Du mariage et du divorce dans le monde arabe : en Egypte, d’abord…

need_a_solution_afeesh
Il arrive – rarement sans doute – qu’un film contribue à changer le destin d’une société. Icône des grandes heures du cinéma égyptien où elle forme, avec Omar Sharif, le couple glamour de l’époque, Faten Hamama (فاتن حمامة : très bonne notice dans Wikipedia anglais) soutient d’abord la révolution égyptienne de 1952 mais prend rapidement ses distances avec un régime de plus en plus oppressif. Malgré les demandes répétées de Nasser qui regrette, selon ses propres termes, la perte de « ce trésor national », elle ne retourne au Caire qu’au début des années 1970, après la mort du zaïm.

Mais elle n’a rien perdu de ses convictions. A force d’insistance, elle fait porter à l’écran, en 1975, Je veux une solution (أريد حالا : affiche ci-dessus), histoire mélodramatique d’une femme à qui la loi refuse de se séparer de son mari. Salué par la critique et le public, le film provoque un véritable débat de société et permet enfin l’adoption, 14 ans après son dépôt, d’un nouveau Code de la famille qui accorde aux femmes le droit de divorce (en vertu du khul3 خلع selon lequel la femme doit en principe verser une compensation financière…)

Trente ans plus tard, la loi est encore loin de rendre totalement justice aux femmes égyptiennes désireuses de se séparer de leur mari, mais les choses ont tout de même considérablement évolué. Mahasen Saber (محاسن صابر), une jeune scénariste « moderne » a connu un très joli succès avec son livre Je veux divorcer (عايزة اطلق) dans lequel elle raconte notamment comment certains hommes exploitent à leur avantage les failles et les faiblesses du Code de la famille égyptienne.

Pour aller au-delà du khul3 obtenu grâce à l’action de femmes comme Faten Hamama, Mahasen Saber utilise les médias d’aujourd’hui, à savoir internet, avec un blog et même une radio en ligne depuis quelques mois (lien vers son blog où l’on trouve également diverses vidéos qui sont autant de  “tranches de société”).

Avec une allusion peut-être, également, à ce film qui a tant marqué les mémoires féminines égyptiennes, Ghada Abdelal (غادة عبد العال) a publié l’année dernière, à partir de chroniques écrites également sur son blog, Je veux me marier (عايزة اتجوز). Ce best-seller qui en est à sa sixième édition décline toutes les bonnes et mauvaises raisons de se marier, alors qu’on est « une doktora respectée, qu’on gagne convenablement sa vie, qu’on mange, qu’on boit, qu’on dort, qu’on va au ciné, qu’on regarde Rotana »…

Seules ou en couple, les jeunes Egyptiennes d’aujourd’hui ont donc malgré tout considérablement évolué durant ces trois dernières décennies, notamment dans la manière d’assumer et d’exprimer leurs revendications. On peut penser d’ailleurs que le passage au dialecte entre le titre du film des années 1970 et ceux des blogs devenus livres d’aujourd’hui (de أريد à عايزة pour les arabophones) est la marque linguistique d’une approche nettement plus décontractée sur bien d’autres plans. Les femmes continuent à réclamer leurs droits, certes, mais sans tomber dans le tragique et en l’occurrence dans le mélodrame égyptien, sans doute en partie inévitable à l’époque de Faten Hamama.

Au contraire, modernes voilées ou « en cheveux », elles assument leurs choix de vie, sans complexe et avec humour.

Suite la semaine prochaine avec “Neuf millions de célibataires”… en folie ?

Brève vidéo de Ghada Abdelal (à gauche) signant son livre. A côté d’elle, Rehab Bassam (رحاب بسام), autre blogueuse devenue elle aussi auteure à succès avec Riz au lait pour deux personnes (أرز باللبن لشخصين). Les internautes curieux peuvent aussi aller écouter Banat9bass (= banat wa bass, : excellente leçon d’arabizi !), une radio, « rien que pour les filles », créée il y a un peu plus d’un an.

Les « règles de l’art » et le prix d’un intellectuel (en Egypte)

sonallahPour se faire une idée à peine exagérée de ce dont on va parler, il suffit d’imaginer, dans un avenir pas forcément si lointain, que la médaille Nicolas Sarkozy des Arts et des Lettres est attribuée à Frédéric Mitterrand, tandis que Philippe Val voit son œuvre d’essayiste couronnée par le prix Carla Bruni…

En Egypte, ce sont les « prix Moubarak » que l’on décerne ainsi à différentes personnalités du monde des Lettres et des Arts, à l’issue des tractations et des négociations rituelles qui marquent, chaque année, un exercice dont on se demande s’il n’a pas pour principale fonction de renouveler symboliquement l’allégeance des intellectuels locaux au pouvoir.

Fort démocratiquement en principe, ce sont les membres de la communauté intellectuelle qui élisent, à travers leurs instances représentatives, les heureux bénéficiaires de ces distinctions. Avec pour résultat que la jeunesse et l’audace sont, comme partout ailleurs sans doute, rarement récompensées, au terme d’un processus de sélection où les pratiques incestueuses d’une petite coterie se révèlent en toute indécence.

Cette réalité, le romancier Baha Taher, qui vient de recevoir le « prix Moubarak de littérature », ne la nie pas. Selon ses propres termes il éprouve une certaine gêne (عنصر الحرج قائم) à siéger au sein du Conseil supérieur de la Culture qui lui a décerné cette distinction d’un montant de 400 000 livres égyptiennes (un peu plus de 50 000 euros tout de même).

De tels scrupules honorent cet écrivain qui a déjà remporté en 2008 le prestigieux Booker arabe (50 000 dollars) et qui avait demandé cette année-là pour le prix Moubarak que son nom soit rayé de la liste des auteurs sélectionnés au profit du critique Rajâ’ al-Naqqâsh, récemment décédé.

On n’en dira pas autant de Gaber Asfour, qui se voit attribuer cette année le « prix de l’appréciation de l’Etat » (tout un programme ! 200 000 LE, soit 25 000 euros) par le Conseil supérieur de la Culture, une institution dont il a été le Secrétaire général presque 15 ans (de 1993 à 2007) et dont il continue à diriger le très important programme de traduction (المشروع القومي للترجمة) dont il a été question dans un récent billet.

Au chapitre de l’impudence, la palme revient toutefois sans conteste possible au poète Ahmad Abd al-Muti Higazi (أحمد عبد المعطي حجازي) dont on a déjà parlé et qui a réussi en mars dernier le véritable tour de force de se décerner à lui-même le prix qu’il organisait (article en arabe) ! En effet, en tant que président de la commission « Poésie » du Conseil supérieur de la culture, Higazi est l’organisateur du Forum international de la poésie arabe (ملتقى القاهرة الدولي الثاني للشعر العربي) qui, pour sa seconde édition, n’a pas hésité à honorer de son prix (100 000 LE) Higazi en personne, poète dont le dernier recueil publié remonte à l’année … 1989 !

Pour ceux qui en douteraient, on rappellera que tout le monde en Egypte ne se laisse pas éblouir par les récompenses des autorités. Dans l’article de Middle-east-online déjà cité, on rappelle comment le romancier Sonallah Ibrahim a refusé en 2003, sur la scène où il était monté pour le recevoir, le prix qui lui était décerné (voir ce précédent billet), en manifestation de sa solidarité avec le peuple palestinien (déjà) abandonné par le pouvoir égyptien. (A ce sujet, je me souviens d’avoir lu quelque part que l’actuel ministre de la Culture, candidat à l’Unesco, a fait pression à Toulouse, récemment, pour que ne soit pas invité ce romancier aux si mauvaises manières, et qu’il s’est fait éconduire… Quelqu’un aurait-il la trace de cette information ?)

Cependant, et malgré quelques exceptions qui forcent le respect, les intellectuels égyptiens se plient à ce que Pierre Bourdieu appelait, d’une belle formule, « les règles de l’art ». Après avoir été adoptés par l’Egypte républicaine, les prix d’Etat n’ont plus grand-chose à voir avec les principes qui avaient présidé à leur création à l’époque de Flaubert, décrite dans le livre de Bourdieu, quand les khédives cherchaient à encourager les élites d’un pays lancé dans la course de la modernisation.

En effet, prisonniers qu’ils étaient d’une conception – fort partagée et pas seulement à cette époque – selon laquelle l’avant-garde consciente de la Nation avait pour mission de guider le peuple immature vers les Lumières du progrès, les intellectuels égyptiens (et arabes) étaient voués à être « achetés » par le pouvoir, dès lors qu’ils étaient privés du soutien qu’offrait à leurs semblables, sous d’autres latitudes et dans d’autres contextes, l’existence d’un champ intellectuel plus autonome (au sens donné par Pierre Bourdieu, une fois encore, à ce terme).

Avec toujours autant de « bonnes intentions », on assiste aujourd’hui dans le monde arabe à une inflation de récompenses créées les unes après les autres à titre d’ « encouragement » (تشجيع : c’est également le nom d’une distinction littéraire distribuée par les autorités égyptiennes). Grâce aux revenus de la rente pétrolière, le « prix » d’un intellectuel arabe a ainsi brusquement augmenté passant de 50 000 euros pour la plus rémunératrice des distinctions dans la grande République arabe d’Egypte à 150 000, pour les Sheikh Zayed Book Awards des Emirats Arabes Unis, qui distribuent, depuis 2007, quelque 13,5 millions d’euros de prix…

Il n’est pas sûr que la création artistique et l’originalité intellectuelle du monde arabe y gagnent beaucoup. Il est certain en revanche que ce sont les plus chenus des courtisans qui savent le mieux manier les « règles (politiquement correctes) de l’art ».

Illustration : Sonallah Ibrahim manifestant pour le mouvement Kefaya, par Joshua Stacher : http://www.personal.kent.edu/~jstacher/Photo.html#home

Suite à son premier commentaire, Richard Jacquemond propose ces liens à propos de l’invitation de Sonallah Ibrahim à Toulouse et il en a fait une rapide traduction synthétique en français. Merci !

(voir 1/ Edito (« 3amûd » ) de Alaa al-Asouani dans le quotidien Al-Shurûq (quotidien égyptien privé issu de Dar al-Shurûq, d’Ibrahim al-Mu3allim), le 15 juin, intitulé « Pourquoi Farouk Hosny n’est pas allé à Toulouse ? »
Alaa al-Asouani était invité avec d’autres écrivains égyptiens au Marathon des mots organisé à Toulouse et dont l’invité était cette année l’Egypte. Il rapporte dans cet article que le festival a été inauguré par la ministre française de la culture et qu’une invitation avait été adressée à son homologue égyptien, mais « quelques jours après les organisateurs à Toulouse ont reçu un appel téléphonique d’une officielle de l’ambassade égyptienne à Paris leur demandant d’annuler l’invitation adressée à Sonallah Ibrahim, faute de quoi le ministre égyptien déclinerait l’invitation. (La raison étant bien entendu le contentieux entre Sonallah et le ministre depuis le prix de 2003 refusé par l’écrivain). Ce que les Français refusèrent évidemment.

2/Article du 20 juin. Communiqué de Husâm Nassâr, conseiller de F. Hosny chargé de sa campagne pour l’Unesco, qui dément que le ministre ne soit pas allé à Toulouse en raison de la présence de Sonallah Ibrahim. Selon lui, le ministre n’a pas reçu d’invitation. A quoi la commissaire du festival de Toulouse, Dalia Hassan, contactée par Al-Shuruq, répond qu’une invitation a bien été envoyée à F. Hosny via l’ambassade d’Egypte à Paris.
(Le reste de l’article porte sur la campagne de FH pour l‘Unesco et la position des écrivains égyptiens par rapport à cette campagne ; rien de neuf ni d’important).

“Le marché aux esclaves” : guerre, prostitution et création

Sundus Abdul Hadi (سندس عبدالهادي) a 24 ans. Elle vit au Canada et se présente elle-même (en anglais) comme une artiste irako-canadienne tirant son inspiration à la fois du monde sumérien (la première civilisation urbaine, dont les origines, en basse Mésopotamie, remontent au IVe millénaire avant notre ère) et de la civilisation des premiers temps de l’islam.. Elle conçoit son travail plastique comme un commentaire sur les médias, l’histoire, la politique et les questions sociales à travers le regard d’une femme vivant dans le monde de l’après 11-Septembre.

On parle d’elle aujourd’hui dans la presse étasusienne (un article dans le American Chronicle par Suki Falconberg, écrivain féministe très engagée dans la “satire érotique de la prostitution militaire”), et désormais dans la presse arabe, via le quotidien en ligne Elaph bien placé, en tant que représentant de la ligne libéralo-moderniste néo-séoudienne, pour se faire l’écho d’une telle prise de parole.

A l’origine de l’intérêt pour cette jeune artiste, le tableau appelé Inanna in Damascus, qui illustre ce billet, présenté à Ottawa au printemps dernier. Comme elle l’explique (en anglais) dans son blog (que je résume ici) elle a voulu à travers cette œuvre dénoncer l’industrie du sexe dont sont victimes les femmes irakiennes en Syrie (et plus largement au Moyen-Orient). Chassés par la guerre de 2003, environ 1,5 million d’Irakiens vivent aujourd’hui en Syrie (pour une population d’environ 20 millions d’habitants, soit 6 millions de personnes à l’échelle de la population française). Dans bien des cas, ces réfugiés sont réduits aux pires extrémités et, pour ce qui est des femmes à la prostitution, en particulier auprès d’une clientèle de passage, en provenance des pays du Golfe.

A travers la référence à Inanna, la déesse sumérienne de la sexualité et de la guerre, Sundus Abdul Hadi explique qu’elle a voulu représenter les pires oppresseurs des femmes, et aussi leurs clients les plus fréquents, les Saoudiens indissociables du soldat américain, rappelant l’origine de la guerre qui a créé un tel chaos dans la région. Complété par le maquereau, le groupe se tient devant Al-Hurmân, un cabaret dans la vieille ville de Damas dont le nom évoque en arabe à la fois le harem et le péché.

En réinterprétant le célèbre tableau du peintre Jean-Léon Gerôme intitulé “Le marché aux esclaves”, l’artiste a choisi de transposer dans l’imaginaire contemporain cette scène, sans doute irréelle mais bien présente dans les fantasmes de l’amateur de scènes orientales du XIXe siècle. Elle remarque qu’on y trouve déjà les acteurs dont elle veut dénoncer le rôle dans le “marché aux esclaves” irakiennes d’aujourd’hui : le client, le soldat, le politicien et l’homme d’affaires arabe présent aussi bien au XIXe qu’aujourd’hui.

La démarche de cette artiste et la violence de son œuvre prennent plus de sens encore si on les replace dans le contexte plus large de l’expression artistique arabe moderne, marquée par l’essor de l’école irakienne. Evoquée dans ce billet, c’est notamment à elle que l’on doit, dans les années 1950, la naissance de l’abstraction arabe via l’utilisation de l’alphabet arabe par l’école dite hurûfiyya.

Si l’occupation de l’ancienne capitale abbasside est politiquement insupportable pour le monde arabe, la destruction de la société irakienne est vécue par les milieux culturels comme l’anéantissement d’une avant-garde culturelle, notamment plastique. Brodant sur le thème de Sindbad, un article récent dans Al-quds al-‘arabi raconte ainsi comment, après les années 1950 et 1960 si fertiles, les artistes irakiens ont pris le chemin d’un exil sans retour à partir des années 1990 et de la première guerre du Golfe et plus encore à partir de l’invasion de 2003.

Raison de plus pour saluer les rares d’entre eux qui n’ont pas fait le “huitième voyage de Sindbad”, celui pour lequel il n’est pas de retour. C’est ce que fait une galerie londonienne, animée par des intellectuels arabes résidant en Grande-Bretagne (voir cet article dans Al-quds al-‘arabi ). Sous le titre Riding on Fire, elle expose jusqu’à la fin du mois d’octobre les œuvres d’une quarantaine d’artistes qui continuent à essayer de vivre et de créer dans le terrible Irak du New Middle-East.
Illustrations : http://mesopotamiancontemplation.blogspot.com et www.artiquea.co.uk

Des chanteuses et des hommes (politiques) : "la dialectique des corps et des hommes influents"

Bien que son titre puisse le donner à penser, ce billet n’a rien à voir avec la vie privée du président de la République française et de son épouse, la chanteuse Carla Bruni. Certes, on cherche dans les kiosques français des couvertures qui ne sont pas illustrées par la photo de l’une ou de l’autre (au point de faire étrangement ressembler la presse française aux journaux arabes qui ne sauraient déroger à l’actualité royale, princière ou présidentielle). Mais dans le monde arabe, et en Egypte tout particulièrement, c’est un autre homme politique, et une autre chanteuse, qui occupent toutes les conversations, au point de reléguer à l’arrière-plan les sacro-saints feuilletons de ramadan.

Il faut dire que ce feuilleton-là possède tous les ingrédients des pires scénarios de la trash télévision : sexe, argent, trahison, violence… et politique.

Un rapide rappel des faits est sans doute nécessaire. Fin juillet, le corps de Suzanne Tamim (سوزان تميم), une chanteuse libanaise qui a une vie sentimentale compliquée est découvert dans son appartement en haut d’une des tours de Dubaï, aux Emirats. Le 9 août, l’assassin présumé, un ancien policier égyptien, est arrêté. Quelques jours plus tard, un quotidien du Caire, al-Dustour, est saisi, et plusieurs de ses journalistes mis en accusation, pour avoir écrit qu’une importante personnalité politique locale était mise en cause dans l’enquête. Le 2 septembre, et sur la foi d’enregistrements saisi auprès de l’assassin présumé, le parquet égyptien annonce la mise en accusation pour “incitation au meurtre” (التحريض على قتل) de l’homme d’affaire Hisham Talaat (هشام طلعت), connu pour entretenir une liaison tumultueuse avec la victime depuis plusieurs années.

L’homme arrêté n’est pas exactement n’importe qui. Milliardaire d’une cinquantaine d’années à la tête du très puissant groupe immobilier, Talaat Mustafa Group (estimé à plusieurs milliards de dollars), ami personnel de la famille Moubarak et en particulier du jeune fils prodige Gamal, Hisham Talaat, membre du Parlement égyptien où il participait à la commission économique, était jusqu’alors une des figures clés du parti au pouvoir.

Dans les innombrables commentaires de la presse arabe sur cette affaire, cet article d’Elaph (un quotidien en ligne un peu trash qui se délecte de cette affaire) résume bien les différentes hypothèses qui pourraient expliquer ce dénouement juridique, au-delà, bien entendu, de la rigueur et de l’impartialité qui caractérisent la justice égyptienne.

Un premier scénario évoque les tensions qui opposeraient les milieux d’affaires proches du pouvoir et qui auraient provoqué la chute de Hisham Talaat au profit de son rival, Ahmad ‘Izz (أحمد العز), un autre magnat de la construction.

On peut également penser que les autorités ont décidé de lâcher le magnat de l’immobilier en constatant l’écho de cette affaire auprès de l’opinion, peu disposée à prendre le parti d’un mari volage et père de famille, et bien évidemment très émue par le sort de la belle et jeune chanteuse libanaise, sauvagement assassinée. Après différentes décisions récentes, en particulier la relaxe d’un autre milliardaire propriétaire du ferry dont le naufrage en Mer Rouge, en 2005, avait tout de même provoqué un millier de victimes, il n’était pas mauvais que la justice montre qu’elle pouvait être exemplaire.

Dernier élément, fort important sans doute, la réaction des autorités des Emirats, le lieu du crime. Avec constance, ces autorités travaillent à asseoir la réputation sécuritaire de leur pays, aussi bien en ce qui concerne les capitaux que les personnes. Dès lors que le crime suscitait un tel retentissement, tout a été mis en œuvre, dans l’enquête policière mais également auprès des autorités égyptiennes, pour s’assurer que la justice suivrait son cours.

Un procès retentissant viendra sans doute mettre un terme à toute cette histoire qui passionne l’opinion. Mais dans le monde arabe, comme en France et ailleurs, il y a fort à croire que cela ne marquera pas la fin de “la dialectique des corps et des hommes influents”, selon la jolie formule d’un journaliste d’Elaph. D’ailleurs, et même si elle est moins connue en Occident que la geisha japonaise, la qayna (قينة), la courtisane,, chantée par Jahiz dès le IXe siècle, fut une des grandes figures de la culture arabe classique.

En effet, en dépit des airs dévots qu’ils se donnent (et qu’on leur prête encore plus souvent), les pays arabes connaissent, eux aussi, la sexualité et ses troubles. On aurait tort dans ce domaine comme dans d’autres de se fier aux apparences et encore plus aux idées trop simples.

On en voudrait comme seul exemple, une autre de ces qayna d’aujourd’hui, l’ébouriffante Hayfa Wahbe (qui n’a plus de secrets pour les lecteurs de ces chroniques, au moins depuis ce billet). A différentes reprises (voir par exemple cet article sur le site de la chaîne Al-Arabiya), la très exubérante Haifa a ainsi déclaré toute l’ardeur qu’elle éprouvait vis-à-vis de cheikh Hassan Nasrallah, le célèbre dirigeant du Hezbollah, si facilement décrit comme l’exemple par excellence d’un courant politique totalement opposé aux “valeurs-de-l’Occident”.

Que la belle Haïfa puisse déclarer qu’elle est “à la disposition de dirigeant Hassan Nasrallah pour tout ce qu’il pourrait me demander” (أنا تحت أمر السيد نصرالله فيما يطلبه مني) peut nous laisser rêveurs sur l’aura dont jouissent les hommes influents politiquement. Mais cela devrait surtout nous obliger à nous demander si les clivages, culturels et politiques, passent bien comme on nous le dit si souvent entre le libéralisme laïc occidentalisé d’un côté et le rigorisme musulman rétrograde de l’autre. A l’évidence, la vision du monde d’une Haïfa Wehbe et de beaucoup d’autres Arabes répond à d’autres catégories.

Fantasmes sur vidéos : Haïfa Wehbé

On sait, au moins depuis la publication de L’Orientalisme d’Edward Saïd il y a bientôt trente ans, combien l’Orient voluptueux peut suggérer de fantasmes… Mais quels sont les fantasmes des habitants de cet “Orient voluptueux” ?

Pour les femmes, le beau Mouhannad, l’acteur turc d’un feuilleton doublé en arabe qui fait fureur en ce moment, est certainement la dernière idole en date (voir ce billet). Et pour les hommes – c’est une généralisation bien entendu ! – il y a Haïfa. Parmi toute une gamme de chanteuses libanaises, dont l’image se diffuse principalement via les vidéoclips qui passent en boucle sur les chaînes satellitaires, Haïfa Wehbé est certainement la plus engagée… sur la voie d’un érotisme qui, comme partout, n’a jamais autant d’intérêt que lorsqu’il outrepasse – juste ce qu’il faut – les frontières de l’interdit.

En ces temps de très grand conflit entre jeunes et moins jeunes générations (plus de la moitié du monde arabe a moins de 24 ans, c’est une donnée qui donne à réfléchir…) et alors que les médias véhiculent toutes sortes de propositions qui oscillent entre, d’un côté, une évolution des mœurs selon laquelle les pays arabes reprendraient à leur compte les modèles sexuels diffusés par la globalisation et, de l’autre, des appels au plus extrême rigorisme moral, il va de soi que Haïfa Wehbé, en tant qu’icône sexuelle, focalise sur sa personne des enjeux de société, bien vite recouverts par toutes sortes d’oripeaux politiques !

Avec d’aussi nombreux admirateurs (et admiratrices tout de même !), il va de soi que la chanteuse enchaîne gala sur gala dans le monde arabe. Autant de visites qui déplacent les foules, et qui sont parfois également l’occasion de joutes politiques, en particulier lorsque tels ou tels partisans de l’islam politique se saisissent de l’occasion pour protester contre la venue du Mal incarné (pour les mâles) et, faute de pouvoir exiger l’interdiction des chaînes satellitaires (ou alors, ce serait vraiment la révolution car chacun y trouve son exutoire), exiger au moins celle de ses tours de chants.

Après l’Egypte et l’Algérie où les autorités – certainement pour l’amour de l’art et de la liberté d’expression – ont résisté aux pressions, c’est au Bahreïn, en mai dernier, que des voix se sont élevées pour protester contre la venue de la chanteuse, pourtant invitée dans le cadre de la fête des travailleurs. (Une idée dont il faut absolument s’inspirer pour la prochaine Fête de l’Huma !)

Au Parlement, les députés dits “islamistes”, majoritaires depuis les élections de 2006, se sont réunis en urgence pour faire annuler le concert. Fort heureusement pour ses nombreux fans dont certains avaient prévu de venir du Koweït ou de l’Arabie saoudite, un compromis fort poli…tique a été trouvé : plutôt que les tenues provocantes mettant trop en valeur des appas qu’elle a par ailleurs généreux, la sulfureuse Haïfa a adopté lors de ce concert réservé “aux familles” une tenue plus modeste (محتشمة) qu’à l’habitude (voir illustration).

Et pour achever de clouer le bec à ses détracteurs, la vedette a eu recours à une de ses stratégies les plus efficaces en oubliant un temps son personnage de femme fatale pour adopter celui de la mère compatissante en profitant de son séjour à Manama pour visiter une institution pour enfants handicapés ! Une stratégie quasi perverse – au sens banal du terme bien entendu – qui a fait la fortune de son plus grand succès, “Boss al-wawa”, soit “Bisou sur le bobo” qui, comme bien des succès populaires, peut supporter plusieurs lectures. (En suivant ce lien (malheureusement un peu lent) les lecteurs non-arabophones auront accès, via la traduction anglaise, aux subtilités sémantiques de ce grand moment d’érotisme populaire arabe).

Pour achever ce billet de fin d’été, la vidéo d’un des clips les plus osés paraît-il de Haïfa Wehbé qu’il vous est suggéré de visionner… pour mieux apprécier bien entendu la traduction que j’ai essayé de faire d’un excellent article publié tout récemment par Ahmad Moghrabi dans le quotidien libanais Al-Safir. (Pour ne pas être trop long, je n’ai pas gardé la seconde partie où l’auteur explique comment l’exotisme de ces vidéos est devenue un ingrédient nécessaire pour une culture qui, dans cette phase d’islamisation, tient désormais à l’écart une sexualité naguère plus présente dans l’espace public.)

Fantasmes en clips vidéos.

Le corps de Haïfa Wehbé remplit la totalité de l’espace visuel du clip Ne dis rien à personne, comme autant de mots explosant sur une page blanche où les hommes ne seraient même pas de petites virgules (1), qu’il s’agisse du réalisateur de la vidéo ou de ses spectateurs virtuels ! Leur présence fugace se limite à admirer ce corps qui se livre à mille agaceries. Ils ont l’air totalement possédés par la belle, même quand ils s’entraident pour la porter dans leurs bras, sans qu’un seul d’entre eux puisse se vanter de poser vraiment la main sur elle, sans parler de la posséder. Il n’y a rien d’autre que le corps de Haïfa, se livrant à sa propre célébration. La vidéo s’ouvre encore et encore sur lui (revêtu d’une tenue aux allures de maillot de bain) et se referme sur lui de même, dans la scène [où elle danse dans] un verre, tirée d’un répertoire bien connu qui détermine comment la caméra filme le corps féminin et en fait une marchandise stéréotypée.

Pour ne rien changer aux habitudes là non plus, la vidéo a suscité maintes réactions. On n’a pas tardé à lancer à son propos les qualificatifs habituels dès qu’il s’agit de parler de ces vidéos et de ce qu’elles disent de la femme et du sexe aujourd’hui, en particulier dans le monde arabe. On peut malgré tout remarquer que ce type de critique tend à diminuer, et que le clip de Haïfa Wehbé a tout de même recueilli quelques éloges, ce qui n’était pas arrivé si souvent jusque-là !

Il ne faudrait pas en déduire pour autant que l’imaginaire projeté au Liban et dans le monde arabe sur Haïfa Wehbé a réellement changé. Celle-ci reste un sujet toujours aussi “polémique” pour utiliser un mot bien faible, un sujet qui fait naître des pensées, des fantasmes, dont il n’est pas difficile de deviner la nature en entendant les termes utilisés lors des discussions sur ses prestations, ou celles des artistes qui se produisent sur les vidéos de ce type. Pourquoi cela ? Peut-on affirmer à leur sujet qu’elles ne font rien d’autre que de jouer sur le corps féminin et sur sa nudité ? Ce qui est en jeu en réalité, est-ce que ce n’est pas le regard des spectateurs de ces vidéos, ou plus exactement la culture qui, elle-même, façonne ces regards ?

Il suffit à ce sujet de rappeler ce qui s’est passé il y a quelques mois au Bahreïn où Haïfa devait se rendre pour une soirée. La classe politique s’est brusquement agitée, des cris se sont élevés pour veiller jalousement à la préservation “des bonnes mœurs et de la religion”. Juste parce que Haïfa devait monter sur une scène ! Une solution ayant été trouvée, le soleil a pu briller de nouveau et la chanteuse donner son tour de chant à Bahreïn, à condition de “dérober” son corps aux regards en l’entourant de toutes sortes de tissus honnêtes ! Les valeurs, les traditions, les coutumes établies depuis la nuit des temps ont donc échappé ainsi à la “menace” que faisait peser sur elles le corps d’une Haïfa désormais comme entravée par l’imaginaire des ces vidéos si suggestives exploitant visuellement les fantasmes sexuels. Que valent-elles donc, ces valeurs et ces traditions si un corps provocant suffit à les menacer de disparition ? En quels termes peut-on décrire cette pitrerie qu’est devenue la culture arabe aujourd’hui ? On voudrait pouvoir en rire !

Admettons que l’importance de ces hautes « valeurs » morales tient à ce qu’elles nous permettent de nous protéger : seraient-elles si illusoires, si fragiles, qu’elles ne puissent se défendre, et qu’elles cessent de jouer leur rôle ? Mieux : qu’il suffise de quelques couches de tissu vaporeux pour qu’elles se sentent plus assurées ? Et que quelques vidéos, où manque un peu trop de tissu, suffisent à donner au corps de Haïfa Wehbé – par ailleurs l’exemple par excellence de l’exploitation commerciale outrancière des fantasmes par la télévision – un pouvoir capable de susciter toutes sortes de fantaisies sexuelles par sa seule présence ?

Tout cela est fort révélateur des zones d’ombre qui entourent les questions sexuelles dans la culture arabe (sans parler de ce que l’on peut en déduire sur la place prise par la télévision dans les médias). On parle beaucoup de la nudité de ces interprètes des clips arabes : est-ce vraiment cette nudité qui fait problème ou bien son contexte ? Celui-ci met en évidence une réelle obsession vis-à-vis du sexe, obsession sur laquelle surfent les réalisateurs de ces vidéos, les interprètes en quête de célébrité qui se gagne en allant toujours plus loin dans le commerce du corps ou encore le public qui caractérise cette phase particulièrement critique de notre culture.

(1) Fawâsil dans le texte original. Je ne résiste pas au plaisir de rappeler que le mot virgule, à l’origine, signifie « petite verge !

Le diable et le bon Dieu : les deux visages de la modernité arabe

Cette image d’un supporter célébrant les prouesses de l’équipe de foot saoudienne peut apparaître très anodine. Elle a néanmoins en son temps (fin juillet 2007) suscité un véritable tollé.

D’abord parce que le drapeau que tient le jeune homme au milieu du cercle des danseurs n’est pas n’importe quel drapeau, mais celui du royaume d’Arabie saoudite, et qu’il est donc particulièrement mal venu de se livrer à des gesticulations déplacées avec ce tissu orné de la profession de foi musulmane (ce qu’on appelle en arabe les “deux professions de foi”, الشهادتان : “Il n’y a de dieu que Dieu” et “Muhammad est Son prophète”).

Mais de plus, le danseur n’était autre que le célèbre Saad al-Soghayyar (سعد الصغير), qui s’était déjà fait remarquer quelques mois avant en montant sur une scène de Dubaï dans un état d’ébriété visiblement avancé.

Pour ne rien arranger, c’est ce même chanteur égyptien qui avait eu l’honneur, à la fin de l’année 2006, d’être le partenaire à l’écran de la célèbre Dina, une bombe sexuelle locale, un temps mariée avec le richissime homme d’affaires Hussam Abul-Futuh. [Il n’y a que l’Egypte pour imaginer d’aussi invraisemblables scénarios !] Pour le lancement du film, on avait imaginé de faire danser la vedette féminine devant le célèbre cinéma Métro au Caire. Cela avait déclenché, en octobre 2006, une incroyable explosion d’hystérie sexuelle, révélée en grande partie grâce aux bloggers locaux qui avaient fait la preuve de leur nouvelle importance au sein du système d’information.

De nombreuses femmes qui avaient eu la malchance de se trouver dans les parages du cinéma, dans une des zones les plus commerçantes de la ville, avaient été agressées par des hordes de jeunes hommes totalement déchaînés. Ils avaient pourchassé leurs victimes en hurlant le dernier tube de Saad al-Soghayyar, une chanson assez leste où, dans le pur style des vendeur de quatre-saisons, la banane fait bon ménage avec la mangue (voir la vidéo en fin de ce billet)…

Il était donc temps pour Saad d’imiter le repentir d’autres vedettes scandaleuses, Tamer Husni par exemple (dont on a déjà parlé ici), et de se racheter une conduite en enregistrant quelques titres musicaux religieux, un genre particulièrement à la mode aujourd’hui dans le monde arabe.

Naturellement, nombreux sont ceux qui s’inquiètent d’un changement de genre aussi soudain. Cheikh Muhammad al-Rifâ‘i par exemple, haut fonctionnaire au ministère des Waqfs, se demande ainsi dans un article récent d’Al-Quds al-‘arabi si celui qui est passé aussi soudainement du diable au bon Dieu n’est pas capable de retomber tout aussi brutalement dans l’erreur.

On s’inquiète aussi pour le devenir du chant religieux lorsque tant de chanteurs et de chanteuses à la mode se mettent à investir un style qui a l’avantage de leur assurer de confortables recettes et le salut de leur âme (à tout le moins celui de leur réputation). Quel sens peut encore avoir cette haute tradition musicale, née à l’époque fatimide (Xe s.) et développée par les confréries soufies, si elle n’est pas associée à une authentique sacralité ?

Mais tout le monde ne partage pas ces craintes. Sur le site Islam-Online par exemple, proche des Frères musulmans, un assez long article revenait sur ce phénomène en se réjouissant de constater que le chant religieux (nashîd) avait désormais pleinement sa place sur les chaînes télévisées musicales.

Pour son auteur, et en particulier avec l’arrivée d’une nouvelle génération de chanteurs tels que Sami Yûsuf (dont on a déjà parlé ici), le nashîd a définitivement rompu avec le cadre étroitement idéologique des années 1990 et ses lamentations sur les souffrances des pauvres musulmans opprimés.

Désormais, le nashîd appartient pleinement à son époque. Grâce à la table de mixage et aux trucages électroniques, plus de problème avec les interdits sur l’utilisation de nombre d’instruments musicaux. A l’image d’un Mishary Rashid Alafassy – qui possède sa propre chaîne de télévision – le chant religieux contemporain peut associer la foi à des préoccupations écologiques telles que la préservation de l’eau et de l’énergie. Même la question des relations entre hommes et femmes n’est plus désormais totalement étrangère à un style pour lequel il n’y avait jusque là d’autre amour que divin.

Au lieu de tourner le dos au monde moderne, le nouveau nashîd en épouse totalement la logique. Dès lors, il peut affronter sans complexe sur les chaînes satellitaires la concurrence des “chansons libérées” (الأغاني المتحررة) parce qu’à la différence des succès étroitement commerciaux, il est, pour ses fans, une expression artistique dotée d’un but véritable (الفن الهادف).

On ne saurait se contenter de sourire devant des volte-face aussi rapides et radicales entre le vice et la vertu. Pour les vedettes de la scène et de l’écran, mais bien plus encore pour la jeunesse arabe qui consomme ces icônes, la seule hypocrisie et la simple duplicité ne suffisent pas à rendre compte d’une réalité certainement plus complexe. La modernité arabe se partage bien entre le diable et le bon Dieu, entre l’effronté vendeur de fruits et le touchant jeune homme confit en dévotion.

Pour l’amusante vidéo qui fait bouillir le sang de la jeunesse égyptienne, Al-‘Anab, le titre endiablé – c’est bien le mot ! – de Saad, ce lien (et ici pour les paroles).
Les vrais amateurs préfèreront cet enregistrement, musicalement nul mais incroyablement hot.
Et pour le “côté bondieuseries”, le sirupeux “Je loue notre Dieu” (Ahmidu rabba-nâ), beaucoup, beaucoup plus sage, par ici !

Que fait la police ? du "Chaos" à la révolution

Est-ce parce que les gens ont plus de temps ? parce qu’ils recherchent la fraîcheur des salles conditionnées ? En tout cas, en Egypte, l’été est la saison de la meilleure fréquentation des cinémas. C’est donc celle que retiennent de préférence les deux principales sociétés de distribution pour les films susceptibles de faire de bonnes salles.

Toutefois, comme la production égyptienne a sérieusement augmenté après un certain passage à vide, les vacances d’hiver (qui coïncidaient cette année avec l’adha, la fête du sacrifice) voient également bon nombre de sorties, en général moins fracassantes.

Recalé l’été dernier, parce qu’il était jugé incapable d’attirer le grand public, Le Chaos (هي فوضى), le dernier film de Youssef Chahine, a donc été présenté au public cet hiver. Avec au final une excellente surprise puisque le résultat des entrées dépasse toutes les espérances : plus de 10 millions de livres égyptiennes de recettes, un peu plus d’1,2 million d’euros, un résultat très honorable même si les blockbusters de l’été peuvent faire plus du double.

De quoi redonner le goût de la vie au cinéaste égyptien, âgé (bientôt 81 ans), malade, et sérieusement ébranlé par l’accueil très réservé fait à son film par la critique. Des mauvaises langues avaient même été jusqu’à insinuer que c’était parce qu’il avait lui-même conscience des faiblesses de son œuvre qu’il avait choisi de se dédouaner par avance en faisant figurer sur l’affiche, à côté de son nom, celui de Khaled Youssef, son disciple. (Depuis 1992, ce dernier est son assistant et coscénariste : Le Destin, L’Autre, Alexandrie… New York.)

D’après les témoignages (article en arabe d’Al-Quds, du 4 janvier), les spectateurs, jeunes, s’enthousiasment pour cette “histoire d’amour contrarié dans un climat de violence sociale et de répression policière” selon le synopsis du film sur le site du distributeur français. Ils n’hésitent pas à applaudir les scènes où le méchant, un épouvantable flic véreux qui fait régner sa loi sur le quartier, reçoit pour finir le juste châtiment de ses innombrables forfaits.

Avec ou sans Khaled Youssef, Chahine reste donc fidèle à son style et propose un cinéma de dénonciation politique. Sur un mode suffisamment direct d’ailleurs pour avoir affirmé, au début de l’année dernière, qu’il s’attendait à ce que son film soit interdit.

Mais cette fois-ci, le censeur égyptien a joué en finesse. Ali Abou Shadi, le responsable de la censure cinématographique – un poste qu’occupa Naguib Mahfouz dans les années 1960, mais la comparaison s’arrête là ! – a ainsi multiplié les déclarations triomphales dans la presse (article en arabe dans Al-Akhbar du 11 décembre). Ainsi, les coupes exigées, minimes, avaient pour seul but d’« alléger des scènes et des dialogues composés d’une litanie d’insultes » (التخفيف من مشاهد وجمل هي عبارة عن شتائم). Il a paru également nécessaire de supprimer une brève séquence où le policier véreux humiliait le courageux substitut du procureur, tout cela pour ne pas susciter de discorde entre les représentants des pouvoirs exécutif et judiciaire !

Quelles que soient ses qualités et ses défauts, le film de Youssef Chahine montre bien que la corruption et la violence policières, vigoureusement dénoncées par l’opposition, notamment sur les blogs (voir ce précédent billet), sont des thèmes qui suscitent un réel écho auprès de la population égyptienne.

Une réalité soulignée dans cet article (en arabe, Al-Akhbar, 24 décembre) qui souligne que, dans la production hivernale, trois autres films mettaient directement en cause les pratiques des forces de l’ordre locales : Al-Jazîra dans lequel un trafiquant de drogue se moque ouvertement de l’efficacité de la police, Khârij al-qânûn, dans lequel un représentant de la loi décide de mettre celle-ci à son propre service, et enfin, Hina maysira(حين ميسرة, “Juste un moment de bien-être”), réalisé par Khaled Youssef, « l’assistant » de Chahine, qui dénonce les collusions de la police avec les militants de l’islam radical dans les “zones d’habitat spontané” (عشوائياتdu Caire).

Mais, dans ce dernier cas, l’attrait du film, et la rumeur de scandale, ne sont pas seulement politiques. En effet, et on peut y voir un signe que les choses évoluent, une scène fait clairement allusion à des pratiques homosexuelles féminines, ce qui a provoqué d’ailleurs, une plainte de l’inévitable ‘Abd al-Sabbour Chahine (عبد الصبور شاهين : déjà rencontré dans ce billet à propos de Taha Hussein). Ce religieux, qui s’est fait une spécialisté de la chasse aux intellectuels progressistes, n’hésite pas à voir dans le film de Khaled Youssef un éloge de la perversion sexuelle où il reconnaît “les doigts – je traduis mot-à-mot ! – de l’Amérique et du sionisme” !!! (cf. cet article en arabe sur Al-Arabiyya).

Entre la dénonciation, assez attendue, des pratiques policières et l’évocation à l’écran, plus inédite, de certaines pratiques sexuelles, quelle est la vraie “révolution” ?


Et si vous en avez envie d’en voir plus !
– cinq extraits, sous-titrés en français, et la bande annonce du film en suivant ce lien
– la bande-annonce de la dernière réalisation de Khaled Yussef (en solo), Hîna maysira
– le site officiel de Youssef chahine (tout en anglais !)

Quand une fatwa défend le droit des femmes…

Page d’accueil du site de Mohammad Hussein Fadlallah

… bien peu de médias occidentaux s’y intéressent ! Et pourtant, à l’occasion de la “Journée mondiale de lutte contre les violences à l’encontre des femmes”, une des plus grandes autorités religieuses chiites, cheikh Mohammad Hussein Fadlallah, a donné un “avis juridique” qui fait grand bruit dans l’ensemble du monde arabe.

Le quotidien Al-Quds al-‘arabi raconte ainsi qu’en Jordanie, comme ailleurs dans la région, la journée de prière de vendredi dernier a été l’occasion pour les hommes de religion de poursuivre à travers leurs prêches un débat très largement ouvert sur les sites internet et durant les émissions religieuses de bien des chaînes satellitaires.

Il faut dire que cette fatwa du 25 novembre dernier mérite d’être qualifiée, comme le fait le site libanais iloubnan, “d’avant-gardiste”. Cheikh Fadlallah affirme en effet que “la femme peut répondre à la violence physique de l’homme contre elle par une même violence, dans le cadre de l’autodéfense”.

Partant du principe, assez consensuel, que l’islam réprouve toute violence exercée par un homme contre sa femme, le religieux libanais prolonge le raisonnement dans une direction bien plus polémique en disant que cette dernière, en l’absence d’autre recours, a le droit de répondre à la violence de son mari… par la violence.

Cet avis a rapidement été interprété dans nombre de médias arabes comme “le droit de la femme à frapper son mari et à quitter son lit” (مرجع شيعي بارز يفتي بحق المرأة ضرب زوجها وهجر فراشه : voir sur le site de la chaîne Al-‘arabiya cet article qui, en l’espace d’une semaine, aura tout de même incité près de 400 internautes à laisser un commentaire).

Tandis que des organisations féminines, au Liban par exemple selon le site Al-afaaq, soulignaient l’importance de ce point de vue dans lequel elles ont vu un appel à cesser “de se cacher derrière la religion” (الكف عن التستر خلف الدين) pour justifier la violence masculine, cette déclaration, venant d’un religieux chiite qui n’en est pas à sa première prise de position en faveur de l’émancipation des femmes, a naturellement suscité nombre de réactions dans le monde sunnite.

En Arabie saoudite, un membre du Conseil de légisprudence islamique (مجمع الفقه الاسلامي) considère qu’une violence physique raisonnable – de la part du mari bien entendu ! – dans un but pédagogico-punitif (تأديبي), reste acceptable (voir cet article sur le site al-moheet).

Refus énergique de l’avis de cheikh Fadlallah par les oulémas d’Al-Azhar également, mais sur la base d’une argumentation un peu tortueuse, en vertu de laquelle la femme ne doit pas user d’une violence que l’islam réprouve et qu’elle doit donc avoir recours à sa propre famille en cas d’agression physique notamment.

Tout en se gardant bien d’entrer dans le détail de la casuistique musulmane, on peut tout de même s’étonner de constater que les médias occidentaux ignorent totalement un débat qui passionne tellement cette fameuse “rue arabe” dont on aime si souvent dénoncer les travers !

Il est vrai que la fatwa de Fadlallah, réputé très proche du Hezbollah, cadre assez mal les certitudes qu’on aimerait tant nous faire partager à propos d’un islam aussi monolithique que rétrograde. Il faut le redire : il n’y a pas un islam éternel et inamovible, fondamentalement opposé à “nos” valeurs.

A côté de des muftis délirants et complaisants vis-à-vis du pouvoir politique (voir ce précédent billet) qui représentent un des visages de l’islam contemporain, il y en a d’autres – mais encore faudrait-il en parler… – qui, comme l’explique en substance le même Fadlallah dans une mise au point ultérieure, se réjouissent de la confrontation de multiples points de vue à propos d’une question de société aussi importante.


Texte français de la fatwa sur le site de Fadlallah.

Bonnes à tout faire dans le monde arabe (2/2) : étrangères et domestiques

Amour partagé (dessin de presse marocain)

La présence, nuit et jour, de jeunes bonnes dans l’intimité des familles qui les emploient ne va pas sans créer toutes sortes de problèmes. Le quotidien électronique Elaph a ainsi publié récemment une enquête au titre racoleur : Le sexe, fonction secrète de la domestique dans le Golfe الجنس وظيفة سرية للخادمة في الخليج ). Tirant la sonnette d’alarme quant aux conséquences sur l’éducation des enfants livrés à des femmes étrangères, en majorité non musulmanes, peu éduquées et même analphabètes, l’article évoquait également, sans dire vraiment à qui en revenait la faute, les services sexuels rendus par ces bonnes à tout faire. Selon une statistique, reprise sur de nombreux forums internet féminins du Golfe, les “bonnes”, qui pour les deux tiers d’entre elles n’ont pas 30 ans, accepteraient pour 59% d’entre elles selon les termes de l’enquête “d’entretenir des relations sexuelles avant le mariage”…

Toujours dans cet article, une sociologue des Emirats expliquait, non sans malice, que les maîtresses de maison veillent souvent à choisir des employées qu’elles considèrent moins attirantes qu’elles-mêmes, ce qui n’est pas toujours du goût de leur mari ! Un peu plus loin, M. Zayyât, spécialisé dans la fourniture de personnel de maison, indiquait que, pour les mêmes raisons, les Asiatiques ont la préférence des femmes alors que les hommes penchent davantage pour de “jolies Libanaises, chrétiennes de préférence, ou [au moins] des Marocaines” ! Il faut à l’évidence faire la part des fantasmes car il est proprement inimaginable que des Libanaises, de confession chrétienne qui plus est, travaillent dans les pays du Golfe pour de tels salaires, en tout cas pas pour ce type de services !

Néanmoins, le marché des tâches ménagères n’est pas totalement réservé aux étrangères et la contribution active d’une main-d’oeuvre domestique, ou plus exactement en provenance du monde arabe, est très souhaitée. Il suffit d’ailleurs de lancer une requête sur Google pour trouver rapidement des annonces rédigées dans un arabe pas toujours très assuré et accompagnées de portraits tels que celui qui figure ci-dessous :

السلام عليكم
جمعية متوفرة على يد عاملة جد مهمة لدينا فتيات مغربيات راغبات في العمل في احدى دول الخليج الى من يهمه الامر الاتصال بينا العرض جاد و مهم شكرا

Traduction : Que la paix soit sur vous ! Association disposant de main-d’oeuvre très importante [l’association]. Nous avons de jeunes Marocaines désireuses de travailler dans un pays du Golfe. Pour ceux que la question intéresse, contactez-nous. Offre sérieuse et importante.

Il ne s’agit pas toujours d’initiatives privées car certains Etats aimeraient bien développer des échanges entre populations sur une plus grande échelle. A la fin du mois de mai dernier, un protocole d’accord entre l’Egypte et l’Arabie saoudite a ainsi suscité de violentes réactions au Caire. Certainement animée de bonnes intentions, la ministre du Travail, Mme Aisha Abdel Hady, avait prévu avec ses homologues saoudiens l’envoi, sur une dizaine d’années, de quelque 120 000 “jeunes égyptiennes” (moins de 30 ans) pour travailler auprès des personnes âgées, dans les salons de coiffure et naturellement dans les maisons…

Certains en Egypte ont réagi avec humour, en publiant dans le bien nommé journal d’opposition الكرامة (La Dignité) une petite annonce pour embaucher une bonne saoudienne “anglophone et bien éduquée”. Mais, en général, la nouvelle, comme le révèlent les commentaires accompagnant cet article en anglais, a surtout provoqué consternation et fureur. Moins à cause des salaires proposés, pourtant assez médiocres (800 rials, à peine 200 dollars) que pour défendre l’honneur national menacé par le sort probable de nombre de ces jeunes filles envoyées sans protection familiale derrière ces murs où elles auraient à travailler de jour comme de nuit…

Pourtant – heureusement oserait-on dire -, la sexualité hors mariage n’a pas nécessairement pour seul exutoire le secret des foyers domestiques. Les hôtels de luxe servent de lieu de rencontre pour la prostitution de haut vol. En Syrie, où l’on est moins hypocrite qu’ailleurs apparemment, la presse parle ouvertement de “prostitution 5 étoiles” (دعارة خمس نجوم في سورية). La clientèle moins fortunée trouve son plaisir ailleurs, notamment dans les salons de massage qui offrent des soins spéciaux même si la législation, souvent récente d’ailleurs, impose désormais une sévère séparation des sexes.

A Dubaï, l’année dernière, ce sont quelque 35 salons qui ont été sanctionnés pour avoir contrevenu à la loi faute, ont affirmé les gérants, de professionnels masculins en nombre suffisant ! La situation est pire encore en Jordanie où la presse parle de 45 établissements fermés dans le “Grand Amman” pour les seuls cinq premiers mois de l’année 2007 !

Et dans ce secteur d’activité également, la concurrence entre main-d’oeuvre étrangère et domestique est sévère. On parle de plus en plus de professionnelles chinoises entrées dans le monde arabe avec de simples visas touristiques… Leur présence dans la région mettra-t-elle en péril les quelque 35 000 Marocaines qui, à en croire Hespress (une publication électronique marocaine en arabe dont est tirée l’illustration de ce billet), exercent pour la plupart leurs talents “d’artiste” dans les clubs jordaniens ?

Cela paraît peu vraisemblable tant le Maroc, dont nos médias vantent le décollage économique à l’occasion de la visite de Nicolas Sarkozy, est un pays qui, même face à la compétition chinoise, reste très compétitif dans ce domaine. Selon une étude réalisée en 2005 par l’Unicef (citée dans un article en arabe d’Al-Arabeyya), 800 000 enfants – sur une population totale de 30 millions d’habitants – ne fréquentent pas l’école et 600 000 d’entre eux, entre 7 et 14 ans, travaillent. Même si le gouvernement marocain vient (enfin) d’adopter une législation réglementant le travail domestique, c’est bien le terreau sur lequel prospère le négoce des petites bonnes dont le savoir-faire et le dévouement sont tellement appréciés dans les autres pays arabes, plus favorisés économiquement.

Au point de faire dans nombre de pays arabes – voir par exemple cet article sur le site Elaph – du qualificatif de “marocaine” un synonyme de “prostituée”. Juste retour des choses : dans le jargon professionnel de la prostitution maghrébine, un “saoudien”, selon M.-E. Handman et J. Mossuz-Lavau (La prostitution à Paris, 2005), c’est un “client” !

Bonnes à tout faire dans le monde arabe (1/2) : un marché mondialisé

Le quotidien Le Monde a publié récemment un article sur les traitement réservé aux employées de maison au Liban. Un traitement qui, trop souvent, prend la forme d’un véritable “esclavage moderne”, et pas seulement au Liban mais dans toute la région.

Si le sujet n’est pas totalement tabou dans les journaux arabes, il est tout de même le plus souvent relégué dans les pages “société” de la presse à sensation. En revanche, il suffit de parcourir la Toile, et les forums en particulier, pour comprendre que le sujet, brûlant, fait partie des questions qui agitent singulièrement les sociétés de la région. En général, on se préoccupe surtout des conséquences pour les enfants ou encore pour l’équilibre “sentimental” de la famille d’un phénomène de plus en plus répandu.

Pourtant, on observe également une lente prise de conscience. Ainsi, à l’occasion de la fin du ramadan, une agence saoudienne (celle de Qaswara al-Khatib, dont on a déjà parlé ici) a financé, avec d’autres donateurs, la réalisation de trois clips destinés à inciter les téléspectateurs et employeurs de domestiques – la quasi-totalité de la société saoudienne en fait – à user de plus de clémence vis-à-vis de leurs employées, sur le thème du précepte coranique : “Celui qui n’est pas clément avec les autres, Dieu ne sera pas clément avec lui”. Il est prévu que le clip soit diffusé sur la MBC et la LBC, deux très grosses chaînes satellitaires privées.

Aujourd’hui, l’emploi de domestiques étrangères, en provenance d’Asie (Philippines, Indonésie, Sri Lanka, Thaïlande…) ou d’Afrique (Ethiopie, Erythrée…) n’est plus limité à quelques pays riches et à leurs classes aisées. C’est le cas de la Syrie par exemple, où on n’en trouvait pratiquement pas il y a encore 4 ou 5 ans et où l’on considère maintenant, y compris dans les familles très “ordinaires” voire modestes, qu’il faut s’offrir ce type de service (voir cet article en arabe). Avec les conséquences que l’on peut imaginer dans des sociétés peu ou mal préparées à ces réalités nouvelles, ne serait-ce que sur le plan légal. Toujours dans le cas de la Syrie, traditionnellement exportatrice de main-d’oeuvre peu qualifiée, il a fallu adapter la législation à la nouvelle situation. En novembre 2006, une législation pourtant récente – elle avait été adoptée en 2001 – sur l’emploi de personnel étranger a modifié le cadre légal des “bureaux” spécialisés dans l’importation de ce type de personnel (voir cet article en arabe dans la publication économique syrienne Al-Iqtissadiya).

Dans nombre de pays, il est devenu difficile, avec les progrès de l’éducation, de trouver du “personnel autochtone” : plus instruites, les bonnes deviennent exigeantes, voire rebelles ! Les étrangères, corvéables à merci, sont venues à point nommé pour remplacer les petites paysannes adolescentes et analphabètes, louées par leurs familles, faute de meilleure solution, pour un salaire de misère…

Mais il s’agit aussi d’une véritable mode, que contribuent à propager, indéniablement, les conceptions locales du paraître social (التباهي) et le plaisir, trop humain, de se faire servir, 24 heures sur 24, pour souvent moins de 100 dollars par mois. Une mode favorisée par une mondialisation qui abolit les frontières pour les marchandises et les services tant il est clair qu’il s’agit d’un commerce de “commodités” et non de personnes : d’ailleurs, les “zones de réception” pour domestiques dont parle Dominique Torrès dans l’article du Monde existent dans la plupart des aéroports de la région.

La “traite des bonnes” – comme on a pu parler de “traite des noirs” – est un commerce lucratif. Gérer un “parc” d’employées de maison est un business qui rapporte gros quand on sait que l’importation de la “tête” représente, selon les pays, un investissement qui ne dépasse guère les deux mille dollars entre billet d’avion, taxes et inévitable petite corruption pour graisser les rouages de la machine importatrice. Les journaux publient sans problème les annonces que passent les centaines de bureaux spécialisés, offrant aux éventuels clients, parmi d’autres précisions…, de choisir, parmi une gamme de nationalités plus ou moins chères, selon la réputation, la “bonne” dont ils souhaitent acquérir les services.

Car il y a bien marché, capable par moment d’imposer sa propre logique. Il arrive ainsi que les besoins se développent au-delà des capacités de l’offre, avec pour conséquence de faire monter les prix inconsidérément ! Dans les pays du Golfe, ramadan est ainsi synonyme de pénurie : un vrai scandale ! A en croire les journaux, c’est presque à prix d’or qu’on s’arrache alors les rares employées disponibles (et même les chauffeurs dans les pays du Golfe). Un article du quotidien saoudien Al-Watan s’offusquait ainsi, en 2005, de voir qu’il fallait parfois payer jusqu’à 1700 rials par mois pour une Indonésienne (un peu plus de 450 dollars) ! Heureusement, l’Ethiopienne restait un peu plus abordable (1000 rials) pour ne rien dire de la Somalienne, disponible pour 800 seulement !

On en arriverait presque à plaindre les pauvres employeurs contraints de passer par tous les caprices de celles qui acceptent de travailler chez eux… Il va de soi que la réalité quotidienne est assez différente et que ce sont bien les femmes de maison, souvent privées de passeport et plus généralement de tout droit, qui sont, littéralement, “bonnes à tout faire”, y compris dans le domaine sexuel.

(la suite la semaine prochaine)

Ajout (26/11/07) : un lien pour consulter le rapport de l’organisation Human Rights Watch sur l’exploitation de domestiques sri-lankaises au Moyen-Orient, sous le titre : Sri Lankan Domestic Workers Face Abuse (en anglais)