Discours dans un pays silencieux : la campagne électorale de Bachar El-Assad

sawalogo
Visuel de la campagne « Sawa » (Ensemble).

Parmi les nombreuses questions que pose l’expression « printemps arabe » figure en bonne place celle de la délimitation temporelle du fait révolutionnaire réduit, pour les besoins de la story médiatique, aux premières semaines de l’année 2011. Bien entendu, il y a un « avant » à ces événements, et on peut le situer autour de l’année 2005. C’est en tout cas ce que choisissait de faire Gilber Achcar, dans un article publié dans Le Monde diplomatique en juillet 2005. Il y évoquait « les chances et les aléas » de ce qu’on appelait déjà – dans une sorte d’étrange répétition avant l’heure – « le printemps arabe ».

Même si ce n’est pas forcément très évident sur le strict plan politique – Gilbert Achcar évoque ainsi les faits marquants qu’ont été le retrait des troupes syriennes du Liban, les élections municipales en Arabie saoudite, ou encore une réforme de l’élection présidentielle en Egypte –, l’année 2005 marque incontestablement un tournant majeur sur un autre plan, celui de la communication politique. C’est en effet à partir de ce moment-là, on peut le constater avec le mouvement Kifaya en Egype par exemple, que l’activisme en ligne acquiert dans le monde arabe une visibilité de plus en plus grande, jusqu’à prendre la place que l’on sait quelques années plus tard, notamment grâce aux réseaux sociaux qui se développent à partir de cette époque.

Et dans un registre plus traditionnel, c’est également cette année-là que « naît » la communication électorale moderne arabe, avec la présidentielle égyptienne de l’automne (commentée dans ce billet) et sans doute plus encore avec le « printemps du cèdre » et la bataille de communication menée par les partisans du 8 mars (le camp de Independence 05). A leur manière, les détournements en 2007, sur les réseaux sociaux libanais, de cet « affrontement de narratives » entre partisans du 8 et du 14 mars confirmaient que la propagande politique locale était entrée dans une nouvelle ère. En récupérant selon leurs propres codes la « grande geste du printemps arabe » dès l’été 2011 pour mieux vendre leurs « réclames » (voir ce billet), les professionnels de la publicité entérinaient une évolution désormais inscrite dans le paysage arabe.

Même dans un pays aussi figé que pouvait l’être la Syrie par des années de propagande en béton massif (celle qu’analyse Lisa Wedeen dans un livre devenu un classique), la communication politique « de papa » (Hafez en l’occurrence) n’est plus « vendable ». Perceptible dès 2006, par exemple à travers une campagne de promotion de la « démocratie participative » (voir les illustrations de ce billet), la modernisation du discours tenu par le régime syrien allait même devenir une question de survie, au sens strict de l’expression. En mai 2011, les officiels syriens, sérieusement menacés, notamment sur les réseaux sociaux, par la « puissance de feu communicante » de l’opposition (et ses relais médiatiques régionaux et internationaux), avaient ainsi lancé une impressionnante campagne de soutien au président (voir ces deux billets : ici et ).

Incontestablement « moderne » par le ton et les moyens (surtout au regard des traditions locales), cette campagne relevait malgré tout du lifting : le langage était rajeuni, tout comme les éléments rhétoriques, aussi bien pour les slogans que dans les visuels. Mais pour l’essentiel, l’âme de la communication restait la même : le chef, le président, le rayyis, le viril pater familias (le Si Sayyed) – voir dans ce billet la traduction d’un texte de Rabab El-Mahdy à ce sujet – dont use et abuse en ce moment même le « candidat-élu » Sissi en Egypte.

A quelques jours de sa prochaine élection, cet autre « candidat-élu » qu’est Bachar El-Assad a dévoilé l’essentiel de sa campagne, révélant une évolution supplémentaire. Professionnelle, elle propose en particulier une gestion assez inédite du calendrier qui délaisse la technique du pilonnage massif pour une communication plus étendue dans le temps avec des effets de teasing (titillage). Maniant les différents formats électroniques (Facebook, YouTube, Twitter, Instagram), l’équipe de communicants au service du « président candidat » a ainsi délivré une série de messages qui s’échelonnent dans le temps tout en s’inscrivant dans une même charte graphique (et réuni par un même « fil » musical) qui leur donne une unité.

bashar2L’élément le plus remarquable reste la modestie du ton d’ensemble. En lieu et place des précédentes déclarations enflammées, viriles et/ou passionnées, toutes focalisées sur le héros de la nation, l’actuelle campagne joue au contraire la carte de la discrétion. Par son nom déjà, Sawa (Ensemble) qui oblitère quasiment la figure présidentielle, laquelle n’apparaît qu’a minima, à travers une simple signature manuscrite, par une vignette pour laquelle on a retenu un nouveau portrait où « l’homme qui occupe la fonction suprême » est plus jeune homme et moins « suprême » que jamais : tenue civile soulignée par la chemise claire sans cravate, expression juvénile résolue sans doute mais presque timide aussi. La gamme chromatique est très étrange, surtout au vu des critères en vigueur dans la région : vert franc, bleu clair, des couleurs froides qui « dépassionnent » le débat et soulignent la simplicité de la cursive manuscrite (qui fait naturellement le choix de l’arabe parlé et non pas de la graphie savante classique).

Conformément au slogan, cet homme n’est rien ; il n’est qu’une partie d’un « nous » collectif, qui n’exprime aucune violence mais se situe au contraire dans la positivité absolue : Ensemble nous la reconstruisons, Ensemble, elle redeviendra plus belle, plus forte, etc. Autant de titres de vidéos électorales où le rôle du héros est tenu par le peuple, dans toutes ses composantes, hommes, femmes, jeunes ou âgés, mais où domine – conformément à la réception locale très sensible à cet élément – la figure de l’innocence enfantine. Les héros de la nation sont encore là, travailleurs burinés des champs et fiers ouvriers hérités de l’imaginaire socialiste (baathiste), mais ils ne sont plus que les relais de la génération à venir, celle pour laquelle il faut préserver l’existence d’un « foyer » national. En écho à l’ensemble de la campagne, la page Facebook Sawa, lancée au 10 mai dernier, offre très peu d’images guerrières, assénant les prouesses du chef militaire. Au contraire on y relève une ribambelle d’enfants, très jeunes citoyens exprimant naïvement leur amour pour le père de la nation, enfants du couple présidentiel, et même portraits du leader en jeune étudiant ou en garçonnet à culottes courtes !

Dans ces clips tournés – là encore avec un incontestable sens du timing de la campagne tant militaire qu’électorale – dans les lieux de mémoire de la nation désormais libérés (le krak des chevaliers, Homs…), l’ennemi, les « terrosristes » n’ont pas de place et encore moins de visages. Ils ont disparu, la bataille a été gagnée. Dans ces images lisses (pas de contrastes violents, éclairages le plus souvent tamisés, montage souple et très lent sur fond de musique nostalgique aux accents vaguement orientaux), le peuple uni se livre à une reconstruction qui est, par anticipation, célébration de la victoire. Les forces communes se réunissent pour ce grand œuvre, auquel le chef se contente, modestement, d’apporter sa touche personnelle, par le biais d’un discret autographe tout à la fin du récit.

Un problème, tout de même : pas un instant on n’entend la voix du peuple syrien, pas une parole échangée, pas un seul dialogue ; la campagne si moderne de Bachar El-Assad résonne dans le silence glacé d’un pays silencieux.

Un des clips de la campagne, d’autres sont visibles ici :

En Tunisie, la révolution, ça « kif » grave !

mememoikif

Il y a quelques jours, la police tunisienne annonçait l’arrestation, en flagrant délit, de deux revendeurs de drogue. Une affaire banale, dont personne n’aurait parlé si elle ne concernait deux personnalités connues : le cameraman Sabri Benmlouka et surtout le blogueur – passé (comme la plupart des activistes locaux) aux réseaux sociaux et en l’occurrence à Twitter – Azyz Amani. Pour une partie de l’opinion, l’arrestation de cette voix particulièrement mordante a tout d’un coup monté. Elle intervient peu de temps après que le jeune activiste, déjà arrêté dans les derniers jours de la présidence Ben Ali, a annoncé qu’il était l’auteur d’une campagne de solidarité en faveur de militants inculpés pour des actions commises contre les forces de l’ordre au temps de la révolution. Selon une stratégie désormais bien rodée, les comités de soutien ont organisé la riposte, avec des meetings, des manifestations et, sur les réseaux sociaux, avec une assez « stupéfiante » page Facebook intitulée Moi aussi, je suis un adepte de la fumette ! (d’où est tirée l’illustration en haut de ce billet).

C’est loin d’être la première affaire de ce genre. En effet, il est déjà arrivé à plusieurs reprises que des figures connues soient ainsi emprisonnées, fort à propos si l’on peut l’écrire ainsi, pour détention de produits stupéfiants. En juin 2013, le chanteur Kafon, co-interprète avec Hamzaoui Med Amine d’un morceau visionné plus de 10 millions de fois sur YouTube, « tombait » ainsi pour ce délit (il en prendra pour un an et sera libéré dix mois plus tard). Il faut dire que la presse internationale (voir cet article bien complet publié dans L’Express) commençait à faire un peu trop de buzz autour de cette histoire et de cette chanson, intitulée Houmani (حماني), qui décrivait la vie dans les banlieues misérables de Tunis. Mais on trouverait facilement bien d’autres exemples, dont on a bien moins parlé, (par exemple l’arrestation, en janvier 2012, du rappeur Anis Mrabti, aka « Volcanis le roi », après la diffusion sur Internet d’un morceau là encore un peu trop contestataire).

Il faut dire que la loi 52, mise en place sous Ben Ali en 1992, offre un cadre législatif qui réprime d’une manière particulièrement sévère ce type de délit. La consommation de kif est pourtant restée très longtemps une pratique courante en Tunisie. Mentionné par de nombreux témoignages anciens (celui d’Isabelle Eberhardt par exemple dans son livre Dans l’ombre chaude de l’islam : quel titre quand on y pense aujourd’hui!), le kif était même vendu tout à fait légalement, il y a de cela à peine plus d’un demi-siècle, dans les bureaux de tabac. Des médecins le prescrivaient à leurs patients et il offrait à certains pratiquants, notamment pendant ramadan, un substitut socialement moins répréhensible que d’autres substances euphorisantes (l’alcool en l’occurrence).

Des arguments que reprennent, naturellement, ceux qui militent aujourd’hui en Tunisie, et ils sont nombreux, pour une dépénalisation du hachich, à l’image de ce qui s’est déjà fait dans quelques pays. Une réforme qui priverait peut-être quelques services d’un prétexte utile en certaines occasions, mais qui aurait aussi l’avantage de soulager tant les tribunaux que les prisons du pays. Les statistiques sont en effet proprement hallucinantes puisque ce type de délit correspondrait à près de la moitié des arrestations, et serait responsable d’un tiers des incarcérations.

Car si la loi n’a pas changé, le contexte sociopolitique, et les pratiques, ont, en revanche, considérablement évolué, et cela, manifestement, depuis la révolution de 2011. Un an ne s’était pas écoulé depuis la chute de Ben Ali que des médias évoquaient déjà une hausse spectaculaire de la consommation. Un phénomène qui n’a fait que croître depuis, jusqu’à devenir un réel problème de société. En effet, ce n’est plus seulement la jeunesse perdue des « mauvais quartiers » qui ruine ses poumons en sniffant de la colle et du cirage. Depuis la fin de la dictature, la drogue se répand « comme une traînée de poudre », en particulier auprès de la jeunesse lycéenne. Les chiffres varient selon les enquêtes, menées tantôt par le ministère de la Santé tantôt par des organisations qui luttent contre la drogue, mais les chiffres progressent d’une façon alarmante.

pubzatla
Ici, on vent du zatla !

Il s’agit certes le plus souvent de zatla (زطلة), le nom local du hachich, dont aurait tâté, plus ou moins régulièrement, près de la moitié de la jeunesse lycéenne. Un phénomène – signe d’une évolution sociétale significative – qui concerne aussi, dans des proportions moindres, les filles. Là encore, les consommatrices, très majoritairement, se seraient initiées à ces nouveaux plaisirs, pour 70 % d’entre elles, après la révolution de 2011

Si pour tout le monde, le lien entre les récents événements politiques et le développement de ces nouvelles pratiques est incontestable, les explications, par contre, divergent. Beaucoup mettent en avant la désorganisation des services de l’Etat après la révolution, certains n’hésitant pas à regretter cette bonne vieille dictature où il ne faisait pas bon rouler son joint au vu et au su de tous ! Dans le même registre, la désorganisation régionale, et en particulier celle de la frontière avec la Libye, favorise sans aucun doute l’essor des petits trafics en tous genres, d’autant plus que le commerce de la drogue fait partie de ces ressources que les acteurs de tous poils aiment à mobiliser…

D’autres estiment cependant que d’autres facteurs sont à prendre en considération, notamment le fait que l’Etat d’avant, pas plus que l’actuel, n’ont cherché vraiment à soutenir les différentes formes d’organisation sociale qui pourraient détourner la jeunesse des paradis artificiels. Et ceux-ci paraissent d’autant plus attirants que la réalité est toujours plus désespérante, y compris et même surtout après le passage de la révolution. Cependant, ce n’est pas seulement la drogue qui est concernée. Il apparaît ainsi que la consommation d’alcool a progressé d’une manière presque encore plus forte, tout comme les liaisons prémaritales, ainsi qu’on l’avait signalé dans un précédent billet. C’est aussi pour ces libertés-là, et pas seulement à cause de l’absence de liberté politique, que la jeunesse tunisienne est descendue dans les rues à partir de la fin de l’année 2010.

Daash et les « cheikhs de la discorde » : indignation sur commande en Arabie saoudite

isil-550x308

Une émission à la télévision, en janvier dernier, avait mis en évidence un changement d’attitude de la part des autorités saoudiennes. Dans ce pays où rien de ce qui se diffuse sur les médias publics n’est vraiment laissé au hasard, un journaliste célèbre, Dawood al-Shiryân, avait fait alors beaucoup de bruit en accusant les « cheikhs de la discorde » d’envoyer la jeunesse saoudienne au casse-pipe en Syrie.

Quelques mois plus tard, un jeune Saoudien, Abdul-Rahman Ayeel (عبدالرحمن عايل), fait à son tour beaucoup parler de lui en ce moment dans la presse et dans les réseaux sociaux, depuis qu’il a publié, sur YouTube, un court-métrage d’environ 15 minutes. Intitulé Daash (l’acronyme en arabe pour L’Etat islamique en Irak et au Levant, ISIL en anglais), il raconte l’histoire d’un jeune jihadiste saoudien, parti combattre les « mécréants » à l’incitation d’un cheikh de son pays. Malheureusement pour le jeune volontaire, il est pris pour un espion par les combattants de Daash qui l’exécutent après un simulacre de procès.

Cet événement, situé dans le film dans la ville syrienne de Deir Ezzor, au début du mois de mai, occupe la première partie. La seconde est consacrée au retour du « fantôme » du malheureux apprenti jihadiste (le thème du fantôme – طيف – est un grand classique de l’imaginaire culturel arabe). Il tente, en vain, de communiquer avec son père et sa famille pour leur demander pardon, puis il se dirige vers le cheikh qui l’a envoyé pour savoir s’il se trouve en enfer ou au paradis comme promis aux combattants de Dieu. Le cheikh ne l’entend pas, trop occupé à compter les dons des fidèles…

Le récit se termine par une supplique du (fantôme du) supplicié qui s’écroule à genoux, désespéré, en s’adressant à son Créateur. A la suite du générique, comme une sorte d’épilogue, on retrouve le « cheikh de la discorde » pérorant en se curant les dents (le détail qui tue !) sur les mérites de ceux qui sacrifient leur vie pour leur foi. A sa droite, on devine dans l’assemblée (me semble-t-il) le père, qui l’écoute attentivement tout en s’essuyant furtivement les yeux avec un coin de son shimagh (l’équivalent de la keffieh palestinienne).

Le fait que ce court-métrage soit produit par I-content (Sharikat al-muhtawâ al-mutakâmil), une société de production qui a pignon sur rue puisqu’elle compte comme clients la télévision nationale, le journal Al-Sharq al-Awsat, la chaîne MBC et même le ministère de l’Education, est un indice assez probant de ce que cette réalisation correspond d’une manière ou d’une autre à une commande officielle. Ce que confirment les relais médiatiques locaux, Al-Arabiyya ayant par exemple offert au jeune réalisateur un entretien d’une bonne dizaine de minutes sur sa chaîne (la suite de la séquence étant occupée par un très universitaire local, spécialisé en psychologie, chargé d’expliquer les raisons de cette déviance juvénile).

Abdul-Rahman Ayeel est souvent présenté comme un ancien jihadiste lui-même (en Irak). Dans l’entretien sur Al-Arabiyya, il relate ainsi son retour clandestin chez lui, visiblement désabusé, et l’accueil que lui réserva alors de sa mère. Son film fait d’ailleurs écho à cette expérience mais se garde bien de gratter trop profondément les raisons qui pourraient expliquer le succès que trouvent auprès de la jeunesse de son pays les discours fallacieux des « cheikhs de la discorde ». Mais il paraît que Daash serait le premier volet d’une trilogie, et la suite éventuelle sera peut-être un peu plus incisive sur cette question…

En attendant, le nombre de visionnages sur YouTube n’est pas si impressionnant que cela (rien à voir par exemple avec le phénomène Hisham Fageeh et son No Woman, No drive). En revanche, les commentaires sont très nombreux, et souvent très très agressifs (le jeune réalisateur aurait d’ailleurs reçu des menaces de mort). Auteur pourtant du très réussi Nakira (نكرة : celui qui n’est pas reconnu, visible ici), Abdul-Rahman Ayeel n’a pas l’air d’avoir été très inspiré par son sujet. Signe – en tout cas c’est ainsi que je le vois – que ce pamphlet contre les dérives de certaines interprétations de l’islam, par ailleurs encouragées depuis des lustres dans le Royaume d’Arabie saoudite, est, en partie tout au moins, une œuvre, et une indignation, de commande…

Je vous laisse juge en découvrant le court-métrage en question, en précisant, comme le signale le générique, qu’il est déconseillée aux moins de 18 ans !

(Dans la série « on est plus intelligents à plusieurs : quelqu’un aurait-il une idée de l’auteur du chant – accompagné par un instrument, ce qui n’est pas du tout halal ! – interprété au début du film ? Il n’est pas crédité au générique, non plus que le morceau final qui doit être du ‘oudiste Riyad Sunbati…)

Abdel-Bari Atwan : les médias arabes et les puissances du Golfe

atwanQuoi qu’on pense de lui, pour ses qualités ou à cause de ses zones d’ombre (dont certaines apparaissent assez clairement tout à la fin de l’entretien traduit par mes soins ci-dessous), Abdel-Bari Atwan (également Atouane عبد الباري عطوان) reste une des très grandes figures de la presse arabe contemporaine. Avec Azmi Bishara, lequel défend des options politiques pour le moins très opposées, il est sans conteste une des figures palestiniennes les plus connues, voire les plus écoutées, dans l’opinion arabe « informée ». Fondateur et rédacteur en chef de Al-Quds al-‘arabi (Jérusalem arabe), un quotidien panarabe défendant une ligne nationaliste et aussi indépendante que possible dans le contexte des médias arabes (voir ce qui est dit ci-dessous à ce sujet), Abdel-Bari Atwan s’est fait « débarquer » assez brutalement en juillet dernier. Mais il continue à faire entendre sa voix sur Rai al-youm (L’Opinion du jour), le quotidien en ligne qu’il a fondé, toujours depuis Londres, peu de temps après (ses éditoriaux y sont généralement traduits en anglais, la veille ou le surlendemain de leur parution).

Publié il y a quelques jours par Al-Akhbar sous la signature de Mustafa Mustafa, cet entretien est déjà exceptionnel en soi tant il apparaît qu’Abdel-Bari Atwan, en particulier depuis sa démission/éviction, est ostracisé par une très grande partie des médias arabes (bien qu’un de ses ouvrages, L’histoire secrète d’Al-Qaïda , soit traduit dans quelque 32 langues paraît-il). Mais l’intérêt de ce texte est de lever (un peu) le voile sur les pratiques en cours dans le monde des médias arabes. En mettant en perspective les évolutions depuis un quart de siècle, en fait depuis la création d’Al-Quds al-‘arabi en 1989, Abdel-Bari Atwan évoque surtout la « golfisation » toujours plus manifeste de ces médias, avec les conséquences qu’on imagine, notamment pour ceux qui, comme lui, défendent un ligne nationaliste arabe.

Malgré le succès de Rai al-youm (200 000 visiteurs par jour) et la place qu’il conserve sur la scène publique (400 000 « suiveurs » sur Twitter), Abdel-Bari Atwan incarne malgré tout une époque des médias arabes qui appartient presque déjà au passé. Parmi les enseignements des événements dont la région est le théâtre depuis trois ans, il y a la mise en évidence du rôle pour le moins très ambigu que jouent les grands médias régionaux et même nationaux (on peut penser à la manière dont la presse égyptienne se vautre, sans la moindre distance critique, aux pieds du futur raïs). Comme partout ailleurs sans doute, mais de manière plus manifeste dans cet ensemble régional particulièrement déséquilibré au niveau des rapports entre données démographiques et puissance financière (les pays les plus peuplés sont très souvent les plus pauvres, et inversement), la nature de la production médiatique est soumise aux diktats d’une économie politique assez facile à décrypter. Reste à miser, avec les limites déjà évoquées dans d’autres billets, sur les conséquences du développement d’Internet, qu’il s’agisse de la presse en ligne comme le fait Abdel-Bari Atwan, ou des médias sociaux.

« Paysan fils de paysan / J’ai l’innocence d’une mère / Et la malice / d’un vendeur de poisson. »1 Ces vers résument peut-être la personnalité controversée d’Abdel-Bari Atwan, ce journaliste empêcheur de tourner en rond né dans le camp palestinien de Dar el-Balah [Gaza] en 1950, d’une famille réfugiée de la ville d’Isdoud [Ashhod en hébreu, près de Haïfa]. Rédacteur en chef du quotidien Al-Quds al-‘arabi entre 1989 et 2013, il a joué un rôle important dans les médias arabes durant les deux dernières décennies. Son livre, Watan min kalimât (Une patrie de mots), dont la quatrième édition vient de sortir chez Dâr al-Sâqî témoigne de l’expérience du réfugié palestinien errant de par le monde à la recherche du paradis perdu. Le témoignage d’une famille, qui s’ajoute [aux textes palestiniens tels que] le Journal de Khalil Sakakini, La Braise et la cendre de Hisham Sharabi et La route a commencé à Haïfa de Shafiq El-Hout. Le 2 septembre dernier, il a lancé le quotidien en ligne Rai al-youm (L’opinion du jour) visité par 20 millions de lecteurs, manière pour lui de poursuivre l’expérience commencée avec le quotidien libyen Al-Balagh au milieu des années 1970. Après sa démission [du journal Al-Quds al-‘arabi] qui continue à susciter des commentaires, il se livre pour la première fois sur son expérience, sur la guerre et les médias, sur les menaces de mort et les complots tramés contre lui. Al-Akhbar l’a rencontré à Londres, dont les bureaux de Rai al-youm dont le personnel se compte sur les doigts d’une seule main.

Après votre démission d’Al-Quds al-‘arabi, vous avez lancé le quotidien en ligne Rai al-youm, parlez-nous de cette expérience.

J’ai quitté Al-Quds al-‘arabi le 10 juillet 2013, mais cela faisait trois années que je pensais à quelque chose de ce genre. Je dois être libre et indépendant. Je suis un éditorialiste et je ne peux pas m’imaginer en train de proposer mon éditorial à d’autres rédacteurs en chef. Ce sont des gens qui ont des entraves, ils ne sont pas libres et ils pourraient refuser ce que j’écris.
J’ai imaginé de construire Rai al-youm autour de mon éditorial. Tous ceux qui y écrivent sont volontaires. Quelques correspondants reçoivent des dédommagements symboliques. Ensuite, 98 % des lecteurs de Al-Quds al-‘arabi étaient en ligne, 2 % seulement lisaient l’édition papier. Internet, c’est l’avenir de la presse et j’ai donc décidé de prendre le train de la modernité médiatique. Troisièmement, la presse en ligne est bien moins chère. La plus grande partie du budget d’Al-Quds al-‘arabi passait dans l’édition papier et non pas dans le site. Pendant les 25 ans que j’ai passés à Al-Quds al-‘arabi, j’étais en faillite, coincé pour ce qui est des publicités. Les dettes s’accumulaient. Je me souviens que les créanciers sont venus trois fois réclamer le loyer de l’appartement où était installé le journal. Mon souci c’était de savoir comment j’allais payer les salaires des 19 employés du journal, avec le loyer, les coûts d’impression et les coûts des envois. Quand tu as des dépenses et des obligations financières, tu n’es plus aussi libre. Tu dois accepter des abonnement et des aides. En toute franchise, tu dois faire le mendiant. Un ami très proche qui travaille à Al-Hayat [un quotidien concurrent] à Londres, a dit à un de ses amis dans le Golfe : « Abdel-Bari meurt de faim. Il n’a plus de quoi payer les salaires. » En d’autres termes, je n’étais pas le seul à mendier, mes amis le faisaient pour moi, par pitié, alors que j’étais leur concurrent !

Quel est le projet de
Rai al-youm ?

Fondamentalement, nous avons un ennemi, Israël, tout part de là : ceux qui soutiennent Israël, nous sommes contre eux, et ceux qui sont contre, nous sommes avec eux. Les choses sont claires, : ceux qui sont avec l’Amérique, nous sommes contre eux. et ceux qui sont contre, nous sommes avec eux ! C’est clair, pas besoin d’épiloguer sur la question ! C’est notre ligne, notre équation personnelle, qu’il s’agisse de Saddam Hussein, de Hussein Nasrallah ou d’Abdelfattah Sissi, ou d’Ibn Séoud. Quiconque est contre Israël, quiconque le combat, nous sommes avec lui, nous sommes à ses côtés. Nous ne soutenons pas des personnes, mais un courant, une orientation.

Avant la [première] guerre du Golfe, on a assisté à la création à Londres d’al-Sharq al-awsat, d’Al-Hayat et d’Al-Quds al-‘arabi. Avant l’occupation de l’Irak en 2003, des chaînes telles qu’Al-Hurra, Al-Arabiya et Al-Jazeera ont commencé à faire parler d’elles. Il y a visiblement un lien étroit entre les médias et la guerre dans le monde arabe. Comment voyez-vous les choses aujourd’hui alors que nous vivons ce que les médias occidentaux ont appelé le « printemps arabe » ?

Autrefois, la lutte était entre le Golfe pétrolier et les forces progressistes arabes (al-taqaddumiyya al-‘arabiyya). Aujourd’hui, c’est un conflit entre puissances du Golfe. Les médias ne sont jamais loin de la guerre dans notre région. La plupart des médias arabes suivent un agenda politique et répondent à des besoin précis. Ne pas le reconnaître, ce serait mentir. Les médias arabes sont subventionnés, qu’on le veuille ou non. Pour autant, il y a des degrés dans ce soutien : être soutenu parce qu’on défend la cause du peuple ce n’est pas la même chose que d’être soutenu parce qu’on est au service de telle ou telle faction, de telle ou telle classe sociale. Du temps de Nasser, les médias égyptiens étaient au service du nationalisme arabe et de la libération de la Palestine. Nasser a soutenu le quotidien libanais Al-Anwar face à Al-Hayat que les Saoudiens finançaient à l’époque où il était dirigé par Kamal Mroueh2 qui en était le patron. Nasser n’avait pas de pétrole, les médias n’étaient pas liés au pétrole, mais à des agendas politiques. Après les accords de Camp David en 1978, les médias égyptiens ont été interdits dans le monde arabe. C’est alors qu’est apparu Al-Sharaq al-Awsat, pour combler le vide laissé par la presse égyptienne. Moustafa Amine3 avait un éditorial quotidien à Sharq al-Awsat. Al-Hayat est apparu à Londres en 1988, peu avant la guerre du Golfe. Après 1990, une vague de médias est survenue. En 1991, il y a eu ainsi la chaîne MBC, la première chaîne arabe globale. Elle a provoqué une migration de la presse écrite vers la télévision. En 1995, cela a été le tour d’Al-Jazeera. Quelques jours seulement avant l’occupation de l’Irak en 2003, al-Arabiyya a été lancée. La guerre est toujours au cœur des médias arabes. Aujourd’hui, il y a environ 900 chaînes satellitaires et la région est perpétuellement en conflit, en proie à une grande fracture confessionnelle. Récemment, on a assisté à la création de la chaîne Al-Mayadeen4, pour combler un manque dans le paysage médiatique arabe.

Comment expliquez-vous les tentatives incessantes de la part du Qatar pour dominer le discours politique et culturel dans les médias arabes, alors qu’Al-Jazeera est à présent en recul et qu’on a vu l’échec de nombreux sites d’information en ligne, tels que Al-Mudun, même si Al-‘Arabi al-jadîd5 en a tenté de » corriger les erreurs précédentes…

Notre région connaît une division sévère, des États, certaines parties ont opté pour le « changement » sous le mot d’ordre de la fin de la dictature et de la mise en place des démocraties. Pour la première fois, Al-Arabiyya et Al-Jazeera [respectivement pro-saoudienne et pro-qatarie] luttent pour le même objectif, à savoir le changement, pacifique d’abord, puis par la violence ensuite. Qatar perçoit annuellement 185 milliards de ses revenus pétroliers et gaziers. Une grande partie de ces revenus sont employés dans des projets médiatiques mis au service des objectifs qataris en Syrie, en Libye, en Tunisie, au Yémen, en Égypte. Tous les pays qui ont connu des changements étaient des régimes républicains, et des pays hostiles aux USA, sauf en partie pour l’Égypte. C’est vrai que ces républiques étaient des dictatures répressives, mais c’étaient aussi les seuls pays qui demandaient des prix justes pour le pétrole au sein de l’OPEP. Nous sommes pour la démocratie et pour le changement. Je suis un adversaire du régime syrien qui m’a menacé de mort, qui a interdit mon journal et qui a empêché l’accès à mon site. Je combats le régime syrien, mais par la démocratie, pacifiquement, par la coexistence [au sein des composantes nationales du pays], par la pensée libre. Je ne le combats pas par le sectarisme (tâ’ifiyya), même si ce régime est lui-même sectaire. De fait, il y a une mobilisation des médias pour que ceux-ci jouent leur rôle dans la confrontation. A mon avis, la révolution égyptienne ne l’aurait pas emporté sans l’aide d’Al-Jazeera, et Ben Ali ne se serait pas enfui. Al-Jazeera avait le soutien d’un grand nombre de lecteurs et de téléspectateurs mais elle a mis ce soutien au service du chaos (fawda) : chaos en Libye, au Yémen, en Syrie,en Égypte. On voit le résultat aujourd’hui.

Et quel est-il ?

Il n’y a plus d’État en Libye aujourd’hui, on ne peut même pas dire qu’il est en faillite ! La Syrie est détruite et morcelée. L’État est faible au Yémen et l’Égypte fait face à de très grandes difficultés. Pour l’heure, la Tunisie semble avoir réussi à échapper au chaos. C’est ça le résultat ! Si ce projet avait suivi une vision, la démocratie l’aurait emporté mais ce qui est arrivé, c’est qu’elle a été vaincue en Syrie, au Yémen et en Tunisie.

Vers quoi nous dirigeons-nous ?

Aujourd’hui, on assiste à une lutte entre l’Arabie saoudite et le Qatar dans les médias. L’Arabie saoudite et ses alliés aux Émirats investissent dans les médias, en Egypte et ailleurs. Qatar aussi s’efforce de bâtir un empire médiatique. Auparavant, cette lutte opposait les États pétrolier du Golfe et les pays progressistes, aujourd’hui c’est une bataille entre les pays du Golfe, et les sites d’informations, les chaînes de télévision et les journaux sont les armes les plus utilisées.

Comment expliquez-vous la concordance de vues entre le discours médiatique arabe et la plupart des médias occidentaux en ce qui concerne la situation en Syrie ou au Bahreïn ?

Aujourd’hui, les médias sont mobilisés. La Syrie est comme un nœud qui aurait empêché la scie d’avancer, elle a empêché que le changement se produise comme le souhaitait l’Occident, un changement qui avait pour but de légitimer Israël. Ce projet occidental, il a commencé en Irak, et il s’est poursuivi avec la Syrie. Indirectement, il s’étend aujourd’hui à l’Égypte. Ces trois régions vieilles de huit mille ans sont aujourd’hui menacées de dissolution et d’affaiblissement. Les États du centre [de la région arabe] sont faibles aujourd’hui et les États de la périphérie sont ceux qui dirigent.
Le discours du projet occidental s’appuie sur les périphéries arabes. Pour un tel projet, il faut des milliards, impossible de s’appuyer sur des pays qui ont de faibles revenus comme le Yémen, le Soudan, la Mauritanie, le Liban… Qui a assez d’argent pour armer l’opposition syrienne ? Quand l’Otan s’est engagée en Libye, l’Arabie saoudite et le Qatar l’ont soutenu en argent et en médias. Il était donc naturel qu’Al-Jazeera et Al-Arabiyya soient le fer de lance de ce projet.

Pensez-vous que le soutien d’Al-Jazeera à la révolution en Égypte et à Tunis était à la fois naturel (amran ‘afawiyyan) et professionnel ?

Nous nous sommes réjouis du soutien d’Al-Jazeera à la révolution en Égypte et en Tunisie. A mon avis, sa manière de couvrir les événements était à la fois naturelle et professionnelle. Mais quand la crise a commencé en Syrie, les téléspectateurs ont commencé à avoir des doutes sur ce professionnalisme et sur la crédibilité de la chaîne. D’autant plus qu’il y avait des données disponibles sur Google et sur YouTube, et qu’il était facile de constater que des informations étaient fabriquées. Cela a abouti à faire baisser l’audience de 46 millions de téléspectateurs à moins de 6 millions. Al-Jazeera a parlé trop tôt de la fin du régime syrien, elle a perdu son équilibre, elle s’est mise à fabriquer des reportages. Le régime syrien a tiré les leçons de l’expérience des autres et Assad n’a pas fui comme Ben Ali l’avait fait.
Entre 1995 et 2005, Al-Jazeera a été l’État le plus fort et le plus important du monde arabe, on pourrait appeler cela son âge d’or. Elle faisait partie des cinq « marques » les plus importantes au monde. Elle tirait sa force d’un point de vue nationaliste [arabe], pas de son professionnalisme, un point de vue opposé à l’invasion américaine en Irak, à la présence américaine dans la Péninsule arabe, opposé à la corruption et à la répression, donnant à l’opposition une tribune. Ce qui a fait Al-Jazeera, c’est son soutien aux causes nationales car le peuple arabe est patriote. Et c’est ce peuple qu’elle a perdu en épousant l’agenda de l’État d’Al-Jazeera. Personnellement, depuis le début du « printemps arabe », j’ai pris la décision de ne pas apparaître à Al-Jazeera ou à Al-Arabiyya.

Quelle est la vraie version de votre démission d’Al-Quds al-‘arabi ?

Il y a un côté juridique dans cette affaire, que je dois respecter en ne donnant pas tous les détails. En quittant Al-Quds al-‘arabi, j’ai signé un accord selon lequel je me tairais. Je suis obligé légalement à ne pas désigner la partie en question, sinon je suis passible des tribunaux. Ici (en Grande-Bretagne), la loi existe. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il s’agit d’une partie venant du Golfe qui a pris Al-Quds al-‘arabi, parce qu’elle avait l’argent pour cela et parce que le journal avait des dettes, des obligations financières. J’avais le choix entre deux possibilités : conserver la rédaction d’Al-Quds al-‘arabi et toucher une très grosse somme en suivant une ligne éditoriale au service de cette partie dans le Golfe, ou m’en aller. J’ai choisi de m’en aller pour que le journal continue. Mes collègues ont des familles à nourrir. La principale objection concernait la ligne éditoriale par rapport aux événements de Libye et de Syrie. La crise en Libye a fini rapidement, mais elle dure toujours en Syrie. Franchement, j’étais totalement perdu durant mes derniers jours au journal, j’ai vécu un problème terrible durant les trois premières années de la crise syrienne.

En dépit des prédictions pessimistes après cette démission, Al-Quds al-‘arabi continue : quel être votre point de vue sur sa ligne éditoriale aujourd’hui ? Que pensez-vous des accents sectaires qu’on commence à y lire ?

Une partie dans le Golfe a mis la main sur Al-Quds al-‘arabi quand j’ai refusé de me soumettre à sa ligne éditoriale. Je laisse le public en juger. Ce journal, c’est mon enfant. Je l’ai construit pierre à pierre pendant vingt-cinq ans. Je lui ai beaucoup sacrifié. Je travaillais seize heures par jour, à écrire des articles, à diriger. J’ai la gorge serrée en pensant à mes enfants que je n’ai pas assez vus durant toutes ces années. J’ai préféré que le journal continue plutôt que de le voir mourir. J’ai pleuré en le quittant, et mes collègues aussi. J’étais comme un père incapable de nourrir ses enfants, j’ai préféré que quelqu’un les adopte plutôt que de les voir mourir de faim.
Au journal, j’étais contre tout langage sectaire. Je n’ai jamais accepté des expressions comme « le parti d’Ellat », ou « le parti du diable »6, les insultes à l’encontre des sunnites, des chiites, des druzes, des alaouites… Même dans les pages consacrées à la presse israélienne, je n’intervenais que s’il s’agissait d’une question confessionnelle, en particulier à propos de la Syrie. Quand bien même tout le monde deviendrait-il sectaire, je ne ferai pas comme eux. Je suis pour que les peuples aient leur liberté, leur indépendance, mais pas au prix du sectarisme. Et cela à cause de mes positions nationalistes. Par exemple, je me suis opposé à l’Arabie saoudite pour des raisons nationalistes et politiques, parce qu’elle avait proposé de faire la paix avec Israël mais si elle mobilisait pour libérer la Palestine, je me tiendrais à ses côtés. Je ne suis pas opposé à des pays, mais à des politiques.

On a entendu dire bien des choses à propos de l’affaire « pétrole contre nourriture », on a évoqué vos relations avec le régime de Mouammar Kadhafi…

Les noms de ceux qui ont reçu de l’argent irakien ont été publiés, il y avait des chefs d’Etat, des ministres… Le mien y figurait-il ? Je vais vous confier quelque chose : dans les programmes scolaires officiels irakiens après l’occupation du pays en 2003, on m’a décrit comme un agent de Saddam Hussein. Nour al-Maliki et le journal du Parti islamique Daawa ont écrit sur leur manchette, en première page : « Abdel-Bari Atwan est un bâtard fils de bâtard, sans père connu ». Et pour finir, j’ai reçu il n’y a pas longtemps une invitation du syndicat des journalistes irakiens qui voulaient organiser un événement en mon honneur. Le doyen du syndicat des journalistes, un partisan [du journaliste et écrivain] Juma Allami, m’a dit que le Premier Ministre, Nouri al-Maliki, me recevrait, que le ministre de l’Information offrirait un dîner en mon honneur. Je lui ai répondu : « Cela fait vingt ans que vous m’insultez, que vous me traitez de tous les noms, comment pouvez-vous m’honorer aujourd’hui ? » Le problème, c’est que celui qui veut être indépendant, qui veut exprimer ses idées ne reçoit que des injures et se fait traiter d’agent ! C’est une vraie calamité d’être indépendant de nos jours !
J’ai écrit des dizaines d’articles contre Kadhafi, avant ce qu’on a appelé la révolution libyenne. Mais quand l’Otan est intervenue en Libye, j’ai écrit sur la première page du journal : « Libye : les révolutionnaires de l’Otan. » J’étais contre l’Otan, et contre la dictature. On m’a agoni d’injures. Tout le monde était avec l’Otan en Libye malheureusement. Kadhafi a menacé de m’assassiner, mais il m’a aussi proposé un avion privé pour que j’aille lui rendre visite. J’ai refusé. Quant à son ministre des Affaires étrangères, Abdeslam Triki, il est toujours vivant et il fait des affaires, vous pouvez aller l’interroger. Abdel-Rahman Shalgam [également ancien ministre des Affaires étrangères de Kadhafi] m’a rendu visite, et nous avons eu une rencontre à l’hôtel Dorchester, à Londres. Il m’a proposé de faire distribuer Al-Quds al-‘arabi dans cinq villes de Libye, il m’a proposé de l’argent, j’ai refusé. J’ai reçu une proposition d’Ahmad Kadhaf al-dam [un cousin de l’ancien dirigeant libyen], j’ai refusé. Pour finir, Kadhafi m’a envoyé un homme d’affaires palestinien sept fois de suite, ainsi qu’un émissaire à Amman pour me persuader de lui rendre visite, j’ai refusé. Et pour finir, on entend raconter que j’ai touché 4 000 dollars de Kadhafi ! Qu’est-ce que ça veut dire ? D’ailleurs, Abdel-Rahman Shalgam a écrit dans Al-Quds al-‘arabi que je n’avais rien touché du régime de Kadhafi, et le journal non plus…

Sur CPA également, la traduction de l’essentiel d’un éditorial du 16 juin 2010 dénonçant l’interdiction en France, mais en lien avec une demande de l’Union européenne, de la chaîne palestinienne Al-Aqsa.
Sur Seenthis, un choix de quelques liens supplémentaires : les adieux aux lecteurs lors du départ d’Al-Quds al-‘arabi ; un départ dont on comprend facilement en fait qu’il est lié au rachat du quotidien par le Qatar, et peut-être aussi comme une faveur pour Azmi Beshara. Relevé par Avarende (avril 2013), un portrait au vitriol de Blair, et par Nidal un édito sur la politique US en Egypte (en août 2013). Par moi-même, il y a un mois, un autre édito à propos des offres de collaboration avec Israël de la part de certains responsables de la Coalition nationale syrienne.

  1. Citation du poète palestinien Taha Muhammad Ali, décédé en 2011. Lien vers le poème en entier. []
  2. Grande figure de la presse libanaise, Kamal Mroueh a été abattu dans les locaux de son journal en 1966 lors d’une opération générallement attribuée à la milice pro-nassérienne des Mourabitoun. []
  3. Un des pionniers, avec son frère, de la presse égyptienne moderne avec lequel il a lancé le quotidien Akhbar al-yawm en 1944. []
  4. Voir ce billet dans CPA du 5 juin 2012. []
  5. Bouquet de services en ligne – sur Twitter et Facebook – lancé début avril 2014 en attendant la création d’un quotidien en principe basé à Londres. []
  6. Jeux de mots en arabe sur le nom du Hezbollah, à savoir « le parti de Dieu », tranformé dans le premier cas en « parti d’Ellat », du nom d’une idole antéislamique. []