Comique troupier : la révolution syrienne et ses vedettes

Avant d’être un genre à part entière, tremplin pour des stars en puissance de l’envergure d’un Fernandel, le comique troupier désigne tout simplement l’artiste comique se produisant devant les troupes. La définition s’applique assez bien à la prestation de Bernard-Henri Lévy paradant sur la Croisette devant quelques vétérans en uniforme de la « campagne de Libye », sans oublier, clou du spectacle, deux authentiques révolutionnaires syriens, exfiltrés de leur pays au prix de tous les dangers et exhibés devant les caméras sous un camouflage ridicule associant lunettes fumées et drapeau du soulèvement syrien. Evoquant l’événement sur le site de La règle du jeu, revue dont BHL est le rédacteur en chef, Laurent David Samama commence ainsi son article :

« Cannes 2012. Un peu avant la montée des marches, libyens, syriens1 et autres résistants acharnés de la démocratie se retrouvent dans les arrières salons (sic) de l’hôtel Majestic. Les regards sont lourds. La conversation est franche, l’ambiance est à la camaraderie mais le contexte de la venue des participants est compliqué. »

La scène est campée, au Majestic, certes, mais seulement dans les « arrière-salons » ! L’heure est grave… Cela se poursuit un peu plus loin ainsi :

« J’écoutais les voix les plus critiques jusqu’à ce que je foule à mon tour le tapis rouge et vive le tumulte [souligné par l’auteur]. Là on mesure la portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste et interventionniste qui se concrétise. Des centaines de photographes, de cameramen, journalistes et spectateurs appellent, interpellent,  demandent dans un incroyable brouhaha de se retourner et de leur expliquer la raison de votre venue. Des milliers d’objectifs vous fixent, la montée des marches est retransmise en direct à la télévision et, alors que la cohorte progresse jusqu’à la salle de projection. De New York à Tunis, de Téhéran à Tel-Aviv, le monde entier vous regarde. Il serait bête de ne pas profiter de l’aubaine pour médiatiser le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes. »

La « portée d’un mouvement de pensée existentialiste, droit-de-l’hommiste [ !] et interventionniste »… Ciel ! Retenons la dernière phrase : « le combat contre Bachar al-Assad et les islamistes ». Publiée dans la revue qu’il dirige, on peut penser que ce texte est fidèle à la pensée du maître qui, par ailleurs, a expliqué en long et en large dans son film – c’est le thème du Serment de Tobrouk – combien l’Histoire lui doit pour cette « ingérence réussie ».

Bousculant les règles avec une conférence de presse avant la projection et non pas après comme le veut la coutume (c’était peut-être mieux ainsi aux dires des premières critiques), ce show organisé sur la Croisette, avec figurants encagoulés, avait pour objectif majeur d’associer deux révolutions arabes dans une même nécessité, celle de l’intervention armée. Dans le cas syrien, il s’agit, selon BHL, de lutter « contre Bachar et les islamistes ».

L’association est difficile à saisir : on ne fera pas l’injure à BHL et à son équipe de penser qu’ils ignorent que le régime syrien justifie ses pires exactions au nom de la lutte contre le fanatisme musulman, en l’occurrence sunnite. Proposent-ils une intervention armée à la fois contre le pouvoir et contre les groupes armés extrémistes qui, aux dires même de l’ONU, sont désormais présents dans les rangs de la révolte syrienne ? Au regard de ses antécédents, on espère que BHL ne passera pas une fois de plus par dessus la tête du ministre concerné pour déclencher la foudre guerrière car ce serait une inflexion majeure de la diplomatie française ! Le plus probable, malheureusement, c’est qu’en associant islamistes et Bachar al-Assad l’échotier de La règle du jeu écrit rigoureusement n’importe quoi. Des chiffons rouges agités pour amuser la galerie et « justifer » les analyses géostratégiques de l’ancien « nouveau philosophe ».

Les opposants syriens, ceux de toujours et qui souffrent avec leur pays, avaient raison il y a quelques mois de cela de supplier BHL de leur épargner son soutien ! Car pour faire bonne mesure, le philosophe suprême – selon une dépêche AFP que l’on trouve en arabe sur le site Elaph  par exemple – a déployé tout son sens politique pour expliquer que le destin des Libyens ne pouvait se comparer dans l’histoire qu’à celui du mouvement sioniste en Israël !

Dans le monde arabe aussi, les « vedettes » disent leur mot sur la révolution syrienne. Entre stratégie de réconciliation après des années de compromission avec le pouvoir et engagement sincère, les soulèvements arabes leur donnent l’occasion de se manifester comme jamais (alors que les « intellectuels légitimes » sont, dans plus d’un cas, étrangement muets, ou terriblement mal à l’aise).

Mawazine, le méga-festival marocain, a ainsi été l’occasion de déclarations publiques un peu embarrassantes pour les organisateurs qui n’avaient pas prévu que la scène musicale servirait de tribune à des déclarations assez peu diplomatiques. Déjà remarquée pour ses positions, la syrienne Asalah a confirmé son engagement en dédiant une chanson « aux courageux révolutionnaires qui défendent notre liberté ». Elle n’a pas précisé, mais le message est sans ambiguïté. Et les voisins – sans précision là non plus – n’ont pas été épargné : « on ne jette pas de pierres quand on habite une maison de verre ! » (Vexés, les journalistes libanais sont sortis, on se demande bien pourquoi !)

Mais c’est tout de même le Libanais Fadl Shaker qui a assuré l’essentiel du spectacle. D’origine palestinienne mais né à Saïda dans un milieu très populaire, celui qu’on connaissait comme un crooner a surpris tout le monde il y a quelques semaines en mettant sa renommée au service d’un certain Ahmad al-Asir (billet par Romain Caillet dans les Carnets de l’Ifpo), cheikh originaire de la même ville du Sud-Liban désormais résolument engagé dans un soutien à la révolte syrienne qu’on qualifiera d’« énergique » (avec les traductions concrètes de ce terme sur la scène locale comme on a pu le voir dans le nord du pays en particulier).

A Casablanca, Fadl Shaker a profité de son tour de chant pour agonir d’injures le président syrien (Que Dieu le détruise ! Qu’il l’emporte en enfer !), en demandant aux spectateurs de soutenir ces invocations à grand renforts de Amen ! (Oui, ça se dit pareil en arabe !) En guise de confirmation de cette conversion à la juste voie des croyants, Fadl Shaker – dans la grande tradition locale des artistes repentis – a annoncé sur Al-Rahma, une télé (très) religieuse, qu’il renonçait désormais à la chansonnette pour se consacrer au seul chant religieux…

« Contre Bashar al-Assad et les islamistes » dit-on à La règle du jeu, alors que Fadl Shaker, le néo-converti de choc soutient la révolution en Syrie ? Cela devient de plus en plus difficile à comprendre, Monsieur Lévy…

La photo signalée dans le commentaire de Sosso !
  1. Sans majuscule, ce sont juste des adjectifs, comme des adjuvants au grand show « béhachellien »! []

Asalah : une authentique révolte ?

Dans quelques jours, la chanteuse syrienne Asalah (أصالة نصري) devrait sortir son nouveau clip, Ah si seulement cette chaise parlait… (آه لو هالكرسي بيحكي ). Sous ce titre en apparence innocent, une des plus grandes figures de la chanson populaire prend clairement position en faveur de ceux qu’elle nomme les « révolutionnaires syriens ».

Aujourd’hui installée au Caire, la chanteuse domine la scène artistique depuis le début des années 1990. Fille d’un chanteur célèbre tragiquement disparu dans un accident de voiture, son histoire familiale, lorsqu’elle a dû s’occuper de ses jeunes frères et sœurs, puis sa vie sentimentale, avec notamment son remariage après sa rupture avec un premier mari scandaleusement trop volage, ont accompagné une très brillante carrière internationale, en particulier dans les pays du Golfe.

Alors que le régime syrien s’efforce de mobiliser autour de lui les « voix » chères au public local, la défection de Queen Asalah, surnom que reprend son site, est une mauvaise nouvelle de plus pour la communication du pouvoir . Elle vient en effet d’une chanteuse étroitement associée jusqu’alors au discours officiel. Que Dieu te garde, Assad ! ( حماك الله يا أسد), chanson lancée à la gloire du père de l’actuel président, est un tube que les partisans du fils ont gardé l’habitude de diffuser avec force décibels lors de leurs manifestations de soutien au régime.

Coïncidant avec la fin de ramadan, la sortie imminente du clip a été présentée par la chanteuse comme « un vœu de fête à l’intention des révolutionnaires ». Et cette fois, il ne s’agit pas des rebelles libyens, comme lors de précédentes déclarations il y a quelques semaines en présence de blessés soignés dans les hôpitaux du Caire, mais bien de ses propres concitoyens auxquels font allusion les paroles de la fameuse chanson encore inédite (texte arabe ici) : les héros du peuple y font entendre leur colère, après avoir longtemps gardé le silence malgré l’injustice, alors qu’ils disent maintenant qu’il ne servira à rien de s’entêter à vouloir rester… Trouve-toi quelqu’un qui accepte l’oppression, toi qui as oublié la dignité depuis longtemps !

Aucun nom n’est donné mais l’allusion est tout de même assez claire ! Surtout venant de la part d’une chanteuse qui a déjà signifié dans une lettre ouverte qui avait fait grand bruit au milieu du mois de mai dernier qu’elle n’avait nullement l’intention, à la différence de nombre d’autres célébrités de son pays, de se prêter aux simulacres de manifestation (tamthiliyyât) de soutien au régime du président Al-Assad.

Alors que certains surnomment déjà Asalah « la chanteuse de la révolution », d’autres ont plus de mémoire et ne sont pas prêts à accepter un revirement dont ils doutent de l’authenticité (asâla en arabe, comme le prénom de la chanteuse). Ils n’ont pas oublié les paroles de quelques-unes de ses chansons, pas toujours très anciennes, telle Ton peuple est ton espoir prometteur (شعبك املك الواعد) : Ton peuple est le peuple de la voix unique. La blessure a été profonde , le leader a été choisi, ton Bachar-la-bonne-nouvelle, est le gardien de tes rêves, ô Damas ! (شعبك شعب الصوت الواحد، اشتد الجرح اختار القائد، بشّارك بالأمل الواعد، حارس أحلامك يا شام)

Comment interpréter un changement de ton aussi total de la part de la célèbre chanteuse syrienne ? Ses déclarations relèvent-elles du courage politique ou de l’opportunisme ? On notera tout de même que la communication n’est pas vraiment totalement laissée au hasard puisque la sortie prochaine de ce qui sera peut-être un tube révolutionnaire a été préparée sur internet par une mini-vidéo disponible sur YouTube (d’où a été tirée l’image en haut de cette page) et par la diffusion, sur différents sites, des paroles de la chanson pour l’heure encore inédite… Tout de même, et plus encore si elle est suivie d’autres, cette défection spectaculaire d’une personnalité aussi importante du monde du spectacle est un avertissement pour le régime. (En Égypte, la brutale conversion de vedettes en tout genres a été, il y a quelques mois, le signe certain de la chute imminente du pouvoir en place : voir ce précédent billet).

Mais surtout, l’observation de la scène publique tunisienne, égyptienne, libyenne (on pense au romancier Ibrahim Al-Koni en particulier) suscite le même constat. La marginalisation des élites intellectuelles « légitimes », écrivains, intellectuels… qui, naguère encore, avaient une réelle influence sur l’opinion, est toujours plus manifeste. Parallèlement, les prises de position de chanteurs et autres vedettes du spectacle n’ont jamais eu autant d’écho.

En Syrie, les déclarations tardives et souvent jugées maladroites d’un Adonis confirment cette tendance. Il n’est pas sûr que la nomination à la tête du Conseil national de transition du sociologue (exerçant en France) Burhan Ghalioun suffise à l’inverser…

Différents articles (en arabe) sur le sujet : أصالة لنظام الأسد: آه هالكرسي لو يحكيأصالة: دقّت ساعة الثورة؟  أصالة مع الثوارالليبيين .
Un site Facebook de soutien à la chanteuse et à son engagement et un clip assez rétro à la gloire du président Hafez Al-Assad, avec en fond sonore la voix d’Asalah, en suivant ce lien.