roturier Adel El-Toraifi. Spécialiste de l’Iran, le nouveau patron des médias saoudiens a en effet longtemps travaillé comme directeur général de la chaîne d’information Al-Arabiyya. Une promotion qui n’est pas forcément étrangère à la fermeture, quelques heures après son lancement, de la nouvelle chaîne d’information Al-Arab. Si tous les détails de cette censure peu commune ne sont pas connus, il ne fait aucun doute en tout cas que cette extraordinaire décision, après des mois de préparation et un gros lancement publicitaire, n’a été prise qu’après consultation des autorités saoudiennes. En effet, depuis qu’elles ont sauvé la dynastie au pouvoir en volant militairement à son secours au plus fort du “Printemps arabe”, ces autorités ont la haute main sur tout ce qui se passe à Bahreïn, le petit émirat où Al-Walid Ibn Talal et son équipe ont eu l’étrange idée, il y a des mois de cela il est vrai, d’installer leur nouvelle chaîne.

On a toutes les raisons de penser par conséquent que la fermeture d’Al-Arab, parce qu’elle aurait diffusé dans son premier journal quelques minutes d’entretien avec un des responsables de l’opposition, n’est qu’un grossier prétexte, en plus d’être un affront difficile à avaler pour Al-walid Ibn Talal. En effet, le rédacteur en chef de la chaîne, Jamal Khashoggi, a fait part depuis des mois de ses intentions “libérales”, précisément en prenant comme exemple la possible présence, sur les plateaux de la chaîne, d’opposants bahreinis. Avec autant d’argent en jeu, on peine à croire, surtout dans le contexte régional, que personne n’ait pris le temps de tracer soigneusement les lignes rouges à ne pas franchir.

A côté de cet échec retentissant, le lancement d’Al-Araby, une semaine plus tôt, apparaît comme une immense réussite. Placée sous l’égide du Palestien Azmi Bishara, Al-Araby propose une programmation généraliste avec des émissions musicales, des talk-shows, des feuilletons (plutôt de qualité), le tout essentiellement à destination de cette jeunesse arabe qui a vécu de si fols espoirs au début de l’année 2011. Par conséquent, rien à voir en principe avec Al-Jazeera, la première chaîne d’information dans le monde arabe, si ce n’est que l’une et l’autre sont entièrement adossées à la puissance financière de l’Emirat du Qatar. Et de fait, si la nouvelle chaîne orientée jeunesse a pour objectif de corriger l’image du très riche émirat dans l’opinion arabe (voir ce précédent billet, il y a un peu moins d’un mois), les premiers commentaires sur sa ligne éditoriale, avec son soutien très patent aux Frères musulmans notamment, montre qu’elle sera, tout autant qu’Al-Jazeera, le reflet fidèle de ses objectifs politiques.

Arabie saoudite, Bahreïn, Qatar : la scène médiatique arabe continue à se jouer pour l’essentiel entre gros potentats des pays du Golfe… Et les nouvelles, ailleurs dans la région, ne poussent pas à l’optimisme. En effet, le quotidien beyrouthin Al-Akhbar se faisait aujourd’hui l’écho de rumeurs à propos d’une possible fusion entre les trois principales chaînes, au sein du camp du 14-mars, à savoir Future TV, MTV et la LBC (par ailleurs étranglée financièrement par la société Rotana de Walid Ibn Talal). Les difficultés financières des chaînes libanaises, une situation qu’on retrouve peu ou prou en Egypte, annoncent toujours plus de concentration médiatique péninsulaire…

Al-Jazeera et la misère des trop riches médias arabes (1)

khabarajelFaut-il encore compter avec Al-Jazeera, l’enfant prodige des médias arabes ? Aujourd’hui, la question divise. Mais on remarque déjà qu’elle est désormais posée, et pas simplement par des commentateurs trop partisans pour être totalement crédibles. C’est tout de même le signe que le trône de la star qatarie vacille, même si cela vient après vingt années d’un règne incontesté.

Pour certains, l’affaire est même entendue. Dans Al-Safir, Yamen Sabour (يامن صابور) a ainsi récemment dressé un réquisitoire (article en arabe) qui a retenu l’attention. A ses yeux (et je partage largement son analyse), le succès d’Al-Jazeera à partir de la fin des années 1990 tient au fait qu’elle comblait en partie le vide abyssal des chaînes gouvernementales. Il tenait aussi à l’équilibre que les responsables avaient su trouver, dans le nouveau contexte géopolitique du tournant du millénaire, entre les attentes du public arabe (et musulman) d’une part, et les positions fondamentalement pro-occidentales du Qatar et plus largement des monarchies du Golfe de l’autre. Mais les ambitions régionales de l’émirat pétrolier ont ruiné l’immense crédit que la chaîne avait réussi à se créer auprès du public arabe, en déstabilisant ce positionnement fragile, surtout avec les événements du « Printemps arabe ». Mobilisée sur la place Tahrir, la jeunesse égyptienne en révolte a rapidement été déçue par le soutien inconditionnel de la chaîne au président Morsi et aux Frères musulmans. Une déception qu’a renforcée la manière, outrageusement partisane, dont Al-Jazeera a couvert les événements en Libye et en Syrie notamment, surtout au regard de son silence vis-à-vis de la révolte à Bahreïn. Quant au départ d’un certain nombre de ses journalistes vedettes, ce fut la confirmation, pour une bonne partie de l’opinion, que la chaîne qatarie n’était plus que l’ombre de ce qu’elle avait été. Ayant perdu son aura de professionnalisme et une bonne partie de sa crédibilité, Al-Jazeera n’est plus – pour beaucoup – qu’une chaîne de second rang, réduite au simple rôle de porte-parole des intérêts qataris. Une destinée que Yamen Sabour résume en concluant son article par une citation tirée d’un entretien donné par le journaliste tunisien Ben Jiddo sur le point de rejoindre la chaîne Al-Mayadeen : « Al-Jazeera a mis un terme à un véritable rêve de professionnalisation et d’objectivité. Le professionnalisme est en déclin. Autrefois un vrai média, son rôle consiste désormais à susciter la discorde et à embrigader. » («إنّ قناة الجزيرة أنهت حلماً كاملاً من المهنية والموضوعية، وباتت تلك المهنية في الحضيض، بعدما خرجت عن كونها وسيلة إعلام، وتحولت إلى غرفة عمليات للتحريض والتعبئة» )

Naturellement, les patrons d’Al-Jazeera ne l’entendent pas ainsi. Ils ont publié tout récemment un communiqué triomphateur pour affirmer que, enquête d’Ipsos et de Sigma à l’appui, la chaîne restait, et de très loin, la première dans sa catégorie : 23 millions de téléspectateurs par jour, plus que le chiffre atteint par les quatre principales concurrentes réunies (Arabiyya, BBC, France 24, Sky News arabe). Autre confirmation de la bonne santé de la chaîne, sa page Facebook vient de passer le cap des 10 millions d’abonnés. Loin devant celle de ses rivales là encore…

De fort beaux chiffres, mais auxquels tout le monde ne croit pas. Il est déjà arrivé dans un passé récent que les « mauvaises manières » d’Ipsos (une discrète success story française) soient dénoncées par certains professionnels, en l’occurrence ceux de la chaîne égyptienne Al-Hayat (article en arabe). De toute manière, la question n’est pas seulement une question de chiffres d’audience. Comme l’explique l’article résumé précédemment, c’est bien la crédibilité d’Al-Jazeera, son professionnalisme qui sont de plus en plus remis en cause. Et ce n’est pas le fait que ses dirigeants aient fini par céder aux pressions en fermant en Egypte Al-Jazeera Mubasher, petit caillou dans la chaussure du caudillo Sissi, qui va redorer son image, surtout lorsque la même Al-Jazeera (canal historique si l’on veut) se met au diapason en donnant audit Sissi de « l’honorable Monsieur le Président » (fakhâmat al-ra’îs), après l’avoir traité jusque-là comme un vulgaire putchiste ! En fait, le signe indubitable qu’il y a un problème avec Al-Jazeera, c’est en réalité l’annonce, faite il y a un peu moins d’un an, d’une nouvelle chaîne d’information qatarie, confiée cette fois au « Palestinien défroqué » (si on me permet cette expression) Azmi Bishara. Même si on cherche à enjoliver le tableau en présentant cette création comme un « contrepoids », en quelque sorte pour « rééquilibrer » les choses, c’est bien qu’il doit y avoir un problème aujourd’hui…

khabarajelInutile d’accabler la pauvre Al-Jazeera, la quasi totalité des médias de la région n’ont rien à lui envier en termes de médiocrité. Les événements actuels ont au moins cet avantage de révéler qu’ils étaient prêts, à quelques rares exceptions, à toutes les palinodies. Au grand désespoir d’Abdel-Bari Atwan (édito en arabe), un vrai journaliste qui a été obligé de vendre son titre, Al-Quds al-‘arabi (aux Qataris d’ailleurs), mais qui ne s’est pas vendu lui-même (voir ce billet : Les médias arabes et les puissances du Golfe), l’actuelle crise entre l’Egypte et le Maroc aura ainsi donné le spectacle affligeant de professionnels marocains découvrant (enfin) que le maréchal Sissi s’était installé au pouvoir en renversant son successeur, tandis que certains de leurs homologues au Caire évoquaient une économie marocaine fondée sur les revenus de la prostitution.

Il faut dire que, dans le cas égyptien (au moins, car le phénomène est généralisable) s’ajoute une nouvelle donnée, qui ne surprendra pas les lecteurs français de ce blog : la « pipolisation » de l’information où les stars de l’écran, quelle que soit leur formation, jouent désormais les journalistes d’investigation (un phénomène évoqué dans cet article en arabe). Avec comme résultat de cette course à l’audience facile, les pratiques extrêmement douteuses d’une « journaliste » sans scrupule ni vergogne filmant en direct une descente de police dans un hammam paraît-il fréquenté par des homosexuels.

Cette course à l’audience tient en partie au fait que l’explosion quantitative de l’offre (autour de 700 chaînes arabes, pas toutes consacrées, loin s’en faut, à l’information, et heureusement soupire-t-on) ne repose sur aucune réalité économique. En temps de crise (toujours en Egypte, cet article sur les difficultés du marché publicitaire qui posent de sérieux problèmes à pas mal de chaînes), on vire les employés, quand on ne liquide pas l’entreprise. Pas étonnant dans ces conditions que la quasi-totalité du secteur médiatique, surtout lorsqu’il s’agit d’information, soit adossée à un projet politique. Souvent jusqu’à la caricature, à l’image de ces cinq chaînes satellitaires (cinq !) qui diffusent depuis la Turquie la propagande des partisans du président destitué Mohamed Morsi (article en arabe).

Alors que ses émissions étaient pourtant suivies avec passion, en Egypte et partout ailleurs, personne dans le monde arabe ne se risque à offrir un temps d’antenne à Bassem Youssef. Peut-être finira-t-il (mais je serais personnellement étonné) par retourner sur YouTube, là où il avait commencé, juste après la révolution du 25 janvier. Pourtant pléthorique, l’offre va s’étoffer encore davantage puisque, outre la future Al-Araby confiée à Azmi Bishara, il y aura, au 1er février prochain, la nouvelle chaîne Al-Arab, que s’est offerte le prince milliardaire saoudien Al-Walid Bin Talal. On voudrait bien croire que c’est une bonne nouvelle, mais rien n’est moins sûr quand on sait qu’elle va émettre depuis Bahreïn, pays où la répression ne faiblit pas depuis le début des soulèvements, il y a très longtemps, au temps d’un certain « Printemps arabe ».

Le drapeau saoudien flotte sur les téléréalités arabes

hazemsharif

Plus se creusent les fractures politiques du monde arabe, et plus apparaît la partialité de ses grands médias régionaux, médiocres relais des puissances politiques et financières qui les gouvernent. Mais ce constat, on le fait en général à partir de l’observation des seules chaînes d’information telles qu’Al-Jazeera ou Al-Arabiyya, alors qu’il conviendrait de l’élargir à l’ensemble du paysage audiovisuel. En effet, il faut comprendre au contraire que le contrôle de la scène médiatique arabophone par les acteurs du Golfe produit un discours de domination qui est loin de se réduire au seul commentaire politique. Tout autant qu’à travers les récits des journaux télévisés, les grandes chaînes arabes s’emploient avec une belle énergie à diffuser, à travers toutes sortes d’émissions de divertissement, une certaine idée du monde (arabe). Largement inspirés des modèles du marché global, différents concours où le public vote, par le biais de SMS, pour des candidats amateurs sélectionnés semaine après semaine offrent ainsi l’étrange spectacle d’une nation unie dans une même ferveur cathodique, alors que les guerres déchirent toute une région qui s’approche toujours davantage du gouffre.

Il faut dire que l’industrie du diverstissement reste une très bonne affaire. Bien plus que les enjeux artistiques, parfois dénoncés par des candidats soumis à des conditions léonines de la part des producteurs, Star Academy et Super Star autrefois, et aujourd’hui – privilège ou presque de la saoudienne MBC – des émissions telles que Arabs’ Got Talents (depuis 2011), The Voice/Ahlâ Sawt (depuis 2012) ou encore Arab Idol/Mahbûb al-‘Arab (depuis 2012 également) sont une occasion, à proprement parler « en or », de gagner beaucoup d’argent. Grâce aux publicités bien entendu mais plus encore avec les messages électroniques envoyés par téléphone, messages dont les revenus (soigneusement tenus secrets) sont partagés entre les opérateurs téléphoniques et les chaînes qui les font travailler. On remarque d’ailleurs qu’il n’y a pas de frontières dans cet univers béni du business as usual des télécommunications globales : lors de la dernière version d’Arab Idol tournée à Beyrouth, la chaîne Syriatel (propriété d’un homme très proche du régime en principe soumis à un strict contrôle financier international) a ainsi appelé ses abonnés, pour son plus grand profit et celui de la chaîne saoudienne MBC, à voter en masse pour le candidat syrien.

Et c’est d’ailleurs ce dernier qui a triomphé de ses deux rivaux (dont un Saoudien). Pas vraiment contre toute attente car sa victoire était pronostiquée par les spécialistes depuis plusieurs semaines. D’ailleurs, on remarque que les grands perdants de la géopolitique arabe sont souvent les gagnants de ces divertissements télévisés, comme s’il fallait leur donner une sorte de compensation symbolique, une « victoire pour rire » en somme, dans le « Grand Jeu » géopolitique régional. Au temps de Star Academy, on a eu ainsi Shadha Hassoun en 2010 (voir ce billet), au plus fort de la catastrophe irakienne, et durant la précédente saison d’Arab Idol, le Palestinien Mohammed Assaf (autre billet), venu de Gaza qui avait subi en 2012, une fois de plus, les foudres de l’armée israélienne (opération « Pilier de défense »). Une autre explication, qui peut croiser la première d’ailleurs, serait de souligner le rôle d’une forte mobilisation nationale en temps de crise grave, alliée à une sympathie des « votants » pour les « frères arabes » les plus faibles, les « damnés de l’histoire », comme une sorte de revanche commune contre les nantis (du Golfe) et tous ceux qui s’acharnent à briser le « rêve arabe »…

Victoire de prestige ou encore « victoire pour de rire » si on ose dire, le triomphe du Syrien Hazem Sharif à l’émission Arab Idol, fleuron du business entertainment saoudien, est par certains aspects une affaire hautement politique. Et ce qui a permis de s’en rendre compte, une fois de plus car c’est un thème récurrent dans l’actualité, c’est la question de l’emblème national. Rompant avec toutes les traditions du genre, qui veulent que l’heureux élu des téléspectateurs brandisse bien haut son drapeau national tout en se livrant au traditionnel couplet sur la « grande nation arabe », le candidat alépin a certes dédié sa victoire à son peuple et à son pays, mais sans sortir le moindre oriflamme. Pas plus le drapeau aux trois étoiles du régime, que celui à deux étoiles de l’opposition (ou même le tristement célèbre drapeau noir de l’Etat islamique)…

Certains ont salué cette habile neutralité, par ailleurs conforme à ses déclarations tout au long des éliminations durant lesquelles Hazim Sharif s’est bien gardé de prendre parti pour tel ou tel camp, histoire de se concilier le soutien de tous. Manière de renchérir sur la nécessaire unité nationale ont même ajouté certains, le choix d’une bannière excluant automatiquement, dans les circontstances actuelles, tous les partisans d’une autre. Tout le monde ne l’a pas vu ainsi cependant. Sur les réseaux sociaux, qui ont bien entendu largement commenté l’affaire, des opposants ont considéré que le refus de brandir le symbole national était évidemment une manière de défier le régime officiel. L’autre camp a sa propre explication : si Hazem Sharif n’a pas sorti le drapeau syrien, c’est qu’il en a été empêché par une chaîne tenue par un pays, l’Arabie saoudite, qui finance les bandes terroristes ravageant le pays depuis bientôt trois ans.

Ceux qui pensent ainsi doivent être assez nombreux car le candidat syrien a visiblement bénéficié d’un fort appui dans son pays. On peut le constater naturellement aux nombreux messages qui ont assuré, en plus de ses qualités artistiques, son élection cathodique. Mais aussi, et contrairement à ce qu’écrit le décidément très partial L’Orient-Le Jour, on a pu voir que la télévision syrienne a retransmis en long et en large les manifestations de joie qui ont accompagné, toute la nuit paraît-il, la victoire du candidat syrien (alors que la chaîne saoudienne en a fait le moins possible, au contraire, se contentant de quelques brèves images). A Damas, comme on peut se l’imaginer, mais également dans la ville natale de la nouvelle « idole des Arabes », Alep. Ou plus exactement dans la partie sous le contrôle de l’armée syrienne où l’événement a été fêté à grand renfort de coups de feu en l’air et même avec quelques fusées (d’artifice). Au point que dans les zones tenues par les rebelles, où l’on ignorait (ou voulait ignorer) tout de l’affaire, ne serait-ce qu’en raison des coupures d’électricité, cette explosion soudaine de détonations a fait penser à certains miliciens qu’une offensive était lancée contre eux !

Il est en réalité assez naturel que la réussite d’un candidat syrien, ne serait-ce qu’à un jeu télévisuel, soit perçue comme une bonne nouvelle par une grande partie de la population privée par ailleurs de toute autre raison d’espérer. Et la « victoire » syrienne – qui est certainement autant le résultat du talent de Hazem Sharif que la conséquence d’un complexe écheveau d’intérêt politico-financiers – ne pouvait profiter qu’aux « autorités légitimes » du pays qui continuent à recevoir (que cela fasse plaisir ou non, c’est un fait) le soutien d’une partie très importante, et même sans doute majoritaire, de sa population. Les Saoudiens ne l’ignoraient pas d’ailleurs, eux qui ont tout fait pour minimiser l’impact de cette réussite.

On a en effet beaucoup commenté sur internet ainsi que dans les médias, l’étonnant spectacle, d’un point de vue vexillologique, de la finale d’Arab Idol. Car non seulement le candidat syrien s’est abstenu de brandir son drapeau national mais, dans le public également, on a pu constater l’absence de tout emblème syrien (alors que le même public scandait en choeur : Syrie, Syrie !) Une explication toute simple à cela : des instructions avaient été données au service d’ordre pour bannir du studio tout drapeau national, à commencer par le syrien. A une exception toutefois, celui du royaume d’Arabie saoudite qu’un appariteur venu des coulisses est venu apporter sur la scène, si bien qu’un des membres du jury, Ahlam, une chanteuse des Emirats arabes unis (!), a vainement tenté de le flanquer dans les bras du vainqueur syrien. Pas vraiment manchot, ce dernier a évité le piège en se cramponnant à son micro. Mais cent millions de téléspectateurs arabes ont tout de même pu assister à ce spectacle assez rare d’un Syrien chantant en hommage à son pays une chanson patriotique (libanaise), intitulée Behebbak ya baladi (Je t’aime ô mon pays, sous le soleil qui jamais ne disparaît…), tandis qu’on n’apercevait à l’écran que le vert du drapeau saoudien, flanqué du sabre et de la shahada !

Scène surréaliste, en vérité, mais à peine plus que la situation actuelle dans laquelle est plongée la région tout entière. Pour s’en convaincre encore un peu plus, il suffit de savoir que, parmi les « vaincus » de la finale, il y avait, outre le Saoudien, un candidat palestinien venu… de l’Etat d’Israël. Bien entendu, cela a suscité des polémiques sans fin entre ceux qui défendent l’idée d’un boycott sans faille et ceux qui estiment que les Palestiniens, fussent-ils (obligés d’être) porteurs d’une carte d’identité israélienne, conservent le droit de participer à une compétition télévisuelle arabe. De retour à Haïfa, le candidat malheureux (il n’avait de toute façon aucune chance après la victoire, l’année précédente, d’un autre Palestinien) a reçu un soutien de poids : celui du porte-parole arabophone de l’armée israélienne qui le félicitait chaudement pour sa prestation.

La géopolitique des téléréalités n’a pas fini de nous surprendre…

Ci-dessous, un lien vers la vidéo de la finale. On y voit (vers la minute 7’40) l’apparition du fameux drapeau saoudien. Je n’ai pas entré les liens vers les différents articles qui m’ont servi à écrire ce billet, mais les références sont disponibles pour ceux qui les voudraient.

La presse égyptienne (2) en ligne : des acteurs en nombre, mais un horizon sombre

Sachant combien la presse écrite et audiovisuelle égyptienne a « le sens de l’Etat », ou encore combien elle « va dans le sens » de cet Etat (voir le billet précédent), peut-on imaginer que les ressources sur internet sont en mesure de pallier les lacunes de l’offre d’information ? Tout récemment publié par Article 19 – une association britannique (charitable company) avec des financements occidentaux d’origine souvent officielle – un rapport propose un tour d’horizon qui permet indirectement de répondre à cette question en s’intéressant au « rôle alternatif » des sites d’information en ligne.

L’approche, par sa prudence, mérite déjà d’être soulignée. Il y a quelques mois encore, quelques années en tout cas, c’est plutôt sous le signe de la « révolution des nouveaux médias » que ce type d’étude aurait été placée. Aujourd’hui, les ambitions sont nettement moins élevées et l’on s’estime heureux d’avoir seulement quelques raisons d’espérer une situation pas trop dégradée. Il est vrai que l’Egypte, où la justice vient d’innocenter l’ancien président Hosni Moubarak, fait partie de ces pays arabes où les enthousiasmes ont été particulièrement douchés.

En apparence, pourtant, tout va bien dans le secteur de l’information en ligne, capable d’une certaine diversité d’opinion, en raison notamment de son dynamisme. Plusieurs années après les premières tentatives de quelques journalistes amateurs et militants (voir ce billet de novembre 2006, huit ans déjà !), il existe aujourd’hui un grand nombre de médias en ligne très professionnels qui se placent parfois au premier rang des fréquentations. Trois d’entre eux figurent ainsi dans la liste des dix sites égyptiens les plus visités, liste où l’on retrouvait en première place le quotidien Youm7 (اليوم السابع) en octobre dernier selon Alexa.com. Ces données, qui peuvent se comprendre dès lors qu’une étude montrait qu’un internaute égyptien sur trois était, dès 2011, un consommateur d’information en ligne, étonnent malgré tout à l’heure où les réseaux sociaux, Facebook pour commencer, constituent un des principaux relais de l’information sur internet.

En effet, une telle vitalité ne s’explique pas par l’essor d’une véritable économie de l’internet. Dès qu’ils sont un peu ambitieux, les sites d’information en ligne réclament des investissements qui ne sont pas totalement négligeables. Faute de revenus grâce au commerce électronique, ces sites – comme l’ensemble des médias traditionnels ou modernes arabes – vivent donc en bonne partie d’aides. En provenance de l’étranger ou de fortunes locales, celles-ci sont toujours plus ou moins liées à un investissement politique, qui est une source de fragilité pour les entreprises de presse : très marginal aujourd’hui (il n’est que 14 000e en termes de fréquentation pour l’Egypte), le site Islam-online.net, qui fut une sorte de modèle à l’échelle de la région, n’est plus que l’ombre de lui-même depuis qu’il a été lâché en 2010 par ses patrons qataris, trois ans après sa création (article dans la revue en ligne Cyber Orient). A l’image de ce que l’on observe dans l’ensemble des médias, l’expansion du monde de l’information sur internet est en réalité – comme dans d’autres pays tel le Maroc – le signe d’une prise de contrôle du secteur par quelques grands acteurs politico-économiques. Or, cette évolution ne peut que contribuer à renforcer une tendance à l’auto-censure (une tendance quasiment historique puisqu’on peut la faire remonter à la « libéralisation » des médias sous Sadate, en 1971) : placés dans un cadre où les lignes rouges sont laissées en partie dans le vague, les acteurs vont tout naturellement prendre soin à ne pas mettre en danger leurs investissements.

Du point de vue juridique, le rapport d’Article 19 offre une remarquable synthèse des décisions récentes, et des évolutions prévisibles. S’il est vrai que la nouvelle Constitution de 2014 garantit la liberté d’expression, l’existence de diverses restrictions légales inquiète : le ministère public continue ainsi à avoir le droit de lancer des poursuites judiciaires contre des œuvres littéraires et artistiques tandis que subsistent des délits à la nature légale assez floue (incitation au désordre, à la désobéissance militaire et à la discrimination religieuse, diffamation de symboles de l’Etat, propagation de fausses rumeurs). Un appareil répressif susceptible d’être légalement renforcé en cas de guerre ou même de crise sécuritaire. D’ailleurs, alors que le bilan du président Morsi était déjà loin d’être positif en raison d’une recrudescence des attaques, légales et physiques, à l’encontre des professionnels de la presse, on peut craindre que le pire soit encore à venir avec le président-maréchal Sissi. Imposé pendant plusieurs mois après le « coup » de juillet 2013, l’état d’urgence a certes été levé. Mais les libertés publiques, y compris celle d’informer, n’en restent pas moins menacées avec la loi sur les manifestations (voir billet précédent) ainsi que la nouvelle réglementation concernant les ONG et le secteur associatif. Enfin, si elles sont adoptées, les lois anti-terroristes permettront, entre autres conséquences, un strict contrôle d’internet, lui-même en principe bien davantage surveillé dans le cadre d’une nouvelle régulation des médias, y compris électroniques, que l’Etat égyptien envisage de mettre en place, comme la plupart des régimes de la région.

Comme dans bien d’autres pays également, la Jordanie par exemple, une des manières de mettre au pas les sites d’information en ligne (le rapport d’Article 19 offre une liste commentée d’une douzaine d’entre eux) consiste à refuser d’encadrer légalement ceux qui y travaillent. Privés d’un véritable statut alors que le climat social et politique est toujours plus tendu depuis que se sont refermées les quelques « vraies » semaines révolutionnaires du printemps 2011, les professionnels égyptiens qui travaillent dans le domaine de l’information en ligne voient donc leur avenir sous un jour particulièrement sombre.

La presse égyptienne (1) et le sens de l’Etat

Plus que jamais, travailler comme journaliste dans le monde arabe n’est pas une sinécure, singulièrement en Egypte. Les mésaventures récentes d’Alain Gresh (qui a raconté l’épisode dans son blog donnent une idée du climat qui règne aujourd’hui au Caire où tout le monde comprend que la situation est loin d’être simple pour les professionnels égyptiens qui souhaitent faire leur travail. On n’en finirait pas malheureusement de dresser la liste des atteintes à la liberté de la presse dans ce pays. Pourtant, ce qui frappe le plus, même s’il est fort heureusement de belles exceptions dont témoigne à sa façon ce billet puisqu’il est précisément bâti sur des informations publiées dans les médias arabes, c’est l’étonnante soumission de la majorité de la profession. Emboîtant le pas à une bonne partie de l’opinion publique, elle semble ravie d’applaudir à la dérive autoritaire du régime et réclame toujours plus d’entraves aux libertés.

A la fin du mois d’octobre, les rédacteurs en chef des plus importants quotidiens du pays se sont ainsi réunis, sous la présidence de Diaa Rashwan, le patron du syndicat des journalistes, pour rédiger (en un temps record) une déclaration rappelant leur volonté commune d’« affronter les éléments terroristes et de protéger l’équilibre des forces dans le pays dans le cadre de la Constitution et de la loi ». Concrètement, cela signifie qu’en soutien à la révolution du 25 janvier 2011 et du 30 juin 2013 – date de la manifestation qui conduira à la destitution par l’armée de Mohamed Morsi – les médias du pays s’engagent désormais à ne plus rien publier qui puisse aider les terroristes et saper les institutions de l’Etat. Plus question de s’interroger sur l’action des institutions du régime, qu’il s’agisse de la police, de l’armée ou de la justice, tandis qu’on veillera bien entendu à éviter tout excès dès lors qu’il s’agira de couvrir les manifestations de l’opposition, à l’Université ou ailleurs (article en arabe). Certes, la mort dans le Sinaï, quelques jours plus tôt, de 33 militaires a pu créer un traumatisme qui « explique » cette ardeur de la presse égyptienne à se châtrer elle-même. On s’étonne malgré tout que ses responsables n’aient pas au moins fait semblant d’être un plus sensibles aux atteintes de plus en plus évidentes à leur liberté d’expression. Rien que durant la semaine précédent leur fameuse déclaration commune, ce sont deux de leurs collègues qui avaient été brutalement « débarqués » de leur poste : sur la chaîne Dream TV (quasiment en direct) pour l’un, et Al-Nahar, pour l’autre.

Fortes du soutien des médias bien décidés à ne rien dire, les autorités égyptiennes ne rencontrent pas beaucoup d’opposition. Elles peuvent ainsi réactiver de vieilles réglementations, par exemple une loi édictée sous Nasser en 1956 pour interdire la publication de toute information relative aux forces armées (article en arabe), ou encore en faire passer de nouvelles, telle celle qui encadre désormais le droit de manifester et dont Amnesty International considère qu’elle « constitue un sérieux revers qui menace gravement la liberté de réunion et donne carte blanche aux forces de sécurité pour faire usage d’une force excessive, y compris meurtrière, contre les manifestants ». Sur place, les réactions restent aussi rares que courageuses. Seuls, un demi-millier de jeunes journalistes ont en quelque sorte sauvé l’honneur de la profession en manifestant leur opposition à cette loi et en publiant un communiqué dans lequel ils affirment notamment que « se taire, c’est déjà reconnaître la victoire du terrorisme » (article en arabe ).

Comme l’Egypte de Sissi ressemble de plus en plus au décor d’une opérette ubuesque, la censure déborde le seul cadre de l’information politique pour s’étendre dans des domaines plus inattendus. Dans un pays où l’on peut avoir le nationalisme ombrageux comme le rappelle la mésaventure vécue par Alain Gresh, la chanson est désormais un trésor national placé sous la bonne garde des militaires. Et s’il le faut, les gardes révolutionnaires de la révolution du 30 juin se porteront volontaires pour leur venir aide ! Au début de ce mois, Akram Husny, l’animateur d’un show humoristique sur une chaîne TV, a été vertement remis à sa place et menacé de poursuites judiciaires parce qu’il avait osé détourner, pour les moquer un peu, les paroles de Bilâd tayyiba (Un bon pays) une chanson nationaliste. Plus délirante encore, la censure imposée depuis quelques jours à trois « voix » de la chanson arabe écartées de la programmation des chaînes officielles au prétexte qu’elles n’ont pas reçu agrément de la « commission d’écoute », commission devenue totalement invisible depuis une quinzaine d’années au moins ! Parmi les recalés, Oka et Ortega, un duo de techno-shaabi, Hayfa Wehbé, starlette libanaise très appréciée, dont on ignore quelle offense – politique – elle a pu commettre (à moins que ce précédent billet, sur “l’histoire pas très belle de Haïfa dans l’Egypte du maréchal Sissi…” n’ait vu juste), mais aussi un certain Hamza Namira, « dénoncé » auprès du directeur de la TV publique (apparemment peu mélomane puisqu’il a avoué ne pas le connaître) par des « journalistes » outrés de voir ce suppôt de la conspiration des Frères musulmans programmé sur les antennes nationales !…

Malgré leur nationalisme sans faille, les professionnels égyptiens de l’information n’ont pas toujours la vie facile. En ces temps troublés, il apparaît que les alliances et contre-alliances se nouent et se dénouent plus qu’il ne faut de temps pour le dire. Ainsi le Qatar, hier encore cloué au pilori sur la place publique, est brutalement rentré en grâce mercredi dernier lors de la réconciliation générale entre les pays du Golfe (lesquels ont quelque arguments à faire valoir sur les rives du Nil…) Heureusement, il y a encore des journalistes pour mettre leur sens du devoir national au dessus de tout : comme on peut le lire dans cet article (en arabe), certains professionnels ont déjà commencé à s’adapter aux réalités du moment pour se remette dans le bon sens en louant, certes encore un peu timidement, l’ennemi d’hier et son bras droit médiatique, la chaîne Al-Jazeera.

Comme on n’est pas en Egypte, pour les lecteurs de CPA la chanson El-Midan de Hamza Namira. (Commentaire d’un internaute : :( خلاص يا حمزة كله راح و انتهى
مفيش ميدان مفيش ثورة مفيش اي حاجة امل انتحرت C’est fini, Hamza, tout est foutu. Il n’y a plus de Maydan, plus de révolution, plus rien, l’espoir est mort.)

Hatoon Kadi, une femme du “pays des hommes” dans les réseaux sociaux

kadi

Dans l’actualité déprimante du monde arabe, les informations qui ouvrent à quelque chose d’un peu moins sombre sont suffisamment rares pour être soulignées. Raison de plus pour s’intéresser à l’apparition, sur la scène publique du « pays des hommes », d’une humoriste, une femme donc.

Classée dans le peloton de tête des pays les plus consommateurs des nouveaux médias, l’Arabie saoudite connaît depuis 2010 un étonnant phénomène, celui de l’essor fulgurant, sur YouTube, d’une jeune génération d’acteurs, animateurs, comédiens qui, sur un mode inspiré de la stand-up comedy à l’américaine, se livrent à une critique moqueuse des travers de la société saoudienne. Il arrive que cette production se fasse le relais des grands débats de société, comme en témoigne le célèbre No Women No Drive, détournement par Hisham Fageeh d’un tube de Bob Marley au plus fort d’une campagne (infructueuse) pour le droit des femmes à conduire. Toutefois, jusqu’à présent en tout cas, les lignes rouges ne sont jamais dépassées. Rapidement intégrées dans les circuits commerciaux, avec de jeunes sociétés de production – la plus importante étant sans doute Uturn – qui s’efforcent d’exploiter ce nouveau segment du marché, les vedettes du YouTube illustrent certes l’impatience de la jeunesse locale, mais aussi la solide rigidité du système saoudien. A l’image des mobilisations de l’année 2011, il faut certainement se garder d’extrapoler trop vite à l’ensemble du corps social les images de « modernité » qu’offrent les réseaux sociaux locaux.

Signe, d’ailleurs, de ce décalage entre les différentes composantes du public, l’échec des différentes tentatives qui, depuis deux ans déjà, s’efforcent de faire migrer vers les studios télévisés les jeunes vedettes d’internet. Plusieurs formules ont été tentées, en direct ou non, et elles se sont toutes soldées par des déconvenues pour leurs producteurs. Lancées par la grande chaîne arabophone MBC durant le dernier mois de ramadan, des émissions comme Kalemten wu bass (Deux mots, c’est tout !) ou Dot.shebab (.jeunes) n’ont guère soulevé d’enthousiasme. Pour leurs animateurs, vedettes confirmées des réseaux sociaux, c’est parce que les producteurs ont écrasé la légèreté du format internet sous la machine télévisuelle. Ou encore parce qu’ils se sont contentés d’engager quelques têtes d’affiche, sans prendre en compte le fait que la réussite d’un produit en ligne tient à la composition d’une équipe.

On pourrait estimer également que les consommations audiovisuelles sont désormais bien distinctes : la téléphagie familiale n’intéresse plus les classes d’âge les plus jeunes qui, en Arabie saoudite comme ailleurs, délaissent le petit écran collectif pour l’intimité de leur ordinateur ou de leur smartphone. Au-delà de ce constat, on peut aussi imaginer que les sketches sur YouTube ont une économie narrative (rythme, connivence avec l’internaute, etc.) qui ne peut fonctionner à l’identique sur le support télévisé (même s’il y a des réussites dans le sens inverse, à savoir l’adoption de formats télé sur internet tels que la web-série Shankaboot par exemple).

La « vague de fond » des pratiques en ligne en Arabie saoudite a donc ses limites. Le souligner, cela ne revient pas à nier l’importance des mutations en profondeur qu’entraîne dans les sociétés du Golfe l’existence, de plus en plus manifeste, d’une « culture internet ». De ce point de vue, il faut souligner l’apparition, il y a plus d’un an, de Hatoon Kadi (هتون قاضي), une jeune femme qui s’est bâtie son « petit royaume » sur la scène médiatique saoudienne.

Blogueuse pour rire dans un premier temps, ses premières interventions dans lesquelles elle se moquait de ce qu’elle appelle la kawalana (la cool attitude) chez une partie des femmes de son pays a vite attiré l’attention des internautes. Rapidement, elle a su convaincre les jeunes dirigeants de la société de production Uturn qui l’ont fait apparaître sur leur canal YouTube dès l’été 2013 et l’ont aidée, en lui adjoignant toute une équipe de créatifs, à donner un tour plus professionnel à ses interventions sur les réseaux sociaux dans un programme intitulé Noun al-niswa (“F” comme femme). Cet été, la consécration est venue avec la prise en charge, au côté d’une autre vedette venue du YouTube saoudien, d’une émission durant ramadan sur la grande chaîne arabophone MBC.

Des femmes dans la vie publique saoudienne, ce n’est pas si fréquent mais cela existe. En politique rarement (une vice-ministre, à l’Education), dans le secteur économique parfois, et plus souvent dans l’univers de l’éducation et de la recherche, on observe ainsi quelques trajectoires professionnelles particulièrement brillantes. Mais presque inévitablement, il s’agit d’« héritières », des jeunes femmes dont le succès a été possible grâce à leurs très bonnes origines sociales. Dans les cercles artistiques, et plus encore lorsqu’il s’agit des arts du spectacle, le milieu familial est bien entendu tout aussi important. Haifaa al-Mansour (هيفاء المنصور), la réalisatrice du très célèbre Wadjda, née dans une famille d’intellectuels et d’artistes célèbres, est mariée à un diplomate nord-américain…

Rien de tel chez Hatoon Kadi, dont l’habitus, pour parler comme Bourdieu, est clairement petit-bourgeois modeste. La première vedette féminine des réseaux sociaux arabes récuse toute idée de transgression et affiche une rondeur toute familiale (voir photo ci-dessus). Interviewée, elle ne cache rien de sa vie ordinaire de mère de famille, en reconnaissant que ce n’est pas forcément très glamour. Le parcours de cette femme ordinaire mais néanmoins éduquée (elle poursuit une thèse en Grande-Bretagne sur l’utilisation des nouvelles techniques éducatives dans son pays), qui remet en question la modestie traditionnelle de la femme, surtout dans le Golfe, en rivalisant d’humour avec les meilleurs comiques de son pays permet de se rendre compte des évolutions en cours dans la société saoudienne (et il faudra bien qu’elles trouvent un jour une traduction politique).

Une femme, furieusement drôle, sur internet et à la télé : la chose va si peu de soi que les mots manquent pour le dire ! Evoquant Hatoon Kadi, le journaliste (pourtant ultra-libéral) Dawood al-Shiryân, l’a présentée – à la grande fureur de l’intéressée – en utilisant le mot fannâna (artiste), un terme déplacé, soit parce qu’il est trop vulgaire (« Je ne suis pas une danseuse orientale ! » s’est exclamée l’intéressée), soit parce qu’il ne correspond nullement à ses activités professionnelles en tant qu’humoriste, tout simplement.

« Hatoon Kadi, avec un “a” et sans l’article, c’est bien assez ! » comme elle le dit elle-même vers la fin de cette vidéo (malheureusement sans sous-titres). Juste une femme quoi !