Abdel-Bari Atwan : les médias arabes et les puissances du Golfe

atwanQuoi qu’on pense de lui, pour ses qualités ou à cause de ses zones d’ombre (dont certaines apparaissent assez clairement tout à la fin de l’entretien traduit par mes soins ci-dessous), Abdel-Bari Atwan (également Atouane عبد الباري عطوان) reste une des très grandes figures de la presse arabe contemporaine. Avec Azmi Bishara, lequel défend des options politiques pour le moins très opposées, il est sans conteste une des figures palestiniennes les plus connues, voire les plus écoutées, dans l’opinion arabe “informée”. Fondateur et rédacteur en chef de Al-Quds al-‘arabi (Jérusalem arabe), un quotidien panarabe défendant une ligne nationaliste et aussi indépendante que possible dans le contexte des médias arabes (voir ce qui est dit ci-dessous à ce sujet), Abdel-Bari Atwan s’est fait “débarquer” assez brutalement en juillet dernier. Mais il continue à faire entendre sa voix sur Rai al-youm (L’Opinion du jour), le quotidien en ligne qu’il a fondé, toujours depuis Londres, peu de temps après (ses éditoriaux y sont généralement traduits en anglais, la veille ou le surlendemain de leur parution).

Publié il y a quelques jours par Al-Akhbar sous la signature de Mustafa Mustafa, cet entretien est déjà exceptionnel en soi tant il apparaît qu’Abdel-Bari Atwan, en particulier depuis sa démission/éviction, est ostracisé par une très grande partie des médias arabes (bien qu’un de ses ouvrages, L’histoire secrète d’Al-Qaïda , soit traduit dans quelque 32 langues paraît-il). Mais l’intérêt de ce texte est de lever (un peu) le voile sur les pratiques en cours dans le monde des médias arabes. En mettant en perspective les évolutions depuis un quart de siècle, en fait depuis la création d’Al-Quds al-‘arabi en 1989, Abdel-Bari Atwan évoque surtout la “golfisation” toujours plus manifeste de ces médias, avec les conséquences qu’on imagine, notamment pour ceux qui, comme lui, défendent un ligne nationaliste arabe.

Malgré le succès de Rai al-youm (200 000 visiteurs par jour) et la place qu’il conserve sur la scène publique (400 000 “suiveurs” sur Twitter), Abdel-Bari Atwan incarne malgré tout une époque des médias arabes qui appartient presque déjà au passé. Parmi les enseignements des événements dont la région est le théâtre depuis trois ans, il y a la mise en évidence du rôle pour le moins très ambigu que jouent les grands médias régionaux et même nationaux (on peut penser à la manière dont la presse égyptienne se vautre, sans la moindre distance critique, aux pieds du futur raïs). Comme partout ailleurs sans doute, mais de manière plus manifeste dans cet ensemble régional particulièrement déséquilibré au niveau des rapports entre données démographiques et puissance financière (les pays les plus peuplés sont très souvent les plus pauvres, et inversement), la nature de la production médiatique est soumise aux diktats d’une économie politique assez facile à décrypter. Reste à miser, avec les limites déjà évoquées dans d’autres billets, sur les conséquences du développement d’Internet, qu’il s’agisse de la presse en ligne comme le fait Abdel-Bari Atwan, ou des médias sociaux.

« Paysan fils de paysan / J’ai l’innocence d’une mère / Et la malice / d’un vendeur de poisson. »1 Ces vers résument peut-être la personnalité controversée d’Abdel-Bari Atwan, ce journaliste empêcheur de tourner en rond né dans le camp palestinien de Dar el-Balah [Gaza] en 1950, d’une famille réfugiée de la ville d’Isdoud [Ashhod en hébreu, près de Haïfa]. Rédacteur en chef du quotidien Al-Quds al-‘arabi entre 1989 et 2013, il a joué un rôle important dans les médias arabes durant les deux dernières décennies. Son livre, Watan min kalimât (Une patrie de mots), dont la quatrième édition vient de sortir chez Dâr al-Sâqî témoigne de l’expérience du réfugié palestinien errant de par le monde à la recherche du paradis perdu. Le témoignage d’une famille, qui s’ajoute [aux textes palestiniens tels que] le Journal de Khalil Sakakini, La Braise et la cendre de Hisham Sharabi et La route a commencé à Haïfa de Shafiq El-Hout. Le 2 septembre dernier, il a lancé le quotidien en ligne Rai al-youm (L’opinion du jour) visité par 20 millions de lecteurs, manière pour lui de poursuivre l’expérience commencée avec le quotidien libyen Al-Balagh au milieu des années 1970. Après sa démission [du journal Al-Quds al-‘arabi] qui continue à susciter des commentaires, il se livre pour la première fois sur son expérience, sur la guerre et les médias, sur les menaces de mort et les complots tramés contre lui. Al-Akhbar l’a rencontré à Londres, dont les bureaux de Rai al-youm dont le personnel se compte sur les doigts d’une seule main.

Après votre démission d’Al-Quds al-‘arabi, vous avez lancé le quotidien en ligne Rai al-youm, parlez-nous de cette expérience.

J’ai quitté Al-Quds al-‘arabi le 10 juillet 2013, mais cela faisait trois années que je pensais à quelque chose de ce genre. Je dois être libre et indépendant. Je suis un éditorialiste et je ne peux pas m’imaginer en train de proposer mon éditorial à d’autres rédacteurs en chef. Ce sont des gens qui ont des entraves, ils ne sont pas libres et ils pourraient refuser ce que j’écris.
J’ai imaginé de construire Rai al-youm autour de mon éditorial. Tous ceux qui y écrivent sont volontaires. Quelques correspondants reçoivent des dédommagements symboliques. Ensuite, 98 % des lecteurs de Al-Quds al-‘arabi étaient en ligne, 2 % seulement lisaient l’édition papier. Internet, c’est l’avenir de la presse et j’ai donc décidé de prendre le train de la modernité médiatique. Troisièmement, la presse en ligne est bien moins chère. La plus grande partie du budget d’Al-Quds al-‘arabi passait dans l’édition papier et non pas dans le site. Pendant les 25 ans que j’ai passés à Al-Quds al-‘arabi, j’étais en faillite, coincé pour ce qui est des publicités. Les dettes s’accumulaient. Je me souviens que les créanciers sont venus trois fois réclamer le loyer de l’appartement où était installé le journal. Mon souci c’était de savoir comment j’allais payer les salaires des 19 employés du journal, avec le loyer, les coûts d’impression et les coûts des envois. Quand tu as des dépenses et des obligations financières, tu n’es plus aussi libre. Tu dois accepter des abonnement et des aides. En toute franchise, tu dois faire le mendiant. Un ami très proche qui travaille à Al-Hayat [un quotidien concurrent] à Londres, a dit à un de ses amis dans le Golfe : « Abdel-Bari meurt de faim. Il n’a plus de quoi payer les salaires. » En d’autres termes, je n’étais pas le seul à mendier, mes amis le faisaient pour moi, par pitié, alors que j’étais leur concurrent !

Quel est le projet de
Rai al-youm ?

Fondamentalement, nous avons un ennemi, Israël, tout part de là : ceux qui soutiennent Israël, nous sommes contre eux, et ceux qui sont contre, nous sommes avec eux. Les choses sont claires, : ceux qui sont avec l’Amérique, nous sommes contre eux. et ceux qui sont contre, nous sommes avec eux ! C’est clair, pas besoin d’épiloguer sur la question ! C’est notre ligne, notre équation personnelle, qu’il s’agisse de Saddam Hussein, de Hussein Nasrallah ou d’Abdelfattah Sissi, ou d’Ibn Séoud. Quiconque est contre Israël, quiconque le combat, nous sommes avec lui, nous sommes à ses côtés. Nous ne soutenons pas des personnes, mais un courant, une orientation.

Avant la [première] guerre du Golfe, on a assisté à la création à Londres d’al-Sharq al-awsat, d’Al-Hayat et d’Al-Quds al-‘arabi. Avant l’occupation de l’Irak en 2003, des chaînes telles qu’Al-Hurra, Al-Arabiya et Al-Jazeera ont commencé à faire parler d’elles. Il y a visiblement un lien étroit entre les médias et la guerre dans le monde arabe. Comment voyez-vous les choses aujourd’hui alors que nous vivons ce que les médias occidentaux ont appelé le “printemps arabe” ?

Autrefois, la lutte était entre le Golfe pétrolier et les forces progressistes arabes (al-taqaddumiyya al-‘arabiyya). Aujourd’hui, c’est un conflit entre puissances du Golfe. Les médias ne sont jamais loin de la guerre dans notre région. La plupart des médias arabes suivent un agenda politique et répondent à des besoin précis. Ne pas le reconnaître, ce serait mentir. Les médias arabes sont subventionnés, qu’on le veuille ou non. Pour autant, il y a des degrés dans ce soutien : être soutenu parce qu’on défend la cause du peuple ce n’est pas la même chose que d’être soutenu parce qu’on est au service de telle ou telle faction, de telle ou telle classe sociale. Du temps de Nasser, les médias égyptiens étaient au service du nationalisme arabe et de la libération de la Palestine. Nasser a soutenu le quotidien libanais Al-Anwar face à Al-Hayat que les Saoudiens finançaient à l’époque où il était dirigé par Kamal Mroueh2 qui en était le patron. Nasser n’avait pas de pétrole, les médias n’étaient pas liés au pétrole, mais à des agendas politiques. Après les accords de Camp David en 1978, les médias égyptiens ont été interdits dans le monde arabe. C’est alors qu’est apparu Al-Sharaq al-Awsat, pour combler le vide laissé par la presse égyptienne. Moustafa Amine3 avait un éditorial quotidien à Sharq al-Awsat. Al-Hayat est apparu à Londres en 1988, peu avant la guerre du Golfe. Après 1990, une vague de médias est survenue. En 1991, il y a eu ainsi la chaîne MBC, la première chaîne arabe globale. Elle a provoqué une migration de la presse écrite vers la télévision. En 1995, cela a été le tour d’Al-Jazeera. Quelques jours seulement avant l’occupation de l’Irak en 2003, al-Arabiyya a été lancée. La guerre est toujours au cœur des médias arabes. Aujourd’hui, il y a environ 900 chaînes satellitaires et la région est perpétuellement en conflit, en proie à une grande fracture confessionnelle. Récemment, on a assisté à la création de la chaîne Al-Mayadeen4, pour combler un manque dans le paysage médiatique arabe.

Comment expliquez-vous les tentatives incessantes de la part du Qatar pour dominer le discours politique et culturel dans les médias arabes, alors qu’Al-Jazeera est à présent en recul et qu’on a vu l’échec de nombreux sites d’information en ligne, tels que Al-Mudun, même si Al-‘Arabi al-jadîd5 en a tenté de” corriger les erreurs précédentes…

Notre région connaît une division sévère, des États, certaines parties ont opté pour le « changement » sous le mot d’ordre de la fin de la dictature et de la mise en place des démocraties. Pour la première fois, Al-Arabiyya et Al-Jazeera [respectivement pro-saoudienne et pro-qatarie] luttent pour le même objectif, à savoir le changement, pacifique d’abord, puis par la violence ensuite. Qatar perçoit annuellement 185 milliards de ses revenus pétroliers et gaziers. Une grande partie de ces revenus sont employés dans des projets médiatiques mis au service des objectifs qataris en Syrie, en Libye, en Tunisie, au Yémen, en Égypte. Tous les pays qui ont connu des changements étaient des régimes républicains, et des pays hostiles aux USA, sauf en partie pour l’Égypte. C’est vrai que ces républiques étaient des dictatures répressives, mais c’étaient aussi les seuls pays qui demandaient des prix justes pour le pétrole au sein de l’OPEP. Nous sommes pour la démocratie et pour le changement. Je suis un adversaire du régime syrien qui m’a menacé de mort, qui a interdit mon journal et qui a empêché l’accès à mon site. Je combats le régime syrien, mais par la démocratie, pacifiquement, par la coexistence [au sein des composantes nationales du pays], par la pensée libre. Je ne le combats pas par le sectarisme (tâ’ifiyya), même si ce régime est lui-même sectaire. De fait, il y a une mobilisation des médias pour que ceux-ci jouent leur rôle dans la confrontation. A mon avis, la révolution égyptienne ne l’aurait pas emporté sans l’aide d’Al-Jazeera, et Ben Ali ne se serait pas enfui. Al-Jazeera avait le soutien d’un grand nombre de lecteurs et de téléspectateurs mais elle a mis ce soutien au service du chaos (fawda) : chaos en Libye, au Yémen, en Syrie,en Égypte. On voit le résultat aujourd’hui.

Et quel est-il ?

Il n’y a plus d’État en Libye aujourd’hui, on ne peut même pas dire qu’il est en faillite ! La Syrie est détruite et morcelée. L’État est faible au Yémen et l’Égypte fait face à de très grandes difficultés. Pour l’heure, la Tunisie semble avoir réussi à échapper au chaos. C’est ça le résultat ! Si ce projet avait suivi une vision, la démocratie l’aurait emporté mais ce qui est arrivé, c’est qu’elle a été vaincue en Syrie, au Yémen et en Tunisie.

Vers quoi nous dirigeons-nous ?

Aujourd’hui, on assiste à une lutte entre l’Arabie saoudite et le Qatar dans les médias. L’Arabie saoudite et ses alliés aux Émirats investissent dans les médias, en Egypte et ailleurs. Qatar aussi s’efforce de bâtir un empire médiatique. Auparavant, cette lutte opposait les États pétrolier du Golfe et les pays progressistes, aujourd’hui c’est une bataille entre les pays du Golfe, et les sites d’informations, les chaînes de télévision et les journaux sont les armes les plus utilisées.

Comment expliquez-vous la concordance de vues entre le discours médiatique arabe et la plupart des médias occidentaux en ce qui concerne la situation en Syrie ou au Bahreïn ?

Aujourd’hui, les médias sont mobilisés. La Syrie est comme un nœud qui aurait empêché la scie d’avancer, elle a empêché que le changement se produise comme le souhaitait l’Occident, un changement qui avait pour but de légitimer Israël. Ce projet occidental, il a commencé en Irak, et il s’est poursuivi avec la Syrie. Indirectement, il s’étend aujourd’hui à l’Égypte. Ces trois régions vieilles de huit mille ans sont aujourd’hui menacées de dissolution et d’affaiblissement. Les États du centre [de la région arabe] sont faibles aujourd’hui et les États de la périphérie sont ceux qui dirigent.
Le discours du projet occidental s’appuie sur les périphéries arabes. Pour un tel projet, il faut des milliards, impossible de s’appuyer sur des pays qui ont de faibles revenus comme le Yémen, le Soudan, la Mauritanie, le Liban… Qui a assez d’argent pour armer l’opposition syrienne ? Quand l’Otan s’est engagée en Libye, l’Arabie saoudite et le Qatar l’ont soutenu en argent et en médias. Il était donc naturel qu’Al-Jazeera et Al-Arabiyya soient le fer de lance de ce projet.

Pensez-vous que le soutien d’Al-Jazeera à la révolution en Égypte et à Tunis était à la fois naturel (amran ‘afawiyyan) et professionnel ?

Nous nous sommes réjouis du soutien d’Al-Jazeera à la révolution en Égypte et en Tunisie. A mon avis, sa manière de couvrir les événements était à la fois naturelle et professionnelle. Mais quand la crise a commencé en Syrie, les téléspectateurs ont commencé à avoir des doutes sur ce professionnalisme et sur la crédibilité de la chaîne. D’autant plus qu’il y avait des données disponibles sur Google et sur YouTube, et qu’il était facile de constater que des informations étaient fabriquées. Cela a abouti à faire baisser l’audience de 46 millions de téléspectateurs à moins de 6 millions. Al-Jazeera a parlé trop tôt de la fin du régime syrien, elle a perdu son équilibre, elle s’est mise à fabriquer des reportages. Le régime syrien a tiré les leçons de l’expérience des autres et Assad n’a pas fui comme Ben Ali l’avait fait.
Entre 1995 et 2005, Al-Jazeera a été l’État le plus fort et le plus important du monde arabe, on pourrait appeler cela son âge d’or. Elle faisait partie des cinq « marques » les plus importantes au monde. Elle tirait sa force d’un point de vue nationaliste [arabe], pas de son professionnalisme, un point de vue opposé à l’invasion américaine en Irak, à la présence américaine dans la Péninsule arabe, opposé à la corruption et à la répression, donnant à l’opposition une tribune. Ce qui a fait Al-Jazeera, c’est son soutien aux causes nationales car le peuple arabe est patriote. Et c’est ce peuple qu’elle a perdu en épousant l’agenda de l’État d’Al-Jazeera. Personnellement, depuis le début du « printemps arabe », j’ai pris la décision de ne pas apparaître à Al-Jazeera ou à Al-Arabiyya.

Quelle est la vraie version de votre démission d’Al-Quds al-‘arabi ?

Il y a un côté juridique dans cette affaire, que je dois respecter en ne donnant pas tous les détails. En quittant Al-Quds al-‘arabi, j’ai signé un accord selon lequel je me tairais. Je suis obligé légalement à ne pas désigner la partie en question, sinon je suis passible des tribunaux. Ici (en Grande-Bretagne), la loi existe. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il s’agit d’une partie venant du Golfe qui a pris Al-Quds al-‘arabi, parce qu’elle avait l’argent pour cela et parce que le journal avait des dettes, des obligations financières. J’avais le choix entre deux possibilités : conserver la rédaction d’Al-Quds al-‘arabi et toucher une très grosse somme en suivant une ligne éditoriale au service de cette partie dans le Golfe, ou m’en aller. J’ai choisi de m’en aller pour que le journal continue. Mes collègues ont des familles à nourrir. La principale objection concernait la ligne éditoriale par rapport aux événements de Libye et de Syrie. La crise en Libye a fini rapidement, mais elle dure toujours en Syrie. Franchement, j’étais totalement perdu durant mes derniers jours au journal, j’ai vécu un problème terrible durant les trois premières années de la crise syrienne.

En dépit des prédictions pessimistes après cette démission, Al-Quds al-‘arabi continue : quel être votre point de vue sur sa ligne éditoriale aujourd’hui ? Que pensez-vous des accents sectaires qu’on commence à y lire ?

Une partie dans le Golfe a mis la main sur Al-Quds al-‘arabi quand j’ai refusé de me soumettre à sa ligne éditoriale. Je laisse le public en juger. Ce journal, c’est mon enfant. Je l’ai construit pierre à pierre pendant vingt-cinq ans. Je lui ai beaucoup sacrifié. Je travaillais seize heures par jour, à écrire des articles, à diriger. J’ai la gorge serrée en pensant à mes enfants que je n’ai pas assez vus durant toutes ces années. J’ai préféré que le journal continue plutôt que de le voir mourir. J’ai pleuré en le quittant, et mes collègues aussi. J’étais comme un père incapable de nourrir ses enfants, j’ai préféré que quelqu’un les adopte plutôt que de les voir mourir de faim.
Au journal, j’étais contre tout langage sectaire. Je n’ai jamais accepté des expressions comme « le parti d’Ellat », ou « le parti du diable »6, les insultes à l’encontre des sunnites, des chiites, des druzes, des alaouites… Même dans les pages consacrées à la presse israélienne, je n’intervenais que s’il s’agissait d’une question confessionnelle, en particulier à propos de la Syrie. Quand bien même tout le monde deviendrait-il sectaire, je ne ferai pas comme eux. Je suis pour que les peuples aient leur liberté, leur indépendance, mais pas au prix du sectarisme. Et cela à cause de mes positions nationalistes. Par exemple, je me suis opposé à l’Arabie saoudite pour des raisons nationalistes et politiques, parce qu’elle avait proposé de faire la paix avec Israël mais si elle mobilisait pour libérer la Palestine, je me tiendrais à ses côtés. Je ne suis pas opposé à des pays, mais à des politiques.

On a entendu dire bien des choses à propos de l’affaire « pétrole contre nourriture », on a évoqué vos relations avec le régime de Mouammar Kadhafi…

Les noms de ceux qui ont reçu de l’argent irakien ont été publiés, il y avait des chefs d’Etat, des ministres… Le mien y figurait-il ? Je vais vous confier quelque chose : dans les programmes scolaires officiels irakiens après l’occupation du pays en 2003, on m’a décrit comme un agent de Saddam Hussein. Nour al-Maliki et le journal du Parti islamique Daawa ont écrit sur leur manchette, en première page : « Abdel-Bari Atwan est un bâtard fils de bâtard, sans père connu ». Et pour finir, j’ai reçu il n’y a pas longtemps une invitation du syndicat des journalistes irakiens qui voulaient organiser un événement en mon honneur. Le doyen du syndicat des journalistes, un partisan [du journaliste et écrivain] Juma Allami, m’a dit que le Premier Ministre, Nouri al-Maliki, me recevrait, que le ministre de l’Information offrirait un dîner en mon honneur. Je lui ai répondu : « Cela fait vingt ans que vous m’insultez, que vous me traitez de tous les noms, comment pouvez-vous m’honorer aujourd’hui ? » Le problème, c’est que celui qui veut être indépendant, qui veut exprimer ses idées ne reçoit que des injures et se fait traiter d’agent ! C’est une vraie calamité d’être indépendant de nos jours !
J’ai écrit des dizaines d’articles contre Kadhafi, avant ce qu’on a appelé la révolution libyenne. Mais quand l’Otan est intervenue en Libye, j’ai écrit sur la première page du journal : « Libye : les révolutionnaires de l’Otan. » J’étais contre l’Otan, et contre la dictature. On m’a agoni d’injures. Tout le monde était avec l’Otan en Libye malheureusement. Kadhafi a menacé de m’assassiner, mais il m’a aussi proposé un avion privé pour que j’aille lui rendre visite. J’ai refusé. Quant à son ministre des Affaires étrangères, Abdeslam Triki, il est toujours vivant et il fait des affaires, vous pouvez aller l’interroger. Abdel-Rahman Shalgam [également ancien ministre des Affaires étrangères de Kadhafi] m’a rendu visite, et nous avons eu une rencontre à l’hôtel Dorchester, à Londres. Il m’a proposé de faire distribuer Al-Quds al-‘arabi dans cinq villes de Libye, il m’a proposé de l’argent, j’ai refusé. J’ai reçu une proposition d’Ahmad Kadhaf al-dam [un cousin de l’ancien dirigeant libyen], j’ai refusé. Pour finir, Kadhafi m’a envoyé un homme d’affaires palestinien sept fois de suite, ainsi qu’un émissaire à Amman pour me persuader de lui rendre visite, j’ai refusé. Et pour finir, on entend raconter que j’ai touché 4 000 dollars de Kadhafi ! Qu’est-ce que ça veut dire ? D’ailleurs, Abdel-Rahman Shalgam a écrit dans Al-Quds al-‘arabi que je n’avais rien touché du régime de Kadhafi, et le journal non plus…

Sur CPA également, la traduction de l’essentiel d’un éditorial du 16 juin 2010 dénonçant l’interdiction en France, mais en lien avec une demande de l’Union européenne, de la chaîne palestinienne Al-Aqsa.
Sur Seenthis, un choix de quelques liens supplémentaires : les adieux aux lecteurs lors du départ d’Al-Quds al-‘arabi ; un départ dont on comprend facilement en fait qu’il est lié au rachat du quotidien par le Qatar, et peut-être aussi comme une faveur pour Azmi Beshara. Relevé par Avarende (avril 2013), un portrait au vitriol de Blair, et par Nidal un édito sur la politique US en Egypte (en août 2013). Par moi-même, il y a un mois, un autre édito à propos des offres de collaboration avec Israël de la part de certains responsables de la Coalition nationale syrienne.

  1. Citation du poète palestinien Taha Muhammad Ali, décédé en 2011. Lien vers le poème en entier. []
  2. Grande figure de la presse libanaise, Kamal Mroueh a été abattu dans les locaux de son journal en 1966 lors d’une opération générallement attribuée à la milice pro-nassérienne des Mourabitoun. []
  3. Un des pionniers, avec son frère, de la presse égyptienne moderne avec lequel il a lancé le quotidien Akhbar al-yawm en 1944. []
  4. Voir ce billet dans CPA du 5 juin 2012. []
  5. Bouquet de services en ligne – sur Twitter et Facebook – lancé début avril 2014 en attendant la création d’un quotidien en principe basé à Londres. []
  6. Jeux de mots en arabe sur le nom du Hezbollah, à savoir « le parti de Dieu », tranformé dans le premier cas en « parti d’Ellat », du nom d’une idole antéislamique. []

En être ou ne pas en être ? Al-Jazeera going global

beinviolet

Au passage de l’année, la très puissante Al-Jazeera Sport (الجزيرة الرياضية), bras armé de l’émirat du Qatar dans l’univers impitoyable de l’exploitation audiovisuelle des grandes manifestations sportives, a changé de logo. Créée en 2003, la filiale pour les sports de la chaîne d’information qatarie, elle-même lancée en 1996, a su bâtir en moins d’une décennie son empire sur ce créneau particulier. Au sein du système médiatique arabe, elle a réussi à étouffer la concurrence, un rêve devenu réalité avec l’achat, en novembre 2009 et « pour un montant qui n’a pas été précisé », de son principal rival, le groupe saoudien ART. Et même au niveau international puisque, comme le note fort justement cet article, la chaîne qatarie est devenue, à la suite de ce mercato record, le plus important réseau mondial dédié au sport.

beinPourtant, fin 2013, adieu à Al-Jazeera al-riyadiyya (Al-Jazeera Sport) et bienvenue à Be In Sport. La fin d’une époque marquée par un symbole fort sur le plan communicationnel puisqu’on passe de la transcription anglicisée de « l’île » (al-Jazeera), qui faisait allusion au nom local de la Péninsule arabique (al-Jazeera al-‘arabiyya), à une marque déclinée sous la forme d’une expression anglo-saxonne : be in, être dedans, être dans le coup, « en être » quoi ! Délaissant la célèbre calligraphie en forme de goutte d’eau, la charte graphique actuelle dote la chaîne d’une nouvelle identité qui rompt totalement avec ses origines maintenant qu’elle est déclinée en caractères latins un peu en forme de nouilles. vieux jazeera sportCôté couleurs, abandon également du code associé au groupe dont la chaîne est issue : fin du jeu sur le bleu, jaune et orange, Be In se drape dans des flots d’un mauve dont on chercherait en vain la trace dans la gamme chromatique régionale (à la seule exception, mais cela ne lui a pas porté chance, du parti de l’ex-président tunisien Ben Ali).

change

Le nouvel habillage de cette télévision sportive ne doit rien au hasard. Comme le claironne le slogan imaginé à l’intention de ce qui n’est plus qu’un petit segment de son marché, à savoir le public arabe : Wa taghayyarat al-lu’ba, soit Change the game! comme on dit dans l’idiome adopté pour la communication de la chaîne qatarie (voir l’image à côté). Pour la partie qui s’annonce, BeIn Sport cherche visiblement à se démarquer de sa grande sœur, la première chaîne arabe d’information en continu qui ne se remet toujours pas vraiment de ses exploits durant ce qu’il est convenu d’appeler le « printemps arabe ». Pour des raisons qui peuvent être différentes mais qui tiennent toutes au fait qu’ils jugent que la chaîne a rompu avec une certaine exigence professionnelle pour devenir, d’une manière de plus en plus évidente, un vulgaire porte-voix des manœuvres diplomatiques du Qatar, nombre de téléspectateurs arabes se sont détournés d’Al-Jazeera. Côté tribune officielle, la situation est pire encore ; les autorités égyptiennes ont ainsi vertement remis à sa place l’ambassadeur du Qatar parce que son pays avait osé critiquer la répression à l’encontre des Frères musulmans.

La « marque » Al-Jazeera n’est donc plus aussi porteuse, et les experts en marketing ont dû penser qu’ils pouvaient s’en défaire sans grosse perte. Mais il n’en a pas toujours été ainsi puisque la chaîne qatarie a conservé son identité d’origine lors de son lancement en août dernier aux Etats-Unis. Il est vrai que le regard du public nord-américain n’est pas le même que celui des téléspectateurs arabes. Et surtout, sur ce marché où elle occupe un segment très particulier et où les enjeux ne sont pas strictement commerciaux, il est bien plus intéressant pour le canal anglo-saxon d’annoncer la couleur en quelque sorte, en l’occurrence ses liens avec la maison mère au Qatar.

En revanche, pour la branche sportive qui correspond à un « vrai » plan business, la situation est différente. Pour elle, le marché arabe n’a guère d’importance et la chaîne qatarie, pour régler ses différends avec ses voisins privés de matchs de foot par exemple, continuera, comme elle l’a déjà fait dans le passé, à leur faire l’aumône de quelques retransmissions gratuites ou à prix bradés (voir cet ancien billet). En revanche, parce que sa stratégie est planétaire et que la chaîne du pays qui doit en principe accueillir le Mundial en 2022 s’adresse aux sportifs du monde entier, le branding du produit, son nom et son identité graphique, répondent à d’autres impératifs. Going global, inévitablement, Al-Jazeera n’a aucun intérêt à proclamer son identité arabe, à « en être » – be in – de ce monde arabe ! Comme bien d’autres sociétés actives à cette échelle – les exemples existent bien entendu en France –, il lui faut tout au contraire se doter d’une image aussi neutre qu’internationale.

Ainsi, la naissance de BeIn Sport contient en germe l’annonce d’une disparition. Ayant forgé sa notoriété sur le fait qu’elle était précisément porteuse d’une autre voix – celle des Arabes en l’occurrence –, Al-Jazeera, bien décidée à s’installer dans le paysage mondial, met en sourdine son identité première pour mieux séduire les chalands… Passe encore lorsqu’il s’agit de sport mais la démarche ne peut pas être dupliquée à l’identique dans le domaine de l’information. A la différence d’autres chaînes de ce type, la BBC, Russia Today ou encore CNN, autant de marques clairement identifiées à un type de message, on ne voit pas bien sur quoi Al-Jazeera peut s’appuyer pour « révolutionner l’information » internationale. Et encore moins aujourd’hui que trône sur les débris du projet national arabe la dynastie saoudienne…

Des “chaînes” sur les médias arabes : de la place pour Al-Mayadeen ?

"Canal Al-Mayadeen : la réalité telle quelle." (Ghassan Ben Jeddou, président du CA de la chaîne et directeur des programmes)

Au temps des médias sociaux, les « vieux » médias ne doivent pas être enterrés trop vite ! Dans le monde arabe, plusieurs événements viennent de nous le rappeler. À Doha – capitale du Qatar et de l’information télévisée arabe car c’est le siège d’Al-Jazeera – s’est tenue tout récemment la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe. De nouvelles sanctions ont été demandées à l’encontre de la Syrie et, parmi celles-ci, l’interdiction de toutes les chaînes télévisées syriennes diffusées sur les satellites Arabsat et Nilesat (toutes, cela veut dire y compris Syrian Drama, même si sa programmation ne comporte que des feuilletons). Juridiquement, Nilesat est la propriété d’une société privée égyptienne qui, dans les limites du droit commercial, peut faire ce que bon lui semble. Pour Arabsat, c’est plus compliqué car le satellite est une joint venture entre les différents Etats arabes, à laquelle la Syrie est naturellement associée. Mais depuis novembre dernier la Syrie est « provisoirement exclue » de la Ligue (une décision sans précédent, si ce n’est celui de l’exclusion de l’Egypte à la suite des accords de Camp David). Juridiquement, l’affaire va être compliquée.

On l’a un peu oublié mais en septembre dernier l’Union européenne avait déjà pris des mesures similaires contre le ministère de l’Information syrien mais également contre une chaîne locale, Addounia TV, accusée d’inciter à la violence et retirée du satellite Hotbird, propriété d’Eutelsat. (Sans oublier l’interdiction de la chaîne palestinienne Al-Aqsa par le CSA français en 2010, ou celle plus ancienne encore d’Al-Manar, par le CSA à nouveau mais également dans d’autres pays comme les USA, l’Espagne ou l’Allemagne.) Autant de bannissements qui, pour certains, constituent une sérieuse limitation au droit à la diversité d’opinion, même s’il existe bien entendu des solutions de rechange, les satellites russes ou iraniens pour les Syriens, ou encore internet. Ce qui vient de se passer à Doha fait malgré tout remonter à la mémoire une autre réunion de la même Ligue arabe, en février 2008, lorsque les ministres de l’Intérieur du monde arabe tentèrent d’imposer une « charte de bonne conduite », qui ne présageait rien de bon pour la liberté de l’information (à l’époque seul ou presque Qatar s’y était opposé !). Le « printemps arabe » est passé mais les mauvaises habitudes perdurent… Nouveaux médias en ligne ou pas, ces décisions officielles confirment que la télévision est en première ligne dans les conflits géopolitiques régionaux.

Dans ce contexte, on annonce le lancement la semaine prochaine, à Beyrouth, d’Al-Mayadeen. A première vue, la nouvelle chaîne d’information va avoir du mal à trouver sa place, « coincée » qu’elle est entre les deux actuels mammouths de l’info, Al-Jazeera (Qatar) et Al-Arabiya (Arabie saoudite) d’un côté et, de l’autre, les deux mastodontes en puissance, Sky News Arabia que vient de lancer à Dubai News Corp, le groupe de Rupert Murdoch, et Al-Arab, le projet d’Al-Waleed bin Talal, patron du groupe Rotana, annoncé pour novembre prochain à Manama. On suppose que ses moyens ne lui permettront pas de jouer dans la catégorie des poids lourds, même si les informations sur son financement sont plus que lacunaires. Cinq cents employés (dont 125 journalistes), un siège provisoire dans la banlieue sud (pas vraiment le quartier branché de la capitale libanaise), des bureaux au Caire et à Tunis pour le monde arabe, à Damas aussi semble-t-il, Téhéran, Washington, New York, Londres et Moscou pour le reste, un réseau de correspondants dans toute la région avec un effort particulier pour la Palestine… Des moyens existent tout de même, en provenance selon certains de l’Iran, de la Syrie et du Hezbollah, quand d’autres affirment qu’ils proviennent au contraire du Qatar, de la Turquie et de quelques hommes d’affaires du Golfe. Deux hypothèses parfaitement opposées, qui s’accordent néanmoins sur l’essentiel : « printemps arabe » ou pas, aucun projet médiatique arabe d’envergure ne peut voir le jour sans appuis politico-financiers…

Même sans informations précises sur les bailleurs de fonds, on n’a pas trop de mal à deviner le créneau que Al-Mayadeen va chercher à occuper dans le paysage médiatique panarabe. Son rédacteur en chef n’est autre que Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو). Panarabiste convaincu, cette étoile des médias arabes, réputée proche du Hezbollah, a démissionné avec fracas en avril 2011 d’Al-Jazeera auquel il reprochait une couverture des soulèvements arabes à la fois trop discrète sur la répression au Bahreïn et trop tonitruante dans le cas syrien… Même profil pour Sami Kleib (سامي كليب), parti lui aussi en claquant la porte de la chaîne qatarie, ou pour le reste de l’équipe qui compte, entre autres recrues prestigieuses, Zahi Wahbé (زاهي وهبي) pour la culture et George Galloway, l’étonnant député propalestinien de la Chambres des Communes !

Krayyem, Kleib and bin Jiddo, conférence de presse, juillet 2011 (source : The Daily Star: http://www.dailystar.com.lb)

L’équipe ne serait pas complète sans Nayef Krayyem, dont la présence dans le trio fondateur lors d’une conférence de presse en juillet dernier interroge. Le Directeur général (General Manager) d’Al-Mayadeen est en effet un ancien haut responsable d’Al-Manar, ce que rappelle le site nord-américain très conservateur Pjmedia, qui s’étrangle de constater que les bureaux de cette chaîne « liée au Hezbollah » ne seront qu’à « quelques blocs de la Maison Blanche » ! En oubliant de mentionner tout de même que Krayyem, à l’itinéraire sans doute un peu sinueux, a quitté Al-Manar, en assez mauvais termes d’ailleurs, depuis une bonne dizaine d’années…

Al-Mayadeen (الميادين), en arabe, cela peut signifier « les domaines », « les sujets » mais également « les places », une référence parfaitement assumée aux grandes places qui, au Caire ou ailleurs, ont été le théâtre des divers soulèvements arabes. A l’heure où l’étoile d’Al-Jazeera pâlit (voir aussi cet article en anglais de Vivian Salama), on peut imaginer, même si le pari est audacieux, qu’il y a de fait de la place, pour une chaîne comme Al-Mayadeen dans le paysage quelque peu “enchaîné”, par l’argent et la politique, de l’information télévisée arabe.

Boycott sportif : Al-Jazeera en piste ?

Dans une dizaine d’années, la question de Palestine aura peut-être trouvé une solution ! En tout cas, c’est ce que doivent souhaiter les autorités du Qatar qui accueillent, comme on s’en souvient, la Coupe du monde de football 2022. En effet, si rien ne change, la compétition ne va pas être facile à organiser, surtout depuis que les ministres des sports de la Ligue arabe ont récemment décidé le boycott de la société Adidas, coupable d’avoir “sponsorisé” la dernière édition du marathon de Jérusalem. Dans l’immédiat, on a pu mesurer ce que valaient ces bonnes résolutions puisque l’équipe d’Egypte, actuellement en tournée pour une série de matchs même pas officiels (il ne s’agit que de rencontres amicales), a piteusement dû revêtir les maillots fournis par son équipementier favori, au prétexte qu’elle n’en avait pas d’autres !

La réalité est plus sordide : selon un article (en arabe) dans Elaph, le contrat signé par l’équipe nationale d’Egypte prévoit surtout de très lourdes pénalités financières au cas où les “Pharaons” porteraient une autre tenue que celle fournie par Adidas. De quoi ajouter encore aux désillusions de la star nationale, Abu Trika, connu pour son engagement politique : l’homme qui avait il y a quelque temps déjà manifesté sur le terrain son soutien aux habitants de Gaza (voir ce précédent billet) n’a pas hésité au moment de la chute de Moubarak à se mêler à la foule des manifestants (article en arabe) de la place Tahrir. Comme pas mal d’Egyptiens − et ils ne sont pas les seuls ! −, il doit aussi se demander comment se terminera l’incroyable feuilleton des élections avec ses multiples épisodes qui font disparaître, au gré des décisions “juridiques”, tel ou tel candidat, y compris parmi les mieux placés.

Néanmoins, la question du boycott va tout de même se poser très rapidement aux Qataris puisque les patrons de la Formule 1 ont décidé de maintenir le Grand prix du Bahreïn prévu pour le dimanche 22 avril. D’ici là, Abdulhadi Khawaja, qui poursuit une grève de la faim depuis plus de 60 jours, se sera peut-être laissé mourir, ce qui serait très dommageable pour la grande fête du sport pétrolier… Ni le soutien des manifestants au Bahreïn, ni celui qu’il reçoit de la part d’organisations telles qu’Amnesty International qui dénoncent le traitement réservé à de simples prisonniers d’opinion, ne semblent émouvoir beaucoup les autorités locales.

Des chaînes japonaise, allemande ou finlandaise semblent hésiter à couvrir l’événement, surtout pour des raisons de sécurité vis-à-vis de leur personnel, il faut bien le reconnaître. On attend avec intérêt de voir quelle sera la position d’Al-Jazeera : la chaîne qui a fait du sport son cheval de bataille (commercial) sera-t-elle sur la piste pour ce rendez-vous sportif ou bien préfèrera-t-elle rester fidèle au slogan imaginé pour son quinzième anniversaire − “l’information, l’opinion, la conscience” − et à sa couverture des révoltes arabes, même quand elles se déroulent dans un émirat voisin ?

Malheureusement, on connaît déjà la réponse…

And the winner is… Manama ! La future chaîne Al-Arab s’installe à Bahreïn (2/3)

And the winner is… Manama ! Après avoir fait parler de lui en rejoignant le capital de Twitter (voir billet précédent), Waleed ben Talal défraie à nouveau la chronique en annonçant, à la surprise générale, que sa chaîne d’information, Al-Arab, émettra depuis Manama. En réalité, la capitale du micro-Etat insulaire de Bahreïn touche un double jackpot puisque qu’elle deviendra également le siège du groupe Rotana, le fleuron du groupe Kingdom Holdings, propriété de la première fortune arabe.

Certes, le paysage télévisuel arabe est en plein renouvellement, et l’année qui vient de commencer verra la création d’autres chaînes d’information importantes : à Beyrouth, Al-Mayadin, avec l’ancien présentateur vedette d’Al-Jazeera, Ghassan Ben Jiddou, mais surtout, à Abu Dhabi, la Sky Arabic de Rupert Murdoch (un partenaire en affaires du prince al-Waleed). Néanmoins, aucun projet n’attire autant l’attention que le lancement d’une chaîne d’information par un groupe jusque-là étroitement spécialisé dans le media & entertainment, et dirigé par un homme qui, année après année, figure en tête du classement des personnalités arabes les plus influentes.

On parlait beaucoup de Dubaï pour la future chaîne Al-Arab, à la rigueur d’Abu Dhabi, certains évoquaient Beyrouth ; pour finir, c’est Manama qui a été retenue. Un choix tout de même assez étonnant, aujourd’hui plus que jamais. A Bahreïn, on n’a jamais beaucoup aimé les médias : le contexte politique et juridique du pays n’y a jamais favorisé les grandes entreprises de presse (seule  exception, peu glorieuse, CNN Arabic au temps de la seconde Guerre du Golfe). Mais depuis les soulèvements du printemps arabe bahreini en mars dernier, matés grâce à l’intervention des troupes « du Golfe » (et en réalité saoudiennes), la situation a tragiquement empiré (article en arabe) avec la mort en prison de Karim Fakhrawi, le fondateur d’Al-Wasat, principal (et unique) quotidien d’opposition, et d’incessantes condamnations – sous le regard en général distrait des médias internationaux – de journalistes, de blogueurs et même de photographes…

Comment justifier pareille décision de la part d’un homme d’affaires aussi avisé que Waleed ben Talal ? Mis à part le discours un peu délirant des Bahreinis, convaincus que leur petit pays offre vraiment les meilleures conditions possibles au lancement d’un projet d’une telle envergure, la plupart des explications mettent en avant la volonté des autorités saoudiennes de soutenir économiquement l’émirat voisin. Une lecture qui n’est pas vraiment convaincante, c’est le moins qu’on puisse dire.

Fondamentalement, on peut penser que Manama a été retenue faute de mieux, les autres capitales possibles offrant, paradoxalement, encore plus de désavantages. Beyrouth, où la société Rotanna n’a pas que des bons souvenirs, a certainement vu les arguments en sa faveur contrebalancés par un climat régional particulièrement instable… La capitale égyptienne, de toute manière beaucoup moins centrale par rapport à la stratégie du groupe, ne pouvait être retenue pour les mêmes raisons. Un moment semble-t-il intéressées (voir cet article  en arabe), les autorités qataries ne sont pas allées jusqu’à faire une offre irrésistible pour attirer chez elles la nouvelle chaîne. Il faut dire qu’une installation à Doha, le siège d’Al-Jazeera, la principale concurrente, n’avait guère de sens par rapport aux projets d’un homme comme Waleed ben Talal, connu aussi bien pour ses exigences professionnelles que pour ses ambitions politiques.

Cette double qualité rendait également impossible l’association du prince saoudien avec Rupert Murdoch. La réputation du tycoon australo-américain est de plus en plus sulfureuse depuis ses démêlées avec la justice anglaise à la suite de l’affaire des écoutes téléphoniques. Prévue pour le printemps prochain, l’ouverture de Sky Arabia à Abu Dhabi ne se présente pas non plus sous les meilleurs auspices, du point de vue professionnel. Trop connu pour ses idées conservatrices, et ses sympathies sionistes, Murdoch n’est donc plus un aussi bon choix pour Al-Waleed ben Talal qui se pose depuis toujours en libéral, manifestant régulièrement son désir de voir évoluer la société saoudienne, comme le montrent à l’envi ses prises de position publiques à propos de nombreuses questions de société : l’émancipation des femmes, la question du cinéma, et tout simplement le choix du divertissement comme assise économique de son groupe médiatique.

Des raisons similaires ont dû provoquer le rejet de Dubaï, après celui de Beyrouth, du Caire, de Doha et d’Abu Dhabi. La capitale économique des Emirats est en effet le siège d’Al-Arabiyya, la seconde chaîne d’information régionale après Al-Jazeera. S’il est vrai que le lancement prochain d’Al-Arab par le « milliardaire libéral saoudien » répond bien à des objectifs politiques, Dubaï n’est plus une localisation souhaitable puisqu’elle est déjà le siège d’une chaîne… saoudienne : Al-Arabiya est en effet la propriété de cheikh Waleed Bin Ibrahim Al Brahim, à la tête du groupe MBC auquel la famille royale saoudienne est loin d’être étrangère… A Manama en revanche, où Al-Jazeera n’a même plus de bureaux depuis qu’ils ont été fermés en mai dernier, le champ est libre pour une nouvelle chaîne, surtout si elle est capable de se positionner sur un nouveau créneau.

Et telle semble bien être la stratégie retenue par Waleed ben Talal pour la future « voix des Arabes ». Au tout début du projet, dont on parle en réalité depuis juin 2010 au moins,  il avait été prévu que la chaîne, en principe spécialisée dans le divertissement léger, représenterait un courant « modéré ». Très vite, l’inflexion « libérale » – au sens (américano-) saoudien du terme – est devenue apparente, en particulier avec le choix de Jamal Kashoggi, un vrai professionnel de la presse écrite.  A peine remercié par ses « patrons » au ministère de l’Information du Royaume, l’ex-rédacteur en chef du quotidien Al-Watan, coupable d’être un peu trop critique, a été récupéré pour prendre la direction de la future Al-Arab. Un chaîne dont le prince a récemment annoncé qu’elle serait désormais « au service du développement humain et économique de la région, dans le cadre de la démocratie qui en découlerait » (ستخدم كل العرب وقضاياهم وستساهم في التنمية البشرية والاقتصادية في اطار الديموقراطية التي ستتبعها ).

Le « printemps arabe » est passé par là. En principe, Al-Arab devrait commencer à émettre le 12/12/2012 : on devrait donc en reparler à l’occasion des vœux pour la prochaine année. Rendez-vous dans un an ! (Pas de souci, il y aura d’autres billets d’ici là…)

Le reportage que vous ne verrez pas sur Al-Jazeera : du « printemps arabe » à l’hiver de l’information (suite)

En complément du billet précédent, cet article (en arabe) du site tunisien Babnet.net. On y trouve une brève vidéo (suivre ce lien) sur laquelle on voit, devant l’Assemblée nationale, des manifestants – probablement du camp “moderniste laïciste” (pardonnez l’approximation de la définition ! – conspuer le reporter de la chaîne Al-Jazeera aux cris de “Dégage!”  (un coup d’oeil aux commentaires sous la vidéo n’est pas sans intérêt non plus). Dans le contexte tunisien, ils reprochent à la chaîne un soutien que le Qatar aurait apporté à Ennahada, le parti sorti vainqueur des dernières élections (la presse en a un peu parlé, voir ici par exemple).

En Algérie, les motifs d’agacement vis-à-vis du Qatar et de sa chaîne sont tout aussi présents (voir ce lien et commentaires du billet précédent), et ils sont également provoqués par de forts soupçons à l’encontre d’une politique étrangère qatarie pour le moins “interventionniste”… Si, comme on peut le penser, la situation se tend, non seulement au Proche-Orient mais dans plusieurs pays de la Péninsule (Bahreïn, Koweït, et le royaume d’Arabie saoudite où quatre manifestants sont morts ces jours derniers…), les choix d’Al-Jazeera en matière d’information sont un thème dont on n’a pas fini d’entendre parler…

Dans un domaine connexe, celui  la surveillance électronique, voyez aussi ce que propose le site relets.info.

Al-Jazeera : du « printemps arabe » à l’hiver de l’information

Depuis la chute du président tunisien Ben Ali, suivie rapidement de celle de son homologue égyptien Hosni Moubarak, on ne compte plus les commentaires, les articles, les colloques et même déjà les publications qui tombent comme feuilles en automne et qui décernent aux soulèvements arabes du printemps des éloges aussi chaleureux que la surprise a été grande. En dépit de la formule assez dépréciative, voire méprisante, sous laquelle on nous la présentait, la « rue arabe » a montré qu’elle était bien une opinion qui, au contraire de ce que martelaient nombre de commentateurs, n’était pas vouée à plébisciter des valeurs opposées aux « nôtres » ; elle pouvait au contraire les épouser et combattre pour ses aspirations démocratiques, parfois au prix de lourds sacrifices. Néanmoins, bientôt un an après le début des premières protestations en Tunisie, l’enthousiasme qui s’est un peu éteint laisse davantage de place aux doutes, notamment à propos du rôle que joue dans ces mobilisations une certaine chaîne satellitaire panarabe.

Al-Jazeera fête en ce moment son quinzième anniversaire avec des slogans – « L’information, l’opinion, la conscience… » – qui ne craignent pas de verser dans l’auto-célébration ! Plus que jamais, la création des autorités du Qatar semble avoir le vent en poupe. Copie conforme, ou traduction fidèle si l’on préfère, d’une offre internationale elle-même produite sur le modèle nord-américain, personne n’ignore que la première des chaînes d’information du monde arabe n’aurait pu exister et se développer de la sorte sans l’aide généreuse des finances de l’Émirat. Pour autant, on ne saurait réduire une telle réussite en la comparant à l’un de ces investissements prestigieux que la riche clientèle du Golfe peut se faire livrer « clés en main ». Au contraire, on en arrive à se demander si le projet médiatique lancé par l’émir actuel à peine arrivé sur le trône à la place de son père, rudement bousculé hors de l’arène, ne dépasse pas en ambition et même en vision politique les plus audacieuses des analyses. Longtemps interprétée comme une manière aussi novatrice qu’audacieuse de pallier la petitesse de l’Émirat au niveau régional, en premier lieu au regard du voisin saoudien, il apparaît désormais avec sa couverture des révoltes arabes que la création d’Al-Jazeera comportait aussi un volet offensif, un « bras armé médiatique » ambitionnant de porter l’influence de l’Émirat très au-delà des limites d’un espace national sans nul doute restreint.

Régulièrement soupçonnée d’être le cheval de Troie de l’islam politique, Al-Jazeera n’en a pas moins reçu, au tout début du mois de mars, un étonnant satisfecit public de la part d’Hilary Clinton qui a salué, au regard de la couverture du « printemps arabe » par Fox news ou même CNN, la capacité de la première chaîne d’information arabe à diffuser des real news. Pour en arriver là, l’administration américaine aura effectué un très long parcours, ponctué de mille embûches et même de quelques véritables passes d’armes, telles que le bombardement des locaux d’Al-Jazeera à Bagdad et à Kaboul, sans oublier, en 2005, le projet d’un assaut militaire sur Doha, la capitale de l’Émirat, une suggestion du président George Bush que Tony Blair, le Premier ministre britannique de l’époque, aurait été le seul à pouvoir faire avorter ! Comment expliquer qu’en l’espace d’une demi-décennie l’opinion officielle des USA ait tellement évolué ? Plusieurs journalistes d’Al-Jazeera n’ont-ils pas été victimes des armes américaines et un cameraman longtemps détenu dans les geôles de Guantanamo ? Comment la chaîne qui assume avec fierté son rôle de porte-voix des révoltes arabes peut-elle susciter de tels compliments alors qu’elle attise les braises d’un soulèvement qui a fait tomber deux régimes considérés comme de précieux garants, surtout en ce qui concerne l’Égypte, d’une stabilité essentielle aux intérêts des USA dans la région ?

Certes, il y a bien eu la couverture pour le moins lacunaire des mouvements d’opposition au Bahreïn ; quelques-uns se souviennent de ses hésitations aux premiers temps des protestations en Égypte et surtout de son brutal changement de cap dans le cas syrien. Il a en effet fallu attendre la fin du mois d’avril, plus d’un mois et même davantage après le début des premières manifestations dans ce pays, pour voir Al-Jazeera se départir aussi brutalement que mystérieusement d’un ton jusqu’alors relativement modéré vis-à-vis du régime de Damas, pour adopter une posture de soutien total aux manifestants. Un virage qui a d’ailleurs coïncidé avec l’adoption manifeste de nouveaux standards professionnels, à l’évidence de moins en moins exigeants au regard d’une certaine neutralité. Cela n’est pas allé sans provoquer des coups d’éclat, avec la démission fracassante de quelques-unes des vedettes de la maison, dont celle de son correspondant (tunisien) à Beyrouth, le très célèbre et respecté Ghassan Ben Jeddou. Mais tout cela n’était rien par rapport à la stupéfaction qu’a provoquée le départ de son Directeur général, Waddah Khanfar, le 21 septembre dernier. Remplacé par un homme aussi étranger aux médias qu’il est proche du palais de l’émir du Qatar, l’éloignement de ce grand professionnel artisan reconnu, depuis de longues années, du succès de la chaîne ouvre sans aucun doute une nouvelle page dans l’histoire d’Al-Jazeera. A l’image de la nouvelle Libya al-Ahrar (Libya for the free) qu’elle héberge dans ses locaux à Doha depuis mars dernier, le discours est si peu nuancé qu’il tourne à la propagande. Totalement rangé au côté de (presque) tous les soulèvements arabes en quelque sorte placés sous le commandement médiatique de l’Émirat, Al-Jazeera a certainement perdu beaucoup de sa diversité ; mais aussi de sa qualité et de sa crédibilité…

Publicité pour "L'opérette de la liberté", conclusion des festivités du 15e anniversaire de la chaîne

Passer en si peu de temps d’un regard plutôt critique sur l’information, ce qui n’excluait pas une forme d’engagement, à un engagement qui n’est plus guère critique sur l’information est tout de même un pari très risqué. Sur le plan professionnel d’abord, car les départs plus ou moins volontaires de journalistes chevronnés seront d’autant plus difficiles à remplacer que les recrutements de plusieurs chaînes d’information en passe d’ouvrir leur antenne a asséché le vivier des candidatures disponibles. Pari risqué aussi, et de façon beaucoup plus déterminante, à l’égard des consommateurs d’information dans le monde arabe dont les dirigeants d’Al-Jazeera auraient tort de sous-estimer les exigences de qualité. En effet, si les réseaux sociaux et les blogs de journalistes indépendants n’ont certainement pas joué le rôle déterminant qu’on leur a souvent prêté, et s’ils n’ont pas fait comme on l’a trop vite écrit le succès des soulèvements populaires arabes, leur multiplication et leur influence témoignent en revanche de l’ampleur et du caractère irréversible d’une révolution dans l’information. Cette jeunesse arabe qui mène les révolutions, habituée à se mouvoir par elle-même dans les flux de données mouvants et multipolaires, habile à se faufiler entre les mailles de la censure pour partager une information validée non pas nécessairement par le statut de sa source mais au moins autant par les canaux qui l’ont propagée, n’acceptera pas longtemps une voix qui substituerait à tous les mensonges d’hier le monopole d’une vérité habilement tronquée. Par ailleurs, les téléspectateurs arabes restent fidèles à certaines convictions, celles-là même qui ont fait le succès de la chaîne quand elle a réuni le public de la région autour de son traitement de l’information concernant la Palestine, l’Irak ou encore l’Afghanistan. Si Al-Jazeera ne veut pas voir se retourner contre elle tous ceux qui ne comprendraient pas qu’elle ne tienne plus qu’un discours agréable aux responsables nord-américains, il vaudrait mieux pour elle que l’hiver de l’information ne soit pas trop long !

Texte à paraître dans le dossier “Regards sur 2011” du numéro 417 (décembre 2011) de la revue L’ENA hors les murs.

Démission/éviction du directeur général d’Al-Jazeera, la “chaîne islamiste”…

Rentrée des classes pour CPA, “déplacé” de Damas à Beyrouth pour des raisons qui sont facile à deviner… L’occasion de modifier un peu la formule de ces chroniques, moins synthétiques mais davantage en lien avec l’actualité, à l’image de ce qui vient ci-dessous… Les commentaires sont toujours bienvenus !

Au moment de la rédaction de ces lignes (tôt ce mercredi matin), il n’y avait toujours pas grand chose dans les médias, en dehors du monde arabe, à propos d’une nouvelle pourtant de très grande importance pour la région. Une requête matinale sur Google en français avec les termes Wadah Khanfar (وضاح خنفر), sans doute le plus influent de tous les journalistes arabes, ne renvoyait encore qu’au site de Radio mosaïque en Tunisie. Pourtant, depuis 24 heures, une bonne partie des médias arabes commentaient la démission de celui qui fut, pour une grande part, l’artisan du succès d’Al-Jazeera durant toutes ces dernières années. Celui que le magazine Forbes considérait il y a peu encore comme “une des personnes les plus puissantes au monde a en effet quitté la chaîne pour laquelle il travaillait pratiquement depuis sa création en 1996 et dont il était devenu le directeur général en 2006.

Démission surprise, que rien ne semblait annoncer même si l’intéressé affirme qu’il y pensait depuis plusieurs mois. On notera malgré tout qu’elle arrive le lendemain ou presque de la publication d’un document Wikileaks mentionnant le fait que l’ex-directeur général d’Al-Jazeera, à la demande des USA, avait accepté de sérieusement édulcorer un reportage sur les exactions de leurs troupes en Irak.

Une nouvelle surprise des Wikileaks qui oblige à s’interroger sur le bien-fondé des analyses qui affirment régulièrement que la plus puissante des chaînes d’information dans le monde arabe est  passée sous l’influence de l’opposition religieuse (les “islamistes”), notamment sous le règne de Khanfar… De ce point de vue, son éviction serait un coup d’arrêt à ce que certains analysent comme “l’islamisation des médias arabes” (?). Une lutte d’influence symbolisée par le départ de Wadah Khanfar, qui ne pourrait que profiter à son “rival”, Azmi Bishara (عزمي بشارة , autre Palestinien, ancien député à la Knesset israélienne aujourd’hui directeur du  Doha Institute, un think tank financé par les autorités du Qatar).

Quand on regarde Al-Jazeera (en langue arabe) aujourd’hui, on est surtout frappé par le fait que la chaîne est certes très engagée sur les révolutions arabes, mais de manière extrêmement partisane. Sa couverture des événements, guère éloignée d’un simple discours de propagande dans certains cas, fait qu’elle apparaît de moins en moins comme la meilleure chaîne d’information de la région, et de plus en plus comme le bras armé médiatique de la politique extérieure du Qatar. Ce que pourrait bien conformer la nomination du nouveau directeur général, cheikh Ahmed Jassem Ben Mohamed Al Thani, un homme venu des milieux de l’industrie pétrolière, sans la moindre expérience des médias, mais fort proche du régime…

Ondes de choc : Al-Jazeera et le printemps arabe

"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas
"Le peuple veut la chute d'Al-Jazeera et d'Al-Arabeyya" : manifestants devant les bureaux d'Al-Jazeera à Damas

L’été dernier, Al-Jazeera avait connu quelques soucis avec la démission très commentée de plusieurs présentatrices. On avait tenté d’expliquer, dans ce billet, que la chaîne qatarie, qu’on accusait alors d’être outrageusement conservatrice, et même vendue aux extrémistes musulmans, traversait à l’évidence une crise. Et celle-ci n’avait pas grand-chose à voir avec la manière dont ses speakrines pouvaient apparaître à l’écran, mais bien davantage avec la façon dont la première chaîne d’information arabe devait gérer son succès pour se maintenir largement au-dessus de ses rivales.

Quelques mois plus tard, tout semblait être rentré dans l’ordre. Dans cet article d’Al-Akhbar par exemple, on pouvait lire que la chaîne avait su dépasser ses problèmes pour continuer son expansion, notamment dans le monde anglophone, tout en consolidant encore ses positions dans le paysage audiovisuel local. Car Al-Jazeera, il faut toujours le souligner, ce n’est pas seulement une chaîne gratuite d’information mais, y compris avec les problèmes de brouillage connus lors de la retransmission de certains matchs (voir ici et ), c’est d’abord et avant tout un « bouquet » (payant) où le secteur « sports et loisirs » a de fort belles perspectives depuis que l’émirat a été retenu (en décembre 2010) pour organiser la Coupe du monde de football en 2022.

Sur un plan plus politique, l’article déjà mentionné soulignait combien le climat régional était « porteur » pour la chaîne, notamment à cause de la crise yéménite. Des propos pour ainsi dire prophétiques, à un moment où on ne parlait pas encore beaucoup des événements tunisiens, et pas du tout du « printemps arabe ». Fidèle à son image publique, Al-Jazeera jouait une fois de plus les redresseurs de torts en participant à la publication des documents divulgés par Wikileaks, en particulier à propos de la guerre d’Irak. Mieux, sur le même modèle, elle créait son propre site, The Transparency Unit, pour appeler à lui communiquer – anonymement – des documents restés secrets alors que le public aurait dû en avoir connaissance. Créé en janvier, ce nouveau service allait en particulier s’illlustrer avec la publication des Palestine Papers, une véritable bombe diplomatique qui devait mettre dans l’embarras (ils s’en sont remis…) certains négociateurs palestiniens peu avares de concessions lors de leurs discussions avec les officiels israéliens.

Et puis est survenu le « printemps arabe », avec le rôle que l’on sait de certains médias : réseaux sociaux en tête, sans doute, mais aussi, comme on l’a déjà souligné, les médias de masse, à commencer par Al-Jazeera, un peu tiède au début, indiscutablement, mais ensuite à la pointe de la mobilisation médiatique en faveur des révoltés arabes. Devenue pour certains une sorte d’organisation révolutionnaire (تنظيم ثوري), la chaîne de Doha, une des rares capitales arabes à entretenir des liens diplomatiques avec Israël, se voyait, last but not least, décerner par Hillary Clinton des éloges appuyés. Un revirement pour le moins surprenant de la part d’un Etat qui, il n’y a pas si longtemps, cherchait surtout à faire taire une voix impertinente, y compris en bombardant les locaux d’où elle émettait, à Kaboul , à Bagdad et même à Doha !!! Assez pour susciter bien des interrogations dans le monde arabe, bien des interprétations aussi, et même bien des accusations au regard de la suite des événements.

En effet, après les débuts glorieux de la couverture médiatique des soulèvements tunisien et égyptien, les choses sont devenues beaucoup plus compliquées lorsque le théâtre des opérations s’est déplacé à Bahreïn, avec une contre-révolution, menée par les Saoudiens, coupable de violations des droits de l’homme « de plus en plus flagrantes ». A observer son silence, plus d’un téléspectateur arabe a pu se faire la remarque qu’il y avait à l’évidence, pour Al-Jazeera, de bonnes et de moins bonnes révolutions…

Les limites d’Al-Jazeera par rapport à certains sujets sensibles, à commencer par ce qui touche de près ou de loin au Golfe en général et à l’Arabie saoudite en particulier (voir ce qu’en raconte par exemple Hugh Miles, un très bon connaisseur de la chaîne), sont bien connues. Ce n’est donc pas le silence de la chaîne à propos de la répression à Bahreïn, mais bien un changement de style assez radical, qui a heurté une bonne partie du public arabophone (c’est en effet moins flagrant sur le canal anglophone, qui n’a pas la même histoire de toute manière). En effet, depuis quelques semaines, Al-Jazeera semble avoir perdu une bonne partie de sa rigueur professionnelle pour quitter son rôle d’observateur et se faire, sans beaucoup de nuances, le héraut d’une révolution arabe mise en image sous forme de clips assez grossiers, vantant la révolution libyenne, yéménite et désormais … syrienne.

De fait, après quelques jours d’hésitation (le Qatar est en principe l’allié stratégique de la Syrie), Al-Jazeera a mis tout son discours au service du soulèvement syrien. Peu présente sur le territoire car ses bureaux à Damas font l’objet d’une sorte de siège sous la forme d’un sit-in “spontané” de citoyens outrés par l’image qui est donnée de leur pays (voir l’illustration ci-dessus), la chaîne reprend à nouveau ce qui “traîne” sur Internet en sus semble-t-il d’un nouveau réseau de correspondants locaux dont les récits, qui accompagnent les vidéos mises sur le Net par les manifestants, s’inscrivent en faux avec la version donnée par les médias locaux. Des officiels syriens continuent à intervenir, mais leur discours est de plus en plus inaudible face à ceux des très nombreux opposants, sur place ou à l’étranger, et face surtout à l’accumulation de faits qui cadrent de moins en moins avec le déroulement d’une crise dont l’importance se mesure, pour ne s’en tenir qu’à cela, au nombre des victimes, y compris dans les bilans officiels.

Dans ce contexte, c’est peu dire que la nouvelle de la démission de Ghassan Ben Jeddou (Ghassan Bin Jiddu غسان بن جدو) a fait du bruit. Responsable du bureau d’Al-Jazeera à Beyrouth, ce Tunisien (née d’une mère libanaise) qu’on considère proche du Hezbollah ne fait pas mystère de ses convictions nationalistes. Il avait un moment été évoqué pour diriger le secteur information de la chaîne, un poste en définitive confié à Wadah Khanfar. Cela, et bien d’autres raisons encore (la suppression de la grille de nombreux débats télévisés au profit de reportages plus factuels mais aussi plus superficiels), peuvent expliquer ce départ. Il reste que la vedette incontestée du journalisme arabe a choisi de présenter sa démission (au quotidien libanais Al-Safir, particulièrement peu critique de la Syrie en ce moment…) en raison de ses profondes divergences par rapport aux choix éditoriaux de sa chaîne à laquelle il reproche son traitement biaisé des crises du printemps arabe . Et la presse arabe (Hashad, un site yéménite par exemple) fait état de rumeurs à propos d’autres démissions possibles, notamment celle du Syrien Faysal El-Qassem, l’animateur d’une émission phare, Contre courant (Ittijâh mu’âkis)…

Pour les autorités syriennes, cette démission tombe à point nommé car elle conforte leur conviction qu’elles sont la cible depuis des semaines d’un “complot étranger” soutenu par une campagne de presse offrant une version totalement déformée des faits. Et dans l’immédiat, la décision de Ghassan Ben Jiddou, qui contribue, au moins sur place, à donner du crédit à ceux qui dénoncent les dérives d’Al-Jazeera, risque de rendre encore plus difficile le travail des professionnels de l’information ; ceux d’Al-Jazeera, bien entendu, mais également tous les autres, locaux et trop rarement internationaux, qui s’efforcent de présenter le récit, aussi complet et contradictoire que possible, des très graves graves événements qui se déroulent en Syrie.

En ce moment sur vos écrans ! Images de la révolution arabe

En Tunisie, en Egypte ou encore en Libye, la montée de la colère populaire a suscité un même réflexe de la part des autorités politiques : couper ! Couper tous les accès aux canaux par lesquels pouvaient transiter les mots d’ordre du soulèvement. Dans des pays où la presse locale est en quelque sorte par nature aux ordres du pouvoir, cela voulait dire en réalité tenter d’enfermer l’ensemble de la population derrière les frontières nationales, autant pour l’empêcher d’avoir accès à l’information donnée à l’extérieur que pour réduire l’impact sur l’opinion mondiale des récits de la répression. Qui sait si le président Moubarak ne restera pas dans l’histoire pour avoir ordonné, à quelques jours de son départ forcé, la première coupure totale de l’accès d’un pays à Internet ?… En sus de la « classique » fermeture du réseau téléphonique et des plus modernes brouillages du signal de certaines chaînes satellitaires, à commencer par Al-Jazeera, le pouvoir égyptien, imité peu après par les Libyens, a en effet imaginé l’impossible : « débrancher » tout un peuple de la Toile mondiale. Tentative désespérée à l’heure du numérique pour dresser d’imaginaires barrières contre des flux aussi invisibles qu’incontrôlables. Flux de paroles bien sûr, mais aussi et bien plus qu’autrefois, flux d’images capables, dans la temporalité si particulière des mobilisations populaires, d’exprimer la dynamique du moment révolutionnaire.

Largement inefficaces, les efforts des autorités égyptiennes pour endiguer les migrations numériques témoignent d’une maladresse pathétique dans le maniement des images contemporaines. Les trente et quelque années du régime prirent ainsi fin sur une séquence d’anthologie d’à peine autant de secondes. Le 11 février, la chaîne nationale montra ainsi en plan fixe le vice-président Omar Suleiman, visage fermé derrière un énorme micro d’un autre âge, annonçant d’une voix terne la démission de Moubarak. A l’opposé, l’immense déferlement de joie, immédiatement relayé par toutes les télévisions du monde, d’une population soulagée de voir aboutir un mouvement en grande partie lancé par les « natifs du numérique ». Car, à coup sûr, les réseaux sociaux ne sont certainement pas étrangers à la succession de soulèvements dans le monde arabe. Même si Wael Ghonim, jeune directeur marketing pour la société Google devenu une des icônes de la jeunesse protestataire arabe, force le trait lorsqu’il déclare qu’il suffit d’apporter Internet à la population pour que la révolution devienne possible, il est clair que celle-ci a été en quelque sorte « facilitée », ou encore « accélérée » par l’ensemble des procédés techniques du Web2, et notamment par la convergence des applications numériques libérant l’image d’une bonne part de ses contraintes techniques.

Pour les téléspectateurs de toute la région, la révolution égyptienne ce fut, pendant les jours décisifs de la chute du régime Moubarak, une image désormais inscrite dans l’imaginaire arabe : sur l’écran, saisie au téléobjectif depuis une de ces tours érigées dans une Egypte « vendue » aux investisseurs étrangers, la mythique place Tahrir, centre symbolique de la nation arabe (les bâtiments de la Ligue arabe font face à l’un des cafés où avait l’habitude de se rendre le père du roman arabe moderne, l’écrivain Néguib Mahfouz, tandis que le Musée national ferme le côté opposé au Mogamma, énorme complexe administratif érigé au début des années 1950). Au milieu de cet espace devenu presque méconnaissable sous cet angle de vue parfaitement inusité, le peuple cairote en train d’écrire son histoire ; d’abord en repoussant les assauts des forces de répression derrière des barricades puis, comme une fourmilière où ne se distingue plus aucun acteur singulier, fêtant la victoire du grand corps de la Nation rassemblée. Diffusée en continu par Al-Jazeera – pendant que les chaînes égyptiennes s’obstinaient quant à elles à filmer l’improbable sérénité des berges du Nil –, cette parfaite illustration du soulèvement égyptien se transformera en allégorie de la révolution arabe lorsque, quelques jours plus tard, la même chaîne diffusera une bonne partie de l’après-midi du vendredi 25 février la mosaïque des images donnant à voir les mêmes mouvements populaires non seulement au Caire mais sur d’autres grand’places, elles aussi souvent dites « de la Libération », à Amman, Sanaa, Bagdad et Benghazi (illustration du haut).

Après celle de Ben Ali en Tunisie, la chute du régime égyptien a ouvert dans le monde arabe une période de bouleversements où l’image a toute sa place. Ainsi, elle administre bien souvent la preuve de la dénonciation dans les blogs et les ezines créés par de jeunes journalistes citoyens. Dès novembre 2006, Wael Abbas diffusait ainsi sur son site Misr Digital une vidéo captée par un téléphone portable révélant les tortures infligées à un chauffeur de bus par un officier de police qui sera condamné (voir cet antique [!] billet avec une capture d’écran du blog de W. Abbas à l’époque). Tandis qu’à l’origine des événements dont l’enchaînement a fini par provoquer la chute du président Moubarak, on trouve un jeune blogueur alexandrin, Khaled Saïd, battu à mort quelques mois plus tôt par deux policiers en civil pour avoir mis en ligne, depuis un café Internet, une vidéo dénonçant les trafics de certains policiers avec des revendeurs de drogue… Toutefois, à côté de ces usages de l’image à des fins directement politiques, il convient de placer la constellation, bien souvent oubliée alors qu’elle est incontestablement plus vaste et peut-être plus explosive encore, des inventions  visuelles imaginées par une génération qui a grandi au temps de la multiplication des jeux vidéo et des clips diffusés en boucle sur les chaînes satellitaires. Très vite détournés en vecteur de contestation par les chanteurs rebelles – Sidi Raïs, appel lancé contre la corruption par le rappeur El General, est ainsi devenu le véritable hymne de la révolution tunisienne (vidéo en bas de ce billet) –, les clips ont nourri la grammaire visuelle d’une génération dont la contestation n’attendait qu’une occasion pour emprunter les voies de l’action politique. Les jeunes qui ont investi les rues d’Alger et du Caire en surfant sur les médias sociaux sont ceux-là même qui tentaient d’étancher leur rage de vivre en inventant d’innombrables parodies ludiques des icônes du star-business globalisé pour vanter sur Internet les mérites de leurs équipes nationales respectives dont l’affrontement, en finale de la coupe d’Afrique, déborda les seules pelouses des stades pour finir en émeutes de rues…

Répétée à satiété par une litanie de commentateurs aussi sentencieux que superficiels, l’affirmation d’un interdit de l’image reste, aujourd’hui encore, une des plus affligeantes idées reçues à propos des cultures actuelles des sociétés de l’islam. Certes, celui-ci a sans doute longtemps imposé ses propres codes à la création et à la diffusion des représentations, notamment humaines, mais les révolutions arabes nous montrent qu’aujourd’hui ce prétendu régime d’exception n’a plus grand sens pour les générations actuelles de ces sociétés désormais entièrement gagnées à la mondialisation numérique.

Merci aux Cahiers du cinéma-España pour la publication de cet article.