Les trois coups de la rentrée

Alors qu’on frappe les trois coups de la rentrée d’automne, quelques mots sur trois publications auxquelles je suis associé et qui arrivent en librairie.

hlam2La première réjouira tous ceux qui enseignent/apprennent la langue arabe et qui s’intéressent à la littérature moderne écrite dans cette langue. En complément du tome 1 de l’Histoire de la littérature arabe moderne (1800-1945), maître ouvrage de presque 800 pages (Sindbad/Actes Sud, 39 euros) et qui reste indispensable pour comprendre comment cette région s’est ouverte à la modernité (notamment littéraire) au tournant des XIXe et XXe siècles, Boutros Hallaq et Heidi Toelle viennent de publier une Anthologie bilingue. Patient travail qui permet au lecteur francophone de disposer désormais, avec leur orignal en arabe, de plus d’une centaine d’extraits (prose, poésie…) qui illustrent en quelque sorte les textes théoriques du premier tome. Inédites à de rares exceptions près, les traductions sont dues à Houda Ayoub, Hélène Boisson, Rania Fathi et Heidi Toelle – sauf pour quelques textes fournis par des auteurs du premier volume, comme c’est le cas pour moi-même. En ces temps de rentrée universitaire, il va sans dire que cette anthologie est un riche gisement de textes indispensables aussi bien à l’enseignant qu’à l’étudiant.

jeunessesarabesLa seconde, Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, culture et politique (La Découverte, 375 pages, 24 euros), dirigée par Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse, réussit le tour de force de faire cohabiter une petite quarantaine d’auteurs dont les contributions éclairent, chacune à leur façon, les multiples visages de ces générations qui font tellement parler d’elles depuis le début des soulèvements au sud et à l’est de la Méditerranée. Mais précisément, le parti pris – et ce qui fait toute l’originalité et la valeur de la démarche – n’est pas directement politique. Au contraire, l’objectif est de présenter, dans toute leur diversité, les multiples manières d’être un/une « jeune Arabe » aujourd’hui. Comme l’écrivent les deux coordonnateurs en titre de leur introduction, il s’agit, avec ces « portraits croisés de jeunes Arabes », de « déconstruire les stéréotypes » en quittant les sentiers battus des clichés avec, comme guide, une “bande de jeunes” (spécialistes) qui proposent au lecteur une vraie “découverte”. A peine plus âgés que ceux qu’ils présentent – et dont ils partagent bien souvent les passions et les interrogations –, ils renouvellent – et pas qu’un peu ! – les approches traditionnelles de l’univers, souvent un peu rassis, des études sur le monde arabe. Raison de plus pour CPA de se réjouir de faire partie des quelques « anciens » adoptés par cette jeune génération !

ramsesMême thématique pour la troisième publication présentée dans ce billet, à savoir le rapport 2014 de l’Ifri qui a pour titre Les jeunes : vers l’explosion ? (sous la direction de Thierry de Montbrial et Philippe Moreau Defarges). Dans cette synthèse de l’actualité des relations internationales (Dunod, 350 pages, 32 euros, chronologie, cartes, données chiffrées, index), six contributions, réunies par Mansouria Mokhefi, sont consacrées au monde arabe autour des problématiques aussi originales par leur objet que par leur inscription géographique : l’homosexualité dans le monde arabe, le féminisme islamique, la jeunesse en Algérie ou en Arabie saoudite… Pour ma part, je reviens sur « la jeunesse arabe et les réseaux sociaux », et donc sur le « numérique, terreau des changements ».

 

Bonnes lectures !