La politique du feuilleton (2/2) : l’Arabie saoudite refait le passé

Reporté l’année dernière pour des raisons qui n’ont jamais été très claires, le tournage d’al-Assouf (العاصوف), la série phare diffusée par la MBC durant ce ramadan, aura été achevé l’hiver dernier, alors que la chaîne saoudienne était en pleine tourmente en raison du long séjour de son propriétaire, Walid Al-Ibrahim (وليد الإبراهيم), dans une suite de l’hôtel Ritz Carlton pour une « enquête » dans le cadre de la lutte contre la corruption dans son pays.

Inspiré de Maisons de terre (بيوت من تراب), un roman, pas vraiment marquant du journaliste et romancier récemment décédé Abdul-Rahman al-Wahbly (عبد الرحمن الوابلي), al-Assouf se déroule à Riyad à la fin des années 1970, période durant laquelle le contrôle moral et religieux de la population du Royaume a pris un tour encore plus sévère. Au sens propre, le titre du feuilleton reprend le nom d’un vent local particulièrement violent et désagréable ; au sens figuré, il s’agit en fait d’une métaphore pour désigner la répression morale imposée par le pouvoir et ses soutiens conservateurs. À travers les aventures d’une famille ordinaire, l’immense majorité des téléspectateurs (l’âge moyen en Arabie saoudite se situe aux alentours de 28 ans), qui n’ont jamais connu rien d’autre que la triste et très chaste routine imposée par la police des mœurs, ont ainsi reçu une image toute différente de leur pays qui vivait alors, à en croire la narrative de ce feuilleton, une sorte de « passé moderne ». En d’autres termes, la peinture d’une société nettement plus tolérante à cette époque a pour effet, sinon pour but, de mettre en lumière la légitimité historique et culturelle des réformes libérales voulues par l’officieux régent du Royaume, le prince héritier, qui a lancé, avec fracas, une politique de libéralisation qui n’en finit pas de connaître des « ajustements » imprévus (le dernier en date étant, ce jour, le limogeage d’Ahmad al-Khatib (أحمد الخطيب), le patron de l’« Autorité les loisirs » (هيئة الترفيه), sèchement remercié (à la différence d’autres responsables mieux en cour) pour avoir « organisé » la représentation d’une troupe de cirque où figuraient, abomination des abominations, des acrobates légèrement vêtues. (Il est vrai que les numéros de trapèze volant, en tob pour les hommes ou en abaya pour les femmes, c’est assez peu commode !)

À l’image des nombreuses campagnes militaires que connaît la région, la narration d’al-Assouf a commencé en pilonnant sans merci ses « adversaires » (les wahhabites ultra-conservateurs) durant un premier épisode où tous les tabous semblaient devoir être foulés aux pieds : après une scène durant laquelle une femme anonyme déposait à la porte d’une mosquée un nouveau-né voué à être adopté par une famille dont, par conséquent, il ne partageait pas le sang, on voyait des femmes, pour certaines sans voile, danser au son d’une musique, prélude inévitable, pour les plus bigots, à la débauche. Celle-ci, d’ailleurs, ne manquait pas d’arriver puisque l’une des héroïnes n’hésitait pas à tromper son mari, tandis qu’une jeune dévergondée séduisait le héros du film en lui révélant ses traits en soulevant un coin de son voile en pleine rue… D’autres scènes se chargeaient de peindre, avec un grand souci de réalisme, une société saoudienne d’avant la prohibition morale, avec notamment des scènes de flirt entre adolescents, déjà passablement échauffés par la vision, au cinéma (lequel n’était pas encore interdit, avant qu’il ne soit tout récemment autorisé à nouveau), de lascives danseuses égyptiennes… (Un condensé des images les plus « répréhensibles », avec des commentaires outrés, en suivant ce lien.)

Diffusé durant la première soirée de ramadan, c’est peu dire que le premier épisode d’al-Assouf n’est pas passé inaperçu ! D’autant plus que les feuilletons turcs, désormais bannis des chaînes saoudiennes pour cause de qatarophobie (les Turcs soutiennent pour l’heure les Qataris), ne font plus concurrence aux produits locaux. Ceux que la presse appelle désormais, de plus en plus, assez familièrement voire péjorativement, les sahwiyûn (les gens de la sahwa, le réveil islamique), ont très mal pris la chose. Sans jamais s’en prendre ouvertement au pouvoir – car le libéralisme de MBS ne va pas jusqu’à tolérer la critique –, ils ont multiplié les attaques contre le feuilleton impie et son idéologie pernicieuse (voir cet article par exemple). Après avoir prospéré tout au long des quatre dernières décennies (sans compter celles qui ont précédé), ils ont désormais bien du mal à faire entendre leur voix. Nombre de grandes figures de l’institution religieuse sont en prison, rarement pour des motifs très clairs, et les médias ne leur sont plus aussi ouverts. Il ne leur reste guère que les réseaux sociaux, un espace d’expression certes très fréquenté dans le pays mais loin d’être libre de toute entrave…

De l’autre côté de la scène politico-culturelle, Nasser al-Qasabi (ناصر القصبي), la super vedette (souvent évoquée dans ces chroniques) est bien résolu à ne plus jouer les comiques comme il le faisait l’année dernière encore dans Selfie (voir ce billet de juin 2015). Après avoir longtemps mené un combat isolé, à travers Tâsh mâ tâsh (autre billet, de 2006 celui-là), un feuilleton qui, des années durant, s’est efforcé de tenir tête à la censure morale, il profite manifestement de la faveur princière : la très officieuse chaîne Al-Arabiya chante ses louanges et celle du feuilleton dont il est la vedette tandis que les médias du pays lui sont largement ouverts pour qu’il puisse s’en prendre aux conservateurs qu’il accuse d’essayer de monter l’opinion contre ceux qui applaudissent les changements voulus par le jeune et ambitieux MBS.

Curieusement, les milieux religieux ne sont pas les seuls à avoir manifesté leur colère contre les images diffusées par al-Assouf. Malgré le caractère assez transparent du message politique qu’il se charge de faire passer, à savoir la sagesse d’une politique de libéralisation qui renoue avec le passé pour protéger le royaume contre les dérives des extrémistes religieux qui dévastent la région, des voix se sont élevées, principalement en Égypte, parce qu’une séquence montrait un des personnages en train de brûler une photographie du président Nasser. Pourtant, ceux qui ont suivi fidèlement le feuilleton ont parfaitement compris qu’il ne s’agissait pas d’une attaque contre la personne, encore très respectée, de l’ancien président. En effet, il est clair dans le récit qu’il s’agit pour le personnage qui se livre à cet autodafé d’une tentative pour essayer de supprimer toute trace de son affiliation politique, précisément afin d’échapper à « al-Assouf », à savoir la répression politique à laquelle se livrent désormais les conservateurs religieux.

Il n’en reste pas moins que rares sont les occasions, en Arabie saoudite, de rappeler le passé arabiste d’une partie importante de la population (surtout dans les classes intellectuelles) à cette époque. À ce titre au moins, le feuilleton dans lequel Nasser al-Qasabi se met une nouvelle fois en vedette prouve toute sa singularité. Pour autant, la lecture qu’il propose de l’histoire de son pays reste assez discutable car les spécialistes de l’Arabie saoudite s’accordent tous pour souligner le caractère pérenne, voir fondateur dans la construction de cette entité politique, de l’alliance passée entre la famille Al Saoud et les leaders du courant wahhabite. Par ailleurs, et même si c’est bien moins évident dans le feuilleton que dans le discours médiatique tenu à son sujet, il est également très discutable, d’un point de vue historique, d’associer étroitement le virage conservateur de la fin des années 1970 à la révolution islamique en Iran. Mais il est vrai que, pour la propagande du courant libéral que s’efforce de diriger MBS, cette association présente le double avantage de dédouaner la famille qui a imposé son nom à ce pays tout en diabolisant, une fois de plus, l’adversaire du moment, à savoir l’Iran.

La politique du feuilleton (1/2) : l’Égypte et sa police

Ahmed Halawa dans « Menottes »

On le sait bien, les feuilletons de ramadan n’échappent pas à la politique. Par les sujets qu’elles retiennent, par la manière dont elles les traitent ou encore par la peinture des héros qu’elles mettent en scène, les séries télévisées que dévore rituellement le public arabe durant cette période de l’année offrent un reflet somme toute assez fidèle des préoccupations de la région. La saison actuelle ne fait pas exception à la règle.

Elle est malgré tout un peu particulière dans la mesure où il apparaît plus que jamais que les pouvoirs politiques se servent de plus en plus des séries télévisées pour faire passer leur message politique. C’est particulièrement vrai en Égypte, pays où le phénomène n’est pas nouveau, comme le rappelle un article dans The Economist qui souligne comment un feuilleton (Le quartier juif حارة اليهود) avait, en 2015, accompagné les choix politiques du président Sissi en présentant un traitement radicalement différent de cette communauté religieuse jusqu’alors présentée sous un jour totalement négatifs.

En ce qui concerne la production de ramadan, cette année, le thème de l’heure est à n’en pas douter celui de la police. Un article dans Al-Quds al-arabi offre ainsi un panorama impressionnant des œuvres qui s’ingénient (contre toute vraisemblance) à dresser un portrait angélique des représentants de la loi dans le pays. Dans Mondes cachés (عوالم خفية), une des grosses productions de la saison avec pour vedette principale l’indestructible Adel Imam (entre autres nombreuses mentions dans ces billets, celle-ci), on a ainsi un officier tellement dévoué à son métier qu’il renonce à ses congés légaux pour se marier (après avoir repoussé la cérémonie à plusieurs reprises pour ne pas délaisser ses enquêtes !) Tout aussi exemplaires sont les inspecteurs de Kalabsh (كلبش : Menottes) de Contre l’inconnu (ضد المجهول) et Bien réel (أمر واقع), sans oublier le personnage qui donne son nom à la série Inspecteur Omar Ramadan (المقدم عمر رمضان) non plus que celui de la série Rahim, qui s’ouvre sur une dédicace « à tous ceux qui ont réussi à sauver leur patrie dans une des périodes les plus difficiles de son histoire » (comprendre : les forces de sécurité au moment de la révolution de 2011 !) Enfin, le bouquet final est offert par Muhammad Ramadan (محمد رمضان : voir le billet sur « cette inquiétante icône de la jeunesse égyptienne »), lequel interprète dans l’Aigle de Haute-Égypte (نسر الصعيد) un officier de police, véritable superman à la hauteur des multiples qualités que ses innombrables fans prêtent à la grande star du cinéma populaire égyptien…

Six feuilletons à la gloire des forces de sécurité égyptiennes, cela fait beaucoup pour une seule saison, même pour un pays comme l’Égypte (dont la production totale, tous genres confondus, tourne aux alentours d’une grosse trentaine de séries pour ramadan). Le phénomène a donc suscité nombre de commentaires qui font souvent un lien avec la mise en place récente par le gouvernement Sissi d’une Commission des feuilletons (لجنة الدراما ). Comme celle-ci a tout pouvoir pour faire supprimer les scènes, ou même les épisodes, qui lui paraissent contredire les « valeurs » de la société, nombreux sont ceux qui pensent que les acteurs de l’industrie du loisir n’ont pas hésité à s’autocensurer pour éviter tout accident commercial, quand ils n’ont pas retenu des scénarios susceptibles de plaire aux représentants d’un pouvoir dont la mainmise sur les médias, y compris « privés », est de plus en plus totale.

Curieusement, ladite Commission des feuilletons a pourtant trouvé à redire à propos des feuilletons de ramadan. Le rapport qu’elle a récemment présenté, comme l’expose un article dans Al-Hayat, s’inquiète ainsi de la violence qui accompagne tous ces portraits de policiers interprétés, qui plus est, par des acteurs associés dans l’esprit du public aux rôles de malfaiteurs dans lesquels ils s’étaient spécialisés jusque-là. Il y a un risque, continue le rapport, que les innombrables séquences dans lesquelles les forces de la loi se livrent à des actes particulièrement brutaux soient un exemple néfaste « pas simplement pour le public ordinaire, celui de la jeunesse, mais y compris pour les jeunes recrues de la police » (لجمهور العادي من الشباب، بل ربما يصل التأثير إلى عقلية الضباط حديثي التخرج ) !!!

Les feuilletons de ce ramadan en Égypte mettent toutefois en évidence un autre phénomène relativement inédit, à savoir la présence de plus en plus marquée de femmes dans des rôles importants (voir cet article sur le site Al-Monitor). Une sorte de rattrapage du temps perdu tellement les scénarios sont restés en retard par rapport aux évolutions sociales selon certains, rien de plus qu’un effort d’adaptation à la nature du public, essentiellement familial et même féminin, pour d’autres.

Doit-on imaginer pour l’année prochaine des séries avec des superwomen policières qui défendraient les paisibles citoyens contre les exactions des barbus terroristes ?

Ramadan et ses pubs (3/3) : la princesse conduit le changement en Arabie saoudite.

Bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’une publicité, ce nouveau billet s’ajoute bien aux deux précédents en ce sens qu’il s’agit, sans l’ombre d’un doute, d’une vulgaire réclame vantant les mérites du jeune régent saoudien. En outre, il fait le lien avec le prochain qui portera en principe sur de nouveaux modes de communication politique par certains régimes arabes, en l’occurrence via les feuilletons de ramadan. Pour l’heure, le sujet qui nous occupe aujourd’hui – abondamment repris par la presse, arabe et internationale (Russia Today ou Le Monde entre autres exemples) – a trait à un entretien annoncé par une photo qui orne la dernière livraison de l’édition arabe du magazine (féminin) Vogue Arabia.

La version arabe de la publication nord-américaine, la 22e pour ce magazine plus que centenaire, a été lancée il y a tout juste un an pour la version papier, et elle a décidément bien des soucis avec ses couvertures. Pour sa première livraison, le magazine avait en effet choisi une photo du mannequin Gigi Hadid, une des stars de la profession par ailleurs d’origine arabe (et même palestinienne pour plus de précision). C’est peu dire que les réactions à ce portrait ont été mitigées : à côté de ceux et celles qui ont salué cette manière d’inciter la mode internationale à intégrer « toutes les personnes et toutes les coutumes »,  comme l’a glosé la modèle elle-même, cette luxueuse synthèse de la modernité et de la tradition arabe et musulmane a suscité bien d’autres commentaires du côté de celles (et ceux) qu’ont singulièrement agacé.e.s les déclarations de la diva de la mode globalisée, en mettant en avant, de façon très opportuniste, des racines familiales et culturelles fort peu présentes jusqu’alors dans son travail ou même dans sa vie publique. Néanmoins, c’est une fois de plus la très très sensible question du voile (présent sur tous les clichés du mannequin dans ce numéro) qui a provoqué les réactions les plus enflammées de croyantes musulmanes, tantôt offusquées par ce signe religieux brandi comme un accessoire de mode, tantôt irritées de voir ainsi vanté un symbole de la domination masculine dont la légitimité religieuse n’est pas si assurée qu’on veut bien le dire. Quant aux réactions, hors monde arabe, parmi celles et ceux qui n’apprécient pas les « signes religieux ostentatoires », pour parler comme le législateur français, fussent-ils terriblement tendance et horriblement onéreux, inutile d’en dire davantage…

Au moins, cette première avait réussi à atteindre un de ces objectifs : faire du buzz et susciter de la curiosité pour le lancement de l’édition arabe du magazine de luxe. On ne peut pas en dire autant de la couverture qui fait à nouveau jaser ce mois-ci. On y voit en effet Son Altesse Royale (S.A.R.) la princesse Hayfa bint Abdallah al-Saoud (هيفاء بنت عبدالله آل سعود) au volant d’une magnifique décapotable, sur fond exotique de dunes désertiques bien entendu. Gantée de cuir et tout de blanc vêtue, y compris le voile (ce qui est tout de même plus photogénique que l’austère et très wahhabite robe noire de rigueur dans l’espace public), ce cliché sur papier glacé du luxe et de la distinction aristocratique féminine a pour but de célébrer la permission de conduire désormais accordée aux femmes du Royaume. Plus largement, il s’agit dans ce numéro de Vogue Arabia de faire l’éloge, au pays des deux Lieux saints, des pionnières de l’émancipation féminine, telle Saja Kamal (سجى كمال) qui cherche notamment à développer le football féminin dans son pays (sans nul doute avec le soutien, s’il lui reste des fonds, d’al-Walid bin Talal : voir ce billet de 2009, le thème était déjà présent !).

Parmi les autres combattantes de l’émancipation féminine présentées dans ce dossier figure, bien entendu, Manal al-Sharif (منال الشريف), pas la première mais néanmoins la plus célèbre des femmes qui ont manifesté en Arabie saoudite pour que leurs droits s’étendent à celui de conduire une voiture. Sur son compte Twitter, l’activiste saoudienne s’est bien entendu réjouie de voir Vogue Arabia célébrer de la sorte la cause des femmes, en rappelant toutefois que les « véritables héroïnes » portaient d’autres noms. Elle en mentionne trois qui figurent précisément parmi la petite vingtaine de militant.e.s (à nouveau) arrêté.e.s – mauvais timing pour les rédacteurs de Vogue Arabia… – juste au moment de la sortie du magazine glamour vantant le féminisme local (17 arrestations avec 8 remises en liberté provisoire). Inévitablement, on s’est beaucoup moqué de S.A.R. la princesse, tout à coup convertie aux vertus du féminisme. C’est rarement mentionné mais il se trouve que l’héroïne de la couverture de Vogue Arabia est, à la ville, l’épouse du très très sulfureux prince Bandar bin Sultan, longtemps à la tête, entre autres activités, des services secrets du Royaume et à ce titre très certainement au courant de la répression de celles et de ceux qui luttaient pour les droits des femmes au Royaume. Peut-être en relation avec les activités de son mari, S.A.R. la princesse Hayfa fut par ailleurs un temps soupçonnée d’avoir contribué au financement des terroristes du 11 septembre (voir sa notice sur Wikipedia).

Pour mieux exprimer leur refus de voir le combat en faveur des femmes saoudiennes récupéré de la sorte par un magazine qui est tout sauf engagé, certain.e.s se sont amusé.e.s sur les réseaux sociaux à remplacer le visage de de la princesse Hayfa sur la couverture du magazine du luxe par celui des militantes actuellement emprisonnées. Quant aux rédacteurs de Vogue Arabia, ils obéissent aux consignes et se livrent bien évidemment, sans totalement négliger leurs habituels reportages sur des sujets assez futiles, à un médiocre exercice de propagande en faveur des politiques que mène l’héritier du trône. Ils chantent ainsi les éloges d’une loi contre le harcèlement sexuel qui n’est pourtant qu’en projet alors qu’ils n’ont pas un mot pour rappeler les très réelles difficultés du long combat en faveur des femmes saoudiennes pour lesquelles certaines (et certains également, il faut le souligner) endurent de lourdes peines de prison (aux côtés de milliers de détenus pour des délits d’opinion, le plus souvent sans véritable instruction judiciaire).

Si cela ne leur plaît pas, « qu’ils mangent de la brioche » comme l’aurait dit, autrefois, une autre altesse royale !…