La belote, sport national (féminin) au royaume du Serviteur des deux lieux saints

Les nouvelles cartes pour la belote (illustration circulant sur les comptes Twitter).

Chaque jour ou presque voit s’allonger la liste des petits pas qui annonce(raie)nt des changements en Arabie saoudite. Tantôt futiles, tantôt plus audacieuses, voici, pour les semaines passées, un relevé de quelques-unes de ces mesures :
– Après 35 années de fermeture des salles de cinéma, la ville de Jeddah a vu l’ouverture, le 15 janvier dernier, d’une salle improvisée dont les résultats permettront d’affiner les études de marché pour l’ouverture prochaine de « vraies » salles par la suite…
– Dans le cadre de la « politique du bonheur » évoquée à plusieurs reprises dans ces billets, on annonce la tenue prochaine à Riyad de la première « semaine arabe de la mode ».
– Au début du mois de janvier, le secrétaire-général de l’Union sportive pour la solidarité islamique indiquait que son association envisageait désormais d’organiser des compétitions féminines.
– De façon insistante, la presse saoudienne évoque des pressions contre la toute- puissante police de mœurs pour que les magasins puissent désormais rester ouverts durant les heures de prière.

Les autorités semblent décidées à ouvrir davantage aux femmes les portes de l’économie du Royaume des hommes. Depuis février, des postes leur sont ainsi réservés au ministère de la Justice. Et de façon plus significative encore, on a décidé à peu près au même moment qu’elles pouvaient désormais se lancer dans les affaires sans l’accord d’un garant légal (mâle)…

Dans un pays où nul n’ignore la place que tient la religion, les aménagements, là encore, se succèdent. Ainsi, un membre du conseil de la Shoura a réclamé que les femmes, qui n’assistent pas aux enterrements, soient autorisées à aller sur les tombes de leurs proches, une proposition très répréhensible aux yeux des wahhabites purs et durs pour lesquels la célébration des morts est considérée comme un acte blâmable, proche de l’idolâtrie. Il est vrai que le même politicien avait déjà réclamé, par le passé, que des femmes fassent partie des équipes de secouristes de telle sorte qu’elles puissent prendre en charge les victimes de sexe féminin au lieu de les laisser périr, de crainte, pour les sauveteurs masculins, d’enfreindre des tabous religieux comme cela est malheureusement souvent arrivé dans le passé….

Dans le même registre, et de façon plus superficielle mais autrement plus visible, c’est le cas de le dire, un religieux de haut rang a glosé, dans un prône, sur le fait qu’une femme pouvait ne pas porter l’incontournable abaya noire destinée à la dissimuler totalement aux yeux des mâles environnants…

Pire encore, un intellectuel est passé sur une chaîne du Royaume pour dire tout le mal qu’il pensait de cette multiplication de mosquées qui font peur à tout le monde avec leurs minarets encombrants et dont les haut-parleurs intempestifs font pleurer les enfants ! Il est vrai qu’aux dernières nouvelles, l’imprudent vient d’être arrêté pour un motif qui n’a pas encore été précisé…

C’est un fait que les lignes rouges sont plus fluctuantes que jamais entre les avancées souhaitées par les « libéraux » locaux, au pouvoir dans l’entourage de MBS, et les habitudes d’une société sous la coupe, depuis des lustres, des religieux qui voudraient bien conserver leurs prérogatives… Dans ce contexte, ce qui était sévèrement puni hier devient toujours moins répréhensible, et même officiellement accepté, voire encouragé. Ainsi en est-il de la Saint-Valentin, abomination des abominations de l’idolâtrie jusqu’à l’année dernière et désormais fêtée presque officiellement ! Pour noyer le poisson, on va d’ailleurs expliquer que le phénomène s’observe partout dans le monde arabe (comprendre « musulman »). Et on va même trouver un religieux de service pour émettre une fatwa expliquant que les félicitations d’usage ce jour-là sont un « acte d’amour » à ce titre parfaitement licite en islam !

La dernière trouvaille des novateurs par « la politique du bonheur » comme je les ai appelés dans ces billets serait parfaitement anecdotique si elle ne touchait un point central de la doctrine musulmane concernant les jeux de hasard et les paris. Le très officiel Organisme des sports cérébraux, dirigé entre autres responsabilités par le très puissant Turki Al Shaikh (تركي آل الشيخ), l’âme damnée de MBS disent ses adversaires, a ainsi décidé d’organiser un tournoi de belote, doté (on est en Arabie saoudite) de 200 000 euros de prix, dont la moitié pour le vainqueur. Vous apprendrez peut-être à cette occasion que ce jeu de cartes extrêmement populaire s’appelle dans la région al-ballût (البلوت), un emprunt au moins linguistique à l’étranger païen, tout comme les jeux de cartes en général, connus sous le nom de koutchina (الكوتشينة), une déformation, via l’égyptien semble-t-il, de l’italien cartoncini.

Faut-il rappeler qu’une telle décision va, bien évidemment, à l’encontre de toutes les prescriptions religieuses édictées par les autorités wahhabites ? D’ailleurs, les réseaux sociaux regorgent de messages où l’on trouve des enregistrements de fatwas, parfois datant d’à peine un an, émises par des autorités religieuses du Royaume qui condamnent, sans l’ombre d’une hésitation, les jeux de cartes.(Ils sont souvent suivis de montages où l’on voit les membres de la famille royale se livrer à la passion des cartes : voir l’illustration ci-dessous !)

Inévitablement, dans une telle pagaïe, vous imaginez bien que les filles s’en mêlent ! À peine la décision d’organiser ce concours était-elle connue que des jeunes Saoudiennes, enivrées sans doute par la récente promotion de leurs droits, n’ont rien imaginé de mieux que de demander si elles pouvaient y participer ! Horreur des horreurs, des photographies où l’on voit des jeunes femmes jouant aux cartes dans l’enceinte de la grande mosquée de La Mekke ont déjà commencé à circuler…

Autant de scandales à venir, qui vont certainement beaucoup occuper les esprits et alimenter d’innombrables commentaires où il sera facile de jouer la pudibonderie stérile des religieux obtus contre le libéralisme magnifique du régent du Royaume. Pendant ce temps-là, on n’aura pas besoin de s’interroger sur le sort des très très nombreux prisonniers d’opinion, religieux, intellectuels, etc. Parmi lesquels on trouve des femmes, Noha al-Balawi (نهى البلوي) par exemple, détenue pour avoir exprimé (cachée derrière un niqab, mais pour des raisons de sécurité cette fois), tant ses convictions féministes que son refus de la normalisation avec l’État israélien…

La lutte de classe pour la pureté de l’arabe en Égypte

Classique ou dialectal pour parler d’amour ? (cadeau de la Saint-Valentin !)

Les Algériens (évoqués la semaine dernière) sont loin d’être les seuls à avoir des problèmes avec leur(s) langue(s) ou, plus exactement, avec la difficulté à faire cohabiter les usages publics et plus ou moins officiels de « l’arabe standard » avec les très nombreuses « parlures » du quotidien où l’expression peut se décliner selon d’innombrables registres sociaux et régionaux, éventuellement très éloignés de la norme officielle. Les Égyptiens, apparemment, découvrent le problème, et c’est plutôt une nouveauté.

L’heure doit être grave, en effet, pour que l’Académie de langue arabe du Caire ait soumis, en octobre dernier, un projet de loi pour la défense de l’arabe. S’il venait à être discuté rapidement par les parlementaires – ce que personne n’a l’air de croire – l’usage (exclusif) du « bon arabe » serait obligatoire dans la plupart des activités publiques : les médias naturellement, mais aussi l’ensemble des formalités administratives, les activités éducatives, la vie associative, les commerces, la publicité et autres signes dans l’espace public, etc. Les infractions pourraient entraîner des sanctions allant jusqu’à 6 mois de prison et l’équivalent de 9 000 euros, dans un pays où, selon les statistiques officielles, presque un tiers de la population de plus de 10 ans souffre d’illettrisme !

Un tel projet met en évidence la crise profonde d’un pays qui tourne à ce point le dos à ses réalités. Plus que jamais, et en particulier depuis la révolution du 25 janvier 2011 qui aura au moins eu cet effet, l’expression en égyptien est présente dans l’espace public, dans les médias et même dans la littérature où l’on voit se multiplier de nouvelles écritures qui inventent des combinaisons originales entre les registres linguistiques (outre celle-ci, voir les nombreuses références à l’onglet « langue » sur le côté gauche de ce billet). Les membres de l’Académie de langue arabe peuvent s’en inquiéter, et avec eux ceux qui pensent plus largement que la question linguistique et la lutte contre le « régionalisme » sont au cœur du projet politique arabe, mais il faut être vraiment désemparé pour imaginer que la loi des hommes puisse imposer le strict emploi de la langue du Coran au temps où les effets de la révolution numérique se combinent avec l’explosion démographique !

Ce repli sur la défense craintive de la pureté linguistique est plutôt inédit pour l’Égypte. Le pays a en effet connu, durant les premières décennies des luttes contre l’occupant étranger au tournant des XIXe et XXe siècles, une étonnante et très méconnue mobilisation populaire qui avait pour principal véhicule l’égyptien. Comme l’explique Ziad Fahmy dans un livre essentiel et trop peu connu (Ordinary Egyptians, Stanford UP, 2011), l’Égypte a inventé son identité moderne, entre les années 1870 et 1920, à la faveur d’un « média-capitalisme » où régnait en maître l’expression dialectale. Sa position plus que dominante au sein du système culturel régional, avec l’essor du cinéma parlant, a ouvert à l’âge d’or de la chanson arabe durant les décennies qui suivirent. Cette histoire a doté les Égyptiens d’une extraordinaire confiance dans leur propre langue, au point d’arriver à persuader la majorité des arabophones qu’elle était à coup sûr la plus belle, la plus romantique et même la plus authentiquement « arabe » notamment aux yeux de ceux qui avaient mis leur foi dans le projet national incarné par Nasser (lequel privilégiait l’expression dans le registre égyptien) !

Aujourd’hui, comme on le devine à la lecture de cet article (en arabe), le sentiment, très neuf encore une fois, d’une décadence linguistique associe indissociablement deux phénomènes : d’un côté la perte du prestige de l’égyptien sur le plan régional, de l’autre, la dégradation du dialecte national devenu de plus en plus « vulgaire ». Le premier aspect est celui qui a fait l’objet du plus grand nombre de commentaires. Pour le résumer, il suffit de rappeler que la disparition conjointe de Nasser et d’Oum Koulthoum au début des années 1970 marque symboliquement la perte du leadership égyptien sur la région. Au fil des décennies, il sera remplacé par la montée en puissance des monarchies pétrolières qui, en exploitant nombre de savoir-faire locaux (libanais et palestiniens notamment), vont imposer leur main-mise sur les médias d’abord, l’industrie des loisirs ensuite et, de plus en plus aujourd’hui, sur le réseau des institutions culturelles de prestige (musées, festivals…). Ce déplacement au détriment de la centralité égyptienne se note sur le plan linguistique par une présence et un « prestige » plus grands des parlers syro-libanais mis en vedette par les starlettes de la chanson et plus encore dans les feuilletons (même s’ils sont turcs car ils sont alors doublés en syrien).

Le second volet du nouveau « malaise linguistique » égyptien me semble moins souvent traité. A partir des années 1970, on assiste à la conjonction de différents facteurs : la massification de l’exode rural et les progrès de l’enseignement qui créent des viviers de clientèle pour de nouvelles pratiques culturelles ; les politiques culturelles sur le long terme qui cèdent la place à des actions sur le registre de l’éphémère et du spectaculaire (la dialectique du tathqîf et du tarfîh en arabe) ; les industries culturelle locales qui se développent dans le contexte de la mondialisation… Sur le plan culturel, les conséquences sont une marginalisation des anciennes formes culturelles légitimes, plutôt élitaires et partagées par les bourgeoisies urbaines, au profit des pratiques populaires destinées au marché de la consommation de masse. Dans un contexte de grande crise, et pas seulement économique, la petite-bourgeoisie égyptienne ne se reconnaît même plus dans « son » dialecte, celui des vedettes de la comédie musicale « de papa ». À en croire ces nouveaux nostalgiques, dont certains voudraient comme on l’a vu un improbable retour à une mythique pureté linguistique, celle du « bon arabe », les succès d’aujourd’hui ont pour véhicule une langue « souquie » (سوقي, du mot souq pour « marché », à comprendre comme l’équivalent de vulgaire, grossier voire ordurier). Un mot extrêmement fort par conséquent, pour déclasser les registres de l’expression populaire en les assimilant à la « racaille » sociale, celle des « sauvageons » de banlieue pour reprendre le vocabulaire hexagonal.

L’arabiste et le berbère : polémique sur les langues vivantes en Algérie

La députée Naïma Salhi en pleine argumentation.

En Algérie, on traite volontiers (et péjorativement) d’« arabistes » (3ouroubi / عروبي) ceux que l’on suspecte de vouloir étouffer, au nom de l’arabité nationale, les autres composantes identitaires du pays, à commencer par celle(s) des Berbères. Présents dans l’ensemble de « l’Afrique-du-Nord » comme on disait autrefois, ces derniers (voir ce précédent billet) préfèrent souvent se nommer eux-mêmes Imazighen (sing : Amazigh, pour « homme libre »). Le terme regroupe les locuteurs des nombreuses variantes du berbère (une cinquantaine d’après les linguistes, souvent menacées et même parfois oubliées comme le guanche, autrefois parlé dans les Canaries). Le tamazight (le nom, en berbère, de cette langue) s’écrit souvent (car il existe là encore des variantes) en tifinagh.

Pour être plus précis, il conviendrait sans doute de parler de « néo-tifinagh » car la réintroduction de cet alphabet a été largement l’œuvre de l’Académie berbère, très active en Grande Kabylie au début des années 1980. C’est d’ailleurs l’annulation d’une conférence de l’écrivain Mouloud Mammeri (مولود معمري) qui fut l’élément déclencheur de ce qu’on a appelé le « printemps berbère », lui-même héritier d’une tradition « berbériste » qui remonte au moins aux années 1930. Rétrospectivement, il apparaît que la répression sanglante de ce mouvement par les autorités (largement plus d’une centaine de victimes) trahissait la fragilité d’un système politique qui plongerait le pays dans la « décennie noire » des années 1990, à la suite de l’annulation du second tour des législatives de 1991 pour empêcher la victoire électorale du Front Islamique du Salut.

Depuis ces temps pas très anciens, les autorités algériennes ont nettement infléchi leur politique, multipliant les signes plus ou moins symboliques d’une reconnaissance de la langue berbère et donc aussi de l’identité dont elle est le vecteur. La plus spectaculaire de ces mesures est sans conteste la première célébration officielle, il y a quelques jours, de Yanayer, la nouvelle année berbère. Désormais, le 12 janvier est donc férié pour tous les Algériens. À la fin de l’année dernière, le Conseil des ministres a également officialisé la création de l’Académie algérienne pour la langue amazighe (ⵄⴳⵔⴰⵡ ⴰⴷⵣⴰⵢⵔⵉ ⵏ ⵜⵓⵜⵍⴰⵢⵜ ⵜⴰⵎⴰⵣⵉⴳⵀⵜ), un projet annoncé dès… 2007 ! Un processus qui achève ainsi la lente reconnaissance du tamazight, reconnu comme « langue nationale » en 2002 et même, potentiellement, comme langue officielle dans le projet de révision de la Constitution de 2016.

Parallèlement à la création de cette nouvelle Académie berbère, les autorités ont également décidé l’allocation de postes budgétaires supplémentaires pour renforcer la formation et la recherche autour de cette langue au niveau universitaire et développer son enseignement dans le système éducatif algérien. De quoi susciter la colère des plus farouches « arabistes » du pays pour lesquels ces « concessions » au particularisme berbère, toujours suspect à leurs yeux d’être à la fois francophile et plutôt « de gauche » pour le dire très vite, représentent autant d’attaques à l’identité tant arabe que musulmane du pays.

C’est ainsi qu’une certaine Naïma Salhi (نعيمة صالحي), députée et présidente du Parti de l’Équité et de la Proclamation (حزب العدل والبيان : généralement considéré comme proche des islamistes) a réussi à faire beaucoup parler d’elle en diffusant une vidéo, largement reprise sur les réseaux sociaux et commentée dans les médias, dans laquelle elle s’emporte contre cette reconnaissance de la langue et de l’identité berbères. Cette femme politique, dont la finesse et la subtilité rappellent une Nadine Morano en France, va jusqu’à menacer de mort sa propre fille si elle l’entend encore prononcer un mot dans ce qu’elle appelle « le kabyle ». Pourtant inscrite dans un établissement privé (!), la petite se trouve en effet épouvantablement exposée à ce que cette femme politique considère n’être pas vraiment une langue, ou alors une langue morte, dont l’alphabet n’est même pas réellement fixé (allusion au tifinaght évoqué plus haut).

Naïma Salhi n’en est pas à son premier coup d’éclat. Il y a quelques années, elle avait ainsi réussi à faire beaucoup parler d’elle en vantant les charmes de la polygamie (mais pas ceux de la polyandrie à la différence de certaines Saoudiennes en avance sur leur temps). À l’image du discours identitaire du Front national en France, elle fait son miel de ceux qui réfutent ses idées avec les meilleurs arguments du monde, en soulignant par exemple qu’elle confond dans ses propos, entre autres sottises, Arabes et musulmans en parlant d’un milliard de locuteurs arabophones alors que ce chiffre s’applique, très grosso modo, aux musulmans (1,6 selon Wikipedia), les Arabes tournant aux alentours de 300 millions).

Néanmoins, sa démagogie populiste fait preuve d’une certaine « intelligence » de l’opinion qui peut se reconnaître dans nombre de ses propos. Bien que la ficelle soit très grosse, il est clair qu’elle s’attire des sympathies en surfant sur la fierté musulmane et plus encore sans doute sur le rejet des élites du pays lorsqu’elle refuse qu’on enseigne à ses enfants une langue « morte et inutile » alors que la progéniture de ceux qui soutiennent cette réforme, comprendre les fils de la nomenklatura, « vont à l’étranger pour apprendre les langues vivantes ».

Actrice consommée du langage politique local, Naïma Salhi n’ignore pas que dans les politiques linguistiques en Algérie il y a un peu de linguistique et beaucoup de politique.

Rien ne va plus en Arabie saoudite

Le Ritz Carlton de Riyadh (avec une offre à un peu moins de 1000 euros pour le Club Lounge en ce moment);

Trois mois après ses débuts, la « campagne contre la corruption » menée en Arabie saoudite est loin d’avoir livré tous ses secrets même si la première phase, aux dires du Procureur général chargé de l’affaire, est terminée. Beaucoup d’informations, souvent contradictoires, circulent dans la presse locale et internationale, et plus encore sur les réseaux sociaux. Pour s’en tenir aux propos officiels, il apparaît que, sur les 381 personnes « retenues » (dont 200 environ appartenant à la famille royale), 58 seulement sont encore à l’ombre (sans doute ailleurs qu’à l’hôtel qui doit reprendre ses activités normales en février).

La semaine dernière a été marquée par la libération de quelques gros poissons, en particulier trois grands noms des médias saoudiens, Al-Walid bin Talal bien entendu (الوليد ابن طلال : Rotana, Twitter, autrefois News Corporation de Robert Murdoch sans oublier l’étonnante aventure de la chaîne Al-Arab), mais également Walid al-Ibrahim (وليد الإبراهيم : MBC, la plus grosse chaîne du paysage audiovisuel arabe) et Salah Kamel (صلاح كامل : la chaîne ART). On ignore la nature exacte des « transactions » qui ont accompagné ces « libérations » (à géométrie variable selon les informations qui circulent). La seule chose à peu près certaine, c’est que le prince régent, MBS, a considérablement avancé dans un projet poursuivi depuis longtemps : assurer sa main-mise sur les médias saoudiens, tour de contrôle des médias de la région.

À côté des interrogations politiques qui entourent toutes ces grandes manœuvres, il convient de souligner les problèmes, très concrets, qui se posent aux professionnels chargés de faire tourner l’économie saoudienne. Si l’actuelle politique extérieure du Royaume apparaît à nombre d’observateurs aussi aventuriste qu’erratique (comme en témoigne l’actualité de ce qui se joue en ce moment même à Aden au sud du Yémen), le même constat, propre à décourager les investisseurs, peut être étendu aux autres secteurs d’activité comme en témoignent différentes affaires survenues dans l’univers des médias.

Il y a quelques semaines encore, Daoud al-Shiryan (داوود الشريان), le journaliste vedette de la MBC qui a quitté la chaîne après onze années de bons et loyaux services, faisait figure d‘homme clé dans la nouvelle configuration des médias du Royaume. Deux mois après sa nomination à la tête des médias officiels, en novembre dernier, on évoque déjà une démission prochaine « pour raison de santé ». Il avait déjà essuyé de sévères critiques après la nomination d’une journaliste, Rim al-Habib (ريم الحبيب), aux compétences discutées et surtout beaucoup trop « moderne » pour une partie de l’opinion. Les milieux conservateurs ont ainsi diffusé, sur les réseaux sociaux, des photos d’elle tête nue et fumant la chicha ! Horreur ! À peine nommée, la directrice exécutive du conglomérat des médias nationaux a dû démissionner. Mais le probable coup d’arrêt de la fulgurante promotion de Daoud al-Shiryân est surtout lié à une série de contrats beaucoup trop généreux pour lesquels ses adversaires parlent déjà de corruption. On lui reproche notamment d’avoir acheté à un prix parfaitement exorbitant les droits exclusifs de diffusion d’un feuilleton égyptien destiné à être programmé durant le prochain ramadan. Il s’agit de Mondes cachés (عوالم خفية), avec pour vedette l’inusable Adel Imam (عادل إمام), retenu en exclusivité pour la modique somme de sept millions de dollars, plus du double des trois millions ordinairement négociés pour ce type de contrat.

Une autre affaire est venue dans le même temps renforcer l’impression, chez nombre d’observateurs, que la gestion des entreprises médiatiques saoudiennes manque singulièrement de sérieux. Dans un précédent billet, j’avais évoqué le fait qu’Ahlam, une chanteuse des Émirats, avait été écartée de The Voice, une des émissions « prestigieuses » de la chaîne MBC. Arrivant au moment même où le propriétaire de la chaîne venait d’être mis aux « arrêts de rigueur » , cette éviction avait été attribuée à un manque de ferveur patriotique de la part de la  vedette, mariée de surcroît à un Qatari, lesquels sont désormais les meilleurs frères ennemis des officiels d’Arabie saoudite et des Émirats ! On vient d’apprendre que sa remplaçante, la Koweïtienne Nawal, est à son tour remerciée pour que sa rivale retrouve son trône au sein du jury. Un retour en grâce préparé, diront les mauvaises langues, par le fait que ladite Ahlam a pris soin de démentir publiquement avoir subi le moindre ostracisme de la part des médias saoudiens. Pour faire bonne mesure, la star de la chanson dans le Golfe a également pris partie contre un humoriste libanais, Hicham Haddâd (هشام حداد), poursuivi en justice pour s’être moqué de l’intraitable MBS en direct (sur une chaîne libanaise, il faut le préciser). Un de ces crimes de lèse-majesté dont la tradition perdure dans la région.

Revenant sur cette affaire, Al-Akhbar évoque les différentes raisons qu’on a pu mettre en avant pour expliquer ce volte-face qui ne risque pas, là encore, d’inspirer confiance aux partenaires en affaires des Saoudiens : pour certains, le surprenant retour d’Ahlam sur le devant de la scène médiatique est dû à la toute récente libération du patron de la MBC, Walid al-Ibrahim. D’autres penchent pour une lecture plus politiquement tortueuse, la malheureuse Nawal ayant fait les frais de la brouille entre l’Arabie saoudite et les Koweïtiens, accusés depuis peu d’être trop complaisants à l’égard des Qataris. À mon sens, il faut surtout suivre ceux qui estiment que le véritable motif de ce coup de théâtre dans le petit monde des médias arabes réside dans les surcoûts entraînés par le remplacement de la vedette des Émirats par sa rivale koweïtienne : Talpa Middle East, la branche locale de la société qui gère ce méga-succès planétaire, n’a pas pour habitude de se plier aux caprices, fussent-ils royalement politiques, des sociétés avec lesquelles elle sous-traite son émission !

Quoi qu’il en soit, il apparaît de plus en plus que, dans les médias saoudiens comme dans les autres secteurs économiques du Royaume, « rien ne va plus » : à la fois parce que le marché aux bonnes affaires n’est plus ce qu’il était et, aussi, parce que, à présent que les paris ont été faits, tout le monde attend de voir sur quel numéro s’arrêtera la rou(lett)e de la fortune…