Un grand silence frisé…

grandsilenceDans quelques jours, CPA devrait célébrer son huitième anniversaire… Plus de 400 billets tout de même… Mais comme vous l’aurez peut-être observé vous-même, le rythme tend à baisser depuis quelque temps, et les rendez-vous sont loin d’être régulièrement hebdomadaires. Des explications sont nécessaires, au moins pour quelques fidèles…

Il y a sans doute une part de lassitude et la formule (la forme « blog » en particulier) a dû « vieillir ». Tout cela est certain mais il y a davantage. La matière manque. Non pas que la jeunesse arabe soit en mal de créativité, ni même d’énergie. Mais l’attention (« la tension ? ») est ailleurs, pour les médias et par voie de conséquence aussi pour l’observateur qui les lit puisque CPA fonctionne comme une sorte de « veille de presse » commentée.

Il existe bien entendu toutes sortes d’initiatives qui mériteraient d’être mises en évidence – cette campagne au Liban par exemple, contre la violence et l’exploitation des femmes, signalée via SeentThis. Cependant, dans la tourmente qui balaie toute la région, proposer de s’arrêter, ne serait-ce qu’un court moment, sur l’actualité culturelle, même dans une perspective politique, paraît souvent un exercice assez vain. Des choses si graves se déroulent aujourd’hui dans l’ensemble régional qu’il est convenu/convenable d’appeler « monde arabe » qu’il me paraît impossible de faire « comme si de rien n’était ». Telle est la véritable raison aux « intermittences » de CPA.