Les bloggers débloquent : Souad Massi au Moyen-Orient


C’est une affaire à rebondissements qu’a connue la chanteuse algérienne Souad Massi lors de sa tournée au Moyen-Orient, grâce aux bloggers égyptiens.

Chanteuse algérienne qui a connu un succès international depuis une tournée au France en 1999, Souad Massi propose une musique qui mêle toutes sortes d’influences méditerranéennes (chaabi algérien, fado portugais ou encore flamenco) et nord-américaines (musique country, folk-song). Alors qu’elle a récemment publié son troisième CD (Misk Elil – مسك الليل – le chèvrefeuille mais aussi “belles de nuit” en algérien) et contribué à différentes musiques de film (c’est elle qui interprète les chansons du film Azur et Asmar), elle se rendait au Moyen-Orient à l’invitation des services culturels français (sans commentaire).

La tournée s’est avérée un peu plus compliquée que prévue. En effet, après un concert à Alexandrie et au Caire pour la fête de la musique, Souad Massi devait enchaîner avec trois autres représentations, à Abu Dhabi, à Ramallah et à … Tel-Aviv. En Egypte, où l’on peut être très sourcilleux sur ce chapitre, des voix se sont élevées, dès le début du mois de juin, pour dénoncer cette tentative de “normalisation” (تطبيع), le terme traditionnellement utilisé pour dénoncer les efforts pour intégrer – de force aux yeux des opposants à cette politique – l’Etat israélien dans son espace régional en imposant des échanges avec ses voisins, notamment sur le plan culturel.

Les protestations ont pris la forme d’un appel au boycott des concerts de la chanteuse algérienne, appel qui s’est rapidement propagé à travers les blogs de l’opposition, avant d’être repris par la presse en ligne (Al-Masriyun par exemple : www.almesryoon.com).

Après avoir longtemps gardé le silence, Souad Massi a annoncé au dernier moment, le 21 juin, jour de la fête de la musique et du concert au Caire, qu’elle ne chanterait pas à Tel-Aviv. Même si certains bloggers ont continué à polémiquer entre pour savoir s’ils iraient ou non assister au concert après ces éclaircissements tardifs, la presse égyptienne – selon le quotidien algérien Al-Chorouk – a brutalement opéré un virage à 180° pour se mettre à chanter les louanges de la “diva” venue du Maghreb.

Celle-ci, dont le mari est Marocain, a accordé peu après un entretien au journal Le Maroc-Aujourdhui. Elle y affirme avoir refusé de chanter dans la capitale israélienne mais on perçoit assez facilement qu’elle a pris cette décision à contrecoeur. Elle regrette ainsi ouvertement que l’opinion soit si sourcilleuse avec les artistes qui pourraient jeter des ponts entre les peuples en conflit, alors qu’elle se montre bien indifférente vis-à-vis des hommes d’affaires locaux qui ne se gênent pas, eux, pour commercer (et en disant cela au Maroc, il est vrai qu’elle parle d’or !)

A lire la presse – plutôt d’opposition car les organes officiels ou officieux ont été bien plus discrets -, on a bien l’impression de se trouver devant un nouvel épisode de la lutte, dans le domaine culturel, entre “pro-” et “anti-” occidentaux (avec beaucoup de guillemets pour cette simplification digne de nos médias à nous), entre ceux qui soutiennent une politique de négociation et de compromis, face à la réalité israélienne et à la domination occidentale en général, et ceux qui défendent une opposition frontale et le refus de toute concession face à l’adversaire…

Islam-online (opposition islamique) tire par exemple deux leçons de l’affaire : d’abord, que les institutions européennes cherchent systématiquement à obliger les artistes arabes à contribuer à une normalisation qu’ils refusent ; ensuite, que les bloggers égyptiens ont apporté une preuve supplémentaire (voir cet épisode) de leur pouvoir par leur capacité à mobiliser l’opinion.

Mais les choses sont un peu plus compliquées que cela. En effet, toutes les sources concordent pour dire que l’appel au boycott contre la chanteuse algérienne coupable de se rendre à Tel-Aviv est parti d’un blog, celui d’un certain Jarelkamar (حار القمر), avant d’être repris par les “vedettes” de l’opposition “blogueuse” (Alaa et Manal par exemple, sur le blog http://www.manalaa.net) et abondamment discuté à longueurs de “posts” (voir les sites de Zanji ou de <a href=”http://spring456.blogspot.com/2007/06/blog-post_03.html
” target=”_blank”>Rabi’ par exemple).

Seulement voilà : en prenant soin de préciser dans l’en-tête d’un nouveau billet – mis en ligne le 20 juin et avec une photo du concert – qu’il est sérieux cette fois (تنبيه : التدوينه القادمه جدي), Jarelkamar a annoncé que son premier appel, lancé un mois plus tôt, était à prendre au second degré ! Qu’il avait voulu s’amuser en imitant la rhétorique pompeuse des appels au boycott des “jusqu’au-boutistes” et qu’il n’en revenait pas lui-même qu’on ait pu le prendre au sérieux !

Cette affirmation, bien tardive, doit-elle être prise au sérieux ? Est-ce une manière habile de se tirer du guêpier après que l’affaire eut pris de telles proportions ? Que faut-il penser, de toute manière, des débats qui ont agité la Toile égyptienne un mois durant, pour entraîner, en fin de compte, l’annulation du dernier concert prévu dans la tournée de la chanteuse algérienne ?

Comme le souligne lui-même dans sa conclusion Jarelkamar, “il ressort quelque chose de ce sac de noeuds : nos blogs sont bien plus influents que nous ne le pensions…”

درس اخر تعلمته من هذه المعمعه : مدوناتنا اكثر تأثيرا مما كنا نعتبره مساحاتنا الصغيرة للفضفضه ..

Pour mieux connaître Souad Massi, cette adresse et celle du riche site de Houari “Dauphin”, un chanteur de raï qui tient son nom d’un club, le Dauphin rose, où il se produisait !

Le marché de l’art arabe (2/2) : les Emirats, nouvelle Mecque de l’art contemporain


Maintenant que la Cour suprême de son pays vient de suspendre le mandat d’arrêt délivré contre lui à cause de cette oeuvre intitulée Mother India, Maqbool Fida Husain va-t-il vouloir rentrer chez lui ? Ce serait une perte pour son pays d’adoption, les Emirats arabes unis, qui n’ont pas craint d’accueillir sur leur sol ce célèbre peintre indien d’origine musulmane dont certaines oeuvres ont tout de même été adjugées à quelque 2 millions de dollars. L’artiste est en effet accusé de blasphème par certaines factions extrémistes hindoues furieuses de la représentation de leurs divinitées, nues, dans certaines de ses oeuvres. On aurait aimé que les médias français, si prompts à dénoncer l’islam et ses fanatiques, nous parlent un peu plus de ces atteintes à la liberté de l’artiste (musulman) et du courage, digne des meilleures démocraties nord-européennes, des petits Emirats arabes…. Mais passons…

Pour être tout à fait honnête, donner asile à cette grande figure de l’art mondial, d’origine indienne, était aussi de la part des autorités des Emirats un geste public particulièrement bien venu dans le cadre de la politique qu’elles mènent résolument depuis quelques années pour faire de leur pays une plaque-tournante – un hub pour utiliser le jargon à la mode – du commerce mondial de l’art contemporain.

Les Emirats, toutefois, sont une fédération où la solidarité n’exclut pas la rivalité. Les politiques suivies dans le domaine de la culture diffèrent considérablement entre d’un côté les émirats “sérieux”, Sharjah et surtout Abou Dhabi, le plus riche, dont la dynastie assume traditionnellement le leadership politique de la fédération, et, de l’autre, l’émirat aussi mercantile que dynamique de Dubaï.

Les premiers cités mènent en effet ce qui ressemble le plus, aujourd’hui, aux grandes politiques culturelles naguère tracées en Egypte, en Syrie, en Algérie… et dans l’Irak de Saddam Hussein… Certes les actions lancées ne concernent plus comme autrefois un public quantitativement important (la population des Emirats n’atteint pas les quatre millions d’habitants) mais on retrouve le même souci de créer une infrastructure “publique” – pour autant que l’adjectif ait un sens dans ces émirats familiaux -, à partir de projets ambitieux visant à doter l’espace national d’infrastructures pour le long terme.

Alors que Sharjah organise depuis 1993 une biennale désormais internationalement réputée, le quartier culturel de l’île de Saadiyat (Félicités en arabe), à proximité d’Abou-Dhabi, comptera bientôt quatre équipements culturels de taille internationale, pour lesquels ont été conviés les plus cotés et les plus audacieux des architectes contemporains : un complexe de spectacles en forme de tête de reptile (illustration ci-contre) par Zaha Hadid, une ancienne étudiante de l’Université américaine de Beyrouth d’origine irakienne ; le plus gros musée Guggenheim du monde par Franck Gehry ; un musée de la mer par Tadao Ando (construit sous les eaux bien entendu) et enfin l’annexe du Louvre, dessinée par Jean Nouvel. L’accord conclu le 6 mars dernier entre l’Emirat et la France prévoit qu’Abou-Dhabi pourra, contre un chèque d’un milliard d’euros, exposer une partie du patrimoine du musée parisien, bénéficier de son expertise technique et exploiter, vingt durant durant, le prestigieux brand (marque) hérité des rois de France.

Dès le lendemain de cet accord, l’émirat voisin de Dubaï s’illustrait avec une initiative bien dans sa manière : l’inauguration de la Gulf Art Fair, en présence d’une sélection des principales galeries contemporaines internationales et de quelques vedettes de la jet-set – en l’occurrence des footballeurs anglais, David James, Sol Campbell et Ashley Cole, amateurs d’art moderne et de bons placements.

Sous-traitée à un expert londonien par une société financière possédée à hauteur de la moitié du capital par le Dubai International Financial Centre, cette foire internationale d’art contemporain affiche sans complexe des prétentions pas exactement philanthropiques. A l’image de toutes les activités tertiaires lancées à Dubaï, en particulier pour la nouvelle place boursière qui a commencé ses activités en 2004, l’argument de vente, son marketing pitch, consiste à rappeler que le Golfe, idéalement placé à sept heures de Londres et de Hong Kong, constitue l’indispensable relais d’une économie globalisée fonctionnant 24/24 h en sautant d’un fuseau horaire à un autre.

Face à des Emiriens (c’est le nom officiel en français, même si on peut préférer émiratis) avouant, en vrais-faux candides, qu’ils sont strictement ignares dans ce domaine, des galeries locales – Atassi, de Damas, mentionnée dans le billet précédent – ont bien tiré leur épingle du jeu. Les grands dealers internationaux de l’art contemporain ont trouvé, eux, l’événement tout-à-fait “rafraîchissant” et regrettent un peu d’avoir dû rapporter avec eux les oeuvres les plus chères (autour d’un million de dollars pour certaines). Ils reviendront tout de même car, comme l’avoue franchement l’un d’entre eux, ce marché émergeant, avec ses quelque 500 milliards de dollars en revenus pétroliers annuels, est plus stimulant encore que ses rivaux russe, chinois ou indien…

De toute manière, le principal acteur du marché global de l’art, Christie’s (des ventes à hauteur de 4, 67 milliards de dollars en 2006, chiffre d’affaires en progression de 36 %), a montré la voie en ouvrant, dès avril 2005, un bureau permanent à Dubaï qui s’est avéré un vrai filon comme l’a raconté à l’époque Valérie Duponchelle, la spécialiste des pages culture du Figaro :

La première saison de Christie’s à Dubaï en mai 2006 a été à ce titre une réussite alléchante pour un marché de l’art qui vit déjà une embellie incroyable, de New York à Londres, de Bâle à Paris, grâce à l’art contemporain. En réalisant un produit de 8,489 M$ (87 % des lots vendus et surtout 94 % en valeur, soit des acheteurs très enthousiastes dont les enchères dépassent largement les estimations), sa vente internationale d’art moderne et contemporain a été un coup de théâtre en 2006. Records absolus aux enchères pour deux maîtres de l’art moderne indien, vivant et travaillant d’ailleurs en France comme l’attestent nombre de collections françaises : Rameshwar Broota, né en 1941, couronné pour son tableau presque abstrait, Numbers, de 1979 (acheté 912 000 $ par un collectionneur indien, près de 12 fois son estimation basse) ; Syed Haider Raza, né en 1922, couronné pour sa toile de coloriste, Sourya, de 1979 (un collectionneur indien l’a payée 329 600 $, près de 3 fois l’estimation basse). Sur les dix plus hautes enchères de ce 24 mai inaugural à Dubaï en 2006, six sont le fait d’acheteurs indiens, trois d’acheteurs du Moyen-Orient, une d’un collectionneur américain.

Comme on le voit, la présence aux Emirats de M. F. Husain, le créateur “blasphématoire” de Mother India, n’est pas un pur choix esthétique. Depuis toujours, Dubaï, Abu-Dhabi, les pays arabes du Golfe en général, sont ouverts, culturellement et économiquement, vers l’est. Au moment où la Chine et l’Inde s’affirment comme puissances économiques, Le Caire et Beyrouth, les centres traditionnels du marché de l’art arabe feront sans aucun doute le pèlerinage annuel à Dubaï, la nouvelle Mecque de l’art contemporain. Il est déjà prévu que la prochaine Gulf Art Fair, l’année prochaine, ait doublé de volume…

Bahreïn (1/2) : printemps érotique


A nouveau Bahreïn pour ce billet hebdomadaire : au fil de ces chroniques, dictées par les hasards de l’actualité, c’est un fait que les pays du Golfe reviennent régulièrement. Les récents avatars de la diplomatie locale le prouvent suffisamment, le centre de gravité du monde arabe s’est déplacé vers cette région. Un phénomène qui a commencé il y a plusieurs décennies déjà, au détriment du prestige géopolotique – et culturel – de l’Egypte, et des autres pays du micro-système proche-oriental.

Officiellement indépendant depuis trois décennies à peine (1971), le royaume du Bahreïn réunit un peu plus de 600 000 habitants, en majorité chiites, même si la dynastie régnante est sunnite. Depuis février 2002, une nouvelle Constitution a vu la mise en place d’un Parlement composée de deux chambres.

Comme dans toute démocratie, elles regroupent toutes sortes de courants politiques, notamment divers partis de l’islam politique – et parmi eux celui de “l’authenticité” (Al-Asâla, الأصالة) dont il faut absolument suggérer la création d’un équivalent français en ces temps électoralistes et identitaires ! Cette tendance politique a fait récemment parler d’elle en réclamant, et en obtenant, vers le milieu du mois dernier, une commission parlementaire chargée d’enquêter sur des accusations d’atteintes aux bonnes moeurs qui auraient eu pour cadre les festivités du “Printemps de la culture”, une manifestation officielle organisée pour la seconde année consécutive.

La cible principale des accusations est le spectacle inaugural, donné le 1er mars dernier, sous le titre de Majnoun Leïla (مجنون ليلى : Le “fou” de Leïla, celui-là même dont s’inspira Aragon en écrivant, en pleine guerre d’Algérie, son très célèbre recueil Le Fou d’Elsa).

Tous les ingrédients d’un triomphe semblaient pourtant réunis pour cette commande officielle préparée de longue date : un des plus grands compositeurs chanteurs interprètes de la scène arabe, le Libanais Marcel Khalifé, une distribution prestigieuse d’une trentaine de danseurs et chanteurs (parmi celle-ci la très engagée Oumayma al-Khalil, Libanaise elle aussi), et un livret dû à la plume de la gloire des lettres locales, Qassim Haddad (قاسم حداد), un poète unanimement célébré dans le monde arabe.

C’était oublier que des batailles politiques prennent facilement corps sur le terrain de la culture. Alors que Marcel Khalifé avait déjà été, entre 1996 et 2003, la cible d’attaques répétées pour avoir commis le crime de mettre en musique un poème de Mahmoud Darwich dans lequel figurait un verset coranique, c’était peut-être prendre un risque inconsidéré que de confier à ce musicien un spectacle de danseurs et de danseuses qui proposent – c’est le titre du recueil du poète bahreïni mis en musique et en scène – une “célébration du corps et de l’amour” (الاحتفاء بالحب والجسد).

Qualifié dans un premier temps de “printemps du ridicule” (ربيع السخافة: jeu de mot en arabe sur la proximité de ce terme avec le mot culture, quelque chose comme ” le printemps du bon temps…”), la manifestation visant à mettre en évidence l’ouverture culturelle et la maturité sociale du petit royaume pétrolier s’est rapidement vu affublée du quolibet de “printemps du sexe” (spring of sex)! Choqués, authentiquement ou non, une trentaine de députés ayant assisté à la première ont joint leur voix au concert des plus excités qui, tout en clamant qu’ils n’ont rien contre la danse, s’indignent et réclament des sanctions lorsqu’un ministre patronne un spectacle “où l’on fait l’amour en public” (practising sex in public, c’est dans le texte de la dépêche en anglais).

La chanson reprend un air connu dont ces chroniques tiennent la rubrique trop régulière… Fort classique dans son déroulement, dans les parti(e)s, points de vue et arguments qu’elle met en présence, l’affaire du “printemps de Bahreïn” montre combien les tensions s’accumulent entre deux visions du monde, deux projets de société.

Au regard des rapports de force, et des intentions des uns et des autres, il est sans doute assez significatif que le manifeste des artistes que nous traduisons intégralement ci-dessous ait reçu un large écho auprès de la presse transnationale arabe, quelle que soient ses opinions, mais de toute manière presque toujours sous la dépendance de capitaux très largement saoudiens… Prolongée par une campagne de signature sur son site (www.jihat.com : une intéressante revue poétique électronique), le texte de Qassim Haddad, cosigné par Marcel Khalifé, a au moins le mérite de la clarté (et d’une certaine éloquence dont ma traduction peine peut-être à rendre les accents les plus vibrants).

Nous sommes venus proclamer l’amour.
Cherchant dans le patrimoine arabe de quoi éclairer notre présent et retrouver ce que nous avions oublié, ce dont nous avions besoin dans cette vie d’aujourd’hui, à savoir l’amour, nous avons trouvé la perle éternelle de l’amour, cette flamme de la passion qui ne peut s’éteindre tant que deux êtres s’y animent.
Nous avons apporté l’histoire de celui qui s’anéantit dans l’amour –celui qui, dit-on, en devint fou – et nous avons tenté de lui apporter le meilleur de notre propre poésie, de notre musique, de nos chants, de nos danses et de notre écriture dramatique. Nous n’avions qu’une ambition : pousser les gens vers la joie, et non pas vers l’obscurité (ghiyâb), vers la vie et non pas vers le néant.
Nous voulions exprimer ce que l’homme est capable de manifester de plus beau, de plus pur, dans ses sentiments, glorifier ce qui est vraiment digne de l’être : l’amour.
Jamais nous n’avons imaginé réveiller les instincts les plus bas d’un public venu, en toute innocence, en pleine confiance, en toute candeur, pour ouvrir grand son cœur, sans préjugé, sans malice, sans jugements.
Un public auquel nous sommes lié par un contrat de respect mutuel, auquel nous n’aurions pu manquer en lui présentant une œuvre inaboutie, vulgaire, commune. Jamais nous n’aurions imaginé que ce que cette représentation pure et innocente, dénuée de toute mauvaise intention, pourrait être interprétée, de façon obscurantiste, de façon totalement contraire à notre projet ; que les défenseurs de la religion, de la morale et de la pureté y verraient quelque chose de scandaleux et de blâmable, une attaque contre la loi islamique et les bonnes mœurs.
La tentative des députés du “bloc islamique” et de leurs partisans pour s’en prendre à “Majnoun Leïla” et aux autres manifestations du “Printemps de la culture” à Bahreïn en constituant une commission en vue d’enquêter sur ce qu’ils appellent une attaque contre la loi islamique, cette tentative c’est pour nous non pas un règlement de compte politique, éventuellement personnel mais, plus profondément, la marque d’une volonté délibérée et organisée pour terroriser toutes les manifestations de la pensée et de la culture, pour réprimer tout effort créateur. C’est culture libre, celle qui refuse de suivre les modèles préétablis qui est visée.
C’est une manière néfaste, stérile et fort questionnable de défendre une religion dont la force, la grandeur et la permanence tiennent, non pas à la violence verbale et physique qu’exercent les grands prêtres des ténèbres et les vendeurs de fatwas, mais à son message de coexistence, de tolérance et d’amour. Une religion qui, en ce qu’elle a d’essentiel, repose sur le dialogue et l’effort personnel. Une religion qui n’a pas besoin du sang d’un poète ou d’une chanson brisée pour exister et durer ; qui n’a pas besoin de cris, d’emportements, de spasmes pour se défendre.
C’est un appel franc et massif au repli su soi, à dénier à l’autre son droit à l’expression, à refuser la pluralité des voix, avec ce paradoxe que cet appel émane d’un “parlement” dont on pourrait supposer qu’il est la tribune de toutes les voix et de toutes les orientations.
Pareil appel est une offense non seulement à l’homme libre, désireux de connaissance et de plaisir, mais à tout un pays, vivant, de façon civilisée, au XXIe siècle.
Nous sommes donc en droit de nous interroger.
Le peuple d’une nation civilisée peut-il être représenté par des députés qui croient pouvoir s’arroger le pouvoir ? le pouvoir d’interdire, de réprimer, de censurer ? Des députés qui entrent en transe dès que surgit un poème ou une chanson, faute de se plier à leurs diktats, suscite leur haine et leur fanatisme ? Des députés qui voient Belzébuth dans la moindre chanson, la moindre danse, la moindre scène, le moindre texte ? Des députés qui se figurent que la clémence de Dieu n’existe que pour eux seuls, à l’exception de tous les autres ?
Des députés dont il n’entre pas dans les attributions, dans leur assemblée, de donner au peuple des leçons de morale et qui n’ont pas davantage à le faire sur le plan du patriotisme.
Ce qui arrive ici aujourd’hui est déjà arrivé, et arrivera encore, ici ou là dans le monde arabe, d’une manière ou d’une autre. L’intellectuel arabe est constamment l’objets d’accusions, de soupçons, dès lors qu’il crée. Il doit donc non seulement créer mais encore défendre sa création contre les forces de la répression qui le guettent à la moindre occasion.
Qu’on nous permette de saluer, de serrer dans nos bras, tous les cœurs passionnés et tous les esprits libres qui se sont levés pour défendre l’amour et la liberté, autant de choses qu’on ne saurait prendre à la légère dès lors qu’il s’agit de la vie et de la création. Nous saluons cette attitude courageuse, digne d’esprits civilisés, confiants en un avenir vers lequel personne ne pourra nous empêcher de nous diriger, en toute liberté, avec toutes nos manières de penser et de nous exprimer artistiquement.
Nous joignons la voix de notre poésie et de notre musique aux vôtres et nous leur disons : ôtez ces mains que vous voulez serrer autour de nos gorges !

En ces temps de campagne électorale, et tandis que s’organise en France, par des pétitions, le refus des “ordinateurs-de-vote”, l’exemple du Bahreïn, et de sa démocratie électronique, est à méditer. Ce sera le thème de notre prochaine chronique.

Un choc dans la bataille : le clash des programmes culturels



Pour en parler, la presse littéraire arabe, à l’instar du romancier égyptien Gamal Ghitany, utilise un mot un peu rare : mawqa’a (موقعة) : quelque chose comme “le choc dans la bataille”. Rien de plus qu’une anecdote pourtant, sans nul doute douloureuse pour ses protagonistes. Mais révélatrice, aussi, de la difficulté à mener un “dialogue à travers les cultures”.

Tel était bien pourtant l’intention du programme culturel lancé par les autorités allemandes sous un titre inspiré du célèbre texte de Goethe, Le Divan occidental-oriental. Dans le contexte immédiat de l’après 11 septembre, le projet consistait à provoquer des échanges entre écrivains allemands et arabes : trois semaines dans le monde arabe pour les Occidentaux, auprès d’un de leurs “collègues” égyptiens ou libanais par exemple, six semaines à Berlin pour les Orientaux.

Le romancier libanais Rachid El-Daïf (si vous ne le connaissez pas, voici son site) a été associé à un partenaire allemand, Joachim Helfer, pour cette expérience de “divan”. Y compris dans un sens psychanalytique, que Goethe n’avait certes pas imaginé, puisque ce jeune auteur vit, ouvertement, une homosexualité dont sa littérature se fait largement l’écho. (Je précise d’entrée que, faute de connaître l’allemand, les informations que je donne ne sont que celles que l’on peut lire dans la presse arabophone ou francophone.)

Comme il l’écrit dans le texte qu’il a tiré de cette rencontre – ce qui était un des buts du projet – les six semaines passées en compagnie de Joachim Helfer ont été l’occasion pour R. D. (il se nomme souvent ainsi dans ses propres textes) de partager le quotidien d’un homosexuel déclaré. Une réalité déconcertante comme il s’en explique, comme il le confesse même, pour un homme élevé dans une société qui n’aime rien tant que “fêter et célébrer la virilité” (cf. le billet précédent !).

Ce bref récit (90 pages, qu’on espère voir rapidement traduites en français), R.D. l’a appelé Le retour de l’Allemand à la raison (عودة الالماني إلى رشده), titre qui mérite quelques éclaircissements. Il résume en quelque sorte l’anecdote du livre, l’invité occidental cédant, à Beyrouth, aux charmes d’une certaine Ingrid (allemande, donc…), à qui il fait un enfant. Mais il dit également, par cette manière de présenter les choses, la façon dont R.D. se réjouit, compte tenu de ses propres codes d’Oriental (avec son propre “alphabet” comme il l’écrit), de la “conversion”, même passagère, vécue par son alter ego allemand en terre libanaise.

Le titre choisi par R.D. fait également référence à un autre texte, bien connu en français mais à travers une traduction qui ne peut pas laisser percer l’allusion. La Prairie parfumée où s’ébattent les plaisirs, le célèbre “manuel d’érotologie islamique” (sic !) a pour titre originel en arabe “Le retour de l’homme âgé à sa jeunesse” (رجوع الشيخ إلى صباه). Même si on ne lit pas l’arabe, la parenté des deux titres se devine. Faire allusion à ce texte, c’est bien entendu, chez l’oriental R.D., assumer (mais discrètement et non sans auto-ironie) sa virilité arabe triomphante après la déstabilisante découverte d’une homosexualité assumée.

(On peut même risquer une interprétation supplémentaire : le mot, peu fréquent là encore, qu’a utilisé R.D. pour désigner la “raison”, ou plus précisément la “conduite raisonnable”, al-rushd, n’est certainement pas par hasard un écho sonore de propre prénom. A mon sens, il ne faut pas y lire une sorte de forfanterie, une manière d’affirmer la certitude de ses choix, y compris sexuels, en posant l’adéquation rush = Rashid mais plutôt un aveu par R.D. des fragilités de son être intime, avant de se proclamer, trop facilement rasséréné, faussement rassuré, confirmé dans sa propre “bonne conduite” par le comportement, enfin “viril”, de cet étranger si étrange.)

En janvier 2006, R.D. a publié son texte, en arabe, non sans avoir obtenu l’accord préalable, pour livrer des choses aussi personnelles, de Joachim Helfer. Celui-ci a publié le sien, tout récemment, en allemand (il est sorti à l’occasion de la Foire du livre de Francfort). Mais sans demander à R.D. son accord, ou plutôt, si l’on en croit les récits, sans respecter les termes de l’accord convenu.

Apparemment blessé par ce que R.D. avait écrit sur lui, il a en effet choisi de répondre à son livre en en commentant la traduction allemande. Mais il l’a découpée en fragments qu’il a arrangés à sa façon, et il l’a accompagnée de très longs commentaires, particulièrement blessants. A ses yeux, R.D., à travers son texte, ne fait qu’illustrer l’incapacité (probablement congénitale) des machos arabes à accepter l’homosexualité. Mais le pire coup qu’il assène à R.D., c’est de l’accuser, ouvertement, de n’être qu’un antisémite, accusation qui, comme on ne le sait que trop, ne peut qu’assurer la complaisance du public occidental, et allemand en particulier…

Alors que Rachid el-Daïf avait livré un texte courageux, retraçant le récit intime d’une véritable interrogation sur l’étrangeté de l’Autre tout en reconnaissant ses propres limites à sortir de son alphabet culturel et moral, Joachim Helfer préfère se vautrer dans les pires clichés à propos des “Arabes”.

Rachid el-Daïf terminait son texte, par ces mots :

Je me suis dit en moi-même, en leur disant adieu, qu’il faudrait que beaucoup de choses soient dites pour que tout soit clair entre les Arabes et les Allemands.
Beaucoup de choses, portées par un réel et irrépressible désir.

Joachim Helfer donne à son commentaire un titre qui ne saurait dire plus clairement le refus de la parole de l’Autre :

L’homosexualisation du monde.
Parole contre parole.
Beyrouth – Berlin.

Faut-il vraiment s’étonner de voir tourner court, et même “tourner vinaigre”, un “dialogue à travers les cultures” qui n’est fondé que sur de bonnes intentions et qui fait à ce point l’impasse d’une réflexion sur les données politiques des échanges, fussent-ils culturels ?

Quelques liens :
Le magazine littéraire en ligne (en arabe) kikah.com sur lequel on peut retrouver le récit de cette affaire par Samir Jurays
Un article dans Al-Quds al-‘arabî par un poète et critique marocain dont le nom malheureusement n’apparaît pas.
Le récit, dans le quotidien Al-Safir, par le poète libanais ‘Abbâs Baydûn, témoin de l’affaire lors de la Foire de Francfort (“texte caché” du texte original)
Un bon entretien de R.D. dans le quotidien Al-Akhbar
En français tout de même un article du quotidien L’Orient-Le Jour

(26/11/2006) M. Joachim Helfer me demande d’apporter les précisions suivantes, qui contredisent ce qui a été écrit dans la presse arabe :
“Le texte de Rachid (el-Daïf) est publié dans son ordre original, et sans aucune modification. Je ne l’ai jamais accusé d’être un anti-sémite, ni dêtre un macho, et n’ai pas fait la moindre allusion à aucune théorie de nature congénitale. Tout ce que j’ai fait, c’est de commenter son texte et de citer ce qu’il a pu dire, ou faire. Le sous-titre “Parole contre parole” ne signifie nullement un refus de son discours, mais, tout au contraire, le sens même de la dialectique.”