Indigènes… chauvins !


Troupes indigènes. Troupes recrutées parmi la population indigène des colonies et des pays de protectorat (Dictionnaire de l’Académie, 1935).

Comment traduire le titre du film “Indigènes” en arabe ? On a dû se poser la question dans les rédactions arabes car le sujet était d’actualité.

En effet, comme le signalait Courrier international en résumant les articles de la presse locale, le film a suscité, lors de l’avant-première algérienne le 7 octobre dernier, beaucoup d’émotion. En Algérie, on trouve que l’oeuvre est pleine de qualités esthétiques (le réalisateur, Rachid Bouchareb, est d’origine algérienne, ça tombe bien !). Mais on trouve aussi que le scénario ne met pas suffisamment en évidence les réalités coloniales. Il aurait fallu rappeler davantage – et sur ce point, la faute incombe à Jamel Debbouze, l’âme du film – que la mobilisation des troupes coloniales fut, ne serait-ce que pour des raisons économiques, une mobilisation forcée.

La presse arabe, du Maghreb comme du Machrek, a fait ses titres sur un autre fait. “L’acteur le mieux payé du cinéma français” n’a pas assisté à cette avant-première algéroise, faute de visa. Il lui a été refusé, pour la seconde fois, par les autorités algériennes qui n’ont pas donné d’explication. (La première fois, c’était en avril, et un journal comme Liberté s’était déjà déchaîné contre “l’artiste franco-marocain” “bouffon préféré” de Mohamed VI.)

Pour une bonne partie de la presse arabe, au Maghreb et ailleurs, la raison de ce refus est évidente : l’acteur français est d’origine… marocaine ! Cette indigène-là est marocain, et en plus, comme le rappelle nombre de commentaires, un Marocain qui n’a jamais caché sa “marocanité”, ce qui, en dialecte politique local, signifie qu’il estime comme tous les participants de la Marche verte que la province la plus méridionale du pays s’appelle le “Sahara occidental” – et non la “République sahraouie”, comme on s’obstine à le penser juste à côté !

Sur la Toile marocaine, un article au style flamboyant et dont le titre est déjà tout un programme (“Show rédactionnel algérien aux allures d’une chasse à courre”) raconte ainsi que les Algériens ne sont vraiment pas à la hauteur de la traditionnelle hospitalité arabe que les Marocains accordent généreusement aux vedettes algériennes, à commencer par Chebb Khaled et Chebb Memi… En Algérie, il y aura eu tout de même Al-Watan pour critiquer la mesure officielle en demandant, non sans humour ni perfidie, si on interrogerait Zidane, la prochaine fois qu’il reviendrait dans son pays d’origine, sur ses idées politiques (à propos de la Kabylie par exemple…)

Une fois de plus, le cinéma, l’art se trouvent donc pris dans les jeux politiques. Pourtant, à en croire certains “analystes”, c’est encore plus compliqué que cela. Si l’acteur comique est personna non grata en Algérie, c’est en fait parce que, dans ce pays, on ne se vend pas à l’ancien colonisateur !

Une explication ? “Indigènes” a été tourné au Maroc (Ouarzazate), où on lui a accordé un soutien financier, parce que l’acteur principal jouit de l’admiration et de l’amitié du souverain chérifien. (On le voit sur cette photo recevoir l’hommage de son illustre sujet franco-marocain…)

Or cet acteur est également au mieux avec Chirac (d’ailleurs, regardez cette photo très compromettante – surtout pour madame Chirac ! – dont la presse du Golfe donne une version plus prude). Par conséquent, toute cette affaire, y compris avec la “gratification” (enfin) donnée aux anciens combattants “indigènes”, n’est rien d’autre qu’un coup politique pour sauver le soldat Chirac !

“La fraternité des peuples marocain et algérien finira par s’imposer”, écrit Abdelkrim El Mouss dans l’article mentionné ci-dessus. Ce n’est pas certain, surtout si les Français (y compris d’origine arabe) s’en mêlent !

Mais au fait, comment la presse arabophone a-t-elle traduit le titre du film ?
Al-Khaleej (quotidien du Golfe) s’en tire facilement avec al-indîjîn . On se demande ce que comprennent les lecteurs locaux, plutôt anglophones ! D’autres rédactions ont proposé “les habitants, les gens (الأهالي). Une telle traduction gomme totalement le fait qu’il y a bien des “gens du coin”, mais également d’autres, venus d’ailleurs et qui les traitent justement d’indigènes !

Les “habitants d’origine” (السكان الأصليون), une solution souvent adoptée, est sans doute meilleure, mais elle ne dit rien non plus du scandaleux retournement opéré par le mot français qui reconnaît, certes, des “habitants originels” mais, d’une certaine manière, pour les mettre à la porte dès lors qu’ils ont reçu ce terme : aux “indigènes”, les premiers habitants, sont venus se subsituer d’autres…

La dernière solution est intéressante : badawiyun (بدويون), “les types du coin, un peu ploucs”. Le terme choisi rend cette fois-ci la différence hiérarchique, le sentiment de supériorité présent derrière le terme français. Mais le mépris (au mieux inconscient) du colon français à l’encontre du plouc colonisé n’est tout de même pas celui de la langue actuelle, celle d’un citadin cultivé, journaliste par exemple, qui pourrait utiliser ce mot pour désigner avec un peu de condescendance les culs-terreux un peu arriérés.

Dans un article intitulé “De la colonisation à l’immigration”, Le Monde évoque un colloque sur cette question et cite les propos du “Britannique Alec Hargreaves, professeur à l’université d’Etat de Floride, [qui] a consciencieusement appuyé là où le bât blesse, procédant à l’autopsie d’une spectaculaire disparition, celle du mot “colonial”, du champ lexical de l’Etat.

“C’est, a-t-il martelé, au moment de la décolonisation que la “francophonie” remplace la “mission civilisatrice”, que les “Arabes” disparaissent au profit des “Maghrébins” et que les anciens colons (…) deviennent des “rapatriés””, alors que la plupart n’ont jamais vu la France.