Votre Altesse royale, longue vie à Vous, mon cul ! : les “injures à la personne de…” dans le monde arabe

A l’heure où Le peuple veut la chute du régime…, celui-ci pare au plus pressé à grand renfort d’« insultes à… », une arme juridique réservée en principe à la protection de la personne divine (إهانة الذات الإلهية), et largement utilisée en ces temps de protestations pour tenter de protéger également le potentat local (en France et ailleurs, du reste, le traditionnel « crime de lèse-majesté » a évolué en « offense au chef de l’Etat »). Dans Al-Akhbar (peut-être y aura-t-il bientôt une version anglaise de ce très bon article), Shahira Salloum dresse un impressionnant bilan dont il resssort que l’arsenal juridique punit l’offense tantôt à la personne du gouvernant (prince, sultan, roi :إهانة «الذات» الأميرية أو الملكية أو السُلطانية ), tantôt à l’encontre des cheikhs (mashâyikh, qu’il faut entendre comme les religieux).

A l’honneur, si l’on ose dire, en ce moment dans le Golfe, le Koweït, avec des dizaines de condamnations au titre de ce « délit », puni selon l’article 54 de la Constitution d’une amende et d’une peine de prison qui peut aller jusqu’à dix années. Un châtiment aujourd’hui utilisé, entre autres très nombreux cas, à l’encontre de quatre députés en exercice dont l’un d’eux a harangué la foule des manifestants en criant : « Nous n’avons pas peur de Vos prisons ni de Vos matraques. [Il peut s’agir d’un pluriel de majesté – d’où la majuscule en français…] Nous ne te permettrons pas de gouverner tout seul ! » On pourrait même aller jusqu’à traduire : « Nous ne te laisserons pas gouverner à ta guise ! » (لا نخشى سجنكم ولا مطاعاتكم.. ولن نسمح لك أن تمارس الحكم الفردي) La formule (lan nasmaH lak), avec son tutoiement égalitaire, a fait mouche : elle a été scandée par les spectateurs d’un match de foot qui a ainsi fourni à la foule une bonne occasion de s’exprimer… Pas étonnant que son auteur ait droit maintenant à un procès rien que pour lui…

Pour être complet, on précisera que les « offenses à la personne… » sont également susceptibles de poursuites légales quand elles ont pour cadre les réseaux sociaux : 5000 dinars koweïtiens (un peu plus de 13 000 euros) pour un Tweet… C’est cher payé mais pas grand chose à côté des dix ans de prison pour Lawrence Al-Rashidi (لورنس الرشيدي) à cause d’un poème – jugé injurieux – publié sur internet…

Dans la grande tradition arabe, les poètes sont en effet en première ligne dans ce combat des mots contre le pouvoir. Au Qatar, poursuit Shahira Salloum, c’est Muhammad Ben Al-Dheeb al-Ajami qui a été condamné à la prison à vie pour avoir appelé « à renverser le régime et avoir insulté l’émir » (verdict du procès en appel très bientôt). Dans son « Poème du jasmin », on l’entend dire (car c’est souvent sous une forme orale, souvent accompagnée d’une vidéo, que circulent ces textes sur la Toile), entre autres choses : « Nous sommes tous Tunisiens face à l’élite et à sa répression » (كلنا تونس بوجه النخبة القمعية ).

En Arabie saoudite, la situation est un peu différente en ce sens que « l’offence à… » est davantage utilisée contre ceux qui s’attaquent à la religion et à ses interprètes. Il faut dire que rares sont ceux qui osent s’en prendre au roi. Il vaut vraiment être en Egypte pour lancer des slogans tels que : Votre Altesse royale, longue vie à Vous, mon cul ! (طظ في ذاتك الملكية طال عمرك : un hashtag diffusé sur Twitter par les défenseurs d’Ahmad al-Guizawi, un avocat égyptien emprisonné en Arabie saoudite).

Côté religieux par conséquent, internet et les réseaux sociaux sont un terrain fort pratiqué par la répression à l’encontre d’activistes « libéraux » tels que Razef Badawi ou Muhammad Salama. Shahira Salloum ne les mentionne pas, mais elle aurait pu évoquer aussi le cas de Kashghari et de son offense à la personne divine (un billet en février de l’année dernière sur ce sujet), dont on n’entend plus guère parler depuis, ce qui, espérons-le, n’arrivera pas à Turki al-Hamad, un romancier internationalement connu, à l’ombre depuis un bon mois pour un Tweet qui ne va pas dans le sens des bonnes lectures de la religion…

Dans son article, la journaliste mentionne encore le sultanant d’Oman, où l’on condamne aussi à tout-va les séditieux de la Toile (entre un an et dix-huit mois pour des courriels contre le gouvernement), mais ne dit rien des Emirats, où pourtant la loi sur la cybercriminalité de novembre 2012 est du même tonneau : penalties of imprisonment on any person who may create or run an electronic site or any information technology means, to deride or to damage the reputation or the stature of the state or any of its institutions, its President, the Vice President, any of the Rulers of the emirates, their Crown Princes, the Deputy Rulers, the national flag, the national anthem, the emblem of the state or any of its symbols.

Al-Akhbar poursuit la litanie des « offenses à » avec la Jordanie et ses célèbres « tirages de langue contre la personne du roi » (un billet sur CPA ici), et bien entendu aussi le Maroc. Parmi les prémices incontestables des soulèvements arabes – dont on n’a pas fini d’entendre parler ! –, on peut ainsi sans aucun doute mentionner « l’affaire Erraji », du nom d’un blogueur qui avait osé, dès septembre 2008, critiquer nommément l’action de Sa Majesté le roi (billet à l’époque sur le très bon blog d’Ibn Kafka). Un déni de majesté qui en annonçait bien d’autres (mais que le makhzen a eu l’habileté de traiter avec plus de doigté que d’autres régimes de la région…)

On le constate facilement, les « offenses à… » se multiplient, « du Golfe à l’Océan » ! Le mouvement est lié aux nouvelles cultures numériques, d’abord parce qu’elles offrent un support d’expression facile (et pas toujours maîtrisé), mais aussi, et surtout sans doute, parce que ces nouvelles cultures numériques favorisent de nouveaux rapports sociaux, nettement plus « désinhibés » si l’on veut. Visiblement, pour pas mal de personnes dans le monde arabe, l’autorité suprême n’a plus rien de sacré, et le chef de l’Etat, légitimité religieuse ou pas, n’est guère plus qu’un ci-devant (personne, ayant auparavant bénéficié d’un privilège ou d’une marque liés à l’Ancien Régime ou à la religion : j’emprunte le mot à Alain Gresh). D’ici à ce qu’on dise, en plus, qu’il n’y a plus rien de sacré !…

Billet de rentrée : l’arabe et le diplomate

A travers les heurs et malheurs d’une des figures les plus médiatisée de ce que Daniel Reig appelait l’Homo orientaliste, en l’occurrence Boris Boillon, ancien ambassadeur de France à Tunis, Abu Ilyás, l’auteur du toujours intéressant blog Anis del moro, revient dans son dernier billet sur cette bien inconfortable position du locuteur français (européen ou occidental) s’exprimant – un peu, beaucoup, passionnément… – en arabe. Trop bruyamment saluée dès lors qu’elle émane d’un homme qui a étudié les sciences politiques avant de devenir ambassadeur, cette compétence est au contraire invisible voire méprisée dans d’autres contextes, celui de cette résidente colombienne au Maroc qu’il cite en exemple mais on pourrait y ajouter – beau thème d’enquête ! – celui de tous les domestiques asiatiques s’exprimant souvent en arabe, parfois excellent, sans que nul ne s’avise vraiment de les en féliciter !

Quel arabisant n’a jamais péché par vanité facile, pris entre des « locuteurs indigènes » trop facilement admiratifs de quelques rudiment d’arabe et des « pays » naïvement éblouis par l’apparente maîtrise d’une langue réputée inaccessible ? Soulignant les difficultés qu’entraîne ce contexte d’asymétrie linguistique dont il montre sans peine combien elle doit au contexte, Abu Ilyás en tire une leçon pédagogique : celle de la vertu de modestie. Si on le suit bien, le charme et la discrétion (el discreto encanto ?) dont fait preuve, à manier la langue arabe, François Gouyette, l’actuel ambassadeur à Tunis, pourrait bien s’avérer à l’usage, du seul point de vue linguistique naturellement, plus efficace que la rhétorique un peu m’as-tu-vu de son prédécesseur.

A l’un et l’autre et à bien de leurs collègues du Quai d’Orsay, on reconnaîtra néanmoins le mérite d’accorder toute son importance au truchement de la langue (de l’arabe turjuman, traducteur, interprète), une qualité qu’on voudrait retrouver chez nombre d’experts proclamés de la région ! Certes, la connaissance de la langue ne suffit pas à elle seule, mais c’est tout de même un bon début !

Bonne rentrée – scolaire, universitaire, académique et même diplomatique – à tous les arabisants !

A signaler, cet appel à contribution de l’AFDA (Association française des arabisants) sur le thème de L’enseignement de l’arabe vu de tous les points de vue

La mémoire des dattes : le président Morsi et la vox populi

Les dattes l’avaient prédit : bien avant les rassemblements spontanés de la place Tahrir pour contrer un éventuel coup militaire, on pouvait deviner que le soutien populaire dont bénéficie le président égyptien Mohamed Morsi rendait pratiquement impossible une réaction de l’armée. Et cela grâce au yamish, un terme local pour désigner les fruits secs dont les Égyptiens font une énorme consommation durant cette période de fête.

En effet, chaque année les Égyptiens s’amusent à donner aux dattes de ramadan des noms tirés de l’actualité. Certains consommateurs s’obstinent à demander leur variété préférée selon son appellation d’origine (soukouti, siwi, etc.) mais dans les marchés populaires, les vendeurs rivalisent d’imagination pour trouver des appellations susceptibles d’attirer l’attention de la clientèle en la faisant sourire et en la confortant dans ses convictions.

Totalement spontanée, la création de ces noms n’en répond pas moins à certaines règles : n’importe quelle proposition ne peut pas s’imposer sur le « marché » de la création langagière et la « fortune » d’une expression dépend au contraire de l’écho qu’elle trouve auprès du public des chalands qui délivrent un verdict populaire. Du coup, les dattes de ramadan proposent de façon saisonnière une sorte de sondage sauvage de l’opinion. Les appellations successives des dattes de ramadan dressent ainsi le palmarès des personnalités qui ont marqué les esprits.

La "Obama"

Les vedettes naturellement. Il y a ainsi eu une zaïm, du nom de la meilleure comédie de ‘Adel Imam, et d’innombrables variétés certainement prodigieusement goûteuses, dédiées à Leila Elwy, une actrice locale, ou à Haïfa Wehbé (encore elle!) et à ses consœurs de la chanson. Les étoiles du sport ne sont pas oubliées et, notamment lors du succès de l’équipe nationale à la Coupe d’Afrique des nations en 2006 et en 2008, les étals ont rendu hommage à Abu Trika, auteur à chaque fois du but victorieux !

Mais il y a aussi, et même surtout, la politique avec son cortège de figures célèbres dont certaines traversent le temps – Nasser, Sadate, sont ainsi des appellations qui ont duré – alors que la plupart des surnoms font au contraire écho à l’actualité immédiate. En mal ou en bien, car les dattes les moins chères n’échappent pas à la verve des marchands à la criée. Ils se sont ainsi moqués de la « Bush » et de la « Sharon » en 2003, tandis que le fond du panier, la datte de triste mémoire pour les estomacs (et pas seulement), a reçu cette année le nom de fouloul, terme consacré par l’actualité pour désigner les partisans de l’ancien régime.

A contrario, la gouaille populaire a réservé le nec plus ultra du palmier-dattier à des destinées politiques qui sont loin, en France et ailleurs, d’être perçues d’une manière aussi favorable. S’il y a eu la « Obama » en 2009, à la suite d’un discours mémorable adressé au monde musulman cette année-là à l’Université du Caire, la mémoire saisonnière des dattes de ramadan a nommé au panthéon de l’imaginaire arabe Ben Laden et Saddam Hussein en 2004 et 2005, ou encore Hassan Nasrallah en 2006, année de la résistance victorieuse du Hezbollah au sud du Liban.

La "Hassan Nasrallah"
En 2012, bien évidemment, la datte « président Morsi » s’arrache sur le marché bien plus cher que la variété dédiée à son rival malheureux pour l’élection présidentielle, Ahmed Shafiq. Façon de dire à qui vont les faveurs du peuple et manière aussi de prolonger le message donné l’année précédente par la vox populi. Cette année-là, elle a dérogé à la coutume en offrant son hommage verbal non pas à une personne, aussi éminente fût-elle, mais au grand événement que le pays venait de vivre. L’histoire se souviendra longtemps qu’en 2011 les dattes de ramadan s’appelaient Tahrir (Libération, comme la place), Horreya wa adala (Liberté et justice), al-shohada (les martyrs [du 25 janvier]), sans oublier la plus longue en bouche, Al-thawra mostamerra (Révolution continue !)

 

Lecteurs internautes : au travail !

Désolé de ne pas avoir été fidèle au rendez-vus du début de la semaine… Pour ne pas laisser la semaine totalement “blanche”,  je relaie – après l’avoir moi-même reçu d’un ami et collègue – un questionnaire proposé par Paul Charbel, de la Drew University aux USA, à propos de ce qu’il appelle the Arabic Chat Alphabet (davantage connu dans ces billets sous le nom d‘arabizi). C’est un signal intéressant de constater un début d’intérêt de la part de la communauté scientifique pour une question que je crois pour ma part essentielle en ce qui concerne l’avenir de la région…

Il s’adresse aux “arabic/english speakers” (en l’occurrence il devrait surtout parler de writers !), mais je ne vois pas en quoi des réponses venues d’ailleurs pourraient ne pas l’intéresser. Le questionnaire est très courtt et très rapidement rempli !!!

A bientôt !

From:Paul Charbel pcharbel@drew.edu
Subject:Survey on use of Arabic Chat Alphabet

Attention Arabic/English Speakers! Do you use the Arabic Chat Alphabet? Ta7ki 3arabi? Then please consider taking this quick 10 question survey; the results will be used for my current study on the use of this online language. No personal information is asked for, so PLEASE share with your friends and family! If you have any questions about the study, you can email me (pcharbel@drew.edu) and I will be happy to answer. Thank you so much!

http://www.surveymonkey.com/s/Y2S89TM

Un coup de jeune pour l’arabe : la langue métissée de l’internet

A l’occasion d’une énième conférence internationale sur L’arabe, langue universelle : responsabilité de l’individu, de la société et de l’Etat, Abdo Wazen (عبده وازن) se fend dans Al-Hayat d’un  inévitable article sur la décadence de l’arabe. Cela commençait bien pourtant, avec des remarques sur la globalisation, sur l’usage d’internet à travers lesquels s’est effectuée une modernisation de la langue que “linguistes conservateurs et lexicologues fondamentalistes” n’ont pas réussi à contenir. Hélas, cela s’achève par la classique déploration sur la rigueur de règles grammaticales stérilisantes qu’il conviendrait d’assouplir. On laissera aux spécialistes le soin de débattre à l’infini de ces problèmes, en notant au passage qu’Abdo Wazen regrette dans les usages actuels de la langue ce que d’aucuns considéreraient comme une vertu : “une langue d’emprunts, une langue composée, une langue fabriquée, une langue-collage”… Autant de problèmes, de son point de vue, liés à un mésusage de l’anglais, conséquence d’une perte d’identité (إنها اللغة المستعارة، اللغة «المولّفة» و «الممنتجة»، اللغة–الكولاج، التي لا هوية لها، بل التي لا تحمل هويّة صاحبها أو كائنها). Dans l’article ci-dessous, traduit en arabe par les soins de la revue Maqâlid publiée par le Bureau culturel de l’ambassade d’Arabie saoudite en France, je suggère d’arrêter de “pleurer sur les ruines du campement déserté” pour se tourner une bonne fois vers l’avenir, en acceptant les inévitables mutations imposées notamment par la révolution numérique.

L’arabe métissé de l’internet, langue du troisième millénaire

Dans toutes les langues, on rêve de pureté. Pour l’arabe en particulier, dans plus d’un pays, on se plaît à prétendre qu’on parle le « meilleur » arabe, en tout cas « le plus pur ». Pourtant, toutes les langues – et l’arabe n’y échappe pas – sont le produit de mariages ; des mariages qui, dans l’histoire, sont plus souvent obligés que consentis, sous l’effet de brassages, de mélanges, de rencontres, davantage imposés par les circonstances que désirés. Ce sont en effet souvent les invasions, les conquêtes, les occupations, qui ont provoqué le mélange des langues, lesquelles empruntent à leurs « sœurs » non seulement des mots, mais aussi des sonorités et même des règles de syntaxe. En Europe par exemple, l’empreinte de l’Empire romain est clairement visible sur les langues dites « latines », mais on aurait tort d’oublier combien l’anglais aussi doit à la langue officielle de la Rome impériale, langue de culture dans tout le continent européen pendant des siècles… Pour ce qui concerne la langue arabe, il n’est pas bien difficile d’en retrouver les échos, des siècles plus tard, dans la langue parlée en Espagne aujourd’hui et, par voie de conséquence, dans toutes les régions où cette langue s’est implantée, à commencer par l’Amérique latine.

Il y a aussi des mélanges plus pacifiques, en tout cas moins liés aux rivalités des empires et des royaumes. Le commerce en général, et les échanges en Méditerranée en particulier ont permis la diffusion dans le « Bazar Renaissance », cet espace de rencontre magistralement décrit par l’historien britannique Jerry Brotton1, d’une lingua franca dont quelques usages ont survécu jusqu’à l’époque moderne. A l’aube du troisième millénaire, une nouvelle lingua franca est en train de voir le jour. A travers les innombrables réseaux numériques qui innervent la grande société mondiale de l’information une nouvelle langue s’est à l’évidence imposée, le Global English (ou Globish). Il y a quelques années à peine, la moitié des pages disponibles sur internet étaient écrites en anglais. Mais la Toile mondiale évolue, tout comme ses utilisateurs et comme les applications disponibles. Déjà, des langues concurrentes apparaissent, le chinois et l’espagnol en premier lieu. Sur le Réseau des réseaux, l’arabe n’est « que » la septième langue, avec un maigre 3,3 % par rapport à l’ensemble des internautes. Toutefois, elle est bien la première au monde en termes de croissance : durant la première décennie du troisième millénaire, sa présence sur la Toile a augmenté de plus de 2 500 % !!!

Il est donc acquis que l’arabe est en train de trouver sa place dans les réseaux numériques globaux, en partie grâce aux efforts de quelques institutions qui ont su rendre disponibles les trésors de son héritage culturel. Avec la constitution d’une énorme bibliothèque de « classiques » en ligne, le site Al-Warraq2 reste un modèle, dont on ne soulignera jamais assez combien il a été essentiel, non seulement par l’importance des données qu’il a rendu disponibles mais plus encore par le timing de sa mise en œuvre, au tout début de l’internet arabe, à un moment où l’importance de l’économie de la connaissance était encore largement méconnue. Bien d’autres initiatives l’ont rejoint, et l’essentiel de la culture du passé est aujourd’hui accessible sur internet. Avec les années, ce qui n’est pas encore accessible le deviendra, et c’est désormais essentiellement sur les modalités de mise en ligne que l’effort doit porter avec, d’un côté, l’enrichissement des métadonnées qui vont permettre le repérage d’un document dans l’océan de ceux qui sont en ligne et, de l’autre, l’amélioration des interfaces qui enrichissent les nouveaux usages numériques des textes. Trop souvent en effet, les bibliothèques informatiques arabes sont conçues comme des copies des fonds originaux, alors que leur véritable numérisation suppose au contraire un travail sur les données afin d’en exploiter au mieux les richesses. Ce n’est pas un hasard si c’est autour du Coran, le texte par excellence pour les musulmans, qu’on observe les plus sophistiquées des applications électroniques, celles qui associent le son et l’image, les support multimédias et multilingues, la possibilité d’annotations, en attendant les découvertes à venir…

Mais le patrimoine classique est clos, par définition. Quelle que soit notre admiration pour le passé, l’arabe qui va circuler demain et plus encore après-demain sur les réseaux mondiaux ne sera pas celui de jadis. Bien au contraire, avec le temps, l’écart entre la proportion de textes anciens et nouveaux va se creuser, toujours plus en défaveur des premiers jusqu’à ce que la Toile ne nous donne plus d’exemples anciens, sauf à les rechercher de plus en plus profondément sous la masse des textes en circulation. Un cauchemar sans aucun doute pour les puristes de la langue, pour tous ceux qu’exaspère l’oubli systématique des règles grammaticales, syntaxiques, morphologiques et même phonétiques les plus élémentaires. Rien de neuf sous le soleil ! A la fin du XIIIe siècle déjà, dans la préface du Lisan al-‘arab, l’extraordinaire dictionnaire qu’il avait compilé précisément pour tenter de retarder ce désastre, Ibn Manzour se désolait de voir massacrée de la sorte la langue qu’il aimait tant ! Plus près de nous, l’essor de l’imprimerie dans le monde arabe a provoqué celui de la presse, des magazines et des maisons d’édition, source d’une renaissance culturelle et intellectuelle qui rendit inéluctable une première transformation de la langue, sous la pression, déjà, des « nouveaux » médias de l’époque. Inutile par conséquent d’imiter les Anciens et de « pleurer sur les ruines du campement déserté », rien ne pourra l’empêcher : il est écrit que l’arabe de demain sera « numérique », et que la langue va inévitablement beaucoup évoluer, et que cela va se faire au prix de la transformation de nombreuses règles, de l’évolution de très nombreux codes et usages. Avec les techniques numériques, tout le monde, y compris le plus malhabile des utilisateurs, va pouvoir s’emparer de la langue, la maltraiter à sa guise. C’est le prix à payer de la « démocratisation » des usages numériques, et il n’est pas interdit d’ailleurs de considérer qu’il est exorbitant. Mais une fois encore, impossible de lutter contre une évolution implacable.

Impossible, également, de savoir ce que sera cette évolution. En revanche, on peut déjà prévoir que les spécialistes n’ont pas fini d’en parler ! Le plus souvent, pour se désoler – c’est le cas pour toutes les langues confrontées à une telle situation – des changements en cours. Ils ont eu déjà, et ils auront encore très largement la parole, pour assurer la « défense » de ce patrimoine mondial de l’humanité qu’est la langue dans laquelle le Coran a été délivré. Pourtant, cette « nouvelle » langue, cet arabe « métissé » qui atteindra son plein développement demain mais dont on peut observer déjà les premiers pas dans l’espace numérique arabophone, celui des nouveaux médias télévisés ou en ligne, mais plus encore celui des innombrables échanges sur les pages de Facebook ou sur les écrans des téléphones cellulaires, cet arabe-là ne présente pas que des aspects négatifs. Il ne s’agit pas de prendre sa défense – il n’en est guère besoin de toute façon car il s’imposera tout seul – mais d’essayer de mettre en évidence, trop rapidement certainement, quelques-unes des caractéristiques de l’arabe du troisième millénaire.

La première des différences, la plus visible sans doute, tient à l’apparence de la langue arabe qui, pour une grande part des jeunes générations de l’ère numérique, possède désormais deux alphabets ! A l’ancien s’ajoute un second, bricolé à l’aide des caractères latins complétés par quelques symboles complémentaires pour trouver sur les claviers des téléphones ou même les ordinateurs des équivalences pour les caractères manquants. Cet « arabizi » est loin de rivaliser, on s’en doute, avec l’élégance plastique de l’alphabet arabe qui a fait le bonheur des calligraphes au long des siècles. Mais on voit également apparaître de nouvelles typographies qui, en associant les caractéristiques plastiques des deux alphabets, renouvellent et même enrichissent considérablement la gamme des possibilités. Et de toute manière, cet ajout d’un nouveau code, en parallèle à l’ancien, est un mal nécessaire pour que les utilisateurs de la langue arabe participent pleinement, au moins durant une phase de transition, aux applications numériques qui sont au cœur de l’économie de la connaissance. Après tout, plus d’un milliard de Chinois utilisent aujourd’hui une langue qui, dans sa version romanisée, de plus en plus présente depuis le milieu du siècle dernier, a changé jusqu’à son sens de la lecture, passé, du système traditionnel vertical et de droite à gauche au « standard universel » de la gauche vers la droite…

Beaucoup plus importante, lancinante même pour la culture arabe, est la question de la diglossie ou, si l’on préfère, de la coexistence de registres très différents de la langue, allant du plus dialectal au plus savant, selon les circonstances et les besoins du locuteur. Au contraire de ce que pourraient faire croire les apparences, avec la multiplication de revendications du « droit » à s’exprimer dans telle ou telle langue vernaculaire, non seulement à l’oral, à la radio et à la télévision mais également à l’écrit, avec par exemple la tentative de produire une version « égyptienne » de l’encyclopédie en ligne Wikipedia3, il est permis de penser que la multiplication des échanges oraux et écrits en ligne va en réalité favoriser l’émergence d’une nouvelle forme de « moyen arabe4 ». En effet, à l’image des phénomènes linguistiques provoqués par l’arabisation de l’administration de l’Empire abbasside au Moyen Age, la transformation radicale des conditions sociales et techniques du passage à l’écrit produira sans doute une « nouvelle » langue, « moyenne » par sa position à mi-chemin des arabes parlés et de l’arabe classique, mais « exceptionnelle » par sa capacité à s’adapter aux besoins d’utilisateurs loin d’être tous versés dans les subtiles arcanes de la grammaire. La perte d’une partie de ces codes est certainement le prix, encore une fois en quelque sorte obligatoire, de la « démocratisation » des usages de l’écrit que permettent les nouvelles techniques.

La langue arabe va donc prendre « un coup de jeune », dans tous les sens du terme, avec l’apparition de nouveautés lexicales, syntaxiques, morphologiques, etc., où se fera également sentir l’influence des autres langues du monde. Une telle évolution entraînera la disparition de certains codes, et certains diront que l’arabe « métissé » que l’on va voir apparaître de plus en plus aura perdu toute sa « pureté »… Regrets qui n’arrêteront pas l’histoire et qui se refusent à voir qu’une langue, comme tout organisme vivant, ne subsiste qu’en s’adaptant à son écosystème. Regrets également qui ne voient pas que la richesse de la culture arabe moderne est, pour ce qui est du domaine de la littérature, le produit d’une évolution largement comparable. En effet, s’il est vrai que le roman est devenu, selon l’image frappante proposée par le critique égyptien Gaber Asfour, le nouveau « divan des Arabes », ce roman, celui de Néguib Mahfouz ou de Alaa El-Aswani, est bien écrit dans cette langue renouvelée par l’adoption de l’imprimerie quelques décennies plus tôt. Et parmi les œuvres contemporaines les plus marquantes, certaines, dont celles de la romancière saoudienne Raja al-Sanea, montre la voie d’une nouvelle créativité qui intègre les caractéristiques expressive de ces nouveaux usages de la langue arabe au temps du numérique.

L’arabe « métissé » du troisième millénaire va donc obéir à la loi du vivant et s’éloigner encore un peu plus de son passé. Mais il va aussi se rapprocher davantage de cette jeunesse, largement plus de la moitié de sa population actuelle, qui est en train d’écrire son avenir.

  1. Jerry Brotton, Le « Bazar Renaissance ». Comment l’Orient et l’islam ont influencé l’Occident, Paris, Les liens qui libèrent, 2001. []
  2. Voir à ce sujet ce billet sur les Carnets de l’Ifpo. []
  3. http://arz.wikipedia.org/wiki/> []
  4. M. Doss, « Réflexions sur les débuts de l’écriture dialectale en Egypte », Egypte/Monde arabe, n° 27-28, 1996. []

Tunisie : les “salafistes” à l’attaque de Nessma TV

"Dieu", tel que se le représente l'héroïne de "Persepolis"

Provocations salafistes en Tunisie (Le Figaro) – Tunisie : vent de haine contre Persepolis (Europe 1)
Des salafistes tentent de brûler une chaîne de télévision (La Dépêche) – Des salafistes attaquent le siège de Nessma TV en Tunisie (RFI) – Des islamistes s’attaquent à la télé après la diffusion de«Persepolis» (Le Parisien) – Des salafistes s’en prennent à une chaîne de télévision (France-Soir) – Une chaîne tunisienne attaquée par des islamistes pour avoir diffusé Persepolis (Le Monde) – Des islamistes déchaînés contre le film Persepolis à Tunis (Radio Canada) – Des islamistes radicaux contre la diffusion de “Persepolis” et l’interdiction du niqab dans des universités (Le Nouvel Observateur) – Offensive islamiste contre une télévision et une université (TF1)

Cette rapide sélection de titres donne le ton : Tremblez ! Les hordes islamistes déferlent ! Protégez « nos » médias ! La Tunisie – dont il est clair qu’elle est implicitement fragilisée par la révolution – est en proie à la violence des extrémistes de l’islam politique. Une violence d’autant plus effroyable qu’elle se déchaîne contre un innocent dessin animé. Racontée ainsi, cette histoire, qui ajoute de l’eau au moulin (à prières ?) de l’islam-qui-nous-fait-si-peur mérite d’être replacée dans son contexte, et prolongée par quelques informations.

Nessma TV, la cible des manifestants tunisiens en question, ce n’est pas juste « la télé », comme le dit le titre du Parisien. Créée avec la bénédiction du président Ben Ali, cette chaîne privée était financée, lors de son inauguration en août 2009, par deux publicitaires tunisiens, les frères Karoui (promoteurs de la Star Ac’ Maghreb), associés à deux autres investisseurs,Tarek Ben Ammar (producteur, PDG de la société Quinta Communications), à égalité avec… Mediaset, la société de Silvio Berlusconi ! En réalité, le montage est encore plus compliqué, et la présence du cavaliere plus importante que ne le montrent les seules apparences (pour plus de détails, voir cet article sur le site Babelnet). Ce malodorant mélange des genres entre médias et politique – Al-hamdu lillah ! ce n’est pas en France qu’on verrait ça! – explique sans doute que Nessma – la brise parfumée en arabe – ait bénéficié d’une apparition exclusive dans ses studios de la secrétaire d’Etat des USA, Hillary Clinton, lors de son passage en Tunisie, quelques temps après la révolution (article dans Al-Hayat).

Depuis son lancement, Nessma joue la carte de la provocation : débats corsés (à l’italienne ?) sur les questions de sexualité et surtout programmation de séries toutes plus brûlantes les unes que les autres, avec notamment un très controversé biopic sur Saddam Hussein réalisé par la BBC (pays ayant tout de même contribué militairement à la chute du personnage-titre interprété, délicate attention, par un acteur israélien !) ; mais aussi des séries iraniennes qui ont pour particularité de soulever la très épineuse question de la représentation prophétique ; et dans la même lignée, pour le dernier ramadan, le très polémique Hassan, Hussein et Moawiyya, un feuilleton historique sur la grande fitna, les origines du « schisme » entre musulmans sunnites et chiites.

Lorsque Nessma TV choisit de programmer Persepolis, ce n’est donc pas exactement innocent. Au Liban, qui n’est pas le pire endroit de la région pour ce qui est de la censure, sa projection, en mars 2008, n’a été possible qu’après la mobilisation des milieux intellectuels et d’une partie de la scène politique. Le proposer en Tunisie, à quelques jours d’élections particulièrement importantes, relève assez clairement de la provocation vis-à-vis des différents partis qui se réclament de l’islam politique. L’allusion aux dérives inquiétantes d’un pays soumis à la dictature des religieux est assez transparente…

Passe encore que Nessma TV fasse feu de tout bois pour défendre ses opinions et mette dans le même sac islam chiite de la révolution religieuse de Téhéran et programmes des multiples partis religieux qui se présentent aux élections. Mais en prime, si l’on ose dire, Persepolis a de quoi heurter les sensibilités des fidèles en proposant une représentation figurée de Dieu, une question particulièrement sensible dans l’islam sunnite comme on le sait (voir l’onglet « images » et en particulier ici, et encore ). Enfin, et peut-être au risque de surinterpréter les choses, on remarque également que le film de Marjane Satrapi a été doublé en (dialecte) tunisien, un choix linguistique qui n’est pas forcément sans importance quand on sait que les partisans de l’islam politique sont aussi, souvent, des défenseurs acharnés de l’arabe dit « classique » (appelé parfois aussi « coranique » par allusion à la langue employée dans le livre révélé des musulmans). Proposer cette critique sans concessions de la dictature des mollahs traduite dans cette “mauvaise” langue qu’est le dialecte tunisien, c’est vraiment agiter le chiffon rouge !…

Même si Ennahda, le principal parti « islamiste » tunisien – en tête d’après les sondages – a fort politiquement condamné cette attaque qualifiée d’« acte isolé », à l’évidence les salafistes-/islamistes-radicaux-déchaînés-tentant-de-brûler-la-télé-après-l’interdiction-du-niqab-dans-les-universités n’ont pas manqué de tomber dans le panneau. Et d’autant plus qu’on leur a peut-être donné un petit coup de main. En effet, l’excellent Webdo tunisien met en évidence, photos à l’appui, la présence d’un même « militant » (au moins) durant divers affrontements, à Sousse  puis à Tunis (distante de 150 km environ). Sur la tête du Prophète, on pourrait même le confondre (c’est lui, en gris, avec une casquette) avec un provocateur, car il a l’air de très bien s’entendre avec des forces dites de sécurité qu’on a vu moins débonnaires en d’autres occasions…

La « grande » presse internationale, tellement  empressée  à relater l’attaque des « salafistes » tunisiens, se fera-t-elle l’écho de cette petite trouvaille de leur confrère tunisien (disponible en ligne, et en français) ? Cela jette tout de même un éclairage intéressant sur une « attaque » (bien entendu condamnable) qui, malgré tout, n’a guère réuni que quelques centaines de personnes et suscité bien plus de commentaires de violences !

Grippe et sites amis

Petite pause, pour cause de grippe, dans le fil des billets. L’occasion ou jamais de signaler une adresse, malheureusement réservé aux hispanophones. Animé par un collègue espagnol, A. Giménez Reíllo (Abu Ilyás), Anis del moro  – jeu de mot bien entendu avec la célèbre marque d’anisette Anis del mono – est en principe consacré à l’enseignement de la langue arabe. De temps à autre (pour le grand plaisir de ses lecteurs à mon sens !), il s’offre aussi des incursions du côté de l’actualité culturelle et politique. Il lui est ainsi arrivé de commenter avec humour la  “jihadéologie” (yijadológico) des experts médiatiques ibériques (voir aussi ce billet). Tout récemment, il a également évoqué un thème qui aurait tout à fait pu figurer dans ces rubriques, à savoir la diffusion, sur une chaîne israélienne, d’une sitcom un peu particulière. Depuis la perspective qu’il privilégie dans son blog, à savoir  les questions philologiques et pédagogiques, Abu Ilyás évoque Avoda aravit (“Travail d’Arabe), cette sitcom, dont le scénariste palestinien, est aujourd’hui au coeur d’une polémique liée, fatalement, à l’image du Palestinien véhiculée dans cette série (liens vers des sources en anglais dans le billet d’Anis del moro).

Et puis, signalé par un fidèle lecteur (n’hésitez pas également à faire part de vos découvertes !), un nouveau site. Animé par un collectif de jeunes journalistes, depuis Beyrouth mais aussi bien d’autres villes arabes ou musulmanes (Damas, Le Caire, Casablanca, Istanbul, Téhéran…),  Mashallah News croit en “un journalisme qui s’intéresse aux changements sociaux et culturels plutôt qu’aux stéréotypes et aux images d’Épinal orientalistes”. Et Mashallah News est ouvert aux contributions !

“Tamazgha” : voix berbères au Maghreb

TamazghaTamazgha est, selon Wikipedia, « un néologisme utilisé par les militants berbéristes pour désigner le monde berbère ». Plus que de lointaines références historiques, la langue, ou plutôt les langues berbères servent de référent identitaire, facilement décliné ensuite en spécificité culturelle, à un certain nombre de populations réparties dans tout le nord de l’Afrique. En Algérie, ils représenteraient un quart de la population, à peine plus (28 %) au Maroc, selon les estimations officielles, mais on se dispute naturellement beaucoup autour de ces chiffres. Ahmed Boukous, recteur du très officiel Institut royal de la culture amazighe (créé en octobre 2001) rappelle par exemple que 85 % des Marocains étaient berbérophones lors de l’accession à l’indépendance en 1956. Même en tenant compte de l’indéniable reflux des parlers berbères face à l’arabisation avec la généralisation de l’éducation, les différences d’appréciation sont à la taille des enjeux politiques.

En effet, à l’image de ce que connaît le Machreq avec les Kurdes, les différents Etats du Maghreb s’accommodent mal de ce Tamazgha qui met à mal leurs frontières politiques largement héritées de l’époque coloniale, tout en perturbant les représentations spatiales de l’imaginaire politique, à commencer par celle du « monde arabe du Golfe à l’Océan ».

TamazghaBis(cliquer sur la carte pour l’agrandir)

Venant s’ajouter aux quelques émissions (à des horaires impossibles) diffusées en berbère sur les chaînes nationales, le lancement au Maroc, le 6 janvier dernier, de « Tamazight », une chaîne totalement berbérophone, représente donc un événement important. Plus sur le plan politique que médiatique néanmoins. Certes, la chaîne, dont la création avait été décidée d’assez longue date, bénéficie de la bénédiction des autorités, et même d’un budget raisonnable (environ 5 millions d’euros : 20 journalistes, 70 techniciens). Mais, au moins dans sa phase expérimentale, elle ne sera accessible que par le câble ou la TNT, et elle ne restera qu’un nom pour la plupart des Marocains – et singulièrement pour une bonne partie des populations berbérophones, largement rurales (et pauvres).

D’ailleurs, même si les responsables ont pris soin de préciser que les programmes seront sous-titrés en arabe pour que la nouvelle chaîne n’apparaisse pas comme un ghetto culturel, on est loin de se réjouir unanimement dans le « monde berbère » marocain d’une initiative qui risque de conforter l’idée d’une « culture à part », qui n’appartient pas vraiment à la communauté nationale et qui risque d’être présentée sous ses aspects les plus folkloriques (article – en arabe – sur Islam Online).

Entv_4Pour nombre d’observateurs, le lancement de Tamazight relève donc de la communication politique. Ils en voient pour preuve le fait que sa création était devenue pratiquement inévitable dès lors que l’Algérie voisine avait mis en place son propre canal berbérophone il y a un peu moins d’un an. En effet, en mars 2009, « l’unique » (c’est son surnom) télévision nationale (le marché reste un monopole d’Etat) avait lancé en grande pompe (article dans Al-Watan) la “V”, une chaîne « tout Coran » et la “IV”, dédiée aux variétés locales du tamazight (kabyle, chaouie, targuie, chenoui et mozabite).

Pas plus qu’au Maroc, cette concession du pouvoir à la pluralité linguistique nationale n’était totalement gratuite. Mouloud Asawen, auteur d’un article aussi intéressant que partisan, rappelle ainsi que cette demande, portée par une bonne vingtaine d’années de revendications berbères, se trouvait exaucée fort heureusement en pleine campagne électorale. Et de quelle manière ! Pauvreté des moyens bien entendu, mais surtout folklorisation méprisante de l’indigène berbère dont la langue est transcrite en caractères arabes (en non latins : voir ce billet), tout cela révélant, aux yeux de l’auteur, une volonté de normalisation qu’illustre l’ouverture de la chaîne, chaque matin, avec l’hymne national et la lecture de versets coraniques (rien de bien particulier au regard des standards locaux pourtant).

Même sous cette forme, critiquable et critiquée comme on le voit, la langue berbère commence à être présente dans l’offre télévisuelle, en Algérie et au Maroc (dans ce dernier cas, la presse écrite et la radio lui donnent également une place de plus en plus grande : voir ce billet). C’est encore loin d’être le cas un peu plus à l’est, en Libye, où les médias traditionnels ignorent totalement une existence qui lui est également refusée sur internet (voir dans Arab Media & Society cet article).

KoniParadoxalement, c’est pourtant de Libye que provient la voix qui porte le plus fort et le plus loin l’identité berbère. Cette voix, c’est celle du romancier Ibrahim Al Koni (ابراهيم الكوني‎), dont l’œuvre immense (dans tous les sens du terme : il a publié plus de 80 ouvrages) ne cesse de marteler la spécificité culturelle de son peuple. Mais l’homme qui est né dans le désert saharien et qui est incontestablement un des grands noms de la littérature mondiale écrit… en arabe !

Les voix de la nation : chanson, arabité et caméléonisme linguistique

Aux temps pas si anciens de l’arabisme triomphant, celui des années 1960 notamment, Le Caire de Nasser n’était pas seulement la capitale politique de la région, mais également sa capitale culturelle incontestée. Art populaire par excellence  – avec le cinéma où l’on retrouve d’ailleurs les mêmes vedettes pour les célébrissimes comédies musicales des studios Misr –, la chanson ne peut être qu’égyptienne, avec le trio de légende que composent alors l’insurpassable diva Oum Koulthoum (أم كلثوم), le frère de la légendaire Asmahane, Farid El-Atrache (فريد الأطرش) et enfin, le « rossignol brun », Abdel-Halim Hafez (عبد الحليم حافظ).

L’époque ne se pose pas de questions et les stars panarabes chantent essentiellement en  égyptien, même s’il arrive que la langue dite classique (voir ce précédent billet et les deux qui le suivent) soit utilisée, lors de l’interprétation d’un répertoire plus « noble » ou encore plus « classique », moins populaire en somme. C’est donc une véritable révolution lorsque Abdel-Halim Hafez, qui s’est déjà essayé au répertoire du Libanais Wadi al-Safi (وديع الصافي), se lance à la fin des années 1960 dans une série de Kuwaytiyyât à la gloire de l’Emirat du Golfe. Comme le signale Kamal Al-Qadi dans cet article d’Al-Quds al-‘arabi (en arabe), la prestation où il entonne en dashdasha blanche et la tête enserrée d’un igal un chant du folklore local fut le signal d’une véritable révolution. (Un témoin rapporte d’ailleurs qu’il aurait fallu des heures pour que le chanteur prononce comme il le convenait l’expression قلبي صويب (très approximativement : j’ai le cœur qui saigne).

Trente ou quarante années plus tard, la donne n’est plus la même. Pas une star arabe d’importance qui ne cherche à séduire le riche public du Golfe, en reprenant des chansons tirées du répertoire local ou en les interprétant dans la variante dite « de l’arabe du Golfe » (une invention, tout autant que celle de « l’arabe pur » d’ailleurs, car il y a bien entendu de multiples variantes locales qui n’en possèdent pas moins « un air de famille »).

Mais les chassés-croisés linguistiques ne s’arrêtent pas là, loin de là : les starlettes libanaises du type Haïfa Wehbe ou Elissa susurrent aussi en égyptien, tout comme Claudia l’Irakienne, l’ancienne reine de beauté. Et les interprètes du Maghreb ne sont pas en reste…

Car la situation linguistique au sein du monde arabe a considérablement évolué depuis le temps des grandes vedettes égyptiennes du temps de la radio, pour ne rien dire du reste… Avec le développement des médias transnationaux, et l’expansion toujours plus grande des industries culturelles, les acteurs de la pop culture à l’intention des nouvelles couches sociales de consommateurs, et de la jeunesse arabe en particulier, ont amélioré leur savoir-faire. Sans doute, les nouvelles générations ne sont plus toujours aussi savantes en arabe littéraire que celles du passé. En revanche, elles manient une sorte de caméléonisme linguistique qui les rend capables de se mouvoir au sein des diverses variétés locales de l’arabe comme jamais avant.

Assez utilitariste, voire commerciale, dans bien des cas, il arrive aussi que cette souplesse linguistique soit pleinement assumée, y compris au sens politique du terme. C’est le cas, entre autres exemples, avec Latifa, chanteuse tunisienne devenue vedette internationale en passant par la case Egypte dans sa jeunesse (certains se souviennent peut-être d’un Inchallah avec des paroles en français qui eurent un beau succès il y a quelques années ; elle a également collaboré avec le Libanais Ziad Rahbani et l’Irakien Kadhem al-Saher : autant d’accents différents !)

Latifa s’apprête à sortir un nouveau CD avec des paroles dans le « dialecte du Golfe », une démarche qu’elle revendique haut et fort en tant que chanteuse arabe. Celle qui n’a pas craint, en 2004, de faire scandale lors de la remise de son Music Award à Los Angeles en déclarant que sa joie ne pouvait être tout à fait complète avant que la Palestine et l’Irak soient libérés s’en explique (article en arabe dans Al-Akhbar) : chanter dans les dialectes de la Péninsule arabique, quand on est du Maghreb ou d’ailleurs, c’est une manière d’effacer les frontières géographiques, intellectuelles et artistiques, qu’a tracées le colonialisme entre les Arabes ( أحبّوا ذلك أم كرهوا، لا بدّ من كسر الحدود المرسومة بين العرب جغرافياً، فنياً وفكرياً. لأن هذه الحدود من ركائز الاستعمار ).

A propos de Tunisie, des journalistes arabes pétitionnent pour le respect des droits de leurs collègues dans ce pays, à commencer par ceux de Taoufik Ben Brik. Quelques rares voix se sont élevées en France contre cette condamnation scandaleuse… mais on a guère entendu les chantres médiatiques si empressés à se manifester en d’autres occasions…

Document rare, l’inoubliable Abdel-Halim Hafez dans son interprétation toute koweitienne de Ya Hali à la fin des années 1960. Etonnante association entre le son 100% masri et la culture du Koweït

Du mariage et du divorce dans le monde arabe : en Egypte, d’abord…

need_a_solution_afeesh
Il arrive – rarement sans doute – qu’un film contribue à changer le destin d’une société. Icône des grandes heures du cinéma égyptien où elle forme, avec Omar Sharif, le couple glamour de l’époque, Faten Hamama (فاتن حمامة : très bonne notice dans Wikipedia anglais) soutient d’abord la révolution égyptienne de 1952 mais prend rapidement ses distances avec un régime de plus en plus oppressif. Malgré les demandes répétées de Nasser qui regrette, selon ses propres termes, la perte de « ce trésor national », elle ne retourne au Caire qu’au début des années 1970, après la mort du zaïm.

Mais elle n’a rien perdu de ses convictions. A force d’insistance, elle fait porter à l’écran, en 1975, Je veux une solution (أريد حالا : affiche ci-dessus), histoire mélodramatique d’une femme à qui la loi refuse de se séparer de son mari. Salué par la critique et le public, le film provoque un véritable débat de société et permet enfin l’adoption, 14 ans après son dépôt, d’un nouveau Code de la famille qui accorde aux femmes le droit de divorce (en vertu du khul3 خلع selon lequel la femme doit en principe verser une compensation financière…)

Trente ans plus tard, la loi est encore loin de rendre totalement justice aux femmes égyptiennes désireuses de se séparer de leur mari, mais les choses ont tout de même considérablement évolué. Mahasen Saber (محاسن صابر), une jeune scénariste « moderne » a connu un très joli succès avec son livre Je veux divorcer (عايزة اطلق) dans lequel elle raconte notamment comment certains hommes exploitent à leur avantage les failles et les faiblesses du Code de la famille égyptienne.

Pour aller au-delà du khul3 obtenu grâce à l’action de femmes comme Faten Hamama, Mahasen Saber utilise les médias d’aujourd’hui, à savoir internet, avec un blog et même une radio en ligne depuis quelques mois (lien vers son blog où l’on trouve également diverses vidéos qui sont autant de  “tranches de société”).

Avec une allusion peut-être, également, à ce film qui a tant marqué les mémoires féminines égyptiennes, Ghada Abdelal (غادة عبد العال) a publié l’année dernière, à partir de chroniques écrites également sur son blog, Je veux me marier (عايزة اتجوز). Ce best-seller qui en est à sa sixième édition décline toutes les bonnes et mauvaises raisons de se marier, alors qu’on est « une doktora respectée, qu’on gagne convenablement sa vie, qu’on mange, qu’on boit, qu’on dort, qu’on va au ciné, qu’on regarde Rotana »…

Seules ou en couple, les jeunes Egyptiennes d’aujourd’hui ont donc malgré tout considérablement évolué durant ces trois dernières décennies, notamment dans la manière d’assumer et d’exprimer leurs revendications. On peut penser d’ailleurs que le passage au dialecte entre le titre du film des années 1970 et ceux des blogs devenus livres d’aujourd’hui (de أريد à عايزة pour les arabophones) est la marque linguistique d’une approche nettement plus décontractée sur bien d’autres plans. Les femmes continuent à réclamer leurs droits, certes, mais sans tomber dans le tragique et en l’occurrence dans le mélodrame égyptien, sans doute en partie inévitable à l’époque de Faten Hamama.

Au contraire, modernes voilées ou « en cheveux », elles assument leurs choix de vie, sans complexe et avec humour.

Suite la semaine prochaine avec “Neuf millions de célibataires”… en folie ?

Brève vidéo de Ghada Abdelal (à gauche) signant son livre. A côté d’elle, Rehab Bassam (رحاب بسام), autre blogueuse devenue elle aussi auteure à succès avec Riz au lait pour deux personnes (أرز باللبن لشخصين). Les internautes curieux peuvent aussi aller écouter Banat9bass (= banat wa bass, : excellente leçon d’arabizi !), une radio, « rien que pour les filles », créée il y a un peu plus d’un an.