Le drapeau arc-en-ciel dans le monde arabe

Le 22 septembre avait lieu au Caire un concert du groupe libanais Mashrou’ Leila. Dans l’assistance, quelqu’un a agité un drapeau arc-en-ciel (voir illustration). Depuis, une cinquantaine de personnes ont été arrêtées pour « débauche, incitation à la déviance sexuelle et participation à un groupe hors-la-loi ».

Sur son site, Brian Whitaker est revenu à plusieurs reprises sur une répression symptomatique du climat dictatorial qui sévit aujourd’hui en Égypte. Alors qu’on retrouve nombre d’éléments déjà présents lors de l’affaire dite du Queen Boat en 2001, notamment le choix, de la part des autorités, de jouer la carte du populisme en s’en prenant à une minorité fragile faisant une cible facile, il note également que les conditions ne sont plus les mêmes désormais. En effet, sur les réseaux sociaux en particulier, on voit s’exprimer une opinion de moins en moins prompte à condamner sans nuance ce qui, pour beaucoup encore, ne saurait être qu’une perversion, à la limite une maladie… Cet observateur attentif des questions de société dans le monde arabe conclut ainsi : « Les partisans du drapeau arc-en-ciel ont des soutiens, reste à voir jusqu’à quel point. À nouveau, le régime peut arriver à ne faire qu’une bouchée de ses victimes. Une bouchée qui, cette fois, pourrait bien s’avérer particulièrement indigeste. »

♦ Pourquoi Mashrou’ Leila se trouve-t-il ainsi associé à cette affirmation du droit à une sexualité différente ? Créé en 2008 par des étudiants de l’Université américaine de Beyrouth, le groupe de rock indie s’est imposé sur ce qu’on appelle la « scène alternative », dont le public se recrute pour l’essentiel au sein de la jeunesse favorisée des grands centres urbains de la région. Ses chansons rejoignent bien des thématiques développées par les formations de ce genre, à savoir par exemple la dénonciation de la répression et du confessionnalisme, tout en appelant à étendre les libertés, notamment individuelles. Dans cette perspective, son chanteur leader, Hamed Sinno (حامد سنو), ne fait pas mystère de son homosexualité tandis que plusieurs titres du groupe, Shamm al-yasmin  ou encore Tayf, ont été interprétés comme autant de déclarations en faveur d’une sexualité qui ne serait pas exclusivement hétérosexuelle.

Après un premier « scandale » à Byblos en 2010, lorsque le chanteur du groupe avait attaché à son micro la fameuse bannière arc-en-ciel, la réputation sulfureuse du groupe s’est vue en quelque sorte confirmée lorsque le gouverneur d’Amman a pris la décision en avril 2016 d’annuler un concert qui « ne convenait pas à la solennité du lieu » (l’amphithéâtre romain) où il devait avoir lieu (alors que le groupe s’y était déjà produit à plusieurs reprises). Un prétexte qui n’a trompé personne, la véritable raison étant l’opposition morale de cercles politiques, tant musulmans que chrétiens du reste. En juin 2017, le groupe s’est vu refuser à nouveau le droit de se produire en Jordanie, une décision du ministre de l’Intérieur cette fois, « compte-tenu de ce qui se chante dans ce spectacle et qui heurte la sensibilité publique, en plus de réactions de colère de la part de citoyens » هذا القرار جاء نظرا لما يقام في هذا الحفل من فقرات تستفز المشاعر العامة، بالاضافة إلى ردات .الفعل الغاضبة من المواطنين علي

Après avoir évité toute surenchère, le groupe Mashrou’ Leila a publié quelque temps après son concert du Caire, sur sa page Facebook, un bref communiqué (en anglais et en arabe) pour dire son dégoût de « l’hystérie créée à propos de gamins brandissant un morceau de tissu symbolisant l’amour » et pour dénoncer « la diabolisation et les persécutions pour des crimes sans victimes entre des adultes consentants ».

♦ Alors que les soulèvements de l’année 2011 avaient fait naître bien des espoirs, en particulier à propos de la question des libertés individuelles (dont CPA s’était d’ailleurs fait l’écho en mars 2012 par exemple), que faut-il penser des remarques de Brian Whitaker lorsqu’il évoque des progrès manifestes dans l’opinion, quand bien même restent-ils insuffisants ? Citant le créateur du blog Al-Bab, un panorama publié en avril 2011 par Al-Akhbar (ici dans sa version anglaise) arrivait déjà à des conclusions du même genre en soulignant qu’il faudrait du temps, même dans le climat d’euphorie (de l’époque), pour que les progrès auprès de l’opinion se traduisent en mesures concrètes, notamment juridiques. Comme je l’écrivais dans un billet d’août dernier, ce sont plutôt les femmes qui profitent dans l’immédiat de certaines modifications légales décidées ou seulement annoncées…

Pourtant, un regard rétrospectif sur la production culturelle arabe met en évidence des évolutions certaines. Sans doute, un auteur comme Adham Youssef peut-il déplorer, dans un article récent sur le site Mada, « l’absence de progrès » en ce qui concerne les représentations cinématographiques de l’homosexualité durant le demi-siècle passé. Néanmoins, son panorama, qui ne prétend pas à l’exhaustivité il est vrai, oublie certaines œuvres importantes sociologiquement, à défaut de l’être artistiquement, telles Tûl ‘omri (طول عمري) de Maher Sabri (ماهر صبري), en 2008, considérée comme « la première description réaliste » (article dans Al-Akhbar) d’homosexuels égyptiens, ou encore Secrets de famille (أسرار عائلية) de Hani Fawzi (هاني فوزي) en 2013 (billet sur ce film ici). On pourrait mentionner bien d’autres films, comme le très récent Barr, Bahr (bêtement traduit par Je danserai si je veux) de la Palestinienne Maysaloun Hamud avec, parmi les trois figures principales, une femme homosexuelle (voir ce billet).

La présence d’allusions – sous une forme qui n’est pas totalement négative – à l’homosexualité de divers personnages est encore plus significative quand elle a lieu, non pas au cinéma (Hina maysira de Khaled Youssef en 2008 par exemple), mais dans un feuilleton, qui touche un public beaucoup plus large. Cela s’est produit, comme on l’avait écrit ici dans un feuilleton intitulé Vague de chaleur (موجة حارة) et projeté, durant le mois de ramadan, par la chaîne MBC Egypt en 2013, avec la mention, particulièrement hypocrite dans ce contexte, « interdit aux moins de 18 ans ! Dans le même esprit, la diffusion en 2010, par la chaîne libanaise privée Al-Jadeed, d’un documentaire « objectif » sur la question homosexuelle est un autre signal qui mérite l’attention.

De même, s’il est vrai que le magazine tunisien GayDay (chroniqué ici) a disparu, c’est en Jordanie que la publication en ligne LGTB MyKali a choisi de lancer, en juillet 2015, une version arabe (en ligne également). Après le Liban, d’autres pays ont vu apparaître au grand jour des associations militant autour de ces questions. En Tunisie par exemple, où la « société civile » est particulièrement active, l’ONG Shams se donne pour objectif de « lancer un débat sociétal sur l’homosexualité et de lutter contre l’homophobie ». Et en avril dernier, Shams a même lancé son propre magazine avec une couverture où figure l’actrice Fatma Ben Saidan (فاطمة بن سعيدان) drapée, inévitablement, dans les drapeau tunisien et… arc-en-ciel !

Hommage au Safir : « Notre époque est révolue, il est temps de partir. »

Ultime "une" du Al-Safir.
Ultime « une » du Al-Safir.

D’assez nombreux commentaires ont accompagné la fin du quotidien libanais Al-Safir, fin effective avec le passage à la nouvelle année. Mais il me semble qu’il reste encore des choses à dire, au-delà des regrets réels pour bien des lecteurs fidèles (auxquels j’appartiens, ou plutôt j’appartenais), mais aussi des larmes de crocrodile un peu trop faciles chez beaucoup d’autres.

Nombre d’articles – Le Monde par exemple – observent que cette crise est celle de la presse écrite, partout dans le monde, et particulièrement au Liban. De fait, les salariés du Al-Nahar attendent leur salaire depuis plus de 15 mois et il y a fort à craindre que le mois qu’ils ont touché à l’occasion des fêtes de fin d’année soit aux yeux des très libéraux propriétaires de l’entreprise, la famille Tuéni, un quitus pour tout ce que la loi devrait pourtant les contraindre à payer. Quant aux employés de Al-Mustaqbal, dans ce qui fut naguère l’empire médiatique de la famille Hariri, leur sort, eux qui sont sans salaire depuis dix mois paraît-il, ne devrait pas être plus enviable. Pour ne rien dire des journalistes d’Al-Balad, un quotidien menacé également, ou encore de ceux du Daily Star, sans salaire depuis trois mois et qui ont de bonnes raisons d’être inquiets pour leur avenir. Reconnaissons donc au moins au patron (de gauche) du Safir le mérite de mieux traiter ses 120 collaborateurs plus dignement que ses collègues puisque les journalistes mis à pied toucheront apparemment les indemnités prévues par la loi.

La crise de la presse écrite est mondiale, elle est donc libanaise aussi. Plus largement, elle est arabe : la mort du quotidien jordanien Al-Majd a devancé de quelques jours celle du Safir ; en Égypte, la crise se fait sentir notamment à traves la hausse des coûts d’impression qui étrangle les rares titres encore indépendants tandis que le pouvoir renforce sa mainmise sur le paysage médiatique. En Algérie, Reporters sans frontières souligne dans un rapport récent « l’étranglement économique des titres indépendants et l’émergence de fonds occultes finançant les médias ». Si on ajoute les problèmes récurrents de censure, au Soudan par exemple où cinq quotidiens indépendants ont récemment vu leur édition saisie parce qu’ils couvraient les mouvements de protestations dans le pays, la crise est partout. Y compris, et c’est peut-être l’élément le plus important, là où on l’ignorait superbement il y a peu encore, à savoir dans les pays du Golfe : dans le contexte d’une crise qui touche tout le secteur des médias (voir ce précédent billet), même Al-Hayat, le « fleuron » des quotidiens arabes financés par l’Arabie, n’est pas certain de son avenir à relativement court terme.

Par conséquent, on a raison de dire que les quotidiens arabes traversent une crise économique, mais à condition de préciser que les vrais ressorts de cette crise sont à rechercher du côté des traditionnels « soutiens ». On sait, documents à l’appui, que la presse libanaise et égyptienne – pour s’en tenir à ces deux pôles médiatiques – est financée depuis plus d’un demi-siècle par l’argent saoudien, et plus largement par les pays du Golfe. Le problème actuel, qui apparaît bien peu dans les lamentations bien intentionnées sur l’appauvrissement du paysage médiatique arabe, c’est juste que les « parrains », aujourd’hui, ne veulent plus ou ne peuvent plus payer. Il faut tout de même le rappeler : la « pluralité » a toujours été le cadet de leurs soucis, leur ambition, comme celle de leurs adversaires du reste, étant seulement de payer des gens pour qu’ils écrivent ce qu’ils souhaitaient.

D’ailleurs, lorsqu’ils évoquent la crise des quotidiens libanais, les commentaires s’intéressent assez peu aux destinées du plus récent d’entre eux, à savoir Al-Akhbar, créé en pleine guerre israélienne contre le Hezbollah en août 2006 (par le regretté Joseph Samaha, un ancien du Safir). Qu’on l’apprécie ou non, et même s’il n’échappe pas à ses lecteurs fidèles qu’il n’est plus aussi « flambant » qu’à ses débuts, il reste qu’Al-Akhbar continue sur sa lancée – jusqu’à preuve du contraire car la pause des fêtes de fin d’année a l’air bien longue… Ce journal, « proche du Hezbollah » comme on le rappelle à chaque fois (ainsi que pour le Safir, ce qui me paraît encore plus discutable dans ce dernier cas), est aussi celui qui, sans conteste possible, fait preuve de la plus grande audace et de la plus grande ouverture d’esprit dans la région, avec des prises de position étonnamment courageuses en particulier sur les questions de société, du droit des femmes, des minorités sexuelles, etc. On ne peut manquer d’interpréter la « résistance » d’Al-Akhbar à l’aune des actuels rapports géopolitiques de la région : alors que les organes qui soutiennent l’axe saoudo-quelque chose… sont sur le repli, et même en faillite, abandonnés qu’ils sont par leurs soutiens financiers, les quelques titres qui parlent pour l’autre camp, Al-Akhbar en tête, bénéficient, eux, d’appuis qui, visiblement, ne les lâchent pas.

« La patrie sans le Safir » – ce qui peut se lire aussi « La patrie sans son ambassadeur » – titrait la dernière édition du quotidien libanais, avec un dessin qui rappelait ses grandes heures passées, au temps du caricaturiste palestinien Naji Ali (ناجى العلى souvent évoqué dans CPA, notamment ici). La patrie en question, bien entendu, c’est la Nation arabe. De fait, après l’achat en juillet 2013, par le Qatar, du quotidien arabophone de Londres, Al-Quds al-‘arabi (« Jérusalem arabe », voir ce billet), la fermeture du Safir scelle encore un peu le repli, pour ne pas dire la défaite, de l’arabisme. Tout juste un siècle après la première tentative d’établissement d’un État unitaire avec la « Grande révolte arabe » de 1916, on pourrait écrire, en jouant sur les mots, qu’il ne reste plus guère de tribune médiatique pour défendre le projet arabe, porteur, tout au long du XXe siècle, des espoirs d’une grande partie des peuples de la région.

C’est sans aucun doute de ce point de vue qu’il faut regarder l’hommage, sous forme de vidéo, mis en ligne par le Safir au moment de sa disparition. Sur fond de rumeur de la ville, on y voit le fondateur et rédacteur en chef du titre, Talal Salman (طلال سلمان) achever sa (dernière) journée de travail. Dans une pièce ornée d’œuvres contemporaines (dont, bien entendu, plusieurs dessins de Naji Ali), il recapuchonne (d’une main tremblante) son stylo et se lève de son fauteuil directorial en éteignant la lampe de son bureau. Puis, tandis qu’on entend en arrière-plan le son d’un rotative qui s’arrête progressivement, il ramasse sur un canapé cette écharpe qui est presque un uniforme pour les intellectuels progressistes arabes (!) et sort définitivement (l’immeuble a déjà été vendu) d’une pièce plongée dans les ténèbres. Mais la caméra nous fait revenir sur nos pas : sur le bureau, la lampe de travail se remet à clignoter pour s’éclairer à nouveau tandis que résonne quelques mesures d’une chanson de Sayyid Darwish, le classique (égyptien) des classiques de la chanson nationaliste arabe (voir ce billet  : mon dieu, dix ans déjà!) :

أهو ده اللي صار

وا دي اللي كان

مَالكشِ حق

تلوم عليا

Voici ce qui est arrivé / voilà ce qu’il en est /
Et de quel droit / vous nous faites des reproches ?

Malgré ces dernières paroles, on ne peut manquer de sourire, avec un peu d’amertume, devant la lourdeur des symboles et la grandiloquence du ton, d’une autre époque, assurément. Si le Safir est tombé, c’est, aussi, parce que son fondateur (voir ce portrait publié en 2013) s’est enfermé, comme bien d’autres de ses meilleurs confrères, dans un exercice solitaire des responsabilités, déconnecté des réalités des générations actuelles (même si Al-Safir, et c’est tout à son honneur, fut parmi les premiers quotidiens arabes à oser le passage sur internet). À l’image de la vidéo qui le met en scène, Talal Salman se vit comme l’incarnation d’un journal, d’une idée, d’une institution. Âgé de 77 ans, il quitte la scène, sur le constat d’un échec et probablement sans grand espoir pour l’avenir, et sans illusions pour les idées qu’il a défendues (en dépit de la lumière qui se remet à briller, comme par magie, tandis qu’apparaît le logo du quotidien, un oiseau en vol, qui surmonte la devise « En route »).

Un intéressant entretien publié par L’Orient-Le Jour, permet à Talal Salman de mettre quelques mots sur cette longue séquence sans paroles : « Au Safir, nous avons longtemps brandi le slogan de l’arabité et avons défendu l’unité dans cette région et prôné la nécessité des réformes, convaincus que les peuples partagent ici les mêmes soucis et des problématiques similaires. Le spectacle de désolation dont on témoigne aujourd’hui est la preuve d’un échec cuisant à ce niveau. » Un constat que reprend à sa manière Abdel-Bari Atwan, cette autre grande figure (à peine plus jeune car il est né en 1950) de la presse nationaliste arabe, lui aussi confronté à la même impasse professionnelle… et au passage du temps  :

محنة “السفير” لا تعود الى اسباب تجارية اقتصادية، وانما لانها ايضا صاحبة موقف مختلف، وسياسة عنيدة في رفض محاولات تدمير هذه الامة، ونزع كرامتها، وتغيير هويتها، وتفتيت وحدتيها الديمغرافية والجغرافية، وبذر بذور الفتنة الطائفية للاجهاز على ما تبقى لها من طموحات في نهضة عربية شاملة

« L’épreuve du Safir n’est pas due aux seules circonstances économiques ou commerciales mais, aussi, au fait qu’il défendait un point de vue différent, et une ligne politique qui s’entêtait à refuser les multiples tentatives pour détruire la nation et lui ôter sa dignité, modifier son identité, émietter son unité démographique et géographique, y faire pousser les graines de de la discorde confessionnelle, afin de faire avorter les derniers espoirs d’un renaissance arabe complète. »

Ce premier éditorial de la nouvelle année pour Ray al-yom (qui n’existe que sur internet), s’ouvre sur un titre qui se lit comme un écho de la vidéo d’adieu du Safir : « Ami, notre époque est révolue, il est temps de partir » (يا صديقي انتهى زمننا.. وحانت ساعة الرحيل).

Demain mercredi, Al-Safir fait paraître une ultime édition papier, en hommage à ses 43 années d’existence. En partie victime du tournant numérique des médias, Talal Salman n’en a pas moins un compte Twitter sur lequel il sera peut-être encore plus actif qu’auparavant.

Sportifs et intellectuels au temps de la « normalisation » dans le monde arabe

judokasAdoptée en 2004, la loi sur les signes religieux dans les écoles publiques françaises a vite montré qu’elle ciblait en fait les seuls adeptes de la religion musulmane. Au fil des ans, elle a même fini par glisser du voile à la jupe, érigée en symbole de la liberté féminine. Des vêtements « ostentatoirement » trop longs ont ainsi entraîné l’exclusion de lycéennes pas assez « discrètes » comme se plaît à le recommander aux intéressé(e)s Jean-Pierre Chevènement, futur président de la Fondation des œuvres de l’islam de France ! Il était par conséquent assez prévisible que les amendes (grotesques) contre le port du burkini se transforment rapidement en instruments de harcèlement à l’encontre de toutes les « porteuses de voile » sur les plages. Malgré la décision du Conseil d’État contre cet arrêté administratif, certains ne désespèrent pas d’étendre à l’ensemble du paysage national cette interdiction d’un « symbole d’asservissement de la femme » comme l’analyse M. Valls, avec beaucoup d’intelligence (politique).

Autre exemple de ces « glissements de la loi », les circulaires dites Alliot-Marie et Mercier de 2010 et 2012, qui s’appuient sur les très légitimes dispositions légales contre l’antisémitisme pour faire condamner les militants du mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions). Il n’y a que les Israéliens pour faire mieux avec la « loi pour la prévention des dommages envers l’Etat d’Israël par le boycott ».

Sur cette question justement, on pourrait dire que la position des pays arabes est strictement opposée dans la mesure où le boycott y est, au contraire, en général imposé par des lois passées dans les années 1960 à l’initiative de la Ligue arabe. Il est arrivé que l’évolution des relations diplomatiques modifient la donne (les accords de Camp David par exemple) mais, dans la pratique, l’auteur d’un utile rappel des données juridiques libanaises relatives à cette question a raison de souligner que « l’ambiance générale laissée par le discours politique est que toute relation [avec Israël] est interdite, de quelque nature fût-elle ».

Coincés entre la réalité du droit et la pression de l’opinion, bien des individus se retrouvent dans des situations cornéliennes, à l’image du judoka égyptien Islam Shehaby résumant ainsi son dilemme au moment d’affronter, aux jeux olympiques de Rio, un adversaire israélien : « On me présentait comme le ‘leader des musulmans’ et on attendait de moi que je batte Israël et les sionistes. (…) J’aurais pu me retirer [de la compétition] mais on m’aurait traité de lâche, ou bien combattre et être traité de partisan de la normalisation des relations avec Israël. Si j’avais serré la main de Sasson, j’aurais été traité de traître, et si, je ne le faisais pas, on me présentait comme un terroriste. » Assez « normalement » au regard des relations officielles entre Israël et l’Égypte, le champion a donc été sanctionné par sa fédération qui l’a prié de rentrer chez lui. Depuis,  il a annoncé son intention d’abandonner le sport sur cette note particulièrement triste.

À l’inverse, il a pu arriver (plus souvent à dire vrai) que les mêmes instances, dans d’autres pays, exigent de leurs sportifs qu’ils « boycottent » leurs adversaires, à l’image de l’épéiste tunisienne Azza Besbes qui, immobile, laissa son adversaire israélienne l’emporter lors de la finale des championnats du monde en 2011. Souvent interprétées comme de courageuses décisions individuelles en faveur du boycott de l’État israélien, les attitudes des vedettes du sport sont aussi largement déterminées par les injonctions des structures qui les encadrent, en plus, bien entendu, des pressions de l’opinion publique du moment.

GoldUne opinion qui évolue au gré des circonstances politiques, ou bien encore – et c’est naturellement lié – sous l’influence de ceux qu’on appelle les « faiseurs d’opinion », les  grandes voix médiatiques et autres intellectuels prestigieux. Dans l’actuel Moyen-Orient, on voit ainsi clairement évoluer les frontières, qui ne sont plus aussi qu’étanches qu’autrefois, entre les responsables israéliens et certains de leurs homologues arabes. Une partie de l’opinion s’est ainsi beaucoup émue devant la récente photo du nouvel ambassadeur de l’Égypte du président-maréchal Sissi, serrant la main du très à droite Premier ministre Benyamin Netanyahou. Mais ce n’était rien au regard de la stupeur qu’a déclenchée, fin juillet, la « visite inédite d’un ex-responsable militaire saoudien » qui, à la tête d’une délégation d’universitaires et d’hommes d’affaires, a rencontré le Directeur général du ministère des Affaires étrangères de l’« entité sioniste » comme il était de rigueur de dire naguère (photo ci-contre). Après les révélations par la presse internationale de bien d’autres rencontres qui ne sont plus guère secrètes, on peut imaginer comment est reçue la révélation de ces bonnes manières des « Gardiens des lieux saints » de l’islam (un des titres des souverains saoudiens) à l’égard de ceux qui occupent la sainte mosquée Al-Aqsa en Palestine…

À l’image des sportifs, les intellectuels et artistes arabes doivent eux aussi jouer, sur la question du boycott, avec des règles qui ne sont pas toujours claires. Mais il arrive aussi qu’ils ne soient pas eux-mêmes toujours très clairs vis-à-vis de ces règles, qu’il est fort tentant pour eux de violer plus ou moins brutalement dans la mesure où cette transgression, paradoxalement, peut être très gratifiante pour leur réputation. Sur un marché culturel arabe où la « valeur » d’un intellectuel ou d’un artiste est davantage déterminée par les acteurs étrangers que locaux (c’est le cas par exemple des écrivains, surtout lorsqu’ils sont francophones), on ne compte plus les déclarations provocantes dont on peut légitimement soupçonner qu’elles sont moins motivées par des convictions réelles que par le désir, par toujours conscient, d’assouvir une ambition personnelle en tenant un discours susceptible de plaire aux instances extérieures. Quitte à jouer les Arabes de service pur le dire crûment !

Saber-Arrobae777Ceci mis à part (même si ce n’est pas rien), on a aussi l’impression que les faux pas des leaders d’opinion ont tendance à se multiplier depuis quelque temps. Comme si ces capteurs de l’humeur du moment que sont les (bons) artistes sentaient que, pour se conformer à l’esprit du temps, on peut (il faut ?) désormais tenir un autre discours sur le boycott et revendiquer une attitude beaucoup plus agressive vis-à-vis de ceux qui en tiennent encore pour ces vieilleries. L’actualité très récente en offre plus d’un exemple. On peut penser à ce chanteur tunisien, Saber Rebaï (صابر الرباعي ) qui, dans le cadre d’un concert dans la ville (contestée) de Rawabi (روابي) tout près de Birzeit, a eu la maladresse insigne de se laisser prendre en photo  tout sourire avec un de ces officiers israéliens qui humilient régulièrement les Palestiniens au passage de la frontière avec la Jordanie (photo ci-contre).

Mais on pourrait évoquer aussi la très contestée interview donnée par l’académicien franco-libanais Amin Maalouf à la chaîne israélienne I24, ou encore, au début de ce mois, les déclarations assez imp(r)udentes du cinéaste libanais Ziad Doueiri. Déjà mis en cause pour avoir séjourné et tourné en Israël le film L’Attentat (2005) – dont le scénario, tiré d’un roman de l’Algérien Yasmina Khadra, joue assez peu subtilement sur le désarroi d’un chirurgien palestinien découvrant que son épouse est une terroriste kamikaze –, le réalisateur du très apprécié West Beyrouth (1998) a ainsi tenu, à l’occasion de son retour dans son pays, des propos qui parlent d’eux-mêmes : « Il y a des courants stupides qui durent depuis 10, 20 ou 40 ans, et qui disparaissent. Il y a des gens stupides qui continuent à agiter le drapeau palestinien et à crier les slogans pour la libération de la Palestine en appelant à boycotter un artiste, que ce soit Ziad Doueiri ou Amin Maalouf. Mais ils n’ont aucun impact sur la société. Ce sont des microbes qui se développent sur nos corps, qui disparaîtront quand nous disparaîtrons. Sauf que nous on laissera une trace dans l’histoire et la culture, alors qu’ils s’évanouiront comme un filet de fumée. En fin de compte, et quoi qu’ils fassent, on suivra notre voie. »

ثمة تيارات تافهة تستمر 10 أو 20 أو 40 سنة، ثم تزول. وثمة أشخاص تافهون، « بعدن ناتعين » العلم الفلسطيني ويرفعون شعار تحرير فلسطين من خلال مقاطعة الفنان، سواء أكان زياد دويري أم أمين معلوف. ولكن ليس لهؤلاء أيّ تأثير في المجتمع. إنهم جراثيم موجودة بسبب وجودنا، وتختفي مع اختفائنا. ولكن، عندما نختفي نحن، سنترك أثراً في التاريخ والثقافة، في حين هم سيختفون كالبخار. في النهاية، مهما فعلوا، نحن ماضون في طريقنا.

De telles déclarations, anathèmes il y a quelques années encore, témoignent de l’extraordinaire affaiblissement du projet politique arabe.

Les Khalifé et la censure. Aujourd’hui, le fils !

markhaliféLe fait qu’un petit nombre de dynasties familiales se sont arrogées de longue date un quasi monopole sur la représentation politique du pays explique peut-être que la scène artistique libanaise soit, elle aussi, très marquée par quelques « grandes maisons ». Pour s’en tenir au seul domaine musical, on pense naturellement au « clan Rahbani » qui, entre frères, épouses, cousins et neveux, a régné sur la scène régionale durant un bon demi-siècle. Quant à la destinée de ces « Libanais d’Egypte » que sont les Chédid, elle est bien connue en France, depuis le père, Louis (fils de la romancière Andrée Chedid), jusqu’à la génération suivante, celle de Mathieu (« M » pour les fans), Joseph (alias Selim) et Anna (dite Nach). Un business musical hors du commun dont le caractère familial a été célébré l’année dernière par une tournée collective des interpètes, filmée par leur fille et soeur, Emilie…

Il y a encore la famille Maalouf, celle de l’écrivain mais aussi de son neveu, le trompettiste Ibrahim Maalouf, lui-même fils de deux interprètes de qualité (Nada au piano et Nassim, à la trompette également ). Et puis on trouve encore cette autre dynastie familiale naissante, celle des Khalifé. Marcel, le père, est un compositeur-interprète dont certaines œuvres sont déjà des classiques, en tout cas auprès d’un certain public arabe, celui d’une frange intellectuelle engagée, séduite par un répertoire aussi militant sur le plan politique qu’exigeant sur le plan musical. (Bien plus important à mon sens que son équivalent en France ou en Europe.)

Depuis plusieurs années, Marcel Khalifé n’a pas craint de rompre avec ce qu’il perçoit désormais comme certaines facilités de la scène (où il a pourtant tellement brillé). Pour mieux rester fidèle au grand héritage musical arabe, lequel ne peut exister à ses yeux qu’à travers son perpétuel renouvellement, ses dernières compositions, en particulier avec l’ensemble Mayadeen, prétendent à une « rationalisation » des traditions musicales arabes, qui emprunte des formes symphoniques tirées du répertoire occidental (voir, ou plutôt écouter cet Arabian Concerto par exemple). L’estime que l’on porte éventuellement au travail de Marcel Khalifé n’empêche pas de le reconnaître : cette inflexion dans la carrière de l’interprète, de plus en plus compositeur, a pas mal désarçonné son public, y compris (voire surtout) le plus fidèle.

Après quatre décennies de tournées triomphales, durant lesquelles leur père s’est fait le hérault d’une certaine conception de l’arabité illustrée en particulier par des compositions écrites sur des poèmes de Mahmoud Darwich, les deux fils, Rami et Bachar, passés l’un et l’autre par le Conservatoire de Paris, ville où ils ont grandi depuis la fin des années 1980, mènent désormais leur carrière. À l’image de la tribu Chédid, il arrive que les trois Khalifé se produisent ensemble sur scène, comme à Beyrouth en juin 2011. En dépit du climat de l’époque, propice en apparence aux bouleversements politiques, nombre des amoureux nostalgiques de la musique du père sont sortis assez déçus de cette « révolution musicale » (voir cet article en arabe)…

Parmi les deux frères, l’aîné, Rami, compositeur et pianiste, est un peu moins célèbre auprès du large public que Bachar, pianiste mais également chanteur (mentionné au passage sur CPA ici). En France en particulier, Bachar Mar-Khalifé bénéficie d’une célébrité qui va peut-être s’étendre davantage à la suite du petit scandale qu’a provoqué une de ses dernières chansons. Il vient en effet de produire son troisième album, intitulé en arabe Yâ balad (يا بلد). Dans le contexte du Liban, cette expression, qui se traduit littéralement par « Ô pays ! », est en fait surtout utilisée par les locaux pour exprimer, avec un certain fatalisme désabusé, leur désarroi par rapport aux surprises renouvelées que leur réserve la destinée erratique de leur pays.

Un sentiment qui ne peut manquer d’être renforcé par le propre destin de Kyrie eleison, une chanson du troisième album de Bachar, dont la Sûreté générale libanaise a estimé qu’elle devait être interdite parce qu’elle contenait « des paroles offensantes pour la grandeur divine » (j’essaie de traduire au plus près l’original : تحتوي على كلام مسيء إلى الْعِزَّة الإلهيّة). Dans un article de L’Orient-Le Jour qui annonce l’interdiction et s’efforce d’en expliquer les raisons, on lit ainsi que trois passages sont en cause : « Dans l’un d’eux, [Bachar Mar-Khalifé] chante en arabe les mots “Prends pitié de nous” (« erhamna » en arabe). La SG [Sûreté générale] reproche à M. Mar-Khalifé d’avoir pratiqué une césure dans la prononciation de ce mot,  la première partie signifiant ainsi « sexe masculin » en langage familier. Le deuxième reproche concerne les mots « fiche-nous la paix » qui suivent, s’adressant à Dieu. Enfin, dans le dernier passage mis en cause par la Sûreté, il est dit ceci: « Seigneur, cela fait cent ans que je jeûne et que je prie ». La SG reproche au chanteur d’émettre dans cette phrase l’idée que Dieu l’a forcé à faire quelque chose. »

De fait, c’est bien ce que l’on peut lire dans le document officiel (image en haut de ce billet) mis en ligne par Marcel Khalifé sur sa page Facebook. En effet, ce dernier ne pouvait manquer de réagir, ne serait-ce que parce qu’il a lui même eu à souffrir à maintes reprises de la censure. À Bahreïn en 2007 par exemple (affaire détaillée dans ce billet), mais aussi la même année, sans doute pour ne pas faire de jaloux, à San Diego en Californie (en raison d’un concert jugé trop peu « équilibré » selon les critères locaux, puisque le point de vue israélien n’y était pas représenté !!!), ou bien encore au Koweït tout récemment. Néanmoins, l’affaire la plus traumatisante pour le chanteur compositeur reste sans nul doute sa comparution, en 1999, devant un tribunal libanais pour « incitation à la sédition confessionnelle », un crime (celui qui est par ailleurs également reproché à son fils) « justifié » si on peut le dire ainsi par le fait qu’une de ses chansons, reprenant un poème de Mahmoud Darwich, citait un verset coranique tiré de la sourate « Joseph » !!!

Marcel Khalifé a donc réagi en tant qu’artiste, mais plus encore en tant que père. Il a ainsi rendu publique une lettre adressée à son fils dans laquelle il reprend en partie les paroles de la chanson interdite, paroles qui sont elles-mêmes bien entendu inspirées du Kyrie eleison traditionnel (le texte de la chanson, en arabe, en anglais et en français accompagne la vidéo du titre placée à la fin de ce billet). S’adressant à la Sûreté générale pour la prier de cesser de se mêler de telles affaires, il parle surtout à son fils, pour lui dire combien il est malheureux de voir qu’il a dû, lui aussi, traverser ce genre d’épreuve, précisément dans son pays d’origine. Rappelant que « la patrie n’a pas toujours raison », il lui rappelle encore comment, pour une famille qui a choisi l’exil comme c’est leur cas, ils ont pour eux « la patrie des chansons, de la musique et de la beauté ».

En soulignant tout de même au passage le fait qu’au Moyen-Orient, lorsqu’on rivalise de bêtise, c’est malheureusement toutes confessions et religions confondues (et donc pas uniquement l’islam), je vous laisse écouter cette version du Kyrie eleison de Bachar Mar-Khalifé. Au passage, vous pourrez y constater que l’éventuelle finesse linguistique dont font preuve certains responsables de la Sûreté générale libanaise lorsqu’ils charcutent au scalpel la diction du chanteur est inversement proportionnelle à la qualité de leur oreille musicale : en auraient-ils eu un peu qu’ils auraient compris que l’ensemble de la chanson est fondé sur un procédé de déconstruction non pas textuelle mais rythmique, procédé qui est le véritable « coupable » des caractéristiques de la diction, apparemment bien offensante pour les bonnes mœurs… Mon Dieu, aie pitié de nous…

Et pour ce qui est de demain ? Cinq ans après la « révolution » du « printemps arabe »

belnesbeh-la-bokra-chou-ziad-el-rahbani-play-movie

Triste anniversaire des événements qui ont secoué le monde arabe il y a cinq ans. Pour ne pas faire le tour de la carte de la région, uniformément désespérante, on se contentera de rappeler que les deux pays qui symbolisaient l’espoir de changement, la Tunisie et l’Egypte, vivent aujourd’hui sous un couvre-feu, « légal » dans le premier cas, imposé de facto dans le second (voir le précédent billet).

Le constat ne date pas d’hier. Préparant ce billet, j’ai rouvert un texte écrit il y a tout juste deux ans et qui portait déjà sur les échecs du « printemps arabe », particulièrement visibles à travers sa patrimonialisation, au Caire en l’occurrence. Il s’agissait à l’époque d’évoquer un processus naissant, celui de la « muséification » des soulèvements, d’abord par les acteurs eux-mêmes en lutte pour leur survie politique, mais ensuite – et surtout – par la « contre-révolution » orchestrant à sa manière des commémorations aux allures de requiem (ou de chant du cygne si l’on préfère)…

On n’en est plus là aujourd’hui car ce sont plus seulement les événements de janvier 2011 auxquels on cherche à ôter toute dimension révolutionnaire en les faisant entrer dans le musée de la mémoire nationale. Provoquée par l’ampleur de la catastrophe arabe, une autre tendance se dessine, celle de la célébration d’un passé récent auquel on semble attacher d’autant plus de prix que tout le monde pressent désormais qu’il ne reviendra plus.

Comme souvent en pareil cas, le Liban lance un mouvement qui ne se limite pas à ce seul pays, si l’on en croit ce témoignage de Pierre Abi-Saab à propos d’une jeune cinéaste venue du Caire tout exprès pour l’événement. À savoir la sortie, au cinéma, d’une pièce présentée pour la première fois à Beyrouth il y a 38 ans, Bennesbe la bokra chou (بالنسبه لبكرا شو / Et pour ce qui est de demain ?) Le lecteur qui souhaitera en savoir plus trouvera dans cet article tous les détails sur le coup, assez malin, réussi par une jeune start-up numérique libanaise, M media.

En deux mots, il s’agit de la sortie sous forme de long-métrage de documents tournés à l’époque en super 8 par la sœur du metteur en scène d’une pièce restée jusqu’à présent dans l’histoire, et dans les mémoires, sous la seule forme d’enregistrements audio. On comprend mieux l’importance de « l’événement » en question si l’on précise que le metteur en scène n’est autre que Ziad Rahbani (voir – au moins !  – ces billets, à propos d’un concert à Damas en 2008 ou bien lors de ses déclarations à propos de « l’amour » que porterait sa mère, la diva Feirouz, pour le « sayyid » Nasrallah, un épisode en apparence mineur sur lequel Jean Aziz a écrit un article particulièrement pertinent).

Produit à la fin des années 1970, Bennesbé la bokra chou symbolise tout « Ziad », lequel symbolise toute une époque où les conflits faisaient déjà rage (mais au seul Liban, si on laisse de côté le « cas » palestinien). Ils opposaient alors non pas les sunnites aux chiites, ou bien les pro-saoudiens aux pro-iraniens, mais les « isolationnistes maronites » (volontiers pro-impérialistes) aux « islamo-progressistes » – plus tard labellisés « palestino-progressistes » – (en principe « socialisants » et de toute manière « arabistes », entendre partisans de l’unité arabe).

En dépit de ce contexte bien particulier, la pièce de Ziad, avec son humour, sa joie de vivre et même son « engagement » restent dans les mémoires comme un âge d’or pour lequel le public – âgé maintenant, bien entendu, mais aussi beaucoup plus jeune (voir cette petite vidéo de l’avant-première) – conserve manifestement une nostalgie dévorante. Bien loin de l’atténuer, les couleurs sépias des anciennes images éventuellement colorisées ne font qu’attiser l’engoûment du public du film qui se précipite dans les salles libanaises où la vieille pièce des années 70 est devenu un improbable succès.

À y regarder de plus près, Bennesbé la bokra chou ? était incontestablement très drôle, mais la pièce ne brillait pas par l’optimisme. Les dialogues, joyeusement désabusés, n’ont rien perdu de leur actualité et c’est peut-être ce qui explique leur succès. En attendant la révolution, la nostalgie est un produit qui se vend bien : M media prévoit déjà de sortir Film amriki tawil ( فيلم أمريكي طويل / Long métrage américain).

Un trailer de Et pour ce qui est de demain ?

 

Feirouz et la catastrophe arabe

FairouzOk
La couverture de l’hebdomadaire Al-Chiraa

On ne parlera pas cette semaine de l’Arabie saoudite, même si tout le monde se réjouit de voir que les femmes peuvent désormais y voter à (certaines) élections (mineures). D’innombrables médias ont traité le sujet mais on aurait aimé qu’ils soient aussi diserts sur d’autres événements qui se sont également passés au Royaume des hommes. Par exemple la condamnation à mort d’Ashraf Fayadh, poète palestinien coupable d’apostasie (voir la lettre ouverte adressée à Catherine Beaubatie, députée socialiste vice-présidente du groupe d’amitiés France-Arabie saoudite à l’Assemblée nationale). Ou bien encore, l’incroyable et totalement illégale censure de la chaîne libanaise Al-Manar, « virée » du satellite Arabsat – panarabe en principe mais dans les faits possession saoudienne – pour des propos jugés injurieux à l’encontre du Royaume, tenus il y a des mois de cela par un invité de la chaîne, d’ailleurs réprimandé par l’animateur ! En dépit de la gravité de cette décision, qui confirme la volonté saoudienne de mettre au pas toute voix dissidente dans la région, on ne trouve qu’un quotidien francophone algérien (en dehors du Liban) pour s’intéresser aujourd’hui à la répression de médias dont, il y a peu encore, on nous chantait les mérites sur le mode « Al-Jazeera, mégaphone de la place Tahrir au Caire ». Le « Printemps arabe » est bien vite passé de mode !

Indirectement, la médiocrité toujours plus grande des médias du monde arabe est tout de même le sujet de cette chronique puisque qu’elle est consacrée à un événement considérable, la publication – une première dans l’histoire de la presse locale à ma connaissance – d’un article violemment hostile à la diva libanaise, Feirouz. Dans cette République qui n’est pas loin de boucler sa seconde année sans président, cette attaque en règle contre la gloire nationale du pays, quand bien même elle a été publiée dans Al-Chiraa (الشراع), un hebdomadaire peu estimable, continue à susciter des réactions en chaîne. Les ministres de l’Information et de la Culture ont ainsi fait part de leur réprobation, allant même jusqu’à inciter ouvertement l’intéressée à lancer des poursuites juridiques. Quant aux innombrables fans de « l’ambassadrice du Liban auprès des étoiles » comme on l’appelle souvent, nombre d’entre eux se sont déjà regroupés, pour prendre sa défense et témoigner de leur indéfectible amour, sur une page Facebook.

En soi, l’article n’a guère d’intérêt. Sous un titre provocateur (Ce que vous ne savez pas sur […] Feirouz, celle qui n’aime pas les gens, qui n’en a que pour l’argent et le wisky et qui complote avec Assad), un journaliste en mal de reconnaissance publique (deux échecs à la présidence du syndicat de la presse) revient sur la carrière de la vedette, accusée d’être avare et d’avoir un goût prononcé pour le Chivas Regal. Plus grave, assurément, sont les erreurs politique de cette chrétienne du Liban. L’auteur de l’article explique ainsi que, non seulement Feirouz prend la poudre d’escampette au lieu de saluer le grand leader (sunnite) du pays, Rafic Hariri, lequel vient de lui offrir 300 000 dollars pour chanter dans le centre ville de Beyrouth remis à neuf, mais, de surcroit, elle développe depuis des années, ainsi que sa famille, des relations coupables avec le régime syrien. À force d’insinuations, on comprend qu’elle est même indirectement coupable du massacre de milliers de « musulmans (palestiniens et libanais) », lors de la prise du camp de Tell Zaatar (investi en 1976 par les milices Kataeb, soutenues par l’armée syrienne, leur alliée du moment).

Ce misérable article mérite-t-il qu’on lui consacre quelques lignes ? Au-delà du nombre étonnant d’articles qu’il a suscités, j’y vois pour ma part quelque chose qui va au-delà de l’actualité immédiate et qui donne à cette affaire une dimension plus intéressante. Feirouz, qui vient de fêter ses 81 ans, incarne (à tort ou à raison) pour toute la région un véritable âge d’or, celui où l’on chantait, à côté d’autres bonheurs plus quotidiens, la certitude d’un monde arabe sur la voie de l’unité. La colère, l’indignation, l’« horreur » même ressenties par d’innombrables lecteurs à l’occasion de cette attaque, inédite dans sa violence, contre la diva libanaise tiennent précisément à ce lien qu’elle entretient avec le public arabe depuis plus de six décennies. S’en prendre à Fairouz, c’est, indiscutablement, profaner une icône et violenter tout ce qu’elle représente. En publiant cet article venimeux, un journaliste opportuniste a saisi l’occasion de faire parler de lui ; mais il nous dit surtout que, confusément, on perçoit dans la région qu’au temps de la grande catastrophe arabe il est désormais possible de s’en prendre ouvertement à ses mythes fondateurs qu’incarne, dernière de sa génération, l’interprète de Jérusalem, fleur parmi les villes.

Un monde arabe pas vraiment comix (1/2) : engagez-vous pour la BD libanaise !

Lena Merhej, "Comment ça s'est passé" (extrait du dernier numéro de Samandal)
Lena Merhej, « Comment ça s’est passé » (traduction provisoire d’un extrait du dernier numéro de Samandal)

Il y a comics et comix : dans le premier cas, il s’agit de bandes dessinées en principe d’origine nord-américaine et, dans le second, de récits illustrés, plutôt inspirés de la contre-culture et destinés, en principe là encore, à un public adulte (comix imply countercultural, illustrated tales for adult audiences, comme l’écrit Jonathan Guyer dans From Beirut: The Origin Story of Arab Comix, un article plein d’informations sur les débuts de ce genre dans le monde arabe et au Liban en particulier).

Pour cet auteur – voir également ici (en arabe) – George Khoury, alias Jad, est le premier à donner au comix arabe ses lettres de noblesse, avec son Carnaval publié au début des années 1980, alors que la guerre civile continue à déchirer le Liban (de nombreuses planches, magnifiques, sont visibles sur le site de l’auteur). Naturellement, les origines de la BD libanaise sont bien plus anciennes, comme le rappelle Henry Matthews, le comic book guru du monde arabe, qui œuvre à en préserver la mémoire. Mais George «Jad » Khoury ouvre une ère nouvelle, non seulement par la nouveauté de son travail, mais également par sa volonté de créer une dynamique autour de cette nouvelle approche du « 9e art », en commençant par l’organisation d’ateliers collectifs.

Preuve que ce travail ne s’est pas fait en vain, une nouvelle génération de jeunes auteur(e)s est apparue quelques années plus tard. Elle a permis, entre autres initiatives, la création de Samandal (La Salamandre), une revue et un collectif dont l’ambition, au meilleur sens du terme, est très bien présentée par une de ses fondatrices, Lena Merhej. Elle explique ainsi que cet amphibien aime à vivre entre deux mondes, entre le mot et l’image, les beaux-arts et l’art populaire, le traditionnel et l’expérimental. Le collectif publie, en arabe, français et anglais, un périodique qui reprend des œuvres choisies par des créateurs réunis en « collège », dans une dynamique à la fois locale, régionale et internationale.

Dans ce cadre, justement, Samandal a publié, en 2009, son septième numéro, une collaboration avec la revue belge, L’employé du Moi, autour de la thématique de la revanche. Quatre mois après la publication, trois dessinateurs du collectif se sont vus convoqués par la Sûreté générale libanaise. Pas du tout pour des questions administratives, comme ils le pensaient au départ, mais pour être entendus à la suite d’une plainte déposée pour différents motifs, à commencer par le délit, très libanais, d’incitation à la discorde confessionnelle, en plus de l’atteinte à la religion, de la publication de fausses informations, et autres diffamations et calomnies.

Pourquoi ces trois-là ont-ils été convoqués et non pas d’autres membres du collectif ? À commencer par l’auteure d’un des dessins incriminés, Lena Mehrej (voir l’illustration en haut de ce billet), qui avait imaginé de prendre au pied de la lettre différentes expressions très courantes dans la langue libanaise de tous les jours, dont l’étonnant Yahraq dînak ! (Qu’Il brûle ta religion !, la majuscule étant pour Dieu), synonyme d’exaspération passée au stade majeur. La réponse n’est pas bien claire et ce n’est pas l’ancien ministre de la Culture, le réputé très libéral Tarek Mitri, qui pourra le dire, lui qui avoue ne pas se souvenir, comme le précise un bon article du New Yorker, de la raison qui a pu le motiver à transmettre la plainte à son collègue de la Justice…

Au départ comme l’explique Elias Muhanna, l’auteur de l’article mentionné, les prévenus n’étaient pas vraiment inquiets. Le pays avait connu plusieurs affaires comparables qui s’étaient terminés par des jugements, ou des arrangements, plutôt favorables à la liberté de création. Savaient-ils alors qui était derrière cette plainte ? Peut-être… En tout cas, les (vrais) partisans de la laïcité en France seront peut-être étonnés d’apprendre, en ces temps où l’on est prompt à condamner le bigotisme musulman, qu’ils se recrutaient en fait du côté des responsables chrétiens libanais (voir cet article dans Al-Akhbar). Comme quoi l’actuelle Église d’Orient – comme les autres du reste – est la digne héritière d’une longue tradition de répression, celle, par exemple, qui fit périr en 1830 le frère de Farès Chidiac, l’homme qui allait révolutionner quelques années plus tard la prose de fiction en langue arabe (du coup, Farès se fit d’abord protestant puis musulman, avant de finir, peut-être, agnostique !)

Tous les détails de cette affaire (celle de Samandal bien entendu, pas Chidiac !), y compris les liens vers les dessins incriminés, se trouvent sur le site de la revue Samandal. On y trouve les attendus du jugement prononcé en avril dernier. Contre toute attente, il condamnait trois des membres de l’équipe à une amende assez sévère. En plus de réels tracas administratifs, il leur faut par conséquent trouver, pour éviter la prison, quelque 18 000 euros. L’équivalent d’une condamnation à mort pour une revue telle que Samandal, bien gérée il est vrai mais pas au point de dégager des bénéfices aussi importants…

Fidèles à leurs principes, les membres de ce collectif libanais ont toujours veillé à ne pas dépendre de financements externes, qui risqueraient d’entraver leur liberté. Ils ont donc choisi de lancer un financement participatif (crowdsourcing) pour les aider à « lutter contre la censure et continuer à publier à Beyrouth ». Dans un pays comme la France, où quatre millions de personnes sont descendues dans la rue pour défendre Charlie Hebdo, un tel appel ne peut pas laisser indifférent…

Laban-et-confiture-_-couverture-476x600Il y a encore une autre façon, moins directe mais tout de même utile, d’aider la BD libanaise de qualité. Elle consiste à vous offrir, et à vos amis, Laban et confiture, la traduction française, qui vient de sortir, du très bon album publié chez Samandal par Lena Merhej. Le plus facile pour le moment, c’est en ligne, ici : 15 euros. Vous ne serez pas déçus !

Révolution dans la chanson : les poubelles de la politique à Beyrouth

Youstink
Logo « officiel » de la campagne Tol3et rihetkom

« Et tout finit par des chansons » faisait dire Beaumarchais au barbier du Mariage de Figaro, une pièce représentée, après une longue censure, quelques années seulement avant la Révolution française de 1789. La citation pourrait bien s’appliquer à l’actuelle « révolution des poubelles » qui agite Beyrouth depuis une bonne semaine car, au fil des jours, les récits et les images qui nous proviennent de la capitale libanaise laissent une étrange impression. La révolte spontanée des premiers moments a certes pris de l’ampleur, elle mobilise des tranches d’âge et et des milieux bien plus divers, mais on se demande si elle n’est pas en train de perdre son mordant. Comme une sorte d’événement festif qui viendrait clore la saison des nombreux festivals d’été, les joyeuses manifestations du peuple libanais communiant (souvent drôlement) dans la dénonciation de la pourriture de la classe politique laissent l’observateur extérieur quelque peu perplexe quant aux possibilités de ce mouvement d’aboutir à des résultats tangibles.

Bien entendu, cette mobilisation évoque des « printemps » guère lointains : celui du « printemps de Beyrouth » en 2005, encore appelé « Révolution du cèdre », à l’origine tout de même d’une impasse politique qui n’a pas été surmontée dix ans plus tard ; et celui du « Printemps arabe » de 2011, avec ses modes de mobilisation, associés à l’univers des communications numériques, dont il est apparu trop vite qu’ils résistaient mal aux bonnes vieilles logiques de puissance, voire aux réflexes de classe (pour les arabophones, voir à ce sujet, dans Al-Akhbar, l’article fort intéressant de Amer Mohsen intitulé « La fête : du regard que la classe moyenne jette sur elle-même »)…

Parmi les éléments qui incitent à poser ce type d’interrogations, je placerai – fidèle à la perspective adoptée dans ces billets – l’inattendue participation de toute la riche palette locale des starlettes et autres chanteurs de charme qui, du jour au lendemain en général, se découvrent une passion pour la chose publique (res publica en bon latin). Sous un titre qui est tout un programme, le quotidien Al-Yawm al-sabee évoque ainsi « les beautés qui déclarent la révolution contre la laideur du Liban ». L’auteur dénombre pas moins de 16 vedettes de la chanson qui soutiennent le mouvement, ne serait-ce qu’en s’associant aux campagnes de hashtags sur Twitter (Haïfa Wehbé par exemple).

Naturellement, des esprits chagrins y voient de l’opportunisme ainsi que le moyen, pour telle ou telle star peut-être un peu sur le retour, de faire parler d’elle (Ghaleb Alama est un bon exemple), éventuellement, comme Najwa Karam, en recyclant un vieux tube. À lui seul, le principal slogan des manifestations, Tol3et rihetkom (طلعت-ريحتكم / You stink!) a donné lieu en l’espace de quelques jours à au moins trois « grandes » créations par des chanteurs plus ou moins « populaires » (dans tous les sens du terme), à savoir Shadi Farah (jeune chanteur « de charme »), Ali Zalzali (vedette un peu passée déjà) et Ali Barakat (la star des chansons appréciées par le public pro-Hezbollah). Mais la liste est loin de s’arrêter là puisque la révolte des poubelles a également inspiré, entre autres compositeurs et interprètes, le chanteur et joueur de oud Khaled al-Abdallah, un groupe de rock relativement connu, Chained Reaction, et enfin un duo d’humoristes qui se moquent assez cruellement du ministre de l’Intérieur, Nohad Mashnouk, retrouvé en train de faire joyeusement la fête sur une île grecque pendant que les Libanais se débattaient au milieu des tas d’ordures…

Cette inflation de chansons est le signe d’une évidente tentative de récupération de la part de professionnels du show qui, comme on en a de nombreux exemples toutes ces dernières années, jouent leur partition individuelle dans le grand concert médiatique. Avec tout de même certaines évolutions qui ont suscité des commentaires intéressants. Dans Al-Hayat, Rana Najjar souligne ainsi l’absence, chez les manifestants, des traditionnelles chansons engagées qu’ont créé des chanteurs aussi appréciés il y a peu encore que Marcel Khalifé, Ahmed Qabour ou Julia Boutros. Cette dernière illustrant précisément jusqu’à la caricature – fort bienvenue en l’occurrence dans le pro-saoudien Al-Hayat – des « compromissions » d’une catégorie d’artistes un peu people, trop proches du pouvoir puisque la chanteuse originaire du Sud du Liban, celle qui a repris dans une de ses plus célèbres chansons les paroles d’un discours de Hassan Nasrallah en juin 2006 (voir à son propos cet ancien billet) est également l’épouse de l’actuel ministre de l’Education.

À sa manière, Nadine Kanaan développe pour Al-Akhbar des analyses qui vont dans le même sens. Comme sa consœur du Hayat (à moins que ce ne soit l’inverse), elle s’arrête en particulier sur une vidéo mise en ligne par un groupe précédemment signalé dans CPA à travers un renvoi au blog du Tunisien Ahmed Amri, à savoir le très intéressant Al-Rahel al-kabir (Le grand disparu), repéré, entre autres fort bonnes choses, pour une satire mordante du calife auto-proclamé, le tristement célèbre al-Baghdadi et son prétendu État « islamique ». Inspiré par les protestations nées des poubelles libanaises, le groupe a mis en ligne une vidéo qui reprend un autre des slogans clés des événements actuels, à savoir Kellon, ya3ni kellon (كلّن يعني كلَن / « Tous, ça veut dire tous » : comprendre, sans exception, tous les politiques, ce sont des pourris). L’idée, comme le précise l’article, c’est de faire passer, avec cette chanson, un triple message : la nécessité de formuler des demandes précises, susceptibles d’être mises en pratique ; le refus total de toute violence, à commencer par celle des forces de l’ordre ; et enfin la remise en cause de tous les représentants politiques, sans exception » («يجب أن نعمل على قاعدة أن يكون لكل تحرّك مطلب معيّن. أما ثاني نقطة فهي أنّنا رافضون للعنف بكل أشكاله، خصوصاً عنف القوى الأمنية، وأخيراً التصويب على كلّ عناصر الطبقة السياسية اللبنانية من دون استثناء» ).

drapeaubagVaste programme, sans nul doute, dont la mise en pratique passera(it) par une véritable révolution. Dans le contexte actuel, on peut douter qu’elle advienne cette révolution qu’une partie de la population libanaise, notamment au sein de la jeunesse, appelle pourtant de tous ses vœux, avec une certaine « fraîcheur » (سذاجة) politique. Les manifestations attendues pour ce mardi apporteront peut-être un début de réponse mais dans l’immédiat, révolution ou pas, le ras-le-bol des Libanais lassés du spectacle de leurs ordures, notamment politiques, peut s’analyser dans le contexte régional comme une manifestation supplémentaire d’un long et douloureux processus d’accouchement. À l’image de ce qu’évoque le passage de témoins entre les différents acteurs de la chanson politique, une génération, celle des trois ou quatre dernières décennies du siècle passé, est en train de quitter la scène – à reculons et en retardant tant que possible l’échéance. Avec ses propres références, son style, son ton à elle pour ses revendications comme l’illustre parfaitement la vidéo du groupe Al-rahel al-kabir ci-dessous, une autre génération se prépare à la remplacer, mais force est de constater qu’elle paraît encore en partie « immature », du moins du point de vue de l’organisation politique.

كلّن يعني كلَن
————–
البلد خربان
وفي واحد عم يرقص برّا ومدري شو شربان
وبّدو يعمل فحص بول للشعب الكحيان
والمعلّم الكبير عنده Ski
هيدا التزلّج بالفرنسي إسمه Ski
ولو في مواطن مات جوع بيسألن c’est qui?
البلد خربان
وفي واحد عم يقصف برّا وما منقدر نحكيه
وفي واحد وزير عنده انفصام
نازل قال ليتظاهر لي قال ضدّ النظام..
ولك أي نظام؟ ما إنت وعمّك وولاد عمّك أركان النظام..
ولذلك: كلّن يعني كلّن يعني كلّن يعني ولا واحد منّن أبداً ممكن نستثنيه

Ma patrie par Elissa : une version assez originale de l’arabité

Geagea-ElissaLe « Docteur Geagea » félicitant Elissa pour son hymne à la patrie arabe !

A côté de la « Tempête décisive » – nom donné par les Saoudiens à leurs bombardements sur le pauvre Yémen (plus de 1 200 victimes selon l’ONU) – la « tempête dans un verre d’eau » qu’a suscitée la dernière chanson de la Libanaise Elissa paraît sans nul doute assez futile. On peut malgré tout y consacrer quelques lignes car cette histoire affligeante de médiocrité est bien dans l’air du temps.

Tout commence par la diffusion à la fin du mois dernier, via Internet, de la dernière production de cette vedette, habituée des charts, des studios TV, ou encore des pubs pour Pepsi, lunettes de soleil et autres maillots dans les pages people de la presse spécialisée. Horreur et stupéfaction ! Celle qui fait en ce moment partie du jury de la version arabe de The X Factor sur la chaîne saoudienne MBC a jeté son dévolu sur Mawtinî (موطني/ma patrie), LA chanson patriotique arabe par excellence. Bien qu’il s’agisse paraît-il d’un très grand succès (plus de 700 000 visionnages à ce jour sur YouTube), ou plutôt à cause de cela précisément, on se déchire sur les réseaux sociaux pour applaudir cette initiative, ou pour la vouer aux gémonies…

Sans conteste, un lourd héritage historique pèse sur cette chanson écrite par le poète palestinien Ibrahim Touqan (إبراهيم طوقان) en 1936 à l’aube de la grande révolte arabe en Palestine mandataire. Elle est immédiatement mise en musique par un des frères Flayfel, les pionniers de la « chanson révolutionnaire » arabe pour reprendre le titre d’un ouvrage qui leur a été récemment consacré. Sans surprise, mais avec pas mal de lyrisme, les paroles (très mal traduites, mais au moins cela existe) s’ouvrent sur la beauté de la patrie pour enchaîner très vite sur le combat de la jeunesse qui, refusant l’occupation, « jamais ne sera esclave » !

Longtemps, le poème d’Ibrahim Touqan a servi d’hymne national officieux en Palestine, jusqu’à ce que l’OLP le remplace par Bilâdî, bilâdî (بلادي بلادي/Ô mon pays), d’autant plus facilement que les Israéliens étaient paraît-il farouchement opposés à l’ancienne version. Pour autant, Mawtinî n’allait pas disparaître des mémoires, bien au contraire. Amjad Nasser, romancier et poète né en 1955, raconte ainsi que, dans son école en Jordanie, tout le monde était persuadé qu’il s’agissait du véritable hymne national jordanien ! Jusqu’à ce que les autorités finissent par l’interdire, à partir du moment où les Irakiens allaient en faire leur propre chant patriotique. En réalité, il s’agissait encore à cette époque d’un chant homonyme mais, effectivement, en 2003 le pro-consul étasunien Paul Bremer allait décider (je n’invente rien !) pour les Irakiens que le poème du Palestinien Touqan mis en musique par le Libanais Flayhel serait dorénavant leur hymne national !

Que reproche-t-on à la version interprétée par la très photogénique Elissa ? Tout d’abord d’avoir éventuellement pillé les droits d’un autre interprète, en l’occurrence Murad Swaytî (مراد سويطي). Si les paroles et la musique de Mawtinî relèvent bien entendu du patrimoine commun, ce jeune Palestinien avait enregistré, il y a un an ou deux, une version très sentimentale du vieux chant nationaliste et c’est sur cet arrangement que lui et son producteur ont, en vain semble-t-il, tenté de faire respecter leurs droits.

Mais de toute façon, bon nombre de protestations s’élèvent en réalité contre toute prétention à faire de ce chant de révolte et de combat un hymne à la nostalgie nationale. Plus encore qu’avec Murad Swaytî, Mawtinî, dans l’adaptation faite par Elissa qui s’est depuis toujours spécialisée dans ce registre, prend des allures de bluette romantique. Pire, peut-être en raison de son accent libanais, elle massacre le très martial « T » emphatique du mot patrie, qui fait résonner dans les imaginaires arabes la patrie arabe pour en faire un petit « t » de rien du tout, comme si la belle chanteuse ne savait que se mourir d’amour (mawTinî.موطني devenant quelque chose comme mawtini/موتني…)

Derrière ces querelles, il y a en réalité un conflit bien plus important, dont le véritable enjeu est la propriété morale de ce morceau de la mémoire politique arabe du XXe siècle. En parfaite opposition avec une autre vedette libanaise, Haïfa Wehbé, qui n’hésite pas à afficher son ardente sympathie pour Hassan Nasrallah, Elissa, en effet, ne fait pas mystère de son penchant pour les idées défendues par les Forces libanaises qui ont toujours combattu, y compris par les armes, les partisans de la grande nation arabe. Pour beaucoup par conséquent, entendre celle qui avait eu naguère des paroles très peu compatissantes vis-à-vis des victimes civiles des attentats au sud de Beyrouth susurrer une mélodie sirupeuse sur le symbole du combat national arabe, c’est juste inadmissible. Et dès lors, voir que le « docteur » Geagea, actuel patron des Forces libanaises en dépit de tous ses sanglants « errements » durant la guerre civile, envoie ses félicitations à l’interprète, cela vaut confirmation, pour beaucoup, que rien de tout cela n’est dû au hasard bien au contraire.

A leurs yeux, l’égérie des jeux télévisés saoudiens n’est pas tombée par accident sous le charme de la vieille marche patriotique. Maintenant que rien ne s’oppose plus à ce qu’ils soient les nouveaux « patrons » du monde arabe, les Saoudiens et autres puissances néfastes (presque l’anagramme de naft, pétrole, en arabe) de la Péninsule arabique sont bien décidés à renouveler à leur manière, c’est-à-dire à la vider de tout contenu, la mémoire de l’arabité/arabisme (عروبة).

Dix ans plus tard, la « Révolution du cèdre » au Liban par Sharmine Narwani

Cette semaine, une traduction, celle d’un article en anglais de Sharmine Narwani, une journaliste clairement à gauche, spécialiste des questions moyen-orientales. Publié sur le site de Russia Today sous le titre Ten years on, Lebanon’s ‘Cedar Revolution’, et signalé par Nidal sur SeenThis, le texte, qui apporte pas mal d’éléments plus ou moins connus, méritait une traduction en français. Elle est donnée ici sans la moindre coupe. A vous de juger !

Il y a dix ans cette semaine, un million de Libanais – un quart de la population – se rassemblait sur la place des Martyrs dans le centre de Beyrouth, demandant le départ des forces syriennes hors de leur pays.

Les Libanais aiment la fête. Et celle-là était la plus grande, la plus étonnante, la plus bruyante que le pays ait jamais connue. Elle avait pour thème le rouge et le blanc du drapeau libanais et la foule, encouragée de se voir aussi nombreuse, tanguait en reprenant à l’unisson les slogans préférés de la jeunesse « révolutionnaire » d’aujourd’hui : indépendance, démocratie, liberté, souveraineté, vérité, justice. Si l’espoir avait un prix, le Liban n’avait jamais été aussi riche que ce 14 mars 2005.

Dix ans plus tard, ceux qui, au Liban, ont été intimement liés à « l’intifada de l’indépendance » parlent encore avec émotion de cette métamorphose qui a culminé, après l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri le 14 février, avec le départ des 14 000 soldats syriens, le 26 avril.

Un succès retentissant ? Oui et non. Les Syriens ont sans doute quitté le pays beaucoup plus vite qu’on ne l’aurait pensé.
Syriens, dehors. Voilà une chose de faite.
La main-mise politique de la Syrie sur le Liban avait été démantelée en deux temps trois mouvements par des adversaires fraîchement mobilisés.
Neutralisation des alliés de la Syrie. Voilà une chose de faite.
Un tribunal international parrainé par l’ONU a été créé pour pourchasser les assassins de Hariri.
Vérité et Justice. Voilà une chose de faite.

Le temps d’un instant, le Liban a été uni, chrétiens et musulmans luttant pour le même objectif. Les Libanais pouvaient tout à coup parler librement, sans craindre les apparatchiks des services de sécurité syriens. Des élections législatives, susceptibles de consolider les fondements démocratiques de la nation, étaient prévues à peine deux mois plus tard.

Pourtant, à peine le dernier soldat syrien parti, la « révolution » a fini aussi rapidement qu’elle avait commencé. Les tentes plantées sur la place des Martyrs se sont vidées en l’espace d’une nuit. Les partis politiques ont commencé à marchander des accords et des alliances en vue des élections. Les caméras de télévision se sont éteintes. On est retourné à la bonne vieille politique d’avant. Le pouvoir avait simplement changé de main. Une sorte de coup d’État pour ainsi dire.

Un peu d’histoire pour commencer

Les choses ne sont jamais simples au Moyen-Orient, et les événement qui mènent à l’assassinat de Hariri ne font pas exception. Depuis l’été précédent, l’ancien Premier ministre accélérait la préparation des élections législatives de 2005. Il avait déjà dit aux Syriens qu’il n’accepterait pas la présence de leurs affidés sur sa liste électorale. Cependant, publiquement au moins, Hariri n’était pas sorti de la ligne tracée par les Syriens au Liban.

Avec ses relations politiques et commerciales internationales, le milliardaire libano-saoudien avait joué un rôle de premier plan pour forger l’accord de Taëf. Parrainé par l’Arabie saoudite en 1989, il avait permis la fin à la guerre civile, tout en préparant le terrain pour le départ de la Syrie du Liban, mais dans le cadre d’un large soutien international au maintien de la tutelle syrienne sur le Liban.

Les forces israéliennes ayant été obligées de quitter le Liban en 2000, l’atmosphère avait changé dans le petit État du Levant. Lentement, les demandes d’un retrait syrien avaient commencé à se faire entendre, principalement au sein du rassemblement (majoritairement chrétien) dit de « Cornet Chehwan » créé en 2001 – rassemblement dont certains membres étaient les mêmes qui, en 1976, avaient permis dans un premier temps la venue de ces mêmes Syriens.

En 2004, le groupe de Cornet Chehwan – qui ne représentait qu’une partie de la communauté chrétienne du Liban – n’avait pas encore réussi à susciter de l’attention à l’étranger mais les choses allaient s’arranger. En effet, George W. Bush, réélu à la présidence des États-Unis, lançait la seconde vague de ses interventions en faveur de la « démocratie» au Moyen-Orient, cette fois avec l’aide de la France. Lors d’une réunion en Normandie, en juin 2004, Bush et le président français Jacques Chirac s’étaient mis d’accord pour laisser de côté leur profond différend à propos de l’Irak en vue d’un réinvestissement commun au Levant. En tête de l’ordre du jour, il y avait le projet de mettre la Syrie à la porte du Liban, en préalable à un objectif plus large visant à défaire l’alliance de ce pays avec le Hezbollah, l’Iran et le Hamas. En septembre 2004, le Conseil de sécurité de l’ONU adopta la Résolution 1559. Sans nommer explicitement la Syrie, la résolution, parrainée par la France et les États-Unis, appelait les « forces étrangères » à se retirer du territoire libanais et à cesser d’intervenir dans les affaires de cet État. Tous les Libanais n’étaient pas nécessairement d’accord, beaucoup d’entre eux considérèrent alors que la résolution était elle-même l’expression de l’intervention de « forces étrangères ».

Les Syriens ont répondu très rapidement au piège qui se refermait sur eux. Selon Elie Ferzli – un grec-orthodoxe pro-syrien, ancien vice-président du Parlement et alors ministre de l’Information tout en maintenant de bonnes relations avec les Américains – le président syrien Bachar al-Assad avait déjà prévu le départ des troupes syriennes : « Le président Assad m’a dit personnellement qu’il n’allait pas rester dans la région de la Bekaa (une demande de l’opposition [libanaise]) ; il veut revenir en Syrie. Il a expliqué qu’il subissait de très fortes pressions et qu’il voulait se protéger à l’intérieur des frontières syriennes. Il m’a dit cela après la réunion entre Bush et Chirac en Normandie et il a ajouté : ‘Ne soyez pas surpris si la Syrie quitte le Liban du jour au lendemain.’ »

En janvier 2005, les Américains coupent leurs relations avec Damas. Le 14 février, Rafic Hariri est tué dans le plus grand attentat à la voiture piégée à Beyrouth depuis des années.

Au Liban, un tournant nommé Quantum

Quelques heures après l’assassinat de Hariri, l’équilibre politique à Beyrouth avait spectaculairement commencé à changer.

Khodr Ghadban, alors responsable du département de la jeunesse au sein du Parti socialiste progressiste (PSP) dirigé par le leader druze Walid Joumblatt, affirme que la population a immédiatement réagi : « A 16 heures (trois heures après la mort de Hariri), nous avons convoqué une réunion avec tous les responsables des étudiants et des jeunes des différents partis politiques d’opposition pour dire que les services du régime syrien avaient tué Rafic Hariri. C’était une première. Deux heures plus tard, Joumblatt demandait aux dirigeants politiques de l’opposition de se réunir au domicile de la famille Hariri à Qoraitem. Ils ont rédigé une déclaration demandant à l’armée syrienne d’obéir aux accords de Taëf et ils ont annoncé que les funérailles de Hariri, deux jours plus tard, seraient publiques. Nous avons demandé aux gens de sortir dans la rue. C’était la première manifestation organisée du mouvement. »

Le soir de l’enterrement de Hariri, une coalition informelle des partis d’opposition, jusqu’alors très divisés sur la question de la présence militaire syrienne, se rassembla à l’hôtel Bristol. Des échanges sérieux ont alors commencé pour arriver à une position commune raconte Nora Joumblatt, épouse du chef druze et elle-même personnalité de la société civile, qui a joué « un rôle essentiellement logistique » dans le mouvement, alors encore naissant, du 14 mars : « Nous nous étions mis d’accord sur le rouge et le blanc (pour les manifestations). Je suis allée dans la banlieue sud, j’ai acheté des tissus avec ces couleurs. Nous les avons coupés (les foulards) ici, au bureau et nous les avons apportés à la réunion au Bristol cette nuit-là. » C’est cette nuit-là qu’on a pu voir les dirigeants politiques de l’opposition porter les couleurs rouge et blanc de l’« intifada de l’Indépendance », dit-elle, en ajoutant que la décision avait alors été prise de « continuer à manifester pour que le mouvement continue à grandir ».

A ce stade, plusieurs développements importants peuvent être notés : 1) pour la première fois, les communautés druze et sunnite, sous la direction de Walid Joumblatt et de Saad Hariri, ont conclu un accord stratégique avec les acteurs chrétiens de Cornet Chehwan et d’autres groupes plus petits en faveur de l’option « Dehors, la Syrie ! » ; 2) On a commencé à élaborer la version selon laquelle la Syrie était responsable de la mort de Hariri et que la prochaine étape passait nécessairement par l’expulsion des Syriens ; 3) la dynamique (momentum) – un mot que tout le monde a commencé à utiliser – devait être conservée après « l’événement » que constitutait l’assassinat de Rafic Hariri, afin d’imposer cette expulsion.

L’idée de couleurs symboliques pour le « mouvement du 14 Mars », le rouge et le blanc, avait été retenue, bien avant la mort de Hariri, par une cellule de décision regroupant quelques responsables. Le noyau était formé par un trio d’amis qui comprenait Eli Khouri, un expert en communication et marketing chez Quantum et Saatchi & Saatchi, Samir Kassir, un essayiste qui dirigeait également le Mouvement de la gauche démocratique (MGD) formé en septembre 2004 et le journaliste Samir Frangieh, membre de Cornet Chehwan.

« Nous – c’est-à-dire les deux Samir et moi-même, nous avions déjà planifié le mouvement Indépendance05 environ un an avant que Hariri ne soit tué », raconte ainsi Eli Khoury de Quantum. Interrogé sur les raisons d’une telle décision, il me répond : « L’arrivée de George Bush au pouvoir, la guerre en Irak, le mécontentement entre Hariri et la Syrie, entre Joumblatt et les Syriens : tout indiquait que les gens étaient prêts à faire quelque chose. Et nous avions l’œil rivé sur les élections de 2005. »

Ce sont Khoury et ses amis qui n’ont cessé de suggérer les slogans, les mots d’ordre, les tracts et les concepts du mouvement tout au long des mois qui séparent la mort de Hariri et l’arrestation de quatre généraux pro-syriens qui dirigeaient des postes clés de la sécurité du Liban. Khoury affirme ainsi être l’auteur de quelques-uns des mots d’ordre les plus efficaces de l’intifada de l’indépendance, en assurant également que les messages « officiels » du mouvement émanaient de leur petit groupe. C’est typiquement le type de marketing politique et de création de récit qu’on a pu observer ces dernières années à l’occasion de nombreuses « révolutions de couleur » pro-occidentales. Khoury, dont, à titre professionnel, le gouvernement américain est un des meilleurs clients, a ainsi pu être accusé de travailler pour les Américains, ce à quoi il répond, avec un sourire : « Tout ce que nous avons fait, c’était de reprendre dans des slogans ce que désiraient les gens en leur proposant un rendez-vous. »

Un certain nombre de groupes libanais sont devenus importants dans le mouvement qui se développait sur la place des Martyrs. Les principaux relais qui, quotidiennement, communiquaient directement entre eux – ou bien par des intermédiaires – comprenaient ainsi l’équipe d’Eli Khoury chez Quantum, le groupe logistique de Nora Joumblatt, la société de gestion d’événements dirigée par Asma Andraous, les groupes d’étudiants ou de jeunes représentant les différents partis et tendances politiques (ils étaient pour la plupart basés dans les tentes montées sur la place des Martyrs), et le groupe dirigé par Gebran Tueni, lui-même directeur du quotidien An-Nahar.

A côté de ces groupes, fondamentaux pour le mouvement, on trouvait aussi le groupe du Bristol, avec les grandes figures de l’opposition (comprenant désormais Joumblatt et [Saad] Hariri), groupe qui est rapidement devenu le principal moteur de la direction politique du mouvement. Il y avait encore le Courant patriotique libre (CPL), sans doute le plus actif sur le terrain, place des Martyrs, et enfin quelques personnes actives dans les médias, des parlementaires, etc.

Qui finançait tout cela ? Ezzat Kraytem, ​​alors membre du comité exécutif de la campagne électorale de Rafic Hariri, affirme sans embages : « Nous avons financé toutes ces activités. Hariri était un des grands bailleurs de fonds de ce mouvement. » Une déclaration confirmée par des faits, tant le financement par Hariri est loin d’être un secret. Par exemple, le groupe autour d’Asma Andraous avait ouvert un compte bancaire sur lequel elle dit avoir reçu près d’un demi-million de dollars par des donateurs libanais en provenance du monde entier. Son équipe de base, une trentaine de professionnels, a également bénéficié d’aides « en nature » explique celle qui dirige aujourd’hui le service des Relations publiques du Mouvement du Futur dirigé par Saad Hariri : « Nous avions un très bon réseau de relations, et nous l’avons utilisé. »

C’est d’ailleurs une des nombreuses critiques formées à l’encontre de « l’intifida de l’indépendance », parfois ironiquement surnommée « la révolution Gucci » : peut-être le plus bourgeois, le plus privilégié, le plus riche, le plus snob des mouvements populaires que le monde ait jamais connu, un mouvement composé d’une petite élite d’amis, de collègues, de quelques poids lourds de la politique, capables de prendre leur téléphone pour appeler les dirigeants du monde.

Le général en exil

Seize ans plus tôt, le 14 mars 1989, le chef du CPL, le général Michel Aoun, avait lancé une « guerre de libération » contre l’occupation syrienne du Liban. Chaque année, le 14 mars, les « aounistes » comme on les appelle souvent, organisaient une manifestation pour commémorer une date dont l’importance – tout comme la contribution des aounistes aux événements de 2005 – semble avoir été oubliée depuis longtemps par la direction de l’opposition qui s’est approprié le 14 mars.

Les militants de l’opposition qui ont travaillé avec les aounistes sur la place des Martyrs en 2005 le disent. « Les aounistes ont été les premiers à descendre dans la rue, il faut le reconnaître », dit ainsi Asma Andraous. Quant à Shirin Abdallah, une assistante de Gebran Tueni qui a coordonné un grand nombre d’activités entre le Nahar et le campement de la place des Martyrs en 2005, elle affirme elle aussi : « Les aounistes étaient derrière la plupart des activités qui ont eu lieu, ils avaient plus d’expérience que les autres partis politiques qui ne savaient pas comment gérer ce type de situation. » Elle mentionne ainsi un jeune responsable du Mouvement du Futur avec un sourire : « C’était sa première manifestation ! »

Alors que la plupart de ceux qui manifestaient en février et mars 2005 étaient d’accord sur l’idée d’expulser les Syriens – indépendamment des opinions des uns et des autres sur leur complicité dans la mort de Hariri –, il y avait des différences marquées par rapport à la stratégie finale au-delà de cet objectif. Mais apparemment, certains avaient déjà décidé d’utiliser la « dynamique » du moment à leur profit.

Ziad Abs, membre du CPL et figure clé de l’organisation, sur le terrain, du mouvement du 14 mars a pu ainsi assister à la manifestation concrète de cette divergence tandis que le mouvement pour l’indépendance prenait de l’ampleur dans le centre de Beyrouth : « Environ deux semaines avant le 14 mars, on a remarqué que les choses étaient organisées, mais sans la participation des militants. » « Nous n’avons jamais donné notre accord pour certains des slogans qui étaient suggérés, nous n’avons jamais donné notre accord, par exemple, pour l’affiche avec les quatre généraux », poursuit-il en faisant référence à une affiche produite par le petit groupe autour de Quantum, avec Eli Khoury et Samir Kassir, affiche qui réclamait le bannissement de quatre responsables libanais de la sécurité, étroitement liés à la Syrie.

Cette affiche était révélatrice d’une sorte de réorientation stratégique à l’œuvre au sein d’un segment de l’opposition. Une réorientation qui n’était pas forcément fidèle à l’opinion la plus répandue. Pour une partie de ceux qui voulaient le départ des Syriens, elle reflétait des intérêts occidentaux, pour d’autres, elle ouvrait un combat inutile contre eux. « C’était l’idée de Samir, me confie crûment Asma Andraous à propos de cette affiche, c’est Eli qui l’a réalisée et c’est moi qui l’ai apportée », expliquant qu’elle se chargeait souvent d’apporter des documents sur la place des Martyrs, « parce que les services de renseignement laissaient passer les femmes ».

Eli Khoury confirme à peu près : « Asma a presque raison. Samir était venu me voir après une réunion au Bristol et m’a dit qu’ils avaient eu l’idée de cette affiche avec les quatre généraux. J’ai dit que je ne la ferais pas faire par notre équipe pour que les ‘services’ ne puissent pas remonter jusqu’à moi. Ce sont les jeunes (les militants) qui l’ont faite. »

Pour en revenir aux aounistes, Ziad Abs lui aussi a remarqué que des réunions avaient lieu au Nahar où « tout à coup, nous n’étions plus invités, des réunions suivies de décisions qui avaient des répercussion sur le terrain ». Mais c’est après la grande manifestation du 14 mars que les choses ont vraiment commencé à changer, explique-t-il : « La coalition du 14 mars s’est rendue à Paris et a demandé aux Français de ne pas autoriser le retour du général Aoun avant les élections. Ils ont même demandé d’avancer l’élection pour profiter de la dynamique du mouvement. Et puis ils ont insisté pour que soit utilisée la loi électorale que les Syriens avaient imposée. »

Nicolas Sehnoui, un ancien ministre libanais des Télécommunications, évoque certaines de ces manœuvres avec amertume : « Le général Aoun devait prendre la parole par vidéo depuis Paris lors de la grande manifestation du 14 mars, mais le son a été coupé. Un tiers des manifestants étaient des membres du CPL, sans le CPL, rien n’aurait pu être fait. »

Le chiffre est-il exagéré ? Difficile à dire. Toujours est-il que lorsque le général Aoun a fait cavalier seul lors des législatives, à peine trois mois plus tard, il a réduit à néant les autres partis politiques chrétiens, obtenant la grande majorité des sièges, 21 contre 14 pour les différents candidats de Cornet Shehwan.

Ziad Hafez, universitaire libanais et nationaliste arabe connu au Liban, confirme: « Les aounistes formaient l’épine dorsale des protestations. Mais ils ont eu l’impression d’avoir été trahis. Quand Aoun est sorti de la coalition du 14 mars durant l’été 2005, le mouvement du 14 mars n’a plus été en mesure de réussir le même genre de manifestation. » Ainsi, le mouvement du 14 mars aurait été détourné au profit de quelques-uns ? « Quand souveraineté rimait avec indépendance, explique-t-il, qui aurait pu être contre ? Mais quand cela a commencé à vouloir dire qu’on était contre la Syrie et contre la Résistance [libanaise], les gens ont commencé a flairer quelque chose. »

Pour sa part, Ziad Abs ne blâme pas la majorité de ceux qui se sont impliqués dans les événements. Pour lui, « les personnes impliquées dans le 14 mars étaient sincères, ce sont d’autres qui ont vu la direction que prenaient les événements et qui ont décidé qu’elles feraient le nouveau régime ».

Ingérences étrangères

Si les manifestations du 14 mars étaient pour l’essentiel une réaction née sur place, des parties étrangères avaient clairement leur propre agenda, un agenda particulièrement intéressant pour des courants de l’opposition, très pro-occidentaux et anti-syriens.

On trouve une traduction de la rupture progressive entre le mouvement du 14 mars et le général Aoun dans la politique suivie à Washington. Dans un document publié par WikiLeaks, l’ambassadeur des États-Unis au Liban, Jeffrey Feltman, décrit ainsi Aoun comme « imprévisible » et « incontrôlable ». Il évoque aussi la « politique antérieure du 14 mars pour marginaliser Aoun et le mettre hors-jeu ». Il y a eu ensuite différentes tentatives des USA pour proposer une « enveloppe » et un « cadre » au mouvement qui se déroulait au Liban, en fonction de leurs propres objectifs politiques, axés pour l’essentiel sur la réduction de l’hégémonie syrienne et le « renforcement de la démocratie » promue par Bush.

Le 28 février 2005, lors de sa conférence de presse, la sous-secrétaire d’État aux Affaires mondiales, Paula Dobriansky, présenta les événements de Beyrouth sous une nouvelle étiquette : « Au Liban, nous assistons à une dynamique croissante en faveur d’une ‘révolution du Cèdre’ qui unifie les citoyens de cette nation pour une vraie démocratie et pour la fin de l’influence étrangère. Des signes d’espoir sont visibles dans le monde entier et, sans aucun doute, les années à venir apporteront beaucoup à la cause de la liberté. »

Deux semaines après ces commentaires, le 8 mars, lors de la plus grande manifestation qu’on ait connu jusqu’à cette date dans le pays, un demi-million de manifestants libanais descendirent dans la rue pour s’opposer à cette orientation et pour « remercier la Syrie » de son rôle au Liban. La foule ne s’opposait pas à ce que les troupes syriennes quittent le pays, mais ses choix géopolitiques, totalement différents, étaient en faveur du rôle régional de la Syrie. Elle aussi exigeait la « vérité » et agitait le drapeau libanais rouge et blanc. Mais elle brandissait également des pancartes qui disaient : « Non à l’intervention américaine ». Un point de vue qui n’a pas retenu l’attention des médias occidentaux, non plus que l’intérêt de leurs gouvernements.

A juste titre, The Economist commenterait, à la suite de la participation d’un million de personnes le 14 mars cette fois, que « les Libanais, si l’on tient compte de la taille des deux manifestations, sont bien à peu près aux deux tiers en faveur du changement, [mais] les médias ont considérablement amplifié cet écart ». De fait, les médias libanais comme les médias étrangers d’ailleurs. Au Liban, il y avait « une mobilisation en partie calculée dans la manière dont les chaînes de télévision ont cherché à réunir le public et à susciter en lui un sentiment collectif » a ainsi écrit Lina Khatib dans une étude sur l’impact de la télévision sur le « Printemps de Beyrouth ». Les télévisions étaient en phase avec la foule tout en la mobilisant, de même que la foule répondait aux télévisions tout en les mobilisant. La « dynamique » se renforçait sous cet éclairage intensif, mais elle devenait aussi de plus en plus « mise en scène ».

Une mise en scène devenue la marque de fabrique des « mouvements pour la démocratie » de type occidental. Avec des auteurs qui s’étaient illustrés lors des différents changements de régime en Europe de l’Est et qui louaient désormais leurs services. « Canvas a travaillé avec des opposants dans pratiquement tous les pays du Moyen-Orient, une région où Canvas a connu sa plus grande réussite, le Liban, et son pire échec, l’Iran » peut-on lire ainsi dans un article de la revue Foreign Policy de février de 2011.

Les fondateurs de Canvas étaient ceux d’Otpor en Serbie. Ils ont fait leurs premières armes pendant la révolte contre Slobodan Milosevic et sont ensuite allés enseigner aux autres comment « faire une révolution ». Globalement, on peut considérer que le travail de Canvas consiste 1) à entraîner des jeunes gens motivés et influençables à se révolter contre des gouvernements qui ne sont pas appréciés par l’Occident ; 2) à leur apprendre à utiliser des « marques » et à réussir des coups médiatiques et autres trucs publicitaires destinés à faire sortir l’opinion publique de sa « majorité silencieuse » ; 3) à préparer le sentiment national et à le travailler pour arriver à soutenir une rébellion qui se traduit par un « changement de régime ».

« On pense souvent que les révolutions sont spontanées, explique Ivan Marovic, un ancien formateur de Canvas dans l’article publié dans Foreign Policy. On a l’impression que les gens sont juste descendus dans la rue. Mais c’est le résultat de mois ou d’années de préparation. C’est un travail très fastidieux, jusqu’à ce que vous atteignez un certain point, où vous pouvez organiser des manifestations de masse ou des grèves. Si tout a bien été planifié, au moment où cela commence, ce n’est plus qu’une affaire de semaines. »

A un certain moment, lors des manifestations en 2005, les formateurs et les responsables de Canvas sont arrivés à Beyrouth pour entraîner les militants libanais à attirer l’attention des médias, à lancer des campagnes et à organiser une « révolution ». Michel Elefteriades, un producteur bien connu dans le milieu musical libanais, militant politique et alors membre du CPL, fut l’un des principaux militants de la place des Martyrs : « Gebran Tueni m’a appelé et il m’a dit que je devrais donner un coup de main à un groupe de Serbes qui venaient nous aider. Ils avaient l’air hyper-professionnels par rapport à ce qu’ils voulaient faire. Je voyais leur influence dans tout ce qui se passait. C’étaient des spécialistes des révolutions de couleur. »

Michel Elefteriades explique qu’il a rencontré Ivan Marovic juste après son arrivée à Beyrouth et qu’il a commencé par le piloter : « Puis ils ont commencé à nous dire ce qu’il fallait faire ou non. Je les accompagnais à des réunions avec les médias – rien que des médias internationaux – et ils coordonnaient les choses avec eux. Ils se connaissaient tous très bien. Dès le premier jour, ils me dirent que nous ne devions pas l’appeler notre mouvement ‘l’intifada du Cèdre’, parce qu’on n’allait pas aimer le mot intifada en Occident. Ils disaient que l’opinion arabe n’était pas importante, que ce qui comptait c’était l’opinion occidentale. Alors, ils ont dit aux journalistes de ne pas utiliser le mot intifada. »

« Ils nous ont donné une liste de slogans qui devaient être diffusés par les télévisions occidentales, poursuit-il. Ils nous ont dit, à nous et aux journalistes occidentaux, où mettre les banderoles, quand les brandir en l’air, et même la taille qu’elles devaient avoir. Par exemple, ils demandaient aux journalistes de les prévenir des créneaux horaires où ils allaient passer, puis ils nous disaient de régler nos montres et de brandir nos pancartes juste à 15h05, en fonction du moment où les chaînes télévisées retransmettaient en direct depuis Beyrouth. C’était une mise en scène totale. »

C’est à partir de ce moment-là que Michel Elefteriades a refusé de continuer à travailler avec le staff de Canvas.

Voir Canvas s’arroger tout le mérite des manifestations libanaises est une chose qui irrite beaucoup Shirin Abdallah, l’ancienne assistante de Gebran Tueni. Après tout, son chef, le patron de l’influent quotidien An-Nahar, était celui qui avait invité au Liban les gens de Canvas ! Elle insiste : « La dynamique était là, on est allé chercher Canvas juste pour la conserver. » Elle se souvient de Gebran Tueni « assis avec Frances Abouzeid de [l’ONG] Freedom House, qu’il avait rencontré lors d’une réunion à Davos », tous les deux regardant par la fenêtre la mer de manifestants… « Frances dit à Tueni qu’il y avait besoin de quelqu’un pour conserver cette dynamique et apprendre aux gens comment le faire. »

Shirin Abdallah explique qu’il y avait une salle pour les formations dans l’immeuble du Nahar et que Canvas y a donné, pendant deux week-ends, des formations. Mais « la première a été faite par Ivan Marcovic », et elle a eu lieu avec de nombreux jeunes dirigeants, dans une des tentes de la place des Martyrs, en secret parce que la Sûreté générale du Liban avait interrogé Ivan et raccourci la durée de son visa. « La réunion s’est déroulée tranquillement, avec des gardiens à l’extérieur de la tente. »

« Ce premier jour, Ivan a montré comment conserver la dynamique, comment maintenir les gens en éveil, comment faire passer un message », poursuit Shirin Abdallah. Selon elle, les deux autres séances de formation données par Canvas ont eu lieu après le 14 mars et avant le départ des troupes syriennes. Quant à Michel Elefteriades, il affirme, lui, avoir rencontré les gens de Canvas bien avant le 14 mars.

Canvas n’a pas répondu aux questions que j’ai envoyées par email et Ivan semble avoir totalement oublié avoir travaillé au Liban. Questionné sur Twitter à propos de ses activités au Liban en 2005, et s’il y avait travaillé en faveur de la démocratie, il a répondu : « Pas de formations, juste une visite. Invité par feu Gebran Tueni. Ai rencontré des gens place des Martyrs. » Et puis un autre tweet : « Cette visite a été mon seul lien avec le Liban, je n’ai pas participé à des formations et n’en ai pas entendu parler. »

« Toutes les organisations américaines pour la démocratie étaient là, affirme Asma Andraous. Ils ont appris aux jeunes comment mobiliser, comment garder les militants occupés, ils étaient très enthousiastes. » En revanche, Eli Khoury ne pense pas qu’ils aient joué un rôle essentiel : « Beaucoup de groupes internationaux sont venus aider. Ils pensaient qu’ils arrivaient dans un endroit un peu comme le Yémen, ils ont vu qu’ils ne servaient à rien et ils sont repartis. Canvas en particulier. »

Le résultat

Il y a quelques années déjà, un haut responsable du Foreign Office m’a confié que le tribunal était « un bon outil pour contrôler les Iraniens. Et nous n’avons pas beaucoup d’autres possibilités pour y arriver. » Le tribunal auquel il faisait allusion, c’est le Tribunal spécial pour le Liban, parrainé par l’ONU, dont la mission est d’identifier et de poursuivre divers assassinats, contre Hariri et d’autres personnes comme Samir Kassir et Gebran Tueni. Cependant, dans l’esprit de nombreux Libanais, la réputation de cet instrument pour la « justice » a déjà été ternie ces dernières années par une série de faux-pas, de fuites et de fausses accusations. Plus important encore, ni le gouvernement syrien, ni même des ressortissants syriens ont été inculpés pour l’assassinat de Rafic Hariri. Pire, les quatre généraux libanais qui figuraient sur l’affiche du 14 mars, qui ont été attrapés et jetés en prison dans ce qui fut une véritable chasse aux sorcières menée par l’opposition, ont pourtant été remis en liberté quatre ans plus tard, faute de preuves et sans avoir été inculpés d’aucun crime.

On a fait tomber un gouvernement, un Premier ministre a démissionné, un président a été ridiculisé, le Liban a ouvert ses portes à une ingérence juridique de puissances étrangères sans précédent, on a préparé le terrain à une agression militaire israélienne, soutenue par les USA, pour détruire la résistance libanaise : autant de « douleurs de l’enfantement d’un nouveau Moyen-Orient » à la sauce Bush, qui ont accompagné l’installation d’une hégémonie occidentale totale sur le théâtre libanais abandonné par ses protecteurs arabes.

Ironiquement, le nouveau Liban du 14 mars se composait pour l’essentiel des personnalités politiques les plus opposées à l’occupation syrienne, celles-là même qui s’étaient le moins opposées à elle, analyse Jean Aziz, un journaliste ancien membre des Forces libanaises, un parti de la droite, et militant au temps du 14 mars : « Ceux qui ont manifesté le plus de haine et de rancœur à l’encontre des Syriens sont ceux qui étaient les meilleurs partisans de l’hégémonie syrienne sur le pays. Lisez leurs discours au Parlement, tous ! Seul Tueni avait des mots durs contre les Syriens dans ses discours. »

Pire, le Liban est entré dans une nouvelle phase de polarisation confessionnelle. La division entre sunnites et chiites a commencé à s’installer. Un sondage publié par le Beirut Center for Research and Information, publié le 16 mars [2005] par le quotidien As-Safir, et repris ensuite par le Foreign Broadcast Information Service [un département de la CIA] met en évidence des points de vue très différenciés sur les événements de l’époque. Portant sur une série de questions liées à l’intervention franco-américaine, à l’assassinat de Hariri, à la Résistance et à d’autres questions politiques particulièrement sensibles, le sondage mettait en évidence que les druzes et les chrétiens, sur la plupart de ces questions, se retrouvaient côte-à-côte, tandis que sunnites et chiites, dans le camp opposé, partageaient des positions proches. Un consensus qui a volé en éclat aujourd’hui. Durant les années qui ont suivi, on a diffusé des « récits » qui ont réussi à séparer plus encore les communautés les unes des autres, en distillant la méfiance, voire la haine, entre sunnites et chiites. Pas seulement au Liban, mais dans tout le Moyen-Orient.

Cela me rappelle un sondage réalisé en France juste après la Seconde Guerre mondiale. Interrogés sur le pays qui avait le plus contribué à la défaite de l’Allemagne en 1945, les Français avaient choisi l’URSS à une écrasante majorité de 57 %, 20 % d’entre eux mentionnant les États-Unis et 12 %, le Royaume-Uni. Soixante-dix ans plus tard – et après une bonne dose de Hollywood – la même question a été posée aux Français. En 2014, 58 % d’entre eux ont répondu que les États-Unis avaient le plus contribué à la défaite de l’Allemagne, 20 % ont mentionné l’URSS et 16 % le Royaume-Uni.

Après la mort de Hariri, le Liban a été submergé par une rhétorique malsaine de division, celle-là même que l’ancien Premier ministre avait cherché à désamorcer durant toute sa vie. D’une manière générale, elle a servi les intérêts franco-américains visant à remodeler la région avec le moins possible de résistance. Dix ans après les événements du 14 mars, le Liban est-il plus libre et indépendant, plus démocratique ? La vérité et la justice sont-elles davantage présentes dans la vie de tous les jours ? L’unité de la place des Martyrs a-t-elle survécu un seul jour au départ des troupes syriennes ?

Les aounistes et une poignée d’autres militants ont refusé alors de quitter les tentes installées place des Martyrs mais tous les autres sont partis pour rentrer chez eux dès le lendemain. Elie Ferzli, l’ancien vice-président du Parlement raconte : « Aoun a quitté le mouvement. Après lui, Joumblatt. La Syrie s’est retirée du Liban. Aujourd’hui, 1,5 million de Syriens sont entrés dans le pays. Quelques-uns d’entre eux sont des terroristes d’ISIS et de Jabhat al-Nusra. Tous les pays du monde entier ont leur mot à dire pour la moindre chose qui se passe au Liban. Alors, où est le 14 mars aujourd’hui ? »

« Est-ce que je suis contente ? se demande Nora Jumblatt. Peut-être… Sur le plan personnel, oui, mais pas sur le plan politique parce que je ne pense pas que nous avons obtenu ce que nous désirions vraiment, un État démocratique, un État démocratique et libéral.. Le système n’a pas changé. J’ai l’impression qu’on s’est fait avoir d’une certaine manière, parce que la politique est redevenue de la petite politique. »

« Notre objectif a été partiellement atteint, dit de son côté Eli Khouri. Malheureusement, nous avons dû passer la main aux politiciens et les politiciens ont montré qu’ils étaient… des politiciens ! Tantôt naïfs, tantôt opportunistes. » « Après le 14 mars, estime Khodr Ghadban, l’idée principale était de conserver notre dynamique jusqu’au départ de la Syrie. Après, l’intensité a été perdue, nous ne partagions pas une même vision stratégique. » « Je voulais que les Syriens partent, explique Michel Elefteriades, mais je ne voulais pas que les Syriens soient remplacés par les Américains ou les Occidentaux, ou encore que le Liban soit entraîné dans un conflit avec la Syrie. » Pour Asma Andraous, « c’était une vague : en profiter, gagner ses objectifs, mettre la pression là où il faut et puis s’en aller… Et puis tout s’est détraqué à la minute où les Syriens sont partis. Le lendemain, on est revenu à une politique très partisane. »

Lorsque le « Printemps arabe » a débuté au début de 2011, bien des Libanais se sont demandés : « Est-ce que nous étions le premier État du Printemps arabe ? »
Je pense que la réponse est oui. Le Liban a été le premier État dans le monde arabe moderne dont les citoyens, pleins d’espoir et de bonne volonté, ont été trompés pour devenir de petits soldats au service d’un projet bien plus vaste : permettre une nouvelle orientation impulsée à la fois de l’intérieur du pays, par son élite politique, et de l’extérieur, avec des objectifs encore moins liés à l’avenir du Liban. Oui, le Liban devrait se féliciter d’avoir brandi des bannières aux couleurs choisies, en hurlant « liberté, démocratie », en posant pour mille caméras de télévision diffusant partout dans le monde son autosatisfaction et réduisant des aspirations universelles à quelques slogans séduisants.

Le Liban le referait-il ? J’espère que non ! Il n’y a pas de « révolution » sans leadership, sans une vision ou un programme concret de développement national. Ces choses demandent du travail et des souffrances. Pas vraiment ce qui se fait dans ce XXI siècle qui préfère les solutions rapides.