Pourquoi le “printemps” pouvait-il être arabe ? : vers une anthropologie du numérique dans la “région arabophone”

saoudievendetta

Le fait a fini par être accepté : le « numérique » est une donnée dont il faut tenir compte si l’on veut penser les mutations dont témoigne l’histoire actuelle du « monde arabe ». Mais toutes les idées reçues n’ont pas disparu pour autant. Beaucoup pensent ainsi que l’internet arabe est plus ou moins apparu avec les soulèvements populaires de l’année 2011. C’est une erreur bien entendu1. Ou bien encore, qu’il s’agit exclusivement d’un « phénomène forcément positif », au sens où il permettrait aux catégories les plus « avancées », les plus « ouvertes » des populations concernées, selon un scénario de rêve qui aurait pour titre « Le printemps arabe », d’accéder aux commandes politiques en éradiquant au passage les manifestations, plus ou moins majoritaires pourtant, d’un revival musulman susceptible d’inquiétantes radicalisations.

Bien entendu, la situation que connaissent aujourd’hui la plupart des sociétés arabes montre que les choses sont nettement plus compliquées. Même en laissant de côté toutes sortes d’autres facteurs, économiques ou géopolitiques, bien plus décisifs probablement, il est facile de se rendre compte combien la vision des réalités politiques a pu être déformée par les mirages cyberoptimistes. Dans le monde arabe comme ailleurs, le numérique, en tant qu’instrument d’information, de mobilisation et de passage à l’action, contribue peut-être à modifier les équilibres entre les forces en compétition dans l’arène politique. C’est néanmoins dans le moyen ou même le long terme que les représentations et les comportements qui accompagnent son développement produiront des effets réellement « disruptifs », capables en d’autres termes de créer des ruptures à la fois soudaines et structurelles par rapport aux systèmes sociaux hérités.

Pour être mieux perçues, les conséquences pour les sociétés arabes de leur entrée dans l’ère numérique doivent se débarrasser d’une autre idée reçue qui associe, intuitivement, les effets de ces techniques à un degré (supposé) de « développement humain ». Spontanément, on a tendance à s’imaginer que plus il y a de développement, sur les plans à la fois social et technique, plus les potentialités de changement sont grandes. D’ailleurs, c’est ainsi qu’ont été « expliqués » quelques-uns des renversements politiques récents dans la région, notamment en se fondant sur l’importance des taux de pénétration d’internet, ou de Facebook, ou de YouTube, en encore de Twitter, en Tunisie ou en Égypte, éventuellement en corrélation avec d’autres indicateurs socio-économiques et/ou démographiques. Pourtant, ces interprétations n’auraient pas dû convaincre dans un contexte régional où étaient réunis bien d’autres profils socio-techniques, ainsi que des destinées politiques très contrastées : le Bahreïn, le Yémen, le Maroc, la Libye, la Syrie… Mais surtout, on peut se demander s’il ne serait pas davantage stimulant de quitter cette pseudo-logique quantitative en postulant exactement l’inverse, à savoir que les effets d’une « acculturation numérique » sont en définitive moins liés à un seuil minimal technique qu’au contexte social où ces techniques sont introduites. Pour le dire autrement, c’est moins la seule existence d’un seuil technique qui importe que la présence d’une rupture dont l’importance est fonction de l’écart que provoque l’introduction des habitus numériques vis-à-vis des normes héritées.

Pourquoi le printemps a-t-il été « arabe » et non pas lithuanien, estonien, scandinave ou autre chose encore, davantage « probable » au regard de la présence du numérique dans ces sociétés ? Parce que les conséquences sociales et politiques de l’introduction du numérique ne sont pas le produit d’une simple logique arithmétique, résultat de la somme de différents indicateurs numériques, aussi sophistiqués soient-ils. Elles sont bien davantage le produit d’un contexte, dont la singularité historique explique le phénomène de « propagation » à une échelle régionale, en dépit de circonstances très différentes d’un Etat à un autre.

Se méfiant, à juste titre, des interprétations culturelles, générationnelles ou même confessionnelles qui ont cherché à expliquer l’étonnant embrasement du monde arabe à partir des événements tunisiens à la fin de l’année 2010, Gilbert Achkar fait partie de ceux qui veulent remettre l’accent sur les déterminations économiques, en tant que ressort des protestations populaires. Si l’on ne peut qu’être attentif aux analyses de celui qui a écrit, au sein d’un impressionnant déluge éditorial, ce qui pour moi demeure à ce jour le meilleur livre sur la question2, il reste qu’une l’explication par le seul biais de l’économie politique n’offre pas de réponse à la question du timing de ce que l’on a appelé le « printemps arabe ». Même si l’on suit l’auteur de Le peuple veut ! dans son postulat d’une « économie politique commune » à l’ensemble de « la région arabophone » – sur ces deux expressions, voir l’entretien qu’il a donné à la revue Contretemps –, sa lecture ne permet pas de comprendre pourquoi les soulèvements arabes se sont produits précisément à ce moment-là, et encore moins comment ils ont pu se propager de la sorte dans l’ensemble de la région, en dépit de la variété des situations au sein des différents États patrimoniaux et rentiers. Une double question à laquelle une anthropologie politique du Web arabe permet à mon sens d’apporter des réponses, en postulant que le numérique produit ses effets dans l’ensemble d’une région qui partage des caractéristiques historiques et culturelles communes.

Le « printemps » a été « arabe », c’est à dire présent, sous une forme ou une autre, dans l’ensemble de la région, et il l’a été à ce moment-là, en d’autres termes dans une succession de situations que l’on peut réunir, à la suite de Gilbert Achkar, sous un singulier (« le soulèvement arabe »), parce que le contexte régional, issu d’une économie politique commune, a été « travaillé » par les effets disruptifs, spécifiques à la région là encore, du numérique arabe.

 

  1. Pour la « pré-histoire » de ces mobilisations numériques arabes, voir notamment les premiers chapitres de mon livre, Arabités numériques, le printemps du Web arabe, Sindbad Actes Sud, 2012. []
  2. Gilbert Achkar, Le peuple veut. Une exploration radicale du soulèvement arabe, Sindbad Actes Sud, 2013. []

Arabités numériques (1/2) : Facebook et les virtualités d’un nouveau monde arabe


« Printemps arabe » ? « Hiver islamiste » ? Au-delà des interrogations immédiates qui ne sont que péripéties – sauf, hélas, pour ceux qui sont pris dans la tourmente de l’Histoire en Syrie par exemple –, il devrait être clair pour tout le monde désormais que le monde arabe ne sera jamais plus comme avant. Il faudra le temps qu’il faudra pour que de nouveaux équilibres soient trouvés mais le retour à l’ordre initial est tout simplement impossible. Une nouvelle configuration régionale est en train de voir le jour, résultat d’une conjonction complexe de facteurs –, démographiques, économiques, géopolitiques, sociaux, culturels – facteurs auxquels est venu s’ajouter le numérique. En quelque sorte, comme on dit en arabe, « la paille qui a brisé le dos du chameau » (القشة التي قصمت ظهر البعير).

Il y a un peu plus d’un siècle, l’entrée en scène (dans la région) de l’imprimé a joué un rôle crucial dans la modernisation des sociétés arabes en rendant possible la diffusion de nouvelles conceptions, notamment politiques, mais plus encore en contribuant à la création de ce que Benedict Anderson a appelé les « communautés imaginées » (imagined communities), ces nouvelles manières de vivre le lien social à partir desquelles se diffusent les idées nationalistes. De la même façon, le développement des réseaux sociaux et plus largement celui des communications de l’âge numérique se sont ajoutés aux éléments de tension et, comme la goutte qui fait déborder le vase, ont provoqué une suite de réactions en chaîne dont on n’a pas encore vu la fin (quasi absente des médias français, la Jordanie, sur la frontière sud de la Syrie, paraît au bord de la tourmente)…

Si un lien pour ainsi dire direct peut être établi entre l’essor de l’imprimé arabe et la création de ce que l’on a pris l’habitude d’appeler le « monde arabe », l’actuelle « révolution de la communication » ne contribue-t-elle pas à son tour à une nouvelle configuration régionale ? Des éléments de réponse apparaissent dans la carte imaginée par Mia Newman, une jeune chercheuse californienne. Développée par un studio spécialisé, elle permet de visualiser, de manière interactive, les « liens d’amitié » établis par les utilisateurs de Facebook. Quel monde arabe dessinent les flux numériques des quelque 60 millions d’utilisateurs dans la région (une personne sur six) du tentaculaire réseau numérique global ?

Il est malheureusement impossible de le visualiser en tant que tel à partir des catégories de navigation qui sont proposées car cet instrument passionnant (voir ici) fonctionne par pays, lesquels ne peuvent pas être regroupés par l’utilisateur lambda en ensembles régionaux du type « monde arabe ». Néanmoins, certaines caractéristiques des actuelles arabités sont facilement visibles, ne serait-ce que par contraste. On voit très bien apparaître ainsi les classiques sous-groupes régionaux au sein de la sphère arabe, qui réunissent l’essentiel des pays autour de trois familles au Maghreb, dans les pays du Proche et Moyen-Orient, et dans ceux de la Péninsule. Dans les captures d’écran ci-dessous (cliquez pour agrandir), la parenté des « silhouettes » marocaine et tunisienne est évidente par rapport aux configuration jordanienne et libanaise, elles-mêmes différentes de la saoudienne et de la qatarie.





Dans le réseau des circulations régionales, la place centrale de l’Egypte (voir ci-dessous) est manifeste. Pivot traditionnel entre les flux « africains » (en vert) et « asiatiques » (en orangé), ses relations sont particulièrement fortes avec la Tunisie. La Libye – pays de révolution, certes, mais bien plus conventionnelle que numérique, n’y apparaît pas, alors que le Maroc, plus éloigné géographiquement, est un peu plus présent que l’Algérie… On voit aussi que les réseaux égyptiens communiquent beaucoup avec la Péninsule arabe et certains pays moyen-orientaux, mais beaucoup moins avec d’autres (la Syrie et l’Irak par exemple).

La variable linguistique est intéressante également. La « schize » qatarie, partagée entre des réseaux arabophones à l’ouest et d’autres polarités asiatiques est confirmée de manière particulièrement parlante (voir ci-dessous).

A l’inverse, des solidarités moins attendues apparaissent (voir ci-dessous) : comme le résume le site Woosh.ma, « le premier ami du Maroc sur Facebook c’est l’Algérie ! »  La Tunisie est elle aussi présente sur le radar des réseaux sociaux : en dépit de l’absence de tout progrès politique et même économique, le grand Maghreb numérique est visiblement en chantier, et il faudra bien que ces « virtualités » trouvent un jour leur concrétisation !

Bien d’autres explorations restent à faire, et bien d’autres nouvelles frontières vont se dessiner, ou s’effacer. A ce titre, la comparaison des “amitiés numériques” palestiniennes et israéliennes, qu’on imagine a priori très différentes, est en fait assez éclairante (voir ci-dessous) : absents ou presque de l’espace politique israélien, les “Palestiniens de l’intérieur” (les Palestiniens de 48, les Arabes israéliens, etc.) retrouvent toute leur présence  dans la visualisation des amitiés numériques d’un Israël très ami avec les Territoires occupés mais aussi avec l’Egypte ou la Jordanie ! Une réalité virtuelle que finira bien par se traduire un jour sur le terrain.