Le numérique arabe : quelques données et des interrogations

GoogleArabeEn guise de billet cette semaine, ces statistiques sur l’utilisation d’Internet publiées en juillet dernier sur le blog de Social4ce, une société qui vend ses services aux entreprises désireuses d’utiliser les médias sociaux dans leur business.

Quelques-unes des données les plus significatives : aujourd’hui, plus de 40 % de la population du Moyen-Orient utilise Internet (2/3 d’hommes, 1/3 de femmes, entre 18 et 24 ans pour 36 % d’entre eux). Parmi ces internautes, ils sont presque 90 % à utiliser les réseaux sociaux quotidiennement. Facebook se taille la part du lion (94 % des utilisateurs des réseaux sociaux qui, pour 24 millions d’entre eux, se connectent à leur page quotidiennement).

Twitter vient derrière, avec 6,5 millions d’utilisateurs (actifs pour plus de 3,7 millions d’entre eux), ce qui fait tout de même 10 millions de tweets par jour. L’Arabie saoudite se distingue, avec 1/3 de la population présente sur cette plate-forme, le plus fort taux de pénétration dans le monde pour Twitter.

Chaque jour, ce sont plus de 250 millions de vidéos qui sont visionnés par les internautes arabes (deux heures de vidéos déchargées chaque minute), et pour presque un tiers d’entre elles, en Arabie saoudite. Moins de 6 millions d’utilisateurs pour Linkedin, mais les choses changent rapidement car, aux Emirats arabes unis, la progression est de 45 % en un an seulement.

Autant de données impressionnantes, qu’il convient de mettre en relation avec le rôle que jouent désormais les géants nord-américains de l’Internet, Google en tête. Repéré par Seenthis, un article dans Newsweek propose de larges extraits de When Google met Wikileaks, le dernier livre de Julian Assange. A partir d’une visite que lui rendirent, en juin 2011, Eric Schmidt et Jared Cohen, respectivement P.-D.G. de Google et directeur de Google Ideas, le fondateur de Wikileaks analyse en détail le rôle politique que joue désormais le super-moteur de recherche, en évoquant en particulier les activités fort suspectes du dernier nommé dans les circonstances qui ont permis ce qu’on a appelé “le printemps arabe”.

Des informations déjà évoquées çà et là (et notamment dans mes Arabités numériques), mais elles proviennent cette fois d’un témoin direct et d’un acteur de premier plan dont la conclusion mérite d’être méditée :

If the future of the Internet is to be Google, that should be of serious concern to people all over the world—in Latin America, East and Southeast Asia, the Indian subcontinent, the Middle East, sub-Saharan Africa, the former Soviet Union and even in Europe — for whom the Internet embodies the promise of an alternative to U.S. cultural, economic, and strategic hegemony. A “don’t be evil” empire is still an empire.

“Si Google doit être l’avenir d’Internet, cela devrait constituer un réel souci pour toutes sortes de gens en Amérique latine, en Extrême-Orient et en Asie du Sud-Est, dans le sous-continent indien, au Moyen-Orient, en Afrique sub-saharienne, dans l’ex-URSS et même en Europe, ceux pour lesquels Internet incarne la promesse d’une alternative à l’hégémonie culturelle, économique et stratégique des USA. Un empire qui “ne fait pas le mal” [la devise de Google], reste un empire.”

Le « vrai islam » sur Internet (2/2) : des musulmans bisounours

how_2_b_a_good_muslim_husband_by_nayzak-d3ambo6

Avec la guerre (presque) officiellement lancée contre l’Etat islamique, on peut imaginer que de belles perspectives s’ouvrent désormais à ceux et celles qui sauront vendre une image positive de l’islam, capable de détourner les plus faibles des croyants des mauvaises influences. Compte tenu du succès remporté sur les réseaux sociaux par les vidéos gore des serial killers de Daesh, sans aucun doute, il y a du pain sur la planche.

Au vu de la production disponible, on peut dire que la bataille n’est pas gagnée ! J’avais signalé dans un billet écrit en mai dernier la diffusion, sur Internet, d’un court-métrage d’une quinzaine de minutes du Saoudien Abdul-Rahman Ayeel. Une commande, à l’évidence, qui ambitionnait de prévenir la jeunesse saoudienne contre les pièges mortels de l’engagement auprès des extrémistes de Daesh. Près de quatre mois plus tard et en dépit des relais médiatiques, le compteur de YouTube n’atteint toujours pas les 150 000 visionnages : une misère ! On l’a vu la semaine dernière : les propositions de l’Etat islamique, c’est un fait incontournable même s’il est difficilement quantifiable, suscitent un vrai courant d’adhésion auprès de certaines fractions de la jeunesse musulmane, et ce n’est pas ce type de message qui suffira à lui faire changer les idées.

Mais il y a pire encore. Depuis ramadan 2011, un « groupe » de personnes qu’on imagine musulmanes (on n’en sait pas plus sur leur identité) s’est donné pour mission de combattre le radicalisme. Avec des moyens qui ne sont tout de même pas ridicules, le site Ummati.me (le suffixe « me » correspond au Montenegro mais les adresses sont gérées par une société privée) propose une série de messages pour tenter de calmer les fureurs qui travaillent la nation musulmane. Le cœur plein de bonnes intentions (9loub bayda en arabe), Ummati propose à la majorité silencieuse des musulmans modérés de s’unir contre le terrorisme.

Les couleurs sont douces, la mise en page aérée avec quelques phrases tirées des meilleurs auteurs (musulmans ou non) et des vidéos aussi belles que des films publicitaires ; le jingle slogan n’est pas mal trouvé : « C’est moi le/la musulman/e » (ana huwa al-muslim/a). Une phrase déclinée en toutes sortes de versions, selon les meilleures règles du marketing : « Je crois en l’humanisme, c’est moi le musulman. J’apprends à mes enfants que la terre se nourrit de sueur, pas de sang, c’est moi…, Je m’exprime en toute liberté, je fais le jihad pour la vie, pas pour la mort, c’est moi, etc. »

Les femmes ne sont pas oubliées naturellement, bien au contraire. Le message est unique mais les pays et les accents varient (pas grand’chose pour le Maghreb tout de même). On veille à montrer la religion dans sa diversité, toutes écoles et tendances (furieusement adversaires aujourd’hui) confondues. Les spots se suivent et se ressemblent, qui assènent touts le même message (traduction après la vidéo) :

Caméra subjective qui révèle une banlieue pauvre en épousant le regard de celui qui sera le personnage central (l’homme du Golfe qui distribue les bienfaits). Des enfants se précipitent sur une voiture – camp pauvre, groupe majoritairement composé de femmes (les têtes sont couvertes) et d’enfants, en plus du personnage central en blanc (dashdasha d’un pays du Golfe). Il distribue des pains (libanais). En voix off : Je fais le jihad pour la vie, pas la mort, c’est moi le musulman.
(11′) Un imam (chiite, accent irakien), architecture de type persan : J’enseigne que la religion est ouverture et pas monopole individuel. C’est moi le musulman.
(19′) Enseignante dans une classe (accent tunisien ?) : J’encourage la liberté de pensée, pas le takfir (l’exécration des mécréants), c’est moi le musulman.
(26′) Quartier ancien pauvre, l’accent pourrait être syrien, enfants qui jouent, cheikh clairement sunnite, travelling jusqu’à jeune guitariste au milieu d’enfants (La musique devient de plus en plus présente)  : Je sais que la diversité enrichit… [Suite du message inaudible.]
Slogan : Je fais front à l’extrémisme, c’est moi le musulman.
Second slogan : Une oumma montante (le nom de la campagne) désavoue l’extrémisme.

Le califat islamique, ce n’est pas le pays des bisounours ! Pour réduire l’attraction de l’extrémisme, il faudra autre chose que des belles images. S’attaquer à ce qui l’a nourri pendant des années par exemple…

Le “vrai” islam sur Internet (1/2) : la bataille des cœurs et des esprits en Arabie saoudite

Saudi-Flag_by_Ayman_Makki
Le drapeau saoudien : la profession de foi musulmane (shahada) et un sabre.

Avec des changements d’alliance compliqués et des objectifs certainement différents – voire divergents – entre les alliés du jour, la bataille s’annonce longue et compliquée face à l’Etat islamique. Mais de toute manière, la solution au problème que pose ce nouvel « Etat » ne peut être seulement militaire. Manifestement, Abou Bakr al-Baghdadi, le nouveau calife, a ses fidèles… Plus encore que les combattants étrangers, pour partie seulement mercenaires, qui affluent de partout dans le monde sans que personne, à commencer en Turquie, ne fasse beaucoup d’obstacle à leur passage, il y a manifestement dans les pays arabes, sur place ou dans un voisinage plus ou moins immédiat, un énorme réservoir de jeunes croyants convaincus de la valeur de cette cause et de la justesse de combattre pour elle, jusqu’à la mort si besoin est. La pauvreté et l’absence de perspectives, renforcées par les désillusions du « Printemps arabe », jouent sans doute un rôle dans cette ferveur, en particulier pour les contingents venus du Maghreb ou d’Egypte en quête d’une « vraie révolution » qui offre de surcroît l’excitation des armes. Mais l’extrémisme musulman rencontre aussi un tel succès parce qu’il laboure une terre fertile, celle qu’ont préparée nombre de politiques publiques dans les domaines éducatifs et religieux, à commencer en Arabie saoudite.

Dans certains cas tout au moins, les affreux barbus se meuvent visiblement « comme le poisson dans l’eau » ainsi qu’on le disait autrefois pour les guérilleros révolutionnaires. Il y a bien un véritable soutien populaire, dans des proportions certainement mal connues mais indéniables, aux actes les plus abominables de l’Etat islamique. Par conséquent, s’il est certain que les forces qui ont l’air de se décider (aujourd’hui) à « casser » de l’extrémiste vont remporter quelques succès, leur « victoire » ne sera réelle et durable que si une partie suffisante de ceux qui adhèrent aujourd’hui au « dogme » idéal du calife Al-Baghdadi ne pense plus que le véritable islam se trouve dans son « message » (on rappelle qu’en arabe c’est le même mot, risâla, qui est également utilisé pour désigner ce que Dieu envoie aux hommes).

Contrairement à ce qu’on pourrait croire de prime abord, expliquer, de manière crédible, l’imposture du chef autoproclamé de l’Etat islamique n’est pas une mission si facile pour certains publics. Et d’ailleurs, en toute honnêteté, force est de reconnaître que la légitimité politico-religieuse des souverains saoudiens ne diffère guère, sur le fond et sur la forme, de celle que réclame pour lui le nouveau califat : même si le raccourci est facile, ne voit-on pas que l’épée et le Coran, si bien maniés aujourd’hui par les combattants de Daesh comme on peut le constater sur Internet, trônent sur l’emblème « national » des dirigeants saoudiens ? N’étaient la force de l’habitude et le soutien occidental, les lettres de créance de ces dirigeants seraient-elles si facilement acceptées ? On pourrait même aller plus loin en ajoutant que l’appui extraordinaire des mécréants occidentaux aux souverains des « Deux Lieux saints », ainsi que la longévité de leur pouvoir qui s’accompagne, fort humainement, de quelques turpitudes constituent précisément un argument de poids pour les esprits forts, tentés de se tourner vers d’autres responsables qu’ils imaginent d’autant plus « authentiquement musulmans » que « Dieu » leur fait la grâce de victoires presque aussi éclatantes que celles du Prophète en son temps !…

Certes, de tout temps on a pu compter sur des clercs – laïcs (les « intellectuels ») ou religieux (oulémas, fouqaha ou tout simplement « cheikhs » en islam) – pour mettre leur savoir-faire au service du pouvoir. Un habillage rhétorique qui, pour fonctionner, a également besoin de l’adhésion du public. Or, dans le cas saoudien, rien de tout cela ne semble acquis. Ce n’est pas parce que les scribes du royaume y sont fondamentalement plus honnêtes ou courageux qu’ailleurs ! Seulement, les laïcs – qu’on nomme « libéraux » au Royaume des hommes car le terme « laïc » sent le souffre – ne sont guère qu’une toute petite minorité éclairée, plus tolérée comme un mal nécessaire qu’écoutée… Dans le cas des religieux, ils sont eux-mêmes, par leur formation et probablement par conviction, en réelle « communion » avec les modèles d’interprétation que réclame pour lui l’Etat islamique. D’ailleurs et sans la moindre inflexion sérieuse depuis ses débuts, le Royaume saoudien, ainsi que ses voisins dans le Golfe, se réclame depuis sa fondation d’une hyper-orthodoxie musulmane, avec toutes les conséquences politiques et sociales que cela implique pour la moitié féminine de la société notamment (et visiblement, l’ordre du monde occidental ne s’en était guère ému jusque là). Comment envisager seulement de demander à un « producteur de biens de salut » tel que cheikh Al-Arifi, ce très très gros compte Twitter, de brûler ce qu’il a adoré, de condamner ce qui serait désormais « faux islam » et de perdre ainsi toute « valeur » sur le marché symbolique en allant à contre-courant des convictions et des demandes du public ???!!!

Depuis quelques années déjà, de façon de plus en plus marquée depuis quelques mois, on constate que les autorités saoudiennes ont décrété différentes mesures pour restreindre les flux de soutien moral et financier qui vont aux extrémistes de l’Etat islamique, pour exhorter les brebis égarées à rentrer au bercail. Des appels de plus en plus pressants, y compris de la part du roi, exhortent les gardiens du temple de la loi religieuse à sortir de leur sommeil pour dénoncer l’extrémisme (chronologie de quelques mesures récentes dans cet article d’Al-Monitor, qui note aussi que les ressortissants saoudiens arrivent en seconde position en termes de combattants djihadistes). Mais on voit bien que toutes ces injonctions sont vouées à n’être que des « vœux pieux », ce qui veut dire en bon français qu’elles ne seront pas suivis d’effet !

Pour s’en convaincre, il suffit d’observer l’échec, patent, des campagnes existantes. Bien qu’elle affirme d’emblée le contraire, l’étude (publiée aux USA!) d’un certain Abdullah Ansary fait l’éloge, dès 2008, du combat des Saoudiens contre un extrémisme – à l’époque celui d’Al-Qaïda – qui ne cesse de grossir et qui gangrène les secteurs les plus « faibles » de la société : enfants (mâles) de parents « inattentifs » et/ou désunis (le divorce fait des ravages dans le Golfe comme ailleurs dans le monde arabe), femmes (forcément) influençables et connectées aux dangereuses sirènes des réseaux sociaux. Autant de maillons faibles qui sont de véritables « bombes à retardement » selon les termes de l’auteur ! Avec cet inconvénient que ceux qui fréquentent les sites djihadistes sont à 80 % des jeunes entre 18 et 24 ans, qui sont aussi, et les plus grands utilisateurs des réseaux sociaux et les classes d’âge aujourd’hui les plus nombreuses !…

Face à cette menace, il s’agit bien entendu de « surveiller et punir » comme dirait l’autre, mais aussi de gagner la bataille des cœurs et des esprits en « conseillant ». Pour ce second volet du retour à la bonne orthodoxie, un programme a été imaginé, dès 2004. Bien qu’il soit en grande partie confié à des volontaires, Sakina (سكينة Tranquillité) dépend du ministère des Affaires religieuses. Les navigations des militants islamistes sur le Net ont ainsi été observés, leurs discussions analysées… Un site (assakina.com) a été créé pour diffuser la bonne parole, avec même des hot lines pour engager des débats et propager les bons arguments, en faveur des bonnes fatwas qui donnent les bonnes interprétations données par les bonnes autorités… Dix ans plus tard, avec paraît-il toutes sortes d’autres efforts dans le domaine éducatif et médiatique, 92 % des Saoudiens penseraient, selon le responsable de Sakina, que Daesh (ISIS si l’on préfère) est conforme à l’islam. Même en tenant compte d’une énorme marge d’erreur, c’est tout de même assez inquiétant pour la suite, y compris pour les dirigeants « légitimes » qui s’inquiètent de la stature prise désormais par Al-Baghdadi et consorts.

Tandis qu’on tranche plus que jamais les têtes en Arabie saoudite comme le rappelle Amnesty International, des troupes, avec des renforts étrangers selon la rumeur, sont désormais massées aux frontières, là où se précise la menace de l’Etat islamique… Tout cela est-il capable d’entraver la folle marche des idées les plus extrémistes sur les réseaux sociaux que certains aimeraient « décapiter » en leur trouvant un substitut local aussi « halal » que possible : tandis que Daesh fait la promotion de ses exploits sur le Net, avec le succès que l’on sait, grâce à d’étonnantes et très macabres mises en scène, le site du programme Sakina végète aux alentours de la 270 000e place dans le monde selon Alexa (au-delà de la 5 000e en Arabie saoudite). A l’aune des flux numériques, la bataille des cœurs et des esprits pour le « vrai islam » est très loin d’être gagnée…

Hatoon Kadi, une femme du “pays des hommes” dans les réseaux sociaux

kadi

Dans l’actualité déprimante du monde arabe, les informations qui ouvrent à quelque chose d’un peu moins sombre sont suffisamment rares pour être soulignées. Raison de plus pour s’intéresser à l’apparition, sur la scène publique du « pays des hommes », d’une humoriste, une femme donc.

Classée dans le peloton de tête des pays les plus consommateurs des nouveaux médias, l’Arabie saoudite connaît depuis 2010 un étonnant phénomène, celui de l’essor fulgurant, sur YouTube, d’une jeune génération d’acteurs, animateurs, comédiens qui, sur un mode inspiré de la stand-up comedy à l’américaine, se livrent à une critique moqueuse des travers de la société saoudienne. Il arrive que cette production se fasse le relais des grands débats de société, comme en témoigne le célèbre No Women No Drive, détournement par Hisham Fageeh d’un tube de Bob Marley au plus fort d’une campagne (infructueuse) pour le droit des femmes à conduire. Toutefois, jusqu’à présent en tout cas, les lignes rouges ne sont jamais dépassées. Rapidement intégrées dans les circuits commerciaux, avec de jeunes sociétés de production – la plus importante étant sans doute Uturn – qui s’efforcent d’exploiter ce nouveau segment du marché, les vedettes du YouTube illustrent certes l’impatience de la jeunesse locale, mais aussi la solide rigidité du système saoudien. A l’image des mobilisations de l’année 2011, il faut certainement se garder d’extrapoler trop vite à l’ensemble du corps social les images de « modernité » qu’offrent les réseaux sociaux locaux.

Signe, d’ailleurs, de ce décalage entre les différentes composantes du public, l’échec des différentes tentatives qui, depuis deux ans déjà, s’efforcent de faire migrer vers les studios télévisés les jeunes vedettes d’internet. Plusieurs formules ont été tentées, en direct ou non, et elles se sont toutes soldées par des déconvenues pour leurs producteurs. Lancées par la grande chaîne arabophone MBC durant le dernier mois de ramadan, des émissions comme Kalemten wu bass (Deux mots, c’est tout !) ou Dot.shebab (.jeunes) n’ont guère soulevé d’enthousiasme. Pour leurs animateurs, vedettes confirmées des réseaux sociaux, c’est parce que les producteurs ont écrasé la légèreté du format internet sous la machine télévisuelle. Ou encore parce qu’ils se sont contentés d’engager quelques têtes d’affiche, sans prendre en compte le fait que la réussite d’un produit en ligne tient à la composition d’une équipe.

On pourrait estimer également que les consommations audiovisuelles sont désormais bien distinctes : la téléphagie familiale n’intéresse plus les classes d’âge les plus jeunes qui, en Arabie saoudite comme ailleurs, délaissent le petit écran collectif pour l’intimité de leur ordinateur ou de leur smartphone. Au-delà de ce constat, on peut aussi imaginer que les sketches sur YouTube ont une économie narrative (rythme, connivence avec l’internaute, etc.) qui ne peut fonctionner à l’identique sur le support télévisé (même s’il y a des réussites dans le sens inverse, à savoir l’adoption de formats télé sur internet tels que la web-série Shankaboot par exemple).

La « vague de fond » des pratiques en ligne en Arabie saoudite a donc ses limites. Le souligner, cela ne revient pas à nier l’importance des mutations en profondeur qu’entraîne dans les sociétés du Golfe l’existence, de plus en plus manifeste, d’une « culture internet ». De ce point de vue, il faut souligner l’apparition, il y a plus d’un an, de Hatoon Kadi (هتون قاضي), une jeune femme qui s’est bâtie son « petit royaume » sur la scène médiatique saoudienne.

Blogueuse pour rire dans un premier temps, ses premières interventions dans lesquelles elle se moquait de ce qu’elle appelle la kawalana (la cool attitude) chez une partie des femmes de son pays a vite attiré l’attention des internautes. Rapidement, elle a su convaincre les jeunes dirigeants de la société de production Uturn qui l’ont fait apparaître sur leur canal YouTube dès l’été 2013 et l’ont aidée, en lui adjoignant toute une équipe de créatifs, à donner un tour plus professionnel à ses interventions sur les réseaux sociaux dans un programme intitulé Noun al-niswa (“F” comme femme). Cet été, la consécration est venue avec la prise en charge, au côté d’une autre vedette venue du YouTube saoudien, d’une émission durant ramadan sur la grande chaîne arabophone MBC.

Des femmes dans la vie publique saoudienne, ce n’est pas si fréquent mais cela existe. En politique rarement (une vice-ministre, à l’Education), dans le secteur économique parfois, et plus souvent dans l’univers de l’éducation et de la recherche, on observe ainsi quelques trajectoires professionnelles particulièrement brillantes. Mais presque inévitablement, il s’agit d’« héritières », des jeunes femmes dont le succès a été possible grâce à leurs très bonnes origines sociales. Dans les cercles artistiques, et plus encore lorsqu’il s’agit des arts du spectacle, le milieu familial est bien entendu tout aussi important. Haifaa al-Mansour (هيفاء المنصور), la réalisatrice du très célèbre Wadjda, née dans une famille d’intellectuels et d’artistes célèbres, est mariée à un diplomate nord-américain…

Rien de tel chez Hatoon Kadi, dont l’habitus, pour parler comme Bourdieu, est clairement petit-bourgeois modeste. La première vedette féminine des réseaux sociaux arabes récuse toute idée de transgression et affiche une rondeur toute familiale (voir photo ci-dessus). Interviewée, elle ne cache rien de sa vie ordinaire de mère de famille, en reconnaissant que ce n’est pas forcément très glamour. Le parcours de cette femme ordinaire mais néanmoins éduquée (elle poursuit une thèse en Grande-Bretagne sur l’utilisation des nouvelles techniques éducatives dans son pays), qui remet en question la modestie traditionnelle de la femme, surtout dans le Golfe, en rivalisant d’humour avec les meilleurs comiques de son pays permet de se rendre compte des évolutions en cours dans la société saoudienne (et il faudra bien qu’elles trouvent un jour une traduction politique).

Une femme, furieusement drôle, sur internet et à la télé : la chose va si peu de soi que les mots manquent pour le dire ! Evoquant Hatoon Kadi, le journaliste (pourtant ultra-libéral) Dawood al-Shiryân, l’a présentée – à la grande fureur de l’intéressée – en utilisant le mot fannâna (artiste), un terme déplacé, soit parce qu’il est trop vulgaire (« Je ne suis pas une danseuse orientale ! » s’est exclamée l’intéressée), soit parce qu’il ne correspond nullement à ses activités professionnelles en tant qu’humoriste, tout simplement.

« Hatoon Kadi, avec un “a” et sans l’article, c’est bien assez ! » comme elle le dit elle-même vers la fin de cette vidéo (malheureusement sans sous-titres). Juste une femme quoi !

Promesses de “printemps” dans les réseaux sociaux saoudiens

saoudieathéiste

On ne prête qu’aux riches ! S’il s’agit de l’attention médiatique, la formule s’est vérifiée une fois de plus avec les très nombreux commentaires, dans le monde arabe en particulier, suscités par la mise en ligne sur YouTube de brèves vidéos saoudiennes contestataires. Depuis quelques semaines, différentes vidéos (article en arabe dans Al-Akhbar avec de larges traductions en anglais) d’un genre particulier ont été « postées » sur YouTube, lequel joue en Arabie saoudite qui en est, ainsi que de Twitter, un des plus gros utilisateurs mondiaux, un rôle très particulier, comme une sorte de chambre d’écho sociale et politique des débats qui se tiennent difficilement ailleurs.

Sur les vidéos en question, visionnées plusieurs millions de fois pour certaines d’entre elles, on voit invariablement, en plan rapproché (souvent avec un cadrage inférieur à celui de l’image, ce qui doit correspondre à l’usage d’un smartphone ou quelque chose de ce genre) un homme qui adresse à la caméra un discours véhément, lequel s’achève, dans la plupart des cas, par la mention de son identité attestée par un document brandi devant l’objectif de la caméra.

C’est Abd-al-Aziz Muhammad (bin al-fahd) al-Dusari qui, le premier, a rappelé au roi du pays, dans une vidéo de trente secondes mise en ligne le 22 mars, qu’il ne pouvait pas s’en sortir avec moins de 500 euros par mois. « Est-ce que ça suffit pour une dot, pour une voiture, un foyer ? Nous sommes à bout et vous condamnez ceux qui posent des bombes. Frère ! [Il s’agit du roi] Combien de temps nous faudra-t-il supplier pour recevoir l’argent du pétrole ? Donnez-nous ce que vous jetez par les fenêtres, vous et vos enfants, donnez-nous ce qui est notre droit. » (، هل هذه تكفي المهر ولا (أو) سيارة ولا (أو) البيت… يا أخي ملّينا، وتلومون اللي يفجرون… يا أخي اعطونا الى متى نشحدكم من البترول يا أخي. أعطونا ما تلعبون به أنتم وعيالكم… اعطونا من حلالنا. )

Dès le lendemain, Abdullah (Mabruk) Bin-Uthman al-Ghamdi apparaissait à son tour sur YouTube pour dire combien il était d’accord avec al-Dusari et pour appeler d’autres Saoudiens à l’imiter pour que leur voix atteigne « le Gardien des deux saintes mosquées » et qu’il mette un terme à la corruption et à l’injustice dans son pays. Le 27, c’est au tour de Sa’ud (Mardi Abdullah al-Bidani) al-Harbi qui revient sur des demandes tellement « simples » : se loger, avoir une vie décente… « Pas besoin d’avoir recours à Twitter ou quelque chose de ce genre… Toutes nos demandes, vous les trouverez dans la corbeille à papiers d’Al-Toueijri [le conseiller du roi]. Ne poussez pas les gens à protester, ne les obligez pas à descendre dans la rue parce que les voitures noires de la police sont tout simplement pas assez nombreuses par rapport aux voix des gens qui sont libres. C’est facile pour nous de descendre dans la rue et de réclamer nos droits, pacifiquement bien entendu. » ( مطالبنا سهلة… ليس هناك حاجة لفتح باب تويتر أو ما شابه. كلها موجودة في سلة مهملات التويجري (أي خالد التويجري مستشار الملك عبد الله)، لا تلزمون الشعب بالتحرك السلمي، لا تلزمونا بالنزول للشارع، ببساطة لأن عدد سيارات اليوكن الأسود أقل بكثير من عدد الأحرار فنحن من السهل أن نذهب ونطالب بحقوقنا بطريقة سلمية طبعاً )

Le ton monte progressivement, ainsi que le rythme des apparitions. Le 30 mars, c’est un médecin, Abd-al-Rahman Ali Ahmad al-Ghreidi al-Assiri, qui confirme la pauvreté qui sévit dans certaines régions du pays. Le 31, Wafi Mardi Abdullah al-Bidani al-Harbi, le frère de Sa’ud qui avait pris la parole quatre jours plus tôt et Mu’adh bin Sulaiman Al-Juhani interviennent, l’un et l’autre pour protester contre les arrestations de ceux qui ont osé prendre ainsi la parole publiquement sur YouTube. Le 2 avril, les fortes têtes reçoivent un nouveau soutien, anonyme cette fois, ce qui se comprend mieux au regard de la répression et du message qui est lancé : « Vous les gens des deux saintes mosquées, tous les peuples chassent leurs gouvernants quand ils se sont comportés en voleurs… Alors, quand dirons-nous aux voleurs qu’ils n’ont pas leur place chez nous ? » ( كل شعوب الأرض تأتي بحكامها وتطردهم عندما يتحوّلون الى لصوص، فمتى نقول للصوص لا مكان لكم بيننا)

Il y a eu aussi la création sur Twitter, de hastags tels que « le peuple a son mot à dire » (الشعب يقول كلمته) ou bien « mon salaire ne me suffit pas » et même « le roi ne me représente pas » ! Et également de nouvelles prises de position publiques sur YouTube. La plus spectaculaire peut-être reste celle d’une jeune femme (vidéo ici) qui intervient voilée, selon les normes en vigueur dans son pays, mais qui brandit tout de même rituellement sa carte d’identité (avec sa photo masquée) à l’appui de ses dires : en gros, je suis avec les braves qui ont pris la parole, je parle en toute connaissance de cause contre la corruption et le reste de ce qui ne va pas dans le pays…

Pour l’heure, il n’y a pas eu d’interventions plus récentes. Il faut dire que la répression, même si elle n’est pas connue dans ses détails, est sévère, comme d’habitude pour ce genre de délits : prison ferme, interdiction de voyager, amende, interdiction d’utiliser les réseaux sociaux…. Plus encore que les années précédentes (voir quelques références à la fin de ce billet) les sanctions sont sévères. Au début du mois de mars, deux hommes ont ainsi été condamnés pour des Tweets à neuf et dix ans de prison. L’un d’entre eux (pour l’autre, son identité n’a pas été révélée) est un jeune militant de 23 ans, Muhannad al-Moyahmeed, condamné pour un crime qui est en soi tout un programme, « sédition contre l’Etat et moquerie à l’encontre de son chef » («التحريض على الدولة والسخرية من وليّ الأمر»)…

Qu’est-ce qui fait donc si peur aux autorités saoudiennes ? demande ingénument la chercheuse saoudienne très critique (vivant en Grande-Bretagne) Madawi Al-Rasheed. Dans un entretien (en anglais), elle revient sur le rôle d’internet en évoquant notamment la diffusion virale, sur la Toile, d’images révélant le luxe fastueux du palais royal, mises en circulation à l’occasion de la visite récente de Barack Obama. Dans ce pays où toute expression politique est muselée, les réseaux sociaux ne sont-ils pas la seule manière ou presque d’exprimer une parole publique ? A ceux qui pourraient lui rétorquer qu’il existe malgré tout des lieux, tels que les traditionnelles assemblées privées (diwaniyyés) et autres clubs et cafés plus ou moins culturels, on signalera que, précisément, la dernière foire du livre de Riyad, un des timides lieux d’échanges (d’autant plus que c’est [parfois] mixte !!!) a connu en mars dernier une censure plus rigoureuse que jamais.

Après trois années relativement « libérales », les autorités saoudiennes semblent bien changer de tactique et choisir la répression à outrance (article dans le Gardian et un autre, plus récent, dans Al-Monitor). Il ne s’agit plus seulement de s’en prendre aux voix relativement connues, ou encore particulièrement irrespectueuses, mais de pourchasser sur le Net les moindres velléités critiques. Tout récemment, une société spécialisée locale a ainsi annoncé triomphalement (article en arabe) la mise au point d’un super logiciel espion qui permettrait de pourchasser tous ceux qui se livrent à de mauvaises pratiques sur les réseaux sociaux.

Faut-il croire sur parole ces ingénieux ingénieurs ? Pas certain en tout cas que cela soit totalement efficace vis-à-vis d’une contestation qui a suffisamment évolué pour choisir aujourd’hui, et le fait doit être souligné très fortement, de sortir de l’anonymat et d’apparaître au grand jour, sous son nom réel et non pas sous le masque d’un avatar anonyme. (A propos de masque, on lit avec amusement – ou consternation – que celui de Vendetta, rendu célèbre par les Anonymous et devenu un symbole des contestations actuelles dans le monde, est officiellement interdit dans le Royaume depuis le moins de janvier dernier : article en arabe).

Il faut le souhaiter pour l’avenir de la monarchie saoudienne car la marmite numérique bout à gros bouillons contestataires, et il ne va pas être facile de refermer le couvercle ! En plus des libéraux qui veulent une meilleure gouvernance, il faut en effet compter aussi sur les radicaux de l’islam politique qui se montrent particulièrement efficaces sur le réseau des réseaux (article en arabe). Mieux, ces contestations ne se limitent pas à la seule sphère du politique mais « empoisonnent » tous les secteurs de la vie publique : simples citoyens désireux d’une vie normale (campagne pour les droits civiques, telle la possibilité pour les femmes de conduire), athées affichant fièrement leur incrédulité (article en arabe d’où est tirée l’image en haut de ce blog, prise devant la Kaaba !), sans oublier les comptes Twiter plus ou moins pornographiques (article en arabe) qui traduisent à leur façon un évident désir de liberté… sexuelle au moins !

Manifestement, les déceptions, en bien des lieux du monde arabe, vis-à-vis des promesses du printemps ne semblent pas devoir calmer les ardeurs des Saoudiens et des Saoudiennes.

Post-scriptum : une seconde femme apparemment, et la série n’est pas forcément terminée, selon cet article sur le site d’Al-Quds al-‘arabi, lundi 14 avril au soir.

Quelques références précédentes dans ces chroniques à propos du numérique saoudien :
« No woman, no drive », la génération YouTube en Arabie saoudite – 5 novembre 2013 – 28 octobre 2013
Le “petit juge” islamique et le gros compte Twitter : al-Arifi vs al-Ghaith – 6 mai 2013
Arabie (postmoderne) saoudite : des effets pervers sur YouTube ! – 15 octobre 2012
Comment des tweets d’anniversaire ont déclenché une « guerre internet de quatrième génération » en Arabie saoudite ! – 20 février 2012
Un prince saoudien dans le capital de Twitter (1/3) – 26 décembre 2011

Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations.

Bien entendu, la situation que connaissent aujourd’hui la plupart des sociétés arabes montre que les choses sont nettement plus compliquées. Même en laissant de côté toutes sortes d’autres facteurs, économiques ou géopolitiques, bien plus décisifs probablement, il est facile de se rendre compte combien la vision des réalités politiques a pu être déformée par les mirages cyberoptimistes. Dans le monde arabe comme ailleurs, le numérique, en tant qu’instrument d’information, de mobilisation et de passage à l’action, contribue peut-être à modifier les équilibres entre les forces en compétition dans l’arène politique. C’est néanmoins dans le moyen ou même le long terme que les représentations et les comportements qui accompagnent son développement produiront des effets réellement « disruptifs », capables en d’autres termes de créer des ruptures à la fois soudaines et structurelles par rapport aux systèmes sociaux hérités.

Pour être mieux perçues, les conséquences pour les sociétés arabes de leur entrée dans l’ère numérique doivent se débarrasser d’une autre idée reçue qui associe, intuitivement, les effets de ces techniques à un degré (supposé) de « développement humain ». Spontanément, on a tendance à s’imaginer que plus il y a de développement, sur les plans à la fois social et technique, plus les potentialités de changement sont grandes. D’ailleurs, c’est ainsi qu’ont été « expliqués » quelques-uns des renversements politiques récents dans la région, notamment en se fondant sur l’importance des taux de pénétration d’internet, ou de Facebook, ou de YouTube, en encore de Twitter, en Tunisie ou en Égypte, éventuellement en corrélation avec d’autres indicateurs socio-économiques et/ou démographiques. Pourtant, ces interprétations n’auraient pas dû convaincre dans un contexte régional où étaient réunis bien d’autres profils socio-techniques, ainsi que des destinées politiques très contrastées : le Bahreïn, le Yémen, le Maroc, la Libye, la Syrie… Mais surtout, on peut se demander s’il ne serait pas davantage stimulant de quitter cette pseudo-logique quantitative en postulant exactement l’inverse, à savoir que les effets d’une « acculturation numérique » sont en définitive moins liés à un seuil minimal technique qu’au contexte social où ces techniques sont introduites. Pour le dire autrement, c’est moins la seule existence d’un seuil technique qui importe que la présence d’une rupture dont l’importance est fonction de l’écart que provoque l’introduction des habitus numériques vis-à-vis des normes héritées.

Pourquoi le printemps a-t-il été « arabe » et non pas lithuanien, estonien, scandinave ou autre chose encore, davantage « probable » au regard de la présence du numérique dans ces sociétés ? Parce que les conséquences sociales et politiques de l’introduction du numérique ne sont pas le produit d’une simple logique arithmétique, résultat de la somme de différents indicateurs numériques, aussi sophistiqués soient-ils. Elles sont bien davantage le produit d’un contexte, dont la singularité historique explique le phénomène de « propagation » à une échelle régionale, en dépit de circonstances très différentes d’un Etat à un autre.

Se méfiant, à juste titre, des interprétations culturelles, générationnelles ou même confessionnelles qui ont cherché à expliquer l’étonnant embrasement du monde arabe à partir des événements tunisiens à la fin de l’année 2010, Gilbert Achkar fait partie de ceux qui veulent remettre l’accent sur les déterminations économiques, en tant que ressort des protestations populaires. Si l’on ne peut qu’être attentif aux analyses de celui qui a écrit, au sein d’un impressionnant déluge éditorial, ce qui pour moi demeure à ce jour le meilleur livre sur la question2, il reste qu’une l’explication par le seul biais de l’économie politique n’offre pas de réponse à la question du timing de ce que l’on a appelé le « printemps arabe ». Même si l’on suit l’auteur de Le peuple veut ! dans son postulat d’une « économie politique commune » à l’ensemble de « la région arabophone » – sur ces deux expressions, voir l’entretien qu’il a donné à la revue Contretemps –, sa lecture ne permet pas de comprendre pourquoi les soulèvements arabes se sont produits précisément à ce moment-là, et encore moins comment ils ont pu se propager de la sorte dans l’ensemble de la région, en dépit de la variété des situations au sein des différents États patrimoniaux et rentiers. Une double question à laquelle une anthropologie politique du Web arabe permet à mon sens d’apporter des réponses, en postulant que le numérique produit ses effets dans l’ensemble d’une région qui partage des caractéristiques historiques et culturelles communes.

Le « printemps » a été « arabe », c’est à dire présent, sous une forme ou une autre, dans l’ensemble de la région, et il l’a été à ce moment-là, en d’autres termes dans une succession de situations que l’on peut réunir, à la suite de Gilbert Achkar, sous un singulier (« le soulèvement arabe »), parce que le contexte régional, issu d’une économie politique commune, a été « travaillé » par les effets disruptifs, spécifiques à la région là encore, du numérique arabe.

 

  1. Pour la « pré-histoire » de ces mobilisations numériques arabes, voir notamment les premiers chapitres de mon livre, Arabités numériques, le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, 2012. []
  2. Gilbert Achkar, Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe, Sindbad Actes Sud, 2013. []

Yarmouk et ses images

YarmoukIcone

Comment ne pas s’interroger en voyant cette photographie anonyme prise lors d’une distribution de nourriture dans le camp de Yarmouk, dans la banlieue de Damas ? Dans Le Nouvel Observateur, Sylvie Duyck propose son commentaire sur « l’incroyable destin » de cette image. On rappellera avec elle que le premier scandale, c’est tout même que ceux qui se pressent dans ce paysage de fin du monde, ce sont les réfugiés palestiniens et leurs descendants, victimes d’un injustice auquel le monde, depuis 1948, n’a pas voulu apporter de solution.

Interrogeant le porte-parole de l’UNRWA qui revient notamment sur les circonstances du cliché et sur son authenticité, la journaliste se demande si cette image, dont la force résiderait « en partie dans le fait qu’elle est diffusée par l’ONU, à l’abri de la moindre récupération politique », ne constitue pas  un tournant dans le terrible conflit syrien, un tournant capable de faire basculer l’opinion et de permettre l’arrêt des combats. On voudrait l’espérer avec elle, mais on n’ose plus tenir le compte des « tournants » de ce conflit depuis plus de trois ans. Elle évoque aussi la « sidération », cette stupeur qui peut aller jusqu’à la « suspension brusque des fonctions vitales » selon la définition du dictionnaire que provoque, chez ceux qui la découvrent, cette photographie.

Un choc émotionnel, par conséquent, un effroi moral qui, nécessairement, s’accompagnent d’une lecture politique. En effet, quand bien même la terrible image est-elle mobilisée par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (UNRWA), rejointe par 130 autres organisations, dans le cadre d’une campagne humanitaire visant à convaincre l’ensemble des belligérants de laisser passer les convois d’aide à destination des civils, on a rapidement pu constater que les acteurs du conflit se sont efforcés, de chaque côté, d’utiliser à leur profit l’émotion suscitée par la situation des habitants de Yarmouk. Le 20 janvier par exemple, le site du quotidien Le Monde titrait ainsi, assez brutalement, sur « le calvaire des réfugiés de Yarmouk affamés par le pouvoir syrien » alors que l’article expliquait que si la plupart des Palestiniens vivant dans ce « verrou stratégique » s’étaient efforcés de rester à l’écart du conflit, des éléments armés avaient fini par s’engager, du côté des forces gouvernementales ou des rebelles. Le camp lui-même était d’ailleurs passé sous le contrôle de « brigades radicales » en décembre 2012. De la même manière, les accusations des autorités de Damas contre des forces rebelles qui auraient ouvert le feu sur les convois de distribution d’aide ont provoqué, quelques jours plus tard, des batailles de communiqués, dans les médias traditionnels et plus encore au sein des réseaux sociaux.

Naturellement, au cœur de ces affrontements à propos de la situation dans ce « quartier palestinien » de Damas, on trouve une puissante charge symbolique. « Capitale » palestinienne en Syrie – le pays, il faut le rappeler tout de même, où la situation des Palestiniens réfugiés n’était pas la pire –, Yarmouk draine en effet les multiples enjeux émotionnels d’une « cause arabe » dont certains s’étaient imprudemment aventurés à affirmer qu’elle avait (fort opportunément) disparu avec le « Printemps arabe ». Même dans les propos en principe policés de Filippo Grandi, le Commissaire général de l’UNRWA, l’absurdité atroce de la situation des réfugiés de Yarmouk ressurgit lorsqu’il se fait le relais du désespoir d’une de ses habitantes, Oum Ahmed : « I am a Palestinian refugee, what is our fate? What are we supposed to do, where are we supposed to go? What is the solution for us Palestinians? »

yarmoukC’est naturellement pour les Palestiniens eux-mêmes, où qu’ils se trouvent, que la vision de ces scènes de souffrance est la plus révoltante. Cette émotion est d’ailleurs probablement à l’origine d’une courte vidéo dont la diffusion, il y a quelques jours, a suscité des critiques d’une étonnante violence. Sous le titre Yarmouk, cette courte fiction (visible à la fin de ce billet) raconte l’histoire d’une famille palestinienne réduite à une telle misère que le père se trouve contraint, pour assurer la survie des siens, de « vendre » une de ses filles. Si l’histoire est loin d’être sans fondement – ce type de mariage concernerait ainsi une fille sur cinq parmi les réfugiés syriens en Jordanie selon un rapport de l’UNICEF –, il faut bien reconnaître que c’est à peu près le seul élément à peu près « réaliste » du récit. Le traitement de l’histoire n’est en effet guère crédible, y compris pour ce qui est de la scène où « l’acheteur », un homme du Golfe, ne donne que la moitié de la somme convenue après avoir découvert que l’adolescente n’a pas une bonne dentition.

Mais pour le scénariste du film, Saleh Bakri, ou pour son père, Muhammad Bakri, célèbre acteur et militant palestinien (porteur de la citoyenneté israélienne) qui joue le rôle principal de ce court métrage dans lequel interviennent également plusieurs autres membres de la famille – de tels reproches n’ont aucun fondement. En effet, le récit filmique n’a aucune prétention au réel mais se veut au contraire symbolique (voir cet article, en arabe, dans Al-Akhbar). C’est d’ailleurs à la suite de l’émotion suscitée par la situation des Palestiniens en Syrie que le titre aurait été choisi, mais sans être précédé de l’article défini, de manière à laisser entendre qu’il s’agit de n’importe quel camp et surtout pour jouer sur les différents sens du mot en arabe (yarmouk, « ils te tirent dessus » en dialecte), pour un film qui s’ouvre sur une dédicace « à la nation arabe » (ilâ al-umma al-‘arabiyya). Ils ajoutent qu’on ne saurait juger de leurs intentions à partir de la seule version qui a été diffusée sur Internet, contre leur volonté, car elle n’est pas achevée et ne devait servir qu’à trouver des financements pour achever le projet, imaginé bien avant les événements du « Printemps arabe ».

Autant d’explications, et même de justifications, qui peinent à contrecarrer le flot de protestations, et même d’insultes, lancées à l’encontre d’une famille d’artistes palestiniens, célèbres pour leur engagement. Entre autres « combats », Muhammad Bakri a livré une longue bataille judiciaire en Israël pour que son film sur les exactions de l’armée israélienne dans le camp de Jénine n’y soit pas censuré [le film, dont on se souvient qu’il a été déprogrammé par Arte est visible ici).

Outre l’attaque du réalisateur palestinien Nasri Hajjaj (longuement cité dans cet article en arabe) qui a lancé la polémique et qui a apparemment aussi mis en ligne sur Internet le court-métrage, les critiques à l’encontre de Yarmouk ne manquent pas d’arguments. Dans Al-Quds al-‘arabî, un article du Palestinien Salim El-Beik « exécute » un film qu’il juge non seulement médiocre mais surtout politiquement scandaleux tant il revient à épouser le point de vue des autorités syriennes. Ce raisonnement se retrouve d’ailleurs dans la plupart des interventions (ici par exemple, dans le même quotidien) : faute de toute mise en contexte (la « révolution syrienne » y est ainsi présentée par les termes d’ « événements sanglants »), et sans mention des vrais responsables du siège de Yarmouk – l’armée syrienne en l’occurrence –, Saleh Bakri et les siens se rangent totalement, et d’une manière totalement inacceptable pour leurs nombreux critiques, sous la bannière du tyran de Damas… Plus grave encore, manifester de la sorte une « pitié » généreuse et larmoyante pour les Palestiniens de Yarmouk (sur fond de Wagner !), c’est, pour beaucoup également, faire injure à leur dignité et insulter leur courage dans l’adversité (ce point est évoqué, pour le réfuter par Muhammad Bakri dans un entretien publié par le quotidien Al-Akhbar).

Huit minutes d’images seulement, qui ne mériteraient pas qu’on s’y arrête tant il s’agit, à l’évidence, d’un brouillon inachevé et même manqué. Huit minutes d’images qui, en définitive, en disent bien moins sur Yarmouk que sur les terribles déchirements que continue à susciter, au sein des gauches arabes, le cours qu’ont pris les combats nés des soulèvements populaires en Syrie.

https://www.youtube.com/watch?v=by7fQbNOivY

Les “cheikhs de la discorde”, héros du jihad, mais juste sur Twitter !

shiryanpleure

المجتمع لازم يحاسبكم، المجتمع لازم يسائلكم، أنتم من غررتم بأولادنا (…) أفلتّم من العقاب في أفغانستان، وأفلتّم في العراق، في سوريا المفروض ألا تفلتوا « La société doit vous juger ! Vous avez trompé nos enfants. (…) Vous vous en êtes tirés en Afghanistan, vous vous en êtes tirés en Irak, mais pour la Syrie, pas question que ça se passe comme ça ! »

Celui qu’on appelle dans son pays « l’allumette de la presse », le journaliste saoudien Dawood al-Shiryân (داوود الشريان) « parle comme il est ». Dans son pays où les médias ont plutôt l’habitude de ronronner doucement, on peut dire que sa dernière sortie a fait du bruit ! Cela s’est passé il y a une semaine, lors du talk-show qu’anime ce journaliste chevronné sur un des canaux de la chaîne MBC, à une heure de grande écoute, huit heures du soir (le nom de son émission d’ailleurs). En présence de quelques invités, Dawood al-Shiryân s’en est donc pris très violemment à ceux qu’il appelle « les cheikhs de la discorde », les « héros de Twitter » sans scrupules, qui incitent de jeunes Saoudiens à partir se battre en Syrie quand eux-mêmes restent bien tranquilles chez eux. Pire, il les soupçonne – comme il le dira par la suite sur Internet – d’être parfaitement au courant de la réalité de la situation en Syrie, mais de bien se garder de l’avouer pour ne pas se mettre à dos leurs fidèles sur les médias qui les font vivre. روحوا أنتم للجنة أول، واحنا نلحقكم « Commencez par aller vous-même au paradis, on se contentera de vous suivre ! », a-t-il ironisé à l’antenne, en s’adressant nommément, ce qui n’est pas dans les habitudes du pays non plus, à quelques-unes des vedettes de l’islam radical sur les médias saoudiens : Muhammad al-Arifi (محمد العريفي), Salman al-‘Awda (سلمان العودة), Sa’ad al-‘Awaji (سعد العواجي), Mohsen al-Breik (محسن البريك), sans oublier leur collègue syrien, le très enflammé ‘Adnan al-‘Ar’our (عدنان العرعور), installé de longue date dans le Royaume).

Cette attaque en règle, dans un pays où la religion est une affaire d’Etat (dans tous les sens de l’expression) a fait passer un grand frisson dans la société saoudienne, en particulier au moment où « Oumm Mouhammad », la mère d’un jeune de 17 ans, parti se battre dans les rangs de l’AIIL [armée islamique en Irak et au Levant] et disparu depuis, a livré, en direct à l’antenne, un témoignage poignant qui a fait fondre en larmes l’animateur (vidéo pour les arabophones).

A lire les réactions dans la presse et dans les réseaux sociaux, une bonne partie de la société saoudienne s’est reconnue dans cette charge contre un courant extrémiste qui fait parler de lui depuis pas mal d’années. Habitué des critiques contre l’islam politique (même s’il a naguère collaboré avec des journaux qui n’étaient pas si éloignés de ces idées), al-Shiryân reprend un dossier qui n’a jamais été vraiment traité depuis les années 1990, lorsque des religieux appelaient les jeunes Saoudiens, avec le succès que l’on sait, à s’engager pour le jihad. Certains d’entre eux ont sans doute connu de réels problèmes – Salman al-‘Awda pour commencer, qui a été emprisonné à la fin des années 1990 et qui, une fois libéré, s’est vu interdire toute fonction officielle (mais il survit fort bien grâce au soutien d’un public fidèle). Néanmoins, il n’y a jamais eu de « vrai » procès à l’encontre des religieux extrémistes qui ont « envoyé » à la mort une partie de la jeunesse et qui ont contribué à donner au pays, surtout après les attentats du 11 septembre, une image aussi négative au yeux d’une bonne partie de l’opinion mondiale.

Très commentée dans les médias arabes, l’émission l’a été encore plus en Arabie saoudite où les cheikhs cloués au pilori télévisuel ont le soutien d’un public réel, ainsi que de réseaux qui ont également de l’influence… et leurs propres médias. Sur une chaîne religieuse, trois des « accusés » ont réglé son compte à leur contradicteur qui avait décliné l’invitation à débattre avec eux (résumé dans cet article en arabe). Al-‘Awaji a commencé par rappeler l’importance essentielle du jihad en islam, manière de signifier aux critiques qu’ils frôlent la mécréance. Accusant al-Shiryân de se livrer à des accusations sans preuve aucune, il a nié s’être fait l’avocat du jihad… en Syrie ! Rappelant que ce n’était tout de même pas un crime que « d’appeler à la victoire des musulmans », Mohsen al-Breik a été plus direct, en accusant tout simplement le journaliste de ne travailler que pour l’argent et lui a conseillé de s’en prendre plutôt « aux confessions qui mobilisent leur jeunesse pour faire la guerre aux sunnites et au parti du diable » (comprendre le Hezbollah, bien entendu). Enfin, pour Muhammad al- ‘Arîfi, il s’agit clairement, et c’est ce qui l’inquiète, d’une campagne médiatique, organisée « du jour au lendemain »…

Sur ce dernier point, on pourrait presque dire que tout le monde est d’accord tant il est évident qu’un journaliste saoudien, même aussi connu et éventuellement aussi audacieux que Dawood al-Shiryân, ne s’en prendrait pas à des religieux de ce calibre sans être certain de bénéficier de quelques appuis solides. En d’autres termes, cette émission, et les débats qu’elle a provoqués, doivent s’apprécier dans le contexte politique du moment. Sa’ad al-‘Awaji le reconnaît d’ailleurs à sa façon quand il explique, en faisant allusion à l’actuelle conférence pour la paix à Genève (article en arabe), qu’il s’agit en réalité de « criminaliser le jihad ».

La diatribe insolite à laquelle s’est livré Dawood al-Shiryân sur la très officieuse MBC traduit donc les luttes intestines au sein du pouvoir saoudien à l’heure où s’accumulent les signes de l’échec de la politique menée, dans la région en général et en Syrie en particulier, par le prince de l’ombre, Bandar ben Sultan, aujourd’hui officiellement aux USA « pour raisons médicales »…

« No woman, no drive », la génération YouTube en Arabie saoudite

En quelques jours à peine, la « jeune chanson » saoudienne a explosé sur les réseaux sociaux. Réalisée en soutien à la « campagne du 26 octobre » pour que les femmes saoudiennes puissent « choisir de ne pas conduire » et non pas y être obligées par la loi, No Woman, No Drive, la vidéo du comédien Hisham Fageeh continue à attirer les internautes : ils sont désormais presque dix millions à l’avoir visionnée.

La suite, cette semaine, c’est sur orientxxi.info !

orientxxi

Bassem Youssef + Hishem Fageeh = révolution culturelle

femmesksa

Révolution ou non ? La question ne cesse d’être débattue dans le monde arabe depuis le déclenchement des soulèvements populaires à la fin de l’année 2010. A dire vrai, ce n’est pas un très bon signe de constater que les interrogations demeurent sur la nature de ces mouvements. Certains, d’ailleurs, les considèrent comme de simples coups d’Etat, et même comme des contre-révolutions, plus ou moins manipulées de l’étranger. Trois ans plus tard, la situation est toujours aussi complexe et il faut admirer ceux qui continuent à se croire en mesure de lire – voire de prédire – les évolutions du moment.

Néanmoins, dès que l’on s’écarte un peu des premiers rangs de la scène politique, il est parfaitement évident que le monde arabe est le théâtre, back stage, d’une indiscutable « révolution culturelle ». Pour s’en convaincre, il suffit de constater l’incroyable impact, non seulement en Egypte mais aussi dans tout le monde arabophone, du retour à l’antenne de Bassem Youssef (article, de loin le plus intéressant de ce qui a été écrit en français sur la question, par Claire Talon : c’est gratuit et ça se trouve sur orientxxi.info, un site déjà devenu indispensable)… Attendue depuis des semaines car son show aurait dû reprendre avec la fin de ramadan, cette rentrée des classes d’un humoriste dont la célébrité est indissociable des changements politiques qu’a connus son pays est en soi un prodigieux événement culturel : qui aurait pu penser, disons il y a seulement dix ans, que le monde arabe accorderait une telle importance aux propos d’un ex-chirurgien en cardiologie devenu star d’une émission télévisée satirique ? Rappelons qu’il y a peu – et l’on trouve encore quelques chaînes et quelques journaux pour leur faire cet honneur –, les grandes figures de référence étaient, tantôt Mohammed Hassanein Heikal, ancien ministre de l’Information de Gamal Abdel Nasser, tantôt, dans une veine à la fois plus populaire et plus subversive, le poète Fuad Nagem. Deux grandes voix, sans aucun doute, mais âgées de 90 ans pour la première et de « seulement » 84 pour la seconde…

« Culturelle », la révolution arabe ne se joue donc pas dans la seule arène politique. Celle-ci a bien entendu toute son importance, mais il faut de plus en plus lui adjoindre d’autres territoires de révolte qui relèvent de ce que l’on place dans ces chroniques, faute de meilleur terme, sous l’enseigne de la « culture » (entendue, naturellement, au sens le plus large du terme). Largement épargnée – in chah Allah ! – par les révoltes populaires dont les échos se font à peine entendre dans quelques-unes des provinces de l’Est du pays, l’Arabie saoudite affronte une autre « guerre civile », qui mobilise une bonne partie de la population contre les excès rigoristes de la « brigade des mœurs » locale. Depuis le tristement célèbre incendie d’une école de filles à La Mecque en 2002 (les victimes n’avaient pu être sauvées par les mâles secouristes car, à cette heure matinale, elles étaient dans un trop simple appareil), la société saoudienne est secouée de rébellions récurrentes qui se nourrissent de petites explosions quand telle ou telle « victime » des excès des zélotes du « pourchas du mal » les ridiculise sur les réseaux sociaux.

Feuilleton à rebondissement lui aussi car elles se succèdent depuis plusieurs années déjà, la dernière (en date) des campagnes visant à permettre aux femmes saoudiennes de conduire leur voiture est devenue, plus encore que les autres, un événement politique. Au sens strict du terme cette fois-ci dans la mesure où les (très modestes) formes organisées de l’opinion publique dans ce domaine se sont fait le relais modeste de cette question dans le débat politique. Mais également et surtout au sens où on l’entend dans ce blog, dans la mesure où la nouvelle sphère politique numérique, celle de la Toile et des réseaux sociaux, intervient désormais en force, et à visage de plus en plus découvert (une métaphore à prendre au pied de la lettre, aussi bien pour les femmes ôtant leur voile que pour les hommes affrontant une possible répression en sortant de l’anonymat).

Icône – un terme clé lui aussi – des vedettes des stand-up comedies diffusées sur YouTube (ceux que la question intéresse trouveront l’article que j’ai écrit sur cette question dans le très bon volume intitulé Jeunesses arabes et édité par L. Bonnefoy et M. Catusse), Hisham Fageeh (هشام فقيه) vient de proposer, via la société productrice, Telfaz11, une vidéo qui « fait le buzz » d’une manière tout simplement… révolutionnaire ! Pastichant une chanson de Bob Marley, celui qui se définit dans ce clip, il faut s’y arrêter, comme un artist and social activist, propose, en anglais, sa version, en apparence très islamiquement correcte puisque non instrumentalisée (!), du célèbre No Woman, No Cry. Devenue No Woman, No Drive, le clip est un savoureux pastiche, parfaitement dans le ton de Bassem Youssef, de l’argumentaire islamico-machiste développé pour interdire aux femmes de prendre le volant.

Bassem Youssef, Hisham Fageeh, et bien d’autres social activits : le combat de la culture numérique continue ! Thawra raqmiyya mustamirra (Révolution numérique permanente) dira-t-on, pour pasticher à notre tour ce qui se crie dans les rues du Caire et d’ailleurs…