Amr Khaled : un homme influent ou sous influence ?

Quelle est aujourd’hui la personnalité arabe la plus influente dans le monde ? La revue américaine Time a choisi, non sans arguments d’ailleurs : à côté des traditionnelles figures politiques (le roi d’Arabie saoudite, Ben Laden…), elle a retenu ce jeune cadre dynamique avec costume, cravate et moustache : Amr Khaled (عمرو خالد).

C’est un fait que l’ancien apprenti comptable égyptien, aujourd’hui âgé de 39 ans, a fait beaucoup de chemin depuis ses premières apparitions sur une de ces chaînes satellitaires arabes qui se sont créées dans le monde arabe à partir du milieu des années 1990 (voir sa biographie sur Wikipedia). Amr Khaled est désormais, selon les termes du magazine américain, une véritable rock star dans le monde arabe. En dépit d’une formation très modeste au regard des “papes” de la profession, Amr Khaled, grâce à une audience qui se compte en dizaines de millions de téléspectateurs, est en effet la vedette inconstestée… de la prédication islamique.

Il faut dire que celle-ci a beaucoup évolué. En l’espace de quelques décennies, le monde arabe a connu ce que l’on pourrait appeler “l’islam vocal” marqué par l’essor des K7 qui firent tellement parler d’elles durant la révolution islamique en Iran, puis “l’islam télévisuel” où s’illustra une des toutes premières figures religieuses médiatiques, Cheikh Shaarawi et son célèbre bob blanc, considéré par nombre de ses adeptes comme un véritable saint, et enfin, de nos jours, “l’islam numérique”, celui des réseaux de télévision satellitaires et des sites internet.

Au sein de la “vidéosphère” (cf. Régis Debray) numérique arabe, la PME Amr Khaled occupe une “niche” bien particulière en couvrant l’espace médiatique, comme toute entreprise de ce genre, par une déclinaison de son produit de base, les talk-shows télévisés du jeune prédicateur (داع), repris par exemple sur son site (www.amrkhaled.net, classé parmi les 2000 sites les plus fréquentés au monde selon Alexa.com, ce qui est une performance assez remarquable).

En rupture avec le discours classique, piétiste ou militant, Amr Khaled se fait l’avocat d’une sorte de positive islamic attitude. Dans un style télévisuel qui fait irrésistiblement penser à la version nilotique des Billy Graham et autres télévangélistes made in US, il délivre un message simple : travailler plus pour gagner plus… aux yeux de Dieu ; une sorte de “gagnant-gagnant” en somme… Faire l’ihsân (احسان) – la bienfaisance, un terme déjà évoqué à propos d’une confrérie marocaine – en ayant partout, au bureau comme à la maison, une attitude exemplaire, c’est plaire à Dieu. Plutôt que de rêver à une transformation politique radicale de la société, la ummah (la communauté des croyants) peut progresser grâce à de vastes campagnes qui attirent de nombreux adeptes, les “faiseurs de vie” (صناع الحياة), prêts à se mobiliser pour planter des jardins sur les terrasses ou pour arrêter de fumer…

Le succès de Amr Khaled ne fait que confirmer la médiatisation (et la commercialisation) toujours plus forte des signes de la religion, selon un mouvement d’islamisation “par le bas” des sociétés arabes, et plus largement musulmanes, mouvement qui a débuté probablement aux lendemains de la défaite de juin 1967 il y a tout juste 40 ans et qui ne semble pas près de faiblir. Il montre aussi que l’islam, en tant que phénomène social, est tout sauf immobile : les cadres traditionnels de la religion, issus des filières classiques, sont quelque peu bousculés par l’essor fulgurant de nouvelles figures de la prédication, souvent par le biais de la proposition d’un islam soft en phase avec l’esprit du temps. (A côté de Amr Khaled, LE phénomène dans ce domaine, on pourrait citer bien d’autres noms, tel celui du prédicateur saoudien Aaidh Algarne déjà mentionné dans ces billets.)

Au printemps de l’année dernière, le jeune prédicateur médiatique avait tenté un pari risqué en acceptant de se rendre au Danemark, au plus fort de la crise sur les caricatures, pour appeler au dialogue et pour montrer un autre visage de l’islam. Cette décision avait été vivement critiquée par tout ce que l’islam compte de voix autorisées, à commencer par celle du célèbre cheikh Qardawi, une autre star de la prédication télévisée (sur Al-Jazeera notamment) par ailleurs très influent président de la Conférence mondiale des oulémas (الاتحاد العالمي لعلماء المسلمين). A l’époque, pour prendre la défense d’Amr Khaled il n’y avait guère eu que l’acteur Adel Imam (un personnage évoqué dans ce billet), un monstre du box office arabe lui aussi, mais pas vraiment une autorité religieuse très crédible !

Le choix du magazine Time tombe donc à point nommé et la vedette des petits écrans islamiques peut donc triompher maintenant : il avait raison d’avoir effectué ce déplacement puisque cela lui a permis de faire entendre la voix de l’islam au coeur même des médias américains auxquels il a voulu faire comprendre que la jeunesse arabe (et musulmane) n’était pas forcément sauvage (همجي) [sic !].

Pourtant, ses adversaires, ses rivaux, ont une interprétation toute différente (voir par exemple cet article sur le site Islamonline.net). Pour eux, cette consécration offerte par un des principaux médias américains confirme la justesse de leurs analyses : si les USA estiment tellement le jeune prédicateur vedette, c’est parce qu’il est une sorte de cheval de Troie de l’American way of life : avec sa rhétorique séduisante, l’islamiquement très correct Amr Khaled n’est rien d’autre qu’un agent d’une guerre culturelle déguisée, le simple véhicule des valeurs consuméristes occidentales qu’on cherche à implanter dans le monde arabe et musulman.

Pour se faire une idée du personnage, on peut regarder la partie française ou anglaise de son site. On trouve en ligne toutes sortes de vidéos où l’on constate que le jeune prédicateur à la voix par moments si curieusement perchée a résolument opté, à l’inverse des autorités plus classiques, pour le dialecte égyptien.
Parmi les analyses en français sur le phénomène, un bon article de presse, et le texte – avec d’autres liens – d’un chercheur, Patrick Haenni, qui a également écrit un livre où il développe son analyse de L’islam de marché.