Politique et publicité (3) : récupération et dérision au Liban

L’imagination se déchaîne au Liban autour du thème “I love…”. Deux grandes lignes apparemment : dérision et récupération.

Sur ce dernier point, voici ce qu’on a pu admirer un moment, sur l’autoroute allant vers le nord du Liban, à la sortie de Beyrouth (photo trouvée sur ce blog militant pro-14 mars) :

L’afficheur avait imaginé de détourner à son profit la campagne (et la contre-campagne) “I love” pour proposer un très approprié “I love life… in diamonds“. Malheureusement, ce bel effort publicitaire a disparu très vite. Mais, plus au nord, l’autoroute propose encore, simultanément, la contre-campagne politique originale, et ses succédanés plus ou moins volontairement récupérateurs.


“J’aime la vie multicolore” est bien un affichage de l’opposition, les couleurs de l’arc-en-ciel symbolisant comme on l’a vu précédemment, la “polyphonie” partisane et confessionnelle des opposants au 14 mars. Trop peu visible malheureusement, on devine malgré tout sur la droite une campagne Coca-Cola “The Coca-Cola side of life“. Lancée à la fin de l’année 2006 (parfait timing !), elle consiste à expliquer que Coca-Cola, c’est “du bonheur en bouteille, tout simplement !” comme le précise Lubna Forzley, la chargée de communication pour le au Moyen-Orient, dans cet article intitulé Happiness in a bottle(ce grand moment de prose publicitaire mérite le détour !). Dans le New Middle East que s’efforcent de bâtir les néo-Cons américains, Coca-Cola s’est donc donné pour mission d’aider les indigènes locaux à faire les choix les plus “positifs”. Dans une existence pleine de choix difficiles, il faut les inciter à “vivre la vie dans toutes ses couleurs !” Ca ne s’invente pas !

Tout à fait sur la droite, on devine un autre exemple de récupération, non plus globalisée mais authentiquement locale, mieux visible sur la photo suivante. Chez Siblou, on ne craint pas de clamer qu’on aime… le poisson.

Même en ayant à l’esprit tout ce que l’expression “marchand de tapis” peut avoir de négatif en français (avec un certain relent de xénophobie hexagonale…), cette dernière proposition graphique ne doit pas être prise comme une critique fondamentale du système politique local, mais bien comme une simple réclame (photo : même source que pour les diamants) :

Face aux récupérations, les Libanais font assaut de dérision. En voici quelques exemples – librement traduits (pour les amateurs, toute une série de slogans plus délirants les uns que les autres est à découvrir sur ce blog) :

1991 : fin de la guerre
2007 : toujours pas d’électricité…
J’aime la vie !

Je vais payer mon crédit à la banque, la facture d’éléctricité, l’abonnement, l’eau (et en plus celle de la citerne que j’ai fait livrer) sans oublier les bonbonnes d’eau potable, la facture du portable, et puis l’abonnement pour le fixe, et si tout va bien je sortirai ce soir : elle est pas belle la vie ?

Je vais aller faire une demande de visa : j’aime la vie !

Toujours sur l’autoroute, vers le Nord, cette dernière affiche rompt avec les slogans et les contre-slogans, détournés et récupérés. Signé d’un énigmatique “لبنان و بس” (Juste le Liban) et sous les deux partenaires enlacés qui se tirent réciproquement une balle dans la tête, elle a pour message cette seule question : “Qui est le perdant ?”


Message personnel : merci pour le coup de main !
C’est beau l’édition…
à distance !

Politique et publicités (2/2) : logos et stratégie du judoka au Liban


Faut-il considérer la publicité comme un art ? Ce qui est certain c’est qu’elle fait partie de la culture au sens large du terme, soit l’ensemble des signes, des symboles, qui façonnent l’imaginaire contemporain, y compris dans le monde arabe.

Pionniers de la presse et de l’imprimerie dans la région, l’Egypte et le Liban continuent, pour quelque temps sans doute encore, à profiter de cet acquis pour occuper une position influente, sinon dominante, dans le domaine de la publicité. Sur les principaux marchés locaux, ceux de la Péninsule arabique, leur savoir-faire permet aux professionnels libanais du domaine de compenser le marasme de leur propre marché national, en panne comme le reste du pays après les rêves – et les investissements – de l’après-guerre civile et de l’après-Taëf. Pourtant, au Liban même, un secteur reste particulièrement actif, et même bouillonnant, malgré la crise économique, celui de la publicité politique.

Les grandes manifestations de la mi-mars 2005, un mois après l’assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri, ont ainsi été “soutenues” par une vaste campagne publicitaire, avec pour thème central un slogan, décliné en anglais et en arabe, Independence 05. Les couleurs – rouge, blanc et vert – renvoient à celles du drapeau libanais ; la version arabisée reprend la première phrase de l’hymne national ; le thème de l’indépendance, affirmé en lettres bâton qui donnent leur unité aux différents supports sur lesquels est décliné le message, renvoie au thème très consensuel de l’autonomie nationale dans un pays que les troupes syriennes n’ont alors pas encore quitté. (Seule “faute de goût”, peut-être, la place du chiffre 05 à droite dans la version arabe alors qu’il devrait être à gauche, laissant trop percevoir l’orientation, au sens strict du terme mais également au sens politique, “pro-occidentale” du graphisme.) Derrière cette campagne, les créateurs (y compris locaux) de la seconde agence de publicité dans le monde, spécialisée notamment dans le marketing politique, avec, pour principal titre de gloire dans ce domaine l’élection de Margaret Thatcher en 1979 : Saatchi & Saatchi, fondée en 1970, par deux frères, d’origine irakienne, et rachetée en 2001 par Publicis. Dans ce combat où la communication politique joue un rôle de premier plan, le mouvement que les médias baptisent rapidement “la révolution du cèdre”, ou encore “le printemps de Beyrouth”, est, par dérision, labellisé par ses adversaires, (dès le 3 mars à en croire cet article de la BBC), en “révolution Gucci” (par référence à une marque de mode de luxe, pour ceux qui auraient pu échapper à ses publicités).

Les deux mois qui suivent sont consacrés aux législatives libanaises qui voient la victoire de l’actuelle majorité, dirigée par le fils de l’ancien Premier ministre, Saad Hariri. Se conformant aux traditions locales, le fils du leader disparu ne lésine pas sur les moyens et mène une campagne qui a pour thème principal la filiation légitim(ist)e. L’iconographie décline sans fin une sorte d’étrange dialogue entre les citoyens et le fils qui se présente “au nom du père” et sous son ombre tutélaire, dans un rapport qu’exprime le flou et les demi-teintes de l’image en arrière-plan. La “patte” Saatchi & Saatchi n’est cependant pas totalement absente. On la retrouve ainsi dans le graphisme du slogan Maak (معك, Avec toi), où le pronom de la seconde personne renvoit davantage au défunt qu’à son fils, sous la forme d’un appel, largement entendu par l’électorat, à observer une sorte de fidélité d’outre-tombe.



Il faut attendre la guerre de l’été 2007 pour que cette offensive des communicants de la “majorité” affronte une réelle opposition. Cet été-là, les Israéliens subissent un échec sur le front militaire sans doute, mais plus encore sur le terrain de la communication. Utilisant ce que l’on pourrait appeler la “stratégie du judoka”, le Hezbollah, dont la maîtrise des codes de la propagande n’est plus à démontrer, s’appuie sur la force de la machine de guerre de son adversaire pour la retourner à son avantage en détournant à son profit le langage de persuasion déployé par les professionnels de la communication de Saatchi & Saatchi. Ceux qui ont suivi ces événements se souviennent certainement de ces images prises le plus souvent dans la banlieue sud de Beyrouth, où les dévastations des pilonnages israéliens étaient signalées à l’attention des envoyés des médias internationaux – et de leurs spectateurs – par des messages (rédigés en anglais) à l’ironie amère. Les codes visuels de la précédente campagne (couleurs de base, rapport entre les lettres et le message, type de lettrage…) étaient ainsi repris pour mieux détourner – ou plutôt retourner – leur efficacité, en empruntant une des techniques favorites du langage publicitaire contemporain, celle des jeux de mots, en anglais (The New Middle (b)East) (1) ou en arabe (نصر من الله Nasr min Allah, par allusion au prénom du leader chiite, littéralement “une victoire donnée par Dieu” (2)).

Vers la fin de l’année 2006, une nouvelle campagne de communication voit le jour au Liban, à l’initiative d’un “groupe de femmes et d’hommes de la société civile libanaise, démocrates et indépendants” (à en croire leur site : www.05amam.org). Avec un humour et une qualité de réalisation indiscutables, les messages ciblent un contenu très politique mais sans être “partisan”, à savoir la question du confessionnalisme (en ajoutant la mention de leur confession sur ces fausses plaques de médecin, ou en proposant cette entrée de “parking seulement pour maronites” ; bien d’autres exemples, des spots télévisuelsnotamment, sont visibles sur leur site). En réalité, en lisant un article (en anglais, ce billet lui doit beaucoup) de Daniel Drennan, on apprend, ce que confirme par ailleurs la débauche de moyens et le professionnalisme de la campagne, que le groupe Saatchi & Saatchi a repris l’offensive, épaulé cette fois-ci par une autre agence, tout aussi prestigieuse, H&C Leo Burnett. Enseignant au département d’architecture et de design à l’Université américaine de Beyrouth, Drennan met en évidence comment la condamnation du confessionnalisme, sans la moindre mention du contexte politique qui l’a produit historiquement, peut aboutir au renforcement des stéréotypes les plus dangereux sur le fanatisme et l’arriération.

Une analyse que confirme la toute dernière campagne d’affichage, sur les murs de Beyrouth et le long des routes du pays, au début de cette année. Bien qu’elle soit signée là encore par un “groupe de citoyens liés par le désir de promouvoir une nouvelle citoyenneté” (voir leur site : www.lebanon-ilovelife.com), il suffit de regarder leurs messages, qui reprennent sur un mode à peine modifié les éléments graphiques de la campagne Independence 05, pour deviner qui leur accorde généreusement son soutien. De plus, le slogan que l’on pourrait croire simplement généreux, voire un peu naïf, prend dans le contexte libanais une signification qui est loin d’être anodine (voir par exemple cet <a href=”http://www.voltairenet.org/article145585.html
” target=”_blank”>article en arabe). En effet, affirmer qu’on “aime la vie”, c’est laisser entendre que “les autres”, eux, cultivent des valeurs opposées, à l’image de ces Palestiniens fanatiques qui envoient au martyre leurs propres enfants ou bien encore à la mode de ces chiites fascinés de tout temps, comme chacun le sait, par la mort et le culte du sacrifice !… De fait, la campagne, concoctée selon des recettes éprouvées en Ukraine et en Afrique, a bien été financée, comme l’explique Myssoun Sukarieh, par les fonds de l’USAID (United States Agency for International development).

La réponse à cette nouvelle campagne use une nouvelle fois de la “stratégie du judoka”. En écho aux pannaux d’affichage sur les ruines de la banlieue libanaise à l’issue de la guerre de l’été 2006, qui reprenaient à leur compte, pour mieux les détourner, les codes des affiches Independence 05, le thème central de la nouvelle offensive sur le terrain de la communication – “J’aime la vie” – se voit complété par une série de messages qui en transforment radicalement le sens : “J’aime la vie avec dignité, au Liban, sans dictature, la tête haute”, etc. Ils sont tous signés, dans le coin inférieur gauche, par “l’opposition libanaise”, à savoir une coalition au sein de laquelle on retrouve notamment le Hezbollah (chiite) et les partisans du général (chrétien) Michel Aoun. Dans un pays où chaque parti politique s’est annexé sa propre couleur (bleu clair pour les Hariristes, orange pour les Aounistes, etc., d’où la photo qui ouvre ce billet et qui a circulé sur le Net sous la légende : “Balcon de la réconciliation nationale”), la diversité politique et confessionnelle du rassemblement de l’opposition est adroitement symbolisée par un arc-en-ciel.

L’histoire ne s’arrête pas là. A en croire Daniel Drennan, sûrement bien placé pour en parler, des esprits malins s’en sont pris à leur tour à la campagne “I love life” pour la parer sur un mode qui n’est plus immédiatement politique mais qui dénonce, par l’ironie, des messages réduisant la démocratie et de la révolution à de simples icônes publicitaires vendues à l’encan par les grands prêtres du discours publicitaire.
Leurs propositions parlent d’elles-mêmes mais la seconde mérite un commentaire. Au Liban, Aishti fait partie de ces grandes marques internationales spécialisées dans l’hyper-luxe qui se sont installées dans le centre-ville et qui symbolisent une “renaissance” commerciale qui n’est pas dénuée d’arrière-plan politique. Longtemps, une de ses immenses bannières publicitaires recouvrait d’ailleurs toute la facade de l’immeuble au pied duquel Rafic Hariri devait trouver la mort. “Lu” en arabe dialectal, I love Aishti devient quelque chose comme “J’aime ma vie !”

Sur un des sites les plus intéressants de la presse alternative électronique, (http://electronicintifada.net), il faut également lire, en plus du billet déjà mentionné, une autre réaction (en anglais) de Maysoun Sukarieh à propos de ces messages qui lui évoquent, plus que toute autre chose, ces vers du poète Mahmoud Darwich :

Et nous, nous aimons la vie autant que possible
Nous dansons entre deux martyrs
Entre eux, nous érigeons pour les violettes un minaret ou des palmiers
Nous aimons la vie autant que possible…

(Le texte est mis en musique, lu en français et en arabe, sur le (beau) disque produit par le groupe Dalouna : http://www.dalouna.net)
Références des images : (1) : http://electronicintifada.net/v2/article5596.shtml ;
(2) : http://www.bubbleshare.com/album/55550#1695466

Téléréalité et réalités culturelles arabes (1/2) : entre Loft Story et Star Ac’


C’est fini ! Réconfortée par son papa, célèbre journaliste politique dans son pays, Shorouk Ahmed, la “Noami Campbell” du Bahreïn, a dû se résoudre en cette triste soirée de la fin janvier 2007 à quitter les studios du “château” où, sur les hauteurs de Beyrouth, les trois derniers candidats, Joseph le Libanais, Hani l’Egyptien et surtout Hanaa la Marocaine, restent à se disputer les faveurs, accordées à grands coups de SMS, de millions d’auditeurs arabes.

Mais Shorouk peut sortir la tête haute car elle aura réussi à passer plusieurs semaines de sélection tout en étant la première jeune femme en provenance de la Péninsule arabe à se mêmer aux “étudiants” de la Star Academy arabe. Ses partisans ont d’ailleurs bataillé ferme, notamment sur les forums internet, pour mobiliser leurs concitoyens et les pousser à voter en faveur de cette candidate qui, issue d’une famille connue pour ses talents médiatiques et artistiques, n’en affecte pas moins de trop souvent parler – de l’aveu même de sa mère – à la façon libanaise…

Une candidature “courageuse” que celle de Shorouk donc, même dans le très libéral Bahreïn qui fut tout de même le pays où, après son lancement au début de l’année 2004, la version arabe du Big Brother (Loft Story en français) de la société Endemol, pourtant soigneusement adaptée aux réalités culturelles locales, fut brutalement interrompue, après moins d’une semaine de retransmission. Il faut dire que l’inconduite de Kawthar la Tunisienne, succombant aux charmes de Abdel-Hakim le Saoudien et lui accordant… un baiser, avait provoqué une énorme vague de protestations indignées.

La MBC (Middle East Broadcasting, chaîne à capitaux saoudiens) avait donc dû se résoudre à ne pas retransmettre le spectacle des activités diurnes et nocturnes de la douzaine de jeunes hommes et femmes arabes recrutées pour l’occasion et elle reste toujours à la recherche de la recette qui lui permettrait de concurrencer sérieusement la LBC (Lebanese Broadcasting Company, chaîne commerciale issue d’un projet lancé au temps de la guerre civile libanaise par les milices phalangistes). Avec son émission phare, la Star Academy, celle-ci continue donc de caracoler en tête des meilleures audiences (30 millions de téléspectateurs pour la première édition lancée en décembre 2003, 5 millions de votes par SMS et autres supports).


En apparence, ni l’assassinat du Premier ministre libanais (sans oublier celui de quelques autres figures politiques), ni les campagnes de bombardements israéliens de l’été 2006 et la destruction de l’infrastructure du pays, non plus que les élections, manifestations et contre-manifestations ininterrompues depuis le lancement de l’émission ou presque, n’auront pu affecter sérieusement la production de cette émission qui en est désormais à sa quatrième saison, avec un succès qui ne se dément pas.

En apparence seulement, car nombreux sont ceux qui pensent que l’engouement du public arabe pour la Star Ac’ locale tient précisément aux combats politiques qui, comme un message subliminal, sont livrés à la faveur de ces émissions de variétés, en réalité tout sauf innocentes.

Ainsi, à peine l’émission avait-elle été lancée que le doyen de l’Université islamique du Koweït avait jugé nécessaire, devant le succès remporté par le candidat de son pays (éliminé en demi-finale), de lancer une fatwa condamnant un spectacle aussi immoral. Par la suite, les membres des partis d’opposition religieuse au Parlement avaient longuement interrogé le ministre de l’Information, contraint à démissionner pour avoir accepté que l’émission soit retransmise localement. Dans l’Arabie saoudite voisine, le quotidien Riad, digne représentant d’une presse pourtant fort modérée dans ses paroles, avait dénoncé ce spectacle de “bordel”, tandis que circulaient des cassettes vidéo stigmatisant “l’Académie satanique”. Sans surprise, le “Comité permanent pour la recherche scientifique et les fatwas”, une institution religieuse officielle de premier plan, émettait à son tour une fatwa interdisant un spectacle qui, en associant des participants des deux sexes, entrait dans le cadre de ces programmes coupables de susciter pour l’islam et pour les musulmans ces catastrophes et ces désastres dont ils ne souffrent que trop…

Des passions politiques d’une autre sorte devaient également se déchaîner lors de cette première édition de la Star Ac’ lorsqu’il fallut choisir pour la finale, sur fond de pressions locales et internationales grandissantes contre la présence militaire syrienne au Liban, entre les candidats libanais et syrien et leur rivale jordanienne. On raconte que c’est sur instruction expresse du roi Abdallah que les officiers jordaniens ont voté massivement pour Diana Carazon (image à gauche), leur candidate nationale, évitant ainsi une confrontation directe entre Beyrouth et Damas.

La politique devait marquer plus encore, si possible, la seconde édition de la Star Ac’ avec la mort de Rafic Hariri. Après un arrêt d’une dizaine de jours en hommage au disparu, la LBC reprenait l’émission un vendredi soir (la meilleure écoute) avec une compétition qui tournait au festival patriotique et votait sans surprise l’éviction du candidat syrien, Joey. Une autre grande chaîne locale, Mustaqbal TV (Future TV, financée par la famille Hariri) relayait cette fièvre nationale et artistique en conviant nombre de candidats de la Star Ac’ à enregistrer dans ses studios les “chansons patriotiques” susceptibles d’aider les candidats du 14 mars à remporter la victoire aux élections législatives de 2005 (pour le côté pro-hezbollah de ces chansons, voir ce précédent billet).

Dans l’indispensable TBS Journal (www.tbsjournal.com), un article de Marwan Kraidy, Reality Television and Politics in the Arab World éclaire de façon très convaincante les prolongements politiques de la Star Ac’ arabe : pour la jeune génération élevée dans une région minée par les systèmes maffieux et le clientélisme, le seul spectacle d’une compétition (apparemment) réglée par le seul talent individuel est, comme le suggère la chanson du générique de l’émission où l’on voit les candidats défiler dans la rue avec leurs drapeaux respectifs, une promesse de “voir surgir la vérité” (جاية الحقيقة)…

Star Academy is, in many ways, a political program. It is political first in the sense advanced by the “alternative future” explanation of the show’s popularity, in that it stages an apparently fair competition whose participants count on their personal initiative, creativity and skills, and whose winners are determined by a popular vote. This “reality” is discordant with that of most young Arabs, who are prevented from expressing their opinions, who get their jobs because of connections and rarely because of competence, and where power is wielded arbitrarily by unelected rulers and officials. In that sense, according to this perspective, reality television is the harbinger of an alternative future.(53) The theme song of the program, Jayee al Haqiqa (Truth is on the Way), an Arabic version of Let the Sunshine In, from the soundtrack of the movie Hair, is directly political, both in its lyrics, which decry a situation of falsity that the forthcoming truth will expose, and visuals expressed in the music video.(54)
The music video, directed by leading Lebanese director Nadine Labaki and produced by Lebanese production house Talkies under the EMI label, appears to confirm the song’s political tenor. Shot with a blue filter, the video features the Star Academy contestants marching through streets, waving the flags of their respective countries: The Lebanese flag with the cedar between two red bands, the Tunisian with its white crescent and star on red background, the Saudi with its white sword and Islamic script on green background. The video clearly connotes a youth political protest march, brandishing their fists, waving flags, expressing discontent with their situation and invoking an alternative reality dominated by truth, warmth and light.(55) Had Star Academy not achieved enormous popularity, its content would not have articulated Arab social, political and economic reality. Its huge following, however, made it profoundly political.

On continue à beaucoup s’interroger sur les conséquences politiques réelles de ce type d’émission, et plus largement du développement des médias transnationaux arabes (voir par exemple sur le site de TBS les interventions de Jon Alterman prédisant la constitution d’une nouvelle forme de solidarité panarabe). En effet, on ne peut manquer de se poser des questions sur la puissance des médias et sur les “effets réels” des émissions télévisées, suivant que l’on se place sur le plan de la constitution des identités politiques ou sur celui des différentes manières de traduire en actions concrètes ces visions politiques.

Comme le révèle ce très intéressant billet d’un observateur algérien (en français, avec en plus des liens vers des clips éblouissants), l’effet Star Ac’ associe différents niveaux d’interpétation, de réception et de participation où les appartenances et les engagements sont fort difficiles à démêler.

Pour attendre le billet de la semaine prochaine sur la “Star Ac’ spécial Maghreb”, une petite vidéo avec Chebb Khaled en invité d’honneur de Star Ac’ sur la LBC, accompagné par deux candidats, dont Rim, l’Algérienne…

Chanson et politique (2/2) : une "promesse véridique"

Le 28 juin 2006, les combattants du Hezbollah enlevaient deux soldats israéliens au cours d’une opération intitulée “Promesse véridique” (وعد صادق : l’expression fait clairement référence au texte coranique) : début d’une nouvelle guerre israélienne au Liban… Au terme de près d’un mois et demi de combats et plus encore de bombardements d’une violence sans précédent dans un pays qui en a pourtant connu beaucoup, le “parti de Dieu” sortait en définitive politiquement vainqueur du conflit et son dirigeant se trouvait propulsé à la première place du “hit-parade” des dirigeants politiques les plus populaires.

Naturellement, la chanson ne pouvait se tenir à l’écart de ce phénomène. C’est ainsi qu’un obscur groupe musical palestinien, “Firqat al-chamâl” (l’Ensemble du Nord) connaissait un énorme succès en plaçant sur une vieille mélodie de nouvelles paroles à la gloire de Hassan Nasrallah : “Oh, toi, faucon du Liban, oh toi, Nasrallah (هلا يا صقر لبنان … هلا يا حسن نصر الله). Voilà tes hommes du Hezbollah, la victoire est à toi, avec l’aide de Dieu.”

(Paroles arabes intégrales dans cet article en arabe, qui explique également comment l’armée israélienne perquisitionne (entre autres méthodes, souvent plus énergiques) les boutiques à la recherche de ce morceau coupable “d’inciter à la violence”. Voir également cette version française (sur un site libanais) qui raconte l’histoire sur un mode que l’on sent un peu plus critique…

“Promesse véridique, vous êtes, notre victoire en marche”, l’expression se retrouve dans un passage d’un clip musical produit quelques mois après les événements de cet été par une jeune chanteuse libanaise, Julia Boutros.

Branchée, jeune et belle (accessoirement, mais il faut peut-être tout de même le signaler, son patronyme sonne très chrétien !), militante depuis qu’elle a commencé toute jeune sa carrière musicale, elle explique sur son site (en anglais et en arabe : www.juliaboutros.net) qu’elle a demandé à ses paroliers d’écrire un texte directement inspiré d’un discours de Hassan Nasrallah (une technique couramment utilisée par le groupe Al-Wilaya présenté plus bas), discours en réponse à une lettre ouverte que lui avaient adressée cet été des combattants. Associée à une banque libanaise – du Sud du pays… – qui ouvre un compte spécial pour recueillir les dons, l’artiste s’engage à reverser l’intégralité de ses gains sur ce titre, durant les quatre premiers mois, aux familles des victimes de la guerre.

La lettre (lue en arabe) se trouve sur un site (n°10 de la liste) qui regroupe les principaux discours de Nasrallah (même les non-arabophones peuvent y faire un tour : ils constateront que le leader ne s’exprime nullement sur le mode éructant qu’on lui prête souvent dans les médias occidentaux (suivre le lien pour la vidéo proposée par Le Monde dans ce billet par exemple).
On peut écouter également (en arabe) l’entretien (très politique) qu’elle a donné durant la guerre sur Al-Jazeera.

La chanson s’empare de la “guerre de juillet” (2006) et elle intervient plus que jamais dans les mobilisations locales actuelles (voir cet article en arabe) mais, en réalité, le Hezbollah, lui, s’est emparé de la chanson depuis bien longtemps. Non sans susciter un certain étonnement, de la part de ceux qui suivent l’actualité musicale arabe en tout cas.

En effet, la chanson libanaise n’avait guère bénéficié jusqu’alors de la participation des chiites, toujours accusés de ne pas être capables d’autre chose que de se lamenter sur les tragédies passées et les malheurs contemporains. De plus, l’islam politique ne cultive guère les arts musicaux. C’est assez récemment par exemple que les Frères musulmans égyptiens se sont ouverts à des formes musicales moins marquées par le rigorisme wahhabite (voir cet article en anglais sur un des sites officiels de la Confrérie).

Cependant, le Hezbollah libanais, lors de sa fondation au début des années 1980, s’inspire d’autres modèles, ceux de la révolution islamique chiite iranienne, laquelle ne partage pas les mêmes réticences vis-à-vis de la musique et de la voix. Très vite, le Parti de Dieu met en place une “politique de la musique” dont on peut admirer, aujourd’hui, l’efficacité.



L’ensemble Al-Wilâya, fondé en 1984 et qui a eu le privilège lors de sa création en 1985 de créer l’hymne du parti, en est le meilleur exemple. Pour s’en convaincre, il suffit de visiter leur très beau et très fonctionnel site (le Hezbollah et la Résistance islamique libanaise bénéficient dans ce domaine comme dans d’autres du savoir-faire des ingénieurs iraniens, avec lesquels ils entretiennent, traditionnellement, des échanges intensifs).

La page d’accueil, avec ses accords de cornemuse légués par les cliques des forces britanniques quand elles occupaient encore (?) la région, peut surprendre… Mais on n’a pas besoin d’être vraiment arabophone pour arriver à ouvrir les titres offerts en format “mp3” et les vidéos-clips militants où scènes de combats et de défilés militaires alternent avec des gros plans sur la troupe et les chanteurs. (Parmi tous ceux qui sont proposés, “Ta victoire a ébranlé le monde” (نصرك هز الدني : le quatrième en partant du bas de la liste à gauche du carré bleu !) est vraiment intéressant avec notamment un fondu-enchaîné entre la foule des manifestants, un discours de Nasrallah, des images de combat et la troupe elle-même…

Un des rôles de la “troupe officielle” du Hezbollah consiste à animer les meetings et autres rassemblements politiques. En conséquence, le style musical est naturellement assez enlevé. Toutefois, selon les responsables artistiques, les parties rythmiques des morceaux sont travaillées, notamment sur le plan de l’orchestration, de façon à s’arrêter à la limite du “tarab” (طرب), cette effusion musicale susceptible notamment d’entraîner la danse, jugée inconvenante dans ce contexte.

Depuis les événements de l’été, le succès d’Al-Wilâya ne se limite plus aux frontières de la banlieue sud, ou même du public libanais. La troupe a ainsi reçu un accueil triomphal lors de sa première tournée internationale au Bahreïn et au Koweït où les fans la connaissait déjà, mais seulement à travers les émissions de la chaîne Al-Manar (captée en particulier par les importantes communautés chiites de ces deux pays et considérée comme une des plus populaires du monde arabe pour cette région).

En réalité, la “seconde arme du Hezbollah” (selon l’expression de certains articles de la presse arabe) est l’émanation d’une formation plus importante encore, et plus ambitieuse musicalement, le “Freedom Sun Orchestra” (اوركسترا شمس الحرية) dont la création remonte à l’année 2003, toujours dans le même esprit à savoir qu’il “n’y a pas de pas de vraie prédication, de révolution, de civilisation, de culture, qui puisse se développer sans avoir son propre style musical” (la citation est de l’Ayatollah Ali Khamenei, actuel Guide suprême de la Révolution islamique).

Le site (www.orchestra-hlb.org), plus élégant et plus “sophistiqué” que celui du groupe Al-Wilaya – à l’image de son logo qui évoque des touches (noires d’un piano) brisant les barreaux (des touches blanches) – propose également des extraits musicaux parmi lesquels on peut écouter par exemple cette “Symphonie de la libération” (premier morceau de la seconde liste que l’on atteint en descendant le curseur à gauche) qui ne renie pas, loin de là, l’influence de la musique romantique occidentale (Tchaïkowski ?)

Le Hezbollah ne se limite pas à ces deux grandes formations et soutient encore plusieurs ensembles musicaux dont les titres attirent des acheteurs, y compris étrangers, jusqu’à la banlieue sud de Beyrouth, pourtant peu célèbre jusqu’alors pour ses activités musicales. Ces groupes, tantôt des formations relativement restreintes ou au contraire des groupes d’une trentaine d’interprètes, se donnent des noms qui évoquent systématiquement le domaine religieusx : Al-‘Ahd, Al-Fajr ou encore Al-Isrâ’, d’après le nom donné au voyage nocturne que le Prophète de l’islam effectua, selon la tradition, à Jérusalem (sur cette dernière formation, voir cet article en arabe écrit à l’occasion d’une tournée en Iran).

Ils ont en commun, comme ceux dont il a déjà été question, de mettre les talents individuels au service du collectif, les responsables insistant, quand ils acceptent d’apparaître sur le devant de la scène, sur l’engagement de leur pratique musicale. Mais à la différence des troupes “officielles” du Hezbollah, ils proposent une interprétation bien moins savante. C’est par dizaines qu’on les trouve sur un site spécialisé tel que Shia Voice (http://shiavoice.com).

La chanson militante arabe existe donc toujours, et son public est toujours aussi fidèle. A l’image du rap palestinien, ses formes ne sont simplement plus celles du siècle dernier.

Chanson et politique arabe (1/2) : le rêve arabe

Dans le monde arabe, différents qualificatifs mettent en évidence la variété des rapports qu’entretient la chanson – la plus populaire sans doute des formes artistiques – avec la politique, une autre passion régionale ! On parle ainsi souvent, en fonction des ambitions que l’on prête à l’artiste mais peut-être plus encore en vertu de critères personnels, de chansons “politiques” (سياسية), “patriotiques” (وطنية) ou encore “nationalistes” (قومية : au sens de “nationalistes arabes”).

Chansons nationalistes

A l’époque moderne, la rencontre fondatrice de la chanson et de la politique, tout au moins dans la mémoire collective, date de la révolution égyptienne de 1919. Les premières décennies du siècle correspondent, en particulier en Egypte, à une période d’intense créativité culturelle, marquée par le développement foudroyant du théâtre, souvent musical, avec la création de très nombreux lieux de spectacle et de troupes régulières au sein desquelles se produisent les premières actrices professionnelles.

Chanteur “classique” de bonne renommée mais sans plus, Sayyid Darwîsh va pourtant devenir dans les années 1920 une des premières grandes vedettes modernes locales en composant pour ces scènes musicales des chansons clairement patriotiques, au sens où elles célèbrent la révolution nationaliste égyptienne. Si ce n’est que le “tube” de cette époque, Bilâdî bilâdî (ô mon pays !), dans cette Egypte qui domine la lutte du monde arabe pour son renouveau, tant politique que culturel, acquiert rapidement une dimension “nationale arabe”…

Le même phénomène se retrouve lors de la seconde grande rencontre entre chanson et politique dont l’imaginaire culturel arabe moderne a conservé la mémoire. Même si elles sont apparues et ont commencé leur carrière dans l’Egypte du roi Farouk, les stars de la chanson égyptienne, à commencer par Oum Koulthoum et Muhammad Abdel-Wahab, entreprennent de chanter, à la charnière des années 1950 et 1960, le grand rêve de la Nation arabe.

Dans cet âge d’or des premiers “transistors” (c’est le temps de la “Voix des Arabes” au Caire), les ondes mêlent parfois indissociablement paroles de chansons et discours politiques, à l’image de Nasser citant les vers d’un texte chanté par Oum Koulthoum (Al-Atlâl, “Les ruines”) pour annoncer aux Egyptiens et aux Arabes le désastre de la défaite de juin 1967.

Quant à Abdel-Wahhab, l’autre grande vedette de l’époque (même s’il ne faut pas oublier Abdel-Halim Hafez), il restera longtemps encore, pour beaucoup, celui qui aura commis le déshonneur d’entonner en 1977 le célèbre Bilâdi bilâdî de Sayyid Darwîsh et de la révolution de 1919 pour saluer, non pas une “vraie” victoire arabe, mais le “honteux” retour de Jérusalem d’Anouar el-Sadate après la signature des accords de Camp David…

Sur Sayyid Darwish, un article par un chercheur français, mais en anglais ! Une autre version, plus courte, mais en français.
Paroles (en arabe) d’Al-Atlâl, et extraits musicaux.

Chansons militantes

La “grande chanson arabe nationaliste”, qui correspond moins à un style musical qu’à un jugement sur son placement politique, ne survit donc pas bien à la défaite de l’idéologie qu’elle a chantée avec tant de ferveur. Mais d’autres formes sont là pour que la chanson arabe continue son duo avec la politique.


Cheikh Imam, chanteur aveugle né dans un quartier populaire du Caire, est parmi les premiers à inaugurer cette manière de chanter le monde. A partir des années 1960, il devient – et pour longtemps sans doute, même s’il meurt en 1995 – le symbole de la chanson militante. Formé à Al-Azhar, c’est à partir de sa rencontre avec un poète qui s’exprime en dialectal, Fouad Negem (il vient de décéder), que Cheikh Imam devient cette icône de la gauche arabe que la figure montante du radicalisme politique de l’époque, un certain Yasser Arafat, veut absolument rencontrer lorsqu’il se rend au Caire en 1968 pour négocier avec Nasser le cadre d’action de la lutte politique palestinienne.

Cheikh Imam est pourtant loin d’être en odeur de sainteté. Il a d’ailleurs connu sous Nasser, et retrouvera avec son parolier sous Sadate, les charmes de la prison égyptienne où ses geôliers le supplient d’ailleurs de chanter pour eux ! Le “jeune” leader palestinien doit par conséquent faire preuve d’une réelle insistance pour saluer le chanteur qui, en posant sous le portrait du Che Guevarra et de Abou ‘Ali Iyad (un des fondateurs du Fatah, tué en 1971), était devenu un des plus puissants avocats dans le monde arabe de la cause palestinienne.

Pour écouter plusieurs <a href=”http://www.emarrakech.info/docs/maroc/Les-Podcasts-de-la-resistance-Cheikh-imam_a9165.html?PHPSESSID=8d1152c2b312dd0885578cb159ec94bc
” target=”_blank”>titres de Cheikh Imam (attention l’interface affiche très mal – chercher en bas de l’écran -, mais elle fonctionne !…)

Une “cause” qui est bien le creuset de la chanson militante arabe à partir de la seconde moitié des années 1960. C’est la période par exemple où la jeune Fairouz commence à s’imposer sur la scène régionale arabe en interprétant des chansons comme Zahrat al-madâ’in (la “Fleur des villes”, pour Jérusalem) ou encore Râji’ûn (“Nous rentrerons”), en écho aux événements qu’a connus la terre de Palestine.

Les poètes palestiniens, en particulier ceux “de l’intérieur” (c’est-à-dire des territoires passés sous contrôle israélien dès 1948), fournissent à cette chanson militante assez largement libanaise, nombre de ses textes : Tawfîq Zayyâd dans Je vous appelle (أناديكم) chanté par Ahmad Qa’bur (communiste à l’époque, et pas encore chanteur de clip pour la campagne politique de Hariri sur Future TV), mais également un jeune auteur encore peu connu à cette époque, Mahmoud Darwich, dont le joueur de oud libanais Marcel Khalifé contribue à faire connaître les textes qu’il met en musique.

Victime – si l’on veut – de l’immense succès de poèmes tels que “Inscris je suis arabe !” Mahmoud Darwich devra lutter pour faire admettre que sa voix ne se résume pas à cette seule tonalité étroitement militante. Marcel Khalifé y contribuera lui-même en mettant en musique plus tard, au milieu des années 1990, des textes moins politiques et sans doute plus poétiques (parmi lesquels, ce fameux poème comportant un verset coranique, prétexte à des poursuites judiciaires qui, même sans suite, restent assez révélatrices du changement climatique dans le monde politico-culturel arabe).

Sur Marcel Khalifé, bon article dans wikipedia et son site (où l’on peut entendre des extraits musicaux) : www/marcelkhalife.com.
Voir, dans ce blog, les billets sur Tawfîq Zayyâd et sur Feirouz

Crise du politique, et de la chanson (?…)

Car les temps ont changé et voilà longtemps maintenant que les pages culturelles de la presse sont pleines de lamentations sur une chanson engagée devenue aussi médiocre et désespérante que la scène politique arabe qu’elle met en paroles et en musique. Pour beaucoup, la chanson militante “à la Cheikh Imam” a son avenir derrière elle, en fait depuis le déclin (pour ne pas dire plus) des “grandes causes nationales”, conjointement à l’essor de conceptions de plus en plus consommatrices de l’art.

Pourtant, même dans le cadre très étroit que dessine le paysage culturel arabe où règnent en maître, comme ailleurs du reste, les industries culturelles de masse et leurs relais médiatiques, la politique réussit à se frayer une voie, y compris dans le monde de la chanson populaire.


Cela s’est produit par exemple à la fin des anées 1990, en plein essor des télévisions satellitaires arabes pourvoyeuses de clips audiovisuels à destination de la jeunesse arabe, une cible commerciale particulièrement importante au regard des réalités démographiques de la région. Sur le modèle du célèbre “USA for Africa” qui avait enregistré en 1985 le tube planétaire We Are the World, et vraisemblablement en ayant à l’esprit la “grande chanson nationaliste arabe” des années 1950-1960, le prince saoudien et tycoon des médias arabes, al-Walid ibn Talal eut l’idée de réunir, le temps d’un clip vidéo, un groupe multistar arabe.

Sur fond d’archives historiques évoquant les grandes heures (plus malheureuses que glorieuses) de la Nation arabe, et sous la direction artistique d’un Palestinien (Muhammad al-‘Aryân), une sélection des meilleures voix arabes “du Golfe à l’Océan” – à l’exception notable de l’Irak victime, paraît-il, d’un veto koweïtien pour des raisons politiques évidentes… – créèrent une chanson, “Le rêve arabe” (الحلم العربي), dont le succès devait dépasser toutes les espérances :
Génération après génération
Vivra ce rêve
Mais ce que nous disons aujourd’hui
Nous aurons à en rendre compte par notre vie (…)
(refrain)
C’est notre rêve
Toute notre viiiie
Une étreinte qui tous, tous
Nous réuniiit, nous réuniiiit…

La réussite de ce refrain repris à l’unisson par toutes ces voix (féminines et masculines) qui entonnent ensuite leur partie en faisant entendre à chaque fois une touche d’accent local montre combien la corde politique, pour le public arabe, peut encore vibrer avec force.

Mais comme le font remarquer certains observateurs (Charif Hammouda voir par exemple dans cet article sur le site d’Islam-online), au fil du siècle les chants patriotiques militants se sont édulcorés en rengaines notalgiques pour soirées-télé sur les chaînes satellitaires…

L’article de référence sur chanson et politique (mais centré sur la question de Palestine, et en anglais), écrit par Joseph Massad, s’intitule : Liberating Songs: Palestine Put to Music.

En commentaire : des liens bien meilleurs que les miens… mais site tout en arabe !

(La semaine prochaine : la chanson politique aujourd’hui…)

Un ange au "Biel"


L’ange, bien sûr, c’est Feirouz, incontestable diva des Arabes depuis la mort de l’irremplaçable Oum Kalthoum et véritable monument national pour les Libanais, toutes orientations politiques confondues (et confessions, aussi, pour autant que cela importe).

Le Biel, au joli nom à l’allure francophone, est en réalité un acronyme anglais dans l’air du New Lebanon : Beyrouth International Exhibition & Leisure Center. Il est né des ordures de Beyrouth… Plus exactement, cette grande salle d’exposition – et de spectacles – a été bâtie sur des terrains gagnés sur la mer par les remblais tirés des décombres de la guerre et de la reconstruction de Beyrouth, et par les poubelles de la ville, juste en contrebas de la célèbre place des Martyrs.

“L’ange au Biel”, c’était vendredi 1 décembre, première journée du rassemblement de l’opposition contre le gouvernement libanais, mais aussi, et pas entièrement par hasard, journée de la première, très attendue, d’une comédie musicale, une opérette plutôt, intitulée Sahh al-nawm (صح النوم, quelque chose comme “Bien dormi ?”).


Une première longtemps attendue car elle avait été programmée pour le festival de Baalbeck, durant cet été où les avions israéliens, entre autres cibles, s’acharnèrent sur tous les ponts du pays. (Sauf un, comme essayaient de s’en amuser les bombardés d’alors, le célèbre pont d’Al-Lawziyyeh, impossible à localiser pour les pilotes “étoilo-davidés”, car il n’existe que dans la chanson immortalisée par Feirouz, bien entendu !)

Déjà interrompue lors de sa création en 1970 par la mort de Nasser, la pièce semblait devoir connaître le même sort, plus d’un quart de siècle plus tard, en raison du mouvement des Mu’tasimîn (معتصمين) – un mot, d’ailleurs, que la presse occidentale ne songe jamais à utiliser, préférant parler “d’opposants”, de “pro-syriens”, même si, de fait, le terme, aux connotations coraniques, qui évoque en arabe l’idée de se rassembler pour faire face à une difficulté n’est pas facile à traduire : mais pourquoi pas tout simplement les “protestataires” ?

Pourtant, c’était sans compter la détermination de Ziad, l’enfant terrible de Feirouz, compositeur, arrangeur et musicien (jazz oriental notamment), mais aussi comédien, dramaturge et metteur en scène (y compris du spectacle dont on parle ici), et encore agitateur politique sur les ondes radio et désormais chroniqueur au journal Al-Akhbâr (dont les articles ont inspiré cette chronique).

“Il faudrait un raid israélien (une “descente” إنزال) pour qu’elle n’ait pas lieu !”, avait annoncé Ziad qui tenait visiblement beaucoup à cette première. Pour toutes sortes de raisons, assurément, et d’abord politiques, ce qui se comprend dès lors qu’on connaît l’argument de la fameuse opérette.

Inspirée du folklore libanais, l’intrigue de Sahh al-nawm raconte l’histoire d’une aimable villageoise, Qaranful (“Clou de girofle”, Feirouz, vêtue d’une robe d’un éclatant… orange, la couleur du parti de Michel Aoun, le leader chrétien membre de la coalition des Mustasimîn !) Elle vit dans un pays où règne un sultan qui ne daigne se réveiller qu’un jour par mois, le temps d’expédier les affaires courantes, tandis que le peuple attend, attend, attend… Mais l’incurie de ce pouvoir endormi prend fin, par la grâce de Qaranful bien entendu !

Ecrite par le père de Ziad, au tout début des années 1970, alors que le Liban doré commençait à peine à s’interroger sur sa destinée, cette histoire gentiment critique de la corruption politique finit bien. L’Histoire du Liban actuel se terminera-t-elle aussi heureusement ? En tout cas, il est certain que les échos de la pièce interprétée par l’icône nationale ont raisonné comme une promesse de victoire aux oreilles des mu’tasimîn.

Rassemblés sous les fenêtres du Grand Sérail, ils attendent, attendent, attendent…

Et sur leurs drapeaux, formant les lettres du mot “nous”, on peut lire : “Nous voulons un gouvernement propre.


Parmi les très nombreux liens internet qui concernent Feirouz et les “rahâbina” (pluriel de Rahbânî), on peut consulter .
– en arabe, le site officiel de la diva et un autre qui n’est pas mal non plus, sans oublier le très bon site (en anglais) al-Mashriq qui propose, à côté d’extraits musicaux, des paroles avec leur traduction
– en français, un dossier d’Arte (ne pas oublier de suivre les liens)
Pour les articles d’Al-Akhbâr, le quotidien libanais (pro-mu’tasimîn) qui a inspiré ce billet, voir, en date du 2 décembre, http://www.al-akhbar.com/ar/node/13983 et http://www.al-akhbar.com/ar/node/13992

Un choc dans la bataille : le clash des programmes culturels



Pour en parler, la presse littéraire arabe, à l’instar du romancier égyptien Gamal Ghitany, utilise un mot un peu rare : mawqa’a (موقعة) : quelque chose comme “le choc dans la bataille”. Rien de plus qu’une anecdote pourtant, sans nul doute douloureuse pour ses protagonistes. Mais révélatrice, aussi, de la difficulté à mener un “dialogue à travers les cultures”.

Tel était bien pourtant l’intention du programme culturel lancé par les autorités allemandes sous un titre inspiré du célèbre texte de Goethe, Le Divan occidental-oriental. Dans le contexte immédiat de l’après 11 septembre, le projet consistait à provoquer des échanges entre écrivains allemands et arabes : trois semaines dans le monde arabe pour les Occidentaux, auprès d’un de leurs “collègues” égyptiens ou libanais par exemple, six semaines à Berlin pour les Orientaux.

Le romancier libanais Rachid El-Daïf (si vous ne le connaissez pas, voici son site) a été associé à un partenaire allemand, Joachim Helfer, pour cette expérience de “divan”. Y compris dans un sens psychanalytique, que Goethe n’avait certes pas imaginé, puisque ce jeune auteur vit, ouvertement, une homosexualité dont sa littérature se fait largement l’écho. (Je précise d’entrée que, faute de connaître l’allemand, les informations que je donne ne sont que celles que l’on peut lire dans la presse arabophone ou francophone.)

Comme il l’écrit dans le texte qu’il a tiré de cette rencontre – ce qui était un des buts du projet – les six semaines passées en compagnie de Joachim Helfer ont été l’occasion pour R. D. (il se nomme souvent ainsi dans ses propres textes) de partager le quotidien d’un homosexuel déclaré. Une réalité déconcertante comme il s’en explique, comme il le confesse même, pour un homme élevé dans une société qui n’aime rien tant que “fêter et célébrer la virilité” (cf. le billet précédent !).

Ce bref récit (90 pages, qu’on espère voir rapidement traduites en français), R.D. l’a appelé Le retour de l’Allemand à la raison (عودة الالماني إلى رشده), titre qui mérite quelques éclaircissements. Il résume en quelque sorte l’anecdote du livre, l’invité occidental cédant, à Beyrouth, aux charmes d’une certaine Ingrid (allemande, donc…), à qui il fait un enfant. Mais il dit également, par cette manière de présenter les choses, la façon dont R.D. se réjouit, compte tenu de ses propres codes d’Oriental (avec son propre “alphabet” comme il l’écrit), de la “conversion”, même passagère, vécue par son alter ego allemand en terre libanaise.

Le titre choisi par R.D. fait également référence à un autre texte, bien connu en français mais à travers une traduction qui ne peut pas laisser percer l’allusion. La Prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs, le célèbre “manuel d’érotologie islamique” (sic !) a pour titre originel en arabe “Le retour de l’homme âgé à sa jeunesse” (رجوع الشيخ إلى صباه). Même si on ne lit pas l’arabe, la parenté des deux titres se devine. Faire allusion à ce texte, c’est bien entendu, chez l’oriental R.D., assumer (mais discrètement et non sans auto-ironie) sa virilité arabe triomphante après la déstabilisante découverte d’une homosexualité assumée.

(On peut même risquer une interprétation supplémentaire : le mot, peu fréquent là encore, qu’a utilisé R.D. pour désigner la “raison”, ou plus précisément la “conduite raisonnable”, al-rushd, n’est certainement pas par hasard un écho sonore de propre prénom. A mon sens, il ne faut pas y lire une sorte de forfanterie, une manière d’affirmer la certitude de ses choix, y compris sexuels, en posant l’adéquation rush = Rashid mais plutôt un aveu par R.D. des fragilités de son être intime, avant de se proclamer, trop facilement rasséréné, faussement rassuré, confirmé dans sa propre “bonne conduite” par le comportement, enfin “viril”, de cet étranger si étrange.)

En janvier 2006, R.D. a publié son texte, en arabe, non sans avoir obtenu l’accord préalable, pour livrer des choses aussi personnelles, de Joachim Helfer. Celui-ci a publié le sien, tout récemment, en allemand (il est sorti à l’occasion de la Foire du livre de Francfort). Mais sans demander à R.D. son accord, ou plutôt, si l’on en croit les récits, sans respecter les termes de l’accord convenu.

Apparemment blessé par ce que R.D. avait écrit sur lui, il a en effet choisi de répondre à son livre en en commentant la traduction allemande. Mais il l’a découpée en fragments qu’il a arrangés à sa façon, et il l’a accompagnée de très longs commentaires, particulièrement blessants. A ses yeux, R.D., à travers son texte, ne fait qu’illustrer l’incapacité (probablement congénitale) des machos arabes à accepter l’homosexualité. Mais le pire coup qu’il assène à R.D., c’est de l’accuser, ouvertement, de n’être qu’un antisémite, accusation qui, comme on ne le sait que trop, ne peut qu’assurer la complaisance du public occidental, et allemand en particulier…

Alors que Rachid el-Daïf avait livré un texte courageux, retraçant le récit intime d’une véritable interrogation sur l’étrangeté de l’Autre tout en reconnaissant ses propres limites à sortir de son alphabet culturel et moral, Joachim Helfer préfère se vautrer dans les pires clichés à propos des “Arabes”.

Rachid el-Daïf terminait son texte, par ces mots :

Je me suis dit en moi-même, en leur disant adieu, qu’il faudrait que beaucoup de choses soient dites pour que tout soit clair entre les Arabes et les Allemands.
Beaucoup de choses, portées par un réel et irrépressible désir.

Joachim Helfer donne à son commentaire un titre qui ne saurait dire plus clairement le refus de la parole de l’Autre :

L’homosexualisation du monde.
Parole contre parole.
Beyrouth – Berlin.

Faut-il vraiment s’étonner de voir tourner court, et même “tourner vinaigre”, un “dialogue à travers les cultures” qui n’est fondé que sur de bonnes intentions et qui fait à ce point l’impasse d’une réflexion sur les données politiques des échanges, fussent-ils culturels ?

Quelques liens :
Le magazine littéraire en ligne (en arabe) kikah.com sur lequel on peut retrouver le récit de cette affaire par Samir Jurays
Un article dans Al-Quds al-‘arabî par un poète et critique marocain dont le nom malheureusement n’apparaît pas.
Le récit, dans le quotidien Al-Safir, par le poète libanais ‘Abbâs Baydûn, témoin de l’affaire lors de la Foire de Francfort (“texte caché” du texte original)
Un bon entretien de R.D. dans le quotidien Al-Akhbar
En français tout de même un article du quotidien L’Orient-Le Jour

(26/11/2006) M. Joachim Helfer me demande d’apporter les précisions suivantes, qui contredisent ce qui a été écrit dans la presse arabe :
“Le texte de Rachid (el-Daïf) est publié dans son ordre original, et sans aucune modification. Je ne l’ai jamais accusé d’être un anti-sémite, ni dêtre un macho, et n’ai pas fait la moindre allusion à aucune théorie de nature congénitale. Tout ce que j’ai fait, c’est de commenter son texte et de citer ce qu’il a pu dire, ou faire. Le sous-titre “Parole contre parole” ne signifie nullement un refus de son discours, mais, tout au contraire, le sens même de la dialectique.”

La presse fête (fait sa fête à) la victoire du Hezbollah

Quelques écrans internet de la presse de samedi matin. On ne parle pas de la même chose à l’Ouest et à l’Est, et c’est de plus en plus notable.

Pour Le Monde (je reprends à dessein la syntaxe de son titre, mais sa nuance de dédain incrédule ne se retrouve naturellement pas dans mon message !), Nasrallah refuse de désarmer. La même information est présentée positivement par L’Orient-Le Jour , journal que l’on ne peut tout de même pas soupçonner d’être inféodé au Hezbollah et qui parle d’une acceptation du désarmement (sur le mode “oui… mais”). C’est vrai qu’à la différence du Monde, l’Orient-Le Jour est tout même plus proche des réalités locales !

Dans Al-Akhbar (quotidien libanais récemment créé – gauche arabiste), la nouvelle se présente comme ceci (traduction de ce qui accompagne l’image ci-dessous) :

« Le Liban est une grande force régionale »
La foule rassemblée pour fêter la victoire dans la banlieue sud de Beyrouth hier
Nasrallah : Le dialogue est le fondement et la voie d’accès à un gouvernement fort – Gouvernement d’unité nationale – Une loi électorale juste

L’événement est bien le même, mais pas les commentaires… A cette première différence de lecture, il faut en ajouter une autre, celle qu’apporte chaque langue dans sa manière de dire le monde.
Prenons quelques mots en arabe, dans la légende de la photo donnée par
Al-Akhbar : al-muhtashidûn ihtifâlan (belle allitération !). Pour évoquer les “foules”, “les masses de manifestants”, Al-Akhbar a choisi un mot محتشدون tiré d’une racine qui évoque très positivement les idées de cohésion, d’abondance intarissable, d’agrégation dynamique. Assez différent de “l’immense foule de ses partisans” dont parle Le Monde dans un passage qui n’est pourtant pas le plus contrasté par rapport au ton de la presse arabe.

L’effet de sens choisi par le terme arabe est prolongé par le circonstanciel, qui précise que ce rassemblement était “festif”, “carnavalesque” presque, au sens ancien du terme (احتفالا). Quant à l’occasion, c’est celle du “jour de la victoire”
(يوم النصر), sans aucun qualificatif de la part de ce quotidien qui ne roule pas pour le religieux !

Naturellement, cela ne s’arrange pas si l’on se tourne vers le paratexte des images. Al-Akhbar propose une photo où l’on voit la foule. L’Orient-Le Jour a choisi de cadrer serré sur le leader. (Quant au Monde , il propose un extrait vidéo, avec ballet de gardes du corps et son hurlant, qui doit impressionner lorsqu’on n’a pas l’habitude de ce genre d’événement.)

En face de la saturation de sens avec les mots et les cadrages, et même de la puissance du volume sonore (dont l’intensité vous aura peut-être étonné si vous avez ouvert la vidéo), une grande absence, celle de chiffres. Surtout si l’on a gardé présent à l’esprit les batailles symboliques du “Printemps des cèdres”, avec son fameux million de manifestants…

Mais le plus drôle (si l’on veut), c’est encore ce que nous propose le “quotidien de référence” arabe, Al-Hayat . Il a choisi de faire sa “une” sur les propos de circonstance du roi Abdallah à l’occasion de Ramadan. Pas de photo de la manifestation. Les commentaires sur l’événement figurent dans les quelques lignes entourées de rouge sur l’image ci-dessous.


Plus de nouvelles : Il (=Nasrallah !!!) a attaqué la majorité demandant à Joumblat des excuses et critiquant les larmes de Saniora… Nasrallah enjoint à l’UNIFIL de ne pas faire face à la Résistance et laisse entrevoir la possibilité d’une rispote aux violations israéliennes..

Al-Hayat est un quotidien arabe (faut-il écrire que c’est juste un quotidien écrit en arabe ?), basé à Londres et à… Beyrouth. (Mais si !)
Ses fonds sont saoudiens…