De Mahfouz à Mahfouz : les graphistes égyptiens et le livre

L’avant-dernier billet, à propos des malheurs posthumes de Naguib Mahfouz, se terminait par une évocation de Gamâl Qutb (جمال قطب), un des plus célèbres illustrateurs du prix Nobel égyptien. En suivant pas à pas un article publié par Rehab el-Barody (رحاب البارودي ) sur le site Ida3at, les lignes qui suivent proposent un petit aperçu sur quelques autres graphistes du même pays.

Touni, couverture pour « La Trilogie grenadine » de Radwa Ashour.

Hilmi Touni (حلمي التوني), le premier à être présenté dans cet article, a concilié, comme cela se faisait inévitablement à son époque, son travail en tant qu’illustrateur avec sa carrière d’artiste peintre. À peine plus jeune de Gamâl Qutb (il est né quatre ans après celui-ci, en 1934), son œuvre est pourtant considérablement plus moderne et reflète bien davantage le bouillonnement artistique des années 1960 et suivantes. Fidèle à l’esprit de sa génération, Hilmi Touni a toujours cherché à introduire dans ses illustrations des éléments tiré d’un répertoire local. Sa technique est « occidentale », certes, mais, au risque de paraître parfois un peu folkloriques, ses illustrations s’efforcent de véhiculer un message qui appartient en propre à la culture plastique de la région à laquelle il appartient. Rehab el-Barody commente cette illustration (un des tomes de la Trilogie grenadine de la regrettée Radwa Ashour) en soulignant l’utilisation, très fréquente chez cet artiste (en particulier pour ses couvertures) d’un contour épais et très noir, ainsi que le dialogue que le graphiste installe entre sa couverture et le contenu du livre (le cadre sombre symbolisant à ses yeux la destinée de l’héroïne du texte, à l’instar des autres Morisques).

Ellabad, couverture pour « Le Comité » de Sonallah Ibrahim.

Cette manière d’illustrer un texte que le dessinateur a pris la peine de lire attentivement en entier, on la retrouve bien entendu chez Mohieddine Ellabad (محي الدين اللباد), qui fut, toute sa vie durant, un lecteur tellement exigeant et attentif que certains écrivains ne manquaient de lui faire lire leur manuscrit avant publication ! Rehab el-Barody le présente en l’associant à la génération des années 1960 mais Mohieddine Ellabad, en réalité, arrive sur la scène artistique égyptienne un peu plus tard. Au milieu des années 1970, il prend ainsi la direction graphique de Dar al-fata al-‘arabî, une maison d’édition pour la jeunesse arabe soutenue notamment par la Résistance palestinienne, au splendide catalogue (voir à ce sujet l‘ouvrage de référence sur la question, dû à Mathilde Chèvre). Mais surtout, le travail graphique d’Ellabad est une véritable révolution par rapport à ce que faisaient ses prédécesseurs, même aussi talentueux que Gamâl Qutb. Plus encore, il a tellement influencé – et soutenu – les jeunes artistes égyptiens et arabes que sa présence, malgré sa disparition à l’automne 2010 (voir ce billet), continue à nourrir la création actuelle.

A. Ellabad, couverture pour « Grain de poussière » d’A. Haddad.

La transmission auprès de la nouvelle génération de graphistes et illustrateurs arabes, Mohieddine Ellabad l’aura assurée y compris dans sa propre famille puisqu’un de ses fils s’est affirmé depuis longtemps comme un des artistes les plus marquants de sa génération. Comme son père, Ahmed Ellabad (أحمد اللباد) aime utiliser les éléments graphiques de la vie de tous les jours, où les produits de la consommation mondialisée se mêlent aux témoignages d’un passé toujours bien vivant. En témoigne parfaitement la couverture choisie par Rehab el-Barody, celle d’un recueil de poèmes d’Ahmed Haddad, intitulé Grain de poussière (حبة تراب), qui met en évidence la capacité de l’illustrateur à provoquer une sorte de « choc graphique » par l’adjonction d’éléments à la fois communs et inattendus. Un traitement graphique qui témoigne aussi de l’évolution du rôle de la couverture : celle-ci n’est plus seulement un prolongement visuel du « climat » du texte car elle participe, plus qu’auparavant sans doute et en tout cas différemment, au succès commercial du livre qu’elle présente à sa manière au public.

[de g. à d.] Couvertures de W. Taher pour « Impossible » et « Guantanamo » de Y. Zaydan et « Le petit cheikh » de B. Fadel.
Cette nouvelle fonction de l’accompagnement visuel du livre est plus manifeste encore dans les couvertures d’un autre illustrateur, Walid Taher (وليد طاهر). À nouveau, Rehab el-Baroudy offre un commentaire très pertinent du travail de cet artiste en soulignant, à travers ces exemples tirés de productions récentes, la richesse sémantique que fait naître l’opposition de couleurs et de lignes, un graphisme d’une grande économie de moyens, caractéristique de la manière de cet illustrateur pour ce type de travail car il est, également, entre autres activités, illustrateur de livres pour enfants (voir à la fin de ce billet).

[de g. à d.] Adam, couverture pour « Saison de la belle tristesse » et « Embuscade à Qasr al-Ayni » de O. Taher, et « Je nettoie les nuages » de A. M. Essayed.
Avec Karim Adam (كريم آدم), ce panorama de l’illustration égyptienne aborde quelques-uns des plus jeunes créateurs actuels. Mais les influences de leurs aînés restent particulièrement visibles dans le choix d’illustrations qu’a opéré Rehab el-Baroudy. On y retrouve, de gauche à droite, l’empreinte de Mohieddine Ellabad avec la juxtaposition, sur l’ensemble de la surface de la couverture, de signes graphiques quotidiens de tout genre et de toutes origines ; celle de Hilmi Touni avec ses lignes grasses soulignant les contrastes de couleurs et de formes ; et même celle d’Ahmed Ellabad et ses collages qui provoquent l’imagination du spectateur.

El-Sawwaf, couverture pour « La tour de la vierge » de I. Abdel-Méguid et « Rimouda » de Gh. Hamdan.

Rehab el-Baroudy trouve plus de maturité dans le travail de ‘Abd al-Rahman el-Sawwâf (عبد الرحمن الصواف) qui intègre à sa manière toutes ces références dans des couvertures où son propre style s’affirme de façon incontestable, notamment en s’appuyant sur un assemblage de sections découpées horizontalement, ce qui lui permet de « citer », comme il l’entend, les éléments du texte qu’il retient pour son illustration.

Mourad, couverture pour ses propres textes, « La terre du dieu » et « 1919 ».

Avec Ahmed Mourad, auteur à succès à qui il arrive d’illustrer ses propres ouvrages, on aborde un autre territoire de l’édition, celui des best-sellers. Sa formation cinématographique explique sans doute, comme il l’est écrit dans l’article présenté ici, que ses couvertures ressemblent à ce point à des affiches de cinéma. Mais il est certain également que ce vocabulaire esthétique, à la fois très occidentalisé et très proche, dans bien des cas, d’un traitement orientaliste des références locales, fonctionne sans doute parfaitement avec le « grand public » visé par ces œuvres, celui des classes urbaines favorisées à qui ne parlent pas autant d’autres propositions visuelles trop élitistes ou trop « intellectuelles ».

Ce tour d’horizon des graphistes égyptiens se termine par une référence à une femme, Ghada Khalifa, alors que la profession, en Égypte en tout cas, reste encore très masculine. À tout prendre, Rehab el-Baroudy aurait pu faire porter son choix sur une autre graphiste, Ghada Wali (غادة والي ) qui, à peine âgée de 27 ans, collectionne déjà les distinctions internationales. Elle possède son propre site, sur lequel on trouve notamment une très belle « chronologie » (time line) de l’imprimerie en Égypte que je vous engage à découvrir. Et puis, pour boucler, un bon demi-siècle plus tard, la boucle ouverte avec Gamâl Qutb, on y trouve également une série de projets pour les œuvres les plus célèbres de Naguib Mahfouz.

En français, quelques-uns de ces illustrateurs sont disponibles grâce au travail d’éditeurs aussi curieux que courageux. Outre la traduction d’un album de Mohieddine Ellabad signalé naguère, il faut absolument découvrir, si vous ne les connaissez déjà, les éditions du Port a jauni, qui ont publié aussi bien Hilmi Touni que Walid Taher.

 

La victoire en chantant : l’offensive musicale des Saoudiens contre le Qatar

Trois mois tout juste après le début de leur conflit avec le Qatar, les Saoudiens lancent une nouvelle offensive, sur le front de la musique populaire cette fois. Prolongeant la guerre d’usure incessante sur les médias – notamment à travers la diffusion de reportages et autres documentaires à charge (bien cités dans cet article du site Raseef 22) – entre les deux têtes de pont que sont Al-Jazeera et Al-Arabiyya, appuyés sur toute une cohorte de médias œuvrant pour l’un ou l’autre camp, Rotana, le mastodonte de l’industrie musicale et audiovisuelle arabe que possède le prince « libéral » et richissime Al-Walid bin Talal (souvent chroniqué sur ce blog), est passée par YouTube pour déclencher une attaque surprise contre l’ennemi qatari.

Sous le nom d’Al-Magmooa (Le Groupe), sept artistes « du Golfe », comme ils sont souvent présentés même si deux Irakiens sont venus renforcer les troupes saoudiennes, se relaient durant les quelque 5 minutes de la vidéo pour interpréter un titre, unique, intitulé Fais savoir au Qatar ! (علًم قطر). Sur fond de bannière saoudienne et de portraits du roi ou de l’inévitable prince héritier Mohammed ben Salman (désormais MBS), ils enchaînent les paroles (qui défilent à l’écran) d’une chanson écrite par un certain Turki Al al-Shikh (تركي آل الشيخ) du Conseil royal et par ailleurs membre de la garde rapprochée du sus-nommé MBS.

Écrite dans le dialecte local, la chanson peut difficilement passer pour un monument d’éloquence mais elle a le mérite de délivrer un message assez clair à l’odieux voisin coupable de financer le terrorisme mondial. Je vous en propose une traduction partielle (pour suivre avec les paroles arabes, il vous suffira de regarder la vidéo) :

Fais savoir au Qatar, et à ceux qui sont derrière lui, que ce pays [l’Arabie saoudite] est patient
Mais quand les choses en sont à ce point de danger, par Dieu, tu vas voir de quoi ses hommes sont capables
Nos coups, on les donne de face, pas dans le dos, et si les choses s’enveniment, on sait comment régler le problème
Vingt ans de coups bas, de pièges, de complots, on sait tout cela
Ce qui était caché est apparu au grand jour, la noirceur de son cœur, la dissimulation de ses actes
Par Dieu, l’argent du traître est un piège pour celui qui lui a ouvert sa porte et l’a refermée
Mais ça ne marche plus ! On ne se taira plus, on ne patientera plus et ces moins que rien paieront leurs méfaits
(…) Voilà l’Arabie saoudite, celle de la puissance et de la victoire,
Et ses sages savent bien la diriger.

La musique qui repose sur une mélodie plutôt traditionnelle remixée à la sauce pop moderne avec force percussions est due à un certain Rabeh Saqer (رابح صقر, Sager, selon la prononciation locale), ce qui ne manque pas de sel car ce jeune produit de la scène saoudienne s’est retrouvé en prison, il y a quelques semaines de cela, pour avoir interprété durant un concert public un « dub », c’est-à-dire une danse locale considéré par certains comme une incitation à la consommation de drogues ! Se savait-il protégé par la sortie prochaine de cette sorte d’« opérette nationaliste » – l’expression est un quasi pléonasme en arabe (voir ce billet) – ou bien a-t-il composé ce morceau précisément pour se faire pardonner sa mauvaise conduite ? En tout cas, la présence de cette star un peu sulfureuse signale les nouvelles orientations « libérales » de la jeune équipe (bientôt) au pouvoir et fermement décidée à faire bouger les lignes. Un projet qui passe manifestement par l’affrontement direct avec les héritiers de décennies de wahhabisme officiel (j’en ai parlé dans cette série de billets). De fait, les arrestations de religieux médiatiques, accusés, tout en vrac, d’être des suppôts des Qataris, des Frères musulmans ou des Turcs, se multiplient

Capture d’écran de la vidéo « ‘Allim Qatar »

Avec cette offensive soudaine sur la scène musicale, les bataillons de spadassins des médias au service du Royaume clament victoire sur victoire, en mettant en avant le nombre de visionnages qu’a atteint cette vidéo : plus de 5,5 millions de visites au moment où j’écris ces lignes, un chiffre sans nul doute remarquable (s’il n’est pas le fait de robots). De fait, si chaque visiteur est un assaillant virtuel prêt à se lancer dans la bataille, nul doute que le petit Qatar, avec guère plus de deux millions d’habitants (et encore…), est voué à crouler sous le nombre !

Pourtant, l’émirat ne semble pas davantage prêt à plier sous cet assaut musical qu’il n’a montré de signe de faiblesse depuis le blocus imposé depuis trois mois par ses puissants voisins. Le ministère des Affaires étrangères du Qatar a fait savoir qu’il ne s’abaisserait pas à répondre à de telles vilenies tandis que les partisans du cheikh Tamim clamaient à tout va sur les réseaux sociaux que cette vidéo n’était qu’un produit de vile propagande. Reprenant le mode conciliant adopté depuis le début de la crise, ils répliquent également, à l’image du chanteur qatari ‘Ali Abd al-Sattar (علي عبد الستار) sur l’inévitable Al-Jazeera, que les auteurs de cet hymne martial sont des ingrats qui ont oublié, après bien des invitations à se produire à Doha, que la mission de l’art consiste d’abord à rapprocher les peuples et non pas à les monter les uns contre les autres. Par moments, certaines des contre-attaques font mouche, par exemple lorsqu’un montage diffuse sur YouTube, en reprenant les thèmes graphiques de la vidéo incriminée, des extraits des mêmes artistes chantant naguère les louanges du Qatar et de son émir, notamment la star saoudienne Abdul Majeed Abdullah (عبد المجيد عبد الله) ou l’Irakien Majid al-Mohandes (ماجد المهنجس).

Assez peu habile, également, a été la nomination surprise du parolier en chef du clip vengeur, Turki Al al-Shikh, à la tête du sport saoudien. Venant quelques jours après la mise en circulation de la vidéo, et surtout au lendemain ou presque de la qualification saoudienne pour la prochaine Coupe du monde de football, cette soudaine promotion donne du crédit à ceux qui clament qu’elle vient récompenser un ami très proche de l’héritier du trône, ami qui n’en est pas à son premier coup dans le domaine de la flatterie poético-politique puisqu’il a déjà composé une ode à la gloire de l’actuel roi Salman. Par ailleurs, nombre d’internautes n’ont pas manqué de se moquer de ce courtisan qui n’hésite pas à effacer de son compte Twitter d’anciens messages élogieux pour l’émir du Qatar !

Capture d’écran de la vidéo « ‘Allim Qatar »

Aujourd’hui, personne ne sait très bien comment se dénouera la dernière crise en date dans le Golfe entre le Qatar et ses voisins. La dévolution programmée du trône saoudien au prince héritier MBS soulève bien des difficultés à en croire les tensions actuelles au sein du Royaume, avec nombre d’arrestations et de mises à l’écart, au sein des populations rebelles de l’Est du pays, mais également parmi les figures publiques de l’institution religieuse ou encore des médias.

En tout état de cause, l’extension de la confrontation, après les affrontements médiatiques, au domaine de la chanson populaire confirme que toutes les ressources sont désormais mobilisées dans la guerre d’influence que se livrent les parties en présence. Une bataille où, malgré les atouts qu’il a su se construire, le Qatar paraît en position de faiblesse face à l’armada médiatico-culturelle des Saoudiens et de leurs alliés égyptiens. Sauf si l’on pense, comme je le crois, que ce type de propagande, même vaguement modernisée, ne fonctionne plus comme avant au temps du numérique et des réseaux sociaux. Ces derniers ouvrent des perspectives nouvelles dans ce qu’on appelle, dans un autre domaine, la guerre asymétrique entre puissances conventionnelles et forces militaires différemment organisées, ou si l’on préfère entre le rouleau compresseur médiatique saoudien d’un côté, et le Qatar, capable de plier longtemps comme le roseau sous l’orage, mais sans se briser.

Par ailleurs, après les escarmouches auxquelles ont pu se livrer très tôt quelques seconds couteaux à l’image d’un histrion tel que le chanteur égyptien Sha’ban Abdel-Rahim (شعبان عبد الرحيم, alias « Shaaboula », mentionné à plusieurs reprises dans ces chroniques) avec une énième satire musicale de circonstance intitulée « le rat est pris au piège » (comprendre : l’émir du Qatar), cette entrée en force dans le conflit, à l’occasion du clip ‘Allim Qatar, de quelques « poids lourds » de la scène musicale régionale (chanteurs, musiciens et surtout diffuseurs en la personne de la société Rotana) confirme ce que je signalais déjà dans un billet mis en ligne au début du mois de juillet .Parmi les conséquences de l’actuel conflit, il y aura des oukases politico-artistiques liés à la confrontation entre les principales puissances du Golfe et leurs alliés. Le précédent de l’exclusion de l’Égypte de la Ligue arabe, à la suite des accords de Camp David, et le boycott de ses artistes pendant de nombreuses années donnent une idée de l’importance des divisions à venir dans l’éco-système culturel arabe…

En bonus, pour ceux qui auront eu la patience d’aller jusqu’au bout de ce billet, un autre clip artistico-militaire, émirati cette fois-ci, qui permet de mettre en contexte le clip ‘Allim Qatar (au passage, vous y noterez une curieuse utilisation des cornemuses, héritées de la colonisation britannique bien entendu).

Naguib Mahfouz et « L’Affaire du collier » : une histoire de l’Égypte d’aujourd’hui…

Onze ans après sa mort en août 2006, plus de cent après sa naissance (en 1911), Naguib Mahfouz (نجيب محفوظ) continue à dire bien des choses sur l’Égypte. Moins par son œuvre, sur laquelle on peut penser que tout a été commenté, que par la manière dont on parle de lui, aujourd’hui, dans un pays qui ne se remet pas bien des convulsions de la révolution de février 2011 (même si on y observe depuis quelques mois une impressionnante reprise du tourisme, auprès des voyageurs allemands et ukrainiens apparemment).

Avec le temps, en effet, les langues se délient. On apprend ainsi au détour d’un article (en arabe, comme la majorité des autres liens) que le cercueil supposé emporter sa dépouille lors de ses funérailles, dans le quartier qu’il a contribué à rendre mondialement célèbre, celui de la Gamaliyya (Khan el-Khalili), près d’Al-Azhar, était vide. Car à la mort de l’écrivain, les services officiels de la République avaient décidé de prendre les choses en main. La famille avait ainsi été littéralement dépossédé de la dépouille mortelle, essentiellement pour permettre au président de l’époque, Hosni Moubarak, de se montrer (guère plus de trois minutes) lors de l’enterrement officiel, organisé, pour plus de sécurité, à la la mosquée Al Rashdan, également connue sous le nom de « mosquée des forces armées » !

La révélation d’un autre « secret » a fait plus de bruit encore. Dans une émission très populaire, une des filles de l’écrivain a ainsi confirmé (vidéo ici) une rumeur qui courait depuis longtemps, à savoir que le « collier du Nil », solennellement décerné à cet illustre citoyen par la République égyptienne en 1988 (sous Hosni Moubarak encore une fois) était… un faux ! La plus haute distinction égyptienne n’était qu’un « vulgaire » collier d’argent, tout juste plaqué or ! La femme de Naguib Mahfouz en avait eu d’ailleurs la certitude après l’avoir fait expertisé par un bijoutier mais la famille, qui n’était pas du genre à faire parler d’elle, avait jugé préférable de ne rien dire publiquement. Le ministre de la Culture de l’époque, Farouk Husni, affirme aujourd’hui sans ciller que l’affaire est parfaitement ordinaire dans la mesure où la coutume veut qu’on ne donne aux citoyens égyptiens qu’une sorte de réplique, le vrai collier allant seulement aux chefs d’Etat étrangers (vidéo ici). Le joaillier traditionnellement chargé de ce travail dément énergiquement. Quelqu’un ment dans cette affaire, révélatrice en tout cas de l’état dans lequel se trouve l’administration du pays, depuis un bon moment déjà.

Plus ou moins en toc, le pauvre « collier du Nil » (le « collier du Nil » du pauvre si l’on préfère) a été donné par la famille pour enrichir (si l’on peut dire !) les collections d’un musée destiné à honorer la mémoire du seul et unique prix Nobel de littérature en langue arabe à ce jour… Il rejoint ainsi d’autres trésors, tout aussi symboliques, tels que la canne personnelle donnée par le romancier (selon une tradition importante dans cette région) à l’un de ses « confrères », le très légitimiste Mohamed Salmawy (محمد سلماوي). L’idée avait été évoqué dès le décès de Mahfouz et le lieu, une mosquée ottomane du XVIIIe siècle jouxtant Al-Azhar, retenu ; les travaux ont été lancé mais, onze plus tard, on parle encore d’une inauguration prochaine ! Pourtant, dans les rues du vieux Caire fatimide, rénovées et quelque peu muséifiées, un tel endroit pourrait faire une bonne attraction touristique. Un peu à l’image de ce Mahfouz Tour (مزارات سياحية وثقافية) que les autorités avaient également décidé de mettre en place en 2007 et qui attendtoujours d’être organisé… En fait, c’est une excellente association privée (CLUSTER, pour Cairo Lab for Urban Studies, Training and Environmental Research) qui a un temps repris l’idée

On en reparle aujourd’hui avec « l’affaire du collier » mais, à la vérité, voilà longtemps que les admirateurs de Naguib Mahfouz savent à quoi s’en tenir sur la destinée posthume d’un homme qui aimait autant son pays qu’il savait bien en parler dans ses textes. Pour le centième anniversaire de sa naissance, quand seuls les Suédois de l’académie Nobel paraissaient s’en souvenir, un autre fait divers avait révélé la triste situation d’un pays, il est vrai plongé dans une révolution dont on sentait déjà qu’elle tournerait mal. Un scandale avait en effet éclaté lorsque la société Sotheby’s avait annoncé la vente aux enchères d’un important lot d’archives privées du grand romancier : entre autres témoignages importants, un manuscrit resté inachevé d’une œuvre écrite dans les années 1930 (Qissa min al-sûdân, « Une histoire du Soudan »), un autre texte de la même époque composé de réflexions philosophiques (la première formation universitaire de l’écrivain), des manuscrits de plusieurs nouvelles ou encore une partie du dernier texte publié de l’auteur, Rêves de la période de l’insignifiance (أحلام فترة التفاهة), des très courts morceaux composés d’une écriture tremblante alors que son auteur se remettait difficilement de la tentative d’assassinat perpétrée en 1994 par deux jeunes fanatiques qui devaient reconnaître qu’ils n’avaient jamais lu une ligne de son œuvre… Alertés, la famille et quelques admirateurs de l’écrivain avaient réussi à faire annuler la vente de documents obtenus on ne sait comment. Une histoire rocambolesque dont l’issue, toutefois, n’a jamais été écrite puisqu’on ne sait pas ce qu’il est advenu de ces fragments de la mémoire culturelle de l’Égypte.

On pourrait continuer encore en se demandant si c’était vraiment rendre service à la mémoire de l’écrivain que publier (par les services du ministère de la Culture) des textes que Naguib Mahfouz, de son vivant, avait délibérément choisi de ne pas éditer, parce qu’il ne les jugeait pas à la hauteur de l’œuvre qu’il avait construite par la suite. L’éditeur (privé) qui a racheté les droits pour l’ensemble de ses textes (en arabe, en langues étrangères ils sont la propriété des éditions de l’Université américaine du Caire !) avait imaginé, naguère (en 2007), de rendre ces témoignages disponibles sur Internet, solution qui faisaient au moins le bonheur des chercheurs. Il est vrai que le site a disparu depuis. De toute manière, on reproche beaucoup à cet éditeur (Dar el Shorouk) de « traire » son romancier vedette comme on dit en arabe, tantôt en publiant des versions simplifiées de certains romans (mais sur ce point sa réponse est convaincante puisqu’il l’a fait avec l’assentiment de Mahfouz lui-même), tantôt en publiant à l’infini des éditions posthumes, complétées jusqu’à ne plus être totalement crédibles, en particulier pour les fameux Rêves de la période de l’insignifiance, dont une nouvelle version, deux fois plus importante que la précédente (en volume, s’entend), a paru en décembre 2015, après que deux des filles survivantes eurent retrouvé de nouveaux brouillons, ignorés jusque-là…

En définitive, un des plus authentiques hommages à la mémoire de Naguib Mahfouz, est venu d’un (relativement) jeune romancier égyptien. En 2009, trois ans après la disparition de l’auteur dont il connaît bien entendu l’œuvre par cœur, Ibrahim Ferghaly (إبراهيم فرغلي) a publié Awlâd al-Jabâlawî (« Les fils de Jabalawi », d’après le titre de la traduction anglaise du très célèbre Awlâd hârati-nâ, « Les fils de la médina » [!] en français). L’histoire raconte la disparition de tous les livres de Naguib Mahfouz dont les personnages parcourent les rues du Caire à leur recherche. Un récit qui symbolise, explique l’auteur,  l’état de « la conscience culturelle égyptienne ».

Les illustrations qui accompagnent ce texte sont dues à Gamâl Qutb (جمال قطب), décédé en octobre 2016, un illustrateur intimement associé, pour beaucoup de lecteurs, aux premières publications de Naguib Mahfouz, celles des éditions Maktabat Misr.