Hommage au Safir : « Notre époque est révolue, il est temps de partir. »

Ultime "une" du Al-Safir.
Ultime « une » du Al-Safir.

D’assez nombreux commentaires ont accompagné la fin du quotidien libanais Al-Safir, fin effective avec le passage à la nouvelle année. Mais il me semble qu’il reste encore des choses à dire, au-delà des regrets réels pour bien des lecteurs fidèles (auxquels j’appartiens, ou plutôt j’appartenais), mais aussi des larmes de crocrodile un peu trop faciles chez beaucoup d’autres.

Nombre d’articles – Le Monde par exemple – observent que cette crise est celle de la presse écrite, partout dans le monde, et particulièrement au Liban. De fait, les salariés du Al-Nahar attendent leur salaire depuis plus de 15 mois et il y a fort à craindre que le mois qu’ils ont touché à l’occasion des fêtes de fin d’année soit aux yeux des très libéraux propriétaires de l’entreprise, la famille Tuéni, un quitus pour tout ce que la loi devrait pourtant les contraindre à payer. Quant aux employés de Al-Mustaqbal, dans ce qui fut naguère l’empire médiatique de la famille Hariri, leur sort, eux qui sont sans salaire depuis dix mois paraît-il, ne devrait pas être plus enviable. Pour ne rien dire des journalistes d’Al-Balad, un quotidien menacé également, ou encore de ceux du Daily Star, sans salaire depuis trois mois et qui ont de bonnes raisons d’être inquiets pour leur avenir. Reconnaissons donc au moins au patron (de gauche) du Safir le mérite de mieux traiter ses 120 collaborateurs plus dignement que ses collègues puisque les journalistes mis à pied toucheront apparemment les indemnités prévues par la loi.

La crise de la presse écrite est mondiale, elle est donc libanaise aussi. Plus largement, elle est arabe : la mort du quotidien jordanien Al-Majd a devancé de quelques jours celle du Safir ; en Égypte, la crise se fait sentir notamment à traves la hausse des coûts d’impression qui étrangle les rares titres encore indépendants tandis que le pouvoir renforce sa mainmise sur le paysage médiatique. En Algérie, Reporters sans frontières souligne dans un rapport récent « l’étranglement économique des titres indépendants et l’émergence de fonds occultes finançant les médias ». Si on ajoute les problèmes récurrents de censure, au Soudan par exemple où cinq quotidiens indépendants ont récemment vu leur édition saisie parce qu’ils couvraient les mouvements de protestations dans le pays, la crise est partout. Y compris, et c’est peut-être l’élément le plus important, là où on l’ignorait superbement il y a peu encore, à savoir dans les pays du Golfe : dans le contexte d’une crise qui touche tout le secteur des médias (voir ce précédent billet), même Al-Hayat, le « fleuron » des quotidiens arabes financés par l’Arabie, n’est pas certain de son avenir à relativement court terme.

Par conséquent, on a raison de dire que les quotidiens arabes traversent une crise économique, mais à condition de préciser que les vrais ressorts de cette crise sont à rechercher du côté des traditionnels « soutiens ». On sait, documents à l’appui, que la presse libanaise et égyptienne – pour s’en tenir à ces deux pôles médiatiques – est financée depuis plus d’un demi-siècle par l’argent saoudien, et plus largement par les pays du Golfe. Le problème actuel, qui apparaît bien peu dans les lamentations bien intentionnées sur l’appauvrissement du paysage médiatique arabe, c’est juste que les « parrains », aujourd’hui, ne veulent plus ou ne peuvent plus payer. Il faut tout de même le rappeler : la « pluralité » a toujours été le cadet de leurs soucis, leur ambition, comme celle de leurs adversaires du reste, étant seulement de payer des gens pour qu’ils écrivent ce qu’ils souhaitaient.

D’ailleurs, lorsqu’ils évoquent la crise des quotidiens libanais, les commentaires s’intéressent assez peu aux destinées du plus récent d’entre eux, à savoir Al-Akhbar, créé en pleine guerre israélienne contre le Hezbollah en août 2006 (par le regretté Joseph Samaha, un ancien du Safir). Qu’on l’apprécie ou non, et même s’il n’échappe pas à ses lecteurs fidèles qu’il n’est plus aussi « flambant » qu’à ses débuts, il reste qu’Al-Akhbar continue sur sa lancée – jusqu’à preuve du contraire car la pause des fêtes de fin d’année a l’air bien longue… Ce journal, « proche du Hezbollah » comme on le rappelle à chaque fois (ainsi que pour le Safir, ce qui me paraît encore plus discutable dans ce dernier cas), est aussi celui qui, sans conteste possible, fait preuve de la plus grande audace et de la plus grande ouverture d’esprit dans la région, avec des prises de position étonnamment courageuses en particulier sur les questions de société, du droit des femmes, des minorités sexuelles, etc. On ne peut manquer d’interpréter la « résistance » d’Al-Akhbar à l’aune des actuels rapports géopolitiques de la région : alors que les organes qui soutiennent l’axe saoudo-quelque chose… sont sur le repli, et même en faillite, abandonnés qu’ils sont par leurs soutiens financiers, les quelques titres qui parlent pour l’autre camp, Al-Akhbar en tête, bénéficient, eux, d’appuis qui, visiblement, ne les lâchent pas.

« La patrie sans le Safir » – ce qui peut se lire aussi « La patrie sans son ambassadeur » – titrait la dernière édition du quotidien libanais, avec un dessin qui rappelait ses grandes heures passées, au temps du caricaturiste palestinien Naji Ali (ناجى العلى souvent évoqué dans CPA, notamment ici). La patrie en question, bien entendu, c’est la Nation arabe. De fait, après l’achat en juillet 2013, par le Qatar, du quotidien arabophone de Londres, Al-Quds al-‘arabi (« Jérusalem arabe », voir ce billet), la fermeture du Safir scelle encore un peu le repli, pour ne pas dire la défaite, de l’arabisme. Tout juste un siècle après la première tentative d’établissement d’un État unitaire avec la « Grande révolte arabe » de 1916, on pourrait écrire, en jouant sur les mots, qu’il ne reste plus guère de tribune médiatique pour défendre le projet arabe, porteur, tout au long du XXe siècle, des espoirs d’une grande partie des peuples de la région.

C’est sans aucun doute de ce point de vue qu’il faut regarder l’hommage, sous forme de vidéo, mis en ligne par le Safir au moment de sa disparition. Sur fond de rumeur de la ville, on y voit le fondateur et rédacteur en chef du titre, Talal Salman (طلال سلمان) achever sa (dernière) journée de travail. Dans une pièce ornée d’œuvres contemporaines (dont, bien entendu, plusieurs dessins de Naji Ali), il recapuchonne (d’une main tremblante) son stylo et se lève de son fauteuil directorial en éteignant la lampe de son bureau. Puis, tandis qu’on entend en arrière-plan le son d’un rotative qui s’arrête progressivement, il ramasse sur un canapé cette écharpe qui est presque un uniforme pour les intellectuels progressistes arabes (!) et sort définitivement (l’immeuble a déjà été vendu) d’une pièce plongée dans les ténèbres. Mais la caméra nous fait revenir sur nos pas : sur le bureau, la lampe de travail se remet à clignoter pour s’éclairer à nouveau tandis que résonne quelques mesures d’une chanson de Sayyid Darwish, le classique (égyptien) des classiques de la chanson nationaliste arabe (voir ce billet  : mon dieu, dix ans déjà!) :

أهو ده اللي صار

وا دي اللي كان

مَالكشِ حق

تلوم عليا

Voici ce qui est arrivé / voilà ce qu’il en est /
Et de quel droit / vous nous faites des reproches ?

Malgré ces dernières paroles, on ne peut manquer de sourire, avec un peu d’amertume, devant la lourdeur des symboles et la grandiloquence du ton, d’une autre époque, assurément. Si le Safir est tombé, c’est, aussi, parce que son fondateur (voir ce portrait publié en 2013) s’est enfermé, comme bien d’autres de ses meilleurs confrères, dans un exercice solitaire des responsabilités, déconnecté des réalités des générations actuelles (même si Al-Safir, et c’est tout à son honneur, fut parmi les premiers quotidiens arabes à oser le passage sur internet). À l’image de la vidéo qui le met en scène, Talal Salman se vit comme l’incarnation d’un journal, d’une idée, d’une institution. Âgé de 77 ans, il quitte la scène, sur le constat d’un échec et probablement sans grand espoir pour l’avenir, et sans illusions pour les idées qu’il a défendues (en dépit de la lumière qui se remet à briller, comme par magie, tandis qu’apparaît le logo du quotidien, un oiseau en vol, qui surmonte la devise « En route »).

Un intéressant entretien publié par L’Orient-Le Jour, permet à Talal Salman de mettre quelques mots sur cette longue séquence sans paroles : « Au Safir, nous avons longtemps brandi le slogan de l’arabité et avons défendu l’unité dans cette région et prôné la nécessité des réformes, convaincus que les peuples partagent ici les mêmes soucis et des problématiques similaires. Le spectacle de désolation dont on témoigne aujourd’hui est la preuve d’un échec cuisant à ce niveau. » Un constat que reprend à sa manière Abdel-Bari Atwan, cette autre grande figure (à peine plus jeune car il est né en 1950) de la presse nationaliste arabe, lui aussi confronté à la même impasse professionnelle… et au passage du temps  :

محنة “السفير” لا تعود الى اسباب تجارية اقتصادية، وانما لانها ايضا صاحبة موقف مختلف، وسياسة عنيدة في رفض محاولات تدمير هذه الامة، ونزع كرامتها، وتغيير هويتها، وتفتيت وحدتيها الديمغرافية والجغرافية، وبذر بذور الفتنة الطائفية للاجهاز على ما تبقى لها من طموحات في نهضة عربية شاملة

« L’épreuve du Safir n’est pas due aux seules circonstances économiques ou commerciales mais, aussi, au fait qu’il défendait un point de vue différent, et une ligne politique qui s’entêtait à refuser les multiples tentatives pour détruire la nation et lui ôter sa dignité, modifier son identité, émietter son unité démographique et géographique, y faire pousser les graines de de la discorde confessionnelle, afin de faire avorter les derniers espoirs d’un renaissance arabe complète. »

Ce premier éditorial de la nouvelle année pour Ray al-yom (qui n’existe que sur internet), s’ouvre sur un titre qui se lit comme un écho de la vidéo d’adieu du Safir : « Ami, notre époque est révolue, il est temps de partir » (يا صديقي انتهى زمننا.. وحانت ساعة الرحيل).

Demain mercredi, Al-Safir fait paraître une ultime édition papier, en hommage à ses 43 années d’existence. En partie victime du tournant numérique des médias, Talal Salman n’en a pas moins un compte Twitter sur lequel il sera peut-être encore plus actif qu’auparavant.

La barrière de la langue entre The Independent et Al-Ahram

L'article de Noha El-Sharnouby "dénoncé" par Metro (http://metro.co.uk/)
L’article de Noha El-Sharnouby « dénoncé » par Metro (http://metro.co.uk/)

Régulièrement dénoncé par l’universitaire et blogueur Asad AbuKhalil (ici par exemple), MEMRI (The Middle East Research Institute comme il se nomme pompeusement) continue à distiller son venin depuis bientôt vingt ans. À force de traductions adroitement biaisées, ou même carrément tronquées, et surtout en opérant un choix parfaitement tendancieux dans les nouvelles qu’il sélectionne, MEMRI contribue à façonner l’image du monde arabe dans les médias, pas seulement anglophones, car ses articles sont largement relayés par des journalistes, ignorants ou complaisants.

Il m’est déjà arrivé de mentionner au passage (ici) tout le mal que je pensais de ce prétendu site « académique », mais sans m’y arrêter vraiment dans la mesure où je préfère, dans ces chroniques, me consacrer à ce qui se raconte dans les médias du monde arabe. Pour autant, il me semblait important d’alerter ceux qui, de bonne foi, cherchent à s’informer sur ce qui se publie en arabe et utilisent, éventuellement sans malice, les traductions si gracieusement offertes par la sélection du MEMRI. L’article que vient de publier Nour Abu Farraj (نور أبو فراج) dans le Safir me permet de le faire, sans déroger à la ligne éditoriale de CPA. La traduction que je donne ci-dessous permettra aux lecteurs francophones de découvrir comment un journaliste arabe analyse cette « revue de presse » à l’intention du public occidental. Un article que MEMRI, justement, n’est pas près de traduire !

La barrière de la langue entre The Independent et Al-Ahram.

Un gouffre sépare l’opinion publique occidentale de ce qui s’écrit et se publie dans la presse et les médias arabes. La langue est un sérieux obstacle, en plus de l’absence d’intérêt de beaucoup d’Occidentaux, en raison d’un sentiment de « supériorité culturelle », par rapport à ce que diffusent les tribunes du Tiers-Monde. C’est une bonne raison pour s’étonner de l’attention portée par The Independent, puis The Telegraph et The Guardian, et d’autres encore, à un article écrit par la journaliste égyptienne Noha El-Sharnouby dans le quotidien Al-Ahram le 23 août 2016, à la rubrique « Opinions libres » et sous le titre « Est-ce qu’on nous trompe à ce point-là ? »

Le texte commence par le récit de ce qui est arrivé à un enfant musulman d’une école de New York, qu’on a obligé à avouer qu’il était un terroriste. S’indignant qu’on associe de la sorte islam et terrorisme, Noha El-Sharnouby revient sur la version nord-américaine des événements du 11 septembre, sur l’identité de leurs auteurs et sur l’entraînement qu’ils ont reçu dans une école de pilotage aux USA. Elle reprend également des arguments bien souvent évoqués sur le laps de temps qui s’est écoulé entre les explosions, ou encore sur les déplacements des avions dans l’espace aérien américain en dépit de la sophistication des systèmes de sécurité. De but en blanc, elle parle ensuite du nombre de volontaires étrangers au sein de Daech pour tenter de prouver, sans beaucoup de rigueur, qu’il s’agit d’une organisation fabriquée par l’Occident. « N’est-il pas étonnant, écrit-elle ainsi, que les membres de Daech fassent tous la même taille, qu’ils aient tous le visage aussi pâle et qu’ils aient tous à leur bras les mêmes montres de luxe ? »

The Independent a été le premier à s’intéresser à ce texte d‘Al-Ahram, en publiant un article sous le titre : « Les médias égyptiens officiels affirment que Daech est une fabrication de l’Occident et que les événements du 11 septembre ont été perpétrés par l’Occident pour justifier la guerre contre le terrorisme ». Sans livrer la moindre analyse, l’article se contente de traduire des passages du texte d’El-Sharbouny, accompagné de commentaires du type : l’auteure affirme, l’auteure met en doute, etc. Il se conclut sur le rappel du recul de la démocratie et du droit à l’expression en Égypte selon les rapports de l’organisation Reporters sans frontières. À grands coups de couper-coller, d’autres médias se sont empressés de reprendre, sans la moindre modification, la traduction du texte d’El-Sharnouby. La version publiée par The Independent continue à circuler aujourd’hui encore comme un témoignage de ce qui se publie dans la presse égyptienne.

Inutile de s’attarder sur les noms des médias américains et occidentaux qui ont repris l’article car The Independent et The Guardian, quelles que soient leurs qualités, n’ont fait en l’occurrence qu’utiliser et diffuser une marchandise fabriquée ailleurs. En effet, c’est le MEMRI (l’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient) qui est vraiment à l’origine de l’affaire en traduisant un article vendu à travers un réseaux de grands journaux, sans se donner la peine d’enquêter sur son auteure, sur sa réputation et son expérience au sein d’une profession qui possède une longue histoire de journalistes de qualité qui auraient mérité qu’on s’intéresse à ce qu’ils avaient écrit et qu’on le traduise. Compte-tenu du nombre de ceux qui ne connaissent pas l’arabe dans le monde, une organisation telle que MEMRI joue un rôle central dans le choix de ce que l’on doit connaître en Occident des médias moyen-orientaux. Elle joue le rôle bien connu du crible, du contrôleur qui décide de ce que l’on laissera passer à l’intention des millions de lecteurs qui ne connaissent pas l’arabe.

Il suffit d’un seul coup d’œil sur la page d’accueil du MEMRI pour comprendre la stratégie qui préside à ses choix de « traduction et de publication ». Fondé en 1998 « pour enrichir la discussion sur les politiques des USA au Moyen-Orient », il publie les discours des religieux musulmans les plus extrémistes qu’on entend sur les chaînes télévisées radicales. Tout en prétendant offrir une image des « médias du Moyen-Orient », il traite en priorité des questions de terrorisme, de tout ce qui attise l’extrémisme et les confrontations sanglantes.

Le vrai problème dans cette affaire, c’est que la théorie qui met en avant la responsabilité politique des USA dans les événements du 11 septembre ainsi que le rôle de l’Occident dans la création de Daech se fonde sur un certain nombre d’arguments et de faits qui méritent discussion, en Occident comme dans le monde arabe, chose qui s’est d’ailleurs produite dans un film aussi célèbre que celui du réalisateur américain Michael Moore, Farenheit 9/11. Pour ne rien dire des dizaines d’études et de livres publiés partout dans le monde par des analystes politiques et des penseurs qui apportent des éléments convaincants sur les gains politiques et économiques pour l’Occident de sa guerre contre le terrorisme. On peine à comprendre par conséquent cet intérêt tardif pour cet article de Noha El-Sharnouby, d’autant plus qu’il est ni brillant, ni profond dans ses analyses. Il s’agit plutôt d’un aimable bavardage qui passe d’un sujet à un autre, lançant des accusations à la légère sous prétexte de défendre l’islam, voire Daech. Mais c’est précisément ce qui convient aux médias occidentaux : ils montrent ainsi que les arguments qui accusent l’Occident d’avoir nourri le terrorisme ne sont que des fables qui ne méritent pas un examen sérieux.

 

Menaces sur les journalistes arabes, même bien en cour…

L'empire médiatique du prince Mohammed ben Salmane Al Saoud (source : http://thenewkhalij.org/node/44579).
L’empire médiatique du prince Mohammed ben Salmane Al Saoud (source : http://thenewkhalij.org/node/44579).

On a beaucoup vilipendé Gamal Abdel Nasser, horrible tyran qui avait réussi à museler totalement la presse égyptienne dans les années 1960… Bien du temps a passé mais on ne peut pas dire que les choses se soient arrangées. La justice du maréchal Sissi vient de réussir une première : pour la première fois depuis les 75 années d’existence du syndicat des journalistes, les tribunaux viennent de condamner à deux années de prison le président et le vice-président du Syndicat des journalistes, coupables d’avoir recueilli dans les locaux de leur organisation deux personnes recherchées par la loi. Un classique pourtant, selon cet article du Al-Safir, selon lequel la manœuvre a été exécutée à maintes reprises de par le passé, pour ouvrir la voie à des négociations et à des poursuites moins sévères. Sauf que, en avril dernier, les policiers ne sont pas restés à la porte et ont investi brutalement les lieux (une affaire que j’avais rapidement évoquée ici).

La condamnation des deux syndicalistes (en plus des deux journalistes pourchassés, bien entendu) a produit d’autant plus d’effet que personne ne s’attendait à un verdict aussi sévère. Et comme les autorités sont en train d’autoriser les imprimeries spécialisées du secteur public à augmenter leurs tarifs, bien des journaux vont inévitablement se retrouver étranglés financièrement. Ne survivront plus que ceux qui peuvent s’appuyer sur quelques généreux mécènes, tel « l’homme du fer », Ahmed Abou Hashima (voir ce billet), un ami du régime bien entendu…

En principe (mais les choses peuvent changer comme on le verra), les Saoudiens n’ont pas de problème avec les médias. Leur méthode, qui n’est pas pour rien dans la médiocrité de l’information dans la région, consiste à financer les professionnels pour leur faire écrire ce qui convient. Des documents montrent, sans l’ombre d’un doute, que ce petit jeu a commencé, au moins, dans les années 1950 au Liban. Grâce au site Wikileaks, on sait maintenant que ces largesses n’ont jamais cessé, et qu’elles n’ont oublié aucun pays. En Égypte comme on l’apprend dans cet article (en anglais), même une institution aussi vénérable que Al-Hilal, fondée par Jurji Zaydan dans les années 1880, a pris l’habitude de faire passer de petits courriers pour demander le paiement d’articles publiés à la gloire du Royaume…

La nouveauté, malgré tout, c’est que plusieurs affaires récentes mettent en évidence le fait que l’instabilité profonde dans la région finit par troubler les meilleurs « professionnels », en tout cas ceux dont la brillante carrière donne à penser qu’ils n’ont plus rien à apprendre sur l’art de flatter sans prendre de risques inutiles. Le 20 novembre dernier, le quotidien (qui n’a plus rien de) respectable Al-Sharq al-Awsat (un des premiers à avoir été fondé à l’époque des débuts de la presse arabophone transnationale à la fin des années 1970) a ainsi publié un article qui, s’appuyant sur un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, dénonçait l’effrayante vague de grossesses illégitimes résultant de l’affluence populaire lors du pèlerinage de Kerbéla. Bien entendu, cette « nouvelle » n’était qu’un épisode supplémentaire d’une campagne incessante depuis des mois, voire des années, visant à en rajouter des tonnes dans le dossier déjà bien chargé des tensions confessionnelles. Sous couvert d’une autorité internationale, l’OMS, il s’agissait de faire comprendre aux lecteurs (sunnites) que les commémorations religieuses chiites (plusieurs millions pour Kerbéla) n’étaient que prétexte à l’organisation d’un gigantesque lupanar…. Seul problème, l’OMS a démenti avoir jamais publié la moindre étude à ce sujet et, aussi vite qu’il a pu, le quotidien a supprimé la nouvelle de son site oubliant que l’édition écrite, elle, ne disparaîtrait pas aussi facilement. Devant l’ampleur des protestations – quelques millions de pèlerins musulmans traités de touristes sexuels, tout de même ! – le « responsable », correspondant du Sharq al-Awsat en Irak, a été remercié. Étonnamment, la même sanction a également été prise quelques jours plus tard à l’encontre du rédacteur-en-chef, Salman Aldosary (سلمان الدوسري). On peut trouver la sanction bien sévère pour un homme qui, à la tête de ce journal, a servi fidèlement les intérêts du Royaume pendant plus de treize années… Il devrait trouver à se recaser (la chaîne Al-Arabiyya ?) et, en attendant, on a mis à sa place un autre incontournable des médias arabophones financés par l’Arabie saoudite, le Libanais Charbel Dagher. (Ce qui suscite, d’ailleurs, beaucoup d’inquiétude pour le destin d’Al-Hayat, autre fleuron terriblement déficitaire de la presse arabophone transnationale, relancé par l’Arabie saoudite à peu près à la même époque que Al-Sharq al-Awsat…)

La même mésaventure est arrivée à Jaber al-Hermi (جابر الحرمي) autre vétéran de la presse du Golfe et patron du quotidien Al-Sharq, le plus grand quotidien au Qatar (tout est relatif vu la taille du pays). En dépit d’une décennie de bons et loyaux services, il a suffi d’un Tweet malheureux pour précipiter sa chute. Al-Hermi a voulu féliciter son émir qui venait d’augmenter les fonctionnaires du pays, sans se rendre compte que cet éloge pouvait passer pour une critique des frères saoudiens qui, eux, prônent l’austérité.

Il faut dire qu’en ces temps troublés, personne ne semble devoir être épargné, pas même un Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي ), un homme qui a passé des années de service(s) auprès des puissants du Royaume, depuis le prince Turki al-Faisal quand il était ambassadeur aux USA jusqu’au prince Waleed bin Talal (le temps d’une très éphémère chaîne de télévision bêtement implantée à Manama). N’ayant que sa conscience pour guide, sans doute, ce grand professionnel a continué à critiquer Trump, comme le faisait toute la pressse arabe du Golfe depuis des mois, sans tenir compte du fait que le candidat était devenu président et que les médias du Royaume avaient opéré un virage à 180° degrés… Du coup, cet homme qui fait la pluie et le beau temps dans les médias du Golfe depuis au moins deux ou trois décennies n’a plus le droit d’écrire la moindre ligne, ni d’apparaître sur aucun plateau télé. Même son compte Twitter, dont il usait assez frénétiquement, est resté inactif depuis le 18 novembre.

La congruence de ces trois chutes retentissantes interpelle : pour que des professionnels aussi chevronnés, et même, disons-le, pour que des courtisans à l’échine aussi souple, fassent de tels faux-pas, c’est bien le signe qu’un grand désordre règne dans la région…

Les laïcards arabes : des Daeshistes sans barbes.

C’est un exercice facile, et éventuellement dangereux (si l’on pense à ce que fait une « source » telle que MEMRI), que de prendre un texte particulièrement inepte pour en faire un symbole généralisable à toute une société. Je m’y risque malgré tout, en sachant que cela n’apprendra rien à ceux qui pratiquent les médias arabes, mais en pensant aussi qu’il peut être utile, pour les lecteurs qui n’ont pas l’accès aux textes originaux, de se faire une idée de ce que véhiculent les médias arabes.

Signalé par Asad Abu-Khalil, le texte en question a été publié il y a quelques jours à peine par un « grand » quotidien arabophone, Al-Quds al-‘arabî, devenu l’ombre de lui-même depuis qu’il est passé sous le contrôle du Qatar.  Son auteur, Faysal al-Qassem (فيصل القاسم), est loin d’être un inconnu. Né en Syrie en 1961, il est, depuis la naissance de la chaîne ou presque, il y a une bonne vingtaine d’années, un des animateurs vedettes d’Al-jazeera. Malgré les nombreuses critiques qu’il a reçues, le talk show qu’il anime, « À contre-sens » (الاتجاه المعاكس), demeure une « référence », si l’on peut dire, du paysage audio-visuel arabe. Les lignes qui suivent constituent la majeure partie d’un article qui s’ouvre sur un éloge de la « véritable laïcité », dont certains, rappelle l’auteur, estiment que les prémices peuvent même être trouvés en islam.

Dans ma traduction, je me suis efforcé d’altérer aussi peu que possible le ton de l’original, que ce soit pour accentuer le trait ou au contraire l’édulcorer. Il s’agit donc, et c’est dans cet esprit que je le propose à la lecture, d’un témoignage assez brut sur la manière dont raisonne et s’exprime, dans les médias, une personnalité contestée, mais que l’on ne peut pas qualifier véritablement d’extrémiste. Je vous laisse juges…

faisal_al-qasimLes laïcards arabes :
des Daeshistes sans barbes.

(…) Quant aux prétendus laïques arabes, où en sont-ils par rapport à la question de la véritable laïcité ? Sont-ils vraiment laïques, au sens occidental du terme ? Ou bien sont-ils aussi éloignés de la vraie laïcité que la terre l’est du soleil ? À considérer ce que pensent ceux qui s’appellent eux-mêmes les laïques, la manière dont ils se comportent, on s’aperçoit qu’ils sont pires que les partisans de Daesh. En effet, la vraie laïcité ne s’attaque absolument pas aux religions. Au contraire, elle permet aux fidèles de toutes les religions, révélées ou non, de pratiquer leurs rites, leurs rituels, leurs pratiques culturelles, en toute liberté, sans la moindre ingérence de l’État laïque. On voit ainsi que les musulmans vivent pleinement leur religion dans les pays occidentaux, sous la protection de l’État laïque. Jamais on n’a vu que la France ou la Grande-Bretagne aient cherché à priver les musulmans de leurs droits religieux. Les vexations dont on a pu parler à l’encontre de certaines tenues musulmanes ne sont pas liées à des questions de dogme mais à des impératifs de sécurité, le fait par exemple que certains terroristes aient revêtu un niqab [voile intégral] pour se livrer à leurs actes. L’État est bien en droit de d’intervenir pour protéger la société contre ceux qui se servent des habits rituels islamiques à des fins criminelles. Même l’interdiction du burkini en France n’est pas passée. La Haute-Cour a émis un jugement en faveur de la personne qui avait été empêché de se baigner en tenue islamique. C’est bien la preuve de la justesse et de l’excellence du régime laïque. Un système religieux, quel qu’il soit, se serait-il montré aussi juste ? Je ne le crois pas.

Et nos laïques arabes, comment traitent-ils les fidèles, ceux des religions révélées aussi bien que les autres ? La plupart des laïques, ou plus exactement des laïcards arabes, relèvent davantage du fachisme que de la laïcité. Ce sont des ennemis acharnés des musulmans. Alors que la vraie laïcité s’efforce de rassembler toutes les confessions dans le giron de l’État, on s’aperçoit que ces laïques n’ont d’autre préoccupation que de s’en prendre aux islamistes. S’ils le pouvaient, ils les éradiqueraient tous, ils les réduiraient en poussière, sans pitié. On a vu de quoi étaient capables les éradicateurs laïcards dans l’Algérie des années 1990, non seulement ils ont fomenté un soulèvement armé contre les islamistes mais ils les ont sauvagement éliminés.

Quand je lis ce qu’écrivent certains des Arabes qui affirment être laïques, j’ai envie de leur demander : en quoi êtes-vous différents des partisans de Daesh, vous qui excommuniez à votre façon les islamistes, vous qui les considérez comme des apostats, des malades, vous qui voudriez les effacer de la surface de la terre ? Vous ne voyez donc pas comment les vrais régimes laïques se comportent en Occident ? Avez-vous jamais vu que l’un d’entre eux ait interdit à un musulman de se rendre à la mosquée ? Et ils pourraient les forcer à se convertir ? Les faire totalement disparaître comme vous le faites, vous, chiens enragés qui vous prétendez laïques ? Etes-vous capables de dire comme ils le font, eux, tellement bien : « Vis, et laisse les autres vivre [à leur guise] ! » Pourquoi voulez-vous imposer vos idées « laïques » aux islamistes comme aux autres ? En quoi êtes-vous différents de Daesh et de ses partisans qui veulent imposer leurs idées à ceux qui ne les suivent pas ? Hier, Daesh a conquis Manbij en Syrie et a ordonné à tous les hommes de laisser pousser leur barbe. Et voilà que les forces syro-kurdes qui se prétendent démocratiques ont conquis la ville à leur tour, en ont chassé Daesh et ont demandé aux hommes de raser leur barbe ! Qui vous a dit qu’un barbu est un extrémiste religieux, un partisan de Daesh ? Votre cher Karl Marx n’avait-il pas une barbe encore plus longue ? Soutenait-il Daesh pour autant ? Quelle différence y a-t-il entre ceux qui vous obligent à vous raser et ceux qui vous obligent à ne pas le faire ? Aucune ! Vous les laïques, pourquoi ne laissez-vous pas les gens libres de faire ce qu’ils veulent, comme les vrais laïques, au lieu de vous ériger en juges de ce que les gens doivent penser, manger, boire, choisir comme vêtements, exactement comme Daesh ? Les laïques arabes vénèrent les libertés individuelles, ils prétendent que les gens peuvent s’habiller comme ils l’entendent, mais pas à la manière pudique de l’islam, ça, c’est interdit ! Les laïques arabes veulent bien que tu te ballades tout nu dans la rue mais ils s’inquiètent de te voir t’habiller comme le font les musulmans pudiques. Pour eux, c’est un péché épouvantable ! Les laïques arabes voudraient que tu t’habilles, que tu manges, que tu boives, que tu te comportes exactement comme ils l’entendent, et après ils te parlent de liberté et de démocratie.

Vraiment, vous n’êtes que des Daesh encravattés !

Toujours l’hystérie du poème : le spectre de Mahmoud Darwich

tombDarwich
La tombe de Mahmoud Darwich à Ramallah.

ايها المارون بين الكلمات العابرة
آن ان تنصرفوا
وتقيموا اينما شئتم ولكن لا تقيموا بيننا
آن ان تنصرفوا
ولتموتوا اينما شئتم ولكن لا تموتو بيننا
فلنا في ارضنا مانعمل
ولنا الماضي هنا
ولنا صوت الحياة الاول
ولنا الحاضر،والحاضر ، والمستقبل
ولنا الدنيا هنا…و الاخرة
فاخرجوا من ارضنا
من برنا ..من بحرنا
من قمحنا ..من ملحنا ..من جرحنا
من كل شيء،واخرجوا
من مفردات الذاكرة
ايها المارون بين الكلمات العابرة

Vous qui passez parmi les paroles passagères
il est temps que vous partiez
et que vous vous fixiez où bon vous semble
mais ne vous fixez pas parmi nous
Il est temps que vous partiez
que vous mouriez où bon vous semble
mais ne mourez pas parmi nous
Nous avons à faire dans notre terre
ici, nous avons le passé
la voix inaugurale de la vie
et nous y avons le présent, le présent et l’avenir
nous y avons l’ici-bas et l’au-delà
Alors, sortez de notre terre
de notre terre ferme, de notre mer
de notre blé, de notre sel, de notre blessure
de toute chose, sortez
des souvenirs de la mémoire
ô vous qui passez parmi les paroles passagères
couvminuit

En avril 1988, quelques mois après le déclenchement de la première intifada, Ytzhak Shamir était monté à la tribune de la Knesset pour dénoncer ce texte qu’il se refusait à lire devant le Parlement pour ne pas lui « accorder l’honneur de figurer dans les archives ». Selon le Premier ministre israélien de l’époque, Passants parmi les paroles passagères (عابرون في كلام عابر dans une traduction d’Abdelatif Laâbi) était « l’expression exacte des objectifs recherchés par les bandes d’assassins organisés sous le paravent de l’OLP ». Comme l’écrivait alors Mahmoud Darwich dans un article pour Al-youm al-sabee (اليوم السابع) intitulé L’hystérie du poème (et repris dans un volume publié aux éditions de Minuit sous le titre Palestine mon pays, « les Israéliens ont été surpris de découvrir que le peuple palestinien n’aim[ait] ni l’occupation ni les occupants ».

Douze ans plus tard, un autre Premier ministre, Ehud Barak, avait dû désavouer un de ses ministres, Yossi Sarid, qui avait souhaité, en 2000, qu’un manuel scolaire officiel propose quelques extraits du poète palestinien. Menacé par une motion de censure déposée par le Likoud, Ehud Barak avait alors déclaré que « les conditions [n’étaient] pas encore réunies pour enseigner Darwich dans les écoles ».

Trente ans après la première « affaire du poème » et huit ans après la mort du poète à la suite d’une opération cardiaque aux États-Unis, Mahmoud Darwich continue à faire scandale en Israël, à propos d’un texte écrit il y a un demi-siècle ! Publié en 1964, Inscris, je suis arabe ! (سجل أنا عربي) clôturait en effet Awrâq al-zaytûn (أوراق الزيتون), un des premiers volumes publiés dans son pays natal par le jeune poète. Dans sa version en hébreu, donnée par le traducteur en personne, Inscris je suis arabe ! était tout récemment au programme de la Radio militaire israélienne dans le cadre d’une émission pédagogique intitulée « Un texte israélien fondateur »…

Largement de quoi susciter la fureur de l’actuel ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, qui a convoqué le responsable de ladite radio pour « une affaire grave impliquant quelqu’un qui a écrit des textes contre le sionisme, qui sont utilisés jusqu’à présent pour encourager des actions terroristes contre l’État d’Israël ». Dans l’esprit de ce politicien ultra-nationaliste « controversé en raison de son vocabulaire violent et de ses positions anti-arabes » comme l’écrit poliment Wikipédia, on peut considérer qu’« avec cette logique, l’héritage complet du mufti al-Husseini ou les mérites littéraires de Mein Kampf pourraient aussi avoir été inclus dans le programme » !

Miri Regev, ministre de la Culture (et des Sports) dans l’actuel gouvernement israélien, se devait de ne pas être en reste : « Darwish n’est pas Israélien, ses écrits ne sont pas israéliens, et sont fondamentalement en opposition à toutes les valeurs cruciales de la société israélienne » a-t-elle ainsi déclaré. Juridiquement, on peut considérer qu’elle a tort puisque le poète, né en Galilée en 1941, avait fini par obtenir un statut légal en Israël où sa famille était rentrée clandestinement après avoir fui les combats en 1948. En même temps, il est vrai que le poète avait perdu ses « droits » nationaux après son départ de son pays natal en 1970. Les autorités israéliennes, qui n’ont autorisé sa présence qu’à de très rares reprises (voir ce billet de 2007), ont d’ailleurs refusé que sa dépouille mortelle soit enterrée (autre billet) dans son village natal, près de Haïfa (autre billet sur la position à ce sujet de sa famille).

Comme l’écrit fort bien Gideon Levy dans le quotidien Haaretz, tant que l’occupant persistera à nier son « péché originel », celui qu’il a commis à l’encontre des Palestiniens lors de sa guerre d’indépendance, le fantôme de la grande voix poétique des Palestiniens « va continuer à hanter Israël ».

Un homme du fer dans les médias égyptiens : Ahmed Abou Hashima

The New Egypt: la promotion aux USA de l'Egypte financée par Ahmed Abou Hashima.
The New Egypt: la promotion de l’Égypte aux USA aux frais d’Ahmed Abou Hashima.

Tous les fans de Haïfa Wehbé le connaissent, et aussi désormais une partie de ceux qui s’intéressent au monde arabe : né en 1975, Ahmed Abou Hashima (أحمد أبو هشيمة) a terminé ses études à la (modeste) faculté de commerce de l’Université de Port-Saïd en 1996. Rien d’exceptionnel, si ce n’est que le fils d’un obscur officier de police de province (lien en arabe) est aujourd’hui une des personnalités les plus importantes de son pays.

Entretemps, il s’est passé pas mal de choses pour celui qui est aujourd’hui le pdg d’Egyptian Steel, une société spécialisée dans la production d’acier, créée en 2010. Son mariage chic et choc avec la super vedette Haïfa Wehbé, entre 2009 et 2012 (séparation par consentement mutuel), n’a pas entravé la bonne marche de ses affaires, bien au contraire. La rapide croissance d’Egyptian Steel tranche en effet avec la morosité du paysage économique local. Récompensé par de nombreux prix internationaux, « l’homme du fer » comme la presse le surnomme envisage désormais de conquérir le marché africain.

Haïfa et Ahmed
Haïfa et Ahmed

Après avoir juré le contraire et bien que la santé du secteur soit très loin d’être florissante en raison d’une baisse catastrophique des revenus publicitaires, Abou Hashima se lance désormais dans les médias. On a ainsi appris qu’il a acheté à Naguib Sawiris (voir ici), un autre milliardaire égyptien, la chaîne télévisée ONTV, pour un montant qui n’a pas été divulgué. La prise de possession de cette chaîne généraliste a été d’autant plus commentée qu’elle était la seule ou presque, dans le paysage médiatique local, à offrir une couverture des événements qui ne soit pas outrageusement à la botte du régime actuel. Elle est venue après l’achat par Abou Hashima, au début de l’année 2013, de parts dans Al-youm al-sabee (اليوم السابع, le titre le plus en vue de la presse quotidienne locale selon la revue Forbes). Pour faire bonne mesure, elle s’est accompagnée d’autres prises de participation majoritaires, tout aussi ambitieuses, dans Presentation, une société spécialisée dans la commercialisation des droits du foot, et dans Egypt for Cinema, une société de production audio-visuelle.

Abouhashima_man_of_steelTout le monde se demande aujourd’hui quelles ambitions cachent les achats de ce jeune homme riche et pressé, qui navigue en eaux politiques assez troubles : après des actions charitables en faveur des activités sportives pour les sourds-muets ou encore pour les villages déshérités de Haute-Égypte, il se tourne désormais – comme annoncé fièrement sur son site – vers le sponsoring du pouvoir, en finançant notamment une spectaculaire campagne de publicité déployée notamment à New York à l’occasion de la visite du président Sissi aux Nations Unies (voir ilustration en haut de ce billet). Un peu plus tôt, il avait déjà généreusement financé le micro parti de celui que la presse d’opposition (ou ce qu’il en reste) appelle le « fils chéri de Sissi », Muhammad Badran, un jeune mais déjà ancien leader estudiantin à la tête de la seconde formation qui compose la majorité présidentielle au Parlement.

Difficile pour autant de cerner les convictions de cet homme du fer. Les observateurs ont noté que le communiqué annonçant l’achat d’ONTV mentionnait la « révolution du 30 juin » – le nom donné localement au coup d’État du maréchal Sissi – en passant sous silence celle du 25 janvier 2011. Cependant, on lui a longtemps prêté des sympathies pour les Frères musulmans, surtout à cause de ses associés en affaires, puisque le cofondateur d’Egyptian Steel se nomme cheikh Mohamed bin Suhaim Al Thani (شيخ محمد بن سحيم ال ثاني), une très bonne famille du Qatar ! En définitive, bien plus que les convictions politiques, sans doute assez caméléonesques, du très jeune pdg d’Egyptian Steel, cette fulgurante ascencion économique et politique pose surtout la question des appuis qui l’ont rendue possible. Et sur ce point, le soutien de l’émirat du Qatar, via le principal partenaire dans la société Egyptian Steel, ne fait aucun doute.

Dans un article assez récent (en arabe) riche en allusions en tout genre, Salim Azzouz (سليم عزوز) s’interrogeait sur les véritables propriétaires des médias égyptiens, tellement il est de notoriété publique que nombre d’entre eux ne sont que des hommes de paille dissimulant à peine des réseaux de pouvoir politiques et surtout financiers. En effet, les récents développements dans les médias arabes montrent que ceux-ci, qui traversent comme ailleurs dans le monde une grave crise de financement, sont plus que jamais soumis aux ambitions politiques des grandes fortunes locales. Outre Ahmed Abou Hashima et son petit empire médiatique, on pense immédiatement à Mohammed ben Salmane, le vice-héritier du trône saoudien, devenu, sans qu’on sache très bien comment, l’heureux propriétaire de la chaîne Al-Arabiyya et de bien d’autres médias saoudiens importants (Al-Sharq al-awsat notamment). Mais le phénomène est observable presque partout ailleurs, y compris là où les entreprises de presse sont particulièrement verrouillées par un personnel politique qui n’a pas la réputation de plaisanter avec la liberté d’opinion. En Algérie par exemple, différentes chaînes ont ainsi récemment été achetées par des industriels ambitieux. Mais un tribunal vient toutefois de faire capoter l’achat d’un gros groupe de presse, El-Khabar, en plus de la chaîne télé privée KBC, par Issad Rebrab, « la première fortune privée d’Algérie » comme l’écrit Le Monde.

Oui, Le Monde justement, car en France aussi…

Spacetoon et ses chansons : l’arabisation de l’imaginaire et la conservation des valeurs

logoSpacetoonUn long mois de silence sur CPA. En cause, l’actualité qui offre des sujets plus graves et plus urgents que ceux que dont parlent en général ces billets. Et puis, également, le fait que j’étais pris ailleurs, dans tous les sens de l’expression.

En guise de reprise, cette traduction d’un texte publié au milieu du mois d’avril par Rida Hariri (رضا حريري), un contributeur régulier du quotidien libanais Al-Safir (un article accompagné de vidéos et de plusieurs fichiers musicaux). À propos d’une question peu connue, celle des chaînes télévisées à destination du jeune public, il évoque, très bien à mon avis, un phénomène important du début du troisième millénaire, le lancement de la chaîne Spacetoon, basée dans la Media City de Dubaï aux Émirats, mais dont les doublages étaient essentiellement réalisées à Damas. Une manière originale, pleine de sens et en définitive assez pessimiste, de s’interroger sur la construction, et le sort actuel, de l’arabité.

Illustration de l'article original, tirée du feuilleton "L'inspecteur Conan".
Illustration de l’article original, tirée du feuilleton « L’inspecteur Conan ».

Spacetoon et ses chansons : l’arabisation de l’imaginaire et la conservation des valeurs.

Rida Hariri

Quelques mois après le début du nouveau millénaire, un peu avant les événements du 11 septembre et l’annonce par Oussama Ben Laden que le monde se partageait désormais entre deux camps, celui des croyants et celui des infidèles, la « grande nation arabe » laissait déjà paraître les signes d’une scission similaire, mais sans aucun rapport avec la foi et l’incroyance, entre les partisans de Disney Channel et ceux de Spacetoon, la nouvelle chaîne qui venait de commencer à émettre. En tout cas, c’est comme ça que les enfants ont vécu la chose à cette époque.

On n’a pas vraiment de preuves historiques sur la manière dont cette division s’est propagée dans les pays arabes, mais la chose était parfaitement claire pour moi et pour les enfants que je connaissais. Dans notre esprit, en fonction de critères assez obscurs, il y avait une nette séparation entre ceux qui regardaient Spacetoon, dotés d’un fort quotient intellectuel, et les autres, les fans du Disney Channel. Sans doute, on peut considérer que cette représentation avait quelque chose à voir avec l’idée du surhomme, celle qui pousse un Raskolnikov, le personnage principal dans Crime et châtiment de Dostoeïvski, à tuer la vieille usurière. Nous, les enfants de Spacetoon, nous nous voyions un peu ainsi et nous regardions de haut les enfants du Disney Channel, implicitement assez méprisables à nos yeux. Un sentiment de supériorité intellectuelle qui ne nous préservait pas pour autant d’une certaine arrogance de classe que nous renvoyaient, en retour, les enfants de Disney !

• Le temps de « la chanson à la Spacetoon »

C’est en juin 2001 que Spacetoon a fait ses débuts en tant que chaîne télévisée privée. Dès cette époque elle a commencé sa collaboration avec le Venus Centre (Markaz al-Zuhra), une société spécialisée dans le doublage en arabe des dessins animés, essentiellement d’origine japonaise.

Grâce à ce type de production qui faisait l’essentiel de ses programmes, Spacetoon se mit rapidement à concurrencer le Disney Channel. A la différence des séries que diffusait cette dernière et qui étaient conçues dès l’origine à l’intention du jeune public, celles qu’on pouvait voir sur Spacetoon n’avaient pas été produites pour les enfants mais au contraire pour une tranche d’âge beaucoup plus large. Elles traitaient ainsi des grandes questions de l’existence : le bien, le mal, l’amour, la haine, la recherche du père, la perte, la mort, etc. Une caractéristique que le doublage en arabe classique contribua à renforcer encore, d’autant plus que s’y ajoutaient d’autres thématiques telles que l’identité nationale ou encore la résistance.

Cette inflexion, on la remarque notamment à travers les musiques des génériques, particulièrement soignées et toujours différentes des versions originales. Avec leurs propres mélodies, leurs paroles spécialement créées pour l’occasion, elles ont très vite créé ce que l’on pourrait appeler « la chanson à la Spacetoon », parfaitement reconnaissable entre toutes. Parmi les compositeurs les plus remarquables figure le duo formé par le compositeur syrien d’origine algérienne Tarek Alarabi Tourgane (طارق العربي طرقان) et la chanteuse Rasha Rizk (رشا رزق), à côté d’autres talents locaux tels que Assem Sukkar (عاصم سكر) et Hala Al-Sabbagh (هالة الصباغ).

• Musique et paroles

Avec mon frère, à peine entendions-nous le petit Wassim entonner Mon frère et moi que nous montaient aux yeux des larmes prêtes à rouler sur nos joues à la première occasion. L’histoire racontait comment Sami s’efforçait de veiller sur son petit frère, Wassim, après la mort de leur mère. Bien souvent, nous pleurions en entendant la chanson du générique – paroles de Rasha Rizk, Hala Al-Sabbagh au chant, accompagnée par Tarek Alarabi Tourgane et Bassam al-Hassouni –, surtout durant les séquences où l’on voyait la mère apparaître à ses enfants comme une sorte d’ange dans le ciel. Que pouvaient signifier pour un enfant de sept des métaphores comme « un fantôme plus noble et plus durable que l’écume des jours » ou encore « des mots qui furent mon salut » ? Pas grand chose probablement car il ne pouvait pas les comprendre mais elles suffisaient malgré tout pour me faire sangloter à chaudes larmes !

Bien qu’elle se soit produite avec de nombreuses formations musicales en Syrie et qu’elle ait chanté aux côté de Ziad Rahbani ou encore dans des films aussi célèbres que Et maintenant on va où ? de Nadine Labaki, la célébrité de Rasha Rizk est toujours restée associée aux chansons, gaies ou tristes, qu’elle a interprétées pour Spacetoon. Capable de mélanger tous les registres, son interprétation imitait souvent, avec talent, la voix enfantine.

Quant à Tarek Alarabi Tourgane, les nombreuses chansons qu’il a composées et interprétées pour Spacetoon – Rimi, L’âge des amis, Mowgli, Dodge Danpeï, Le lancer de feu laissent paraître une nette influence des musiques du Maghreb, celle du chanteur berbère Idir en particulier, l’auteur d’Avava inouva.

Ces chansons paraissaient d’autant plus graves, et même tristes à vrai dire, qu’elles étaient composées dans leur majorité en mode mineur. Tourgane néanmoins écrivait aussi de nombreuses mélodies bien plus martiales, avec des tambours et un choeur comme dans les séries Les faucons de la terre, Le tonnerre ou Dragon Ball. Elles n’étaient pas sans évoquer les chants militaires ou militants. Tourgane créait une certaine harmonie en associant différents interprètes, comme dans L’âge des amis par exemple qui commence avec Rasha Rizk que rejoint, vers la fin, Tourgane lui-même, mais juste en fond sonore. Dans Les faucons de la terre, c’est Assem Sukkar qui a la voix principale, accompagné à certains moments par un choeur d’enfants.

Tarek Alarabi Tourgane et Rasha Rizk soignaient tout particulièrement les paroles qui jouaient un rôle très important dans le succès de ces chansons auprès des téléspectateurs. Exclusivement en arabe littéraire, on y trouvait des mots et des constructions difficiles à comprendre pour des enfants : « Tu ne t’humilias point, ni ne courbas la tête, au contraire tu te révoltas et tu t’emportas », « Leur voix fit triompher le droit comme un tonnerre de vérité ». Ou encore, comme chantait Rasha Rizk : « Domptés, certes, mais prêts à lutter pour vivre tant que nous serions vivants », « Des chemins que la distance a fait se perdre peut-être. L’oubli, cette faute de notre hier nous ne l’avons pas interrogée », « Sa dextre, armée par sa volonté, se leva »… De son côté, Tourgane, pour la chanson de la série Mowgli, utilisait des expressions aussi difficiles que « une tranquille existence instinctive », « le déni », « tendre et candide »…

• Spacetoon et son discours

Rechercher des épisodes de Spacetoon sur YouTube conduit immanquablement à tomber sur des vidéos accompagnées de commentaires où s’opposent défenseurs et accusateurs : « Voyez comment le Venus Centre protège la sensibilité des enfants » ou « Encore une preuve de l’innocence du Venus Centre », mais aussi « Le Venus Centre se fait le chantre des idées de la franc-maçonnerie » ou « Les exigences de ceux qui ont en horreur le Venus Centre ».

L’intervention des responsables sur les épisodes que diffusait leur chaîne est un fait avéré, ne serait-ce que par la suppression de certaines scènes, leur modification, ou bien lors du doublage des dialogues en arabe, ou bien encore à travers la chanson du générique.

Ils avaient pour cela toutes sortes de raisons. Dès son lancement, Spacetoon avait choisi d’être une chaîne « formatrice » (hâdifa), et pas seulement distractive. Elle se donnait pour mission de renforcer « les grandes valeurs morales » : le bien, la justice, l’amitié, la foi, l’espoir… Autant de notions bien présentes dans les films d’animation japonais, mais livrées dans un contexte de grande violence, de guerres, de pauvreté, d’exil, de mort, de souffrance psychologique, et présentées de façon tellement directe et appuyée que cela n’était pas recevable la plupart du temps par des enfants. Systématiquement coupées lors du doublage, il y avait aussi des séquences où l’on voyait des violences physiques, des consommation de drogues, des relations entre les deux sexes, liées au fait que les séries japonaises étaient conçues à l’origine pour un public plus âgé.

Spacetoon et le Venus Centre furent donc inévitablement amenés à censurer de nombreuses séries, en éliminant ce qui ne correspondait pas aux « valeurs morales dominantes dans la société ». Sans oublier l’objectif premier qui consistait à toucher un public aussi divers que possible socialement, dans un monde arabe globalement plutôt conservateur.

Dès son lancement, Spacetoon épousa le discours nationaliste arabe du parti Baath, au pouvoir en Syrie et bénéficiant encore, jusqu’en 2011 en tout cas, d’un certain capital de sympathie dans la région. Selon cette idéologie, les citoyens des différents pays arabes ne formaient qu’un seul peuple uni par la langue, la culture,  l’histoire et la géographie, en plus de l’islam en tant que référent civilisationnel.

La volonté de renforcer cet esprit « national » apparaît clairement dans les génériques de séries comme Les faucons de la terre (« L’honneur de la patrie [arabe] nous dépasse, il va au-delà de tout ce que nous pourrons jamais penser, l’honneur de la patrie est notre but, notre boussole. ») ou Le tonnerre (« Éclairs et roulements de tonnerre comme autant de héros. Ton ennemi est la plus noble des promesses. Le tyran ne durera tant qu’en nous un souffle vivra. »

Des paroles qui évoquent une patrie en des termes très généraux, certes, mais qui étaient diffusées à une époque, les premières années de la précédente décennie, où elles ne pouvaient être qu’associées à ce qui se passait alors : la seconde intifada en Palestine, la guerre des USA en Irak… Un discours panarabe qui apparaissait en pleine lumière dans une chanson telle que Jasmin d’Arabie, ma patrie : « Des yeux couleurs de café d’Aden, des cheveux noirs comme les nuits du Nejd, la démarche d’une gazelle de Libye, avec des joues comme deux roses de Damas… » On trouvait aussi, comme dans Patrie arabe, patrie d’amour chanté par Hala Al-Sabbagh, une association entre l’arabité et l’islam : « Ma patrie est le Sauveur attendu, ma gloire. Sur cette terre l’islam a brillé, au fil du temps, il s’est développé, et sur sa voie, les peuples se sont levés. » Parallèlement, la chaîne diffusait des chants à thématique religieuse tels que Médine, ville de bien (Al-Tîba), Lune du prophèteÀ chaque instant, gloire à Dieu, etc. Longtemps, ils ont été diffusés au moment de l’ouverture de l’antenne.

Il est vrai qu’Oussama ben Laden a été tué et que George Bush a quitté la vie politique mais la vision d’un monde partagé en deux camps qui leur est associée n’a pas disparu. À l’heure où la région traverse des temps dévastateurs, tandis qu’une partie de ses habitants se replient sur d’étroites références identitaires et que s’écroulent les valeurs qui étaient naguère dominantes, Spacetoon continue à rester fidèle à son discours d’autrefois, comme figée dans un sommeil de mort…

Ana wa akhi (Moi et mon frère), la chanson qui faisait pleurer à chaudes larmes le jeune Rida Hariri, l’auteur de cet article…

Feirouz et la catastrophe arabe

FairouzOk
La couverture de l’hebdomadaire Al-Chiraa

On ne parlera pas cette semaine de l’Arabie saoudite, même si tout le monde se réjouit de voir que les femmes peuvent désormais y voter à (certaines) élections (mineures). D’innombrables médias ont traité le sujet mais on aurait aimé qu’ils soient aussi diserts sur d’autres événements qui se sont également passés au Royaume des hommes. Par exemple la condamnation à mort d’Ashraf Fayadh, poète palestinien coupable d’apostasie (voir la lettre ouverte adressée à Catherine Beaubatie, députée socialiste vice-présidente du groupe d’amitiés France-Arabie saoudite à l’Assemblée nationale). Ou bien encore, l’incroyable et totalement illégale censure de la chaîne libanaise Al-Manar, « virée » du satellite Arabsat – panarabe en principe mais dans les faits possession saoudienne – pour des propos jugés injurieux à l’encontre du Royaume, tenus il y a des mois de cela par un invité de la chaîne, d’ailleurs réprimandé par l’animateur ! En dépit de la gravité de cette décision, qui confirme la volonté saoudienne de mettre au pas toute voix dissidente dans la région, on ne trouve qu’un quotidien francophone algérien (en dehors du Liban) pour s’intéresser aujourd’hui à la répression de médias dont, il y a peu encore, on nous chantait les mérites sur le mode « Al-Jazeera, mégaphone de la place Tahrir au Caire ». Le « Printemps arabe » est bien vite passé de mode !

Indirectement, la médiocrité toujours plus grande des médias du monde arabe est tout de même le sujet de cette chronique puisque qu’elle est consacrée à un événement considérable, la publication – une première dans l’histoire de la presse locale à ma connaissance – d’un article violemment hostile à la diva libanaise, Feirouz. Dans cette République qui n’est pas loin de boucler sa seconde année sans président, cette attaque en règle contre la gloire nationale du pays, quand bien même elle a été publiée dans Al-Chiraa (الشراع), un hebdomadaire peu estimable, continue à susciter des réactions en chaîne. Les ministres de l’Information et de la Culture ont ainsi fait part de leur réprobation, allant même jusqu’à inciter ouvertement l’intéressée à lancer des poursuites juridiques. Quant aux innombrables fans de « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles » comme on l’appelle souvent, nombre d’entre eux se sont déjà regroupés, pour prendre sa défense et témoigner de leur indéfectible amour, sur une page Facebook.

En soi, l’article n’a guère d’intérêt. Sous un titre provocateur (Ce que vous ne savez pas sur […] Feirouz, celle qui n’aime pas les gens, qui n’en a que pour l’argent et le wisky et qui complote avec Assad), un journaliste en mal de reconnaissance publique (deux échecs à la présidence du syndicat de la presse) revient sur la carrière de la vedette, accusée d’être avare et d’avoir un goût prononcé pour le Chivas Regal. Plus grave, assurément, sont les erreurs politique de cette chrétienne du Liban. L’auteur de l’article explique ainsi que, non seulement Feirouz prend la poudre d’escampette au lieu de saluer le grand leader (sunnite) du pays, Rafic Hariri, lequel vient de lui offrir 300 000 dollars pour chanter dans le centre ville de Beyrouth remis à neuf, mais, de surcroit, elle développe depuis des années, ainsi que sa famille, des relations coupables avec le régime syrien. À force d’insinuations, on comprend qu’elle est même indirectement coupable du massacre de milliers de « musulmans (palestiniens et libanais) », lors de la prise du camp de Tell Zaatar (investi en 1976 par les milices Kataeb, soutenues par l’armée syrienne, leur alliée du moment).

Ce misérable article mérite-t-il qu’on lui consacre quelques lignes ? Au-delà du nombre étonnant d’articles qu’il a suscités, j’y vois pour ma part quelque chose qui va au-delà de l’actualité immédiate et qui donne à cette affaire une dimension plus intéressante. Feirouz, qui vient de fêter ses 81 ans, incarne (à tort ou à raison) pour toute la région un véritable âge d’or, celui où l’on chantait, à côté d’autres bonheurs plus quotidiens, la certitude d’un monde arabe sur la voie de l’unité. La colère, l’indignation, l’« horreur » même ressenties par d’innombrables lecteurs à l’occasion de cette attaque, inédite dans sa violence, contre la diva libanaise tiennent précisément à ce lien qu’elle entretient avec le public arabe depuis plus de six décennies. S’en prendre à Fairouz, c’est, indiscutablement, profaner une icône et violenter tout ce qu’elle représente. En publiant cet article venimeux, un journaliste opportuniste a saisi l’occasion de faire parler de lui ; mais il nous dit surtout que, confusément, on perçoit dans la région qu’au temps de la grande catastrophe arabe il est désormais possible de s’en prendre ouvertement à ses mythes fondateurs qu’incarne, dernière de sa génération, l’interprète de Jérusalem, fleur parmi les villes.

La possibilité d’une île : ce cher monsieur Sawiris

sawirismickey
Début septembre, Naguib Sawiris, un milliardaire égyptien dont la fortune est essentiellement liée à Orascom, une société de téléphonie surtout présente en Afrique et en Asie, faisait savoir dans les médias qu’il était prêt à acheter une île en Méditerranée pour y accueillir le flux incessant des réfugiés qui cherchent à fuir sous des cieux plus cléments. Quinze jours plus tard, alors que la photo du cadavre du petit Aylan Kurdi, échoué la plage de Bodrum, réveillait brutalement les consciences du monde, l’homme qui possède la troisième fortune d’Afrique, évaluée à 3 milliards de dollars, déclarait que les contacts avec les gouvernements italien et grec étaient bien avancés. Pour une somme évaluée entre 10 et 100 millions de dollars – auxquels il faudra rajouter les investissements nécessaires à l’accueil de la nouvelle population : écoles, centres de soin, logements… – , il se faisait fort de mettre en route cette « possibilité d’une île » pour les migrants ballotés entre guerres inciviles et frontières interdites… « Sell me an island, I’ll call its independence and host the migrants and provide jobs for them building their new country » : une idée un peu folle, celle d’une île indépendante en Méditerranée où les migrants trouveraient du travail le temps qu’ils puissent retourner dans leur pays, écrivait-il ainsi sur son compte Twitter. Une solution provisoire naturellement, en attendant le retour chez eux des migrants réfugiés sur l’île d’Aylan Kurdi comme il se proposait de l’appeler.

Largement diffusée, cette information n’a quasiment jamais été accompagnée d’un élément qui, pourtant, n’est pas sans importance et dont on peut penser qu’il est pourtant bien présent dans toutes les mémoires journalistiques. En effet, le riche philanthrope de l’île aux réfugiés n’est autre que l’investisseur privé qui, en juillet dernier, a pris le contrôle de la chaîne Euronews pour l’équivalent de quelques arpents en Méditerranée, à savoir 35 millions de dollars. Cette information, d’ailleurs, est loin d’être la seule à devoir être prise en compte si l’on veut analyser, dans toute sa complexité, l’offre faite par l’homme d’affaires égyptien. Car celle-ci s’inscrit en réalité dans un parcours singulier, dans lequel bien des gestes philanthropiques apparaissent autant de manœuvres politiques.

Charitable, la fondation Sawiris, créée en 2001, l’est très certainement puisqu’elle se propose pour l’essentiel de fournir à quelques jeunes Égyptiens et Égyptiennes méritant(e)s la possibilité de compléter leur éducation grâce à des formations que les services de l’État sont bien incapables de leur fournir. Mais comme bien des initiatives de ce type (on peut penser à la fondation Hariri au Liban par exemple), cette intervention dans l’espace public est associée à une stratégie de visibilité politique. D’ailleurs, deux ans après la création de ladite fondation, l’homme qui avait fait sa fortune grâce à la dérégulation du secteur des communications en devenant le premier fournisseur privé de services téléphoniques mobiles en Égypte se démarcait du pouvoir en place. En 2003, Naguib Sawiris devenait ainsi le principal investisseur d‘Al-Masri al-youm, le premier très important quotidien d’opposition à voir le jour depuis la nationalisation de la presse sous Nasser au début des années 1960 !

Polytechnicien (formé en Suisse), l’homme dont la fortune est étroitement associée au développement des nouveaux supports de communication et de l’information n’ignore pas l’importance de ce qui se joue dans ce secteur. En 2008, il consent ainsi à différents investissements dans le secteur de la production audiovisuelle, avec notamment de nombreux partenariats dans l’industrie du cinéma. Une décision qui s’inscrit désormais dans une politique médiatique ambitieuse. Après la presse écrite vient en effet le tour des médias audiovisuels avec la création, en 2007, de la chaîne OTV (devenue ONTV en 2009). De plus en plus spécialisée dans les informations, cette chaîne satellitaire arrive même à faire de l’ombre, au niveau égyptien, au leader incontesté (à l’époque) du domaine sur le plan régional, à savoir Al-Jazeera. D’ailleurs, lorsqu’éclateront les grandes manifestations de janvier 2011, ONTV fera au moins jeu égal, en termes de qualité de reportage et d’influence, avec la chaîne qatarie.

Après le renversement d’Hosni Moubarak et l’ouverture d’une page historique dans l’histoire du pays, la voie semble libre pour un homme comme Naguib Sawiris, devenu ouvertement un des acteurs politiques du pays depuis qu’il a contribué, en le finançant, à la création du Parti des Égyptiens libres (حزب المصريين الأحرار) en avril 2011. Comme Mohamed El-Baradeï arrivé plus tôt sur le « marché » politique, il incarne une image moderne et libérale propre à assurer l’avenir de la nation égyptienne. Visionnaire, le patron du groupe Orascom n’hésite pas à se lancer dans des projets qui, outre leurs retombées financières, doivent contribuer à arrimer le pays à la modernité mondalisée, en y réinsufflant le dynamisme qui fit les grandes heures du Caire durant les dernières décennies du XIXe siècle. On découvre ainsi, en lisant cette très intéressante contribution publiée (en anglais) par le quotidien Mada Masr, comment la création, en 2008, du groupe Al-Ismaelia for Real Estate repose en définitive sur un pari audacieux, qui passe par la (juteuse) gentrification du patrimoine urbain du centre-ville dans laquelle une généreuse politique de mécénat culturel (centre culturel Town House, festival D-Caf, etc.) révèle toute sa signification néo-libérale, et sa dimension politico-économique.

300px-NaguibMais ces évidentes ambitions politiques se heurtent à un handicap considérable. Non seulement Naguib Sawiris est copte, mais il se fait publiquement l’avocat d’une ligne violemment opposée aux différentes incarnations de l’islam politique, à commencer celle des Frères musulmans. Depuis toujours ou presque, une sourde hostilité oppose le brillant investisseur privé aux fervents partisans d’une solution politico-religieuse. Par exemple, lors de ses débuts sur le marché égyptien à la fin des années 1990, la société Mobinil est victime d’une campagne de boycott au prétexte qu’elle est la propriété d’une famille copte. La même hostilité se retrouvera en Algérie, principalement en 2008, lorsque Djezzy, sa filiale locale, sera accusé par certains de mettre en péril les institutions économiques du secteur publiques mais également, pour d’autres, de saper les valeurs morales algériennes en ouvrant largement les canaux de la communication globale à toutes sortes d’images condamnées par la religion.

Là où certains auraient fait profil bas en évitant les problèmes, Naguib Sawiris choisit au contraire l’affrontement en laissant paraître dans les médias des opinions de plus en plus ouvertement hostiles à l’islam politique. Non sans excès, calculés ou non, à l’exemple de ce message sur Twitter, en juin 2011, avec une photo de Mickey et Winnie déguisés en fondamentalistes musulmans (illustration en haut de ce billet). Une innocente plaisanterie, plaide le milliardaire, qu’une partie de l’opinion interprète, en partie à cause du choix (particulièrement maladroit) de cette icône de la culture made in USA, comme l’aveu d’une connivence manifeste avec le « le monde riche ».

Naguib Sawiris adopte une posture qui aboutit inévitablement à un affrontement sans merci entre le représentant du courant néo-capitaliste libéral et ceux des divers courants de l’islam politique, à commencer par les membres de la confrérie des Frères musulmans. L’animosité réciproque est particulièrement nette durant la campagne électorale de l’hiver 2011 durant laquelle la chaîne ONTV prend ouvertement position pour le camp de son propriétaire. Lorsque le Parti de la justice et de la liberté, plate-forme des Frères musulmans, l’emporte largement, Naguib Sawiris en tire très rapidement les conséquences. Dès les premiers mois de l’année suivante, il commence à se désengager du marché égyptien, notamment en vendant ses actions au sein d’Orascom à France Télécom. A la fin de l’année 2012, c’est la chaîne ONTV qui est vendue à Tarek ben Ammar, dans le cadre d’une série d’investissements croisés où certains voient déjà, non sans perspicacité, un véritable cadeau empoisonné dont hérite le célèbre homme d’affaires tunisien.

Aux commandes (financières) d’Euronews, Naguib Sawiris s’interroge désormais à haute voix sur la « possibilité d’une île », comme un refuge pour tous ceux qui risquent leur vie sur la Méditerranée et ailleurs dans l’espoir d’une existence meilleure. Sur les réseaux sociaux arabes, certains s’interrogent sur les motivations réelles d’un tel geste. Peut-on le croire aussi gratuit, et même généreux qu’il en a l’air dès lors que l’empire financier du cher monsieur Sawiris s’est ainsi désengagé, autant qu’il lui a été possible, du radeau égyptien partant à la dérive au milieu des tempêtes politiques ?

Ramadan, mois de sacrée télévision…

endeel
Dessin de l’illustrateur égyptien M. Qindeel (https://www.behance.net/andeel)

Avec ramadan revient l’inévitable article sur les séries télévisées, selon une perspective déjà explorée, celle de la « géopolitique des feuilletons ». Contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer au vu de la situation dans la région, l’offre reste assez abondante. En dépit des crises – ou bien à cause d’elles pour ceux qui estiment que la plus importante des pratiques culturelles locales n’est qu’un opium pour le peuple – le nombre d’œuvres diffusées reste stable. Les baisses, quand il y en a, touchent en réalité des lieux inattendus alors que d’autres résistent contre toute attente.

Malgré des années d’efforts constants, la production du Golfe peine toujours à s’imposer à l’échelle de la région. En Arabie saoudite, la quantité est même nettement à la baisse. Les professionnels du secteur peinent à se mettre d’accord sur les raisons de ce phénomène : est-ce le contexte politique, la médiocrité du milieu artistique local, le manque d’intérêt du public ? L’argent a déserté ce type d’investissement en tout cas, avec des conséquences à l’étranger, en Irak par exemple où les télévisions locales avaient pris l’habitude de profiter des largesses, aujourd’hui totalement absentes, de la diplomatie d’influence saoudienne.

Pour autant, l’argent du Golfe ne s’est pas évaporé bien évidemment. Mais ce sont les chaînes égyptiennes qui en profitent, ou plus exactement les succursales, sur les rives du Nil, des groupes financés avec les énormes revenus du pétrole (MBC Egypt, Al-Hayat, etc.) Malgré la tension politique et la situation dans le pays (la presse s’est ainsi fait l’écho d’attaques d’un certain nombre de lieux de tournages, attaques qui ressemblent beaucoup à du racket), les dramas de ramadan sont au rendez-vous.

Alors que la situation économique est loin d’être florissante, que de nombreuses chaînes ont des difficultés financières et coupent dans leurs budgets, et surtout en dépit d’un marché publicitaire exsangue, les chiffres avancés, tant pour les coûts de production que pour les salaires des vedettes, sont toujours aussi invraisemblables : 15 millions de dollars paraît-il pour Prof et directeur de département (أستاذ ورئيس قسم), la grosse machine égyptienne de la saison, ce qui veut dire beaucoup, beaucoup de coupures publicitaires, et de rediffusions, pour arriver au seuil de rentabilité.

A 75 ans, Adel Imam (dont les débuts remontent aux années 1970 comme le rappelle cette excellente synthèse du feuilleton égyptien publiée dans le quotidien anglophone Mada) reste le mieux payé de tous : 4 millions de dollars pour ce rôle. Un salaire modeste en vérité sachant qu’il monnaie son apparition sur un plateau télé à 250 000 dollars l’unité. Loin derrière, nombre de vedettes se contentent de cachets qui se comptent tout de même en centaines de milliers de dollars. Une somme appréciable lorsqu’on participe à deux séries, comme la Libanaise Haïfa Wehbé, le plus gros cachet chez les femmes (autour de 2 millions de dollars pour chaque prestation).

Contre toute attente, l’autre grand producteur régional, la Syrie, continue à produire, et même plutôt davantage que les années précédentes. Plusieurs explications à l’étonnante survie de ce secteur dans un pays dévasté : la délocalisation d’une très importante partie des producteurs, acteurs et autres professionnels du métier dans le Liban très proche et tout à fait complémentaire ; des coûts de production meilleur marché que jamais en raison de la chute de la monnaie locale ; ainsi que la levée (partielle en tout cas) du boycott imposé il y a peu encore à la production syrienne par les plupart des riches chaînes du Golfe. Après la très saoudienne MBC, c’est Abu Dhabi TV qui achète, pour ce ramadan, deux productions « officielles » (car soutenues par le secteur public syrien).

Sur le plan qualitatif, les experts n’ont pas l’air emballés, et on verra ce que sera le verdict du public. Bien entendu, la « série légère » continue à dominer, à l’exemple du feuilleton déjà mentionné dans lequel Adel Imam interprète un universitaire de gauche. Sur fond de révolution en janvier 2011 – occasion de s’en prendre aux Frères musulmans bien entendu ! –, Prof et directeur de département s’intéresse surtout aux aventures sentimentales du personnage principal, père à son insu.

aston martinDans une région saturée d’images venues de la politique, celle-ci est cependant loin d’être exclue. En Égypte, on attend avec intérêt de voir ce que donnera un feuilleton reporté depuis deux ans, Le Quartier des juifs (حارة اليهود), sur l’exode de grande partie de cette communauté à partir de la fin des années 1940. En Syrie, la politique sera à l’écran, tantôt sur le mode humoristique (ce qui peut étonner…), avec la 7e édition de Spotlight (بقعة ضوء), critique légère des travers du régime, tantôt à travers le voile de la comédie, avec notamment Le Parrain (العراب), qui transpose l’univers impitoyable de Francis Ford Coppola au riche terreau local en matière de mafia. Deux sociétés rivales s’apprêtent à sortir leur propre adaption (!) mais la plus attendue est celle qui a pour principal interprète, la très grande vedette arabe Jamal Suleiman (جمال سليمان), un (court) moment membre de la Coalition nationale syrienne (d’opposition)… De quoi orienter la lecture d’un feuilleton par ailleurs sponsorisé par… Aston Martin !

Enfin, pour rester dans la veine des informations assez inattendues que nous livre la scène audiovisuelle dans cette région du monde, on remarquera le magistral silence médiatique qui se fait sur la fermeture, par les autorités de la « seule démocratie dans cette région du monde », de F48, une chaîne arabophone. Financée par l’Autorité palestinienne, elle devait commencer émettre depuis Nazareth (en Palestine de 48 par conséquent, c’est le sens du logo), le premier jour de ramadan…

 

Pour ne pas finir sur cette note triste, la chanson générique de Cello, festival de romantisme glamour exotico-dégoulinant : si ça ne vous fait pas rêver, c’est que vous êtes un mécréant télévisuel !