Arabités numériques (1/2) : Facebook et les virtualités d’un nouveau monde arabe


« Printemps arabe » ? « Hiver islamiste » ? Au-delà des interrogations immédiates qui ne sont que péripéties – sauf, hélas, pour ceux qui sont pris dans la tourmente de l’Histoire en Syrie par exemple –, il devrait être clair pour tout le monde désormais que le monde arabe ne sera jamais plus comme avant. Il faudra le temps qu’il faudra pour que de nouveaux équilibres soient trouvés mais le retour à l’ordre initial est tout simplement impossible. Une nouvelle configuration régionale est en train de voir le jour, résultat d’une conjonction complexe de facteurs –, démographiques, économiques, géopolitiques, sociaux, culturels – facteurs auxquels est venu s’ajouter le numérique. En quelque sorte, comme on dit en arabe, « la paille qui a brisé le dos du chameau » (القشة التي قصمت ظهر البعير).

Il y a un peu plus d’un siècle, l’entrée en scène (dans la région) de l’imprimé a joué un rôle crucial dans la modernisation des sociétés arabes en rendant possible la diffusion de nouvelles conceptions, notamment politiques, mais plus encore en contribuant à la création de ce que Benedict Anderson a appelé les « communautés imaginées » (imagined communities), ces nouvelles manières de vivre le lien social à partir desquelles se diffusent les idées nationalistes. De la même façon, le développement des réseaux sociaux et plus largement celui des communications de l’âge numérique se sont ajoutés aux éléments de tension et, comme la goutte qui fait déborder le vase, ont provoqué une suite de réactions en chaîne dont on n’a pas encore vu la fin (quasi absente des médias français, la Jordanie, sur la frontière sud de la Syrie, paraît au bord de la tourmente)…

Si un lien pour ainsi dire direct peut être établi entre l’essor de l’imprimé arabe et la création de ce que l’on a pris l’habitude d’appeler le « monde arabe », l’actuelle « révolution de la communication » ne contribue-t-elle pas à son tour à une nouvelle configuration régionale ? Des éléments de réponse apparaissent dans la carte imaginée par Mia Newman, une jeune chercheuse californienne. Développée par un studio spécialisé, elle permet de visualiser, de manière interactive, les « liens d’amitié » établis par les utilisateurs de Facebook. Quel monde arabe dessinent les flux numériques des quelque 60 millions d’utilisateurs dans la région (une personne sur six) du tentaculaire réseau numérique global ?

Il est malheureusement impossible de le visualiser en tant que tel à partir des catégories de navigation qui sont proposées car cet instrument passionnant (voir ici) fonctionne par pays, lesquels ne peuvent pas être regroupés par l’utilisateur lambda en ensembles régionaux du type « monde arabe ». Néanmoins, certaines caractéristiques des actuelles arabités sont facilement visibles, ne serait-ce que par contraste. On voit très bien apparaître ainsi les classiques sous-groupes régionaux au sein de la sphère arabe, qui réunissent l’essentiel des pays autour de trois familles au Maghreb, dans les pays du Proche et Moyen-Orient, et dans ceux de la Péninsule. Dans les captures d’écran ci-dessous (cliquez pour agrandir), la parenté des « silhouettes » marocaine et tunisienne est évidente par rapport aux configuration jordanienne et libanaise, elles-mêmes différentes de la saoudienne et de la qatarie.





Dans le réseau des circulations régionales, la place centrale de l’Egypte (voir ci-dessous) est manifeste. Pivot traditionnel entre les flux « africains » (en vert) et « asiatiques » (en orangé), ses relations sont particulièrement fortes avec la Tunisie. La Libye – pays de révolution, certes, mais bien plus conventionnelle que numérique, n’y apparaît pas, alors que le Maroc, plus éloigné géographiquement, est un peu plus présent que l’Algérie… On voit aussi que les réseaux égyptiens communiquent beaucoup avec la Péninsule arabe et certains pays moyen-orientaux, mais beaucoup moins avec d’autres (la Syrie et l’Irak par exemple).

La variable linguistique est intéressante également. La « schize » qatarie, partagée entre des réseaux arabophones à l’ouest et d’autres polarités asiatiques est confirmée de manière particulièrement parlante (voir ci-dessous).

A l’inverse, des solidarités moins attendues apparaissent (voir ci-dessous) : comme le résume le site Woosh.ma, « le premier ami du Maroc sur Facebook c’est l’Algérie ! »  La Tunisie est elle aussi présente sur le radar des réseaux sociaux : en dépit de l’absence de tout progrès politique et même économique, le grand Maghreb numérique est visiblement en chantier, et il faudra bien que ces « virtualités » trouvent un jour leur concrétisation !

Bien d’autres explorations restent à faire, et bien d’autres nouvelles frontières vont se dessiner, ou s’effacer. A ce titre, la comparaison des “amitiés numériques” palestiniennes et israéliennes, qu’on imagine a priori très différentes, est en fait assez éclairante (voir ci-dessous) : absents ou presque de l’espace politique israélien, les “Palestiniens de l’intérieur” (les Palestiniens de 48, les Arabes israéliens, etc.) retrouvent toute leur présence  dans la visualisation des amitiés numériques d’un Israël très ami avec les Territoires occupés mais aussi avec l’Egypte ou la Jordanie ! Une réalité virtuelle que finira bien par se traduire un jour sur le terrain.