Bahreïn (2/2) : démocratie numérique et machines à voter

En ces temps électoraux, quelques esprits chagrins s’inquiètent du développement du « vote électronique » en France, peut-être au vu de l’expérience américaine (à lire cet article on constate pourtant que leurs machines sont nettement plus sophistiquées que celles qu’on nous propose). Moins connue, la toute récente expérience du Bahreïn mérite pourtant d’être rappelée.

Mis en place sous l’égide, bien entendu rassurante, de l’ONU et celle – techniquement à tout le moins – plus inattendue de Microsoft qu’on ne savait pas aussi intéressé par ces questions, le Royaume du Bahreïn a joué un rôle pionnier dans le domaine du e-voting. Comme le rappelle cet article (en français, avec plusieurs liens), Manama fut la première capitale arabe à adopter, en février 2006, cette procédure supposée être efficace, écologique, économique, moderne…, et même politiquement significative sur le plan de la participation citoyenne aux décisions collectives.

Peu avant les dernières élections (fin novembre 2006), les autorités du pays ont sagement décidé d’annuler toutes les procédures, à la suite de ce que l’on a nommé le « bandargate », du nom de Salah al-Bandar. Dans un rapport fracassant et très documenté, publié en septembre, ce haut fonctionnaire dénonçait un complot fomenté tout en haut de l’Etat pour susciter des tensions intercommunautaires entre la majorité de la population (chiite) et la minorité au pouvoir (sunnite). Parmi les mesures préparées par tout un réseau grassement payé, les conspirateurs prévoyaient de truquer sans vergogne les résultats obtenus par les votes électroniques. Un article publié dans la version anglaise de « l’encyclopédie participative en ligne » Wikipedia (dont on mesure ainsi la contribution à la circulation de l’information) résume l’affaire et donne la liste détaillée des accusés.

Sur place, le scandale avait éclaté, dès la fin du mois de septembre, grâce à un bloggueur local dont le site est orné, en bonne place, par ce logo (un pinn’s en fait, ou « épinglette » pour les Canadiens, accompagné de la traduction arabe du slogan, en lettres rouges). Il s’agissait en l’occurrence du « père » des bloggueurs bahreïnis, un certain Mahmood al-Yusif, dont le site, Mahmood’s Den (la « tanière » de Mahmoud), attire quelque 4 millions de visiteurs par mois (même s’il s’agit de hits, en d’autres termes les « entrées » sur le blog, et non pas forcément à chaque fois autant de lecteurs attentifs, cela fait du monde !) Son billet sur l’affaire en question, publié le 24 septembre, allait provoquer toutes sortes de convulsions dans le royaume ordinairement paisible et même, à la fin du mois d’octobre, une censure – temporaire et fort légalement notifiée – de son site.

La liste des sites bloqués à cette époque (on peut la consulter à cette adresse) est d’ailleurs assez instructive : les sites de mouvements et des associations démocratiques locales y côtoient ceux de quelques publications locales (en anglais mais aussi en arabe), de quelques sites religieux (chrétiens) ou ethniques (kurdes), et celui de notre jovial bloggueur.


Ayant vite recouvré sa liberté de parole, Mahmood al-Yusif, qui semble être également actif dans le monde des affaires bahreini, n’a rien perdu de sa verve et de sa capacité à s’attirer quelques soucis. Récemment, il a été appelé à comparaître devant un tribunal pour avoir pris quelques licences avec les règles de la bienséance et traité un ministre d’imbécile !

Il en faudrait plus pour entamer sa bonne humeur et réduire son activité. Dans l’affaire présentée lors du billet précédent, on peut considérer qu’il aura apporté sa contribution en dénonçant ce qu’il appelle les Con Man Bahraini Style (ce n’est pas une insulte mais l’abréviation de Conservative Man, sa traduction pour les obscurantistes (دعاة الغياب) auxquels faisaient allusion Qassim Haddad et Marcel Khalifé dans leur manifeste. Son <a href= »http://mahmood.tv/2007/04/02/con-man-bahraini-style-take-2/
 » target= »_blank »>billet, reprenant une information de son propre réseau, ridiculise ainsi les pratiques hypocrites des députés pères-la-vertu qui condamnent au Parlement ce qu’ils acceptent dans leur cabinet d’affaires, fût-ce par le biais de quelques ruses casuistiques. Certes, leur condamnation des moeurs dépravées est sans appel et jamais ils n’accepteraient que la gestion d’hôtels dotés de licences permettant la vente d’alcool – source d’autres licences bien pires encore – puissent les concerner, de près ou de loin. En fait, de près seulement car, pour peu que la chose se fasse via un intermédiaire, saoudien par exemple, cela devient bien plus acceptable semble-t-il…

A noter au passage le caractère résolument bilingue – anglais et arabe – du blog de Mahmood, un choix de communication, bien entendu, mais qui signifie que sur le plan statistique, pour ceux qui feraient trop confiance à ces indicateurs, un des plus gros blogs de la région est « anglophone » et enregistré en « tv », c’est-à-dire au Tuvalu, un Etat polynésien… Du coup, les chiffres catastrophiques que l’on rappelle régulièrement sur l’usage d’internet et des TIC dans le monde arabe ont sont quelque peu relativisés. (Voir à ce sujet l’article de Nada Chalhoub dans le livre, disponible en ligne, que le programme SIPO vient de publier).

Divine surprise ? Après la campagne dans la presse dont il a été question dans le billet précédent, et les relais numériques offerts par les sites du type de celui que tient Mahmood Yusif, le Prince héritier du Bahreïn a désavoué le cabinet ministériel et annoncé, en le justifiant par sa préoccupation pour l’avenir du pays, son soutien au « Printemps de la culture ».

Juste une « brève », tombée le jour de la mise en ligne de ce billet et qui confirme que les choses bougent, au Bahreïn et dans la Péninsule en général : avec 44 voix sur 77, une femme, Madame Jamila Salman, vient d’être élue pour la première fois « bâtonnière » de l’ordre des avocats bareinis.

Une fois n’est pas coutume, un lien vers un article en allemand du Der Spiegel qui parle du journalisme arabe sur Internet et du symatique Mahmood al-Yusif.