Figures du corps, corps défigurés

Un billet publié au début du mois de mai avait évoqué le « printemps » de la danse arabe, une forme artistique dont la vitalité peut être perçue comme un des signes de changement. Pour autant, la cause est loin d’être entendue et les résistances à ce « langage du corps » sont réelles, y compris dans les formes dites « traditionnelles » de la danse orientale (sur l’origine de cette pratique, voir ce billet). Surtout quand des politiciens s’en mêlent et qu’ils exploitent ce qui leur paraît un filon susceptible de leur attirer à bon compte la sympathie d’une partie de l’opinion, ou tout simplement pour faire parler d’eux.

Dans ce pays où l’administration du droit suit des parcours compliqués, un avocat égyptien, Nabil El-Wahsh (نبيه الوحش : Nabil La-Bête si l’on s’amuse à traduire son nom), vient de déposer une plainte contre le ministre de la Culture, Farouk Hosny (souvent mentionné dans ces chroniques, notamment pour ce billet à l’occasion de sa campagne électorale pour l’Unesco). Les services du ministère ont en effet officiellement patronné le « festival de danse orientale » qui s’est tenu, fin mai, dans un grand hôtel du Caire. Connu comme le loup blanc pour ce genre de coup d’éclat, l’avocat s’élève, dans la plus pure rhétorique du courant conservateur religieux contre « l’immoralité et la dépravation » (الفسق والفجور : des termes déjà utilisés à l’occasion du second épisode de Sex and the City). Si les corps des ballerines sont bien entendu une incitation à la prostitution, le pire à ses yeux semble être le fait que des hommes aient été eux aussi autorisés à porter des tenues de danse apparemment très inconvenantes !  (voir cette info en arabe)

Le corps, ou plus exactement la nudité, avait également été l’occasion d’un autre billet à propos de la présence de ce corps au cinéma, et dans la peinture contemporaine. Dans l’excellent supplément culturel que publie chaque vendredi le quotidien Al-Safir, Soha Mustafa (سها مصطفى) revient sur cette question dans une contribution intitulée Le nu a disparu de l’art syrien et s’est transformé en commerce. L’article s’ouvre sur une anecdote savoureuse, celle du peintre syrien Fateh Al-Moudarres qui, ayant demandé à ses étudiants à l’époque où il enseignait aux Beaux-Arts de Damas de représenter une girafe, découvrit une série de dessins où l’animal apparaissait sans tête ! Un collègue professeur de religion était passé par là… En effet, dans l’imaginaire populaire, représenter une figure humaine est toujours susceptible d’apparaître comme une manière de vouloir rivaliser avec les pouvoirs du Créateur divin. D’où la solution, adoptée par bien des artistes contemporains, de s’éloigner du réalisme et de se « réfugier » dans l’abstraction ou encore le lettrisme (al-hurûfiyya, un mouvement qui exploite le potentiel plastique de l’alphabet arabe : voir cet ancien billet).

Aujourd’hui, dans le contexte d’un marché de l’art qui, en particulier en Syrie, connaît une croissance assez extraordinaire (phénomène déjà évoqué et sur lequel on reviendra), cette tendance à une abstraction de bon aloi est fort probablement renforcée par les goûts de la riche clientèle des pays de la Péninsule arabe. D’eux-mêmes, ou bien à la suggestion de certains galeristes, de jeunes créateurs actuels sont ainsi tentés de se conformer à une sorte de nouveau canon esthétique que dicterait le marché roi, par exemple en accentuant le caractère difforme de certaines représentations, qui perdent ainsi de leur réalisme et sont plus facilement acceptées.

Pour autant, nombre d’artistes savent également jouer avec subtilité de cet éventuel interdit de la représentation, tout de même assez virtuel, comme le note la journaliste, si l’on en croit le nombre de statues et de monuments érigés à la gloire des dirigeants arabes !

Oeuvres de l’artiste syrien contemporain Sabhan Adam.

Guerre des étoiles et « machines à rêves »

Titre de la série de films réalisés par George Lucas, la « guerre des étoiles » (Star Wars), c’est également le nom d’un projet de réseau de satellites anti-missiles lancé par le président Reagan en 1983. Dans le monde arabe, aujourd’hui, c’est le nom que l’on pourrait donner à l’opération de sabotage menée par des mains encore anonymes contre la chaîne Al-Jazeera Sports à l’occasion de la Coupe du monde de football qui vient de débuter en Afrique du Sud.

Vendredi dernier, alors que se déroulait le premier match de la compétition entre l’équipe du pays organisateur et le Mexique, les téléspectateurs arabes ont en effet été privés de football, pendant la majeure partie du match. En dépit de la débauche de moyens investis dans l’opération (350 envoyés sur place pour des images en haute définition et même en 3D, 22 commentateurs en arabe, anglais et même en f’rançais cette année : détails de l’opération dans cet article en arabe), la chaîne qatarie a connu un jour noir en se montrant incapable « d’offrir » au monde arabe les jeux planétaires tellement attendus.

« Offrir » doit nécessairement s’écrire entre guillemets tellement « la fête du foot » est lourde d’enjeux financiers (mais pas seulement, comme on le verra). Ayant récemment racheté – fort cher d’ailleurs – les chaînes sportives du groupe Orbit, Al-Jazeera se trouve désormais en situation de quasi-monopole de diffusion sur la région arabe. D’autant plus, que la vente de droits par la FIFA (Fédération internationale de football association) se fait sur le mode de l’exclusivité. Au moment des enchères, personne, dans la région, n’a pu rivaliser avec l’offre d’Al-Jazeera qui a donc obtenu l’exclusivité des droits pour la retransmission dans l’ensemble de la région (Moyen-Orient et Afrique-du-Nord).

Si la chaîne d’information est gratuite et libre d’accès, les chaînes spécialisées, à commencer par Al-Jazeera Sports, sont payantes. Pour en profiter, il faut donc s’abonner (compter une centaine de dollars). Et comme il n’est pas sans risque de priver tout un peuple de fans de leur sport favori (voir ce précédent billet : Le jour où l’Egypte a frôlé la catastrophe), les solutions de secours se sont multipliées à l’approche du grand événement.

En Syrie par exemple (je ne sais pas comment l’affaire s’est terminée : commentaires bienvenus !), on racontait qu’une puissance financière « privée », en l’occurrence celle de l’homme d’affaire Rami Makhlouf, le neveu du président, pourrait bien « offrir » à ses concitoyens les droits de retransmission des matchs (article publié dans Al-Quds al-‘arabi à la fin du mois de mai). En Algérie – seul pays arabe qualifié –, les anciens abonnés à la chaîne Orbit ont découvert qu’Al-Jazeera, en dépit des premières promesses, avait modifié les règles du jeu et qu’il leur fallait à nouveau payer pour pouvoir bénéficier des retransmissions. (voir ce billet sur ce blog). De crainte d’affronter un soulèvement populaire, les autorités locales ont donc acheté à Al-Jazeera (14 millions de dollars tout de même : pour le foot, il y a toujours de l’argent !) les droits de retransmission, sur réseau terrestre, pour découvrir que les qataris étaient des négociateurs qui pouvaient manquer de fair-play (article sur le blog d’un journaliste algérien).

Bien qu’ils soient au plus mal avec les Qataris, et singulièrement avec une chaîne qui leur mène la vie dure, les Egyptiens n’ont pas fait exception à la règle. Sous la menace de la frustration populaire, la télévision nationale égyptienne a également racheté, fort cher (22 millions de dollars selon cet article),  les droits de retransmissions – par chaîne terrestre – de 22 matchs. Sauf que les Qataris, cette fois encore, n’ont pas totalement respecté les règles en annonçant, après les accords, qu’ils se donnaient le droit de diffuser en clair et donc gratuitement, certains matchs de leur choix…

Et alors, pourrait-on se demander, où est le problème ? Le problème, il est économique. En effet, qui dit « foot », dit « public » et dit surtout « publicité » (une hausse de 120%, 60 millions de dollars pour les seuls pays du Golfe selon cet article dans Arabian Business). Et comme l’image est meilleure par satellite, la « gratuité » des matchs sur Al-Jazeera a pour conséquence que les téléspectateurs égyptiens risquent de se brancher sur la chaîne qatarie, et qu’ils seront suivis par une bonne partie des annonceurs, lesquels, selon la théorie des vases communicants, déserteront la télévision égyptienne qui en sera pour ses frais… C’est beau le sport !

C’est donc dans ce climat de saine compétition sportive qu’ont débuté les retransmissions des matchs par Al-Jazeera, marquée par cette très longue et très inexplicable panne qui a privé de leur plaisir des téléspectateurs arabes ayant payé souvent fort cher leur abonnement à Al-Jazeera Sports (ou même seulement le droit d’entrée dans un café ou un hôtel un peu chic accueillant les fans pour l’occasion).

Mais dans la mesure où la panne a eu lieu sur les canaux que loue Al-Jazeera sur le satellite Nilesat (et non pas sur les autres satellites qui peuvent être reçus dans la région : Arabsat, Hotbird ou Noorsat), il n’a pas fallu attendre longtemps pour que les responsables de la chaîne qatarie accusent à demi-mots les Egyptiens d’être à l’origine de ce qui semble bien avoir été non pas une panne technique mais un acte de sabotage. Comme s’est écrié, en direct, un des présentateurs sportifs, l’Algérien Lakhdar Berriche (oui, forcément, alors que l’Algérie est le grand rival de l’Egypte sur le terrain footballistique !!!) « [A Al-Jazeera,] on a voulu faire du mondial une fête sportive mais il y a quelqu’un qui est en train d’y mettre de la politique ! »

Depuis, la FIFA a naturellement donné son soutien de principe à un de ses meilleurs clients, le groupe qatari, qui a lui-même commandité une enquête technique. L’affaire est donc loin d’être close, d’autant plus que les responsables d’Al-Jazeera semblent revenir un peu sur leurs accusations à l’encontre de l’Egypte, tout en confirmant qu’ils ont bien été victimes d’un acte de malveillance qui n’a pas pu être le fait de quelques individus mais qui semble relever au contraire d’une piraterie des ondes assez sophistiquée. Qui a voulu attiser les braises de la discorde arabe ?

En attendant, ceux qui se plaignent le moins des problèmes techniques rencontrés par Al-Jazeera, ce sont les milliers d’adeptes d’un autre sport national arabe, la « débrouille ». Face à la hausse des prix rendue possible par le monopole d’Al-Jazeera sur les retransmissions, les « décodeurs », en vente (bien qu’ils soient en principe souvent interdits) partout dans le monde arabe, restent encore accessibles, pour une petite centaine de dollars. En Egypte (voir cet article en arabe sur le site Middleeast-Online), on leur donne un nom tragiquement significatif :  ce sont des ajhizat al-ahlâm (أجهزة الأحلام), des « machines à rêves ». En deux mots, tout est dit !

L’affaire des présentatrices d’Al-Jazeera : grandes manœuvres dans les médias arabes

Elle, l’hebdomadaire qui lutte inlassablement pour l’émancipation de la femme française – avec cette semaine un important dossier sur le « régime Bikini » –, alertait ses lectrices il y a quelques jours sur le « chaos dans les locaux de la chaîne Al-Jazeera ». Introduit par un très professionnel conditionnel, l’article (non signé) expliquait que ce « chaos » était dû à la démission de cinq présentatrices soumises « à une forte pression au sujet de leurs tenues vestimentaires jugées indécentes et pas assez conservatrices pour la chaîne ».

« Courage, mesdames, face à l’obscurantisme et à la guerre sainte », pouvait-on lire, sans surprise, dans les commentaires du site (à côté d’autres, il est vrai, plus pertinents). Avec juste un peu de mauvaise foi, « l’affaire des cinq speakerines », ou bien 4, ou encore 8, revenait tout simplement, par le jeu de quelques interprétations audacieuses, à interroger la capacité de la principale chaîne d’information arabe (présente dans près d’un foyer sur deux) à concilier « sa mission en tant que BBC moyen-orientale » avec « le conservatisme de certaines sociétés où elle est diffusée » (The issue is likely to refocus attention on the difficulties Al-Jazeera faces in trying to reconcile its mission to be the BBC of the Middle East with the conservativism of some of the societies in which it broadcasts : The Telegraph, 31 mai).

Tout n’est pas faux dans l’information mise en ligne sur le site de Elle mais, à l’instar du commentaire du Telegraph, l’éclairage sur une chaîne suspectée d’être devenue la chasse-gardée des « islamistes » et autres « salafistes » (commentaire dans l’algérien Al-Watan par exemple) semble singulièrement biaisé. Pour ce qui est des faits, il est à peu près établi désormais que les problèmes, latents depuis au moins le début de l’année, ont éclaté le 25 mai dernier, lorsqu’un groupe de présentatrices, soutenues par nombre de leurs collègues moins audacieuses, ont présenté, en interne, leur démission collective.

Certes, une bonne partie de la presse internationale (et arabe comme on le verra) a titré sur « le problème d’Al-Jazeera avec les femmes » (comme l’écrit élégamment le Right Wing Liberal, un blog américain qui assume son titre), en utilisant des phrases chocs telles que : conflicts with management on their clothingclothing spat – clothing dispute – quit over ‘modesty’ dress comments – mass resignations [!!!] by Al Jazeera female anchors over dress code – row over ‘clothes and decency’. Pourtant, assez rapidement, et de manière de plus en plus affirmée (article en arabe du 5 juin sur Al-Duwaliya : merci Ben !), les journalistes en question ont fait savoir – en peine perdue ou presque -, d’abord que la question de leur code vestimentaire n’était pas le fond du problème, et même ensuite que ce n’était pas vraiment le problème, tout simplement !

Sur le plan des faits également, il apparaît que certaines démissionnaires ont disparu d’antenne, mais pas toutes (article en arabe dans Al-Hayat). Plus significativement, un rédacteur en chef, Ahmad al-Shaykh (أحمد الشيخ), a été « placardisé », de même qu’un de ses principaux adjoints, Ayman Gaballah (أيمن جاب الله). L’un comme l’autre, selon cet article d’Al-Quds al-‘arabi (parmi bien d’autres), semblent avoir été sanctionnés pour leur mauvaise gestion de la crise et, en particulier pour le second, à cause d’un autoritarisme plutôt machiste… Une nouvelle réorganisation du desk information est annoncée par Waddhah Khanfar (وضاح خنفر), le directeur de la chaîne, laquelle réfléchit à la mise en place d’une « charte vestimentaire », à l’instar de CNN ou de la BBC.

Quoi qu’en dise le quotidien Al-Hayat (article en arabe), on est donc probablement assez loin des faits quand on parle, à propos des présentatrices concernées, d’une « protestation contre l’exploitation de leur corps et de leur image » (إحتجاجاً على الإمعان في استلاب أجسادهن وصورتها). En revanche, l’avalanche de commentaires dans la presse s’insère fort bien dans le sempiternel débat, certainement bien intentionné (;-), à propos du droit des femmes (musulmanes bien entendu) à disposer d’elles-mêmes et, incidemment, sur les immenses difficultés des médias arabes, Al-Jazeera en tête, à incarner un journalisme de qualité dans des sociétés « parfois conservatrices »…

Si elle souligne une fois de plus combien le succès d’Al-Jazeera continue de lui valoir un certain nombre d’inimitiés, cette démission collective des icônes médiatiques incarnant un visage de la modernité arabe, et plus encore la manière dont cette crise a été médiocrement gérée, confirme aussi les difficultés de la chaîne qatarie. Alors que la politique médiatique de l’émirat connaît de grosses difficultés avec ce que Nesrine Malik appelle the « Islam-Online debacle » (le site, un des principaux portails arabes en ligne, est en grève depuis plusieurs mois et n’est plus renouvelé depuis quelques jours), la nouvelle grille des programmes, mise en place au début de l’année sur les conseils d’une société américaine, n’est pas, à l’évidence, un grand succès. Depuis, les démissions de journalistes importants se succèdent alors que s’ajoute à la concurrence d’Al-Arabiya une nouvelle menace, celle d’une méga-chaîne d’information que lancerait le groupe Rotana, désormais étroitement associé à Fox News (voir ce précédent billet). En effet, on sait, depuis avril dernier au moins (article en arabe dans Al-Quds al-‘arabi), que l’Arabie saoudite a décidé d’accorder quelques licences pour des chaînes télévisées émettant depuis son territoire, et il semble bien également que le magnat des médias arabes, le prince Waleed ben Talal, est sur les rangs, et qu’il songe à confier la direction de la future « murdochtana » au célèbre journaliste Jamal Khashoggi (جمال خاشقجي), tout récemment « remercié » par le principal quotidien saoudien, Al-Watan, pour des propos un peu trop critiques sur le conservatisme religieux dans son pays.

Quant aux présentatrices démissionnaires d’Al-Jazeera, elles ont fait savoir que leur démission n’avait rien à voir avec ces grandes manœuvres médiatiques et d’éventuelles sollicitations de la part de chaînes concurrentes…

Sex and the City2 (suite)

Dans son blog, que je recommande chaudement, Ted Swedenburg évoque à son tour la sortie de Sex and the City 2, en se demandant notamment si le film confortera ou non le statut des villes de Emirats (Dubaï, Abu Dhabi), en tant que versions améliorées de Las Vegas et symboles de la mondialisation moyen-orientales. Il s’appuie en particulier sur les analyses de Waleed Hazbun, dans un livre qui a l’air bien intéressant (en tout cas il porte sur un sujet peu traité) : Beaches, Ruins, Resorts: The Politics of Tourism in the Arab World (Minneapolis: University of Minnesota Press, 2008). Quelqu’un l’a lu ?