Choc et effroi dans les médias arabes (3/3) : le temps des « arrêts de rigueur »

 

Personne ne semble vouloir s’inquiéter outre mesure du fait que quelques-unes des plus grosses fortunes arabes sont retenues, pratiquement depuis un mois, dans un hôtel de luxe à Riyad. Il y a eu quelques libérations au compte-goutte et contre de très fortes compensations (1 milliard de dollars pour le prince Mutaib – ou encore Muteb) mais la majorité des « prévenus » (au moins deux cents, car il n’existe pas de liste officielle) reste de plus en plus à l’ombre puisque les fenêtres de leurs suites ont même été récemment obturées (d’après une information retwittée par Mujtahid) pour éviter de malheureux accidents dûs à ces longues vacances forcées.

En attendant, les grandes manœuvres médiatiques annoncées dans les billets précédents se précisent. Comme on pouvait s’y attendre, Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ), le journaliste vedette de la chaîne saoudienne MBC, a quitté son ancien employeur (qui fait partie des personnes qu’on garde au frais) et s’est vu confier le conglomérat des médias officiels du Royaume, appelés à se renforcer (les médias, pas forcément le Royaume). Comme prévu également, la détention prolongée n’arrange pas les affaires d’al-Walid ben Talal (الوليد بن طلال ). Le prince milliardaire est toujours séquestré mais il a quand même déjà perdu pas mal d’argent avant même d’avoir payé sa rançon sa « transaction » puisqu’une bonne partie de ses actions ont sévérement chuté (celles dans le groupe Accor par exemple). Apparemment, il commence également à vendre, deux hôtels de luxe à Beyrouth, même si les raisons de cette décision ne sont pas encore très claires. Rotana, la société de production qu’il a créée en 1982, ne va pas très bien non plus, mais depuis pas mal d’années déjà. Toutefois, il se dit de plus en plus ouvertement depuis quelques jours qu’il n’en est plus tout à fait le propriétaire même si, officiellement, rien n’est fait. Comme il faut bien gérer les affaires en dépit de l’absence du boss, on lui a trouvé un remplaçant, un certain Turki Al Shaykh (تركي آل الشيخ : sans trait d’union après le « al », c’est beaucoup plus chic car ce n’est pas l’article mais signe d’appartenance à une grande famille). Cet ami proche du régent, le célèbre MbS dont il est une sorte de ministre sans portefeuille précis, veille sur les destinées du sport dans le Royaume. C’est également un « poète et ami de l’art ». À ce titre sans doute, il a composé récemment 3allim Qatar, une attaque en règle contre l’émirat du Qatar et son souverain, interprété par un all stars du Golfe (des interprètes sous contrat chez Rotana !) dont on a déjà parlé dans un billet de septembre dernier. Cet homme qui semble donc présider désormais aux destinées de Rotana est certainement bien placé pour une telle fonction où il pourra cultiver son goût pour les vedettes, puisqu’on a parlé il y a quelque temps (pas trop car les imprudents ont été sanctionnés) de son mariage secret avec une chanteuse à succès, l’Égyptienne Amal Maher (آمال ماهر).

Un autre dossier, tout aussi important pour les évolutions à venir dans le secteur des médias, est également à l’ordre du jour, celui de la publicité. Depuis la fin des années 1990, c’est une société libanaise, Choueiri Group, qui se taille la part du lion sur un marché qui brasse des milliards de dollars. À ce titre, outre le fait qu’elle fait de très bonnes affaires, elle joue au sein du système régional un rôle considérable, par sa connaissance des audiences réelles, et même par sa capacité à déterminer les projets, viables ou non en fonction des recettes de la pub. Lié à la chaîne libanaise LBC, héritière de la guerre civile libanaise et pionnière sur le marché arabe, le Choueiri Group a réussi au fil des années à signer des contrats d’exclusivité avec quelques-unes des chaînes les plus importantes : Al-Jazeera un temps, Dubai TV et surtout la MBC. Inévitablement, les graves problèmes que connaît cette dernière se répercutent sur la santé d’un groupe qui a déjà perdu des contrats importants en Égypte et qui subit, comme le reste de la profession, les conséquences du marasme économique régional sur les budgets publicitaires. Si l’on ajoute à cela que l’actuel homme fort des médias saoudiens, Dawood al-Shiryân, cultive une animosité toute spéciale à l’encontre des Libanais, suspects d’avoir outrageusement « tiré le lait » (comme on dit en arabe) des ressources du Golfe, on comprend combien les rois de la pub dans la région ont raison de se faire quelques soucis. D’ailleurs, selon un article remarquablement informé dans Al-Akhbar, on en est arrivé au stade où les plus hauts responsables de Choueiri Group, non seulement ne remettent plus les pieds en Arabie saoudite de peur de ne plus pouvoir quitter leur hôtel (tout le monde n’a pas les relations de Saad Hariri !), mais préfèrent également éviter pour l’instant de les mettre aux Émirats arabes unis dont la justice fonctionne en parfaite intelligence avec celle du Royaume voisin…

Encore quelques semaines de ce régime « aux arrêts de rigueur » et les affaires – déjà fort moyennes depuis que la crise avec le Qatar en juin dernier est venue s’ajouter à une conjoncture économique très médiocre – vont devenir carrément catastrophiques.

Pour les lecteurs qui ont eu la patience d’aller jusqu’au bout de ce billet, une vidéo de promotion du Choueiri Group :

Choc et effroi dans les médias arabes (2/3) : le tour des Saoudiens

Trois semaines après les premières arrestations en Arabie saoudite dans le cadre de « la lutte contre la corruption », comment évaluer, au-delà du cas libanais évoqué dans le billet précédent, les conséquences de ce coup de force sur le paysage médiatique du Golfe ?

Au contraire de ce qui est souvent évoqué, la rafle princière n’est pas venue comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu. Les ambitions de MbS dans ce domaine étaient connues depuis longtemps, une certitude qu’est venue renforcer encore la crise avec le Qatar depuis le début du mois de juin dernier, crise dans laquelle les Saoudiens et leurs alliés (principalement les Émirats) ont décidé de faire de la chaîne Al-Jazeera un enjeu important. De ce point de vue, la « drôle de guerre » continue sans désarmer : après le départ, certainement loin d’être toujours souhaité, de quelques vedettes du petit écran sommées de choisir entre leur job à Qatar et le soutien à la politique de leur pays d’origine, le petit jeu consistant à bloquer ce qui est aujourd’hui le premier atout médiatique du Qatar, à savoir la chaîne beIN Sports (et non pas la chaîne Al-Jazeera), n’a pas cessé un seul moment. Par exemple, il y a eu récemment les plaintes officielles de Doha contre une chaîne piratant leurs émissions depuis le territoire des Émirats sous le nom explicitement provocateur de beoutQ (Q pour Qatar bien entendu, et be out pour se moquer de beIN). De façon plus subtile, la chaîne qatarie a riposté en annonçant un élargissement de son offre qui comportera désormais un canal dédié aux feuilletons où figureront en bonne place les productions… syriennes (quasi exclues, depuis la tentative de renversement de Bachar El-Assad en 2011, des chaînes de ses rivaux)  !!!

Deux démissions importantes sur le plan local sont également intervenues ces jours derniers, ce qui donne à penser que le coup de force de l’héritier du trône sera prolongé sur le terrain médiatique par des réaménagements, et même peut-être des bouleversements. La première démission est celle de Nabil al-Khatib (نبيل الخطيب) directeur de l’information sur Al-Arabiya, qui abandonne la chaîne où il travaillait depuis 2003. Même si l’information est démentie par les intéressés, il se dit, dans les milieux spécialisés, que c’est pour rejoindre Sky News, la rivale, installée à Dubaï et que ce « transfert » d’une star du métier fait partie d’un plan de « saoudisation » des médias. La seconde démission, plus spectaculaire encore, concerne Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ), le très célèbre journaliste de la chaîne MBC où il a animé, depuis plus d’une décennie, une des meilleures émissions d’information de la région, intitulée « Le Huit » (Al-thâmina, sous-entendu « heures »). En pleurs (presque une habitude apparemment puisque c’est ainsi qu’on l’avait déjà rencontré dans ces chroniques), il a fait ses adieux aux auditeurs en leur disant seulement qu’il était appelé à d’autres fonctions. Là encore, il se raconte dans le métier qu’il se verrait confier la direction de la Saudi Broadcasting Corporation, organisme gouvernemental qui regroupe une vingtaine de radios et télévisions (notamment religieuses).

Annoncée alors que son ancien patron reste « immobilisé » dans les salons du Ritz Carlton de Riyadh, la nouvelle n’est pas vraiment passée inaperçue d’autant plus que ledit Dawood al-Shiryân s’est récemment fait remarquer pour une émission particulièrement dévastatrice envers Saad Hariri au sujet du sort réservé aux employés de la société Oger en Arabie saoudite, en panne de salaire depuis des mois… Hérault avant l’heure de ce qui s’appelle désormais « la lutte contre la corruption » en Arabie saoudite, Dawood al-Shiryân pourrait bien se retrouver à diriger nombre de ses anciens collègues puisqu’on évoque de plus en plus la possibilité d’une fusion (qui serait plutôt une absorption en fait) entre son ancienne chaîne, la MBC, et le conglomérat des médias officiels. Fort symboliquement, les médias saoudiens seraient dès lors, dans leur totalité ou presque, entre les seules mains d’un prince héritier devenu, de fait, le régent du Royaume.

Choc et effroi dans les médias arabes (1/3) : le maillon faible libanais

Photo (truquée par Charbel Khalil) du prince Walid Ibn Talal et de quelques autres pensionnaires du Ritz Carlton

Le royaume d’Arabie saoudite est-il en train de trembler sur ses bases ? Une chose est certaine, la stratégie du « choc et de l’effroi », imaginée par les stratèges étasuniens et mise en œuvre avec les résultats que l’on sait durant la troisième guerre du Golfe en 2003, semble inspirer le très fougueux héritier du trône, Mohamed ben Salman. Sans coup férir, celui-ci a fait interpeller une bonne partie des plus grosses fortunes de ce très riche pays, ainsi qu’une belle brochette de cousins, oncles et neveux susceptibles d’être autant de rivaux potentiels dans ce nouvel épisode saoudien de Game of Thrones (Game of thobes, du nom de la robe masculine locale, comme on dit sur Al-Jazeera).

Combien y a-t-il de pensionnaires, dont certains seraient interrogés sans ménagements selon certaines sources, dans cette prison dorée qu’est devenu le Ritz Carlton de Riyadh, réquisitionné par les autorités jusqu’au début de l’année prochaine pour les besoins de cette très opportune campagne contre la corruption ? Deux semaines après le début des opérations, les autorités se refusent à rendre publique la moindre liste. On parle de plusieurs centaines de prévenus, uniquement des hommes, la seule exception connue étant la fille du milliardaire al-Walid bin Talal (الوليد ابن طلال), le propriétaire, entre autres investissements, du groupe médiatique Rotana (on a souvent parlé de lui dans ces chroniques, notamment pour ses investissements dans Twitter et pour le lancement de la chaîne d’information Al-Arab, un des plus beaux fiascos de l’histoire des médias puisqu’elle n’aura émis, en tout et pour tout, que quelques heures !) Avec le prince al-Walid bin Talal se trouvent deux autres gros poissons des médias arabes : le premier se nomme Walid al-Ibrahim (وليد الابراهيم), beau-frère, par une de ses sœurs, de feu le roi Fahd, il est le propriétaire de la MBC, qui reste, depuis sa création au début des années 1990, une des plus importantes chaînes généralistes arabes ; quand au second, Saleh (Abdullah) Kamel (صالح كامل), c’est un homme de très grosses affaires parmi lesquelles on trouve la chaîne Art, surtout active en Egypte.

Après avoir été dans le secret des bonnes affaires des années durant, les donneurs d’ordre sont, pour une durée encore indéterminée, tenus au secret. On imagine les répercussions de cette rafle princière sur l’économie du pays ! D’autant qu’il apparaît de plus en plus clairement que les arrestations se conjuguent avec le gel des comptes, locaux et internationaux, des intéressés. Depuis quelques jours, on évoque de plus en plus des saisies, contre une libération, de liquidités ou de portefeuilles financiers sur un mode qui relève davantage de la rançon que de la transaction financière puisqu’on parle dans certains cas d’une ponction allant jusqu’à 70 % des avoirs. Dans le secteur des médias, en proie à la crise depuis le début de la chute des cours du pétrole et la chute des revenus des publicités (voir ce billet de décembre dernier où se devinait déjà le féroce appétit médiatique de MbS), les conséquences de cette purge viennent s’ajouter aux nombreuses menaces qui pèsent sur le paysage médiatique local depuis le déclenchement, tout aussi soudain, de la violente brouille en juin dernier entre les deux géants locaux du secteur, d’un côté le Qatar d’Al-Jazeera et de BeIn, de l’autre l’Arabie saoudite d’Al-Arabiyya et de sa constellation médiatique.

Maillon faible dans la chaîne de la production médiatique régionale pour laquelle il est un important fournisseur de prestataires et de prestations, le Liban est particulièrement atteint par une crise qui s’est aggravée avec l’affaire du vrai-faux enlèvement de Saad Hariri dans le cadre d’une guerre ouvertement déclarée contre le Hezbollah et ses parrains iraniens. En témoigne par exemple la crise qui frappe le quotidien Al-Hayat, symbole par excellence des investissements des Saoudiens – et plus largement des fortunes du Golfe – dans les médias régionaux à partir des dernières décennies du siècle dernier. Il se chuchote en effet que son propriétaire, Khaled bin Sultan (خالد بن سلطان), apparemment lui aussi parmi ceux qu’on soupçonne de corruption, aurait « cédé » une partie de ses actions à l’héritier du trône saoudien. Après avoir accepté depuis plusieurs mois que leurs salaires soient amputés de moitié, les journalistes de la rédaction à Beyrouth semblent se résigner désormais à la fermeture de leurs bureaux, une décision qui ne fera qu’ajouter au chômage de la profession au Liban et qui viendra renforcer la branche installée à Dubaï, en remplacement de l’historique implantation londonienne.

Toujours au Liban, les conséquences de l’actuelle « campagne contre la corruption » se conjuguent avec la crise qui oppose le royaume saoudien depuis juin dernier au Qatar. Alors que son propriétaire, Walid al-Ibrahim est toujours retenu pour les besoins de l’enquête dans les salons du Ritz Carlton de Riyadh, il apparaît que l’avenir de The Voice, une des émissions phare de la chaîne MBC, est de plus en plus compromis. Tourné dans des studios de la banlieue nord de Beyrouth, ce concours pour chanteurs amateurs met aux prises des candidats venus de toute la région, et donc bien évidemment des pays du Golfe dont les citoyens sont désormais instamment priés de ne plus se rendre au pays du Hezbollah et de l’ingérence iranienne dans les affaires arabes ! On pourrait penser qu’il suffirait que la production retienne d’autres studios, et ceux de Dubaï feraient parfaitement l’affaire, sauf que cette solution aurait pour conséquence de multiplier les coûts par trois, à un moment où l’industrie médiatique peine à rentrer dans ses frais…

Mais de toute manière, ce n’est pas le seul problème que vont devoir résoudre les producteurs de The Voice. En effet, la chanteuse émirienne Ahlam, une très bonne cliente pour ce type d’émission par ailleurs, vient d’être brutalement évincée du jury. Non seulement la malheureuse est-elle mariée à un Qatari mais, de plus, elle se montre outrageusement critique de la campagne médiatique lancée contre le pays de son mari, et en particulier de l’offensive musicale lancée par les autorités de son pays natal. Au moment de la sortie d’une nouvelle vidéo dans laquelle différentes vedettes de la chanson s’en prennent au voisin qatari (voir ce billet pour la première production de ce type en septembre dernier), elle s’est confiée aux réseaux sociaux pour souhaiter « le retour de la chanson de qualité ». Ce crime impardonnable de lèse-majesté, d’autant plus qu’elle aurait décliné la proposition de participer à ce clip, a donc provoqué son renvoi immédiat au profit, pour faire bonne mesure, de sa principale rivale la Koweïtienne Nawal, bien moins susceptible de faire grimer l’audimat. Et pour compliquer les choses, la MBC doit trouver une solution pour recommencer de zéro tout le tournage de l’émission, avec des centaines de candidats, alors que tout doit être diffusé dans quelques mois seulement, avant ramadan et sa programmation particulière. La seule solution passe en réalité par le retour d’Ahlam, une décision malheureusement impossible car sa disgrâce a été prononcée « au plus haut niveau » saoudien !

Les péripéties de The Voice ne sont pas si anecdotiques qu’on pourrait le croire car elles traduisent les questions qui se posent aujourd’hui quant à l’évolution du système médiatique arabe. Ainsi, les malheurs de la MBC avec The Voice font-ils le bonheur de sa principale rivale sur ce segment du marché, la chaîne Dubai TV. Mais surtout, les luttes pas vraiment feutrées qui se trament dans les couloirs du Ritz Carlton vont inévitablement se traduire par une réorganisation du secteur : les professionnels libanais vont-ils faire les frais d’un grand nettoyage sous prétexte de « saoudisation » de l’économie ? Jusqu’à quel point les logiques financières et professionnelles peuvent-elles freiner l’hubris de MbS et de sa garde rapprochée ? En principe il y a tout de même un moment dans l’industrie de l’information et des loisirs où le public des consommateurs fait entendre sa voix, comme cela s’est d’ailleurs produit avec Al-Jazeera (voir ce billet) lorsque celle-ci s’est trop résolument écartée de ce qui faisait son succès. Dans le secteur de l’audiovisuel, les échéances vont arriver très vite car on est déjà dans la période de préparation des programmes de ramadan qui commenceront cette année aux alentours du 15 mai…

Interdiction d’Al-Jazeera en Israël : que faut-il en penser ?

L’affaire a commencé dimanche dernier quand Ayoub Kara, le ministre israélien des Communications, a annoncé que son pays allait prendre différentes mesures afin d’assurer la fermeture, aussi rapidement que possible de la chaîne Al-Jazeera. En réalité, les choses avaient été préparé un peu plus tôt puisque Benyamin Netanyahou avait annoncé, vers la mi-juillet, qu’il avait demandé à ses ministres d’étudier les mesures nécessaires à une telle décision. Néanmoins, le contexte actuel dans la région rend l’affaire singulièrement complexe puisque la chaîne d’information qatarie fait déjà l’objet, depuis le début du mois de juin, de violentes critiques (voir ce billet) de la part de la « bande des quatre » États plus ou moins voisins (Arabie saoudite, Émirats, Égypte et Bahreïn), lesquels lui reprochent de « soutenir le terrorisme ». D’ailleurs, de manière tout à fait remarquable, Ayoub Kara (un druze du Golan) « justifie » la fermeture d’Al-Jazeera en affirmant qu’Israël ne fait que suivre l’exemple des « Arabes modérés ». Certes, l’État hébreu est, bien entendu, « la seule démocratie dans la région » et, à ce titre, respecte scrupuleusement la liberté de la presse. Toutefois, selon une procédure bien rodée, des mesures drastiques peuvent être adoptées dès lors que la sécurité du pays est menacée, ce qui serait apparemment le cas avec la chaîne qatarie. Pour terminer ce rappel des faits, on ajoutera qu’Amnesty International, entre autres organisations, a immédiatement condamné cette « attaque éhontée contre la liberté d’information en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés ». De son côté, Al-Jazeera a annoncé qu’elle allait saisir les tribunaux.

Al-Jazeera, la plus israélienne des chaînes arabes

Sans revenir en détail sur la place très exceptionnelle d’Al-Jazeera dans le paysage médiatique arabe et même international (en rappelant tout de même qu’il s’agit, en principe, d’une chaîne « privée » et que le canal d’information arabe ne représente qu’une partie de ses activités, même si la branche sport, beIN, est depuis 2014 totalement séparée du groupe), il convient d’avoir à l’esprit les liens très particuliers qu’ont tissés depuis de nombreuses années Israël et le Qatar, y compris dans le domaine médiatique grâce au succès de ce qui reste une des toutes premières chaînes arabophones d’information en continu. Ouvertes dès 1996 avec l’établissement d’une mission commerciale israélienne à Doha, les relations officielles entre les deux pays se sont détériorées à la suite de la tristement célèbre « Opération plomb fondu » de l’armée israélienne à Gaza en 2008-2009. Si les offres qataries d’une amélioration de ces contacts, notamment en 2010, ont reçu une réponse négative du côté israélien, cela n’a jamais réellement affecté la situation exceptionnelle d’Al-Jazeera, officiellement accréditée (à une date que je n’ai pas retrouvée) auprès des autorités israéliennes et, à ce titre, présente avec bien d’autres chaînes étrangères dans le bâtiment depuis lequel le bureau du Premier ministre israélien gère, à Jérusalem, ses relations avec la presse locale et étrangère.

Seul média arabe international reconnu en Israël, Al-Jazeera a longtemps été également la première chaîne arabophone à donner directement la parole sur son antenne à des officiels israéliens (les Saoudiens viennent de s’y mettre, comme signalé dans le billet déjà mis en lien), au risque de se faire accuser de « normalisation » avec l’ennemi sioniste. Mais la communication peut fonctionner également dans l’autre sens, Al-Jazeera devenant pour les Israéliens une sorte de fenêtre sur le monde arabe, par exemple lorsque la chaîne qatarie a diffusé, en 2008 (avec des sous-titres en hébreu), un long entretien avec l’orientaliste israélien Mordechai Kedar.

Une étrange décision, dans un contexte nouveau

Toutes sortes d’hypothèses circulent pour expliquer la soudaine volonté israélienne de se débarrasser de leur invitée médiatique qatarie. La principale réaction reste l’étonnement car cette interdiction revient à donner à Al-Jazeera un brevet de bonne conduite. En effet, en la clouant au pilori, les autorités sionistes ne peuvent que susciter un fort courant de sympathie dans l’opinion arabe. Sans surprise, on en trouve déjà les échos dans les réseaux sociaux, ce qui renforce encore l’impact déjà très important d’une campagne menée par le Qatar pour contrer les efforts des pays arabes (la « bande des 4 » qui réclament la fermeture de la chaîne), campagne qui aurait rassemblé 53 millions de participants selon cet article).

D’ailleurs, certains médias proches de la « bande des 4 » paraissent assez remontés contre cette initiative israélienne. Sur le site d’Al-Arab online par exemple, un article estime que cette menace d’interdiction offre à Al-Jazeera la possibilité de se poser en victime et de retrouver ainsi un peu de son ancienne popularité dans le monde arabe. Un coup de pouce israélien en somme, qui vient à point nommé pour cette chaîne après son échec cinglant aux USA (1 milliard de dollars gaspillés en pure perte) et après une perte d’influence notable auprès du public arabe en raison de sa couverture très peu « professionnelle » des soulèvements arabes (voir le mot clé Al-Jazeera dans les tags de ce carnet de recherche).

Si l’interdiction d’Al-Jazeera devait lui permettre de se refaire une virginité, pourquoi une telle décision, surtout après qu’Israël et le Qatar ont eu à gérer des tensions bien plus sévères, se demande à son tour Marck LeVine, universitaire américain à qui il arrive d’écrire des papiers pour la chaîne qatarie. S’agit-il dans l’esprit de Benyamin Netanyahou de soigner une cote de popularité qui en a bien besoin, surtout à un moment où le Premier ministre israélien est menacé par une nouvelle affaire de corruption particulièrement inquiétante pour son avenir politique ? Avec cette décision, les Israéliens cherchent-ils à prendre en route le train de la « bande des 4 », hypothèse que renforcerait une déclaration du ministre des Affaires étrangères des Émirats dénonçant, non seulement la violence, mais aussi « l’antisémitisme » d’Al-Jazeera ? Les Israéliens pensent-ils que le moment est venu de couler définitivement une chaîne qui n’a plus autant de prestige et qui n’est plus aussi utile à leurs yeux en raison de sa capacité à faire passer à l’opinion arabe certains messages israéliens ? Ou bien encore, poursuit Marck LeVine, serait-ce parce que le mouvement de boycott (BDS) prend une telle ampleur qu’Al-Jazeera devient dangereuse pour l’État hébreu dans ce contexte ?

Autant d’explications, difficilement crédibles pour certaines, et même contradictoires. On note malgré tout, comme le souligne Abdel-Bari Atwan (عبد الباري عطوان) dans l’éditorial déjà mentionné, qu’Israël, avec ce projet d’interdiction de la chaîne qatarie, soutient clairement les positions défendues par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et leurs alliés, dans le contexte d’une coalition « sunnite » menée par la seule Arabie saoudite contre la menace de l’Iran « chiite ». « Nous avons fondé notre décision sur les choix faits par les États arabes sunnites de fermer les bureaux d’Al Jazeera et interdire leur travail  », a ainsi déclaré Ayoub Kara, le ministre israélien des Communications, en évoquant les motifs de cette procédure d’interdiction.

Un utile rappel de pratiques aussi courantes qu’anciennes

Quelles que soient les raisons, sans nul doute complexes, qui ont présidé à cette décision, celle-ci ne prendra pas effet en l’espace de deux semaines comme semblent l’espérer les autorités israéliennes. En effet, le quotidien Haaretz rappelle qu’il ne revient pas au ministre des Communications du pays, mais au services de sécurité, d’ôter aux journalistes leurs accréditations. C’est également le cas pour une éventuelle fermeture des bureau de la chaîne. Le ministère n’est pas compétent non plus pour une autre option, celle qui consiste à demander aux sociétés de communication par câble ou par satellite de retirer la chaîne qatarie de leur offre, une solution qui pose de toute manière de nombreux problèmes techniques et qui ne serait pas forcément efficace…. Tous les obstacles seraient-ils surmontés que rien n’empêcherait, en théorie, que la chaîne qatarie continue à travailler depuis les Territoires occupés !

Cette affaire a au moins un mérite, celui de rappeler l’ordinaire des pratiques israéliennes dès lors qu’il s’agit de la liberté de la presse ! L’aura internationale de la chaîne qatarie fait que ce dossier a été quelque peu évoqué dans les médias mais les interdictions décrétées par les autorités israéliennes sont aussi anciennes et nombreuses que les prétextes pour les justifier. Pour s’en tenir à l’actualité récente, on peut ainsi rappeler le raid de l’armée israélienne, le 29 juillet dernier, dans les locaux de Palmedia. Cette société, installée à Ramallah et qui propose ses services à de grands groupes étrangers, est accusée de « fabrication de matériau susceptible d’inciter au terrorisme ». Un an plus tôt, la chaîne Palestine Today (qui continue à émettre depuis Gaza), trop « jihadiste » au goût de Tel-Aviv, avait été brutalement fermée et plusieurs de ses journalistes jetés en prison.

Ces interdictions très peu démocratiques du droit à l’information s’appliquent au territoire plus ou moins « légitime » de l’État israélien puisque la chaîne Al-Musawa, préparée à Ramallah mais diffusée depuis Nazareth (avec des financements de l’Autorité palestinienne), s’est vu infliger vers la même époque une fermeture de 6 mois, pour « atteinte à la souveraineté israélienne ». Mais il peut aussi arriver que le gouvernement israélien fasse taire les voix palestiniennes qui ne lui conviennent pas bien au-delà de ses frontières. On se souvient ainsi qu’en mars 2016, le bureau du Premier ministre israélien s’est vanté d’avoir fait exclure, à sa demande, la chaîne Al-Aqsa d’Eutelsat, un satellite européen, mais de droit français…

 

Le sport comme combat : la défaite de juin 2017 (2/3)

Adieu à beIn Sports, bienvenue à PBS

Avec une brutalité qui étonne au regard des traditions locales, davantage portées à d’infinies et subtiles négociations où il convient en principe d’éviter à l’adversaire une humiliation totale, l’Arabie saoudite et les Émirat ont donc édicté leurs « 13 commandements » à l’émirat du Qatar qui, bien entendu, juge que ces demandes ne sont « pas raisonnables ». Parmi les exigences de cette diplomatie aux allures de sport de combat et qui doit se conclure par un KO figure en bonne place celle de la fermeture d’Al-Jazeera, à laquelle doit s’ajouter, pour faire bonne mesure, celle de plusieurs sites d’information en ligne : Arabi21 (généraliste en arabe), Rassd (proche des Frères musulmans), Al-Arabi Al-Jadid (vitrine libérale bilingue, très inégale, confiée à l’ex-député palestinien Azmi Bishara عزمي بشارة ) et Middle East Eye (le plus intéressant à mon avis, en anglais et en français, avec quelques belles signatures).

À ma connaissance, la liste ne fait pas mention d’un autre joyau de la couronne médiatique qatarie, à savoir le groupe beIN media dont le patron, Nasser Al-Khelaïfi, est aussi celui du PSG (le club de foot de Paris pour ceux qui l’ignoreraient). Axé sur les événements sportifs, ce réseau international, avec des branches en France, Espagne, Australie, Turquie… et qui emploie quelque 2 500 employés de par le monde, subit à son tour les attaques saoudo-émiriennes depuis que le président de la Shamas (Saudi Media City) de Riyad a annoncé, il y a une dizaine de jours, le lancement, aussi rapide que possible, de PBS, une nouvelle chaîne sportive. Selon les sources, il s’agit, au choix, de « briser le monopole qatari sur les compétitions mondiales » , ou encore, en moins agressif, de « trouver une alternative au blocage de beIN » (version du Arab News, quotidien anglophone saoudien), notamment pour les téléspectateurs du Golfe privés de décodeurs depuis le 14 juin (voir le précédent billet).

En tout état de cause, le programme est aussi ambitieux qu’un jeune prince du Golfe pressé d’arrivé au pouvoir : déjà, un canal a été ouvert sur Arabsat (projet panarabe devenu quasi propriété exclusive des Saoudiens) pour la chaîne PBS dont les réels débuts se feront en décembre. 5 canaux HD pour commencer et 11 par la suite, un projet à hauteur de 7 milliards de dollars, paraît-il… Pour faire tourner la boutique, et comme une sorte de match retour contre Al-Jazeera qui avait profité, pour son lancement, de bons professionnels en principe formés par la BBC pour les Saoudiens, la nouvelle chaîne sportive saoudienne devrait récupérer nombre de journalistes sportifs qui ont « choisi » de quitter la chaîne qatarie beIn sports (dès le 7 juin pour les premiers d’entre eux).

La véritable différence par rapport à beIN, c’est que les programmes de PBS ne seront pas chiffrés et donc gratuits, une excellente manière, surtout pour les (a)mateurs de sport à la télévision arabes ou même français, de vider de ses abonnés la chaîne qatarie, et de se faire beaucoup d’amis parmi les amateurs (arabes ou non) de sport. Pour autant, le combat pour la conquête des ondes sportives n’est pas gagné d’avance pour les Saoudo-émiriens. En effet, les accords de diffusion signés par beIN prévoient de lourdes sanctions financières au cas où ses émissions ne parviendraient pas à sa clientèle régionale, soit parce que le Qatar refuserait de servir certaines zones (ce qui n’est pas au programme), soit parce des pays priveraient leurs citoyens d’un signal en provenance d’un pays honni (d’où la solution actuelle des pays du boycott, qui consiste à supprimer les décodeurs !)

Plus compliquée encore est la question des programmes. Même si elle a été dépossédée de quelques-unes de ses émissions phares (Ligue des champions et Ligue Europa), beIN conserve ses droits pour l’essentiel des grandes compétitions sportives pour plusieurs années encore. Pirater la chaîne en transmettant illégalement un match peut coûter très cher : 2 millions de dollars par exemple pour la télévision égyptienne qui n’avait pu résister au plaisir d’offrir à ses téléspectateurs la rencontre entre l’équipe nationale et le Ghana lors de la dernière Coupe d’Afrique. Une autre solution consisterait à racheter leurs droits à d’autres chaînes, mais cela risque d’être fort long et compliqué. Il n’est donc pas impossible que les très violentes menaces saoudo-émiriennes tournent aux rodomontades, sur la scène sportive comme sur le reste, le « vilain petit Qatar » se révélant plus vaillant que prévu…

Après la défaite de juin 67 qui précipita le déclin de l’arabisme, suivie par la mort de Nasser quelques années plus tard, rien ne semblait devoir s’opposer à l’hégémonie, dans la région et sans doute au-delà, de l’Arabie saoudite, porteuse d’un contre-projet d’union islamique en guise d’alternative à l’échec des régimes se réclamant du nationalisme arabe. Tout juste 50 ans plus tard, on peut imaginer que l’aventurisme de quelques jeunes décideurs, les « deux Mohammed » (d’Arabie saoudite et des Emirats) comme les appelle une partie de la presse régionale, entraîne une nouvelle défaite, prélude nécessaire à des changements radicaux. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le monde arabe en a besoin.

Al-Jazeera et la crise dans le Golfe – La défaite de juin 2017 (1/3)

Illustration reprise du site saoudien Almowaten.net

C’est peut-être un hasard, en tout cas c’est un symbole fort : le 5 juin dernier, un demi-siècle très exactement après le traumatisme de ce que l’on appelle en Occident la Guerre des 6 jours, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont commencé à imposer au Qatar un blocus totalement asphyxiant pour le micro émirat, n’était son unique fenêtre de l’autre côté du Golfe, l’Iran. Dans cette partie du monde arabe qui n’a jamais craint de se vanter de sa stabilité au regard du climat volatil régnant partout ailleurs dans la région, on a même pensé un moment à une invasion militaire, une éventualité qui n’a pas eu lieu faute, probablement, d’un feu vert des USA ou encore en raison de l’opposition des Turcs qui, fort opportunément, bénéficient également au Qatar d’une base militaire. Il est vrai que l’avenir des Frères musulmans, soutenus par les Turcs et les Qataris, fait partie des véritables enjeux de ce bras de fer entre riches Arabes du Golfe, bien plus que les prétendues exigences des frères arabes pour que le Qatar renonce à sa politique d’encouragement au terrorisme, une accusation qui pèse en réalité sur bien d’autres États, proches voisins ou non.

Le 16 avril dernier, Al-Hayat, le quotidien saoudien de référence, tressait encore des éloges à la chaîne Al-Jazeera et à son programme « AJ+ » (Al-Jazeera Plus), uneou même françaui nte-forme de vidéos d’information, lancée en 2015 à destination de la jeunesse arabe. Deux mois plus tard, un tel article est devenu parfaitement inimaginable tellement les médias des pays concernés se sont enrôlés sans la moindre hésitation dans une guerre de propagande de très bas étage. Son auteur risquerait même de graves sanctions pénales suite aux nouvelles dispositions qui, tant en Arabie qu’aux Émirats, sanctionnent lourdement toute position susceptible de passer pour un soutien à Doha. À tel point que les supporters du F.C. Barcelone aux Émirats craignent aujourd’hui d’enfiler en public le maillot de leur équipe fétiche dont le principal sponsor est, comme on sait, la compagnie Qatar Airways !

La nouvelle a été officiellement démentie mais cela n’ôte rien au fait que les médias des pays concernés se livrent, toute honte bue, à une guerre de propagande assez médiocre. Dans la mesure où la création d’Al-Jazeera répondait, entre autres objectifs, au désir de se doter d’une sorte de bouclier médiatique contre d’éventuelles intrusions de la part de ses puissants voisins, il n’est pas étonnant qu’on assiste sur la scène médiatique « à la poursuite de la guerre par d’autres moyens » pour reprendre une formule qui a déjà beaucoup servi. Pour autant, il ne faut pas inverser les données et on ne saurait affirmer que le nœud de la crise réside précisément dans la volonté de mettre un terme au pouvoir de nuisance d’une chaîne qui n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était depuis qu’elle est devenue, de manière trop visible, un simple relais des interventions qataries dans l’espace arabe (plusieurs chroniques sur cette question sur ce blog, la dernière en date ici).

La chronologie d’un certain nombre d’événements n’en est pas moins instructive sur le fait que l’empire médiatique du Qatar – et non pas sa seule chaîne d’information – est aujourd’hui la cible privilégiée des attaques de ses voisins. Ainsi, quelques heures seulement après le début du blocus, l’Arabie saoudite ou même françafermait sur son territoire les bureaux d’Al-Jazeera. Celle-ci, trois jours plus tard, se plaignait d’« attaques informatiques répétées » contre ses sites et ses comptes sur les réseaux sociaux, une plainte qui est loin d’être anodine lorsqu’on se souvient que toute la crise a été déclenchée par un discours de l’émir du Qatar diffusé par la chaîne nationale qatarie (et non Al-Jazeera, qui est une société privée), propos officiellement démentis par la suite et mis sur le compte d’une cyber-attaque d’une « entité inconnue ».

Après les Saoudiens, Al-Jazeera a connu la même infortune avec les Émiriens, suivis par les Jordaniens, sans beaucoup d’enthousiasme. Pour les Égyptiens, il n’en était nul besoin puisque les bureaux de la chaîne qatarie, dans ce pays qui a vu, en 2011, la création d’Al-Jazeera Mubasher Egypt (Al-Jazeera Egypt Live), sont fermés depuis 2013, trois journalistes de la chaîne ayant par ailleurs été ou même françacondamnés à trois ans de prison ferme pour avoir travaillé « sans autorisation »). Plus surprenant, les Israéliens ont pris le train en marche (le 14 juin), certains de leurs dirigeants trouvant que ou même françale moment était bien trouvé pour priver les Palestiniens de cette voix que le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, avec ce sens des nuances qui le caractérise, comparait à la pire propagande nazie ou stalinienne (article en arabe). Pour toute réponse, le responsable du bureau d’Al-Jazeera en Palestine a rappelé que la chaîne qatarie était la seule à donner régulièrement la parole sur son antenne à des officiels israéliens. Mais précisément, en cette période où tout va très vite – à tel point que l’impétueux Muhammed Ben Salman est tout récemment devenu le dauphin officiel, après avoir évincé son oncle – cette manière de pactiser avec la puissance ennemie par excellence est désormais également l’apanage des Saoudiens. On a ainsi beaucoup commenté au Moyen-Orient l’interview, sans aucun doute donnée en toute connaissance de cause, par un expert saoudien, via Skype, à une chaîne israélienne. C’était le 7 juin, deux jours après le début de la crise…

Les malheurs d’Al-Jazeera ne s’arrêtent pas là puisque, deux jours plus tard, une directive officielle interdisait la diffusion de la célèbre chaîne d’information dans les hôtels d’Arabie saoudite et du Bahreïn. De leur côté, les Émiriens s’en prenaient à la chaîne sportive beIN dont les abonnements n’étaient plus disponibles à la vente pour le public local (une question sur laquelle je reviendrai dans le prochain billet). Enfin, entre autres péripéties du même genre, on signalait il y a quelques jours encore que le compte Twitter d’Al-Jazeera avait été mystérieusement suspendu. L’agence Associated Press, qu’on ne peut pas soupçonner d’être particulièrement hostile à l’Arabie saoudite, signalait malgré tout perfidement dans son papier qu’un des principaux actionnaires de la micro-messagerie est le célébrissime prince Al-Walid bin Talal (voir ce billet de décembre 2001).

Le tableau ne serait pas complet si l’on ne mentionnait pas un ultime élément qui concerne les employés d’Al-Jazeera de nationalité saoudienne, émirienne, égyptienne ou jordanienne… En principe, rien ne les oblige à quitter le Qatar qui, pour le moment du moins, n’a pas fait le choix de la réciprocité vis-à-vis des ressortissants originaires des pays qui ont rompu leurs relations. Mais dans la pratique, compte-tenu du boycott auquel participent les autorités de leur pays, la situation de ces résidents étrangers au Qatar est intenable. Un souci de plus pour la chaîne qatarie qui voit ainsi partir des professionnels, dans certains cas très célèbres, tel le présentnteur saoudien Ali al-Dhafiri (علي الظفيري). Tout en souhaitant bonne chance à ses anciens collègues avec lesquels il a travaillé treize années durant, celui-ci vient de démissionner « par obéissance à Dieu et aux dirigeants, que Dieu les garde » (طاعةً لله وولاة الأمر حفظهم الله), une formule qui peut laisser entendre bien des choses…

Manœuvres américano-saoudiennes dans la « guerre des récits » : Corbeaux noirs sur la MBC

Leveraging local voices in Arab media seems infinitely more promising than soliciting ideas to counter extremist narratives from middle-aged, white, mostly male studio executives… C. Schneider, ancienne ambassadeure et professeure de médias à la Georgetown University.

Pas moyen d’y échapper : avec le début de ramadan à la fin de cette semaine le monde arabe va commencer son grand festin télévisuel, avec 6 à 7 heures de téléphagie quotidienne en moyenne par personne selon les spécialistes. Pour les annonceurs comme pour les professionnels de l’audiovisuel, c’est la grande saison qui commence, en particulier pour le géant arabe, la MBC, le plus ancien groupe diffusant sur satellite, et le plus gros par son audience : 150 millions de téléspectateurs…

Cette année pourtant, la MBC sort des sentiers battus en diffusant, en plus de sa gamme classique de feuilletons généralement à l’eau de rose, un produit tout à fait exceptionnel. Ayant réclamé quelque 18 mois de travail, en particulier pour un long travail de documentation, Black Crows (غرابيب سود) est un docu-drama « basé sur des faits réels » qui réunit, comme c’est l’habitude pour les séries à gros budget, des talents venus de l’ensemble du monde arabe, aussi bien pour la production que du côté des acteurs et actrices en provenance d’Arabie saoudite, d’Égypte, du Liban, de Syrie, du Koweït et de Tunisie. En revanche, il est tout à fait exceptionnel que, pour le scénario, on ait fait venir à Dubaï, comme on le verra, une vingtaine de stars nord-américaines, venues épauler leurs confrères locaux. Encore plus étonnant, surtout pour la MBC, une chaîne – saoudienne – qui fait uniquement dans le divertissement religieusement correct, les 30 épisodes de Black Crows sont exclusivement consacrés à dénoncer, images fortes à l’appui, les exactions sanglantes de l’État islamique (alias Daech).

Il y a bien eu quelques précédents, avec des séries sur les fanatiques religieux, une spécialité syrienne à ma connaissance (voir ici, un billet d’avant les « événements » de 2011). Le plus souvent, esprit festif de ramadan oblige, sans doute, les dénonciations de Daech et consorts étaient faites sur le mode comique, et en particulier sur celui de la dérision. Sur MBC notamment, Al-Qasabi, un acteur saoudien très populaire avait consacré l’année dernière trois épisodes de Selfie, une série très suivie, à raconter le périple à la fois drôle et poignant d’un père (saoudien) en quête de son fils parti rejoindre les terroristes.

Pas la moindre trace d’humour dans Black Crows – ou alors involontaire, quand c’est vraiment trop mal joué, du moins au regard du goût occidental… Ce qu’on a pu voir des épisodes à venir se présente comme une accumulation de scènes toutes plus pathétiquement atroces les unes que les autres. Au contraire de toutes les habitudes télévisuelles festives du mois de ramadan, presque uniquement consacrées à la distraction légère, la MBC, pas du tout spécialisée sur ce créneau à la fois sérieux et politique, a donc l’intention d’infliger à son public 30 heures d’horreurs en tout genre avec, en vedette, des protagonistes féminines. Encore une particularité de ce nouveau feuilleton qui met essentiellement en scène, sans aucun fard, des femmes, victimes des extrémistes religieux de Daech, ou encore des enfants, embrigadés qu’on force à devenir des criminels.

Avec un tel programme, la MBC espère bien faire de l’audience, mais elle ne s’attend pas à faire beaucoup d’argent selon son directeur Ali Jaber (علي جابر) : It will bring eyeballs, it will bring buzz and ratings and reputation, but no money . Curieuse idée pour une chaîne privée et commerciale (même si c’est une affaire de famille, désormais possédée par le vice-vice-héritier du trône saoudien). C’est que l’heure est grave : il faut éduquer (la spécialité des femmes comme on le sait), rendre conscient du danger que représente un État islamique capable de continuer à s’étendre (MBC says that if Black Crows can help to educate, raise awareness and prevent the further spread of ISIL, then it will have done what it set out to do: affect change).

Et pour cette mission de salubrité publique, rien de mieux que ramadan. Certes, ce n’est pas la saison en principe pour ce genre de spectacle mais c’est cependant la mission des médias responsables et courageux… Il s’agit de faire voir la vérité, et donc les dangers de Daech, à tous les téléspectateurs bien entendu, mais surtout à ceux qui seraient susceptibles de tomber sous leur emprise : We want them to use their brains and realise how ugly and devastating terrorism and terror networks are. But more importantly, we want the sympathisers, the ones inclined to believe in ISIL and to adopt their doctrine, to tune in. They are the ones who need to see the truth. »

Comment ne pas applaudir des deux mains à cette courageuse initiative que lance cette chaîne privée saoudienne, prête à choquer son public, quelles que soient les menaces, et même si cet appel à la raison doit peser sur ses finances, faute de public peut-être mais davantage aussi d’annonceurs, peu enclins à diffuser leurs spots au milieu de ce flux de crimes abominables ???!!!

On peut malgré tout (se) poser quelques questions, notamment en remarquant que la promotion du feuilleton a été faite d’abord en langues occidentales – comme ou même fran noreferrer">s’en vante la MBC d’ailleurs – avant d’être reprise, sans excès par ailleurs, dans les médias arabophones. Parmi ceux qui se sont intéressés à ce feuilleton qu’on ne connaît encore que par quelques extraits (sous-titrés en anglais, ce qui est loin d’être fréquent), on trouve sans doute le site russe RT, mais au moins il est critique et se pose des questions sur ce partenariat saoudo-américain.

Avant d’aborder ce dernier point, commençons par le titre de la série partout présentée comme Black Crows (Corbeaux noirs). Un titre qui évoque bien le sujet en anglais – les corbeaux noirs faisant immanquablement penser en français aux Corbeaux d’Alep, un récit que publia naguère avec succès Marie Seurat… Sauf que le titre, très parlant pour un public occidental, ne fonctionne pas aussi clairement en arabe. Gharabîb sûd (غرابيب سود) est en effet une expression qu’on peut traduire, littéralement par « corbeaux noirs » mais pour un locuteur arabe, c’est d’abord et avant tout une citation coranique (sourate 35, verset 29) qu’on traduit en principe par quelque chose comme « des pierres extrêmement noires ». Si l’on veut toucher les croyants, ce n’est peut-être pas une très bonne idée que de prendre comme titre un verset coranique pour en « ignorer » le sens originel…

Pour faire un tel choix, il faut venir d’une autre planète à mon avis, en l’occurrence la planète Hollywood. En effet, dans un article très éclairant publié par la revue Foreign Policy plus d’un mois avant la véritable promotion du feuilleton, on apprend qu’il s’agit d’un partenariat, très officiel, entre les pro-USA de l’officieuse chaîne saoudienne MBC et différents pros des médias aux USA recrutés par les officiels locaux. Ali Jaber, le directeur de la MBC, s’est ainsi rendu à Washington pour évoquer ses projets avec les responsables de la coalition contre Daech (il y a d’ailleurs évoqué le précédent de Selfie sur sa chaîne, l’année dernière). On découvre également – ce qui ne se dit guère ailleurs – que Black Crows répond à un projet bien précis, celui de contrer les récits développés par Daech et ses émules, en particulier à travers ses vidéos sur internet, grâce à la mise en circulation à grande échelle de contre-récits, qu’on espère aussi percutants : Fighting extremist narratives with compelling stories that embed what the Islamic State opposes — tolerance, plurality, meritocratic systems, participative democracy, human rights — and that expose the group’s hypocrisy and inhumanity is a much more effective strategy.

Comme l’explique ailleurs Ali Jaber, le patron de la MBC, Daech, c’est une idée mais aussi un récit, et la seule façon de le combattre c’est d’en produire un autre, meilleur, plus convaincant, plus progressiste : ou même fran noreferrer">ISIS is not only a fighting militia, ISIS is an idea and a narrative, and the only way to fight an idea and a narrative is to create another idea and another narrative that is better, more compelling and more progressive.

L’expérience finissant par instruire, on a compris (aux USA) qu’au lieu de faire faire le travail par de braves Occidentaux pas forcément au fait des subtilités locales, il valait mieux s’appuyer sur des relais locaux (la MBC en l’occurrence) : Leveraging local voices in Arab media seems infinitely more promising than soliciting ideas to counter extremist narratives from middle-aged, white, mostly male studio executives. Une vingtaine de stars nord-américaines de l’écriture télévisuelle se sont donc rendues à Dubaï pour encadrer les professionnels locaux, manifestement très fiers de voir s’ouvrir pour eux les portes de Hollywood, au nom du combat contre un extrémisme dont les mauvaises esprits, et quelques sources officielles aux USA, considèrent pourtant qu’il a été en bonne partie attisé, c’est le moins qu’on puisse dire, par des acteurs locaux, à commencer en Arabie saoudite. For the first time, we sensed that the heart of Hollywood was opening up to the Arab world; for the first time, Arabs and the U.S. have an enemy in common in ISIS, s’enthousiasme ainsi Ali Jaber, toujours dans Foreign Policy.

On verra dans quelques jours si l’expérience est concluante et si le « récit » touche les cœurs de sa cible avec le début du ramadan… On peut malgré tout douter que quelques minutes d’images fortes soient suffisantes pour effacer des années de complaisance, en Arabie saoudite comme chez ses soutiens et alliés, vis-à-vis des pires méthodes d’endoctrinement religieux.


(Pour la voir avec des sous-titres anglais, suivre ce lien)

Hommage au Safir : « Notre époque est révolue, il est temps de partir. »

Ultime "une" du Al-Safir.
Ultime « une » du Al-Safir.

D’assez nombreux commentaires ont accompagné la fin du quotidien libanais Al-Safir, fin effective avec le passage à la nouvelle année. Mais il me semble qu’il reste encore des choses à dire, au-delà des regrets réels pour bien des lecteurs fidèles (auxquels j’appartiens, ou plutôt j’appartenais), mais aussi des larmes de crocrodile un peu trop faciles chez beaucoup d’autres.

Nombre d’articles – >Le Monde par exemple – observent que cette crise est celle de la presse écrite, partout dans le monde, et particulièrement au Liban. De fait, les salariés du Al-Nahar attendent leur salaire depuis plus de 15 mois et il y a fort à craindre que le mois qu’ils ont touché à l’occasion des fêtes de fin d’année soit aux yeux des très libéraux propriétaires de l’entreprise, la famille Tuéni, un quitus pour tout ce que la loi devrait pourtant les contraindre à payer. Quant aux employés de Al-Mustaqbal, dans ce qui fut naguère l’empire médiatique de la famille Hariri, leur sort, eux qui sont sans salaire depuis dix mois paraît-il, ne devrait pas être plus enviable. Pour ne rien dire des journalistes d’Al-Balad, un quotidien menacé également, ou encore de ceux du Daily Star, sans salaire depuis trois mois et qui ont de bonnes raisons d’être inquiets pour leur avenir. Reconnaissons donc au moins au patron (de gauche) du Safir le mérite de mieux traiter ses 120 collaborateurs plus dignement que ses collègues puisque les journalistes mis à pied toucheront apparemment les indemnités prévues par la loi.

La crise de la presse écrite est mondiale, elle est donc libanaise aussi. Plus largement, elle est arabe : la mort du quotidien jordanien Al-Majd a devancé de quelques jours celle du Safir ; en Égypte, la crise se fait sentir notamment à traves la hausse des coûts d’impression qui étrangle les rares titres encore indépendants tandis que le pouvoir renforce sa mainmise sur le paysage médiatique. En Algérie, Reporters sans frontières souligne dans un rapport récent « l’étranglement économique des titres indépendants et l’émergence de fonds occultes finançant les médias ». Si on ajoute les problèmes récurrents de censure, au Soudan par exemple où cinq quotidiens indépendants ont récemment vu leur édition saisie parce qu’ils couvraient les mouvements de protestations dans le pays, la crise est partout. Y compris, et c’est peut-être l’élément le plus important, là où on l’ignorait superbement il y a peu encore, à savoir dans les pays du Golfe : dans le contexte d’une crise qui touche tout le secteur des médias (voir ce précédent billet), même Al-Hayat, le « fleuron » des quotidiens arabes financés par l’Arabie, n’est pas certain de son avenir à relativement court terme.

Par conséquent, on a raison de dire que les quotidiens arabes traversent une crise économique, mais à condition de préciser que les vrais ressorts de cette crise sont à rechercher du côté des traditionnels « soutiens ». On sait, documents à l’appui, que la presse libanaise et égyptienne – pour s’en tenir à ces deux pôles médiatiques – est financée depuis plus d’un demi-siècle par l’argent saoudien, et plus largement par les pays du Golfe. Le problème actuel, qui apparaît bien peu dans les lamentations bien intentionnées sur l’appauvrissement du paysage médiatique arabe, c’est juste que les « parrains », aujourd’hui, ne veulent plus ou ne peuvent plus payer. Il faut tout de même le rappeler : la « pluralité » a toujours été le cadet de leurs soucis, leur ambition, comme celle de leurs adversaires du reste, étant seulement de payer des gens pour qu’ils écrivent ce qu’ils souhaitaient.

D’ailleurs, lorsqu’ils évoquent la crise des quotidiens libanais, les commentaires s’intéressent assez peu aux destinées du plus récent d’entre eux, à savoir Al-Akhbar, créé en pleine guerre israélienne contre le Hezbollah en août 2006 (par le regretté Joseph Samaha, un ancien du Safir). Qu’on l’apprécie ou non, et même s’il n’échappe pas à ses lecteurs fidèles qu’il n’est plus aussi « flambant » qu’à ses débuts, il reste qu’Al-Akhbar continue sur sa lancée – jusqu’à preuve du contraire car la pause des fêtes de fin d’année a l’air bien longue… Ce journal, « proche du Hezbollah » comme on le rappelle à chaque fois (ainsi que pour le Safir, ce qui me paraît encore plus discutable dans ce dernier cas), est aussi celui qui, sans conteste possible, fait preuve de la plus grande audace et de la plus grande ouverture d’esprit dans la région, avec des prises de position étonnamment courageuses en particulier sur les questions de société, du droit des femmes, des minorités sexuelles, etc. On ne peut manquer d’interpréter la « résistance » d’Al-Akhbar à l’aune des actuels rapports géopolitiques de la région : alors que les organes qui soutiennent l’axe saoudo-quelque chose… sont sur le repli, et même en faillite, abandonnés qu’ils sont par leurs soutiens financiers, les quelques titres qui parlent pour l’autre camp, Al-Akhbar en tête, bénéficient, eux, d’appuis qui, visiblement, ne les lâchent pas.

« La patrie sans le Safir » – ce qui peut se lire aussi « La patrie sans son ambassadeur » – titrait la dernière édition du quotidien libanais, avec un dessin qui rappelait ses grandes heures passées, au temps du caricaturiste palestinien Naji Ali (ناجى العلى souvent évoqué dans CPA, notamment ici). La patrie en question, bien entendu, c’est la Nation arabe. De fait, après l’achat en juillet 2013, par le Qatar, du quotidien arabophone de Londres, Al-Quds al-‘arabi (« Jérusalem arabe », voir ce billet), la fermeture du Safir scelle encore un peu le repli, pour ne pas dire la défaite, de l’arabisme. Tout juste un siècle après la première tentative d’établissement d’un État unitaire avec la « Grande révolte arabe » de 1916, on pourrait écrire, en jouant sur les mots, qu’il ne reste plus guère de tribune médiatique pour défendre le projet arabe, porteur, tout au long du XXe siècle, des espoirs d’une grande partie des peuples de la région.

C’est sans aucun doute de ce point de vue qu’il faut regarder l’hommage, sous forme de vidéo, mis en ligne par le Safir au moment de sa disparition. Sur fond de rumeur de la ville, on y voit le fondateur et rédacteur en chef du titre, Talal Salman (طلال سلمان) achever sa (dernière) journée de travail. Dans une pièce ornée d’œuvres contemporaines (dont, bien entendu, plusieurs dessins de Naji Ali), il recapuchonne (d’une main tremblante) son stylo et se lève de son fauteuil directorial en éteignant la lampe de son bureau. Puis, tandis qu’on entend en arrière-plan le son d’un rotative qui s’arrête progressivement, il ramasse sur un canapé cette écharpe qui est presque un uniforme pour les intellectuels progressistes arabes (!) et sort définitivement (l’immeuble a déjà été vendu) d’une pièce plongée dans les ténèbres. Mais la caméra nous fait revenir sur nos pas : sur le bureau, la lampe de travail se remet à clignoter pour s’éclairer à nouveau tandis que résonne quelques mesures d’une chanson de Sayyid Darwish, le classique (égyptien) des classiques de la chanson nationaliste arabe (voir ce billet  : mon dieu, dix ans déjà!) :

أهو ده اللي صار

وا دي اللي كان

مَالكشِ حق

تلوم عليا

Voici ce qui est arrivé / voilà ce qu’il en est /
Et de quel droit / vous nous faites des reproches ?

Malgré ces dernières paroles, on ne peut manquer de sourire, avec un peu d’amertume, devant la lourdeur des symboles et la grandiloquence du ton, d’une autre époque, assurément. Si le Safir est tombé, c’est, aussi, parce que son fondateur (voir ce portrait publié en 2013) s’est enfermé, comme bien d’autres de ses meilleurs confrères, dans un exercice solitaire des responsabilités, déconnecté des réalités des générations actuelles (même si Al-Safir, et c’est tout à son honneur, fut parmi les premiers quotidiens arabes à oser le passage sur internet). À l’image de la vidéo qui le met en scène, Talal Salman se vit comme l’incarnation d’un journal, d’une idée, d’une institution. Âgé de 77 ans, il quitte la scène, sur le constat d’un échec et probablement sans grand espoir pour l’avenir, et sans illusions pour les idées qu’il a défendues (en dépit de la lumière qui se remet à briller, comme par magie, tandis qu’apparaît le logo du quotidien, un oiseau en vol, qui surmonte la devise « En route »).

Un intéressant entretien publié par L’Orient-Le Jour, permet à Talal Salman de mettre quelques mots sur cette longue séquence sans paroles : « Au Safir, nous avons longtemps brandi le slogan de l’arabité et avons défendu l’unité dans cette région et prôné la nécessité des réformes, convaincus que les peuples partagent ici les mêmes soucis et des problématiques similaires. Le spectacle de désolation dont on témoigne aujourd’hui est la preuve d’un échec cuisant à ce niveau. » Un constat que reprend à sa manière Abdel-Bari Atwan, cette autre grande figure (à peine plus jeune car il est né en 1950) de la presse nationaliste arabe, lui aussi confronté à la même impasse professionnelle… et au passage du temps  :

محنة “السفير” لا تعود الى اسباب تجارية اقتصادية، وانما لانها ايضا صاحبة موقف مختلف، وسياسة عنيدة في رفض محاولات تدمير هذه الامة، ونزع كرامتها، وتغيير هويتها، وتفتيت وحدتيها الديمغرافية والجغرافية، وبذر بذور الفتنة الطائفية للاجهاز على ما تبقى لها من طموحات في نهضة عربية شاملة

« L’épreuve du Safir n’est pas due aux seules circonstances économiques ou commerciales mais, aussi, au fait qu’il défendait un point de vue différent, et une ligne politique qui s’entêtait à refuser les multiples tentatives pour détruire la nation et lui ôter sa dignité, modifier son identité, émietter son unité démographique et géographique, y faire pousser les graines de de la discorde confessionnelle, afin de faire avorter les derniers espoirs d’un renaissance arabe complète. »

Ce premier éditorial de la nouvelle année pour Ray al-yom (qui n’existe que sur internet), s’ouvre sur un titre qui se lit comme un écho de la vidéo d’adieu du Safir : « Ami, notre époque est révolue, il est temps de partir » (يا صديقي انتهى زمننا.. وحانت ساعة الرحيل).

Demain mercredi, Al-Safir fait paraître une ultime édition papier, en hommage à ses 43 années d’existence. En partie victime du tournant numérique des médias, Talal Salman n’en a pas moins un compte Twitter sur lequel il sera peut-être encore plus actif qu’auparavant.

La barrière de la langue entre The Independent et Al-Ahram

L'article de Noha El-Sharnouby "dénoncé" par Metro (http://metro.co.uk/)
L’article de Noha El-Sharnouby « dénoncé » par Metro (http://metro.co.uk/)

Régulièrement dénoncé par l’universitaire et blogueur Asad AbuKhalil (ici par exemple), MEMRI (The Middle East Research Institute comme il se nomme pompeusement) continue à distiller son venin depuis bientôt vingt ans. À force de traductions adroitement biaisées, ou même carrément tronquées, et surtout en opérant un choix parfaitement tendancieux dans les nouvelles qu’il sélectionne, MEMRI contribue à façonner l’image du monde arabe dans les médias, pas seulement anglophones, car ses articles sont largement relayés par des journalistes, ignorants ou complaisants.

Il m’est déjà arrivé de mentionner au passage (ici) tout le mal que je pensais de ce prétendu site « académique », mais sans m’y arrêter vraiment dans la mesure où je préfère, dans ces chroniques, me consacrer à ce qui se raconte dans les médias du monde arabe. Pour autant, il me semblait important d’alerter ceux qui, de bonne foi, cherchent à s’informer sur ce qui se publie en arabe et utilisent, éventuellement sans malice, les traductions si gracieusement offertes par la sélection du MEMRI. L’article que vient de publier Nour Abu Farraj (نور أبو فراج) dans le Safir me permet de le faire, sans déroger à la ligne éditoriale de CPA. La traduction que je donne ci-dessous permettra aux lecteurs francophones de découvrir comment un journaliste arabe analyse cette « revue de presse » à l’intention du public occidental. Un article que MEMRI, justement, n’est pas près de traduire !

La barrière de la langue entre The Independent et Al-Ahram.

Un gouffre sépare l’opinion publique occidentale de ce qui s’écrit et se publie dans la presse et les médias arabes. La langue est un sérieux obstacle, en plus de l’absence d’intérêt de beaucoup d’Occidentaux, en raison d’un sentiment de « supériorité culturelle », par rapport à ce que diffusent les tribunes du Tiers-Monde. C’est une bonne raison pour s’étonner de l’attention portée par The Independent, puis The Telegraph et The Guardian, et d’autres encore, à un article écrit par la journaliste égyptienne Noha El-Sharnouby dans le quotidien Al-Ahram le 23 août 2016, à la rubrique « Opinions libres » et sous le titre « Est-ce qu’on nous trompe à ce point-là ? »

Le texte commence par le récit de ce qui est arrivé à un enfant musulman d’une école de New York, qu’on a obligé à avouer qu’il était un terroriste. S’indignant qu’on associe de la sorte islam et terrorisme, Noha El-Sharnouby revient sur la version nord-américaine des événements du 11 septembre, sur l’identité de leurs auteurs et sur l’entraînement qu’ils ont reçu dans une école de pilotage aux USA. Elle reprend également des arguments bien souvent évoqués sur le laps de temps qui s’est écoulé entre les explosions, ou encore sur les déplacements des avions dans l’espace aérien américain en dépit de la sophistication des systèmes de sécurité. De but en blanc, elle parle ensuite du nombre de volontaires étrangers au sein de Daech pour tenter de prouver, sans beaucoup de rigueur, qu’il s’agit d’une organisation fabriquée par l’Occident. « N’est-il pas étonnant, écrit-elle ainsi, que les membres de Daech fassent tous la même taille, qu’ils aient tous le visage aussi pâle et qu’ils aient tous à leur bras les mêmes montres de luxe ? »

The Independent a été le premier à s’intéresser à ce texte d‘Al-Ahram, en publiant un article sous le titre : « Les médias égyptiens officiels affirment que Daech est une fabrication de l’Occident et que les événements du 11 septembre ont été perpétrés par l’Occident pour justifier la guerre contre le terrorisme ». Sans livrer la moindre analyse, l’article se contente de traduire des passages du texte d’El-Sharbouny, accompagné de commentaires du type : l’auteure affirme, l’auteure met en doute, etc. Il se conclut sur le rappel du recul de la démocratie et du droit à l’expression en Égypte selon les rapports de l’organisation Reporters sans frontières. À grands coups de couper-coller, d’autres médias se sont empressés de reprendre, sans la moindre modification, la traduction du texte d’El-Sharnouby. La version publiée par The Independent continue à circuler aujourd’hui encore comme un témoignage de ce qui se publie dans la presse égyptienne.

Inutile de s’attarder sur les noms des médias américains et occidentaux qui ont repris l’article car The Independent et The Guardian, quelles que soient leurs qualités, n’ont fait en l’occurrence qu’utiliser et diffuser une marchandise fabriquée ailleurs. En effet, c’est le MEMRI (l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient) qui est vraiment à l’origine de l’affaire en traduisant un article vendu à travers un réseaux de grands journaux, sans se donner la peine d’enquêter sur son auteure, sur sa réputation et son expérience au sein d’une profession qui possède une longue histoire de journalistes de qualité qui auraient mérité qu’on s’intéresse à ce qu’ils avaient écrit et qu’on le traduise. Compte-tenu du nombre de ceux qui ne connaissent pas l’arabe dans le monde, une organisation telle que MEMRI joue un rôle central dans le choix de ce que l’on doit connaître en Occident des médias moyen-orientaux. Elle joue le rôle bien connu du crible, du contrôleur qui décide de ce que l’on laissera passer à l’intention des millions de lecteurs qui ne connaissent pas l’arabe.

Il suffit d’un seul coup d’œil sur la page d’accueil du MEMRI pour comprendre la stratégie qui préside à ses choix de « traduction et de publication ». Fondé en 1998 « pour enrichir la discussion sur les politiques des USA au Moyen-Orient », il publie les discours des religieux musulmans les plus extrémistes qu’on entend sur les chaînes télévisées radicales. Tout en prétendant offrir une image des « médias du Moyen-Orient », il traite en priorité des questions de terrorisme, de tout ce qui attise l’extrémisme et les confrontations sanglantes.

Le vrai problème dans cette affaire, c’est que la théorie qui met en avant la responsabilité politique des USA dans les événements du 11 septembre ainsi que le rôle de l’Occident dans la création de Daech se fonde sur un certain nombre d’arguments et de faits qui méritent discussion, en Occident comme dans le monde arabe, chose qui s’est d’ailleurs produite dans un film aussi célèbre que celui du réalisateur américain Michael Moore, Farenheit 9/11. Pour ne rien dire des dizaines d’études et de livres publiés partout dans le monde par des analystes politiques et des penseurs qui apportent des éléments convaincants sur les gains politiques et économiques pour l’Occident de sa guerre contre le terrorisme. On peine à comprendre par conséquent cet intérêt tardif pour cet article de Noha El-Sharnouby, d’autant plus qu’il est ni brillant, ni profond dans ses analyses. Il s’agit plutôt d’un aimable bavardage qui passe d’un sujet à un autre, lançant des accusations à la légère sous prétexte de défendre l’islam, voire Daech. Mais c’est précisément ce qui convient aux médias occidentaux : ils montrent ainsi que les arguments qui accusent l’Occident d’avoir nourri le terrorisme ne sont que des fables qui ne méritent pas un examen sérieux.

 

Menaces sur les journalistes arabes, même bien en cour…

L'empire médiatique du prince Mohammed ben Salmane Al Saoud (source : http://thenewkhalij.org/node/44579).
L’empire médiatique du prince Mohammed ben Salmane Al Saoud (source : http://thenewkhalij.org/node/44579).

On a beaucoup vilipendé Gamal Abdel Nasser, horrible tyran qui avait réussi à museler totalement la presse égyptienne dans les années 1960… Bien du temps a passé mais on ne peut pas dire que les choses se soient arrangées. La justice du maréchal Sissi vient de réussir une première : pour la première fois depuis les 75 années d’existence du syndicat des journalistes, les tribunaux viennent de condamner à deux années de prison le président et le vice-président du Syndicat des journalistes, coupables d’avoir recueilli dans les locaux de leur organisation deux personnes recherchées par la loi. Un classique pourtant, selon cet article du Al-Safir, selon lequel la manœuvre a été exécutée à maintes reprises de par le passé, pour ouvrir la voie à des négociations et à des poursuites moins sévères. Sauf que, en avril dernier, les policiers ne sont pas restés à la porte et ont investi brutalement les lieux (une affaire que j’avais rapidement évoquée ici).

La condamnation des deux syndicalistes (en plus des deux journalistes pourchassés, bien entendu) a produit d’autant plus d’effet que personne ne s’attendait à un verdict aussi sévère. Et comme les autorités sont en train d’autoriser les imprimeries spécialisées du secteur public à augmenter leurs tarifs, bien des journaux vont inévitablement se retrouver étranglés financièrement. Ne survivront plus que ceux qui peuvent s’appuyer sur quelques généreux mécènes, tel « l’homme du fer », Ahmed Abou Hashima (voir ce billet), un ami du régime bien entendu…

En principe (mais les choses peuvent changer comme on le verra), les Saoudiens n’ont pas de problème avec les médias. Leur méthode, qui n’est pas pour rien dans la médiocrité de l’information dans la région, consiste à financer les professionnels pour leur faire écrire ce qui convient. Des documents montrent, sans l’ombre d’un doute, que ce petit jeu a commencé, au moins, dans les années 1950 au Liban. Grâce au site Wikileaks, on sait maintenant que ces largesses n’ont jamais cessé, et qu’elles n’ont oublié aucun pays. En Égypte comme on l’apprend dans cet article (en anglais), même une institution aussi vénérable que Al-Hilal, fondée par Jurji Zaydan dans les années 1880, a pris l’habitude de faire passer de petits courriers pour demander le paiement d’articles publiés à la gloire du Royaume…

La nouveauté, malgré tout, c’est que plusieurs affaires récentes mettent en évidence le fait que l’instabilité profonde dans la région finit par troubler les meilleurs « professionnels », en tout cas ceux dont la brillante carrière donne à penser qu’ils n’ont plus rien à apprendre sur l’art de flatter sans prendre de risques inutiles. Le 20 novembre dernier, le quotidien (qui n’a plus rien de) respectable Al-Sharq al-Awsat (un des premiers à avoir été fondé à l’époque des débuts de la presse arabophone transnationale à la fin des années 1970) a ainsi publié un article qui, s’appuyant sur un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, dénonçait l’effrayante vague de grossesses illégitimes résultant de l’affluence populaire lors du pèlerinage de Kerbéla. Bien entendu, cette « nouvelle » n’était qu’un épisode supplémentaire d’une campagne incessante depuis des mois, voire des années, visant à en rajouter des tonnes dans le dossier déjà bien chargé des tensions confessionnelles. Sous couvert d’une autorité internationale, l’OMS, il s’agissait de faire comprendre aux lecteurs (sunnites) que les commémorations religieuses chiites (plusieurs millions pour Kerbéla) n’étaient que prétexte à l’organisation d’un gigantesque lupanar…. Seul problème, l’OMS a démenti avoir jamais publié la moindre étude à ce sujet et, aussi vite qu’il a pu, le quotidien a supprimé la nouvelle de son site oubliant que l’édition écrite, elle, ne disparaîtrait pas aussi facilement. Devant l’ampleur des protestations – quelques millions de pèlerins musulmans traités de touristes sexuels, tout de même ! – le « responsable », correspondant du Sharq al-Awsat en Irak, a été remercié. Étonnamment, la même sanction a également été prise quelques jours plus tard à l’encontre du rédacteur-en-chef, Salman Aldosary (سلمان الدوسري). On peut trouver la sanction bien sévère pour un homme qui, à la tête de ce journal, a servi fidèlement les intérêts du Royaume pendant plus de treize années… Il devrait trouver à se recaser (la chaîne Al-Arabiyya ?) et, en attendant, on a mis à sa place un autre incontournable des médias arabophones financés par l’Arabie saoudite, le Libanais Charbel Dagher. (Ce qui suscite, d’ailleurs, beaucoup d’inquiétude pour le destin d’Al-Hayat, autre fleuron terriblement déficitaire de la presse arabophone transnationale, relancé par l’Arabie saoudite à peu près à la même époque que Al-Sharq al-Awsat…)

La même mésaventure est arrivée à Jaber al-Hermi (جابر الحرمي) autre vétéran de la presse du Golfe et patron du quotidien Al-Sharq, le plus grand quotidien au Qatar (tout est relatif vu la taille du pays). En dépit d’une décennie de bons et loyaux services, il a suffi d’un Tweet malheureux pour précipiter sa chute. Al-Hermi a voulu féliciter son émir qui venait d’augmenter les fonctionnaires du pays, sans se rendre compte que cet éloge pouvait passer pour une critique des frères saoudiens qui, eux, prônent l’austérité.

Il faut dire qu’en ces temps troublés, personne ne semble devoir être épargné, pas même un Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي ), un homme qui a passé des années de service(s) auprès des puissants du Royaume, depuis le prince Turki al-Faisal quand il était ambassadeur aux USA jusqu’au prince Waleed bin Talal (le temps d’une très éphémère chaîne de télévision bêtement implantée à Manama). N’ayant que sa conscience pour guide, sans doute, ce grand professionnel a continué à critiquer Trump, comme le faisait toute la pressse arabe du Golfe depuis des mois, sans tenir compte du fait que le candidat était devenu président et que les médias du Royaume avaient opéré un virage à 180° degrés… Du coup, cet homme qui fait la pluie et le beau temps dans les médias du Golfe depuis au moins deux ou trois décennies n’a plus le droit d’écrire la moindre ligne, ni d’apparaître sur aucun plateau télé. Même son compte Twitter, dont il usait assez frénétiquement, est resté inactif depuis le 18 novembre.

La congruence de ces trois chutes retentissantes interpelle : pour que des professionnels aussi chevronnés, et même, disons-le, pour que des courtisans à l’échine aussi souple, fassent de tels faux-pas, c’est bien le signe qu’un grand désordre règne dans la région…