Le feuilleton égyptien (2/2) : le prédicateur, vedette de ramadan

كضئمضىض

Alors que leur préparation s’est entièrement déroulée dans une Egypte dont on disait qu’elle souffrait le martyre sous la rigueur despotique des Frères musulmans, les feuilletons de ramadan de cette année tranchent avec toutes les saisons passées, précisément par la manière dont sont présentées les questions religieuses. L’an passé, juste après l’élection de Mohammed Morsi, la critique (article du site Al-arabiya, en arabe, comme les références qui suivent) avait noté une grosse présence dans les séries de ramadan des barbes fournies et des très modestes hijab. Le public avait également eu droit à plusieurs biopics religieux du type Omar (ibn al-Khattab, le troisième calife : voir cette série de billets en juillet 2012). Malgré leur évidente pureté morale, ils avaient suscité les critiques des plus rigoristes, opposés à la représentation des figures saintes de l’islam. Rien de tel pour les séries de ce ramadan, malgré une année entière passée sous la férule des Frères, providentiellement levée juste avant l’entrée dans le mois saint, grâce au réveil de l’armée : très peu de feuilletons religieux, à de rares exceptions près, tel Khaybar, une production qatarie à propos d’une des batailles des premiers musulmans contre les tribus juives qui vivaient à l’époque dans la Péninsule arabe.

En revanche, dès le printemps dernier les critiques avaient noté une très forte présence de barbus dans les séries de cette année. Mais des barbus d’un genre très particulier, à savoir ce qu’on appelle en arabe les « nouveaux prédicateurs » (الدعاة الجدد), les cheikhs médiatiques qui peuplent les petits écrans et parfois aussi les coulisses de la politique. A l’image, le thème n’est pas entièrement inédit. Comme on le signalait dans ce billet, le cinéma – notamment dans le célèbre Tuyûr al-dhalâm (طيور الظلام : Oiseaux de ténèbres, avec Adel Imam) en 1995 – avait déjà mis en scène des hommes prêchant une religion dont ils étaient fort loin de suivre tous les préceptes. Mais traité en feuilleton pour le petit écran, dans des séries qui ont un tel impact auprès du public, la chose est assez inédite, et d’autant plus remarquable qu’il ne s’agit pas d’un phénomène isolé.

Même en l’absence de quelques titres retardés ou repoussés pour des raisons diverses et variées (à commencer par Mawlanâ – Notre maître [spirituel] – photo promotionnelle en haut de cet article – tiré d’un roman à succès du journaliste et éditorialiste Ibrahim Issa passé tout près du Booker arabe (voir ce billet), l’homme de religion, dans toutes ses faiblesses humaines, est sans conteste possible la grande vedette de ramadan 2013.

Entre autres exemples, cet article du quotidien palestinien Al-Hayât al-jadîda évoque le phénomène en mentionnant différentes séries égyptiennes. Bashar mithla-kum (Un homme comme les autres), dont l’acteur principal, Amr Saad, explique dans cet article qu’il a choisi d’y figurer parce qu’il met en évidence les dangers d’une trop grande vénération, au sein des classes populaires notamment, pour les religieux. Même thématique pour Khalaf Allah, du nom d’un cheikh doté de pouvoirs médicaux qui lui permettent d’abuser des gens simples, ainsi que dans Al-Zawja al-thâniya (La seconde épouse), dans la veine classique du feuilleton rural, qui met en évidence les manigances du cheikh du coin, prêt à tout pour aider le vilain ‘umda (le maire) à épouser la belle qui ne l’aime pas! Dans Mawja hârra (Vague de chaleur) – déjà évoqué dans le précédent billet – et encore dans Nirân sadîqa (Tirs amis), un des gros succès de la saison, on découvre que les hommes de religion n’hésitaient pas à collaborer avec la police de Moubarak…

daiyyaCe traitement télévisuel de l’homme de religion, bien souvent présenté comme un charlatan sans scrupules (même si quelques œuvres prennent soin de présenter, en contre-point, des hommes de foi plus conformes à l’idéal), est bien entendu lourd d’arrière-pensées politiques. Pour s’en convaincre, il suffit de penser à Al-Dâ’iyya (Le Prédicateur), une des séries marquantes de la saison avec, dans le rôle principal l’acteur Hani Salama, qui fait sa première apparition au petit écran. Comme dans Mawlanâ, il s’agit de dénoncer, en retraçant les aventures de Youssef, un de ces « nouveaux prédicateurs » médiatiques à la fois cyniques et intéressés, le rôle néfaste des chaînes religieuses qui poussent comme des champignons dans l’espace télévisuel arabe (des exemples dans ce billet de septembre 2007).

Sans doute, la mise à l’ombre de Mohammed Morsi et de ses « fidèles » a-t-elle rendu les choses plus faciles, mais, une fois encore, bien des questions se posent en découvrant aujourd’hui toutes ces séries préparées depuis des mois sous la prétendue dictature des Frères musulmans. Visiblement, la « frérisation » de la culture – comprendre la main-mise de l’appareil politique des Frères musulmans – n’était pas telle qu’elle ait empêché la préparation de ces œuvres très critiques, c’est le moins qu’on puisse dire, des principes sur lesquels reposait la légitimité du pouvoir politique dont on prépare aujourd’hui le procès devant l’opinion.

Pour refermer ce billet sur une note différente, les lecteurs qui ont un peu de temps devant eux peuvent consacrer les huit minutes à venir à visionner ce court métrage d’Alaa Ismail, un jeune réalisateur égyptien qui propose, sous le titre En compagnie de l’accusé (حاضر مع المتهم ) le portrait d’un imam, à la fois profondément sincère et désespéré par l’image qu’a prise la religion dès lors qu’elle est exploitée par le politique. Une image plus complexe, et naturellement moins facile que celle que donnent les feuilletons, des tourments que suscite la raison politique à certains hommes de foi. On y suit un assez jeune imam, qui se rend à sa mosquée pour découvrir que personne ne s’intéresse plus à sa leçon religieuse, consacrée ce jour-là à l’injustice que le prophète de l’islam refusait plus que tout. Ebranlé, il finit par rejoindre des manifestants et soigne les blessés. On le retrouve ensuite sur le bord d’une voie rapide avec une pancarte pour dire que la religion n’est pas coupable de ce que l’on commet en son nom. Dans ses écrits, il dénonce l’utilisation de la religion par les hommes politiques, mais sa voix semble résonner dans le silence. Mais… (Plus de détails sur ce court-métrage dans cet article d’Al-Akhbar).