Le « vrai islam » sur Internet (2/2) : des musulmans bisounours

how_2_b_a_good_muslim_husband_by_nayzak-d3ambo6

Avec la guerre (presque) officiellement lancée contre l’Etat islamique, on peut imaginer que de belles perspectives s’ouvrent désormais à ceux et celles qui sauront vendre une image positive de l’islam, capable de détourner les plus faibles des croyants des mauvaises influences. Compte tenu du succès remporté sur les réseaux sociaux par les vidéos gore des serial killers de Daesh, sans aucun doute, il y a du pain sur la planche.

Au vu de la production disponible, on peut dire que la bataille n’est pas gagnée ! J’avais signalé dans un billet écrit en mai dernier la diffusion, sur Internet, d’un court-métrage d’une quinzaine de minutes du Saoudien Abdul-Rahman Ayeel. Une commande, à l’évidence, qui ambitionnait de prévenir la jeunesse saoudienne contre les pièges mortels de l’engagement auprès des extrémistes de Daesh. Près de quatre mois plus tard et en dépit des relais médiatiques, le compteur de YouTube n’atteint toujours pas les 150 000 visionnages : une misère ! On l’a vu la semaine dernière : les propositions de l’Etat islamique, c’est un fait incontournable même s’il est difficilement quantifiable, suscitent un vrai courant d’adhésion auprès de certaines fractions de la jeunesse musulmane, et ce n’est pas ce type de message qui suffira à lui faire changer les idées.

Mais il y a pire encore. Depuis ramadan 2011, un « groupe » de personnes qu’on imagine musulmanes (on n’en sait pas plus sur leur identité) s’est donné pour mission de combattre le radicalisme. Avec des moyens qui ne sont tout de même pas ridicules, le site Ummati.me (le suffixe « me » correspond au Montenegro mais les adresses sont gérées par une société privée) propose une série de messages pour tenter de calmer les fureurs qui travaillent la nation musulmane. Le cœur plein de bonnes intentions (9loub bayda en arabe), Ummati propose à la majorité silencieuse des musulmans modérés de s’unir contre le terrorisme.

Les couleurs sont douces, la mise en page aérée avec quelques phrases tirées des meilleurs auteurs (musulmans ou non) et des vidéos aussi belles que des films publicitaires ; le jingle slogan n’est pas mal trouvé : « C’est moi le/la musulman/e » (ana huwa al-muslim/a). Une phrase déclinée en toutes sortes de versions, selon les meilleures règles du marketing : « Je crois en l’humanisme, c’est moi le musulman. J’apprends à mes enfants que la terre se nourrit de sueur, pas de sang, c’est moi…, Je m’exprime en toute liberté, je fais le jihad pour la vie, pas pour la mort, c’est moi, etc. »

Les femmes ne sont pas oubliées naturellement, bien au contraire. Le message est unique mais les pays et les accents varient (pas grand’chose pour le Maghreb tout de même). On veille à montrer la religion dans sa diversité, toutes écoles et tendances (furieusement adversaires aujourd’hui) confondues. Les spots se suivent et se ressemblent, qui assènent touts le même message (traduction après la vidéo) :

Caméra subjective qui révèle une banlieue pauvre en épousant le regard de celui qui sera le personnage central (l’homme du Golfe qui distribue les bienfaits). Des enfants se précipitent sur une voiture – camp pauvre, groupe majoritairement composé de femmes (les têtes sont couvertes) et d’enfants, en plus du personnage central en blanc (dashdasha d’un pays du Golfe). Il distribue des pains (libanais). En voix off : Je fais le jihad pour la vie, pas la mort, c’est moi le musulman.
(11′) Un imam (chiite, accent irakien), architecture de type persan : J’enseigne que la religion est ouverture et pas monopole individuel. C’est moi le musulman.
(19′) Enseignante dans une classe (accent tunisien ?) : J’encourage la liberté de pensée, pas le takfir (l’exécration des mécréants), c’est moi le musulman.
(26′) Quartier ancien pauvre, l’accent pourrait être syrien, enfants qui jouent, cheikh clairement sunnite, travelling jusqu’à jeune guitariste au milieu d’enfants (La musique devient de plus en plus présente)  : Je sais que la diversité enrichit… [Suite du message inaudible.]
Slogan : Je fais front à l’extrémisme, c’est moi le musulman.
Second slogan : Une oumma montante (le nom de la campagne) désavoue l’extrémisme.

Le califat islamique, ce n’est pas le pays des bisounours ! Pour réduire l’attraction de l’extrémisme, il faudra autre chose que des belles images. S’attaquer à ce qui l’a nourri pendant des années par exemple…

L’unité arabo-musulmane en direct à l’antenne !

Le lieu et le temps importent pour le texte dont je propose ci-dessous la traduction intégrale (et assez littérale). Il s’agit d’un éditorial non signé, publié mardi 29 juillet dans le quotidien Al-Quds al-‘arabi, anciennement indépendant, national-arabe pro-palestinien et désormais passé sous financement qatari, son rédacteur en chef, Abdel-Bari Atwan, ayant été prié d’aller voir ailleurs

Au lendemain de la fête de rupture du jeûne, et tandis que l’armée israélienne livre à Gaza ce qu’on pourrait appeler sa traditionnelle “guerre d’été”, accompagné par l’assourdissant silence des “pays frères” et de la “communauté internationale”, l’auteur offre sa vision toute personnelle de l’histoire politique arabe récente.

J’ai choisi de livrer ce texte sans autre commentaire, mais il va de soi que je ne me reconnais pas dans un point de vue qui mériterait bien des commentaires (bienvenus pour autant qu’ils restent dans les limites admises dans ce blog). J’ai malgré tout souhaité en proposer la lecture, tant il est représentatif de l’offensive idéologique visiblement à l’œuvre au sein de médias dans l’orbite des pays du Golfe. Avec ses nuances particulières marquée du sceau qatari (coups de griffe à l’Algérie et à l’Egypte par exemple), cette étrange anayse montre bien comment le devenir du projet politique (de l’utopie ?) arabe, quelles que soient ses formes, constitue le principal enjeu du dérèglement total que traverse le système régional.

L’unité arabo-musulmane en direct à l’antenne ! (الوحدة العربية ـ الإسلامية على الهواء مباشرة!)

Nombreux sont les facteurs qui ont convergé pour permettre que se lève l’étendard du nationalisme1 dans le monde arabe, après la formulation de ce concept en Europe, en réaction au colonialisme auquel ce monde arabe était soumis et comme une alternative à la dissolution du califat par les Turcs. On vit alors se multiplier les appels à la création d’un grand Etat arabe unifié, capable de réunir les potentialités économiques, politiques et naturelles de la région afin de la rendre capable de rivaliser dans la compétition de la Renaissance2 moderne.

Après l’échec de la Révolution arabe3 conduite par le chérif Hussein et la mise en place d’une nouvelle carte politique à laquelle Britanniques et Français contribuèrent pour l’essentiel, arriva la retentissante Nakba palestinienne, désastre qui donna plus de force encore aux appels nationalistes et qui donna corps à une dynamique idéologique créant au sein des populations arabes l’espoir d’une unification pour affronter Israël et même pour lui infliger une défaite et, à côté de cet objectif de libération de la Palestine, pour réaliser d’autres ambitions telles que la modernité, la justice sociale et le développement.

Ces appels furent lancés par des mouvements tels que ceux des Nationalistes arabes, du parti Baath, du Parti social nationaliste syrien4, du Parti du l’union socialiste arabe, etc.). Conjointement à une intervention grandissante de l’armée, ces mouvements réussirent, en s’alliant ou en se faisant les théoriciens de nombre de renversements (qu’on appela « révolutions »), à s’installer au pouvoir dans des pays régionalement importants, dotés d’une longue histoire civilisationnelle – la Syrie, l’Egypte, l’Irak, le Yémen, la Libye (chose qui, d’une manière générale, n’a pas été suffisamment méditée). Une fois bien établie l’alliance idéologique de ces pouvoirs avec les militaires, ces différents pays lancèrent, sur un mode bilatéral ou parfois trilatéral, des tentatives d’unification qui, toutes, se soldèrent par un échec retentissant.

Ces pays – auxquels il faut ajouter le Soudan, la Mauritanie et l’Algérie – se tournèrent toujours davantage vers des régimes totalement dictatoriaux, faisant usage des appareils de l’Etat (armée, police, services spéciaux…) pour soutenir le leadership d’individus ou de familles régnant sur de vastes fabriques à corruption et cherchant le plus souvent à transformer ces républiques « révolutionnaires » en royautés mais sans avoir les vertus propres aux royautés et aux émirats lesquels offrent en général à leur population un minimum de développement, de bien-être, de sécurité et de stabilité (même si on a vu qu’ils pouvaient eux-aussi sombrer dans la corruption, la répression et la violation des libertés politiques).

Non seulement ces pays sont allés droit dans le mur mais en plus, et alors qu’ils se voulaient unitaires, ils ont réussi à créer d’épouvantables antagonismes dans leur voisinage immédiat (l’Irak avec le Koweït, la Syrie avec le Liban et la Palestine). Ils ont même réussi à créer la discorde au sein de leur population, et à la transformer en fractions se combattant les unes les autres sur des bases ethnico-confessionnelles ou doctrinaires.

Depuis 2010, les peuples arabes s’efforcent de briser ce mur mais les régimes ont fait front commun contre les révolutions : les services de sécurité égyptiens ont repris les rênes du pouvoir et le président syrien a noyé son pays dans un bain de sang, tandis que le Yémen et la Libye se tiennent sur le bord du gouffre sous l’effet de nombreux facteurs internes et externes ; l’Algérie quant à elle a réussi à échapper à cette révolution et elle a même été depuis le début de ce Printemps arabe une des places-fortes des courants opposés au changement.

Cette lutte complexe entre les forces du changement et la contre-révolution a ouvert le monde arabe à l’intervention de forces régionales et mondiales, et en particulier à l’Iran, présent en force au Yémen, en Irak, en Syrie et au Liban, ainsi qu’à Israël, qui poursuit sans relâche ses massacres et ses guerres sans vainqueur possible. Malgré ces luttes aux finalités parfaitement évidentes, la mécanique rouillée de l’idéologie nationaliste a sournoisement continué à fonctionner, tantôt au profit de l’ancienne tyrannie, celle des régimes dictatoriaux, tantôt au service d’une nouvelle, celle de Daesh [EIIL : Etat islamique en Irak et au Levant] et de ses pareils.

On continue par conséquent à subir l’influence des idéologies nationalistes, lesquelles se font sentir désormais à travers des groupes qui lèvent l’étendard des idéologies islamiques alors même qu’ils sont en réalité un mélange d’idéologies et de pratiques héritées des « réalisations » des régimes arabes caricaturaux associées à une représentation maladive de l’islam nourrie des apports pernicieux de la « modernité » occidentale avec ses jeux criminels, ses tueries à l’aveugle sur Play Station et sa pornographie internet.

Le résultat, c’est une explosion des limites de l’imaginaire et de la géographie. Des groupes se déplacent à travers les frontières, brisant les lois les mieux établies de la religion, de la politique et de la géographie. Au-delà des régimes, ils se meuvent dans une unité arabe (et islamique) qui, au propre comme au figuré, dépasse les frontières pour empêcher la révolution de s’étendre jusqu’à leur trône. Attirés par le carnage, des extrémistes de tout poil, venus au prétexte de défendre l’islam ou les sanctuaires de leur confession, ont achevé de faire avorter le projet des peuples.

Vraiment, une belle unité arabo-musulmane !

  1. Qawmiyya, panarabisme ou nationalisme unitaire arabe, à l’échelle de la région, à différencier, comme dans l’ensemble du texte, du national-étatisme d’un pays en propre. []
  2. L’auteur utilise le terme nahda, utilisé pour évoquer l’entrée de la région dans l’époque moderne à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. []
  3. Traduction mot à mot de l’événement historique connu en français sous le nom de « Révolte arabe » []
  4. Egalement connu sous le nom de PPS, parti populaire syrien. []

FIFA et fitna (2/2) : Viva Palestine!

A Palestinian protester holding a Palestinian flag heads a soccer ball next to Israeli border police during a demonstration outside Israel's Ofer military prison
Israeli border, during a demonstration in solidarity with hunger-striking Palestinian prisoners held by Israel, near Ramallah, June 11, 2014.

(Suite de la chicha et le châcha.)

Il n’aura pas échappé aux vrais fans du monde arabe qu’au classement officiel de la FIFA – cogéré par Coca-Cola ! – l’Arabie saoudite et le Qatar sont en baisse (respectivement de 15 et 5 points), alors que la Palestine, grâce à sa qualification historique pour la finale de la Coupe d’Asie, fait un bon en avant de 71 points. Quand les nouvelles du terrain sont aussi mauvaises pour eux dans la région, les nationalistes arabes se réjouissent forcément de cette victoire acquise sur les terrains de foot !

Absente de la compétition sportive qui occupe aujourd’hui tous les esprits, la Palestine n’en est pas moins très présente durant ce Mondial brésilien. Alors qu’elle avait été annoncée il y a longtemps déjà, la participation de Mohamed Assaf aux cérémonies d’ouverture aura finalement été annulée au dernier moment. « Des Etats et des acteurs inconnus » se sont en effet ligués pour empêcher la présence, lors de cet événement suivi dans le monde entier, de la star de Gaza, dernier vainqueur en date de l’émission Arab Idol. Malgré le soutien de la Colombienne Shakira (née d’un père libanais), il a donc été exclu de la grande fête.

Le patron de la FIFA, Sepp Blatter (seize ans de pouvoir, une longévité de caudillo arabe, et il sera peut-être encore en place pour le Mondial qatari en 2022), lui a tout de même accordé un strapontin sur le podium en l’invitant à ouvrir le congrès des instances mondiales du foot, qui s’est tenu au Brésil juste avant le Mondial. L’occasion pour la vedette arabe de marquer des points en lançant, à l’issue de sa prestation musicale, un vibrant Viva Palestine que les médias comme il faut ont largement ignoré ! (C’est sur cette vidéo, tout à la fin, 6′.)

Autre victoire palestinienne lors de ce congrès, le (pourtant très modéré) Jibril Rajoub, a obtenu qu’on adresse un sévère avertissement contre la fédération israélienne. Pas le carton rouge, synonyme d’exclusion dont rêvait le patron du foot palestinien car il y a eu des désistements de la part de représentants arabes et musulmans (on n’a pas les noms malheureusement). Mais les Israéliens restent tout de même sous la menace d’un rapport qui doit être examiné lors de la prochaine réunion de la FIFA au Maroc, en décembre prochain.

Il faut dire que cela fait des années que les Israéliens tacklent sévèrement le foot palestinien (document très complet sur la question, mais en arabe). Tout est bon pour gêner les prestations de leurs adversaires : train-train habituels des brimades en tout genre pour empêcher l’amélioration de stades, la venue d’équipements et même d’entraîneurs de l’étranger, sanctions contre des clubs au prétexte de quelques emblèmes nationaux brandis dans les tribunes par des supporters palestiniens et surtout, beaucoup plus grave, entraves aux déplacements des joueurs, y compris lorsqu’ils doivent se rendre à l’étranger pour des compétitions officielles. Preuve que les Israéliens sont loin de jouer fair-play, il leur arrive même de tirer à balles réelles dans les jambes de footballeurs (en arabe)…

Présente au Mondial, la Palestine l’est également grâce au beau parcours de l’Algérie. D’abord, parce que les Palestiniens s’identifient naturellement à la seule équipe arabe : ils se font d’ailleurs taper dessus à Jérusalem lorsqu’ils ont le malheur de sortir le drapeau algérien : supporters arabes en France, vous êtes prévenus;-). Mais aussi parce que les joueurs algériens ont manifesté de toutes sortes de manière leur nationalisme et leur soutien sans faille à la cause palestinienne. Après le match nul contre la Russie, sésame pour le tour suivant, leur vedette, Soufiane Feghouli, s’est ainsi fendu d’un tweet pour dédier la victoire aux Algériens et aux Arabes, et tout spécialement aux Palestiniens.

Un message qui s’inscrit dans une grande vague de réconciliation arabe et qui rompt totalement avec ce que l’on observe depuis des mois dans la région. Alors qu’on se déchire joyeusement entre « frères arabes » depuis des mois et même des années, la fête du foot est l’occasion de quitter les drames à répétition de la fitna. Côté tribunes officielles, Bouteflika applaudit une équipe qui n’a pas déçu les espoirs arabe, musulmans et africains, tandis que ses coéquipiers dans l’équipe des dirigeants régionaux lui ont fait part de leurs félicitations officielles. Côté tribunes populaires, les supporters ne manquent pas une occasion d’exprimer leur attachement à la grande nation arabe. Brandissant drapeaux palestiniens et agitant des keffiehs, ils font résonner les stades brésiliens de leur chanson fétiche Shouhada Filastine (Martyrs de Palestine, paroles en arbizi ici). Même le très saoudien Elaph entre dans la partie en saluant la cohésion charnelle (talâhum) du peuple des supporters arabes !

gazagraffiti
Graffiti à Gaza à la gloire de l’équipe algérienne.

Oubliées les vieilles querelles fratricides ! Les Egyptiens se sont mis à soutenir ceux qui les ont pourtant éliminés des qualifications au Mondial, une vraie crise pas totalement diplomatique à l’époque ! Quant à ceux qui cherchent à semer la zizanie, en soulignant par exemple que c’est un Marocain (d’origine) qui a fait perdre l’Algérie (2-1 pour les Belges), le public n’est plus avec eux. Lorsque des excités ont voulu se venger en brûlant le drapeau marocain, Soufiane Feghouli a remis la balle au centre : ce milieu de terrain, un ancien international français qui a opté pour l’équipe nationale de son pays d’origine, a montré l’excellence de sa vision du jeu politique en remerciant les supporters du pays voisin par une photo, prise devant son hôtel, où on le voit avec le drapeau marocain.

Comme personne ne l’ignore ou presque, le prochain match contre les Allemands est l’occasion, pour les Algériens, de réparer l’injustice flagrante d’un match « arrangé » avec l’Autriche qui les avait éliminé en 1982 malgré leur victoire contre les « machines germaniques » (c’est souvent ainsi qu’ils sont présentés dans la presse arabophone, et il y a même une page Facebook !) Si les « Fennecs » devaient l’emporter, on n’a pas fini d’entendre parler de la Palestine au Brésil !

Viva Filastin !

On a commencé avec le classement FIFA-Cola, on terminera sur la même note ! En prime, cette hallucinante vidéo de promotion à la gloire des footballeuses palestiniennes et (fort bien) réalisée par (la branche palestinienne de) la société Coca-Cola ! Ne cherchez pas une allusion directe à l’occupation israélienne, il n’y en a pas ! Mais Coca-Cola/FIFA sauvera le monde (arabe)…

Chicha et châcha (1/2) : comment regarder le Mondial quand on est arabe ?

palestinbein

Alors que tout va mal, le Mondial offre aux Arabes qui aiment le foot – et ils sont nombreux – une parenthèse bienvenue, entre chicha et chacha, comprendre entre narguilé et écran. Pourtant, plus que jamais, le foot, surtout depuis qu’il a fait l’objet d’une énorme OPA qatarienne, est une affaire où fric rime avec politique. Avec, par exemple, ces commentaires dans Al-Akhbar à propos de l’inflation, ridicule à plus d’un égard, d’invocations divines de la part des journalistes commentant les matchs ! Exaspéré par toute cette bondieuserie totalement déplacée à propos des prénoms des joueurs et des interventions divines dans le cours de la partie, Ahmad Mohsin demande si on s’interroge sur TF1 pour savoir si Yohan Cabaye va ou non à la messe le dimanche !

En principe – mais il y a des exceptions comme on le verra, pas moyen d’échapper à la main-mise qatarie sur le football mondial si on est arabe. Hormis les richards du Golfe, et l’Algérie (seul pays arabe qualifié) qui a dû sortir 30 millions de dollars pour offrir à son peuple 24 matchs, les téléspectateurs qui veulent suivre la compétition doivent faire leur bay’a (acte d’allégeance) à l’émir du Qatar, propriétaire de beIN (ex-Jazeera sport), détenteur exclusif mondial des droits du Mondial. Pour cela, il faut acheter une petite boîte magique, un décodeur violet, pour une somme qui varie entre 230 et 280 dollars selon les pays (voir ici). Et le Qatar a mis le paquet pour décourager les plus habiles des pirates qui se sont apparemment cassés les dents sur le code qu’ils ont mis en place pour protéger leur business.

Du coup, les téléspectateurs arabes pour lesquels un tel investissement n’est même pas envisageable, et ils sont nombreux, ont recours au système D (quand ils ont de l’électricité naturellement, et pas des bombes sur leur toit ou devant leur porte). Les bons vieux « rateaux » à l’ancienne, avec des bricolages pour pousser leur portée, ont repris du service dans certaines zones de Jordanie, de Syrie ou du Liban, et de Cisjordanie naturellement, pour « pomper » les retransmissions de la chaîne israélienne.

Pour les puristes, un bon match se passe de commentaires paraît-il mais pour ceux qui souhaitent les entendre en arabe – et c’est vrai que cela peut faire beaucoup pour l’ambiance – les Palestiniens ont trouvé une solution assez amusante : désormais, à côté de la télé, il y a un poste radio, branché sur une station locale – laquelle diffuse la bande son « officielle » sur beIN ou, mieux encore, son propre commentataire en bon arabe palestinien !

Il y a d’autres solutions, à l’échelle de toute la région cette fois. Dans certains cas, on pirate les retransmissions des pays riches, en « récupérant » les signaux satellitaires moins difficiles à décrypter, sur Hotbird par exemple. Plus simplement encore, on peut se rendre – cela fait partie du plaisir – dans un des lieux publics, cafés ou restaurants, qui ont acheté une licence. En principe, les Qataris, qui ne font pas de cadeaux, font payer ce type d’abonnement plus cher mais, dans les circonstances actuelles, il y a pas mal d’endroits où il y a assez peu de chance que les inspecteurs viennent mettre les pieds !

En Syrie par exemple, il y a assez peu de risque qu’on les voit, et les cafés branchés de Damas ont retrouvé, pour la première fois depuis trois ans, un peu d’animation nocturne (ça n’est pas le cas à Alep, vous l’aurez deviné). Avec même un rite un peu particulier, qui consiste à manifester ses sentiments politiques, en affichant ou non les drapeaux nationaux des équipes en compétition. Impensable bien entendu d’arborer un drapeau d’une nation « ennemie » (la France au hasard!) : en pareil cas, c’est l’emblème national syrien qui s’impose ! Un moment tenté de pirater le Qatar, qui n’est plus vraiment un pays frère, les Syriens avaient envisagé de passer la compétition sur une chaîne nationale ou “semi-privée” (c’est-à-dire privée, mais à quelqu’un bien vu du régime, selon la définition régionale la plus commune du secteur privé). Il a dû craindre les foudres du Qatar (et il n’a pas tort sans doute), et peut-être aussi celle de la FIFA qui n’hésitera pas à sortir le carton rouge pour les pays qui ne respectent pas les règles du jeu mondial des droits audiovisuels. Du coup, c’est une chaîne créée de toutes pièces, juste pour la durée de la compétition, qui retransmet les matchs.

Malgré tout, la solution libanaise pour regarder le Mondial malgré l’embargo qatari est encore plus surprenante. Comme la colère publique commençait à monter chez les spectateurs qui, malgré les combines diverses et variées, n’arrivaient pas à s’offrir leur dose de foot, ce pays sans président, a trouvé une combine politique presque aussi subtile que le fameux « pacte national » de l’été 43. Résumé par un titre de L’Orient-Le Jour, la solution libanaise a consisté à imaginer un accord qui réussit à légitimer le secteur très juteux du piratage télévisuel. En d’autres termes, l’Etat, en ponctionnant les sociétés locales de téléphonie, a choisi de payer la société privée Sama, détentrice exclusive de la revente des droits de diffusion du Mondial dans le pays. Mais attention, on est au Liban, et ce ne profitera pas à Télé-Liban. Non, dans son étonnante créativité politique, l’exécutif libanais a choisi de laisser cette diffusion se faire par l’intermédiaire des distributeurs dont les câbles (totalement illégaux et courant dans tous les sens) fournissent à ceux qui paient un abonnement (totalement illégal lui aussi) d’une vingtaine de dollars par mois.

Tant pis si Télé-Liban, la chaîne nationale, est captée par tout citoyen du pays (pourvu qu’il ait de l’électricité ou qu’il ait payé la facture au fournisseur privé du générateur local). Et cela y compris dans les zones rurales et/ou pauvres où il n’y a pas de trafiquants d’images télévisées. Tant mieux pour les distributeurs illégaux. Et bravo à la société Sama dont les sponsors locaux, qui ont failli ne pas faire une bonne affaire car on ne se précipitait pas au Liban pour payer ces abonnements jugés trop chers : avec ce tour de passe-passe, ils voient leurs investissements récompensés ! Pas tout-à-fait « légitimement » mais quand même ! Le Liban, champion du monde de la combinazione politico-financière !

(La semaine prochaine, on s’intéressa davantage à la compétition.)

Omar et Ali sont dans un bateau… (Tania Saleh, Wehdé)

taniasaleh

Comment ne pas désespérer du monde arabe et de ses horreurs à répétition ? Peut-être en se mettant à son écoute, comme on essaie de le faire dans ces chroniques depuis pas mal de temps déjà, en donnant à entendre quelques-unes de ses voix, même si elles semblent hurler dans le désert. Dans l’abattement d’un lundi en quête d’un billet qui ne serait pas totalement pessimiste, un courriel m’est venu d’une amie, qui ne se résout pas au « malheur d’être arabe ». Quelques lignes, renvoyant à un lien sur Internet, une chanson de Tania Saleh intitulée Omar et Ali.

La chanson appartient au second CD de Tania Saleh (تانيا صالح), réalisé en avril 2011, neuf ans après sa première expérience en studio, à un moment où le monde arabe vibrait de l’espoir d’un changement. Un disque que la chanteuse libanaise, qui disait alors son bonheur de penser à l’avenir du monde arabe avec plus d’optimisme, avait choisi d’intituler Wehdé (Unité, prononcé à la libanaise, en référence à la naissance du Liban indépendant comme elle l’explique sur son site).

A l’image d’une très grande partie de la musique alternative arabe, Tania Saleh « invente » une tradition musicale qui associe enracinement dans les modèles locaux (ne serait-ce que par la réinterprétation de thèmes du patrimoine populaire) et emprunts aux musiques du monde, américaines en particulier (le folk et le jazz, au nord, et plus récemment les rythmes latins du Sud). Comme cette musique alternative également, Tania Saleh renouvelle la chanson politique, en délaissant un engagement trop étroitement militant au profit d’un discours ironique et même caustique. Marquée sans doute par ses premières collaborations avec Ziad Rahbani, elle préfère, ainsi qu’une bonne partie de la création contemporaine arabe, manier l’humour et la dérision (comme on le voit sur la pochette de son CD, en illustration ci-dessus).

Avant de vous laisser découvrir sa chanson, Omar et Ali (deux prénoms bien entendu « emblématiques » – si on peut l’écrire ainsi – des sunnites et des chiites), sachez qu’elle a lancé une souscription sur Zoomal (ceux qui ont de l’argent), un site de financement communautaire. Trop tard pour y participer, c’est déjà largement couvert, ce qui est le signe que sa voix, et toutes celles qui se reconnaissent en elle, existent tout de même, quelque part. Voilà au moins une bonne raison d’espérer, à défaut de rêver qu’elles se fassent entendre tout de suite…

En dessous de la vidéo, les paroles en arabe (trouvées sur le site Enfants de Tripoli, une ville qu s’y connaît pour ce genre de problèmes !), et un essai de traduction de ce texte écrit, comme la quasi totalité des chansons de Tania Saleh, en pur « libanais » :

Omar, parle avec Ali يا عمر كلّم علي
Allez, lève-toi, viens lui dire bonjour قوم اوقف سلّم علي
Il vient du bout du monde جايي من آخر دني
Allez, debout, c’est pas une affaire ! اوقفلو مرة شو عليه
Omar, parle avec Ali يا علي كلّم عمر
Il est là, il te tend la main واقف و مادد إيديه
Approche un peu قرّب فشخة يا علي
Fais-lui un gros bisou قرّب بوسو من عينيه

Tu ne peux pas rester avec lui لا قادر عايش معه
Mais tu ne peux pas te passer de lui ولا فيك تكفّي بلاه
Allez, on arrête ça, venez حلّو هالقصة تعو
On n’a pas besoin de problèmes en plus ! مش ناقصنا بلبله

Tous les grands livres venus du ciel كل الكتب المنزله
Tous les prophètes envoyés كل الرسل المرسله
Ont dit que la solution c’était de s’aimer قالو الحبّ هو الدوا
C’est comme ça qu’ils ont réglé le problème و حَلّو كل المسألة
Omar, parle avec Ali يا علي كلّم عمر
Le monde c’est un village العالم صار حارة صغيرة
Et ça se joue dans la cour des grands  لقضىيس و اللعبة لعبة كبيرة
Tu veux jouer Omar ? بدك تلعب يا عمر
Ben il faut le faire avec Ali لازم تلعب مع علي
Allez Ali, pas de hurlements يا علي بلا ولوله
Allez Omar, pas la peine de jouer le petit homme يا عمر بلا مرجله
Que Dieu punisse celui qui a été méchant avec toi, avec toi et avec lui الله يجازي اللي بلاك
يلي بلاك و إلي بلاه

Avec toi et avec lui ا
يلي بلاك و إلي بلاه

Abdel-Bari Atwan : les médias arabes et les puissances du Golfe

atwanQuoi qu’on pense de lui, pour ses qualités ou à cause de ses zones d’ombre (dont certaines apparaissent assez clairement tout à la fin de l’entretien traduit par mes soins ci-dessous), Abdel-Bari Atwan (également Atouane عبد الباري عطوان) reste une des très grandes figures de la presse arabe contemporaine. Avec Azmi Bishara, lequel défend des options politiques pour le moins très opposées, il est sans conteste une des figures palestiniennes les plus connues, voire les plus écoutées, dans l’opinion arabe “informée”. Fondateur et rédacteur en chef de Al-Quds al-‘arabi (Jérusalem arabe), un quotidien panarabe défendant une ligne nationaliste et aussi indépendante que possible dans le contexte des médias arabes (voir ce qui est dit ci-dessous à ce sujet), Abdel-Bari Atwan s’est fait “débarquer” assez brutalement en juillet dernier. Mais il continue à faire entendre sa voix sur Rai al-youm (L’Opinion du jour), le quotidien en ligne qu’il a fondé, toujours depuis Londres, peu de temps après (ses éditoriaux y sont généralement traduits en anglais, la veille ou le surlendemain de leur parution).

Publié il y a quelques jours par Al-Akhbar sous la signature de Mustafa Mustafa, cet entretien est déjà exceptionnel en soi tant il apparaît qu’Abdel-Bari Atwan, en particulier depuis sa démission/éviction, est ostracisé par une très grande partie des médias arabes (bien qu’un de ses ouvrages, L’histoire secrète d’Al-Qaïda , soit traduit dans quelque 32 langues paraît-il). Mais l’intérêt de ce texte est de lever (un peu) le voile sur les pratiques en cours dans le monde des médias arabes. En mettant en perspective les évolutions depuis un quart de siècle, en fait depuis la création d’Al-Quds al-‘arabi en 1989, Abdel-Bari Atwan évoque surtout la “golfisation” toujours plus manifeste de ces médias, avec les conséquences qu’on imagine, notamment pour ceux qui, comme lui, défendent un ligne nationaliste arabe.

Malgré le succès de Rai al-youm (200 000 visiteurs par jour) et la place qu’il conserve sur la scène publique (400 000 “suiveurs” sur Twitter), Abdel-Bari Atwan incarne malgré tout une époque des médias arabes qui appartient presque déjà au passé. Parmi les enseignements des événements dont la région est le théâtre depuis trois ans, il y a la mise en évidence du rôle pour le moins très ambigu que jouent les grands médias régionaux et même nationaux (on peut penser à la manière dont la presse égyptienne se vautre, sans la moindre distance critique, aux pieds du futur raïs). Comme partout ailleurs sans doute, mais de manière plus manifeste dans cet ensemble régional particulièrement déséquilibré au niveau des rapports entre données démographiques et puissance financière (les pays les plus peuplés sont très souvent les plus pauvres, et inversement), la nature de la production médiatique est soumise aux diktats d’une économie politique assez facile à décrypter. Reste à miser, avec les limites déjà évoquées dans d’autres billets, sur les conséquences du développement d’Internet, qu’il s’agisse de la presse en ligne comme le fait Abdel-Bari Atwan, ou des médias sociaux.

« Paysan fils de paysan / J’ai l’innocence d’une mère / Et la malice / d’un vendeur de poisson. »1 Ces vers résument peut-être la personnalité controversée d’Abdel-Bari Atwan, ce journaliste empêcheur de tourner en rond né dans le camp palestinien de Dar el-Balah [Gaza] en 1950, d’une famille réfugiée de la ville d’Isdoud [Ashhod en hébreu, près de Haïfa]. Rédacteur en chef du quotidien Al-Quds al-‘arabi entre 1989 et 2013, il a joué un rôle important dans les médias arabes durant les deux dernières décennies. Son livre, Watan min kalimât (Une patrie de mots), dont la quatrième édition vient de sortir chez Dâr al-Sâqî témoigne de l’expérience du réfugié palestinien errant de par le monde à la recherche du paradis perdu. Le témoignage d’une famille, qui s’ajoute [aux textes palestiniens tels que] le Journal de Khalil Sakakini, La Braise et la cendre de Hisham Sharabi et La route a commencé à Haïfa de Shafiq El-Hout. Le 2 septembre dernier, il a lancé le quotidien en ligne Rai al-youm (L’opinion du jour) visité par 20 millions de lecteurs, manière pour lui de poursuivre l’expérience commencée avec le quotidien libyen Al-Balagh au milieu des années 1970. Après sa démission [du journal Al-Quds al-‘arabi] qui continue à susciter des commentaires, il se livre pour la première fois sur son expérience, sur la guerre et les médias, sur les menaces de mort et les complots tramés contre lui. Al-Akhbar l’a rencontré à Londres, dont les bureaux de Rai al-youm dont le personnel se compte sur les doigts d’une seule main.

Après votre démission d’Al-Quds al-‘arabi, vous avez lancé le quotidien en ligne Rai al-youm, parlez-nous de cette expérience.

J’ai quitté Al-Quds al-‘arabi le 10 juillet 2013, mais cela faisait trois années que je pensais à quelque chose de ce genre. Je dois être libre et indépendant. Je suis un éditorialiste et je ne peux pas m’imaginer en train de proposer mon éditorial à d’autres rédacteurs en chef. Ce sont des gens qui ont des entraves, ils ne sont pas libres et ils pourraient refuser ce que j’écris.
J’ai imaginé de construire Rai al-youm autour de mon éditorial. Tous ceux qui y écrivent sont volontaires. Quelques correspondants reçoivent des dédommagements symboliques. Ensuite, 98 % des lecteurs de Al-Quds al-‘arabi étaient en ligne, 2 % seulement lisaient l’édition papier. Internet, c’est l’avenir de la presse et j’ai donc décidé de prendre le train de la modernité médiatique. Troisièmement, la presse en ligne est bien moins chère. La plus grande partie du budget d’Al-Quds al-‘arabi passait dans l’édition papier et non pas dans le site. Pendant les 25 ans que j’ai passés à Al-Quds al-‘arabi, j’étais en faillite, coincé pour ce qui est des publicités. Les dettes s’accumulaient. Je me souviens que les créanciers sont venus trois fois réclamer le loyer de l’appartement où était installé le journal. Mon souci c’était de savoir comment j’allais payer les salaires des 19 employés du journal, avec le loyer, les coûts d’impression et les coûts des envois. Quand tu as des dépenses et des obligations financières, tu n’es plus aussi libre. Tu dois accepter des abonnement et des aides. En toute franchise, tu dois faire le mendiant. Un ami très proche qui travaille à Al-Hayat [un quotidien concurrent] à Londres, a dit à un de ses amis dans le Golfe : « Abdel-Bari meurt de faim. Il n’a plus de quoi payer les salaires. » En d’autres termes, je n’étais pas le seul à mendier, mes amis le faisaient pour moi, par pitié, alors que j’étais leur concurrent !

Quel est le projet de
Rai al-youm ?

Fondamentalement, nous avons un ennemi, Israël, tout part de là : ceux qui soutiennent Israël, nous sommes contre eux, et ceux qui sont contre, nous sommes avec eux. Les choses sont claires, : ceux qui sont avec l’Amérique, nous sommes contre eux. et ceux qui sont contre, nous sommes avec eux ! C’est clair, pas besoin d’épiloguer sur la question ! C’est notre ligne, notre équation personnelle, qu’il s’agisse de Saddam Hussein, de Hussein Nasrallah ou d’Abdelfattah Sissi, ou d’Ibn Séoud. Quiconque est contre Israël, quiconque le combat, nous sommes avec lui, nous sommes à ses côtés. Nous ne soutenons pas des personnes, mais un courant, une orientation.

Avant la [première] guerre du Golfe, on a assisté à la création à Londres d’al-Sharq al-awsat, d’Al-Hayat et d’Al-Quds al-‘arabi. Avant l’occupation de l’Irak en 2003, des chaînes telles qu’Al-Hurra, Al-Arabiya et Al-Jazeera ont commencé à faire parler d’elles. Il y a visiblement un lien étroit entre les médias et la guerre dans le monde arabe. Comment voyez-vous les choses aujourd’hui alors que nous vivons ce que les médias occidentaux ont appelé le “printemps arabe” ?

Autrefois, la lutte était entre le Golfe pétrolier et les forces progressistes arabes (al-taqaddumiyya al-‘arabiyya). Aujourd’hui, c’est un conflit entre puissances du Golfe. Les médias ne sont jamais loin de la guerre dans notre région. La plupart des médias arabes suivent un agenda politique et répondent à des besoin précis. Ne pas le reconnaître, ce serait mentir. Les médias arabes sont subventionnés, qu’on le veuille ou non. Pour autant, il y a des degrés dans ce soutien : être soutenu parce qu’on défend la cause du peuple ce n’est pas la même chose que d’être soutenu parce qu’on est au service de telle ou telle faction, de telle ou telle classe sociale. Du temps de Nasser, les médias égyptiens étaient au service du nationalisme arabe et de la libération de la Palestine. Nasser a soutenu le quotidien libanais Al-Anwar face à Al-Hayat que les Saoudiens finançaient à l’époque où il était dirigé par Kamal Mroueh2 qui en était le patron. Nasser n’avait pas de pétrole, les médias n’étaient pas liés au pétrole, mais à des agendas politiques. Après les accords de Camp David en 1978, les médias égyptiens ont été interdits dans le monde arabe. C’est alors qu’est apparu Al-Sharaq al-Awsat, pour combler le vide laissé par la presse égyptienne. Moustafa Amine3 avait un éditorial quotidien à Sharq al-Awsat. Al-Hayat est apparu à Londres en 1988, peu avant la guerre du Golfe. Après 1990, une vague de médias est survenue. En 1991, il y a eu ainsi la chaîne MBC, la première chaîne arabe globale. Elle a provoqué une migration de la presse écrite vers la télévision. En 1995, cela a été le tour d’Al-Jazeera. Quelques jours seulement avant l’occupation de l’Irak en 2003, al-Arabiyya a été lancée. La guerre est toujours au cœur des médias arabes. Aujourd’hui, il y a environ 900 chaînes satellitaires et la région est perpétuellement en conflit, en proie à une grande fracture confessionnelle. Récemment, on a assisté à la création de la chaîne Al-Mayadeen4, pour combler un manque dans le paysage médiatique arabe.

Comment expliquez-vous les tentatives incessantes de la part du Qatar pour dominer le discours politique et culturel dans les médias arabes, alors qu’Al-Jazeera est à présent en recul et qu’on a vu l’échec de nombreux sites d’information en ligne, tels que Al-Mudun, même si Al-‘Arabi al-jadîd5 en a tenté de” corriger les erreurs précédentes…

Notre région connaît une division sévère, des États, certaines parties ont opté pour le « changement » sous le mot d’ordre de la fin de la dictature et de la mise en place des démocraties. Pour la première fois, Al-Arabiyya et Al-Jazeera [respectivement pro-saoudienne et pro-qatarie] luttent pour le même objectif, à savoir le changement, pacifique d’abord, puis par la violence ensuite. Qatar perçoit annuellement 185 milliards de ses revenus pétroliers et gaziers. Une grande partie de ces revenus sont employés dans des projets médiatiques mis au service des objectifs qataris en Syrie, en Libye, en Tunisie, au Yémen, en Égypte. Tous les pays qui ont connu des changements étaient des régimes républicains, et des pays hostiles aux USA, sauf en partie pour l’Égypte. C’est vrai que ces républiques étaient des dictatures répressives, mais c’étaient aussi les seuls pays qui demandaient des prix justes pour le pétrole au sein de l’OPEP. Nous sommes pour la démocratie et pour le changement. Je suis un adversaire du régime syrien qui m’a menacé de mort, qui a interdit mon journal et qui a empêché l’accès à mon site. Je combats le régime syrien, mais par la démocratie, pacifiquement, par la coexistence [au sein des composantes nationales du pays], par la pensée libre. Je ne le combats pas par le sectarisme (tâ’ifiyya), même si ce régime est lui-même sectaire. De fait, il y a une mobilisation des médias pour que ceux-ci jouent leur rôle dans la confrontation. A mon avis, la révolution égyptienne ne l’aurait pas emporté sans l’aide d’Al-Jazeera, et Ben Ali ne se serait pas enfui. Al-Jazeera avait le soutien d’un grand nombre de lecteurs et de téléspectateurs mais elle a mis ce soutien au service du chaos (fawda) : chaos en Libye, au Yémen, en Syrie,en Égypte. On voit le résultat aujourd’hui.

Et quel est-il ?

Il n’y a plus d’État en Libye aujourd’hui, on ne peut même pas dire qu’il est en faillite ! La Syrie est détruite et morcelée. L’État est faible au Yémen et l’Égypte fait face à de très grandes difficultés. Pour l’heure, la Tunisie semble avoir réussi à échapper au chaos. C’est ça le résultat ! Si ce projet avait suivi une vision, la démocratie l’aurait emporté mais ce qui est arrivé, c’est qu’elle a été vaincue en Syrie, au Yémen et en Tunisie.

Vers quoi nous dirigeons-nous ?

Aujourd’hui, on assiste à une lutte entre l’Arabie saoudite et le Qatar dans les médias. L’Arabie saoudite et ses alliés aux Émirats investissent dans les médias, en Egypte et ailleurs. Qatar aussi s’efforce de bâtir un empire médiatique. Auparavant, cette lutte opposait les États pétrolier du Golfe et les pays progressistes, aujourd’hui c’est une bataille entre les pays du Golfe, et les sites d’informations, les chaînes de télévision et les journaux sont les armes les plus utilisées.

Comment expliquez-vous la concordance de vues entre le discours médiatique arabe et la plupart des médias occidentaux en ce qui concerne la situation en Syrie ou au Bahreïn ?

Aujourd’hui, les médias sont mobilisés. La Syrie est comme un nœud qui aurait empêché la scie d’avancer, elle a empêché que le changement se produise comme le souhaitait l’Occident, un changement qui avait pour but de légitimer Israël. Ce projet occidental, il a commencé en Irak, et il s’est poursuivi avec la Syrie. Indirectement, il s’étend aujourd’hui à l’Égypte. Ces trois régions vieilles de huit mille ans sont aujourd’hui menacées de dissolution et d’affaiblissement. Les États du centre [de la région arabe] sont faibles aujourd’hui et les États de la périphérie sont ceux qui dirigent.
Le discours du projet occidental s’appuie sur les périphéries arabes. Pour un tel projet, il faut des milliards, impossible de s’appuyer sur des pays qui ont de faibles revenus comme le Yémen, le Soudan, la Mauritanie, le Liban… Qui a assez d’argent pour armer l’opposition syrienne ? Quand l’Otan s’est engagée en Libye, l’Arabie saoudite et le Qatar l’ont soutenu en argent et en médias. Il était donc naturel qu’Al-Jazeera et Al-Arabiyya soient le fer de lance de ce projet.

Pensez-vous que le soutien d’Al-Jazeera à la révolution en Égypte et à Tunis était à la fois naturel (amran ‘afawiyyan) et professionnel ?

Nous nous sommes réjouis du soutien d’Al-Jazeera à la révolution en Égypte et en Tunisie. A mon avis, sa manière de couvrir les événements était à la fois naturelle et professionnelle. Mais quand la crise a commencé en Syrie, les téléspectateurs ont commencé à avoir des doutes sur ce professionnalisme et sur la crédibilité de la chaîne. D’autant plus qu’il y avait des données disponibles sur Google et sur YouTube, et qu’il était facile de constater que des informations étaient fabriquées. Cela a abouti à faire baisser l’audience de 46 millions de téléspectateurs à moins de 6 millions. Al-Jazeera a parlé trop tôt de la fin du régime syrien, elle a perdu son équilibre, elle s’est mise à fabriquer des reportages. Le régime syrien a tiré les leçons de l’expérience des autres et Assad n’a pas fui comme Ben Ali l’avait fait.
Entre 1995 et 2005, Al-Jazeera a été l’État le plus fort et le plus important du monde arabe, on pourrait appeler cela son âge d’or. Elle faisait partie des cinq « marques » les plus importantes au monde. Elle tirait sa force d’un point de vue nationaliste [arabe], pas de son professionnalisme, un point de vue opposé à l’invasion américaine en Irak, à la présence américaine dans la Péninsule arabe, opposé à la corruption et à la répression, donnant à l’opposition une tribune. Ce qui a fait Al-Jazeera, c’est son soutien aux causes nationales car le peuple arabe est patriote. Et c’est ce peuple qu’elle a perdu en épousant l’agenda de l’État d’Al-Jazeera. Personnellement, depuis le début du « printemps arabe », j’ai pris la décision de ne pas apparaître à Al-Jazeera ou à Al-Arabiyya.

Quelle est la vraie version de votre démission d’Al-Quds al-‘arabi ?

Il y a un côté juridique dans cette affaire, que je dois respecter en ne donnant pas tous les détails. En quittant Al-Quds al-‘arabi, j’ai signé un accord selon lequel je me tairais. Je suis obligé légalement à ne pas désigner la partie en question, sinon je suis passible des tribunaux. Ici (en Grande-Bretagne), la loi existe. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il s’agit d’une partie venant du Golfe qui a pris Al-Quds al-‘arabi, parce qu’elle avait l’argent pour cela et parce que le journal avait des dettes, des obligations financières. J’avais le choix entre deux possibilités : conserver la rédaction d’Al-Quds al-‘arabi et toucher une très grosse somme en suivant une ligne éditoriale au service de cette partie dans le Golfe, ou m’en aller. J’ai choisi de m’en aller pour que le journal continue. Mes collègues ont des familles à nourrir. La principale objection concernait la ligne éditoriale par rapport aux événements de Libye et de Syrie. La crise en Libye a fini rapidement, mais elle dure toujours en Syrie. Franchement, j’étais totalement perdu durant mes derniers jours au journal, j’ai vécu un problème terrible durant les trois premières années de la crise syrienne.

En dépit des prédictions pessimistes après cette démission, Al-Quds al-‘arabi continue : quel être votre point de vue sur sa ligne éditoriale aujourd’hui ? Que pensez-vous des accents sectaires qu’on commence à y lire ?

Une partie dans le Golfe a mis la main sur Al-Quds al-‘arabi quand j’ai refusé de me soumettre à sa ligne éditoriale. Je laisse le public en juger. Ce journal, c’est mon enfant. Je l’ai construit pierre à pierre pendant vingt-cinq ans. Je lui ai beaucoup sacrifié. Je travaillais seize heures par jour, à écrire des articles, à diriger. J’ai la gorge serrée en pensant à mes enfants que je n’ai pas assez vus durant toutes ces années. J’ai préféré que le journal continue plutôt que de le voir mourir. J’ai pleuré en le quittant, et mes collègues aussi. J’étais comme un père incapable de nourrir ses enfants, j’ai préféré que quelqu’un les adopte plutôt que de les voir mourir de faim.
Au journal, j’étais contre tout langage sectaire. Je n’ai jamais accepté des expressions comme « le parti d’Ellat », ou « le parti du diable »6, les insultes à l’encontre des sunnites, des chiites, des druzes, des alaouites… Même dans les pages consacrées à la presse israélienne, je n’intervenais que s’il s’agissait d’une question confessionnelle, en particulier à propos de la Syrie. Quand bien même tout le monde deviendrait-il sectaire, je ne ferai pas comme eux. Je suis pour que les peuples aient leur liberté, leur indépendance, mais pas au prix du sectarisme. Et cela à cause de mes positions nationalistes. Par exemple, je me suis opposé à l’Arabie saoudite pour des raisons nationalistes et politiques, parce qu’elle avait proposé de faire la paix avec Israël mais si elle mobilisait pour libérer la Palestine, je me tiendrais à ses côtés. Je ne suis pas opposé à des pays, mais à des politiques.

On a entendu dire bien des choses à propos de l’affaire « pétrole contre nourriture », on a évoqué vos relations avec le régime de Mouammar Kadhafi…

Les noms de ceux qui ont reçu de l’argent irakien ont été publiés, il y avait des chefs d’Etat, des ministres… Le mien y figurait-il ? Je vais vous confier quelque chose : dans les programmes scolaires officiels irakiens après l’occupation du pays en 2003, on m’a décrit comme un agent de Saddam Hussein. Nour al-Maliki et le journal du Parti islamique Daawa ont écrit sur leur manchette, en première page : « Abdel-Bari Atwan est un bâtard fils de bâtard, sans père connu ». Et pour finir, j’ai reçu il n’y a pas longtemps une invitation du syndicat des journalistes irakiens qui voulaient organiser un événement en mon honneur. Le doyen du syndicat des journalistes, un partisan [du journaliste et écrivain] Juma Allami, m’a dit que le Premier Ministre, Nouri al-Maliki, me recevrait, que le ministre de l’Information offrirait un dîner en mon honneur. Je lui ai répondu : « Cela fait vingt ans que vous m’insultez, que vous me traitez de tous les noms, comment pouvez-vous m’honorer aujourd’hui ? » Le problème, c’est que celui qui veut être indépendant, qui veut exprimer ses idées ne reçoit que des injures et se fait traiter d’agent ! C’est une vraie calamité d’être indépendant de nos jours !
J’ai écrit des dizaines d’articles contre Kadhafi, avant ce qu’on a appelé la révolution libyenne. Mais quand l’Otan est intervenue en Libye, j’ai écrit sur la première page du journal : « Libye : les révolutionnaires de l’Otan. » J’étais contre l’Otan, et contre la dictature. On m’a agoni d’injures. Tout le monde était avec l’Otan en Libye malheureusement. Kadhafi a menacé de m’assassiner, mais il m’a aussi proposé un avion privé pour que j’aille lui rendre visite. J’ai refusé. Quant à son ministre des Affaires étrangères, Abdeslam Triki, il est toujours vivant et il fait des affaires, vous pouvez aller l’interroger. Abdel-Rahman Shalgam [également ancien ministre des Affaires étrangères de Kadhafi] m’a rendu visite, et nous avons eu une rencontre à l’hôtel Dorchester, à Londres. Il m’a proposé de faire distribuer Al-Quds al-‘arabi dans cinq villes de Libye, il m’a proposé de l’argent, j’ai refusé. J’ai reçu une proposition d’Ahmad Kadhaf al-dam [un cousin de l’ancien dirigeant libyen], j’ai refusé. Pour finir, Kadhafi m’a envoyé un homme d’affaires palestinien sept fois de suite, ainsi qu’un émissaire à Amman pour me persuader de lui rendre visite, j’ai refusé. Et pour finir, on entend raconter que j’ai touché 4 000 dollars de Kadhafi ! Qu’est-ce que ça veut dire ? D’ailleurs, Abdel-Rahman Shalgam a écrit dans Al-Quds al-‘arabi que je n’avais rien touché du régime de Kadhafi, et le journal non plus…

Sur CPA également, la traduction de l’essentiel d’un éditorial du 16 juin 2010 dénonçant l’interdiction en France, mais en lien avec une demande de l’Union européenne, de la chaîne palestinienne Al-Aqsa.
Sur Seenthis, un choix de quelques liens supplémentaires : les adieux aux lecteurs lors du départ d’Al-Quds al-‘arabi ; un départ dont on comprend facilement en fait qu’il est lié au rachat du quotidien par le Qatar, et peut-être aussi comme une faveur pour Azmi Beshara. Relevé par Avarende (avril 2013), un portrait au vitriol de Blair, et par Nidal un édito sur la politique US en Egypte (en août 2013). Par moi-même, il y a un mois, un autre édito à propos des offres de collaboration avec Israël de la part de certains responsables de la Coalition nationale syrienne.

  1. Citation du poète palestinien Taha Muhammad Ali, décédé en 2011. Lien vers le poème en entier. []
  2. Grande figure de la presse libanaise, Kamal Mroueh a été abattu dans les locaux de son journal en 1966 lors d’une opération générallement attribuée à la milice pro-nassérienne des Mourabitoun. []
  3. Un des pionniers, avec son frère, de la presse égyptienne moderne avec lequel il a lancé le quotidien Akhbar al-yawm en 1944. []
  4. Voir ce billet dans CPA du 5 juin 2012. []
  5. Bouquet de services en ligne – sur Twitter et Facebook – lancé début avril 2014 en attendant la création d’un quotidien en principe basé à Londres. []
  6. Jeux de mots en arabe sur le nom du Hezbollah, à savoir « le parti de Dieu », tranformé dans le premier cas en « parti d’Ellat », du nom d’une idole antéislamique. []

Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations.

Bien entendu, la situation que connaissent aujourd’hui la plupart des sociétés arabes montre que les choses sont nettement plus compliquées. Même en laissant de côté toutes sortes d’autres facteurs, économiques ou géopolitiques, bien plus décisifs probablement, il est facile de se rendre compte combien la vision des réalités politiques a pu être déformée par les mirages cyberoptimistes. Dans le monde arabe comme ailleurs, le numérique, en tant qu’instrument d’information, de mobilisation et de passage à l’action, contribue peut-être à modifier les équilibres entre les forces en compétition dans l’arène politique. C’est néanmoins dans le moyen ou même le long terme que les représentations et les comportements qui accompagnent son développement produiront des effets réellement « disruptifs », capables en d’autres termes de créer des ruptures à la fois soudaines et structurelles par rapport aux systèmes sociaux hérités.

Pour être mieux perçues, les conséquences pour les sociétés arabes de leur entrée dans l’ère numérique doivent se débarrasser d’une autre idée reçue qui associe, intuitivement, les effets de ces techniques à un degré (supposé) de « développement humain ». Spontanément, on a tendance à s’imaginer que plus il y a de développement, sur les plans à la fois social et technique, plus les potentialités de changement sont grandes. D’ailleurs, c’est ainsi qu’ont été « expliqués » quelques-uns des renversements politiques récents dans la région, notamment en se fondant sur l’importance des taux de pénétration d’internet, ou de Facebook, ou de YouTube, en encore de Twitter, en Tunisie ou en Égypte, éventuellement en corrélation avec d’autres indicateurs socio-économiques et/ou démographiques. Pourtant, ces interprétations n’auraient pas dû convaincre dans un contexte régional où étaient réunis bien d’autres profils socio-techniques, ainsi que des destinées politiques très contrastées : le Bahreïn, le Yémen, le Maroc, la Libye, la Syrie… Mais surtout, on peut se demander s’il ne serait pas davantage stimulant de quitter cette pseudo-logique quantitative en postulant exactement l’inverse, à savoir que les effets d’une « acculturation numérique » sont en définitive moins liés à un seuil minimal technique qu’au contexte social où ces techniques sont introduites. Pour le dire autrement, c’est moins la seule existence d’un seuil technique qui importe que la présence d’une rupture dont l’importance est fonction de l’écart que provoque l’introduction des habitus numériques vis-à-vis des normes héritées.

Pourquoi le printemps a-t-il été « arabe » et non pas lithuanien, estonien, scandinave ou autre chose encore, davantage « probable » au regard de la présence du numérique dans ces sociétés ? Parce que les conséquences sociales et politiques de l’introduction du numérique ne sont pas le produit d’une simple logique arithmétique, résultat de la somme de différents indicateurs numériques, aussi sophistiqués soient-ils. Elles sont bien davantage le produit d’un contexte, dont la singularité historique explique le phénomène de « propagation » à une échelle régionale, en dépit de circonstances très différentes d’un Etat à un autre.

Se méfiant, à juste titre, des interprétations culturelles, générationnelles ou même confessionnelles qui ont cherché à expliquer l’étonnant embrasement du monde arabe à partir des événements tunisiens à la fin de l’année 2010, Gilbert Achkar fait partie de ceux qui veulent remettre l’accent sur les déterminations économiques, en tant que ressort des protestations populaires. Si l’on ne peut qu’être attentif aux analyses de celui qui a écrit, au sein d’un impressionnant déluge éditorial, ce qui pour moi demeure à ce jour le meilleur livre sur la question2, il reste qu’une l’explication par le seul biais de l’économie politique n’offre pas de réponse à la question du timing de ce que l’on a appelé le « printemps arabe ». Même si l’on suit l’auteur de Le peuple veut ! dans son postulat d’une « économie politique commune » à l’ensemble de « la région arabophone » – sur ces deux expressions, voir l’entretien qu’il a donné à la revue Contretemps –, sa lecture ne permet pas de comprendre pourquoi les soulèvements arabes se sont produits précisément à ce moment-là, et encore moins comment ils ont pu se propager de la sorte dans l’ensemble de la région, en dépit de la variété des situations au sein des différents États patrimoniaux et rentiers. Une double question à laquelle une anthropologie politique du Web arabe permet à mon sens d’apporter des réponses, en postulant que le numérique produit ses effets dans l’ensemble d’une région qui partage des caractéristiques historiques et culturelles communes.

Le « printemps » a été « arabe », c’est à dire présent, sous une forme ou une autre, dans l’ensemble de la région, et il l’a été à ce moment-là, en d’autres termes dans une succession de situations que l’on peut réunir, à la suite de Gilbert Achkar, sous un singulier (« le soulèvement arabe »), parce que le contexte régional, issu d’une économie politique commune, a été « travaillé » par les effets disruptifs, spécifiques à la région là encore, du numérique arabe.

 

  1. Pour la « pré-histoire » de ces mobilisations numériques arabes, voir notamment les premiers chapitres de mon livre, Arabités numériques, le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, 2012. []
  2. Gilbert Achkar, Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe, Sindbad Actes Sud, 2013. []

Le nationalisme arabe en Égypte : des usages contradictoires (par Nael Eltoukhy)

13Dans la foulée du billet précédent, à nouveau une traduction cette semaine. Il s’agit d’un article de Nael Altoukhy (نائل الطوخي), un blogueur égyptien qui écrit également de temps à autre dans le quotidien Al-Safir. Publié le 5 février dernier, son texte pose la question du nationalisme arabe (ce qu’on appelle aussi parfois le “panarabisme”) dans le contexte actuel en Égypte. Comment peut-on concilier, comme le fait une (large) partie des nationalistes et/ou des nassériens égyptiens, des convictions panarabes avec un soutien inconditionnel au pouvoir né du coup d’Etat du 30 juillet dernier ? Tout cela en prônant un chauvinisme exacerbé, qui se traduit par des positions en contradiction totale avec la “doctrine” du nationalisme arabe, en particulier pour ce qui est de la situation des réfugiés syriens ou des Palestiniens de Gaza ou d’ailleurs… En analysant – c’est naturellement cela qui m’a intéressé – différents exemples tirés de la pop culture contemporaine, romans policiers pour adolescents, films et même opérette nationaliste, Nael Altoukhy met en évidence l’évolution du sentiment nationaliste en Égypte, en fonction des contextes. Un autre exemple par conséquent de ce que peut apporter la sociologie politique de la culture en Egypte.

Nael Eltoukhy : Le nationalisme arabe en Égypte : des usages contradictoires

L’Émigré, le film du regretté Youssef Chahine, a suscité beaucoup d’hostilité. Principalement, au sein d’Al-Azhar, où l’on refusait la personnification du prophète Joseph, mais également parmi les intellectuels laïques de tendance nationaliste, lesquels se demandaient qui était cet Israélien (le prophète Joseph) pour apprendre l’agriculture aux Égyptiens !

Naturellement, cette histoire, qu’on trouve à la fois dans la Torah et dans le Coran, concerne une période antérieure au conflit israélo-arabe de plus de deux mille ans. Mais comme on charge les conflits contemporains du poids de l’histoire et de la mémoire, on a imaginé l’argument selon lequel les Israéliens seraient des pasteurs, et les Égyptiens, des agriculteurs : « Ils ne sont pas comme nous, ce sont des nomades alors que nous sommes les fils de la terre ; ce sont des gardiens de moutons, tandis que nous sommes le peuple de l’État centralisé et civilisé. »

On retrouve le même type d’argumentation, celui de l’État centralisé et agricole face aux gardiens de moutons, avec les habitants du Golfe. Les intellectuels égyptiens, qui ont toujours vu le radicalisme islamique dans la société comme une conséquence de l’immigration des Égyptiens dans les pays du Golfe, s’exclament ainsi avec amertume : « Nous les avons éduqués (par allusion à l’immigration des enseignants égyptiens dans les pays de la Péninsule) et ils ont exporté chez nous l’extrémisme, la rudesse bédouine et le wahhabisme… » Ceux qui pensent ainsi connaissent d’ailleurs des moments particulièrement difficiles puisqu’on leur demande aujourd’hui de considérer que l’Arabie saoudite est la source de tous les bienfaits, et non pas l’origine de tous les maux comme on l’a répété si souvent auparavant. Moustapha Bakri par exemple, le journaliste aux tendances nassériennes, affirme ainsi que les promesses d’aide saoudienne à l’Égypte après le 30 juillet 2013 constituent le véritable nationalisme arabe.

Dans cette alliance entre les intellectuels nationalistes et le nouveau pouvoir militaire, il y a une contradiction logique qui mérite qu’on s’y arrête : comment les partisans de l’arabisme peuvent-ils ne pas réagir à ce nouveau discours en Égypte qui accuse les Palestiniens de trahison ? Comment se fait-il qu’on ne les entend pas condamner avec force le comportement de la police vis-à-vis des réfugiés syriens par exemple ? Est-ce qu’ils ne devraient pas prendre la défense de leur « frères arabes » ? Pour le dire autrement : comment le nationalisme arabe peut-il être aujourd’hui en Égypte synonyme de nationalisme égyptien ?

La pensée ne se développe pas in abstracto, elle est au contraire le produit d’un contexte. Un monde sépare ainsi le nationalisme arabe au début du XXe siècle, porté en général par des chrétiens du Levant qui cherchaient avant tout à se libérer de la domination de la Turquie ottomane, du nationalisme des années 1950 et suivantes, issu du combat contre Israël et contre le colonialisme occidental. Et la différence est plus grande encore avec l’actuel nationalisme en Égypte, qui reprend totalement à son compte un discours agressif contre les Palestiniens et les Syriens − des « Arabes » pourtant−, alors qu’il est totalement silencieux par rapport à Israël ? C’est ce dernier développement qui nous intéressera ici.

Pour commencer, tout le monde sait que le nationalisme arabe n’aurait pas connu un tel essor sans Gamal Abdel Nasser, ce héros de légende qui a combattu l’impérialisme et qui a mis en place, sous une forme atténuée mais néanmoins réelle, une certaine forme de justice sociale en même temps qu’il créait un État égyptien reposant sur l’armée. Pour une raison ou pour une autre, c’est cette dernière réalisation qui reste présente dans l’esprit des nationalistes arabes et des Nassériens en Égypte. Au point que tous les autres mots d’ordre de l’époque – le combat contre Israël ou pour la justice sociale – passent pour des billevesées alors que la fondation d’un système étatique bureaucratique, ainsi que celle de l’armée « nationale », continuent à être considérées comme les véritables réalisations de cette époque, son héritage réel, palpable.

Il ne faudrait pas croire pour autant que le nationalisme arabe, dans sa version égyptienne, a cessé, durant toutes ces dernières décennies, de se nourrir des slogans sur la libération nationale, sur l’hostilité à Israël et l’unité arabe, bien au contraire. Mais la vraie question, c’est de savoir quelle formulation il a donné à ces différentes idées.

C’est à partir de 1978 que Mahmoud Salem a commencé à publier les histoires policières de la série Les Treize Diables. Les dix premiers volumes ont été publiés au Liban avant que la collection trouve refuge en Égypte après le déclenchement de la guerre civile. Comme tout le monde le sait, il y a treize personnages principaux dans ces aventures, et ils appartiennent tous à des pays arabes différents [voir l’illustration en haut de ce billet]. Ils ont un chef mystérieux que personne ne connaît mais, sur le terrain, c’est l’Égyptien qui commande. En fait, c’est une évidence pour tout le monde ! S’il doit y avoir une unité arabe, qui donc pourrait en assumer la direction sinon la « grande sœur » égyptienne ? La raison est en partie historique, à cause du lien indéfectible entre Gamal Abdel-Nasser et le nationalisme arabe mais c’est peut-être aussi parce que, pour beaucoup, il est difficile d’imaginer une unité arabe qui ne serait pas sous la conduite de l’Égypte. Les partisans de Nasser et de Sadate ont au moins cela en commun : les premiers ne pouvaient imaginer une unité arabe sans confier à l’Égypte un rôle central, tandis que les seconds pensaient que Sadate avaient proposé aux Palestiniens que leur pays leur soit rendu mais que ceux-ci avaient refusé cette solution et qu’ils étaient donc responsables de ce que leur était arrivé ensuite. « L’Égypte avant tout », y compris si cela allait à l’encontre de « l’unité arabe », tout le monde se soumettait à cette logique !

Dans l’imagination populaire, les guerres de 1967 et de 1973 sont perçues comme un combat entre l’Égypte et Israël. Israël a occupé le Sinaï, et l’Égypte l’a libéré. Les Palestiniens ne font pas partie de l’histoire telle que se la représentent les nationalistes égyptiens. Quant au désastre de 1948, il est rarement mentionné. Dans Raafat Al-Haggan, le roman de Saleh Morsi, un auteur dont on ne saurait remettre en cause l’hostilité à Israël, le héros est un Égyptien qui vit une vingtaine d’années à Tel-Aviv… sans qu’il y ait jamais un seul Palestinien à ses côtés…

Dans les films des années 1990, et en particulier ceux qui ont traité de la question de la normalisation avec Israël, on constate quelque chose d’un peu différent. Dans des films ou des feuilletons comme L’amour à Taba ou bien encore Une fille d’Israël, le héros, un Égyptien, a la faiblesse de se lier d’amitié avec une jeune Israélienne, alors que ses parents lui rappellent de ne pas oublier la dette de sang entre les deux peuples. Quelle est-elle, cette dette de sang ? Il s’agit des martyrs de l’armée égyptienne, toujours des martyrs de l’armée égyptienne, soldats et officiers car chaque famille a perdu un proche durant la guerre contre les Israéliens. Quant aux Palestiniens, ils ne font même pas partie de l’histoire !

À la fin des années 1990, il y a eu une autre vague de films porteurs d’un message panarabe, sous la houlette du parolier et scénariste Medhat El Adl. Nombre de ses films contiennent des allusions à l’ennemi israélien, à la nécessité de l’unité arabe. Dans Humam à Amsterdam par exemple, le méchant, celui qui cherche à nuire au héros égyptien interprété Mohamed Henedi, fait preuve d’une méchanceté qui paraît étrange, injustifiée, jusqu’à ce que l’on apprenne son nom : Yahouda, un Israélien ! Dans Un short, un maillot et une casquette, on assiste à la satire d’un sommet arabe dans lequel personne ne s’entend avec personne. Dans Le rossignol de Dokki, le héros met un terme à son contrat avec une société étrangère parce que, dans le conseil d’administration de cette dernière, il y a un Israélien et un Danois : le premier fait partie de ceux qui tuent nos frères, tandis que le second appartient au peuple qui insulte l’islam ! Malgré tout cela, il n’y a qu’un film dans lequel un Palestinien fait une apparition, après les attentats suicide commis en réponse à la répression de la seconde intifada en 2000. Dans le film Des copains et pas de boulot, de 2001, on voit ainsi un Palestinien jouer un rôle marginal dans une opération suicide. Ce n’est pas le héros principal, mais sa présence est tout de même suffisante pour donner à ce film commercial un minimum de « sens », conforme à l’opinion publique de l’époque. Mais c’est une exception rare.

Medhat El Adl est également l’auteur de l’opérette Le rêve arabe, porteuse d’un évident message nationaliste et unitaire. Cependant, quand la télévision égyptienne a accueilli les artistes qui avaient participé à cette vidéo, une présentatrice fit remarquer à Medhat El Adl que Moubarak recherchait inlassablement la paix (à cette époque, cela voulait dire avec Israël). Suivant sa propre logique, El Adl répondit en disant que le président Moubarak était également celui qui cherchait toujours à réaliser l’unité arabe. Deux logiques face à face, celle de Camp David et celle qui s’oppose à ces accords. Mais personne pour remettre en cause Moubarak ! Au contraire, c’est l’argument de légitimité qu’on brandit de part et d’autre.

Les fils de l’oncle fait également partie de ces films égyptiens qui parlent du conflit israélo-égyptien. Écrit par Amr Samir Atif, il a été produit en 2009. Le héros, un espion égyptien, se rend en Israël pour libérer une Égyptienne retenue par son mari, un officier du Mossad. Il est aidé par une jeune Palestinienne. Ce que l’on sait de cette jeune femme et des Palestiniens en général reste assez confus. Par exemple, on nous dit qu’elle a été expulsée en Cisjordanie mais elle possède toujours un appartement à Tel-Aviv ! L’officier égyptien passe son temps à lui donner des ordres qu’elle ne comprend pas toujours : « Mais ce n’est pas le moment de poser des questions » se moque l’Égyptien, interprété par Kareem Abdul-Aziz, raillant son accent palestinien de façon comique. Qu’y a-t-il de drôle en réalité ? Rien sinon le fait que la jeune femme palestinienne, au paroxysme de l’action, ne trouve rien de mieux que de faire sa prétentieuse et de parler avec l’accent palestinien…

Les Arabes sont un peuple, et l’Égypte est son guide. On peut accepter cela comme une évidence mais pourtant ce n’est pas exactement ainsi que ça se passe… Les révolutions du printemps arabe nous ont ainsi appris un certain nombre de choses, à commencer par le fait qu’il y a bien un sentiment identitaire qui réunit les Arabes, au point que les peuples de la région ont une influence les uns sur les autres. Ensuite, il y a également le fait que ce sentiment n’est pas nécessairement le résultat de l’action des régimes, et cela peut même être exactement le contraire ! Enfin, on a pu également constater que la révolution égyptienne, même si elle a suscité la plus importante couverture médiatique, n’en a pas moins été influencée par les événements de Tunis. Il est donc possible de trouver des manifestations très diverses de ce sentiment qu’ont les Arabes de partager « quelque chose » qui les réunit, indépendamment de ce que souhaitent les régimes politiques et sans se limiter aux slogans « L’Égypte avant tous les autres » !

Néanmoins, comme le nationalisme arabe prend aujourd’hui en Égypte la forme que nous avons signalée, on passe bien facilement « des autres Arabes qui suivent » aux « autres Arabes qui sont nos ennemis ». Quiconque se rend aujourd’hui en Égypte ne peut manquer d’être frappé d’étonnement en constatant combien les Égyptien sont capables d’exprimer leur lassitude aussi bien vis-à-vis des Israéliens que des Palestiniens : Nasser est un héros que Sissi est en train d’imiter, et Sadate était un malin que les Arabes n’ont pas su comprendre, si bien que ces Palestiniens n’ont que ce qu’ils méritent…

Pour toutes ces raisons, on ne doit pas vraiment s’étonner de voir le discours de l’arabisme égyptien se préoccuper tellement de chanter les louanges de l’armée (et même, de temps en temps, d’aller jusqu’à condamner le sabotage du pipeline à travers lequel l’Égypte exporte son gaz vers Israël). Il est même capable, ce discours de l’arabisme égyptien, de manifester la plus totale indifférence à l’égard des Syriens et des Palestiniens, et même de les considérer parfois avec beaucoup de suspicion.

La politique et les people : “Non à une intervention étrangère dans nos affaires!”

samahaNon

« Non à une intervention étrangère dans nos affaires ! » Pour clamer aussi fort de tels propos, îl faut être à coup sûr hors du flot consensuel que déversent les médias français à propos de l’inéluctabilité – morale ou militaire, ça se mélange… – d’une intervention armée en Syrie. De fait, cette déclaration, partagée par une bonne partie de l’opinion arabe, émane d’une vedette de la chanson arabe, la Libanaise Carole Samaha.

Formée à l’école des Rahbani, la chanteuse – et parfois danseuse, ce qui lui a valu il y a quelques années bien des soucis en raison d’une prestation trop osée aux yeux du très pudibond syndicat des musiciens égyptiens (voir cet article dans Al-Quds al-‘arabi) – est une star fort connue, notamment pour son interprétation, durant ramadan de l’année 2011, du rôle principal dans Al-Chahroura, un feuilleton à très gros budget (on a parlé de 4 millions de dollars) consacré à la vie de Sabah, une icône de la chanson et de la vie publique arabe (huit maris tout de même!), durant la seconde moitié du XXe siècle.

Une figure publique connue par conséquent, mais certainement pas militante ! Qu’est-il donc arrivé pour que Carole Samaha écrive, à la fin du mois d’août, ce tweet vengeur (salué dans cet article d’Al-Akhbar) dans lequel elle met en garde ses fans sur les réseaux sociaux contre une intervention armée en Syrie, intervention qui, à ses yeux, ne sert que les intérêts israéliens ? La première explication qui vient à l’esprit est que la chanteuse se fait l’écho d’un point de vue assez peu répercuté par nos propres médias même s’il est très largement répandu dans l’opinion locale, et tout particulièrement dans les milieux de tradition chrétienne, très inquiets, c’est le moins qu’on puisse dire, de ce qui se passe dans le pays voisin, après avoir eu tout loisir d’assister, notamment, au sort des chrétiens d’Orient en Irak il y a peu de temps encore, et en Turquie (les Arméniens), il n’y a pas si longtemps de cela…

Au-delà de cette sensibilité confessionnelle (obstinément mise en avant en ce moment dans le cas des musulmans chiites et sunnites mais qu’il ne faudrait pas évoquer quand il s’agit de chrétiens), il y a aussi dans la réaction de Carole Samaha une manifestation d’une réalité têtue et obstinée, celle d’une identité arabe plus ou moins partagée mais qui ressurgit de manière particulièrement « vivace » voire virulente lorsque se profile une intervention extérieure, qu’elle soit menée par la super-puissance nord-américaine ou par une ancienne tutelle coloniale comme la France. Le consentement à une telle opération d’une ou deux monarchies du Golfe n’y changera rien. Bien au contraire, il aurait même tendance à resserrer les rangs des Arabes « ordinaires » assez peu convaincus de l’attachement des régimes pétrolifères aux valeurs démocratiques (et aux valeurs en général, du moins celles qui ne sont pas cotées en Bourse). Si une action militaire est menée contre la Syrie, et que celle-ci se montre capable de rendre (seule ou aidée) quelques coups, le prochain « héros » [notez bien les guillemets SVP !] du monde arabe pourrait bien s’appeler Bachar El-Assad ! Et ce ne serait pas forcément à l’avantage de la diplomatie française dont le premier responsable nous a dit qu’il « ne mériterait pas d’être sur la terre » (le tyran, notez bien, pas le ministre !)

Avec des yeux plus critiques, on remarque encore que le cri d’indignation de la vedette libanaise rejoint aussi, et fort à propos, sa pratique professionnelle. L’image qui accompagne sa « déclaration de guerre » sur les réseaux sociaux (celle qui est en tête de ce billet, récupérée chez l’irremplaçable Angry Arab) est en effet une reprise du dernier clip promotionnel tourné par un réalisateur français internationalement reconnu, pour le compte de Rotana, très grosse société de production audiovisuelle propriété du prince et milliardaire saoudien Walid Bin Talal. En effet, qui a déjà vu la vidéo en question (voir ci-dessous) reconnaît tout de suite que le morceau de drapeau dans l’angle gauche de l’image est celui-là même que brandit la chanteuse et qui porte fièrement en devise : Ensemble, nous ferons la liberté (معا نصنع الحرية) !

Sortie il y a quelques mois, Mon pays me manque cruellement (وحشاني بلادي), la dernière chanson de Carole Samaha, délivre sans aucun doute un étonnant message politique. Tourné quelque part dans le désert pas très loin des pyramides (avec tout de même 500 figurants paraît-il), le clip montre, dans sa première partie, une foule d’émigrés/émigrants traînant leurs valises dans le désert sous un soleil qu’on imagine de plomb. Rythmée par des gros plans sur la chanteuse, la présence de la foule devient progressivement plus dense, plus serrée. Jusqu’à l’apparition (2’35) de l’étendard blanc avec son slogan déjà commenté à propos de la fameuse liberté construite collectivement… En quelques secondes, l’ambiance bascule : le tempo devient allègre tandis que les mouvements synchrones des danseurs remplacent le long piétinement de ceux qui erraient dans les sables. Joyeusement, la foule des révoltes arabes (conduite par la vedette naturellement!) dévale la colline pour s’attaquer à un mur [slogan écrit dessus que je n’ai pas réussi à déchiffrer, avis aux amateurs !3’33]… Sur fond d’embrassades joyeuses, ledit mur tombe, comme celui de Berlin en attendant cet autre qui scarifie la Palestine, comme doit le penser plus d’un dans la région en voyant ces images…

Etonnante parabole politique, d’autant plus surprenante qu’elle n’a guère de rapport avec le message initial de la chanson (paroles en arabe ici, la musique est l’intro, écrite par le grand compositeur Mohammed Abdel-Wahhab, pour Laylat hubb, célèbre chanson d’Oum Koulthoum), laquelle se contente d’évoquer la cruelle nostalgie pour la lointaine patrie. Jusqu’à présent la vedette libanaise ne s’est pas confiée sur les raisons qui l’ont poussée à abandonner le registre de la distraction légère pour épouser la cause arabe… Qu’il soit totalement sincère ou non, cet engagement s’inscrit cependant dans la grande tradition de la chanson arabe en tant que véhicule privilégié de l’expression politique populaire comme de nombreux billets ont pu l’évoquer déjà sur ce blog.

Une tradition qui n’a jamais été aussi vivace comme il est facile de le constater. Pour s’en tenir aux seules dernières semaines, on a pu assister, en se tenant aux seuls interprètes syriens et libanais, aux commentaires politiques de Ziad Rahbani, le « barde de Bachar » comme a osé titrer un article de L’Immonde du quotidien Le Monde, mais aussi à ceux de Fadel Shaker, l’ex-crooner de Saïda devenu zélateur d’Ahmad el-Assir, un imam radical aujourd’hui en fuite, sans oublier ceux d’Asala, ancienne favorite du régime Assad aujourd’hui passée dans le camp de la révolte, non plus que ceux de Majida el-Roumi qui, à peine reconnue par la France comme « l’incarnation de l’idéal patriotique libanais » a eu la fâcheuse idée de couvrir d’éloges les autorités de Bahreïn pour leur lutte contre les forces de l’obscurantisme (article en arabe). Une lutte assurément vigoureuse et à laquelle leurs voisins saoudiens ont accordé leur royal soutien qui, pour une fois, n’était pas seulement moral puisque leurs forces de police ont participé à la répression des rebelles locaux…

(à suivre la semaine prochaine)

Le discours du dictateur : Mahmoud Darwich for ever

cover.indd

Certes, elles n’ont plus aujourd’hui l’aura qu’elles avaient encore il y a quelques années… Mais il est tout de même étonnant de constater que les grandes voix poétiques arabes se tiennent à distance, très critique, des soulèvements arabes. Au Bahreïn, Qassim Haddad, auteur avec Amin Saleh en 1984 d’un manifeste qui fut une véritable « révolution » poétique, n’est guère sorti de son silence que pour condamner, au tout début des événements, les excès des révolutionnaires (référence en arabe). Réticent vis-à-vis de ce qu’on appelle le « printemps arabe », Adonis l’est encore plus par rapport à « ce qui se passe en Syrie et qu’on appelle révolution [et qui] n’en est pas une. Il se passe des choses contraires au principe même d’une révolution. » Mais c’est encore « le dernier communiste », l’Irakien Saadi Youssef, qui est le plus cruel avec son poème se moquant des poules caquetant « Printemps arabe, Printemps arabe ! »

Qu’aurait pensé de tout cela Mahmoud Darwich, disparu au début du mois d’août, il y a cinq ans déjà ? Quel parti aurait-il pris dans ces soulèvements qui laissent si peu de place, en apparence du moins, à la question palestinienne ? La réponse se trouve dans les écrits qu’il a laissés, et dans les lectures qu’ils susciteront, longtemps encore. Certains textes plus que d’autres, à certains moments et dans certaines circonstances.

Ces Discours versifiés du dictateur (خُطب الديكتاتور الموزونة) en particulier. Composés à Paris entre 1986 et 1987 pour la revue Al-Yawm al-sâbi’, ils dénonçaient une situation politique qui pouvait caractériser plus d’un pays arabe, même si le régime syrien s’était alors senti visé au point que ces poèmes n’y circulaient que sous le manteau… A cause de ce vers, peut-être, trop évocateur de la base clanique et confessionnelle du pouvoir des Assad ? « Je vous choisirai, un à un, de la lignée de ma mère, de ma doctrine… » سأختاركم،واحداً واحداً، من سلالة أمى ومن مذهبي

Publiés dans de rares numéros de revue (Al-Karmel – nouvelle série – en 2011 par exemple) ou encore sur des sites Internet comme celui du quotidien égyptien Al-Watan, ces poèmes viennent de connaître leur première véritable édition (illustration du haut) par une maison d’édition de Haïfa, Al-Râya, en partenariat avec la Fondation Mahmoud Darwich.

Grâce à l’aide amicale de Houda Ayoub, je vous propose la traduction du premier de ces huit « textes/poèmes » ! Le texte a été édité le mieux possible, en fonction des différentes versions disponibles sur la Toile et donc légèrement différent par rapport à la lecture qu’en donne – vidéo à la fin du billet – le poète lui-même. Sa récitation, où se devine sa moquerie amère de l’enflure verbale des dictateurs d’hier et d’aujourd’hui, est introduite ainsi : Extraits du discours du dictateur arabe qui m’a chargé de l’écrire pour lui, et en son nom…)


خطاب الجلوس – Discours de l’accession au trône

سأختار شعبي
Je choisirai mon peuple
سأختار أفراد شعبي
Je choisirai les personnes de mon peuple
سأختاركم، واحداً واحداً، من سلالة أمى ومن مذهبي

Je vous choisirai, un à un, de la lignée de ma mère, de ma doctrine
سأختاركم كى تكونوا جديرين بي
Je vous choisirai afin que vous soyez dignes de moi
إذن، أوقفوا الآن تصفيقكم كى تكونوا جديرين بي
Alors, arrêtez maintenant d’applaudir afin que vous soyez dignes de moi…
وبحبي
De mon amour.
سأختار شعبى سياجاً لمملكتى، ورصيفاً لدربي
Je choisirai mon peuple, comme une enceinte à mon royaume, comme un bas-côté à mon chemin
قفوا أيها الناس أيها المنتقون كما تنتقى اللؤلؤة
Debout, vous que j’ai triés comme on le fait de perles !
لكل فتى امرأة

À chacun une promise
وللزوج طفلان فى البدء يأتى الصبي
À chaque couple deux enfants, le garçon en premier
وتأتى الصبية من بعد لا ثالث وليعم الغرام
La fille par la suite, sans troisième, et que prospère l’amour…
على سنتى، فأحبوا النساء ولا تضربوهن
Selon ma loi ! Alors, aimez les femmes et ne les frappez point…
إن مسهن الحرام
si quelque impureté vient à les toucher
سلام عليكم سلام سلام
Que la paix soit sur vous !
سأختار مَن يستحق المثول أمام مدائح فكري
Je choisirai celui qui méritera de comparaître devant les louanges de ma pensée
ومن يستحق المرور أمام حدائق قصري
Celui qui méritera de passer devant les jardins de mon palais
قفوا، أيها الناس حولي خاتم
Tenez-vous tous autour de moi comme une auréole
لنصلح سيرة حواء نصلح أحفـاد آدم
Pour que nous révisions la destinée d’Ève, la destinée des descendants d’Adam
سأختار شعباً محباً، وصلباً، وعزباً
Je vous choisirai, peuple aimant, solide et doux
سأختار أصلحكم للبقاء وأنجحكم فى الدعاء لطول
Je choisirai celui d’entre vous qui sera le plus apte à rester, le plus habile à souhaiter longue vie
جلوسي
à mon trône
فتباً لما فات من دولٍ مزقتها الزوابع
Au diable les États qu’ont déchirés les tempêtes
لقد ضِقت ذَرعاً بأمية الناس، يا شعب يا شعبى الحر
Je me suis lassé de cette ignorance des gens ! Peuple ! Ô mon peuple libre
فاحرس
Alors, soit le gardien…
هوائي من الفقراء، وسرب الذباب وغيم الغبار
De l’air que je respire, contre les pauvres, les essaims de mouches, les nuages de poussière
ونظِّف دروب المدائن من كل حافٍ، وعارٍ، وجائع
Nettoie les chemins des cités, des va-nu-pieds, des miséreux, des affamés
فتباً لهذا الفساد، وتباً لبؤس العباد الكسالى
Au diable la corruption, au diable la misère des créatures oisives
سأختار شعباً من الأذكياء، الودودين، والناجحين
Je choisirai un peuple fait de personnes intelligentes, aimantes, brillantes
وتباً لوحل الشوارع
Au diable la boue des chemins
سأختاركم وفق دستور قلبي
Je vous choisirai selon la charte de mon cœur
فمَن كان منكم بلا علةٍ فهو حارس كلبي
Et celui qui est sans défaut sera le gardien de mon chien
ومَن كان منكم طبيباً أُعيِّنه سائساً لحصاني الجديد
Et celui qui sait soigner tiendra la bride de mon nouveau cheval
ومَن كان منكم أديباً أُعيِّنه حاملاً لاتجاه النشيد
Et celui qui sait écrire ouvrira le chemin de l’hymne
ومَن كان منكم حكيماً أُعيِّنه مستشاراً لصك النقود
Et celui qui sait juger deviendra contrôleur de la monnaie
ومَن كان منكم وسيماً أُعيِّنه حاجباً للفضائح
Et celui qui est bien fait sera préposé aux scandales
ومَن كان منكم قوياً أُعيِّنه نائباً للمدائح
Et celui qui est robuste sera le délégué aux éloges
ومَن كان منكم بلا ذهبٍ، أو لآلئ فلينصرف
Et celui qui n’a ni or ni perle, celui-là qu’il disparaisse !
ومَن كان منكم بلا ضجر ومواهب فلينصرف
Et celui qui ne connaît ni l’ennui ni le talent, celui-là qu’il disparaisse !
فلا وقت عندى للقمح والكدح ولأعترف
Je n’ai de temps ni pour le blé, ni pour le labeur, et sache
يا شعبي المنتقَى بيدىَّ
Ô mon peuple, mon peuple choisi de mes propres mains
بأني أنا الحاكم العادل
Que je suis le Bon Maître
أنا الحاكم المتسامح والعادل
Je suis le maître clément et juste
كرهت جميع الطغاة لأن الطغاة يسوسون شعباً من الجهلة
J’ai pris en haine les tyrans car ils sont à la tête de peuples d’ignorants
ومن أجل أن ينهض العدل فوق الذكاء المعاصر لا بد من
Pour que la justice se lève en ces temps subtils, il faut
برلمان جديد، ومن أسئلة
Un nouveau parlement, et des questions
ومنها من الشعب، يا شعب، هل كل كائن
Ainsi : qui est le peuple, cher peuple ? N’importe qui
يُسمى مواطن؟
peut-il être qualifié de « citoyen » ?
تُرى هل يليق بمن هو مثلي أن يقود لصا وأعمى وجاهلا؟
À ton avis, est-il convenable qu’une personne comme moi commande voleurs, aveugles et ignorants ?
وهل تقبلون لسيدكم أن يُساوي ما بينكم أيها النبلاء
Acceptez-vous que votre maître vous traite, vous les nobles,
وبين الرعاع؟ اليتامى؟ الأرامل؟
Comme la racaille ? Les orphelins ? Les veuves ?
وهل يتساوى هذا الفيلسوف مع المتسول؟ هل يذهبان إلى
Et que ce philosophe et le mendiant soient sur un pied d’égalité ? Iront-ils…
الاقتراع معاً كي يقودالعوام سياسة هذا الوطن؟
Voter ensemble pour que la plèbe gouverne la politique de cette nation ?
وهم أغلبيتكم أيها الشعب، هم عددٌ لا لزوم له إن أردتم
Car ils sont la majorité, ô peuple, et nul besoin d’un tel nombre si vous voulez
نظاماً جديداً لمنع الفتن
Un nouveau régime pour prévenir la discorde
سأختار أفراد شعبي
Je choisirai donc les personnes de mon peuple
سأختاركم واحداً واحداً كى تكونوا
Je vous choisirai, un à un, afin que vous soyez…
جديرين بى، وأكون جديراً بكم
Dignes de moi, et que je sois digne de vous
سأمنحكم كل الحقوق
Je vous accorderai tous les droits
سأمنحكم حق أن تخدموني
Je vous accorderai le droit de me servir
وأن ترفعوا صُوَري فوق جدرانكم
De dresser mon portrait haut sur les murs
فهذا حق لكم
Car tel est votre droit
ومن حقكم أن تشكروني لأني رضيت بكم أمة لي
Il est de votre droit de me remercier de bien vous vouloir comme nation
ومن حقكم أن تتملوا ملامح وجهي فى كل عام جديد
Il est de votre droit de vous délecter des traits de mon visage, à chaque an nouveau
سأمنحكم كل حق تريدونه
Je vous accorderai tout droit que vous souhaitez
حق البكاء على موت كلب شريد
Le droit de pleurer la mort d’un chien errant
وحق الكلام عن السيرة النبوية فى كل عيد
Le droit d’évoquer l’exemple du prophète à chaque fête
وحق الذهاب إلى البحر فى كل يوم
Le droit d’aller à la mer tous les jours
لكُم أن تناموا كما تشتهون على أي جنب تريدون ناموا
Le droit de dormir comme vous le souhaitez, de dormir du côté qu’il vous plaira
لكم حق أن تحلموا برضاي وعطفي
Vous avez le droit de rêver de me satisfaire, d’obtenir mes bonnes grâces
فلا تفزعوا من أحد
Ne craignez personne
سأمنحكم حقَّكم فى الهواء، وحقكم فى الضياء، وحقكم
Je vous accorderai votre droit à l’air, à la lumière
في الغناء
au chant
سأبني لكم جنة فوق أرضي كُلوا ما تشاءون من طيباتي
Je vous construirai un paradis sur ma terre, mangez tout ce qui vous plaira de mes délices
ولا تسمعوا ما يقول ملوك الطوائف عني
N’écoutez pas ce que disent de moi les roitelets
وأني أحذركم من عذاب الحسد
Je vous mets en garde contre les tourments de la jalousie
ولا تدخلوا فى السياسة إلا إذا صدر الأمر عني
Et ne vous mêlez pas de politique, sauf si l’ordre vient de moi
فإن السياسة سجني
Car la politique est prison mienne
هنا الحكم شُورى، هنا الحكم شُورى
Ici, le gouvernement est concertation
أنا حاكم مُنتخَب
Je suis le dirigeant élu
وأنتم جماهير مُنتخِبة
Et vous êtes les masses électorales
ومِن واجب الشعب أن يلمس العتبة
Il appartient au peuple de quémander au seuil de la porte
وأن يتحرى الحقيقة ممن دعاه إليه، اصطفاه، حماه من
De s’enquérir de la vérité auprès de celui qui l’a convié, qui l’a favorisé, qui l’a protégé…
الأغلبية، والأغليبة مُتعِبة مُتعبَة
De la majorité, et la majorité est fatigante et fatiguée
ومِن واجب الشعب أن يتبرأ من كل فرد نَهَب
Il est du devoir du peuple de renier celui qui aura pillé,
وغازل زوجة صاحبه، أو زنى، أو غَضب
qui aura courtisé la femme de son maître, qui aura commis l’adultère, qui se sera livré à la colère
ومِن واجب الشعب أن يرفع الأمر للحاكم المُنتخَب
Il est du devoir du peuple de soumettre toute affaire à son dirigeant élu
ومن واجبي أن أوافق، من واجبي أن أُعارِض
A moi d’accepter d’être d’accord ou de m’opposer
فالأمر أمري، والعدل عدلي، والحق ملك يدىَّ
La décision me revient, la justice est mienne, le droit m’appartient
فإما إقالته من رضاي
Soit on est banni de mes faveurs
وإما إحالته للسراي
Soit on est traîné chez le gouverneur
فحق الغَضَب
Car le droit de se livrer à la colère
وحق الرضا، لي أنا الحاكم المُنتخَب
Le droit d’être satisfait m’appartiennent, moi, le dirigeant élu
وحق الهوى والطَرَب
Le droit à la passion, à l’ivresse du plaisir
لكم كلكم، فأنتم جماهير مُنتخبة
Sont vôtres, masses élues
أنا الحاكم الحر والعادل
Je suis le dirigeant, libre et juste
وأنتم جماهيري الحرة العادلة
Et vous êtes les masses libres et justes
سننشئ منذ انتخابي دولتنا الفاضلة
Nous créerons, avec mon élection, l’État vertueux
ولا سجن بعد انتخابي، ولا شعر عن تعب القافلة
Plus de prison après mon élection, plus de rimes rabâchées sur la lassitude des caravanes nomades
سأُلغي نظام العقوبات من دولتي، فمَن أراد التأفف، خارج شعبي، فليتأفف
J’abolirai les châtiments ; celui qui veut rouspéter hors de mon peuple, qu’il le fasse !
ومن شاء أن يتمرد خارج شعبي، فليتمرد
Celui qui veut se révolter hors de mon peuple, qu’il le fasse !
سنأذن للغاضبين بأن يستقيلوا من الشعب، فالشعب حر
Nous consentirons à ceux qui sont en colère de démissionner du peuple, car le peuple est libre
ومن ليس مني ومن دولتي، فهو حر
Il est libre, celui qui n’est pas de moi, et qui n’est pas de mon État
سأختار أفراد شعبي، سأختاركم واحداً واحداً
Je choisirai les personnes de mon peuple, je vous choisirai, un à un
مرة كل خمس سنين
Une fois tous les cinq ans
وأنتم تزكوننى مرة كل عشرين عاماً إذا لزم الأمر، أو مرة
Et vous me confirmerez une fois tous les vingt ans s’il le faut, ou bien une fois…
للأبد
Pour l’éternité !
وإن لم تريدوا بقائي، لا سمح الله، إذا شئتم أن يزول البلد
Et si vous ne voulez pas que je reste – à Dieu ne plaise ! Si vous voulez la perte du pays
أعدت إلى الشعب ما هبّ أو دبّ من سابق الشعب كي أملك
Je ramènerai le peuple à la populace d’avant pour me garder
الأكثرية، والأكثرية فوضى
la majorité, et la majorité est anarchie faute de chef
أترضى، أخى الشعب! أترضى بهذا المصير الحقير أترضى؟
Voudrais-tu, mon peuple mon frère, voudrais-tu d’un destin si lamentable ?
معاذك
À toi ne plaise !
فقد اخترتُ شعبي واختارني الآن شعبي
J’ai choisi mon peuple et mon peuple m’a maintenant choisi
فسيروا إلى خدمتي آمنين
Vaquez en paix à mon service
أذنت لكم أن تخروا على قدمىَّ ساجدين
Je vous permets de vous jeter à mes pieds
فطوبى لكم، ثم طوبى لنا أجمعين
Heureux soyez-vous, heureux soyons-nous tous !

https://www.youtube.com/watch?v=ULcmCXmDYZE