“Traduttore, traditore” : traduire, c’est trahir…

Jeudi dernier, le ministère égyptien de la Culture annonçait son intention de traduire, très rapidement, plusieurs romanciers israéliens contemporains tels qu’Amos Oz ou David Grossman. Selon Gaber Asfour (جابر عصفور), très influent critique par ailleurs directeur du Centre national de la traduction au sein du Conseil supérieur pour la culture, ce sera une première. En effet, si les lecteurs égyptiens avaient eu l’occasion, à travers ce programme, de découvrir des textes traduits de l’hébreu, il s’agissait jusqu’alors d’essais, portant notamment sur l’image de l’Arabe dans la littérature ou le théâtre israéliens, comme le rappelle cet article (en arabe) du Nahar.

En l’occurrence, les responsables culturels d’aujourd’hui ne faisaient que reprendre – sans guère se donner la peine de réfléchir aux échecs du passé d’ailleurs – une initiative fort ancienne. Au milieu des années 1960, l’Egypte nassérienne avait lancé un immense chantier éditorial qui incluait, sous le slogan « Connais ton ennemi ! » (أعرف عدوك), la traduction d’ouvrages relatifs à la société israélienne.

A en croire Gaber Asfour, les lecteurs égyptiens d’aujourd’hui n’avaient pas eu l’occasion de découvrir d’autres textes, qu’il s’agisse d’essais ou de fictions, pour des raisons strictement juridiques. En effet, dès lors que l’Egypte avait signé les accords internationaux sur la propriété intellectuelle, il n’était pas question de déroger à cette obligation en publiant des traductions « piratées », mais il était encore moins possible de négocier les droits avec une maison d’édition israélienne, sous peine de déclencher une avalanche de critiques de la part des opposants de tous bords, au nom du principe, non négociable, du refus de toute forme de normalisation avec l’Etat israélien.

Pour contourner cet obstacle, le Centre national pour la traduction a fait preuve d’imagination car il se propose de traiter avec les éditeurs… français ou britanniques des auteurs israéliens retenus, tous écrivains « proches du camp de la paix » ! En suggérant aux lecteurs d’aller voir ce précédent billet pour découvrir ce qu’un auteur israélien comme Yitzhak Laor pense du « plus beau visage d’Israël » comme on aime à écrire dans le Nouvel Observateur, on peut s’interroger sur le sens de cette démarche : est-ce une simple feuille de vigne juridique ou bien cela signifie-t-il que les romans israéliens seront traduits depuis une version anglaise ou française ? Si c’est le cas, cela risque fort de tourner à la trahison littéraire !

faroukh

Mais ce n’est pas la seule trahison dont on suspecte, dans le monde arabe, le ministre égyptien de la Culture. Pour beaucoup d’observateurs, son intérêt soudain pour la littérature contemporaine israélienne a des relents de basse cuisine politique.

En effet, peut-être lassé par plus de vingt années continues d’exercice aux mêmes fonctions dans son pays, Farouk Hosny, mène énergiquement campagne pour être élu à la tête de l’Unesco, candidature qui suscite apparemment de violentes oppositions, à l’image de la lettre ouverte (« La honte d’un naufrage annoncé »), adressée au président de la République et publiée dans le quotidien Le Monde par trois personnalités médiatiques de gros calibre (en France tout au moins) : Claude Lanzmann, Bernard-Henri Lévy et Elie Wiesel.

Quelques jours plus tard, toujours dans Le Monde, le candidat égyptien faisait connaître sa réponse dans laquelle il revenait sur les propos qui lui étaient reprochés par les trois signataires en écrivant, textuellement : « Je veux dire solennellement que je regrette les mots que j’ai prononcés. »

Ces regrets ont fait du bruit dans le monde arabe, et pas seulement dans les pages culturelles de la presse… Abdel-Bari Atwan (عبد الباري عطوان), le rédacteur en chef du quotidien Al-quds al-‘arabi s’est ainsi étonné (article en arabe) de telles excuses qu’il aurait préféré entendre plus tôt. Par exemple lorsque le ministre égyptien de la Culture a blessé les sentiments de nombre de ses concitoyennes en décrivant le voile comme « un retour en arrière » (comment imaginer alors qu’il serait contredit quelques mois plus tard par le président des Etats-Unis en personne, et même par celui de la France !).

L’éditorialiste d’Al-Quds al-‘arabi se fait l’écho d’une bonne partie des intellectuels arabes lorsqu’il considère que « les excuses de Farouk Hosny sont le début d’un chantage » (ابتزاز فاروق حسني يبدأ بالاعتذار) au terme duquel la culture arabe, et le refus de la normalisation avec Israël, risquent fort d’être bradés au nom de l’ambition personnelle d’un ministre vieillissant.

Et il faut bien reconnaître que les faits semblent justifier de telles inquiétudes. Poursuivant ce que l’on peut considérer comme des gestes de bonne volonté (déjà mentionnés dans ce billet de juin dernier) ou comme le début d’une série sans fin de concessions, les services du ministère ont semble-t-il lourdement insisté auprès des organisateurs du festival des Pays de la mer Rouge qui se tient actuellement à Suez pour qu’ils acceptent d’inviter, en dépit du strict boycott qui reste la norme officielle, des représentants israéliens à côté de « leurs collègues » palestiniens…

Et aujourd’hui, selon le quotidien libanais Al-Akhbar (article en arabe), Le Caire bruit de rumeurs à propos d’une éventuelle participation israélienne au prochain Salon du livre du Caire, le grand événement culturel panarabe créé par les autorités nassériennes à la fin des années 1960, dont les Israéliens cherchent en vain à « forcer les portes » depuis la signature des accords de Camp David en 1978 !

Cependant, la prochaine « Foire du livre » n’aura lieu qu’en janvier prochain, quelques mois après l’élection du prochain directeur général de l’Unesco, prévue en octobre prochain.

Illustration : classe d’une école de l’association “Main dans la main pour un enseignement hébreu-arabe” à Jérusalem, publiée par le quotidien Al-Hayat (source daylife.com).