Télévisions de ramadan (3/3) : géopolitique du feuilleton et questions de femmes

Yousra, héroïne d’Une question d’opinion

Géopolitique du feuilleton arabe : un boycott des Syriens ?

Durant le mois de ramadan, qui est tout sauf un jeûne télévisuel, l’audience des feuilletons produits pour l’occasion – une centaine environ – est l’objet de multiples enjeux, économiques mais aussi symboliques (voir ce billet de l’année dernière). “L’esprit du temps” et les préoccupations de l’heure se reflètent dans les séries les plus populaires, tandis que la “géopolitique du feuilleton” nous éclaire sur les rapports de force entre les acteurs régionaux.

De ce point de vue, nombre d’observateurs constatent, étonnés, la chute brutale des productions syriennes : une cinquantaine de feuilletons produits l’an passé, une petite trentaine cette année, dont une poignée seulement a trouvé le chemin des grandes chaînes régionales. L’absence des Syriens profite aux Egyptiens, qui restent à leur niveau de l’année passée (50 environ) mais c’est surtout l’essor de la production de la Péninsule (plus d’une vingtaine) qui frappe les esprits.

Né au début des annes 1960, le feuilleton syrien s’est créé au fil des ans un style fait de réalisations soignées et d’intrigues sociales à tonalité souvent politique, style que les téléspectateurs arabes préfèrent souvent au sempiternel feuilleton sentimental égyptien sur fond d’amour et de vengeance. C’est le cas cette année encore pour une des rares productions syriennes présente sur les grandes chaînes internationales, “La porte du quartier” (باب الحارة), diffusée par la MBC.

Tout naturellement, bien des observateurs se demandent donc si le brusque reflux des images syriennes n’est pas la conséquence d’un ostracisme politique dans un champ médiatique régional largement contrôlé par les pétrodollars. La production syrienne – que les autorités s’efforcent aujourd’hui de soutenir économiquement – paierait ainsi le prix des tensions politiques de plus en plus perceptibles entre Damas et Riyad.

Si l’on ne peut rejeter totalement cette explication, il faut également tenir compte de la désorganisation des sociétés de production syriennes, de l’absence de politiques de promotion concertée des produits et, tout simplement de l’évolution du marché. En vertu d’une tendance que l’on a souvent eu l’occasion d’évoquer dans ces billets, les pays du Golfe occupent une place toujours plus marquante sur la carte culturelle arabe et ils sont voués, inéluctablement, à gagner des parts de marché télévisuel, ne serait-ce que parce que leur public est, économiquement parlant, le plus important et que toutes les chaînes se disputent les 17 millions de téléspectateurs saoudiens qui sont également les meilleurs téléphages de messages publicitaires.

Il est vrai aussi que l’industrie de l’image arabe et globalement les industries culturelles sont de plus en plus régionalement intégrées. Les migrations des spécialistes du domaine vers les oasis les plus rentables sont donc également de plus en plus fréquentes. C’est ainsi que les studios cairotes ont vu arriver nombre de talents syriens qui ont choisi de travailler là où on leur a proposé les meilleures conditions, et peut-être aussi plus de garanties d’être diffusés…

Censure politique en Egypte

… à condition de ne pas transgresser les règles du genre car, si le public adhère à un feuilleton parce qu’il lui “parle”, parce qu’il s’y reconnaît, pas question dans le monde arabe d’aller trop loin ! Les journaux ont ainsi parlé de censure, laquelle, toutefois, va rarement jusqu’à ‘interdiction pure et simple d’une série – ce qui peut se comprendre étant donné les enjeux économiques liés à la production de ces “grosses machines”. Plutôt que de refuser une diffusion, on préfère agir en amont quand c’est possible, en recherchant un accord, en modifiant le scénario ou le montage, en coupant une scène voire un épisode, en supprimant un bout de dialogue…

A côté de la question toujours sensible des relations entre chrétiens (coptes) et musulmans qui a posé problème pour deux productions au moins (“Une fille de Choubra” بنت من شبرا et “Le temps des fleurs” أوان الورد), le problème le plus aigu semble avoir concerné “Question d’ordre” (نقطة نظام).

Construit autour d’une trame historique, ce feuilleton évoque un épisode particulièrement douloureux de la guerre de 1967 puisqu’il reprend les accusations de crimes de guerre israéliens à l’encontre de prisonniers égyptiens enterrés vivants à l’issue des combats dans le Sinaï (sur cette question, voir ce lien).

Le réalisateur, Muhammad Safâa Amer (محمد صفاء عامر), affirme batailler depuis longtemps pour faire aboutir ce projet qui a mis les autorités égyptiennes dans l’embarras. Le feuilleton a, de fait, été diffusé, mais après suppression de passages où le bien-fondé des accords de paix autrefois signés par Sadate était trop brutalement remis en cause par des personnages qui soulignaient combien la volonté – égyptienne – de tourner définitivement la page du passé ne trouvait pas d’écho chez les partenaires israéliens.

Questions de femmes

Pourtant, les problèmes de censure les plus commentés dans la presse cette année n’ont pas porté sur des questions strictement politiques. Au contraire, et c’est un fait qui mérite d’être noté tant il va à l’encontre de tout ce que l’on raconte sur le monde arabe, les feuilletons ont beaucoup évoqué cette année la question féminine, en suscitant des interrogations sur ce qu’il était convenable de dire, à la télévision, à ce sujet.

Dans ce domaine, c’est un de ces réalisateurs syiens travaillant pour les studios égyptiens qui a fait parler de lui. Muhammad Aziziyyeh (محمد عزيزية) a ainsi tourné “Question d’opinion” (قضية رأي عام , que l’on pourrait presque traduire par “question de société”). Diffusé sur plusieurs chaînes importantes (Dubai TV, la “2” égyptienne…), le feuilleton a pour grande vedette Yousra, connue en France pour sa participation à différents films de Youssef Chahine.

Catégorisée dans l’opinion comme “progressiste”, surtout depuis qu’elle a intenté une action en justice contre des avocats proches du courant religieux qui se plaignaient de ses tenues vestimentaires trop légères, Yousra s’est abondamment exprimée dans la presse, y compris “people”, pour défendre le feuilleton dans lequel elle a joué. Elle a ainsi justifié la diffusion, jugée particulièrement choquante en cette période de fête religieuse et familiale, d’un épisode traitant, sans éluder la question, du viol. Pour elle, il ne faut pas craindre de diffuser des images choquantes afin de “changer le regard de la société sur les femmes victimes de violences sexuelles”.

Longtemps refoulée – les statistiques évoquent 20 000 cas par ans, un peu moins qu’en France pour une population un peu plus importante : mais quel crédit peut-on accorder aux statistiques ? -, les violences sexuelles sont devenues aujourd’hui une des principales questions de société. En Egypte, on a beaucoup parlé l’année passée du harcèlement sexuel que subissaient des femmes, dans la rue, notamment à l’occasion des fêtes de ramadan (évoquées dans ce billet).

Les scénaristes de feuilleton, qui ont l’art de flairer “l’air du temps”, ont mis l’accent cette année sur ce thème. Ainsi, alors que se multiplient les pressions en Arabie saoudite pour que les femmes puissent, elles aussi, conduire, la LBC libanaise, la chaîne la plus populaire et la plus racoleuse de la région, a envisagé, avant de faire marche arrière (!), de diffuser une série construite sur l’histoire – proprement insensée !!! – d’une Saoudienne déguisée en homme et travaillant comme taxi ! La LBC, toujours elle, a repoussé à une période un peu moins sensible que ramadan la diffusion de “Moussa et ses soeurs” (موسى و أخواته), série proposant une centaine “d’histoires vécues” traitant du harcèlement sexuel, du viol, de l’homosexualité…, autant de thèmes récemment explorés par les romanciers et les romancières de la Péninsule (voir ces deux billets).

La sortie de tous ces projets était sans doute un peu prématurée mais il est dans la logique des choses – celle qu’impose le goût du public sur lequel se calquent les annonceurs – que ce délai ne soit pas bien long et que se multiplient, au prochain ramadan ou avant, les explorations de la réalité des femmes dans le monde arabe.

D’ailleurs, au temps de la remote control, un terme transposé tel quel en arabe, il est de plus en plus difficile d’imposer une censure dans l’espace satellitaire des images. Yousra et son réalisateur syrien ont remporté une demi-victoire puisque deux versions ont été proposées au public égyptien et arabe : une soft, pour les familles, diffusée notamment sur la chaîne satellitaire égyptienne officielle, et une autre, un peu plus gore, reprise notamment par des cryptées payantes sur le réseau ART…

Les liens :

Pour aller plus loin sur la “révolution culturelle” du monde arabe, et de ses femmes, il faut lire Le Rendez-vous des civilisations, un ouvrage que viennent de publier Olivier Todd et Joseph Courbage.

Pour le plaisir, un superbe et haut en couleurs générique de “La porte du quartier”
… et celui de Question d’opinion, avec la joue de Yousra encore marquée par les violences masculines…

– Sur les feuilletons de ramadan, un panorama d’ensemble, puis un éclairage davantage saoudien et un commentaire sur l’exode des professionnels syriens.
– Sur le traitement politique en Syrie des problèmes du secteur médiatique, cet article dans Al-Quds al-‘arabi.
– A propos de la censure, un tour d’horizon, et cet article à propos de Nuqtat nidhâm.

Une analyse des feuilletons syriens, et des saoudiens.

Enfin, parmi de très nombreuses sources, cet entretien avec Yousra.

Télévisions de ramadan (2/3) : feuilletons, critique sociale et censure

Dans l’image : Tâsh ma tâsh :
idées qui font sentation ou échec et répétition ?

Grand moment de consommation télévisuelle, ramadan fait souffler un peu d’air frais dans les programmes arabes. Ce n’est pas que la censure politique soit plus tendre, comme en témoignent les récents événements en Egypte dont il nous faudra sans doute reparler. La débauche de programmes festifs contribue à détendre l’atmosphère. Ramadan, c’est également un temps béni (!) pour les feuilletons qui, sous couvert de franche rigolade, se permettent de dire bien des choses, pour la plus grande joie des uns, et à la grande fureur des autres.

A ce petit jeu, le grand maître est sans conteste l’indéboulonnable production saoudienne Tâsh mâ tâsh (طاش ما طاش) déjà évoquée dans ce billet, à la même époque l’année dernière. Véritable phénomène de société (à tel point qu’un de ses épisodes aurait été diffusé devant des membres du Congrès américain : quelqu’un a l’info ?), le feuilleton-culte a d’innombrables admirateurs qui savourent sa manière de mettre à nu les travers des Saoudiens, et pas mal de farouches adversaires qui y voient une attaque en règle contre les valeurs les plus sacrées.

C’est la quinzième année que les épisodes de cette série, exclusivement diffusée pendant ramadan, font passer des messages fort peu conformistes dans un pays où la critique n’est pas toujours facile à faire accepter. Surtout quand on parle non “seulement” de la condition des femmes divorcées, de la nullité des universités du cru ou encore de la tendance à se replier dans le passé pour ne pas avoir à affronter le réel – autant de sujets abordés cette année -, mais aussi de LA question qui dérange entre toutes, à savoir celle de la religion ou plutôt de ses pratiques – et parfois déviations – sociales.

Ci-dessous une image
tirée de l’épisode intitulé
Tash-Sat

Observateurs avisés des évolutions sociales, les scénaristes de Tâsh mâ tâsh ne pouvaient pas rater le phénomène des télévisions religieuses, évoqué la semaine dernière. Sous le titre de “Tash-Sat”, un épisode de la série actuelle s’en prend ainsi aux tartuffes qui n’hésitent pas à exploiter sans vergogne le filon de la télé-religion. On y voit ainsi des présentatrices chargées naguère de faire valoir les chanteuses en mal d’amour et les pousseurs de romances se convertir avec leur chaîne au “tout-islam”, et donc en pieuses musulmanes fort pudiquement voilées…

Les débats sont allés bon train sur les forums internet : critique aussi fondée que pertinente de l’évolution du paysage médiatique pour les uns, basses attaques lancées par ceux que contrarie trop, justement, l’indéniable succès des chaînes religieuses, pour les autres… De quoi confirmer les convictions de certaines autorités religieuses qui, déjà furieuses de voir que les pèlerins se prennent en photo dans les lieux saints, tonnent contre les spectacles pernicieux du petit écran. Mais tout aussi bien celles de certains de leurs confrères qui avouent bien volontiers apprécier que cette série télévisée fasse oeuvre utile en critiquant les travers de quelques pratiques…

Il faut toutefois plus d’un scandale par an aux producteurs de Tâsh mâ tâsh . D’ailleurs, il est plus que probable qu’ils ne redoutent rien tant que l’indifférence, chaque scandale et chaque controverse contribuant à l’audience d’une émission qui, comme partout ailleurs, sert tout de même à vendre de la publicité. Un autre épisode a donc fourni son lot de polémiques sur le mode, déjà éprouvé l’an dernier, de la dénonciation des pratiques des tribunaux religieux chargés de punir les écarts par rapport au code de bonne conduite musulmane – inspirée de l’exégèse wahhabite – en vigueur dans ce pays.

L’épisode en question, qui a pour titre “Un juge au paradis” (قاض في الجنة), imagine l’histoire d’un juge de tribunal religieux qui, plutôt que de condamner à la peine la plus sévère (cela peut aller jusqu’à l’exécution), un jeune homme délaissant l’obligation de la prière préfère lui imposer une peine que l’on qualifierait, en France, “d’intérêt général”, au grand dam de ses collègues, étroitement attachés à la lettre des textes juridiques.

Des articles nous racontent que l’épisode a manqué d’être censuré parce qu’un juge – religieux bien entendu – saoudien aurait déposé plainte auprès des autorités de Dubaï (siège de la MBC qui diffuse en exclusivité Tâsh mâm tâsh). D’autres affirment qu’il ne s’agit que de rumeurs. En tout état de cause, cela a contribué à faire parler de l’émission et le but, quel qu’il soit, a été atteint !

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Les producteurs de Tâsh mâ tâsh ont innové cette année en introduisant un service – payant – qui permet aux fans de recevoir à l’avance, sur leur portable, le synopsis des émissions à venir. C’est ainsi que l’on sait déjà que le quinzième épisode de la série actuelle rompt contre toute attente avec la ligne traditionnelle de l’émission et s’en prend aux “libéraux” (ليبراليون). (Le terme, repris mot à mot en arabe, n’a pas grand-chose à voir avec le libéralisme politique ou économique mais fonctionne plutôt comme un nom de code pour désigner tout ce qui se veut à la fois “laïc-moderne-rationaliste-etc.”, en d’autres termes, tout ce qui s’oppose aux “authentiques-valeurs-traditionnelles-de-l’islam-et-de-l’arabité” : il faudra y consacrer un billet une autre fois.)

“Libéraux mais…” (ليبراليون ولكن) est donc le titre de ce nouvel épisode qui se moque, pour une fois, de cette fraction de la société caricaturée sous les traits d’un “poète progressiste” s’acharnant à rénover la prosodie de langue arabe classique, dans un pays où les gens se passionnent pour la poésie locale en dialecte (les cours de rattrapage sur cette question centrale dans la culture arabe se trouvent dans ces deux billets : 1 pour la poésie dialectale et 2 pour la langue classique !).

On a beaucoup débattu dans la Péninsule arabe, sur internet en particulier, à propos des interprétations possibles de cet inhabituel “coup de patte” porté dans Tâsh mâ tâsh aux représentants des “courants rénovateurs” dans la société saoudienne. Beaucoup se rassurent en se disant que Sedhane et Gossaybi (عبد الله السدحان وناصر القصيبي), les deux scénaristes, tout de même en butte à des menaces même pas déguisées, ont trouvé là une manière habile de se dédouaner en montrant que leurs critiques ne sont pas réservées à la seule institution religieuse…

Mais toutes les histoires, y compris en feuilleton, ne se terminent pas aussi bien et il faut probablement le très grand talent des auteurs de Tâsh mâ tâsh pour naviguer avec une telle sûreté dans les limites étroites de ce qu’il est permis de dire, y compris avec le sourire, et y compris pendant ramadan…

Toujours sur la même chaîne, la MBC, une autre série n’a pas eu le temps de trouver son public car la direction a choisi de ne pas la diffuser. “Les fautes finissent par se payer” (traduction libre de : لل خطايا ثمن) a suscité, avant même son passage à l’antenne, la fureur des milieux chiites du Koweït au prétexte que leurs pratiques religieuses y étaient sévèrement critiquées. On y parlait en particulier de la facilité avec laquelle cette école (dite “jaafarite” pour les spécialistes”) accepte les “mariages coutumiers” dits également “mariages de plaisir” (c’est de fait très injuste car les sunnites se débrouillent également très bien dans ce domaine comme nous l’avions vu dans ce double billet !)

Articles dans la presse, interventions “d’intellectuels et de personnalités religieuses”, questions de députés (chiites) au Parlement, commentaires en Conseil des ministres, lapidation des bureaux de la MBC à Koweït : sous la pression, les autorités koweïtiennes ont demandé à leurs voisins de Dubaï, aux Emirats unis où se trouve le siège de la MBC, société à capitaux saoudiens, de ne pas ajouter aux tensions confessionnelles entre chiites et sunnites, plus fortes que jamais depuis l’occupation américaine de l’Irak.

Même dans les feuilletons de ramadan, la critique n’est pas pas toujours facilement… (D’ailleurs, la semaine prochaine : d’autres feuilletons et d’autres censures, mais pour d’autres raisons cette fois !)

(note au 1/10/07) : sur Tâsh mâ tâsh, il faut absolument lire ce mémoire de recherche rédigé par Pascal Ménoret.

Références :
– Sur Tâsh mâ tâsh, un article dans Al-Hayat le 5/09/07 (la recherche sur les archives ne fonctionnait pas au moment de la mise en ligne de ce billet) ; deux articles (1 et 2) sur le site d’islam-online, ainsi que, dans Al-Akhbâr, cet article sur l’interdiciton de “Juge au paradis” et cet autre sur la série en général.
– Sur “Les fautes finissent par se payer”, au Koweït, voir Al-Quds al-arabi, des 9, 11, 12 et 17 septembre.

Télévisions de ramadan (1/3) : inflation d’écrans religieux

Page d’accueil du site www.alresalah.net (cliquer sur la photo pour agrandir)

Le dernier ramadan avait été l’occasion d’aborder dans ce blog la question des feuilletons télévisés durant cette période de l’année, la seule probablement, où les conversations politiques le cèdent dans les conversations quotidiennes aux discussions à propos des programmes spéciaux offerts sur les différentes chaînes. Ces dernières, qui préparent l’événement tout le long de l’année, en profitent pour doubler leurs tarifs publicitaires.

Un an après, le spectacle n’a pas vraiment changé, si ce n’est que le poids du religieux, traditionnellement très présent à l’occasion de cette fête, se fait peut-être encore plus sentir. Impression conforme à l’évolution globale du paysage médiatique arabe marqué, cette année, par la création de plusieurs chaînes religieuses spécialisées, déjà évoquée dans un billet précédent.

Sur ce sujet, voici ce qu’a publié récemment Muhammad ‘Abd al-Rahmân, un journaliste d’Al-Akhbar (journal proche du Hezbollah, faut-il le rappeler), sur la question, sous le titre « Et c’est ainsi que la ‘religion’ a gagné la guerre du satellite » (هكذا ربح «الدين» حرب الفضاء).

D’éventuelles précisions qui ne figurent pas dans l’article ont été rajoutées entre crochets dans cette synthèse librement traduite.

Page d’accueil du site www.rotana.net, appartenant au même groupe médiatique que Al-Risala

 


Dans un monde arabe déchiré par les contradictions, rien d’étonnant à ce que les chaînes religieuses le disputent, sur le satellilte, aux chaînes à sensation. Ainsi, al-Walid Ibn Talal [tycoon de la presse arabe appartenant à la famille royale saoudienne] est à la fois propriétaire de Rotana [spécialisée dans les clips vidéo] et de Al-Risâla [sur le sens de ce mot, voir ce billet]. Par ailleurs, on attendant le lancement d’une chaîne [religieusement] militante (ملتزمة) pour les enfants, et d’une autre à destination des musulmans en Occident.

Conscientes que « celles qui resteront seront celles qui auront eu le plus d’influence » et que celles qui ne l’auront pas emporté sont vouées à rester marginales par la suite, les chaînes religieuses sont entrées dans la bataille, alors que trois d’entre elles (Al-Hikma, al-Baraka, Al-Rahma) ont été créées ce mois dernier, et que d’autres, comme Al-Majd ou Al-Nas, ont refait leur look.

Tous les moyens sont permis dans cette guerre où l’on retrouve les procédés qu’emploient les chaînes [« normales »] de divertissement pour capter l’attention du public et se chiper les vedettes du petit écran, surtout durant cette période de grande audience pour ces chaînes qui intéressent de larges secteurs du public « ordinaire » (البسيط). Tel est ce qui est ressorti de la conférence de presse donnée par Târik al-Suwaydân, directeur général Al-Risâla, la chaîne créée, il y a 18 mois, grâce à d’importants financements de la société Rotana et dont on a dit à l’époque que son objectif était de rivaliser avec la chaîne [religieuse] Iqrâ’, liée au groupe [médiatique arabe ]ART.

Pourquoi les chaînes religieuses poussent-elles comme des champignons (on les compte par dizaines depuis le lancement de Al-Risâla) ? Chiffres à l’appui, al-Suwaydân estime que les chaînes religieuses sont désormais 25, un chiffre bien peu élevé à l’en croire si l’on considère qu’on estime que le total des chaînes [satellitaires] arabes s’élève à 480 et qu’on s’attend à ce qu’il y en ait près de 7000 en 2012. A ses yeux, cette augmentation est le résultat d’une mode, car le public qui recherche quelque chose de différent ne tarde pas à se rendre compte que ce qu’on lui propose est peu convaincant, superficiel, faux… A la différence des autres, Al-Risâla opère un bon équilibre entre ce que souhaite le public et ce qu’une chaîne religieuse doit offrir, sans verser dans l’extrémisme. Les autres offres, toujours pour al-Suwaydân, manquent à tel point de stratégie qu’on les appelle « les chaînes de [marchands de] tapis » à cause des publicités en bas de l’écran pour ce type d’article !

Une visite dans les coulisses est bien révélatrice des pratiques en vigueur dans les chaînes religieuses « populaires » financées, ce n’est pas un secret, par des investisseurs qui y voient l’occasion de réaliser d’excellentes affaires. A côté de Al-Risâla, que possède le propriétaire de Rotana, il y a ainsi Al-Nas, lancée au départ dans le Golfe pour diffuser des clips vidéo mais que son propriétaire, un investisseur de la région, a scindée en deux chaînes religieuses, pour le public égyptien d’un côté, et pour le public du Golfe de l’autre. Les facilités du passage sur le satellite au Caire contribuent à la multiplication de l’offre. Nilesat par exemple accepte la diffusion sur son satellite pour seulement le quart du prix demandé au total (120 000 dollars, avec 30 000 dollars de garantie), le reste étant versé à tempérament grâce aux revenus [publicitaires].

Ces chaînes ont la réputation de traiter leurs employés particulièrement mal : la chaîne Al-Nas s’est ainsi débarrassée de tout son personnel féminin, aussi bien devant que derrière la caméra, en raison d’une fatwa émise par cheikh Muhammad Husayn Ya’qûb qui avait annoncé qu’il ne poursuivrait pas sa collaboration avec cette chaîne si des femmes continuaient à y travailler ! Quant aux employés d’Al-Fajr, ils ont déposé plainte faute d’avoir été payés depuis bientôt huit mois. Pourtant, le budget de fonctionnement de ces chaînes est réduit au minimum, y compris au niveau du décor : le cheikh [qui mène l’émission] peut bien s’asseoir par terre (mais il sera filmé de telle sorte qu’on aura l’impression qu’il est derrière un bureau),et toutes les émissions sont tournées sur le même plateau (loué dans certains cas, pour faire des économies, à des chaînes de variétés !)

A l’écran, la contradiction entre les programmes et les souhaits des téléspectateurs est flagrante. Alors qu’une émission disserte à propos de la conduite vertueuse (الهداية), on peut lire [en bas de l’écran] un message d’un jeune homme qui, à la recherche d’une épouse, lui demande quelques précisions sur son physique et même son adresse ! Une autre annonce indique qu’un jeune Egyptien est prêt à partir sur le champ pour « épouser une femme du Golfe avec appartement ». Le contenu de l’émission n’est pas plus contrôlé [murâqaba : cela peut s’entendre également comme « censuré »] que les petites annonces qui défilent en bas de l’écran sur ces chaînes qui proposent également des sonneries de téléphone, des publicités pour des livres ou des cassettes produites par les stars de la prédication, celles-là mêmes qui ont fait leur célébrité grâce à ces cassettes et qui trouvent, sur ces chaînes religieuses, l’occasion d’une consécration que leur refusent les chaînes publiques sur lesquelles les programmes religieux sont trustés par les sommités d’Al-Azhar.

Poésie et télévision (2/2) : le prince des poètes

Il y a quelques mois seulement, qui parlait encore du “prince des poètes” ? Pour ceux qui conservent quelques souvenirs scolaires, ce “titre” revient à Ahmed Chawqi, auteur égyptien né en 1868 et associé de si près aux khédives égyptiens qu’on l’appelle presque aussi souvent “le poètes des princes”… D’autres, moins nombreux sans doute, se rappellent peut-être qu’on a également surnommé ainsi le Libanais Bechâra El-Khoury (بشارة الخوري), né en 1885 et plus connu comme “le petit Akhtal” (الأخطل الصغير), par référence au grand poète omeyyade.

En revanche, pour la plupart des téléspectateurs arabes, le “prince des poètes” n’a pas encore de nom car, pour le connaître, il faudra attendre la fin du jeu télévisé diffusé depuis le début de l’été sur Abu Dhabi TV. En effet, avec l’énorme succès du “poète du million” évoqué la semaine dernière, les autorités culturelles d’Abu Dhabi ont eu l’idée de lancer une autre compétition pour les auteurs de poèmes, non pas en dialecte du Golfe cette fois, mais en arabe classique.

La recette a fonctionné tout aussi bien et l’émission est suivie avec passion, confirmant ainsi le goût du public arabe pour les joutes oratoires versifiées. Gérée par la société égyptienne chargée de la production du “poète du million” (société qui édite également une revue mensuelle autour de l’émission et de la poésie arabe en général), la compétition télévisée se déroule sur le même modèle, avec des éliminations décidées par un jury de spécialistes et par le public.

Durant les deux heures de spectacle, les auteurs sélectionnés donnent lecture de leurs textes mais doivent également improviser à partir d’une citation d’un poète classique. Ils se soumettent aussi aux questions de l’animateur et parlent, avec une certaine gaucherie qui fait aussi leur charme, de la poésie, de leur vie…

Dans les médias, les prestations sont soigneusement évaluées et, à côté de commentaires sur la télégénie de tel ou tel concurrent ou concurrente, on trouve des appréciations plus inattendues sur les qualités stylistiques, le sens de la métaphore, et la rigueur rythmique des différentes pièces poétiques soumises à l’avis du jury et du public.

Retenus parmi quelque 5 500 postulants, les quinze candidats en lice représentent la plupart des pays arabes mais, pour cette compétition en langue classique, il y a même un représentant indien, malheureusement vite éliminé ! (Il faut se souvenir que l’Inde est également un pays de culture arabe et que ses élites musulmanes ont notamment contribué à la Renaissance culturelle du XIXe siècle ; c’est par exemple à Calcutta qu’a été réalisée la première impression arabe des Mille et Une Nuits en 1814.)

Ausi richement doté que “le poète du million”, “le prince des poètes” répond à la même ambition politique : élargir autant que possible la “surface culturelle” de l’émirat d’Abu Dhabi en ajoutant à sa puissance économico-financière une visibilité médiatique internationale qui lui appartienne en propre. (Sur le modèle véritablement visionnaire de la politique mise en oeuvre par le Qatar décidant, dès le milieu des années 1990, de se doter d’une chaîne satellitaire panarabe, la fameuse Al-Jazeera dont la célébrité est devenue telle qu’on dit désormais par plaisanterie que Doha est aujourd’hui la capitale, non pas de l’émirat du Qatar, mais d’un pays nommé “Al-Jazeera”, par allusion à la Péninsule arabe !)

Face à l’hyperactivité un peu clinquante de Dubaï et de ses vastes projets culturels (la Gulf Art Fair, déjà évoquée, mais également le Festival international du film qui, en trois éditions seulement, menace déjà de supplanter celui du Caire pourtant créé dès 1976…), Abu Dhabi cherche donc à faire entendre sa voix en lançant des opérations plus prestigieuses, plus élitistes. La poésie, plus encore quand elle est classique, correspond parfaitement à cette stratégie de positionnement sur la carte culturelle arabe. D’ailleurs, au moment même où étaient lancés ces deux grandes compétitions poético-télivisuelles, Abu Dhabi Authority for Culture and Heritage annonçait également la création de la première Académie arabe de poésie (أكاديمية عربية للشعر), destinée à encourager la production d’oeuvres en arabe classique. Quelques mois plus tôt, la même institution avait annoncé avec fierté la création du prix littéraire Cheikh Zayed, du nom de l’émir récemment décédé, le mieux doté au monde puisqu’il offrait au vainqueur un prix de 7 millions de dirhams (environ 1,4 million d’euros…)

En dépit de toute leur “générosité”, les initiatives des cheikhs d’Abu Dhabi et d’ailleurs recueillent sans doute les suffrages du public, mais pas toujours ceux des premiers concernés, les créateurs du monde arabe. A l’image d’Amjad Nasser (أمجد ناصر), poète avant-gardiste, co-fondateur du quotidien Al-Quds et responsable de ses (excellentes) pages culturelles (voir son article en arabe et cet