Interdiction d’Al-Jazeera en Israël : que faut-il en penser ?

L’affaire a commencé dimanche dernier quand Ayoub Kara, le ministre israélien des Communications, a annoncé que son pays allait prendre différentes mesures afin d’assurer la fermeture, aussi rapidement que possible de la chaîne Al-Jazeera. En réalité, les choses avaient été préparé un peu plus tôt puisque Benyamin Netanyahou avait annoncé, vers la mi-juillet, qu’il avait demandé à ses ministres d’étudier les mesures nécessaires à une telle décision. Néanmoins, le contexte actuel dans la région rend l’affaire singulièrement complexe puisque la chaîne d’information qatarie fait déjà l’objet, depuis le début du mois de juin, de violentes critiques (voir ce billet) de la part de la « bande des quatre » États plus ou moins voisins (Arabie saoudite, Émirats, Égypte et Bahreïn), lesquels lui reprochent de « soutenir le terrorisme ». D’ailleurs, de manière tout à fait remarquable, Ayoub Kara (un druze du Golan) « justifie » la fermeture d’Al-Jazeera en affirmant qu’Israël ne fait que suivre l’exemple des « Arabes modérés ». Certes, l’État hébreu est, bien entendu, « la seule démocratie dans la région » et, à ce titre, respecte scrupuleusement la liberté de la presse. Toutefois, selon une procédure bien rodée, des mesures drastiques peuvent être adoptées dès lors que la sécurité du pays est menacée, ce qui serait apparemment le cas avec la chaîne qatarie. Pour terminer ce rappel des faits, on ajoutera qu’Amnesty International, entre autres organisations, a immédiatement condamné cette « attaque éhontée contre la liberté d’information en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés ». De son côté, Al-Jazeera a annoncé qu’elle allait saisir les tribunaux.

Al-Jazeera, la plus israélienne des chaînes arabes

Sans revenir en détail sur la place très exceptionnelle d’Al-Jazeera dans le paysage médiatique arabe et même international (en rappelant tout de même qu’il s’agit, en principe, d’une chaîne « privée » et que le canal d’information arabe ne représente qu’une partie de ses activités, même si la branche sport, beIN, est depuis 2014 totalement séparée du groupe), il convient d’avoir à l’esprit les liens très particuliers qu’ont tissés depuis de nombreuses années Israël et le Qatar, y compris dans le domaine médiatique grâce au succès de ce qui reste une des toutes premières chaînes arabophones d’information en continu. Ouvertes dès 1996 avec l’établissement d’une mission commerciale israélienne à Doha, les relations officielles entre les deux pays se sont détériorées à la suite de la tristement célèbre « Opération plomb fondu » de l’armée israélienne à Gaza en 2008-2009. Si les offres qataries d’une amélioration de ces contacts, notamment en 2010, ont reçu une réponse négative du côté israélien, cela n’a jamais réellement affecté la situation exceptionnelle d’Al-Jazeera, officiellement accréditée (à une date que je n’ai pas retrouvée) auprès des autorités israéliennes et, à ce titre, présente avec bien d’autres chaînes étrangères dans le bâtiment depuis lequel le bureau du Premier ministre israélien gère, à Jérusalem, ses relations avec la presse locale et étrangère.

Seul média arabe international reconnu en Israël, Al-Jazeera a longtemps été également la première chaîne arabophone à donner directement la parole sur son antenne à des officiels israéliens (les Saoudiens viennent de s’y mettre, comme signalé dans le billet déjà mis en lien), au risque de se faire accuser de « normalisation » avec l’ennemi sioniste. Mais la communication peut fonctionner également dans l’autre sens, Al-Jazeera devenant pour les Israéliens une sorte de fenêtre sur le monde arabe, par exemple lorsque la chaîne qatarie a diffusé, en 2008 (avec des sous-titres en hébreu), un long entretien avec l’orientaliste israélien Mordechai Kedar.

Une étrange décision, dans un contexte nouveau

Toutes sortes d’hypothèses circulent pour expliquer la soudaine volonté israélienne de se débarrasser de leur invitée médiatique qatarie. La principale réaction reste l’étonnement car cette interdiction revient à donner à Al-Jazeera un brevet de bonne conduite. En effet, en la clouant au pilori, les autorités sionistes ne peuvent que susciter un fort courant de sympathie dans l’opinion arabe. Sans surprise, on en trouve déjà les échos dans les réseaux sociaux, ce qui renforce encore l’impact déjà très important d’une campagne menée par le Qatar pour contrer les efforts des pays arabes (la « bande des 4 » qui réclament la fermeture de la chaîne), campagne qui aurait rassemblé 53 millions de participants selon cet article).

D’ailleurs, certains médias proches de la « bande des 4 » paraissent assez remontés contre cette initiative israélienne. Sur le site d’Al-Arab online par exemple, un article estime que cette menace d’interdiction offre à Al-Jazeera la possibilité de se poser en victime et de retrouver ainsi un peu de son ancienne popularité dans le monde arabe. Un coup de pouce israélien en somme, qui vient à point nommé pour cette chaîne après son échec cinglant aux USA (1 milliard de dollars gaspillés en pure perte) et après une perte d’influence notable auprès du public arabe en raison de sa couverture très peu « professionnelle » des soulèvements arabes (voir le mot clé Al-Jazeera dans les tags de ce carnet de recherche).

Si l’interdiction d’Al-Jazeera devait lui permettre de se refaire une virginité, pourquoi une telle décision, surtout après qu’Israël et le Qatar ont eu à gérer des tensions bien plus sévères, se demande à son tour Marck LeVine, universitaire américain à qui il arrive d’écrire des papiers pour la chaîne qatarie. S’agit-il dans l’esprit de Benyamin Netanyahou de soigner une cote de popularité qui en a bien besoin, surtout à un moment où le Premier ministre israélien est menacé par une nouvelle affaire de corruption particulièrement inquiétante pour son avenir politique ? Avec cette décision, les Israéliens cherchent-ils à prendre en route le train de la « bande des 4 », hypothèse que renforcerait une déclaration du ministre des Affaires étrangères des Émirats dénonçant, non seulement la violence, mais aussi « l’antisémitisme » d’Al-Jazeera ? Les Israéliens pensent-ils que le moment est venu de couler définitivement une chaîne qui n’a plus autant de prestige et qui n’est plus aussi utile à leurs yeux en raison de sa capacité à faire passer à l’opinion arabe certains messages israéliens ? Ou bien encore, poursuit Marck LeVine, serait-ce parce que le mouvement de boycott (BDS) prend une telle ampleur qu’Al-Jazeera devient dangereuse pour l’État hébreu dans ce contexte ?

Autant d’explications, difficilement crédibles pour certaines, et même contradictoires. On note malgré tout, comme le souligne Abdel-Bari Atwan (عبد الباري عطوان) dans l’éditorial déjà mentionné, qu’Israël, avec ce projet d’interdiction de la chaîne qatarie, soutient clairement les positions défendues par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et leurs alliés, dans le contexte d’une coalition « sunnite » menée par la seule Arabie saoudite contre la menace de l’Iran « chiite ». « Nous avons fondé notre décision sur les choix faits par les États arabes sunnites de fermer les bureaux d’Al Jazeera et interdire leur travail  », a ainsi déclaré Ayoub Kara, le ministre israélien des Communications, en évoquant les motifs de cette procédure d’interdiction.

Un utile rappel de pratiques aussi courantes qu’anciennes

Quelles que soient les raisons, sans nul doute complexes, qui ont présidé à cette décision, celle-ci ne prendra pas effet en l’espace de deux semaines comme semblent l’espérer les autorités israéliennes. En effet, le quotidien Haaretz rappelle qu’il ne revient pas au ministre des Communications du pays, mais au services de sécurité, d’ôter aux journalistes leurs accréditations. C’est également le cas pour une éventuelle fermeture des bureau de la chaîne. Le ministère n’est pas compétent non plus pour une autre option, celle qui consiste à demander aux sociétés de communication par câble ou par satellite de retirer la chaîne qatarie de leur offre, une solution qui pose de toute manière de nombreux problèmes techniques et qui ne serait pas forcément efficace…. Tous les obstacles seraient-ils surmontés que rien n’empêcherait, en théorie, que la chaîne qatarie continue à travailler depuis les Territoires occupés !

Cette affaire a au moins un mérite, celui de rappeler l’ordinaire des pratiques israéliennes dès lors qu’il s’agit de la liberté de la presse ! L’aura internationale de la chaîne qatarie fait que ce dossier a été quelque peu évoqué dans les médias mais les interdictions décrétées par les autorités israéliennes sont aussi anciennes et nombreuses que les prétextes pour les justifier. Pour s’en tenir à l’actualité récente, on peut ainsi rappeler le raid de l’armée israélienne, le 29 juillet dernier, dans les locaux de Palmedia. Cette société, installée à Ramallah et qui propose ses services à de grands groupes étrangers, est accusée de « fabrication de matériau susceptible d’inciter au terrorisme ». Un an plus tôt, la chaîne Palestine Today (qui continue à émettre depuis Gaza), trop « jihadiste » au goût de Tel-Aviv, avait été brutalement fermée et plusieurs de ses journalistes jetés en prison.

Ces interdictions très peu démocratiques du droit à l’information s’appliquent au territoire plus ou moins « légitime » de l’État israélien puisque la chaîne Al-Musawa, préparée à Ramallah mais diffusée depuis Nazareth (avec des financements de l’Autorité palestinienne), s’est vu infliger vers la même époque une fermeture de 6 mois, pour « atteinte à la souveraineté israélienne ». Mais il peut aussi arriver que le gouvernement israélien fasse taire les voix palestiniennes qui ne lui conviennent pas bien au-delà de ses frontières. On se souvient ainsi qu’en mars 2016, le bureau du Premier ministre israélien s’est vanté d’avoir fait exclure, à sa demande, la chaîne Al-Aqsa d’Eutelsat, un satellite européen, mais de droit français…

 

Al-Jazeera et la crise dans le Golfe – La défaite de juin 2017 (1/3)

Illustration reprise du site saoudien Almowaten.net

C’est peut-être un hasard, en tout cas c’est un symbole fort : le 5 juin dernier, un demi-siècle très exactement après le traumatisme de ce que l’on appelle en Occident la Guerre des 6 jours, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont commencé à imposer au Qatar un blocus totalement asphyxiant pour le micro émirat, n’était son unique fenêtre de l’autre côté du Golfe, l’Iran. Dans cette partie du monde arabe qui n’a jamais craint de se vanter de sa stabilité au regard du climat volatil régnant partout ailleurs dans la région, on a même pensé un moment à une invasion militaire, une éventualité qui n’a pas eu lieu faute, probablement, d’un feu vert des USA ou encore en raison de l’opposition des Turcs qui, fort opportunément, bénéficient également au Qatar d’une base militaire. Il est vrai que l’avenir des Frères musulmans, soutenus par les Turcs et les Qataris, fait partie des véritables enjeux de ce bras de fer entre riches Arabes du Golfe, bien plus que les prétendues exigences des frères arabes pour que le Qatar renonce à sa politique d’encouragement au terrorisme, une accusation qui pèse en réalité sur bien d’autres États, proches voisins ou non.

Le 16 avril dernier, Al-Hayat, le quotidien saoudien de référence, tressait encore des éloges à la chaîne Al-Jazeera et à son programme « AJ+ » (Al-Jazeera Plus), une plate-forme de vidéos d’information, lancée en 2015 à destination de la jeunesse arabe. Deux mois plus tard, un tel article est devenu parfaitement inimaginable tellement les médias des pays concernés se sont enrôlés sans la moindre hésitation dans une guerre de propagande de très bas étage. Son auteur risquerait même de graves sanctions pénales suite aux nouvelles dispositions qui, tant en Arabie qu’aux Émirats, sanctionnent lourdement toute position susceptible de passer pour un soutien à Doha. À tel point que les supporters du F.C. Barcelone aux Émirats craignent aujourd’hui d’enfiler en public le maillot de leur équipe fétiche dont le principal sponsor est, comme on sait, la compagnie Qatar Airways !

La nouvelle a été officiellement démentie mais cela n’ôte rien au fait que les médias des pays concernés se livrent, toute honte bue, à une guerre de propagande assez médiocre. Dans la mesure où la création d’Al-Jazeera répondait, entre autres objectifs, au désir de se doter d’une sorte de bouclier médiatique contre d’éventuelles intrusions de la part de ses puissants voisins, il n’est pas étonnant qu’on assiste sur la scène médiatique « à la poursuite de la guerre par d’autres moyens » pour reprendre une formule qui a déjà beaucoup servi. Pour autant, il ne faut pas inverser les données et on ne saurait affirmer que le nœud de la crise réside précisément dans la volonté de mettre un terme au pouvoir de nuisance d’une chaîne qui n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était depuis qu’elle est devenue, de manière trop visible, un simple relais des interventions qataries dans l’espace arabe (plusieurs chroniques sur cette question sur ce blog, la dernière en date ici).

La chronologie d’un certain nombre d’événements n’en est pas moins instructive sur le fait que l’empire médiatique du Qatar – et non pas sa seule chaîne d’information – est aujourd’hui la cible privilégiée des attaques de ses voisins. Ainsi, quelques heures seulement après le début du blocus, l’Arabie saoudite fermait sur son territoire les bureaux d’Al-Jazeera. Celle-ci, trois jours plus tard, se plaignait d’« attaques informatiques répétées » contre ses sites et ses comptes sur les réseaux sociaux, une plainte qui est loin d’être anodine lorsqu’on se souvient que toute la crise a été déclenchée par un discours de l’émir du Qatar diffusé par la chaîne nationale qatarie (et non Al-Jazeera, qui est une société privée), propos officiellement démentis par la suite et mis sur le compte d’une cyber-attaque d’une « entité inconnue ».

Après les Saoudiens, Al-Jazeera a connu la même infortune avec les Émiriens, suivis par les Jordaniens, sans beaucoup d’enthousiasme. Pour les Égyptiens, il n’en était nul besoin puisque les bureaux de la chaîne qatarie, dans ce pays qui a vu, en 2011, la création d’Al-Jazeera Mubasher Egypt (Al-Jazeera Egypt Live), sont fermés depuis 2013, trois journalistes de la chaîne ayant par ailleurs été condamnés à trois ans de prison ferme pour avoir travaillé « sans autorisation »). Plus surprenant, les Israéliens ont pris le train en marche (le 14 juin), certains de leurs dirigeants trouvant que le moment était bien trouvé pour priver les Palestiniens de cette voix que le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liberman, avec ce sens des nuances qui le caractérise, comparait à la pire propagande nazie ou stalinienne (article en arabe). Pour toute réponse, le responsable du bureau d’Al-Jazeera en Palestine a rappelé que la chaîne qatarie était la seule à donner régulièrement la parole sur son antenne à des officiels israéliens. Mais précisément, en cette période où tout va très vite – à tel point que l’impétueux Muhammed Ben Salman est tout récemment devenu le dauphin officiel, après avoir évincé son oncle – cette manière de pactiser avec la puissance ennemie par excellence est désormais également l’apanage des Saoudiens. On a ainsi beaucoup commenté au Moyen-Orient l’interview, sans aucun doute donnée en toute connaissance de cause, par un expert saoudien, via Skype, à une chaîne israélienne. C’était le 7 juin, deux jours après le début de la crise…

Les malheurs d’Al-Jazeera ne s’arrêtent pas là puisque, deux jours plus tard, une directive officielle interdisait la diffusion de la célèbre chaîne d’information dans les hôtels d’Arabie saoudite et du Bahreïn. De leur côté, les Émiriens s’en prenaient à la chaîne sportive beIN dont les abonnements n’étaient plus disponibles à la vente pour le public local (une question sur laquelle je reviendrai dans le prochain billet). Enfin, entre autres péripéties du même genre, on signalait il y a quelques jours encore que le compte Twitter d’Al-Jazeera avait été mystérieusement suspendu. L’agence Associated Press, qu’on ne peut pas soupçonner d’être particulièrement hostile à l’Arabie saoudite, signalait malgré tout perfidement dans son papier qu’un des principaux actionnaires de la micro-messagerie est le célébrissime prince Al-Walid bin Talal (voir ce billet de décembre 2001).

Le tableau ne serait pas complet si l’on ne mentionnait pas un ultime élément qui concerne les employés d’Al-Jazeera de nationalité saoudienne, émirienne, égyptienne ou jordanienne… En principe, rien ne les oblige à quitter le Qatar qui, pour le moment du moins, n’a pas fait le choix de la réciprocité vis-à-vis des ressortissants originaires des pays qui ont rompu leurs relations. Mais dans la pratique, compte-tenu du boycott auquel participent les autorités de leur pays, la situation de ces résidents étrangers au Qatar est intenable. Un souci de plus pour la chaîne qatarie qui voit ainsi partir des professionnels, dans certains cas très célèbres, tel le présentateur saoudien Ali al-Dhafiri (علي الظفيري). Tout en souhaitant bonne chance à ses anciens collègues avec lesquels il a travaillé treize années durant, celui-ci vient de démissionner « par obéissance à Dieu et aux dirigeants, que Dieu les garde » (طاعةً لله وولاة الأمر حفظهم الله), une formule qui peut laisser entendre bien des choses…