Des nouvelles de la censure arabe : pouvoir politique et religion

Elle va bien, merci ! Le quotidien Al-Quds (palestinien, publié à Londres) a publié dans son édition du 3 mars un long article sur cette question. Son auteur, Nadhim al-Sayyid, est un jeune poète libanais (références) qui écrit dans différents quotidiens libanais ou régionaux. Voici de larges extraits de son article, accompagnés de quelques éclaircissements quand cela a paru nécessaire.

(Le billet de la semaine prochaine prolongera cette question en parlant de récentes foires du livre : si des lecteurs ont des références intéressantes, qu’ils n’hésitent pas à se manifester…)

(…) La complicité tacite de la police du pouvoir et des hommes de religion.

Année après année, plus personne ne s’étonne de voir les censures arabes interdire un livre ici, intenter une action judiciaire contre un autre, là-bas. Chaque année, à chaque salon du livre, des ouvrages sont frappés, directement ou non d’interdiction formulées ouvertement ou bien en douce. A l’ombre de régime despotiques, c’est une affaire entendue et non pas simplement quelque chose de possible ; c’est une chose qui va de soi et non pas qui survient de surcroît. A tel point que les écrivains et les lecteurs arabes en arrivent à s’étonner quand une manifestation se déroule sans censure ! A dire vrai, celle-ci a-t-elle vraiment besoin de circonstances particulières pour se manifester dès lors qu’elle est devenue, non pas seulement l’ordinaire de l’exercice du pouvoir, mais également un élément intrinsèque de sa constitution ? Un pouvoir d’ailleurs qui produit la réalité avant même d’user de répression, tout comme il produit de la vérité avant de jeter sur elle un voile idéologique, à l’image des thèses de Michel Foucault dans Surveiller et punir. Et tout cela, tandis qu’on glose à loisir sur la réforme et la réconciliation, sur les « Etats modérés », su l’ouverture et l’amnestie générale, le tout accompagné d’accords avec l’Union européenne, de manifestations d’enthousiasme pour la révolution des communications et de théorisations sur la modernité, la modernisation, la mondialisation, le dépassement de l’Etat et la communication entre les continents.
S’il était arrivé que des régimes arabes aient développé des systèmes d’alliance entre le pouvoir politique (tribal ou familial dans le meilleur des cas) et le fondamentalisme islamique, à l’image de la situation en Arabie saoudite, en Jordanie ou au Koweït, contribuant de la sorte à créer des systèmes utilisant la censure à la fois assurer leur survie et pour protéger la société des dangers de la pensée, on aurait pu croire que cette situation aurait pris fin avec les événements du 11 septembre. Cependant, si des régimes avaient pu soutenir durant les années 1980 des forces fondamentalistes contre celles de la gauche, dans l’Egypte de Sadate ou dans la Syrie d’Hafez el-Assad par exemple, l’assassinat du dirigeant égyptien par les islamistes et les combats du régime baathiste syrien contre les Frères musulmans n’avaient pas davantage mis un terme à cette entente tacite où chacune des deux parties trouve son intérêt. Lepouvoir politique veut combattre le fondamentalisme, mais en réalité, en le réprimant pour des motifs moraux ou religieux, il le renforce.

Pour s’en convaincre, il suffit de savoir que 52% des ouvrages interdits appartiennent au domaine de la littérature ou de la philoophie, alors que la religion ne vient après et tandis que les ouvrages politiques ne représentent que 10% des titres censurés (données présentées dans le rapport de la commission d’investigation de l’Organisation égyptienne pour les droits de l’homme en 2005, rapport couvrant l’ensemble des pays arabes comme on le verra ci-dessous). Par conséquent, en monopolisant la force, le pouvoir politique contribue à renforcer les fondamentalismes qu’il combat en interdisant des livres, en intentant des procès. Et il est également vrai que ce pouvoir politique prend prétexte de l’interdiction de ces ouvrages pour justifier la répression, pour en faire une question d’évidence et en décidant à l’avance pour des citoyens traités comme s’ils étaient immatures.
etc., etc.