Réalisatrices palestiniennes (1/2) : Maysaloun Hamud

Comme un mauvais film au scénario écrit à l’avance, on ne se lasse pas, dans nos médias, de s’émerveiller devant la grande scène de la-courageuse-femme-arabe-se-levant-contre-l’oppression-de l’islam-et/ou-de-la-société-machiste-et-rétrograde. Le monde du cinéma s’en fait une spécialité, avec, entre autres exemples récents, au Maroc Much Loved, de Nabil Ayouch (avec l’actrice Loubna Abidar) ou en Tunisie Ni Allah, ni maître, devenu Laïcité, Inch’Allah de Nadia El Fani. De nombreux titres viennent à l’esprit, comme nous le rappelle le Huffpost Maghreb en évoquant « ces œuvres qui nous montrent la révolution cinématographique des femmes dans les pays arabes ». Bien entendu, le courage dont font preuve des cinéastes arabes, femmes en particulier, pour aborder des sujets qui dérangent ne peut que susciter admiration et soutien. Mais pas au point de perdre tout esprit critique, sur la qualité artistique des œuvres en question ou encore, et ce sera l’objet de ce billet, sur les ressorts politiques, pas toujours très conscients et encore moins défendables, qui motivent bien des sorties enthousiastes.

Je danserai si je veux, film récent de la Palestinienne (de nationalité israélienne) Maysaloun Hamoud (ميسلون حمود) en offre un bon exemple. En avril dernier, le site de Paris-Match (je ne sais pas pour la formule papier), publiait ainsi un long sujet sur la réalisatrice, « briseuse de tabous ». D’ordinaire, Paris-Match est plus intéressé par les familles princières que par le cinéma engagé mais il fallait bien faire une exception pour l’histoire de ces trois jeunes femmes « prises en sandwich entre le poids des traditions machistes d’une société conservatrice et la schizophrénie d’une ville libérée largement ouverte sur l’Occident » (jolie formule qui se donne l’air de renvoyer dos à dos les protagonistes, tout de même partagés entre les vraiments pas bons, les « arabo-musulmans », et ceux qui ne sont pas parfaits mais tout de même « libérés » et « ouverts).

Il faut dire qu’il y a tous les ingrédients d’une bonne story dans ce film (Barr bahr, « terre et mer », son titre en arabe, traduit en anglais par In between, qui aurait pu donner, en français, mi-chèvre, mi chou…). Le « clash des cultures » bien entendu, avec un casting parfait qui associe une musulmane et une chrétienne, toutes deux parfaitement libérées – tellement que l’une des deux est homosexuelle, c’est dire ! – et à une troisième, prude et conservatrice, qui finira par assumer son émancipation, non sans avoir été violée par son fiancé, aussi brutal que conservateur (et musulman, cela va de soi).

Rien ne manque au scénario, pas celui du film mais celui de sa sortie publique, puisque la réalisatrice est victime de l’inévitable fatwa, preuve s’il en est que sa critique vise juste et qu’elle fait mal aux méchants de l’histoire. Une fatwa d’autant plus exceptionnelle qu’elle est sans précédent puisque, selon la réalisatrice interviewée dans Le Point, il faut remonter 70 ans en arrière pour trouver un tel précédent en Palestine (???). Il suffit de se donner la peine de fouiller un peu le net (mais c’est vrai qu’il faut le faire en arabe) pour retrouver la « fatwa » en question, aussi « dramatique » que toutes les mises en garde des autorités catholiques par exemple. Si un obscur Conseil musulman des avis religieux (Al-majlis al-islâmî lil-iftâ’) a, de fait, produit un texte pour dire tout le mal qu’il pense d’un film qui, aux yeux de ses membres, se moque des valeurs de la société, « y compris religieuses », et même si le mot fatwa fait surgir, imparablement, dans l’esprit du lecteur occidental les exemples  célèbres de Salman Rushdie et Naguib Mahfouz (et de bien d’autres moins connus), il n’y a dans le cas du film de Maysaloun Hamud aucune menace à l’encontre de la réalisatrice, mais une injonction aux fidèles pour qu’ils boycottent ce film pernicieux (exactement ce que demandent par ailleurs les autorités palestiniennes d’Al-Fahm, ville de Galilée dont les édiles sont très fâchés de la mauvaise image donnée de leur ville dans ce film abondamment primé à l’étranger).

Cette manière de s’emparer de productions artistiques, en l’occurrence arabes, pour en modifier l’intention originelle en les plaçant dans un contexte qui n’est pas le leur n’a fait que s’accélérer depuis que l’islam – en bloc, sans nuances et sans historicité – a remplacé dans les imaginations crédules le bon vieil épouvantail communiste. Mais, dans le cas palestinien, ce détournement sous prétexte de menace islamiste est encore plus exaspérant parce qu’il vient s’ajouter à d’autres filtres, tout aussi arbitraires, qui rendent dès lors la lecture de telles œuvres presque impossible. Parce qu’elles sont femmes, arabes (musulmanes ou non, pratiquantes ou non) dans un pays qui se définit lui-même comme un État juif, on se demande comment les jeunes réalisatrices palestiniennes peuvent espérer faire entendre leur voix pour elles-mêmes, et non pas pour ou contre telle ou telle cause qu’on leur prête.

Pour s’en tenir à l’exemple retenu dans ce billet, il va de soi que l’accent si souvent mis sur la question féminine ou religieuse a pour résultat – sinon pour objectif dans certains cas – d’éviter d’aborder une autre question, plus classiquement politique, celle du racisme de la société israélienne vis-à-vis d’une partie de la population dont elle peine (c’est une litote) à reconnaître l’existence. La « briseuse de tabou », comme l’appelle Paris-Match peut bien s’échiner à rappeler que son film propose une critique sociale qui n’épargne personne (« No one should feel good after the movie, neither Israelis nor Palestinians in this society »), il est clair que son travail sera immanquablement réduit aux seuls aspects qui ne mettent pas en cause des interdits plus sacrés encore, ceux de l’occupation de la Palestine et de ses conséquences.

Au moins, dira-t-on, il a le mérite d’exister ce film ! Car autant dire que le défi est plus grand encore, voire totalement insurmontable, pour d’autres femmes, qui ont fait le choix, quant à elles, d’une démarche presque inverse, à savoir partir de la situation politique pour étendre leur analyse à d’autres aspects de la vie en société, et notamment celui de la domination masculine. Raison de plus pour signaler ici les réalisations, moins « professionnelles » peut-être et en tout cas totalement ignorées par les médias (cet article en anglais malgré tout), des « femmes pour le changement » (Nisâ’ min ajli al-taghyîr) qui ont organisé à Gaza en novembre dernier, pour la seconde année consécutive, le Festival des films de la femme (al-karnafâl al-sinimâ’î li aflâm al-mar’a), avec des productions qui dénoncent par exemple les mariages entre enfants de plus en plus fréquents dans une société abandonnée du monde, mais qui racontent aussi ce qui se passe durant les cinq minutes que les autorités israéliennes laissent aux familles pour abandonner leur maison qui va être bombardée…

Abdel-Bari Atwan : l’Irak « encore plus nouveau » et la fin de l’hégémonie américaine au Moyen-Orient

Pour « justifier » la présence de ce billet par rapport à la ligne éditoriale de ce carnet, j’aurais pu évoquer l’importance d’une presse indépendante qui permet (encore), grâce à internet, à de tels points de vue de s’exprimer et d’être lus. Il va de soi en effet que les lignes dont je présente ci-dessous un résumé (fidèle) accompagné d’une courte traduction n’auraient pu être publiées dans la presse du Golfe, non plus que dans la plupart des médias arabes, y compris pour la presse arabophone offshore (à Londres notamment, où Abdel-Bari Atwan (عبد الباري عطوان), l’auteur de cet article, dirigeait un quotidien qu’il a dû se résoudre à vendre aux Qataris, voir ici). Mais je suis loin d’être certain également qu’il trouverait sa place dans la presse « mainstream », en Europe en général et en particulier en France (y compris dans un périodique tel que Courrier international).

En toute franchise, mon envie de présenter à ceux qui n’ont pas accès à la version arabe cet éditorial,  paru le mercredi 12 au soir, tient en réalité à l’importance qu’il revêt à mes yeux. Il exprime le point de vue de ce que l’on appelle le courant nationaliste arabe (l’onglet de recherche vous permettra de vous faire une idée plus précise de ce journaliste aussi important que peu entendu en France). C’est assez différent, comme vous pourrez vous en rendre compte, de ce que nous assène, jour après jour, la cohorte des « spécialistes » et autres « analystes », natifs du monde arabe ou « indigènes » !

Au moment de laisser la parole à l’auteur, j’ai une pensée, que beaucoup partageront ici, pour une amie, Houda Ayoub, qui n’est plus là pour m’aider à débrouiller les pièges d’une langue qu’on n’a jamais fini d’apprendre.

Pourquoi Hassan Nasrallah a-t-il fait l’éloge dans son dernier discours des oulémas sunnites en Irak et du rôle qu’ils ont joué pour étouffer dans l’œuf les risques de dissension confessionnelle ? Après l’effondrement du « califat » de Mossoul, sommes-nous à la veille d’une nouvelle carte du Moyen-Orient ? Pourquoi l’Iran s’oppose-t-il à l’entente russo-américaine au sud de la Syrie ?

Abdel-Bari Atwan ouvre son éditorial en mentionnant une étonnante coïncidence, celle de la reprise de Mossoul par les forces irakiennes et du 11e anniversaire de la défaite des troupes israéliennes lors de la guerre de 2006 au Liban. Faut-il y voir le reflet de la montée en puissance de l’axe iranien enchaînant victoire sur victoire en Irak, en Syrie et au Liban, alors que l’axe saoudien est plongé dans une crise interne, dans les tensions entre les États du Golfe à commencer par le Yémen et le Qatar ?

La « ceinture iranienne » qui s’étend de Mazâr-e Charif en Afghanistan jusqu’à la banlieue sud de Beyrouth sur les bords de la Méditerranée en passant par l’Irak et la Syrie gagne toujours en solidité au regard des défaites qu’accumule l’axe opposé. La principale raison des succès du premier tient au fait qu’il s’appuie sur la résistance face à l’occupation israélienne, alors que le second prône au contraire la « légitimation » de l’occupant israélien.

Dans le discours qu’il a prononcé après la reprise de Mossoul, le « chef de la résistance libanaise à l’occupation israélienne » a évoqué une très grande victoire, due notamment à la courageuse position qu’ont prise les oulémas sunnites en Irak, ce qui a permis d’éviter la discorde confessionnelle. Nasrallah a eu raison de parler ainsi, mais c’est également une habile manœuvre qui laisse deviner les craintes de voir des forces régionales et internationales tenter de ranimer un crise entre sunnites et chiites en Irak, par exemple avec l’apparition de nouveaux groupes armés, surgissant après la disparition de l’« État islamique ».

Après la réussite du modèle iranien, celui de forces militaires non traditionnelles du type des Gardiens de la révolution, avec le Hezbollah au Liban, on assiste aujourd’hui au succès des Unités de mobilisation populaire (Hachd al-Chaabi) irakiennes, davantage confessionnelles et moins disciplinées, mais qui possèdent tout de même dans leurs rangs quelques dirigeants et combattants sunnites.

Alors que les USA ont pu se vanter naguère d’avoir établi un « nouvel Irak » sur les ruines du parti Baath (trans-confessionnel), on se trouve aujourd’hui en présence d’un « Irak encore plus nouveau », qui retrouve sa place régionale à l’ombre de l’axe irano-syrien.

Toutefois, si Nasrallah a parlé juste lorsqu’il a évoqué ceux qui s’efforcent de minimiser l’importance de la victoire de Mossoul, on aurait souhaité également qu’il évoque les craintes de nombre d’Irakiens, et d’Arabes, face aux risques de dérives confessionnelles dont on a eu plus d’un exemple [lors des combats dans l’ouest de l’Irak et particulièrement à Mossoul], même si certains considèrent qu’il s’agit d’actes isolés.

Le Moyen-Orient «  se dirige vers un remodelage régional de sa carte politique et même géographique au regard de ce qui se met en place à une vitesse accélérée, en Syrie, sous l’influence grandissante de la Russie et dans le contexte de l’échec des spéculations, depuis six ans, sur la chute du régime.

«  La période dorée qui a vu l’argent du Golfe diriger la région depuis deux décennies se défait à toute vitesse, non pas seulement à cause de la baisse des revenus pétroliers et de l’évaporation de la plupart des réserves financières [des pays exportateurs de pétrole], mais également en raison des plans américains visant à introduire le désordre et l’instabilité dans la région du Golfe, tandis que se préparent des procédures judiciaires contre trois de ces États (l’Arabie saoudite, le Qatar et les Émirats) accusés de protéger le terrorisme. Quinze actions en justice sont ainsi en cours devant les tribunaux américains contre ces États accusés d’être impliqués dans les attaques du 11 septembre 2001, avec des compensations pour les familles des victimes qui pourraient attendre un montant de trois « trillions » (milliards ?) de dollars.

«  Certes, la plupart des guerres et des tentatives de dislocation [des États existants] qui ravagent la région aujourd’hui profitent à Israël. À court terme, cependant, car les changements auxquels nous faisions allusion dans le cadre du nouvel équilibre des forces sont une menace pour l’existence de cet État. Ce que celui-ci craint le plus, actuellement, c’est l’arrivée à sa frontière, au sud de la Syrie, de forces militaires iraniennes non conventionnelles (à savoir le Hezbollah, les Gardiens de la révolution et les Unités de mobilisation populaire). D’ailleurs, le fait que l’Iran ne soit guère satisfait de l’entente russo-américaine pour un cessez-le-feu dans cette zone en est la meilleure illustration, ce qui nous incite à douter de la possibilité pour cette entente de durer. »

ABA évoque encore l’Égypte, qui fait sans doute partie de la coalition quadripartite (avec les Saoudiens, les Émiriens et les Bahreïnis) contre le Qatar mais veille à ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier puisqu’elle a officiellement félicité les autorités irakiennes pour leur victoire à Mossoul, tandis que les attaques dans la presse cairote contre le régime iranien se font moins nombreuses.

En conclusion, il lui apparaît que les changements actuels affaiblissent la suprématie des USA aux Moyen-Orient. Peut-être même y mettent-ils fin…

La crise dans le Golfe et la guerre des étoiles (la défaite de juin 2017 : 3/3)

Qardawi : il y a 3 mois, invité par le mufti du Royaume (saoudien) et honoré par les Emirats pour qu’on découvre ensuite qu’il s’agit d’un terroriste !

Personne ne sait vraiment aujourd’hui quelle sera l’issue de la crise qui oppose le Qatar à ses voisins dans le Golfe (et un peu au-delà), principalement l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Le conflit n’a pas (encore) pris de dimension militaire, même si des rumeurs évoquent la présence d’un détachement égyptien au Bahreïn, à quelques kilomètres de Doha. En revanche, la bataille médiatique ne connaît aucun apaisement depuis un mois, avec un front principal du côté des chaînes d’information (avec Al-Jazeera, Al-Arabiya et Sky Arabic comme principaux acteurs, c’était le premier billet de la série), et une offensive à plus long terme à venir dans le juteux et prestigieux secteur de la diffusion des événements sportifs (le second billet, sur le projet saoudien de la chaîne spécialisée PBS).

Mais dès le début du mois de juin, les Qataris et leurs adversaires s’opposent également sur un autre front, celui des personnalités bénéficiant d’une aura publique importante dans la région. Comme le rappelle l’image en haut de ce billet, le « marché des biens de salut » pour reprendre l’expression bien connue de Max Weber apporte une bonne illustration des bouleversements provoqués par la crise actuelle. Du jour au lendemain, cheikh Qardhawi (يوسف القرضاوي), star parmi les stars de l’islam médiatique et coopté, depuis plusieurs décennies déjà, par Doha et la chaîne Al-Jazeera, est devenu un affreux terroriste. Depuis le 9 juin dernier, il fait partie d’une liste de personnalités « terroristes » qui comprend une bonne soixantaine d’autres noms presque aussi connus que le sien, ainsi qu’une douzaine d’institutions (dont le Qatar Charity, une fondation charitable qui travaille pourtant avec des organisations internationales aussi prestigieuses que la FAO, l’Unicef, l’Unrwa, l’UNDP comme elle ne manque pas de le rappeler sur son site). En toute urgence, ordre a été donné aux bibliothèques publiques saoudiennes d’expurger leurs fonds de ses œuvres (çela va faire de la place car Qardhawî a publié plus d’une centaine de titres !) Bien entendu, celui qui reste à la tête de l’Union mondiale des oulémas musulmans – soutenue par le Qatar vous l’aurez deviné – a été dans la foulée exclu de la Ligue islamique mondiale, laquelle est installée à La Mecque.

Les billets précédents de cette série l’avaient déjà signalé, les vedettes des médias, notamment des commentateurs sportifs, ont été sommées, elles aussi, de choisir entre Doha et ses adversaires. Immanquablement, des problèmes insolubles vont se poser lors de la 23e coupe du Golfe organisée par le Qatar en décembre prochain. Bien entendu, la chanson et les loisirs n’échappent pas à la loi d’airain du boycott. Ainsi, Mohammed Abdu (محمد عبده فنان العرب), la grande star saoudienne de la chanson, surnommé « l’artiste des Arabes », a annulé, dès le 7 juin, un concert qu’il devait donner à Doha durant l’été. Un geste citoyen, en accord avec les décisions des autorités de son pays, d’autant plus « naturel » cependant que l’artiste est sous contrat avec la société Rotana. Il va sans dire que cet exemple sera suivi par tous les artistes qui travaillent pour la société du prince saoudien Walid ibn Talal, qui règne sur l’industrie des loisirs dans la région. Avec les sorties de l’après-ramadan, la grande saison cinématographique dans le monde arabe, on a pu constater que l’épidémie de boycott avait également gagné ce secteur. Le public qatari a ainsi été privé de la distribution de deux blockbusters égyptiens, Antar et Gawâb i’tiqâl avec Mohammad Ramadan.

Moins spectaculaire, il est une autre dimension à ce conflit, également lourde de conséquences à venir pour la région vis-à-vis de ce que certains milieux de la culture branchée mondialisée n’hésitent pas à appeler « la renaissance culturelle régionale », à savoir la mise en œuvre par les riches États de la région de mirifiques politiques culturelles, couplées à la création de nouvelles escales sur la route des marchés internationaux de l’art, en relais à des stratégies d’hégémonie régionale (inévitablement concurrentes comme on s’en aperçoit assez dans la crise actuelle). Adossé à toutes sortes d’initiatives qui vont de la création d’une infrastructure muséale de qualité internationale au financement de programmes de formation (cinéma notamment) en passant par d’innombrables projets nettement plus « chic et choc », un nouveau marché culturel régional, axé sur les pays du Golfe, s’est mis en place à partir de la dernière décennie du siècle dernier. D’ores et déjà, les milieux spécialisés évoquent, discrètement, quelques problèmes liés par exemple à des œuvres prêtées à une galerie de Doha par la fondation Barjeeel, une institution basée à Sharjah, aux Émirats…

Potentiellement, la crise actuelle pourrait avoir des répercussions beaucoup plus importantes sur le marché de la création régionale. En effet, les ressources, qui paraissaient jusqu’alors inépuisables, des sponsors du Golfe ont permis depuis plusieurs décennies aux créateurs arabes de trouver les appuis qui leur permettent de mener nombre de leurs projets (à commencer par celui de vivre de leur art). Certes, une telle collaboration n’est jamais totalement « gratuite » comme on s’en doute et les sponsors, aussi généreux soient-ils, attendent toujours quelque chose en retour de leur appui. Mais, il arrive aussi que la manne pétrolière soit intelligemment distribuée à des conditions qui ne sont pas léonines, et surtout les acteurs de la culture ont appris à multiplier leurs chances en diversifiant leurs ressources, en d’autres termes en collaborant, tout à tour, avec telle ou telle puissance tutélaire.

Précisément, le fait qu’ils vont désormais devoir choisir leur camp, opter en d’autres termes pour Doha ou bien pour Dubaï et Riyad, figure parmi les conséquences – difficiles à évaluer aujourd’hui – du conflit qui a éclaté (plutôt que commencé) il y a tout juste un mois. Alors que la concurrence effrénée entre les rois du pétrole a multiplié les possibilités pour les personnalités en vue de la région de trouver une niche pour faire valoir leurs talents, la crise actuelle, et ses probables développements à long terme, vont certainement réduire leurs possibilités de façon dramatique, alors que, par ailleurs, la crise financière due à la chute des cours du pétrole a déjà fait sentir ses conséquences, en Arabie saoudite notamment.