Des chanteuses et des hommes (politiques) : "la dialectique des corps et des hommes influents"

Bien que son titre puisse le donner à penser, ce billet n’a rien à voir avec la vie privée du président de la République française et de son épouse, la chanteuse Carla Bruni. Certes, on cherche dans les kiosques français des couvertures qui ne sont pas illustrées par la photo de l’une ou de l’autre (au point de faire étrangement ressembler la presse française aux journaux arabes qui ne sauraient déroger à l’actualité royale, princière ou présidentielle). Mais dans le monde arabe, et en Egypte tout particulièrement, c’est un autre homme politique, et une autre chanteuse, qui occupent toutes les conversations, au point de reléguer à l’arrière-plan les sacro-saints feuilletons de ramadan.

Il faut dire que ce feuilleton-là possède tous les ingrédients des pires scénarios de la trash télévision : sexe, argent, trahison, violence… et politique.

Un rapide rappel des faits est sans doute nécessaire. Fin juillet, le corps de Suzanne Tamim (سوزان تميم), une chanteuse libanaise qui a une vie sentimentale compliquée est découvert dans son appartement en haut d’une des tours de Dubaï, aux Emirats. Le 9 août, l’assassin présumé, un ancien policier égyptien, est arrêté. Quelques jours plus tard, un quotidien du Caire, al-Dustour, est saisi, et plusieurs de ses journalistes mis en accusation, pour avoir écrit qu’une importante personnalité politique locale était mise en cause dans l’enquête. Le 2 septembre, et sur la foi d’enregistrements saisi auprès de l’assassin présumé, le parquet égyptien annonce la mise en accusation pour “incitation au meurtre” (التحريض على قتل) de l’homme d’affaire Hisham Talaat (هشام طلعت), connu pour entretenir une liaison tumultueuse avec la victime depuis plusieurs années.

L’homme arrêté n’est pas exactement n’importe qui. Milliardaire d’une cinquantaine d’années à la tête du très puissant groupe immobilier, Talaat Mustafa Group (estimé à plusieurs milliards de dollars), ami personnel de la famille Moubarak et en particulier du jeune fils prodige Gamal, Hisham Talaat, membre du Parlement égyptien où il participait à la commission économique, était jusqu’alors une des figures clés du parti au pouvoir.

Dans les innombrables commentaires de la presse arabe sur cette affaire, cet article d’Elaph (un quotidien en ligne un peu trash qui se délecte de cette affaire) résume bien les différentes hypothèses qui pourraient expliquer ce dénouement juridique, au-delà, bien entendu, de la rigueur et de l’impartialité qui caractérisent la justice égyptienne.

Un premier scénario évoque les tensions qui opposeraient les milieux d’affaires proches du pouvoir et qui auraient provoqué la chute de Hisham Talaat au profit de son rival, Ahmad ‘Izz (أحمد العز), un autre magnat de la construction.

On peut également penser que les autorités ont décidé de lâcher le magnat de l’immobilier en constatant l’écho de cette affaire auprès de l’opinion, peu disposée à prendre le parti d’un mari volage et père de famille, et bien évidemment très émue par le sort de la belle et jeune chanteuse libanaise, sauvagement assassinée. Après différentes décisions récentes, en particulier la relaxe d’un autre milliardaire propriétaire du ferry dont le naufrage en Mer Rouge, en 2005, avait tout de même provoqué un millier de victimes, il n’était pas mauvais que la justice montre qu’elle pouvait être exemplaire.

Dernier élément, fort important sans doute, la réaction des autorités des Emirats, le lieu du crime. Avec constance, ces autorités travaillent à asseoir la réputation sécuritaire de leur pays, aussi bien en ce qui concerne les capitaux que les personnes. Dès lors que le crime suscitait un tel retentissement, tout a été mis en œuvre, dans l’enquête policière mais également auprès des autorités égyptiennes, pour s’assurer que la justice suivrait son cours.

Un procès retentissant viendra sans doute mettre un terme à toute cette histoire qui passionne l’opinion. Mais dans le monde arabe, comme en France et ailleurs, il y a fort à croire que cela ne marquera pas la fin de “la dialectique des corps et des hommes influents”, selon la jolie formule d’un journaliste d’Elaph. D’ailleurs, et même si elle est moins connue en Occident que la geisha japonaise, la qayna (قينة), la courtisane,, chantée par Jahiz dès le IXe siècle, fut une des grandes figures de la culture arabe classique.

En effet, en dépit des airs dévots qu’ils se donnent (et qu’on leur prête encore plus souvent), les pays arabes connaissent, eux aussi, la sexualité et ses troubles. On aurait tort dans ce domaine comme dans d’autres de se fier aux apparences et encore plus aux idées trop simples.

On en voudrait comme seul exemple, une autre de ces qayna d’aujourd’hui, l’ébouriffante Hayfa Wahbe (qui n’a plus de secrets pour les lecteurs de ces chroniques, au moins depuis ce billet). A différentes reprises (voir par exemple cet article sur le site de la chaîne Al-Arabiya), la très exubérante Haifa a ainsi déclaré toute l’ardeur qu’elle éprouvait vis-à-vis de cheikh Hassan Nasrallah, le célèbre dirigeant du Hezbollah, si facilement décrit comme l’exemple par excellence d’un courant politique totalement opposé aux “valeurs-de-l’Occident”.

Que la belle Haïfa puisse déclarer qu’elle est “à la disposition de dirigeant Hassan Nasrallah pour tout ce qu’il pourrait me demander” (أنا تحت أمر السيد نصرالله فيما يطلبه مني) peut nous laisser rêveurs sur l’aura dont jouissent les hommes influents politiquement. Mais cela devrait surtout nous obliger à nous demander si les clivages, culturels et politiques, passent bien comme on nous le dit si souvent entre le libéralisme laïc occidentalisé d’un côté et le rigorisme musulman rétrograde de l’autre. A l’évidence, la vision du monde d’une Haïfa Wehbe et de beaucoup d’autres Arabes répond à d’autres catégories.

Pepsi vs Coca : la "mer" de toutes les stars

Jusqu’au début des années 1990, le Coca Cola était boycotté ans le monde arabe. A cause de ses liens présumés avec le mouvement sioniste sans doute, mais plus encore en tant que symbole de l’impérialisme américain. A ce titre, il joue un rôle capital dans Le Comité, un des meilleurs romans du romancier égyptien Sonallah Ibrahim publié en 1981 (traduction française chez Actes Sud).

Aujourd’hui, alors que nombre de marchés sont saturés, les pays arabes offrent aux producteurs de boissons gazeuses une croissance annuelle de 10 %. Avec une démographie galopante productrice de jeunes assoiffés de boissons (en principe) non alcooliques, leur potentiel de développement pour les marques de “gazouze” est donc immense, et les enjeux commerciaux énormes.

Malgré ses brillantes campagnes de publicité, parmi les premières dans le monde arabe à jouer pleinement le jeu de la mondialisation consommatrice (voir ce précédent billet), Coca Cola a du mal à rattraper son retard et plafonne à 35% de parts de marché (lien vers un bon article du Los Angeles Times).

Couverture de Mohieddine Ellabbad pour Le Comité


Pepsi continue à dominer le marché, une position qu’il est bien décidé à défendre chèrement (c’est bien le mot). A très très grands frais (comme on s’en rend compte par exemple à la qualité – technique s’entend – du site spécialement créé pour l’occasion : cliquer sur le carré de droite pour les connexions rapides puis sur la ligne de texte en dessous du cercle), la société vient en effet de produire la première comédie musicale publicitaire arabe (et peut-être mondiale). Après un lancement auprès de la presse à Beyrouth, au Caire, c’est également le premier film arabe à être distribué simultanément dans plusieurs grandes capitales de la région.

Ecrit par un scénariste américain, réalisé par un Egyptien célèbre pour ses clips musicaux à destination des chaînes télé, Bahr al-noujoum (Sea of stars – بحر النجوم) raconte l’histoire, redoutablement simple, d’un jeune homme qui se désespère de voir son île, autrefois prospère, végéter. Bien décidé à lui faire retrouver la prospérité, il a l’idée de monter un festival musical, lequel, comme de bien entendu, est sponsorisé par… Pepsi ! De l’avis des critiques, le film est totalement nul mais il sera peut-être malgré tout un succès, pour l’industrie du disque en tout cas, grâce à ses principaux interprètes parmi lesquels figurent quelques-unes des grandes vedettes de la chanson arabe.

Cet épisode publicitaire permet de se rendre compte que si la politique américaine s’obstine à passer l’ensemble des conflits de la région à la seule moulinette de la religion, en évoquant un étrange Great Middle East qui va jusqu’à l’Afghanistan et en s’obstinant à ne parler que de Muslim World, les experts des grandes firmes globales, eux, continuent à tabler sur quelque chose qui s’appelle “le monde arabe”.

Comment expliquer sinon que ces promoteurs zélés du capitalisme mondialisé que sont les experts en communication de la société Pepsi ont retenu un panel d’interprètes qui va, selon la formule consacrée, “du Golfe à l’Océan” ? Comme on le voit d’ailleurs sur la photo, le trio de choc libanais – composé des trois super (sexy) vedettes Carole Samaha, Wael Kfoury et bien sûr Haifa Wehbe – est ainsi encadré à gauche par une représentant du couchant (maghreb) arabe, le Tunisien Ahmed El Cherif, une ex-vedette du premier Star Ac’, et à droite par une chanteuse issue de son orient (machrek), la jeune vedette des Emirats, Ruwaida Al Mahrooqi. (Tout ce petit monde, on s’en aperçoit en visitant le site du film, s’exprime en libanais, qui reste la lingua franca des clips arabes.)

Dès lors, on peut s’amuser à relire le (pauvre) scénario du film : cette île jadis prospère, ancien phare de la civilisation et qui maintenant végète dans la pauvreté, c’est bien entendu le monde arabe. Et pour renouer avec le progrès et retrouver richesse, beauté et célébrité, il suffit que les grandes voix de la nouvelle génération fassent preuve de bonne volonté.

Si le sponsor de ce scénario de rêve ne peut être qu’américain, il reste à trouver le jeune homme qui aura l’idée géniale de lancer “la mère de toutes les batailles” pour unir tout le monde au sein du festival de “La mer des stars”… Le jeune Gamal Moubarak peut-être ?

En attendant le brûlant billet de la semaine prochaine, consacré à la sulfureuse Haifa (Wehbe), la vidéo de la semaine vous permet de découvrir la bande annonce de “La mer des stars”…

On annonce la mort de Youssef Chahine. Une précédente chronique parlait de son dernier film, Chaos. Elle vous donnera notamment un lien jusqu’au site du réalisateur aujourd’hui disparu.

Poésie et télévision dans le Golfe : une question "géopoétique" !

Renouant avec l’incroyable succès de la finale précédente, l’année dernière, la seconde édition du Poète du million a été suivie, vendredi dernier, par quelque 70 millions de téléspectateurs, essentiellement dans le Golfe (voir ce précédent billet). Triomphe médiatique, l’émission diffusée par Abu Dhabi TV est toutefois en train de se transformer en problème politique, et même peut-être en échec commercial si les choses tournent vraiment mal.

Contre toute attente en effet, l’oriflamme (bayraq) pourpre du vainqueur a été remis non pas au candidat saoudien pourtant donné largement favori mais à un rival. Pour ne rien arranger, celui-ci a été naturalisé au Qatar il y a moins d’un an alors qu’il était né saoudien car cette compétition télévisée régionale connaît désormais des transferts d'”athlètes poétiques” à l’instar de ceux des “artistes du sport”.

En tout cas, il ne fait aucun doute au royaume des Saoud que cet échec national est le résultat d’une sombre machination, et les appels au boycott de la prochaine édition de l’émission produite par l’émirat voisin d’Abu Dhabi se multiplient via les messageries téléphoniques et les sites internet.

En effet, à quoi bon participer à la compétition si les jeux sont faits d’avance ? L’un des deux finalistes saoudiens n’a-t-il pas été victime d’une inexplicable rupture de faisceau ? Plus grave encore, la charmante présentatrice – dont on dit qu’elle doit épouser très prochainement un richissime saoudien – n’a-t-elle pas elle-même exprimé, en toute innocence, sa plus grande surprise à la lecture du verdict final ? Comment le mieux placé des candidats saoudiens, avec un tel soutien de la part du public et de telles notes auprès du jury, a-t-il pu se retrouver si mal classé ?

Pour l’opinion saoudienne, la politisation (تسييس) de la compétition est donc une affaire entendue. D’ailleurs, Cheikh Khalifa bin Zayid Al Nahyan a quitté le théâtre où se tenait la finale au bout de quelques minutes seulement, laissant son ministre des Affaires extérieures remettre le prix. On a dit depuis que les candidats saoudiens n’avaient, de toute manière, aucune chance de l’emporter.

En effet, les tensions entre les Emirats et l’Arabie saoudite, notamment à propos d’un différend portant sur une oasis frontalière, ne sont un mystère pour personne. Dans ce contexte, l’émission préférée des téléspectateurs du Golfe fonctionnerait dans le paysage audiovisuel régional exactement comme Al-Jazeera : de la même manière que la plus célèbre des chaînes panarabes fait partie de la politique extérieure du Qatar, le Poète du million est la carte que joueraient les Emirats contre leur puissant voisin saoudien !

D’ailleurs, il n’aura pas échappé aux observateurs les plus avisés que le jury du concours a proposé cette année aux candidats d’improviser à partir de deux vers choisis “comme par hasard” dans l’oeuvre d’un poète célèbre de la famille de Al Racheed, longtemps rivale de la dynastie saoudienne dans la Péninsule durant la seconde moitié du XIXe siècle !

Pourtant, la véritable leçon “géopoétique” de l’échec saoudien, c’est qu’il ne faut pas beaucoup plus qu’un jeu télévisé pour rallumer les feux mal éteints des rivalités tribales dans un Etat qui n’existe sous sa forme officielle que depuis 1932. Dans la mesure où deux candidats saoudiens restaient en lice pour la finale, il semble bien qu’aucun des deux n’ait reçu le soutien unanime de ses compatriotes, lesquels n’ont pas su s’unir pour faire triompher une seule candidature en envoyant un déluge de SMS (payants !) vers le site de l’émission.

Il faut dire que le propre de cette joute poétique, où l’on s’exprime non pas en arabe classique mais en dialecte, est de jouer précisément sur la fibre tribale. Nâsir al-Farâ‘ina (ناصر الفراعنة), le candidat malheureux, a pu ainsi déclarer qu’il avait fait de son mieux pour représenter – dans l’ordre ! – son pays, sa tribu et son public (الحمد لله على كل شيء لقد مثلت بلدي وقبيلتي وجمهوري أحسن تمثيل) !

Ce retour à des formes d’expression assez archaïques explique d’ailleurs qu’on est très loin de se réjouir dans les milieux littéraires de l’incroyable succès de cette émission : elle ne met en vedette qu’une écriture très traditionnelle dans ses thèmes et dans sa forme, en totale contradiction avec la révolution poétique lancée au milieu du siècle dernier par la jeune génération d’auteurs arabes et progressiste d’un pays voisin, l’Irak.

Une petite vidéo du vainqueur pour se plonger dans l’ambiance.
Un article assez complet dans le quotidien en ligne (saoudien) Elaph sur l’affaire, complété par cet autre et également cet article dans Al-Hayat.
Quant à cet article du Syrien Fadi Azzam, intitulé “Cinq poètes pour un citoyen du Golfe !”, il permet de se faire une idée de la réception du Poète du million dans les milieux intellectuels.

“My life, Arab movie” : boycott et normalisation

“Normalisation” (تطبيع) est, en arabe, un mot lourd de sens. Depuis la signature des accords de Camp David entre l’Egypte et Israël en 1978, il signifie en fait le refus par une très grande partie des artistes et des intellectuels de toute activité impliquant, à un degré ou à un autre, des relations avec des Israéliens.

Dans nombre de pays, les organisations professionnelles, appuyées par des dispositions légales dans certains cas, sont en droit de poursuivre ceux qui rompent ce boycott. Tout récemment, le syndicat des artistes égyptiens a ainsi examiné le cas du comédien ‘Amr Waked, partenaire de George Clooney dans Syriana notamment. Le dossier a été classé sans suite (voir cet article en arabe) car l’acteur égyptien, quand il a participé au tournage en Tunisie de Mésopotamie (Bayna al-nahrayn), n’était pas au courant que le personnage principal, à savoir Saddam Hussein, serait interprété par un acteur… israélien !

Depuis toujours, ce refus de toute normalisation avec l’Etat israélien pose nombre de problèmes. A commencer aux Arabes portant la citoyenneté israélienne (les “Palestiniens de 48”), longtemps privés de tout contact avec le reste du monde arabe alors qu’ils défendaient sur leur terre, à l’image du romancier Emile Habibi, le maintien de leur culture. Ces artistes et ces intellectuels ne sont pas directement visés par le boycott mais ils en subissent malgré tout les conséquences : porteurs d’un “mauvais” passeport, nombre de pays arabes leur sont fermés saufs si lesdits pays “trahissent” la cause et signent des accords avec Israël…

Les visites dans l’autre sens posent aussi problème. En Israël mais également dans les Territoires occupés depuis la suppression de fait de leur prétendue autonomie, péniblement obtenue à Oslo. Aujourd’hui, même pour se rendre en “zone autonome palestinienne”, il faut une autorisation des autorités israéliennes. Il y a quelques jours, Saber El Roubai (صابر الرباعي: voir cet article en arabe), une vedette tunisienne qui envisageait ainsi de se produire à Jéricho, à l’invitation de la principale société de téléphonie palestinienne, a fait l’objet de vives critiques.

L’accroissement des accords politiques et/ou commerciaux entre des pays arabes et l’Etat israélien mais aussi les montages et les échanges de plus en plus fréquents et complexes au sein du marché culturel à la fois panarabe et mondialisé compliquent à l’envi les choses. Après bien d’autres, deux récentes affaires de boycott, au nom du refus de la normalisation, illustrent l’absurde d’une situation de plus en plus intenable, sous cette forme en tout cas.

Lancé cette année – dans le cadre de la classique rivalité avec Dubaï qui possède le sien depuis plus longtemps – le festival de cinéma d’Abu Dhabi n’a guère suscité l’enthousiasme de la profession. Deux polémiques, liées au fameux boycott et aux soupçons de normalisation, ont fait qu’on en aura tout de même parlé dans la presse.

La première entre dans un cadre très classique, celui des efforts que déploie inlassablement l’Etat israélien pour intégrer une région qui, à quelques exceptions près (dont l’Egypte) refuse sa présence, en tout cas faute d’un accord global portant, notamment, sur la question palestinienne.

La culture est un des vecteurs privilégiés des offensives de charme de l’Etat israélien qui cherche par tous les moyens à s’immiscer dans les grands rendez-vous régionaux. Cette année, divers festivals de cinéma importants, Le Caire, Marrakech mais aussi avant eux le tout nouveau festival d’Abu Dhabi, ont subi de très amicales et lourdes pressions pour intégrer à leur sélection un film en particulier, La Visite de la fanfare, du réalisateur israélien, Iran Kolirin.

Primé lors de nombreux festivals, le film (sortie prévue en France mercredi 19 décembre) raconte l’histoire de musiciens égyptiens égarés dans une petite ville du sud d’Israël à la suite de divers problèmes. L’absence, dans l’alphabet arabe, de la lettre « p » est en particulier source de difficultés de prononciation qui provoquent une confusion entre deux villes presque homonymes.

La question de la langue, comme l’analyse le très bon billet de ce blog spécialisé sur le cinéma israélien, est d’ailleurs au cœur du film. Elle lui aura valu aussi quelques ennuis car il n’aura pas pu concourir en raison d’un trop grand nombre de dialogues en anglais, alors que c’est précisément la langue qui permet aux personnages, égyptiens et israéliens, de communiquer entre eux. (Dans “la vraie vie”, les acteurs sont à ma connaissance tous israéliens, juifs ou arabes, et je me demande ce que cela donne pour l’accent égyptien !) Le “message”, indéniablement, consiste à dire que les hommes (et les femmes), au-delà des frontières, peuvent se parler et s’apprécier.

Film à message, Le Voyage de la fanfare n’est pas pour autant un manifeste. Le billet déjà cité met en évidence le caractère très ambigu de cet espoir de rencontre qui, dans le scénario retenu, achoppe sur deux solitudes inconciliables. Et elles sont vouées à le rester, en tout cas pour le public arabe qui n’aura probablement pas l’occasion avant longtemps de découvrir ces images, refus de la “normalisation” oblige !

Alors que la presse israélienne avait semble-t-il déjà annoncé sa présence au festival d’Abu Dhabi, le film a été retiré au dernier moment de la programmation. Sans cela, le tout nouveau festival allait droit à la catastrophe suite au boycott des professionnels, notamment égyptiens. Cette décision n’a pas suffi à stopper net les accusations de “normalisation” car un autre film, projeté, lui, à Abu Dhabi, a également fait polémique.

Salade de pays (salata baladi) est un documentaire qui raconte l’histoire d’une famille peu banale, mais tout de même représentative d’une région certes un peu compliquée ! Nadia Kamel filme sa grand-mère, Mary, égyptienne à 100% tout en étant d’origine juive et catholique par ses parents et notamment par sa mère, italienne, qui s’est elle-même convertie à l’islam. (Voilà pour la “salade”, bien mieux expliquée sur le bon blog du film).

Fervente militante de gauche que la prison n’a pas réussi à faire fléchir, la grand-mère, notamment parce qu’elle lui reproche d’avoir spolié un autre peuple de ses droits, “boycotte” une partie de sa propre famille émigrée en Israël en 1946. Mais pour l’avenir de ses propres petits-enfants, elle rompt le tabou et décide d’aller, 55 ans après, leur rendre visite, “chez eux”. (Dans cette famille-là, on ne communique pas en anglais mais en arabe mêlé de français et d’italien.)

Accusée (voir cet article en arabe sur islamonline) de prôner la “normalisation” – et ce ne doit pas être rien pour cette militante née dans une famille de militants… -, la réalisatrice, Nadia Kamel répond (voir cet article en arabe) que le Moyen-Orient est une “salade de pays”, un monde de mélanges. Elle refuse par conséquent de se voir dicter sa conduite, imposer des interdits, des “lignes rouges”, impossibles à franchir, quelles que soient les raisons.

Du reste, faut-il appeler “normalisation” le voyage auprès des siens d’une femme comme cette grand-mère ? Et celui de Mahmoud Darwich quand il va donner un récital à Haïfa, chez les siens, est-ce également une forme de normalisation ?

My life, Arab movie! explique en anglais au chef de la fanfare égyptienne l’héroïne israélienne de La Visite de la fanfare, en référence aux mélos égyptiens dont elle peuple son existence trop vide. Faut-il vraiment que la loi d’airain du boycott soit une fatalité aussi tragique ?

Guerre des moeurs, guerre des marques : interdiction des "artistes" libanaises en Syrie

Haïfa Wehbe et sa bande

Parallèlement au mot “fannânât” (فنانات), l’arabe moderne utilise également le terme “artîstât” (أرتيستات) qui désigne, de manière assez équivoque, certaines vedettes féminines qui “se servent de leur esthétique pour assurer leur succès” (اللواتي يتسخدمن مظهرهن الخارجي كوسيلة لنجاحهن) comme on peut lire dans un des articles consacrés par le site elaph.com au sujet de cette semaine.

Des artîstât qui sont en effet très présentes dans les pages de la presse arabe, même la plus sérieuse, depuis les déclarations du responsable du “syndicat des artistes syriens” (نقابة الفنانين السوريين : “artistes” au masculin, pour cette organisation professionnelle parfaitement respectable). Car Salâh ‘Ubayd – c’est le nom de ce parlementaire élu à ce poste syndical jusqu’en 2014 comme il s’en vante – a décidé en juillet dernier de lancer une campagne contre “l’art dégradé” (al-fann al-hâbit : mot-à-mot : l’art qui s’abaisse), contre cette “pollution morale” (التلوث الاخلاقي) qui caractérise des pratiques relevant à ses yeux davantage du strip-tease que de la chanson. En conséquence, Haïfa Wehbe mais également Elissa et Nancy Ajram, sans oublier Dominique et toutes les autres, ne seraient plus autorisées à vendre leurs charmes de l’autre côté de l’Anti-Liban.

L’oukase du patron des artistes syriens a valu à cet acteur de réputation très moyenne non seulement les honneurs de toutes les feuilles à scandale et d’innombrables entretiens sur les chaînes satellitaires, mais également les félicitations de quelques imams de mosquée qui ont salué le mérite de “l’artiste croyant” (الفنان المؤمن : comprendre Salâh ‘Ubayd). Dans le climat politique local, la sortie d’un député soutenu par le Baath, le parti au pouvoir plutôt libéral (sur le plan des moeurs bien entendu !), est en quelque sorte du “pain bénit” pour l’opposition religieuse qui fait du respect de la stricte morale musulmane un de ses chevaux de bataille.

Dans un premier temps, de nombreux commentateurs ont cru que le boycott des artistes libanaises par la Syrie était politique, surtout dans le contexte des relations entre les deux pays depuis l’assassinat de Rafic Hariri. Hayfa Wahbe aurait ainsi chanté pour “Doc’ Geagea”, le patron des Forces libanaises, Elissa, aurait participé au “Independence Day”, la grande manifestation du 14 mars, et Nancy Ajram se serait permis des propos désobligeants sur la situation des libertés dans la “Syrie soeur” (سوريا الشقيقة).

La rumeur du boycott se répandant comme une traînée de poudre, notamment sur les innombrables sites où les fans partagent leur passion pour les vedettes du vidéoclip arabe, le président du syndicat des artistes syriens a tenu à confirmer qu’il n’y avait dans cette mesure aucun ostracisme envers les Libanaises. Même si une de ses déclarations avait pu laisser croire qu’on leur reprochait de ne pas avoir payé à l’Etat syrien les taxes sur leurs prestations dans ce pays, Salâh ‘Ubayd a bien précisé par la suite que cette décision devait se comprendre comme une forme de protection morale (محمية اخلاقية) contre d’innombrables attentats au bon goût dont se rendent coupables de trop nombreuses artistes. La liste noire dressée par ses soins révèle ainsi qu’elles sont souvent libanaises mais pas exclusivement puisque la sulfureuse égyptienne Ruby (sur la photo) y figure également.

Cette interdiction est sans nul doute un coup sévère pour les Syriens amoureux de l’art sous toutes ses formes, mais plus encore pour les professionnelles libanaises dont les activités sont durement frappées par une crise politique qui ruine les échanges touristiques autrefois si puissants et si riches. Certaines artistes militent à leur manière pour une réconciliation entre les deux pays et Dominique “Farfoura” Hourani (photo de la page d’accueil de son site) a ainsi eu l’idée de lancer un clip avec une chanson en syrien. Hélas, ceux qui ont eu l’occasion de l’écouter affirment que ses trop nombreuses erreurs de prononciation risquent surtout d’aggraver les choses !

Pour surmonter la crise, d’autres n’hésitent pas à payer de leur personne pour proposer une gamme de services inédits destinés à la clientèle des nouveaux marchés. Elissa, en tête de la “liste noire” syrienne semble-t-il, vient ainsi de se rendre aux Emirats pour lancer, dans le très luxueux palace Emirates Tower, sa propre gamme de parfums, “Elle d’Elissa”.

Dès lors que les chaînes satellitaires continuent à bombarder les malheureux spectateurs syriens de vidéoclips tous plus pernicieux les uns que les autres, beaucoup s’interrogent sur les véritables motifs de la décision prise au début de l’été par le responsable du syndicat des artistes syriens. Après avoir prévalu un temps, l’hypothèse la plus immédiatement politique, celle d’une vulgaire attaque contre les ambassadrices du charme libanais, est désormais écartée. Reste donc une lecture tout aussi politique, mais moins immédiate, celle de la répression de toutes les formes de liberté – y compris sexuelle – sous prétexte de morale et de religion. C’est l’opinion d’un journaliste algérien qui, dans un article en français, fait une bonne place aux péripéties des artîstâts des vidéoclips dans la litanie des atteintes récentes aux libertés dans le domaine de l’art et des moeurs.

Mais une autre interprétation est possible : le refus des artîstât, libanaises ou non, a d’autres fondements politiques. Il exprime – ou bien il exploite, comme on voudra – le refus de ce que l’intéressante notice de Wikipedia sur Nancy Ajram appelle “l’ajramisation des sociétés du monde arabe”, à savoir un processus d’occidentalisation qui va bien au-delà des moeurs et des comportements sexuels car il implique aussi l’acceptation de l’hyperdomination économique globalisée. Tout cela est remarquablement expliqué (en anglais) dans un billet intitulé The cola wars come to panarabia, sur un blog furieusement éclectique que je ne connaissais pas : Revolt in the desert (Adorno y voisine avec Nancy Ajram et c’est bien intéressant !)

De ce point de vue, il est assez inévitable qu’en Syrie, bête noire des Américains, des voix s’élèvent au nom de la morale pour faire de la politique (et que des voix politiques fassent la morale). Elles prétendent faire barrage aux ambassadrices de charme de Coca-Cola et de Pepsi, les Nancy Ajram (à gauche) et autres Elissa (à droite), vedettes du marché arabe pour les multinationales du Cola.

En prime, le clip de la semaine : “Farfoura” par Dominique Hourani, qui a fait date semble-t-il par l’apparition en maillot de la chanteuse (ex-mannequin).

Bonnes à tout faire dans le monde arabe (2/2) : étrangères et domestiques

Amour partagé (dessin de presse marocain)

La présence, nuit et jour, de jeunes bonnes dans l’intimité des familles qui les emploient ne va pas sans créer toutes sortes de problèmes. Le quotidien électronique Elaph a ainsi publié récemment une enquête au titre racoleur : Le sexe, fonction secrète de la domestique dans le Golfe الجنس وظيفة سرية للخادمة في الخليج ). Tirant la sonnette d’alarme quant aux conséquences sur l’éducation des enfants livrés à des femmes étrangères, en majorité non musulmanes, peu éduquées et même analphabètes, l’article évoquait également, sans dire vraiment à qui en revenait la faute, les services sexuels rendus par ces bonnes à tout faire. Selon une statistique, reprise sur de nombreux forums internet féminins du Golfe, les “bonnes”, qui pour les deux tiers d’entre elles n’ont pas 30 ans, accepteraient pour 59% d’entre elles selon les termes de l’enquête “d’entretenir des relations sexuelles avant le mariage”…

Toujours dans cet article, une sociologue des Emirats expliquait, non sans malice, que les maîtresses de maison veillent souvent à choisir des employées qu’elles considèrent moins attirantes qu’elles-mêmes, ce qui n’est pas toujours du goût de leur mari ! Un peu plus loin, M. Zayyât, spécialisé dans la fourniture de personnel de maison, indiquait que, pour les mêmes raisons, les Asiatiques ont la préférence des femmes alors que les hommes penchent davantage pour de “jolies Libanaises, chrétiennes de préférence, ou [au moins] des Marocaines” ! Il faut à l’évidence faire la part des fantasmes car il est proprement inimaginable que des Libanaises, de confession chrétienne qui plus est, travaillent dans les pays du Golfe pour de tels salaires, en tout cas pas pour ce type de services !

Néanmoins, le marché des tâches ménagères n’est pas totalement réservé aux étrangères et la contribution active d’une main-d’oeuvre domestique, ou plus exactement en provenance du monde arabe, est très souhaitée. Il suffit d’ailleurs de lancer une requête sur Google pour trouver rapidement des annonces rédigées dans un arabe pas toujours très assuré et accompagnées de portraits tels que celui qui figure ci-dessous :

السلام عليكم
جمعية متوفرة على يد عاملة جد مهمة لدينا فتيات مغربيات راغبات في العمل في احدى دول الخليج الى من يهمه الامر الاتصال بينا العرض جاد و مهم شكرا

Traduction : Que la paix soit sur vous ! Association disposant de main-d’oeuvre très importante [l’association]. Nous avons de jeunes Marocaines désireuses de travailler dans un pays du Golfe. Pour ceux que la question intéresse, contactez-nous. Offre sérieuse et importante.

Il ne s’agit pas toujours d’initiatives privées car certains Etats aimeraient bien développer des échanges entre populations sur une plus grande échelle. A la fin du mois de mai dernier, un protocole d’accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite a ainsi suscité de violentes réactions au Caire. Certainement animée de bonnes intentions, la ministre du Travail, Mme Aisha Abdel Hady, avait prévu avec ses homologues saoudiens l’envoi, sur une dizaine d’années, de quelque 120 000 “jeunes égyptiennes” (moins de 30 ans) pour travailler auprès des personnes âgées, dans les salons de coiffure et naturellement dans les maisons…

Certains en Egypte ont réagi avec humour, en publiant dans le bien nommé journal d’opposition الكرامة (La Dignité) une petite annonce pour embaucher une bonne saoudienne “anglophone et bien éduquée”. Mais, en général, la nouvelle, comme le révèlent les commentaires accompagnant cet article en anglais, a surtout provoqué consternation et fureur. Moins à cause des salaires proposés, pourtant assez médiocres (800 rials, à peine 200 dollars) que pour défendre l’honneur national menacé par le sort probable de nombre de ces jeunes filles envoyées sans protection familiale derrière ces murs où elles auraient à travailler de jour comme de nuit…

Pourtant – heureusement oserait-on dire -, la sexualité hors mariage n’a pas nécessairement pour seul exutoire le secret des foyers domestiques. Les hôtels de luxe servent de lieu de rencontre pour la prostitution de haut vol. En Syrie, où l’on est moins hypocrite qu’ailleurs apparemment, la presse parle ouvertement de “prostitution 5 étoiles” (دعارة خمس نجوم في سورية). La clientèle moins fortunée trouve son plaisir ailleurs, notamment dans les salons de massage qui offrent des soins spéciaux même si la législation, souvent récente d’ailleurs, impose désormais une sévère séparation des sexes.

A Dubaï, l’année dernière, ce sont quelque 35 salons qui ont été sanctionnés pour avoir contrevenu à la loi faute, ont affirmé les gérants, de professionnels masculins en nombre suffisant ! La situation est pire encore en Jordanie où la presse parle de 45 établissements fermés dans le “Grand Amman” pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2007 !

Et dans ce secteur d’activité également, la concurrence entre main-d’oeuvre étrangère et domestique est sévère. On parle de plus en plus de professionnelles chinoises entrées dans le monde arabe avec de simples visas touristiques… Leur présence dans la région mettra-t-elle en péril les quelque 35 000 Marocaines qui, à en croire Hespress (une publication électronique marocaine en arabe dont est tirée l’illustration de ce billet), exercent pour la plupart leurs talents “d’artiste” dans les clubs jordaniens ?

Cela paraît peu vraisemblable tant le Maroc, dont nos médias vantent le décollage économique à l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy, est un pays qui, même face à la compétition chinoise, reste très compétitif dans ce domaine. Selon une étude réalisée en 2005 par l’Unicef (citée dans un article en arabe d’Al-Arabeyya), 800 000 enfants – sur une population totale de 30 millions d’habitants – ne fréquentent pas l’école et 600 000 d’entre eux, entre 7 et 14 ans, travaillent. Même si le gouvernement marocain vient (enfin) d’adopter une législation réglementant le travail domestique, c’est bien le terreau sur lequel prospère le négoce des petites bonnes dont le savoir-faire et le dévouement sont tellement appréciés dans les autres pays arabes, plus favorisés économiquement.

Au point de faire dans nombre de pays arabes – voir par exemple cet article sur le site Elaph – du qualificatif de “marocaine” un synonyme de “prostituée”. Juste retour des choses : dans le jargon professionnel de la prostitution maghrébine, un “saoudien”, selon M.-E. Handman et J. Mossuz-Lavau (La prostitution à Paris, 2005), c’est un “client” !

Poésie et télévision (2/2) : le prince des poètes

Il y a quelques mois seulement, qui parlait encore du “prince des poètes” ? Pour ceux qui conservent quelques souvenirs scolaires, ce “titre” revient à Ahmed Chawqi, auteur égyptien né en 1868 et associé de si près aux khédives égyptiens qu’on l’appelle presque aussi souvent “le poètes des princes”… D’autres, moins nombreux sans doute, se rappellent peut-être qu’on a également surnommé ainsi le Libanais Bechâra El-Khoury (بشارة الخوري), né en 1885 et plus connu comme “le petit Akhtal” (الأخطل الصغير), par référence au grand poète omeyyade.

En revanche, pour la plupart des téléspectateurs arabes, le “prince des poètes” n’a pas encore de nom car, pour le connaître, il faudra attendre la fin du jeu télévisé diffusé depuis le début de l’été sur Abu Dhabi TV. En effet, avec l’énorme succès du “poète du million” évoqué la semaine dernière, les autorités culturelles d’Abu Dhabi ont eu l’idée de lancer une autre compétition pour les auteurs de poèmes, non pas en dialecte du Golfe cette fois, mais en arabe classique.

La recette a fonctionné tout aussi bien et l’émission est suivie avec passion, confirmant ainsi le goût du public arabe pour les joutes oratoires versifiées. Gérée par la société égyptienne chargée de la production du “poète du million” (société qui édite également une revue mensuelle autour de l’émission et de la poésie arabe en général), la compétition télévisée se déroule sur le même modèle, avec des éliminations décidées par un jury de spécialistes et par le public.

Durant les deux heures de spectacle, les auteurs sélectionnés donnent lecture de leurs textes mais doivent également improviser à partir d’une citation d’un poète classique. Ils se soumettent aussi aux questions de l’animateur et parlent, avec une certaine gaucherie qui fait aussi leur charme, de la poésie, de leur vie…

Dans les médias, les prestations sont soigneusement évaluées et, à côté de commentaires sur la télégénie de tel ou tel concurrent ou concurrente, on trouve des appréciations plus inattendues sur les qualités stylistiques, le sens de la métaphore, et la rigueur rythmique des différentes pièces poétiques soumises à l’avis du jury et du public.

Retenus parmi quelque 5 500 postulants, les quinze candidats en lice représentent la plupart des pays arabes mais, pour cette compétition en langue classique, il y a même un représentant indien, malheureusement vite éliminé ! (Il faut se souvenir que l’Inde est également un pays de culture arabe et que ses élites musulmanes ont notamment contribué à la Renaissance culturelle du XIXe siècle ; c’est par exemple à Calcutta qu’a été réalisée la première impression arabe des Mille et Une Nuits en 1814.)

Ausi richement doté que “le poète du million”, “le prince des poètes” répond à la même ambition politique : élargir autant que possible la “surface culturelle” de l’émirat d’Abu Dhabi en ajoutant à sa puissance économico-financière une visibilité médiatique internationale qui lui appartienne en propre. (Sur le modèle véritablement visionnaire de la politique mise en oeuvre par le Qatar décidant, dès le milieu des années 1990, de se doter d’une chaîne satellitaire panarabe, la fameuse Al-Jazeera dont la célébrité est devenue telle qu’on dit désormais par plaisanterie que Doha est aujourd’hui la capitale, non pas de l’émirat du Qatar, mais d’un pays nommé “Al-Jazeera”, par allusion à la Péninsule arabe !)

Face à l’hyperactivité un peu clinquante de Dubaï et de ses vastes projets culturels (la Gulf Art Fair, déjà évoquée, mais également le Festival international du film qui, en trois éditions seulement, menace déjà de supplanter celui du Caire pourtant créé dès 1976…), Abu Dhabi cherche donc à faire entendre sa voix en lançant des opérations plus prestigieuses, plus élitistes. La poésie, plus encore quand elle est classique, correspond parfaitement à cette stratégie de positionnement sur la carte culturelle arabe. D’ailleurs, au moment même où étaient lancés ces deux grandes compétitions poético-télivisuelles, Abu Dhabi Authority for Culture and Heritage annonçait également la création de la première Académie arabe de poésie (أكاديمية عربية للشعر), destinée à encourager la production d’oeuvres en arabe classique. Quelques mois plus tôt, la même institution avait annoncé avec fierté la création du prix littéraire Cheikh Zayed, du nom de l’émir récemment décédé, le mieux doté au monde puisqu’il offrait au vainqueur un prix de 7 millions de dirhams (environ 1,4 million d’euros…)

En dépit de toute leur “générosité”, les initiatives des cheikhs d’Abu Dhabi et d’ailleurs recueillent sans doute les suffrages du public, mais pas toujours ceux des premiers concernés, les créateurs du monde arabe. A l’image d’Amjad Nasser (أمجد ناصر), poète avant-gardiste, co-fondateur du quotidien Al-Quds et responsable de ses (excellentes) pages culturelles (voir son article en arabe et cet