“L’arabe pour les nuls” (2) : les charmes sulfureux de la langue nationale

Quel rapport entre les charmes de la belle Claudia et ceux de la langue arabe ? Le fait que cette jeune irakienne, élue « miss monde arabe 2006 », débute dans la chanson avec un titre, sans nul doute inoubliable, Je regrette beaucoup (بندم أوي). Un titre – les lecteurs de l’arabe l’auront tout de suite remarqué – qui n’est pas en (arabe) classique, ni même en irakien, mais en égyptien.

En effet, plus soucieuse de sa carrière que de sa réputation linguistique, Claudia, comme la plupart des artistes arabes d’aujourd’hui, s’adapte au public qu’elle veut atteindre. Et comme les publicitaires locaux l’ont noté depuis longtemps, le public, justement, est sensible au fait qu’on s’adresse à lui dans sa langue quotidienne, et pas dans une version plus ou moins standard de l’arabe dit “classique”.

Si le phénomène existe depuis longtemps, il a pris des proportions totalement inédites avec le développement des médias modernes. Au point que la question du choix entre la norme et l’usage, même si elle est aussi ancienne que la langue arabe elle-même, a pris de nos jours une dimension éminemment politique.

Pas un pays n’échappe au phénomène, mais certains, de par leur histoire et leur contexte politique, le vivent plus fortement que d’autres. Avec plusieurs variétés assez différenciées localement, mais aussi plusieurs sortes de berbère (rifain, chleuh et tamazigh) parlées par près de la moitié de la population, sans compter l’espagnol, le français et aujourd’hui l’anglais car on ne parle plus guère malheureusement le ladino et la hakétia, le Maroc est presque un cas d’école. Et de fait, l’essor récent d’un secteur médiatique (presse et audio-visuel) privé moins étroitement contrôlé par les doctrines étatiques, sur fond de mutations sociales et culturelles de grande ampleur, offre les conditions idéales au développement de polémiques, a priori linguistiques mais à l’évidence également politiques.

Ainsi, en mai dernier, on a beaucoup commenté la démission inattendue d’un jeune et brillant présentateur de Casa FM, une radio locale privée (article d’Al-quds al-‘arabi). Responsable des informations, il avait accepté dans un premier temps de donner à l’antenne deux bulletins quotidiens en maghribiyya (en « marocain », un terme nouveau dans la langue dans cette acception particulière car, jusqu’alors, on utilisait plutôt pour parler du dialecte le mot dârija et le glissement de sens n’est pas sans importance). L’expérience ayant rencontré du succès, la direction de Casa FM a demandé à son journaliste, quoi de plus normal, de donner en dialecte la totalité des bulletins d’information, ce qu’il n’a pas voulu faire, pour mille et une raisons sans doute, qui peuvent aller du strictement professionnel au carrément politique.

Fort de leur réel succès, les partisans de la « dialectalisation » des médias marocains ont justifié leur choix du dialecte par leur volonté de se rapprocher d’un public largement analphabète (40 % de la population marocaine). Ce à quoi les partisans du « classique » (qui est en fait de l’arabe dit « moderne ») ont répondu en rappelant l’accueil réservé localement à la chaîne d’information Al-Jazeera, ou même aux célébrissimes feuilletons turcs ou mexicains souvent doublés en dialecte (oriental) mais également en arabe standard [même si c’est de moins en moins le cas].

Dès lors que le principal hebdomadaire en vernaculaire marocain Nichane (présenté dans cette chronique à l’occasion d’une interdiction) appartient au même groupe que le « principal hebdomadaire francophone » TelQuel, qui, le premier, brisa un tabou en publiant, en 2002, un numéro « historique » titrant sur le darija (dialecte marocain) comme langue nationale, et dès lors, de plus, que le phénomène suscite par ailleurs l’intérêt de linguistes originaires de l’ancienne puissance coloniale, tous les ingrédients sont réunis pour un débat explosif.

En effet, au regard de la tradition culturelle locale, et dans le contexte de la montée en puissance de partis d’opposition religieux fort attachés à la « pureté » de la langue originale, vecteur de l’unité arabe et islamique, prôner l’usage de la langue vernaculaire, le marocain, que renforcent à coup sûr les médias actuels, a quelque chose de sulfureux.

(Il existe néanmoins une manière de le faire, qui dépasse les clivages immédiatement politiques, et c’est ce que l’on s’efforcera d’expliciter dans un ultime billet, la semaine prochaine.)

Douze Libanais en colère

Au nord-est de Beyrouth, la localité de Roumieh est surtout connue localement pour sa prison, la plus grande du pays, avec ses mille détenus (pour 400 places prévues). Depuis le début du mois de février, on en parle également à la rubrique « culture » de nombre de journaux.

En effet, grâce à un financement de l’Union européenne et au soutien du Département libanais de la réforme administrative (OMSAR) et de l’Association pour la défense des droits et des libertés (‘adal, justice, en arabe), une petite cinquantaine de détenus, purgeant leur peine pour meurtre, viol, trafic de drogue…, ont répété, six mois durant, Douze Libanais en colère.

Le tire fait référence à la pièce de Reginald Rose rendue célèbre par le film qu’en a tiré Sydney Lumet. Les douze jurés, qui finissent par être convaincus de l’innocence d’un accusé que tout semble désigner au départ, sont interprétés à tour de rôle par une vingtaine de prisonniers. Ces derniers interviennent également entre les différentes scènes à travers une série de monologues directement inspirés de leur expérience. Ils ont aussi participé à la scénographie et composé les chansons qui scandent la représentation.

Le principal compositeur a voulu rester anonyme et on ne le connaît que par son surnom, al-muhâgir, « l’émigré » (une partie des « comédiens » sont étrangers ; ils viennent de Syrie, d’Irak, d’Egypte, et même du Bengladesh pour l’un d’entre eux qui reprend, dans la pièce adaptée à la situation libanaise, le rôle du juré mal accepté par une partie des autres membres du jury en raison de ses origines juives).

A partir de février, huit représentations seront données, à l’intérieur des bâtiments où les condamnés purgent leur peine. Le public, qui doit s’inscrire deux semaines à l’avance pour des raisons évidentes de sécurité, est rapidement mis dans l’ambiance en franchissant les lourdes portes de la prison pour s’installer près des acteurs, eux-mêmes assis autour d’une longue table dressée à l’intérieur d’une des cours de la prison.

A l’origine de ce projet, Zeina Daccache (زينة دكاش), un visage connu des téléspectateurs libanais et arabes pour ses apparitions dans des spots publicitaires et une série comique sur la chaîne LBC (on la voit sur la photo qui ouvre ce billet, pendant une répétition). Formée en Europe, l’actrice avait déjà animé des ateliers de dramatherapie pour aider des drogués à surmonter leur dépendance. Dans ce cas comme pour les Douze Libanais en colère, l’expérience théâtrale avait pour but de jouer un rôle purificateur, cette fameuse catharsis que mentionne Platon et que Zeina Daccache a choisi comme nom pour la compagnie qu’elle a formée.

L’expérience est une première au Moyen-Orient, mais pas tout à fait dans le monde arabe. Comme l’indique l’article de Pierre Abi Saab dans Al-Akhbar, le pénitencier d’Oukacha à Casablanca a vu se dérouler une expérience du même type en 2006, grâce à un de ses détenus, Abdelmajid Bensouda, qui y anime une troupe associant des détenus hommes et femmes (article en français).

Ci-dessous, un extrait du journal de la LBC qui présente quelques extraits de Douze Libanais en colère. On y voit également les officiels, responsables olitiques et administratifs, venus assister à la première de la pièce.

Musiques alternatives (5) : Maroc


La “fusion”, au Maroc, c’est de l’histoire très ancienne puisque les premières tentatives entre les multiples traditions musicales locales et tout qui ne s’appelait pas encore la world music remontent à plus d’un demi-siècle : l’écrivain mais aussi compositeur américain Paul Bowles s’installe à Tanger en 1947 et reçoit la visite des poètes de la beat generation Allen Ginsberg, William Burroughs…

Un peu plus tard de très grands noms viennent aux sources, réelles ou imaginées, de leurs musiques : parmi bien d’autres noms, Brian Jones, le guitariste des Rolling Stones en 1969 bien entendu, mais aussi, côté (free) jazz, Ornette Coleman en 1973 et tout récemment Archie Shepp. Bien avant eux, c’est moins connu, il y avait eu le très grand pianiste Randy Weston ouvrant à Tanger, dès 1967, The African Rhythm Club.

Au cœur de ces rencontres musicales, la musique séculaire des gnawas, réinterprétée notamment par deux groupes qui continuent, trente ans plus tard, à faire référence sur la scène marocaine et même bien au-delà : Nass El Ghiwane (déjà évoqué dans ce billet et Jil Jilala, dont le nom fait référence à un mystique du XIIe siècle, fondateur d’une confrérie soufie.

Cependant, à l’image des autres pays visités dans ces chroniques, une jeune génération a fait surgir depuis une autre scène. Comme ailleurs, le phénomène remonte à une dizaine années, lorsque deux passionnés, Hicham Bahou et Mohamed “Momo” Merhari créent en 1978 à Casablanca un festival sans équivalent à l’époque, L’Boulevard.

Dix éditions plus tard, L’Boulevard a pris du poids : quatre jours de musique, par thème (électro, rap, rock/métal, fusion), autour d’une “compétition” qui est surtout un prétexte à donner à la génération montante l’occasion de jouer et de progresser.

Musical et plus largement artistique (chaque année voit l’édition d’un numéro du L’kounache – cahier en marocain – une publication qui recueille l’avant-garde graphique locale), l’événement est aussi un phénomène de société. Plusieurs centaines de milliers de spectateurs pour une manifestation qui occupe désormais le grand stade de l’Etoile et qui a même essaimé, pour le Tremplin (réservé aux jeunes formations) vers Rabat. Phénomène de société également parce que L’boulevard est aussi une sorte de manifeste pour tout une jeunesse qui, à travers cette rencontre, affirme son existence et son rejet des générations plus anciennes

Lancé en 2007, un slogan affiché sur les Tee-shirts portés par la jeunesse marocaine branchée résume le tout dans une formule qui fait fureur : H’mar wa bkheer (حمار وبخير : ma traduction favorite, “bourricot bien dans sa peau !”). Un trio de jeunes stylistes commercialise même génialement le “concept” en créant une société dont le nom est une vraie trouvaille linguistique : “Stounami”, comme un “tsunami de stoun“, variante locale du stoned qui imprègne la culture musicale du pays depuis les premières expériences de “fusion”.

La variante (ou plutôt les variantes) locale de l’arabe joue d’ailleurs un rôle considérable dans un mouvement musical et culturel qui, tout en assumant sa filiation avec les courants mondiaux, revendique son originalité et son authenticité notamment par le biais de la langue. Cette “contre-culture” s’est même donné un nom en marocain, “nayda” (نيضة ?), pour dire quelque chose comme “la fête” (voir cet article sur un blog francophone par ailleurs très riche).

Toutes sortes de courants musicaux nourrissent cette “nayda” (le mot peut se lire également comme un synonyme de “réveil”) mais le plus important d’entre eux, le plus visible, est sans nul doute celui du rap, qui connaît dans le monde arabe, comme on l’a vu dans d’autres billets de ce blog, un développement spectaculaire.

Initié dans la ville de Meknès, rendu célèbre par des interprètes tels que Taoufik Hazeb, dit “Bigg”, dit “El-Khasser” (الخاسر : grossier, mal élevé, en référence aux paroles de ses chansons), le rap a trouvé son public au Maroc. Tellement d’ailleurs qu’il connaît peut-être aujourd’hui ce qu’il a connu ailleurs, à savoir une récupération commerciale qui lui fait perdre souvent une bonne partie de ses aspérités en gagnant par exemple les plateaux des chaînes de télévision, ou des festivals tels que Mawazine, grosses machines bien plus commerciales que militantes.

Récupération économique donc mais, à dire vrai, plus encore politique car la scène artistique marocaine est, comme dans la région, une arène politique où se disputent plusieurs conceptions de la légitimité culturelle. En affichant son cosmopolitisme, ses références “occidentales”, y compris en y associant une profonde et parfois très virulente affirmation identitaire locale, le phénomène nayda est aussi un manifeste politique, celui d’un Maroc persuadé d’incarner la modernité et l’ouverture face à cet autre Maroc de l’islam (de l’islamisme), gardien d’un “authentique passé” menacé par la mondialisation.

Dans ce contexte, inviter tel ou tel chanteur, soutenir, d’une manière ou d’une autre tel ou tel courant musical n’a plus rien d’innocent. Après beaucoup de discussions autour de la participation de vedettes de la scène dite alternative à des manifestations patronnées par certains partis politiques, et plusieurs interventions de responsables politiques en faveur d’un courant musical décidément de moins en moins marginal, une récente initiative royale fait craindre aux puristes une inévitable récupération politique et artistique du mouvement alternatif.

Fer de lance du courant progressiste, le magazine Telquel, se réjouissait ainsi du “coup de pouce” royalement donné en juin dernier par les autorités du pays qui ont accordé un soutien financier (15000 à 20000 euros) aux “jeunes groupes prometteurs ayant hissé leurs productions au rang de la créativité” (sic!).

Dans son éditorial, Ahmed Benchemsi explique toutes les conséquences positives d’une telle décision par rapport au développement du secteur musical et pour l’image du pays. Mais il commence par en souligner la nature politique, en expliquant que ce soutien aura pour effet de “remettre les pendules à l’heure” face aux “islamo-populistes [qui] ne cessent de faire des cartons sur les festivals musicaux et les groupes marocains qui s’y produisent”…

Bravo et merci, Majesté, conclut l’éditorialiste. C’est sans doute vrai de son point de vue, politiquement parlant s’entend. Mais musicalement, il n’est pas certain que la nouvelle scène musicale marocaine en profite beaucoup.

Ce billet est trop long pour entrer dans le détail de ce qui se passe sur cette scène musicale mais les lecteurs francophones ont, sur internet, toutes sortes de ressources. Les plus intéressantes me semble-t-il : Nextline, Raptiviste, rap-bladi plus commercial, et le plus militant, Marockmagazine, malheureusement off-line en ce moment.

La vidéo du jour, pas vraiment dans le genre “islam et bourricots” tellement apprécié des médias français : la bande-annonce d’un documentaire réalisé par Farida Benlyazid. Il donne un avant-goût percutant du L’Bouvevard et de la nouvelle culture marocaine des Ouleds (enfants) de Casa et d’aileurs… A voir !

Bonnes à tout faire dans le monde arabe (2/2) : étrangères et domestiques

Amour partagé (dessin de presse marocain)

La présence, nuit et jour, de jeunes bonnes dans l’intimité des familles qui les emploient ne va pas sans créer toutes sortes de problèmes. Le quotidien électronique Elaph a ainsi publié récemment une enquête au titre racoleur : Le sexe, fonction secrète de la domestique dans le Golfe الجنس وظيفة سرية للخادمة في الخليج ). Tirant la sonnette d’alarme quant aux conséquences sur l’éducation des enfants livrés à des femmes étrangères, en majorité non musulmanes, peu éduquées et même analphabètes, l’article évoquait également, sans dire vraiment à qui en revenait la faute, les services sexuels rendus par ces bonnes à tout faire. Selon une statistique, reprise sur de nombreux forums internet féminins du Golfe, les “bonnes”, qui pour les deux tiers d’entre elles n’ont pas 30 ans, accepteraient pour 59% d’entre elles selon les termes de l’enquête “d’entretenir des relations sexuelles avant le mariage”…

Toujours dans cet article, une sociologue des Emirats expliquait, non sans malice, que les maîtresses de maison veillent souvent à choisir des employées qu’elles considèrent moins attirantes qu’elles-mêmes, ce qui n’est pas toujours du goût de leur mari ! Un peu plus loin, M. Zayyât, spécialisé dans la fourniture de personnel de maison, indiquait que, pour les mêmes raisons, les Asiatiques ont la préférence des femmes alors que les hommes penchent davantage pour de “jolies Libanaises, chrétiennes de préférence, ou [au moins] des Marocaines” ! Il faut à l’évidence faire la part des fantasmes car il est proprement inimaginable que des Libanaises, de confession chrétienne qui plus est, travaillent dans les pays du Golfe pour de tels salaires, en tout cas pas pour ce type de services !

Néanmoins, le marché des tâches ménagères n’est pas totalement réservé aux étrangères et la contribution active d’une main-d’oeuvre domestique, ou plus exactement en provenance du monde arabe, est très souhaitée. Il suffit d’ailleurs de lancer une requête sur Google pour trouver rapidement des annonces rédigées dans un arabe pas toujours très assuré et accompagnées de portraits tels que celui qui figure ci-dessous :

السلام عليكم
جمعية متوفرة على يد عاملة جد مهمة لدينا فتيات مغربيات راغبات في العمل في احدى دول الخليج الى من يهمه الامر الاتصال بينا العرض جاد و مهم شكرا

Traduction : Que la paix soit sur vous ! Association disposant de main-d’oeuvre très importante [l’association]. Nous avons de jeunes Marocaines désireuses de travailler dans un pays du Golfe. Pour ceux que la question intéresse, contactez-nous. Offre sérieuse et importante.

Il ne s’agit pas toujours d’initiatives privées car certains Etats aimeraient bien développer des échanges entre populations sur une plus grande échelle. A la fin du mois de mai dernier, un protocole d’accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite a ainsi suscité de violentes réactions au Caire. Certainement animée de bonnes intentions, la ministre du Travail, Mme Aisha Abdel Hady, avait prévu avec ses homologues saoudiens l’envoi, sur une dizaine d’années, de quelque 120 000 “jeunes égyptiennes” (moins de 30 ans) pour travailler auprès des personnes âgées, dans les salons de coiffure et naturellement dans les maisons…

Certains en Egypte ont réagi avec humour, en publiant dans le bien nommé journal d’opposition الكرامة (La Dignité) une petite annonce pour embaucher une bonne saoudienne “anglophone et bien éduquée”. Mais, en général, la nouvelle, comme le révèlent les commentaires accompagnant cet article en anglais, a surtout provoqué consternation et fureur. Moins à cause des salaires proposés, pourtant assez médiocres (800 rials, à peine 200 dollars) que pour défendre l’honneur national menacé par le sort probable de nombre de ces jeunes filles envoyées sans protection familiale derrière ces murs où elles auraient à travailler de jour comme de nuit…

Pourtant – heureusement oserait-on dire -, la sexualité hors mariage n’a pas nécessairement pour seul exutoire le secret des foyers domestiques. Les hôtels de luxe servent de lieu de rencontre pour la prostitution de haut vol. En Syrie, où l’on est moins hypocrite qu’ailleurs apparemment, la presse parle ouvertement de “prostitution 5 étoiles” (دعارة خمس نجوم في سورية). La clientèle moins fortunée trouve son plaisir ailleurs, notamment dans les salons de massage qui offrent des soins spéciaux même si la législation, souvent récente d’ailleurs, impose désormais une sévère séparation des sexes.

A Dubaï, l’année dernière, ce sont quelque 35 salons qui ont été sanctionnés pour avoir contrevenu à la loi faute, ont affirmé les gérants, de professionnels masculins en nombre suffisant ! La situation est pire encore en Jordanie où la presse parle de 45 établissements fermés dans le “Grand Amman” pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2007 !

Et dans ce secteur d’activité également, la concurrence entre main-d’oeuvre étrangère et domestique est sévère. On parle de plus en plus de professionnelles chinoises entrées dans le monde arabe avec de simples visas touristiques… Leur présence dans la région mettra-t-elle en péril les quelque 35 000 Marocaines qui, à en croire Hespress (une publication électronique marocaine en arabe dont est tirée l’illustration de ce billet), exercent pour la plupart leurs talents “d’artiste” dans les clubs jordaniens ?

Cela paraît peu vraisemblable tant le Maroc, dont nos médias vantent le décollage économique à l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy, est un pays qui, même face à la compétition chinoise, reste très compétitif dans ce domaine. Selon une étude réalisée en 2005 par l’Unicef (citée dans un article en arabe d’Al-Arabeyya), 800 000 enfants – sur une population totale de 30 millions d’habitants – ne fréquentent pas l’école et 600 000 d’entre eux, entre 7 et 14 ans, travaillent. Même si le gouvernement marocain vient (enfin) d’adopter une législation réglementant le travail domestique, c’est bien le terreau sur lequel prospère le négoce des petites bonnes dont le savoir-faire et le dévouement sont tellement appréciés dans les autres pays arabes, plus favorisés économiquement.

Au point de faire dans nombre de pays arabes – voir par exemple cet article sur le site Elaph – du qualificatif de “marocaine” un synonyme de “prostituée”. Juste retour des choses : dans le jargon professionnel de la prostitution maghrébine, un “saoudien”, selon M.-E. Handman et J. Mossuz-Lavau (La prostitution à Paris, 2005), c’est un “client” !

Mariages coutumiers et mariages de plaisir (1/2) : des unions libres ?

Un film tient l’affiche depuis plusieurs semaines à Tunis : Paroles d’hommes (كلمة رجال Kelmat rjal : quelque chose comme “parole d’honneur !”). Il est l’oeuvre de Moezz Kamoun (معز كمّون), un jeune réalisateur tunisien qui s’est librement inspiré pour son scénario d’un roman, Promosport (l’équivalent du loto sportif), publié en arabe il y a quelques années par le romancier tunisien Hassan Ben Othman.

L’histoire tourne autour d’un trio d’amis, nés dans le sud du pays à l’époque de l’indépendance : un prof de fac qui se fait chasser de l’université à la suite d’un prétendu harcèlement sexuel alors qu’il ne faisait que s’opposer à la soutenance d’une thèse bidonnée, un éditeur raté et enfin un troisième larron devenu fripier grâce à la fortune ramassé au loto sportif.

A lire les journaux locaux (Al-Sahâfa ou La Presse par exemple), le public semble se reconnaître dans ce portrait d’une Tunisie assez désillusionnée. Parmi les questions de société évoquées au gré des péripéties du scénario, il en est une en tout cas qui passionne non seulement les Tunisiens mais tous les Arabes sans exception, celle du “mariage coutumier” (زواج عرفي). En effet, à un moment du film, le riche fripier, qui officie à ses heures comme imam pour la mosquée du quartier, contracte avec une des clientes de la boutique – et à sa demande, d’ailleurs – un “mariage coutumier”.

Connu également – et surtout pratiqué ! – sous le nom de “mariage de plaisir” (زواج المتعة), le phénomène, traité dans bien des films et des feuilletons, est l’objet d’innombrables articles et commentaires que l’on peut trouver sur internet. En français, on peut justement consulter (grâce à cet article reproduit dans L’Orient-Le Jour) l’opinion avisée du directeur du Cabinet du mufti de la République tunisienne. Il rappelle la doctrine classique, à savoir que cette pratique, exceptionnellement tolérée du temps du Prophète, est depuis parfaitement illicite, et même socialement dangereuse.

Quel que soit le qualificatif qui s’y accole (“traditionnel”, “coutumier”, “de plaisir”…), ces mariages ont pour caractéristique commune de ne pas faire l’objet d’un contrat en bonne et due forme, c’est-à-dire enregistré devant une autorité religieuse et/ou civile. Or, comme le rappelle le mufti de Tunis, aucun mariage ne peut être conclu, et encore moins avec la bénédiction de la religion, pour une période temporaire et donc avec le projet, à plus ou moins long terme, d’un divorce ! D’ailleurs, les “mariages coutumiers”, ou “de plaisir”, seulement passés par un accord entre les deux parties concernées, posent, à leur rupture, de nombreux problèmes. Les femmes sont naturellement les premières victimes, mais également les enfants qui peuvent naître de ces unions passagères (et qui sont, dans plus d’un pays, sans statut civil), sans parler du tissu social tout entier dont la cohésion est mise à mal par la multiplication de ces pratiques.

En effet, extrêmement marginal il y a quelques années encore, le “mariage non légalisé” – faut-il parler d’union libre ? – se répand à grande vitesse dans les sociétés arabes, signe, s’il en était besoin, qu’elles ne sont pas immobiles mais au contraires soumises à des évolutions assez violentes.

A l’origine de ce phénomène, il y a eu d’abord l’expansion du “tourisme sexuel” interarabe. Dès lors que se multiplient les séjours touristiques et/ou pour “affaires” de riches visiteurs en provenance de pays voisins, nombre de femmes sont amenées, parfois sous la pression de leur famille, à accepter des relations qui ne sont souvent que des formes de prostitution à peine déguisées. De passage dans telle ou telle ville arabe, un homme peut ainsi contracter, sous un semblant de légalité, un “mariage de plaisir” qui sera dénoué, tout aussi “légalement”, au moment de son départ, moyennant compensation financière, dans le meilleur des cas…

Economiquement liée aux fortunes de la Péninsule arabique (mais pas toujours, comme le rappelle Paroles d’hommes), cette pratique est également associée, et cela devient encore plus compliqué et plus sensible, à certaines interprétations de l’islam en vigueur dans cette région, et parfois, selon ce qu’on raconte (on ne prête qu’aux riches !) à des mouvements politiques extrémistes…

Mais ce n’est qu’un aspect car ces “mariages” ne sont pas toujours le seul résultat d’une situation économique et peuvent ressembler beaucoup à de “vraies” unions libres. En particulier lorsqu’ils sont contractés, ce qui est apparemment souvent le cas, par une partie de la jeunesse à la recherche d’un caractère légal à des “relations illégitimes” qu’elle accepte de moins en moins de repousser ad vitam aeternam faute de pouvoir les sanctionner “par les liens sacrés du mariage”.

En milieu étudiant notamment, selon cette enquête publiée sur le site islam-online, on ne manque pas d’imagination pour “contractualiser” lesdites relations. Cela va de l’enregistrement sonore conservé, en secret bien entendu, par les deux parties (“mariage à la cassette”, زواج الكاسيت) au tatouage – intime ? – scellant l’union (زواج الوشم) en passant par le “mariage au timbre” (زواج الطوابع) où le rite consiste simplement à coller un timbre, avec sa propre salive naturellement, sur le front du/de la partenaire…

Comme le précise l’article d’Islam-online déjà cité, une “solution” a même été proposée par un expert religieux yéménite, ‘Abd al-Majîd al-Zandânî (le pays est particulièrement touché par le fléau du “mariage coutumier”). Une solution qui a provoqué beaucoup de discussions et d’intérêt, par exemple au Maroc. Quant aux oulémas, ils peinent à se reconnaître dans cet avis juridique (fatwa) qui légalise ce nouveau type de contrat, un “mariage d’amis”, qui permet aux jeunes d’avoir des relations sexuelles, par exemple au domicile de leurs parents, en attendant de meilleures conditions économiques…

Pourtant, le nom trouvé par le cheikh yéménite est en soi une trouvaille : en arabe dans le texte, c’est un “friend-mariage” (زواج فريند), mot composé, comme le dit le cheikh lui-même, sur le modèle de girl-friend et boy-friend !

Petite évocation – très chaste – de la recomposition des pratiques matrimoniales dans différents pays… la semaine prochaine !

Confréries religieuses et politique(s) 2/2 : opposition et "protest songs" au Maroc


A l’image de bien d’autres confréries soufies, la Boutchichiya, dont on voit ci-dessus quelques “pauvres” (فقراء = adeptes) en pleine action, ne perd pas une occasion pour rappeler le caractère privé et même intime des pratiques religieuses qu’elle encourage. Une proclamation d’apolitisme que l’on a d’autant plus de peine à croire que certains membres se fondent sur cette attitude piétiste pour affirmer que “l’islam politique est une hérésie“.

En fait, dans la monarchie constitutionnelle marocaine où l’ouverture politique n’a pas toujours été la principale vertu, les confréries, et singulièrement la Boutchichiya, ont été autrefois un des premier véhicules d’une opposition frontale au roi Hassan II.

Dans cette enquête publiée par l’hebdomadaire politique marocain Tel Quel en 2005, Karim Boukhari retrace ainsi le “fabuleux destin” d’Abdeslam Yassine qui fut, dès les années 1970, l’un des premiers “islamistes” du Royaume.

On y apprend bien des choses sur le fondateur dans les années 1980 du mouvement Justice et bienfaisance (العدل والاحسان: traduction plus fidèle que celle que l’on trouve également, “Justice et spiritualité”), mouvement aujourd’hui dirigée par sa fille Nadia et fort, comme a pu le “découvrir” la police marocaine lors d’une descente effectuée en mai 2006, de quelque cent mille membres actifs. On y découvre notamment que le prometteur et moderniste inspecteur de l’Education nationale fut, quelques années avant de publier en 1974 un pamphlet virulent contre le roi sous le titre Islam ou déluge (الاسلام او الطوفان), un membre très influent de la confrérie Boutchichiya. Il ne s’en éloigna – faute peut-être de pouvoir espérer y jouer encore un rôle important – qu’à la suite de la nomination de l’actuel maître, fils du précédent.

Face à la montée de cet islam politique qui séduit une partie importante des masses pauvres, le pouvoir marocain est loin de se montrer hostile à l’islam piétiste incarné par la Boutchichiya. Depuis quelques années, surfant sur l’engouement que connaissent les classes moyennes dans le monde arabe et même musulman pour un soft islam édoniste et modernisé, la Boutchichiya, dans sa version piétiste traditionnelle cette fois, a le vent en poupe. Porteuse d’une vision apaisée de l’islam, la confrérie “relookée” offre une alternative à l’extrémisme. Une alternative qui mérite d’être récompensée, à tout le moins soutenue. En tout cas, c’est ainsi qu’une partie de la presse locale (voir ces deux articles – 1 et 2 – de l’hebdomadaire politique Le Journal) – a interprété l’octroi contre toute attente d’un poste important au fils du guide suprême de la confrérie nommé en février 2005 gouverneur de Berkane, son fief historique près de la frontière algérienne.

Tout récemment, la Boutchichiya a impressionné, comme en témoigne cet article en arabe sur le site islam-online, en organisant à l’occasion de l’anniversaire du Prophète (le mouled), à Madagh, capitale du gouvernorat de Berkane et de la confrérie, un rassemblement de quelque cent mille “pauvres” venus du monde entier (la Bouchichiya depuis quelques années essaime sans complexe dans l’ensemble du monde, y compris en utilisant le français comme véhicule de son message).

Radicales ou plus accommodantes avec le makhzen (مغزن : le mot, d’où provient notre “magasin”, désigne le pouvoir central au Maroc), les confréries, qu’elles veuillent bien l’admettre ou non, sont donc essentielles dans le paysage politique marocain. Mais elles sont également présentes dans le champ culturel, un champ qui n’est jamais fort éloigné du politique.

Célébrée – et récupérée ? – à Essaouira par un festival annuel de réputation internationale (la musique du portail d’accès est somptueuse), la musique “gnaoua” (ou “gnawa”) relève en effet de la tradition confrérique. Importée dans les grandes villes marocaines à la faveur de l’exode urbain, cette musique d’origine rurale, issue des anciens esclaves noirs établis au Maroc, était liée à l’origine à la transe en tant que pratique religieuse, plus ou moins curative, née de la répétition de formules religieuses et musicales.

Désormais labellisé par le cinéaste Martin Scorcese comme les “Rolling Stones de l’Afrique” (il les a intégrés à la bande son de son film La dernière tentation du Christ après les avoir découvert à travers un film, Transes, du cinéaste marocain, trop méconnu, Ahmed Maânouni), le groupe Nass el Ghiwane constitue à coup sûr LA référence d’un genre qui foisonne en artistes importants. Leur histoire mérite d’être racontée, ne serait-ce que parce qu’elle met en évidence une autre facette de l’expression politique de l’islam confrérique, tout au moins dans le contexte marocain.

Dans les années 1960, aun sein d’un quartier parmi les plus pauvres de Casablanca, celui de Hay Mohammadi, où échouent bon nombre des ruraux venus tenter leur chance dans la principale ville industrielle du pays, cinq jeunes musiciens gravitent autour d’un metteur en scène de théâtre, Tayyeb Tayyeb Saddiki, dont le travail repose sur une idée de base : récupérer le patrimoine de la culture arabe – dans ses versions “classiques” mais plus encore populaires – pour exprimer les questions de société actuelles.

C’est en fait à partir des années 1970 que les Nass El Ghiwane se font connaître. Très rapidement, la formation connaît un immense succès. Durant ces années où la protestation politique peine à se faire entendre au Maroc, c’est le moins qu’on puisse dire, le groupe invente un nouveau type de chanson militante, un protest song qui est également, musicalement, une réaction contre le style dominant et lacrymal de la chanson égyptienne. Les rythmes et les instruments sont “traditionnels” (y compris le banjo intégré aux musiques populaires marocaines depuis longtemps) mais sont repris dans un contexte totalement modernisé que souligne l’actualité des paroles (souvent à double sens). Désacralisée, la transe (حال) n’est plus fuite dans l’anéantissement divin (فناء) mais au contraire l’expression d’une révolte sociale et politique.

Frappée par la disparition de plusieurs de ses membres, dont le “mythique” Larbi Batma que les fans continuent à pleurer, le groupe subsiste, plus de trente ans après sa création. Après le succès inattendu d’une compilation récente de leurs principaux titres, le groupe vient de sortir un nouvel album (clip vidéo ici ou bien encore pour avoir les paroles en arabe en prime !), intitulé “Nahla chamla” (quelqu’un peut proposer une traduction ? voir les liens), qui reprend un long texte d’un poète du XIXe siècle.

Quelques liens.
– Un article en anglais, excellent comme tout ce que l’on trouve sur ce site (www.qantara.de, en anglais, allemand et arabe), sur les pratiques thérapeutico-musicales des Gnawas.
– La réponse à la “colle” sur le titre (Nahla shamla) est peut être élucidée dans cet entretien en français avec Omar Sayed, un des Nass el Ghiwane (merci H.Z. !).
– Sur le mouvement Justice et bienfaisance, une vidéo sur Oumma.TV de Nicolas Beau, l’auteur, avec Catherine Graciet, de Quand le Maroc sera islamiste (La Découverte, 2006). On y entend quelques vérités peu souvent rappelées sur le pays des confortables riad de Marrakech ou d’ailleurs.
– La Boutchichiya presque “en vrai” avec cette vidéo d’un rassemblement de ses disciples, sans doute à Madaghe.
– Un article en français de Khalid Benslimane qui explique bien les tenants et les aboutissants de cette révolution musicale que fut l’arrivée des Nass el Ghiwane.
– La revue d’un livre, malheureusement bien difficile à trouver, écrit par un universitaire marocain, Abdelhaï Sadik, sur les Nass el Ghiwane.

Nichane : droit au but ! Un combat d’un autre temps


Abou Horeyra* meurt et se retouve devant l’ange chargé de tirer le bilan de ses actes sur terre. L’ange regarde son ordinateur et lui dit : “L’enfer.” Abou Horayra proteste et demande à voir le Prophète. Celui-ci arrive, regarde l’ordinateur et dit : “Non, j’peux rien pour toi, l’enfer.” Abou Hourayra se met à crier, fait toutes sortes de reproches au Prophète si bien que Dieu descend à son tour. Abou Hourayra se lamente, pleure… A ce moment-là, ils lui tapent sur l’épaule et lui disent : “Regarde là-bas, t’es passé à la caméra cachée !”
(*) Compagnon du Prophète, et à ce titre personnage révéré par l’islam.

Y a-t-il de quoi fouetter un chat ? En tout cas, cela aura suffi au Premier ministre marocain, le 20 décembre dernier, pour interdire “d’exposition sur la voie publique” et de “diffusion par quelque moyen que ce soit” l’hebdomadaire qui a osé publier une blague aussi subversive, avec quelques autres du même acabit. En vertu de l’article 66 de la loi sur la presse, on a donc censuré la revue Nichane (“Direct, droit au but” : le mot, qui vient du berbère, fait partie du lexique courant marocain). Des poursuites judiciaires sont annoncées à l’encontre du rédacteur en chef et de la journaliste qui a signé le dossier car, selon les mots du procureur du roi, “l’islam est la religion de l’Etat marocain, le roi (…), l’Emir des croyants, et la publication de ces blagues, une offense aux sentiments des Marocains”. (On notera tout de même que cette interdiction arrive plus de dix jours après la sortie du numéro incriminé, et que celui qui vient de paraître s’intéresse de près à une société que possède ledit Premier ministre…)

Aux yeux de “ceux qui vont trop loin dans l’extrémisme” (المغالين في التطرف, selon un euphémisme bien souvent utilisé dans la presse locale et qui révèle avec quelle prudence on manie ces choses-là), on comprend à lire leurs protestations, avancées à grand renfort de Dits prophétiques et d’arguments tirés de la Tradition (voir le site al-Ahibba par exemple), qu’il s’agit de faire de cette affaire un mauvais remake de celle des caricatures diffusées naguère dans la presse danoise. La publication de ces blagues, où l’on se moque de Dieu, de ses prophètes et des figures les plus sacrées de l’islam, n’est qu’un épisode de plus dans l’offensive des militants de la laïcité dénués du moindre respect pour les convictions des vrais croyants. Et l’argument définitif aux yeux des censeurs, apparemment assez nombreux à en croire les forums sur internet, et en tout cas fort actifs sur ce support, consiste à mettre en avant qu’une telle horreur a été commise par des musulmans, et dans un journal MAROCAIN qui plus est !

Pour sa défense, Nichane avance le fait que son dossier, sous le titre “Comment les Marocains rient de la religion, du sexe et de la politique”, se veut avant tout un document culturel. Il s’agit de porter à la connaissance des lecteurs ce qui fait rire les Marocains. Par ailleurs, une sélection a été faire dans ces blagues qui, de toute manière, circulent largement dans la société… La rédaction présente ses excuses auprès de ceux qui ont pu être choqués, s’inquiète de de cette mesure qui menace la liberté de la presse, reproche au pouvoir d’en faire une affaire d’Etat (si l’on ose dire) en prenant une décision qui, du coup, fait craindre le pire aux journalistes concernés…

La pièce est jouée à l ‘avance, chacun des acteurs connaît son rôle par coeur, le public l’a déjà vue représentée mille et une fois (en Egypte récemment par exemple, voir le billet sur l’interdiction des “Cheikhs modernes”, ou encore les déclarations du ministre de la Culture égyptien sur le voile…) : l’opposition religieuse saisit chaque occasion de pousser son avantage sur un terrain où elle sait qu’elle surfe avec l’opinion ; les milieux “modernistes” se trouvent engagés dans une bataille où ils sont pourtant perdants à tout coup ou presque ; le pouvoir lâche du lest, en profite pour régler des comptes. Jusqu’à la prochaine fois…

Quelques remarques pour tenter d’aller au-delà de ce nouvel épisode, qui reste révélateur des tensions et des rapports de force dans le champ de la culture et des médias (les élections approchent, et pour certains cela explique la décision d’un pouvoir marocain pas fâché de donner des gages de bonne conduite religieuse à peu de frais…).

D’abord, l’existence même de Nichane – si la publication survit à cette affaire… car, aujourd’hui, son site (www.nichane.ma) est devenu inaccessible. Il s’agit d’une déclinaison en arabe, lancée à l’automne de cette année, d’un hebdomadaire francophone, Tel Quel (rien à voir avec la revue de Philippe Sollers du temps où il était maoïste mais plutôt quelque chose qui se rapprocherait, par le ton et le traitement journalistitque, de Marianne dans la presse hexagonale). Nichane est écrit en “arabe local”, c’est-à-dire dans une langue qui utilise les ressources de l’arabe standard mais également, dans son vocabulaire, ses tournures et ses expressions, celle de l’arabe marocain. Et cela, pour tirer parti, comme l’expliquait lors de son lancement, à l’automne dernier, son rédacteur en chef, de toutes les “subtilités de l’arabe”, pour montrer qu’on peut être aussi libre en arabe qu’en français, sans être nécessairement victime des “traditions figées”, ni empêtré dans un “lexique arabe, coranique et makhzénien, inhibiteur” (de makhzen, littéralement le trésor et, au Maroc, par métaphore, le pouvoir central) et que tous les “esprits arabisés” ne sont pas fatalement “calcifiés” par l’école, la télé et la mosquée…

Cette déclaration d’intention montre bien qu’écrire en arabe, et qui plus est dans une version délibérément ouverte au parler local, est une décision politique qui mêle indissociablement choix d’un niveau de langue, définition d’un public cible, ligne éditoriale et, en définitive, placement politique. Le lancement d’une version “marocarabisée” d’un hebdomadaire francophone à succès indique aussi les transformations de la société marocaine, où le lectorat n’est plus, loin s’en faut, celui des seules couches sociales francophones. Cette création et celles qui ont vu le jour récemment ou qui sont en projet révèlent enfin que le paysage médiatique marocain est en cours de réorganisation sur la base d’une logique plus commerciale et même capitalistique. Les nouveaux titres ont en effet en commun d’être bien plus associés que ceux d’autrefois à l’existence d’un lectorat et d’un marché publicitaire.

L’autre remarque que l’on peut faire (en complément du billet du 26 novembre sur les “nouveau divan des Arabes”), c’est qu’il s’agit d’un combat qui, dans ses formes tout au moins, relève du siècle dernier. Nichane est interdit et le site fermé, mais tout le monde en parle et tout le monde peut lire les blagues scandaleuses (y compris, du reste, sur les sites qui appellent à son interdiction !). Bien plus que dans la presse marocaine (fort prudente sur ce type de question, on est au Maroc tout de même…), c’est sur le Net que le lecteur curieux pourra en apprendre davantage.

Deux adresses pour cela, parmi beaucoup d’autres :
Un “agrégateur” de blogs, c’est-à-dire un blog qui repère et “agrège” le contenu de la blogosphère : c’est financé par l’agence Reuters (qui doit y trouver son intérêt…) et c’est assez passionnant.
Le “magazine des blogs au Maroc”, la même chose mais spécialisée sur le pays (le lien renvoit à la page à propose de “l’affaire Nichane”). Très bien fait également, et avec des infos impressionnantes, telle celle-ci, à propos de la blogosphère marocaine :
25-35 ans : c’est la tranche d’âge qui blogue le plus au Maroc.
20.000 : c’est la dernière estimation du nombre de blogs marocains. Maktooblog (plate-forme égyptienne en arabe) revendique à elle seule 1 540 blogs marocains.

Comme toujours, le quotidien Al-Akhbâr propose (en arabe) une couverture de l’événement de qualité (avec un portrait de la journalilste Sanâ’ al-‘äjî, et l’adresse d’une pétition en faveur de Nichane).

Et puis cette référence à un blog (par un juriste) marocain sur l’illégalité (et bien d’autres choses encore) de “l’affaire Nichane” : http://www.blog.ma/obiterdicta/index.php?action=article&id_article=12441

15/01 : Jugement rendu ce jour. 3 mois contre le directeur de la publication, et la journaliste… Voir cet article en arabe sur Islam-online (opposition religieuse).
Et voir en “commentaire” des adresses… utiles

Indigènes… chauvins !


Troupes indigènes. Troupes recrutées parmi la population indigène des colonies et des pays de protectorat (Dictionnaire de l’Académie, 1935).

Comment traduire le titre du film “Indigènes” en arabe ? On a dû se poser la question dans les rédactions arabes car le sujet était d’actualité.

En effet, comme le signalait Courrier international en résumant les articles de la presse locale, le film a suscité, lors de l’avant-première algérienne le 7 octobre dernier, beaucoup d’émotion. En Algérie, on trouve que l’oeuvre est pleine de qualités esthétiques (le réalisateur, Rachid Bouchareb, est d’origine algérienne, ça tombe bien !). Mais on trouve aussi que le scénario ne met pas suffisamment en évidence les réalités coloniales. Il aurait fallu rappeler davantage – et sur ce point, la faute incombe à Jamel Debbouze, l’âme du film – que la mobilisation des troupes coloniales fut, ne serait-ce que pour des raisons économiques, une mobilisation forcée.

La presse arabe, du Maghreb comme du Machrek, a fait ses titres sur un autre fait. “L’acteur le mieux payé du cinéma français” n’a pas assisté à cette avant-première algéroise, faute de visa. Il lui a été refusé, pour la seconde fois, par les autorités algériennes qui n’ont pas donné d’explication. (La première fois, c’était en avril, et un journal comme Liberté s’était déjà déchaîné contre “l’artiste franco-marocain” “bouffon préféré” de Mohamed VI.)

Pour une bonne partie de la presse arabe, au Maghreb et ailleurs, la raison de ce refus est évidente : l’acteur français est d’origine… marocaine ! Cette indigène-là est marocain, et en plus, comme le rappelle nombre de commentaires, un Marocain qui n’a jamais caché sa “marocanité”, ce qui, en dialecte politique local, signifie qu’il estime comme tous les participants de la Marche verte que la province la plus méridionale du pays s’appelle le “Sahara occidental” – et non la “République sahraouie”, comme on s’obstine à le penser juste à côté !

Sur la Toile marocaine, un article au style flamboyant et dont le titre est déjà tout un programme (“Show rédactionnel algérien aux allures d’une chasse à courre”) raconte ainsi que les Algériens ne sont vraiment pas à la hauteur de la traditionnelle hospitalité arabe que les Marocains accordent généreusement aux vedettes algériennes, à commencer par Chebb Khaled et Chebb Memi… En Algérie, il y aura eu tout de même Al-Watan pour critiquer la mesure officielle en demandant, non sans humour ni perfidie, si on interrogerait Zidane, la prochaine fois qu’il reviendrait dans son pays d’origine, sur ses idées politiques (à propos de la Kabylie par exemple…)

Une fois de plus, le cinéma, l’art se trouvent donc pris dans les jeux politiques. Pourtant, à en croire certains “analystes”, c’est encore plus compliqué que cela. Si l’acteur comique est personna non grata en Algérie, c’est en fait parce que, dans ce pays, on ne se vend pas à l’ancien colonisateur !

Une explication ? “Indigènes” a été tourné au Maroc (Ouarzazate), où on lui a accordé un soutien financier, parce que l’acteur principal jouit de l’admiration et de l’amitié du souverain chérifien. (On le voit sur cette photo recevoir l’hommage de son illustre sujet franco-marocain…)

Or cet acteur est également au mieux avec Chirac (d’ailleurs, regardez cette photo très compromettante – surtout pour madame Chirac ! – dont la presse du Golfe donne une version plus prude). Par conséquent, toute cette affaire, y compris avec la “gratification” (enfin) donnée aux anciens combattants “indigènes”, n’est rien d’autre qu’un coup politique pour sauver le soldat Chirac !

“La fraternité des peuples marocain et algérien finira par s’imposer”, écrit Abdelkrim El Mouss dans l’article mentionné ci-dessus. Ce n’est pas certain, surtout si les Français (y compris d’origine arabe) s’en mêlent !

Mais au fait, comment la presse arabophone a-t-elle traduit le titre du film ?
Al-Khaleej (quotidien du Golfe) s’en tire facilement avec al-indîjîn . On se demande ce que comprennent les lecteurs locaux, plutôt anglophones ! D’autres rédactions ont proposé “les habitants, les gens (الأهالي). Une telle traduction gomme totalement le fait qu’il y a bien des “gens du coin”, mais également d’autres, venus d’ailleurs et qui les traitent justement d’indigènes !

Les “habitants d’origine” (السكان الأصليون), une solution souvent adoptée, est sans doute meilleure, mais elle ne dit rien non plus du scandaleux retournement opéré par le mot français qui reconnaît, certes, des “habitants originels” mais, d’une certaine manière, pour les mettre à la porte dès lors qu’ils ont reçu ce terme : aux “indigènes”, les premiers habitants, sont venus se subsituer d’autres…

La dernière solution est intéressante : badawiyun (بدويون), “les types du coin, un peu ploucs”. Le terme choisi rend cette fois-ci la différence hiérarchique, le sentiment de supériorité présent derrière le terme français. Mais le mépris (au mieux inconscient) du colon français à l’encontre du plouc colonisé n’est tout de même pas celui de la langue actuelle, celle d’un citadin cultivé, journaliste par exemple, qui pourrait utiliser ce mot pour désigner avec un peu de condescendance les culs-terreux un peu arriérés.

Dans un article intitulé “De la colonisation à l’immigration”, Le Monde évoque un colloque sur cette question et cite les propos du “Britannique Alec Hargreaves, professeur à l’université d’Etat de Floride, [qui] a consciencieusement appuyé là où le bât blesse, procédant à l’autopsie d’une spectaculaire disparition, celle du mot “colonial”, du champ lexical de l’Etat.

“C’est, a-t-il martelé, au moment de la décolonisation que la “francophonie” remplace la “mission civilisatrice”, que les “Arabes” disparaissent au profit des “Maghrébins” et que les anciens colons (…) deviennent des “rapatriés””, alors que la plupart n’ont jamais vu la France.