Les feuilletons, têtes de Turcs des médias saoudiens

Stars du feuilleton turc en tournée de promotion à Beyrouth (image publiée par Mazen Hayek sur son compte Twitter).

Comment faut-il interpréter cette image postée sur son compte Twitter (très occupé par les politiques français, à commencer par Macron et ses fidèles) par Mazen Hayek (مازن حايك), le porte-parole officiel de la MBC ? Ces « souvenirs des beaux jours du temps passé » comme il l’écrit font référence bien entendu aux grandes heures de la chaîne saoudienne (la première, mais pour combien de temps, au sein du paysage médiatique arabe), lorsqu’elle faisait le buzz en invitant fastueusement à Beyrouth quelques-unes des vedettes de ces feuilletons turcs suivis avec passion par les téléspectateurs du monde arabe. La nouvelle publication de cette image est donc un commentaire, pour le moins ambigu, de la récente décision saoudienne d’arrêter la diffusion de tout feuilleton turc sur ses antennes.

Inaugurée en 2004, cette passion arabe pour les feuilletons turcs doublés en syrien est devenu un véritable phénomène de société dans la région surtout à partir de 2008 (voir ce billet intitulé Passions turques : un truc de femmes). Un engouement qui n’a jamais cessé si on en croit des données – un peu floues – rappelées dans un article récent publié sur le site égyptien Raseef22 sous le titre « Le feuilleton turc : le soft power qui pénètre tous les foyers arabes ». Les séries turques y sont présentées comme un produit qui ne cesse de battre des records à l’exportation, en particulier dans le monde arabe. Présente dans près de 150 pays, l’industrie turque des médias fait de très bonnes affaires grâce à une demande qui a fait exploser les prix qui sont passés de 500 dollars l’épisode en 2007 à 50 000 pour les grosses machines telles que Le siècle magnifique (« Le harem du sultan » dans sa version arabisée, chroniquée ici).

Pour toutes sortes de raisons (évoquées dans les billets mis en lien), le marché arabe est un gros consommateur avec, en plus des innombrables rediffusions, une bonne quinzaine de séries diffusées par an, soit 15 % de la production annuelle turque environ. Des enquêtes auprès du public affirment que 75 % du public arabe, et tout particulièrement dans le Golfe, regardent au moins une production par an. Si l’on tient compte des produits dérivés en tout genres (voyages, vêtements, gadgets et même exportation de meubles vers les consommateurs saoudiens qui veulent se payer des salons « Alla Turca »…), les feuilletons constituent une mine d’or, tant pour les producteurs turcs que pour les chaînes arabes qui les diffusent, avec les recettes publicitaires qui les accompagnent…

Dans ces conditions, on a du mal à comprendre la décision de la chaîne MBC de se priver de cette manne en annonçant la « déprogrammation » brutale, au début du mois de mars, de toutes les séries made in Turkey, pour toutes ses filiales et sur l’ensemble du monde arabe. Les folliculaires du régime saoudien ont eu ainsi la difficile mission d’expliquer au public qui les adore que ces feuilletons sont en fait pétris de racisme ottoman anti-arabe (ce qui fait bien rire les mauvaises langues qui soulignent de leur côté que la défense de l’arabité n’émeut les Saoudiens que lorsqu’il s’agit de s’en prendre aux Iraniens ou au Turcs, alors qu’avec les Israéliens…)

Un peu gêné aux entournures sans doute, Mazen Hayek a « expliqué » de son côté  qu’une telle décision était en définitive un excellent coup de pouce pour l’industrie arabe du feuilleton, laquelle devrait profiter de ce vide imprévu pour placer ses propres produits. À des prix tout à fait intéressants puisque les coûts de production locaux sont très inférieurs à ceux qui sont pratiqués par les studios turcs (mais il oublie de préciser qu’ils sont aussi largement supérieurs, y compris pour les séries « de luxe », aux tarifs en rediffusion, y compris après doublage en arabe).

En bon petit soldat d’une chaîne qui l’emploie depuis plus d’une décennie, Mazen Hayek se garde bien dans ses commentaires de « mettre les points sur les i » comme il décrit son métier sur son compte Twitter. Il passe ainsi sous silence le fait que le boycott des séries turques est une très mauvaise nouvelle pour la chaîne qui l’emploie, la MBC, déjà mise à mal par une série de décisions récentes, à commencer par la mise à l’ombre de son patron Walid al-Ibrahim longuement entendu dans les salons du Ritz-Carlton de Riyadh dans le cadre des « enquêtes » pour des faits de corruption (voir ce billet).

Fragilisée par la défection de Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ) parti s’occuper de la concurrence, la MBC va certainement perdre beaucoup en se coupant de sa vache à lait turque. Un article publié sur le sujet par Zakia al-Dirani dans Al-Akhbar libanais avance des chiffres qui me paraissent un peu exagérés mais qui ont le mérite de mettre en évidence les enjeux financiers : entre 20 et 100 millions de pertes pour les finances de la MBC qui risque également de voir une bonne partie de son public (20 % peut-être) migrer vers la concurrence…

En effet, à l’heure où Nasser al-Qasabi (ناصر القصبي), la grande star du feuilleton saoudien (voir notamment ce billet ), annonce sa retraite prochaine, on ne voit pas ce qui pourrait, dans les programmes de la MBC, fidéliser les téléspectateurs saoudiens et arabes. Et fort logiquement ceux-ci vont aller chercher leurs séries favorites ailleurs. En l’occurrence, chez ceux qui sont aujourd’hui les ennemis jurés des Saoudiens, à savoir les patrons de la chaîne qatarie BeIN qui, depuis l’automne dernier, a ouvert un canal pour les feuilletons, notamment syriens !

Je me risque rarement à des prédictions dans ces chroniques mais, dans le cas présent, je ne serais pas autrement étonné que BeIN Drama, le canal qatari en question, élargisse très prochainement son offre à la production turque… À moins que celle-ci ne soit auparavant piratée de façon massive, doublée en arabe, sur YouTube… Dans l’un et l’autre cas, MbS et son équipe, en s’en prenant à ce qui a permis à la MBC de s’imposer comme la première chaîne généraliste de la région, auront une nouvelle fois démontré, après les épisodes remarquables de l’interminable mise en quarantaine du Qatar, de l’épouvantable guerre contre le Yémen et la minable séquestration ratée d’un Premier ministre libanais, qu’ils excellent au moins dans un domaine : l’art de se tirer une balle dans le pied !

Rien ne va plus en Arabie saoudite

Le Ritz Carlton de Riyadh (avec une offre à un peu moins de 1000 euros pour le Club Lounge en ce moment);

Trois mois après ses débuts, la « campagne contre la corruption » menée en Arabie saoudite est loin d’avoir livré tous ses secrets même si la première phase, aux dires du Procureur général chargé de l’affaire, est terminée. Beaucoup d’informations, souvent contradictoires, circulent dans la presse locale et internationale, et plus encore sur les réseaux sociaux. Pour s’en tenir aux propos officiels, il apparaît que, sur les 381 personnes « retenues » (dont 200 environ appartenant à la famille royale), 58 seulement sont encore à l’ombre (sans doute ailleurs qu’à l’hôtel qui doit reprendre ses activités normales en février).

La semaine dernière a été marquée par la libération de quelques gros poissons, en particulier trois grands noms des médias saoudiens, Al-Walid bin Talal bien entendu (الوليد ابن طلال : Rotana, Twitter, autrefois News Corporation de Robert Murdoch sans oublier l’étonnante aventure de la chaîne Al-Arab), mais également Walid al-Ibrahim (وليد الإبراهيم : MBC, la plus grosse chaîne du paysage audiovisuel arabe) et Salah Kamel (صلاح كامل : la chaîne ART). On ignore la nature exacte des « transactions » qui ont accompagné ces « libérations » (à géométrie variable selon les informations qui circulent). La seule chose à peu près certaine, c’est que le prince régent, MBS, a considérablement avancé dans un projet poursuivi depuis longtemps : assurer sa main-mise sur les médias saoudiens, tour de contrôle des médias de la région.

À côté des interrogations politiques qui entourent toutes ces grandes manœuvres, il convient de souligner les problèmes, très concrets, qui se posent aux professionnels chargés de faire tourner l’économie saoudienne. Si l’actuelle politique extérieure du Royaume apparaît à nombre d’observateurs aussi aventuriste qu’erratique (comme en témoigne l’actualité de ce qui se joue en ce moment même à Aden au sud du Yémen), le même constat, propre à décourager les investisseurs, peut être étendu aux autres secteurs d’activité comme en témoignent différentes affaires survenues dans l’univers des médias.

Il y a quelques semaines encore, Daoud al-Shiryan (داوود الشريان), le journaliste vedette de la MBC qui a quitté la chaîne après onze années de bons et loyaux services, faisait figure d‘homme clé dans la nouvelle configuration des médias du Royaume. Deux mois après sa nomination à la tête des médias officiels, en novembre dernier, on évoque déjà une démission prochaine « pour raison de santé ». Il avait déjà essuyé de sévères critiques après la nomination d’une journaliste, Rim al-Habib (ريم الحبيب), aux compétences discutées et surtout beaucoup trop « moderne » pour une partie de l’opinion. Les milieux conservateurs ont ainsi diffusé, sur les réseaux sociaux, des photos d’elle tête nue et fumant la chicha ! Horreur ! À peine nommée, la directrice exécutive du conglomérat des médias nationaux a dû démissionner. Mais le probable coup d’arrêt de la fulgurante promotion de Daoud al-Shiryân est surtout lié à une série de contrats beaucoup trop généreux pour lesquels ses adversaires parlent déjà de corruption. On lui reproche notamment d’avoir acheté à un prix parfaitement exorbitant les droits exclusifs de diffusion d’un feuilleton égyptien destiné à être programmé durant le prochain ramadan. Il s’agit de Mondes cachés (عوالم خفية), avec pour vedette l’inusable Adel Imam (عادل إمام), retenu en exclusivité pour la modique somme de sept millions de dollars, plus du double des trois millions ordinairement négociés pour ce type de contrat.

Une autre affaire est venue dans le même temps renforcer l’impression, chez nombre d’observateurs, que la gestion des entreprises médiatiques saoudiennes manque singulièrement de sérieux. Dans un précédent billet, j’avais évoqué le fait qu’Ahlam, une chanteuse des Émirats, avait été écartée de The Voice, une des émissions « prestigieuses » de la chaîne MBC. Arrivant au moment même où le propriétaire de la chaîne venait d’être mis aux « arrêts de rigueur » , cette éviction avait été attribuée à un manque de ferveur patriotique de la part de la  vedette, mariée de surcroît à un Qatari, lesquels sont désormais les meilleurs frères ennemis des officiels d’Arabie saoudite et des Émirats ! On vient d’apprendre que sa remplaçante, la Koweïtienne Nawal, est à son tour remerciée pour que sa rivale retrouve son trône au sein du jury. Un retour en grâce préparé, diront les mauvaises langues, par le fait que ladite Ahlam a pris soin de démentir publiquement avoir subi le moindre ostracisme de la part des médias saoudiens. Pour faire bonne mesure, la star de la chanson dans le Golfe a également pris partie contre un humoriste libanais, Hicham Haddâd (هشام حداد), poursuivi en justice pour s’être moqué de l’intraitable MBS en direct (sur une chaîne libanaise, il faut le préciser). Un de ces crimes de lèse-majesté dont la tradition perdure dans la région.

Revenant sur cette affaire, Al-Akhbar évoque les différentes raisons qu’on a pu mettre en avant pour expliquer ce volte-face qui ne risque pas, là encore, d’inspirer confiance aux partenaires en affaires des Saoudiens : pour certains, le surprenant retour d’Ahlam sur le devant de la scène médiatique est dû à la toute récente libération du patron de la MBC, Walid al-Ibrahim. D’autres penchent pour une lecture plus politiquement tortueuse, la malheureuse Nawal ayant fait les frais de la brouille entre l’Arabie saoudite et les Koweïtiens, accusés depuis peu d’être trop complaisants à l’égard des Qataris. À mon sens, il faut surtout suivre ceux qui estiment que le véritable motif de ce coup de théâtre dans le petit monde des médias arabes réside dans les surcoûts entraînés par le remplacement de la vedette des Émirats par sa rivale koweïtienne : Talpa Middle East, la branche locale de la société qui gère ce méga-succès planétaire, n’a pas pour habitude de se plier aux caprices, fussent-ils royalement politiques, des sociétés avec lesquelles elle sous-traite son émission !

Quoi qu’il en soit, il apparaît de plus en plus que, dans les médias saoudiens comme dans les autres secteurs économiques du Royaume, « rien ne va plus » : à la fois parce que le marché aux bonnes affaires n’est plus ce qu’il était et, aussi, parce que, à présent que les paris ont été faits, tout le monde attend de voir sur quel numéro s’arrêtera la rou(lett)e de la fortune…

Choc et effroi dans les médias arabes (3/3) : le temps des « arrêts de rigueur »

 

Personne ne semble vouloir s’inquiéter outre mesure du fait que quelques-unes des plus grosses fortunes arabes sont retenues, pratiquement depuis un mois, dans un hôtel de luxe à Riyad. Il y a eu quelques libérations au compte-goutte et contre de très fortes compensations (1 milliard de dollars pour le prince Mutaib – ou encore Muteb) mais la majorité des « prévenus » (au moins deux cents, car il n’existe pas de liste officielle) reste de plus en plus à l’ombre puisque les fenêtres de leurs suites ont même été récemment obturées (d’après une information retwittée par Mujtahid) pour éviter de malheureux accidents dûs à ces longues vacances forcées.

En attendant, les grandes manœuvres médiatiques annoncées dans les billets précédents se précisent. Comme on pouvait s’y attendre, Dawood al-Shiryân (داوود الشريان ), le journaliste vedette de la chaîne saoudienne MBC, a quitté son ancien employeur (qui fait partie des personnes qu’on garde au frais) et s’est vu confier le conglomérat des médias officiels du Royaume, appelés à se renforcer (les médias, pas forcément le Royaume). Comme prévu également, la détention prolongée n’arrange pas les affaires d’al-Walid ben Talal (الوليد بن طلال ). Le prince milliardaire est toujours séquestré mais il a quand même déjà perdu pas mal d’argent avant même d’avoir payé sa rançon sa « transaction » puisqu’une bonne partie de ses actions ont sévérement chuté (celles dans le groupe Accor par exemple). Apparemment, il commence également à vendre, deux hôtels de luxe à Beyrouth, même si les raisons de cette décision ne sont pas encore très claires. Rotana, la société de production qu’il a créée en 1982, ne va pas très bien non plus, mais depuis pas mal d’années déjà. Toutefois, il se dit de plus en plus ouvertement depuis quelques jours qu’il n’en est plus tout à fait le propriétaire même si, officiellement, rien n’est fait. Comme il faut bien gérer les affaires en dépit de l’absence du boss, on lui a trouvé un remplaçant, un certain Turki Al Shaykh (تركي آل الشيخ : sans trait d’union après le « al », c’est beaucoup plus chic car ce n’est pas l’article mais signe d’appartenance à une grande famille). Cet ami proche du régent, le célèbre MbS dont il est une sorte de ministre sans portefeuille précis, veille sur les destinées du sport dans le Royaume. C’est également un « poète et ami de l’art ». À ce titre sans doute, il a composé récemment 3allim Qatar, une attaque en règle contre l’émirat du Qatar et son souverain, interprété par un all stars du Golfe (des interprètes sous contrat chez Rotana !) dont on a déjà parlé dans un billet de septembre dernier. Cet homme qui semble donc présider désormais aux destinées de Rotana est certainement bien placé pour une telle fonction où il pourra cultiver son goût pour les vedettes, puisqu’on a parlé il y a quelque temps (pas trop car les imprudents ont été sanctionnés) de son mariage secret avec une chanteuse à succès, l’Égyptienne Amal Maher (آمال ماهر).

Un autre dossier, tout aussi important pour les évolutions à venir dans le secteur des médias, est également à l’ordre du jour, celui de la publicité. Depuis la fin des années 1990, c’est une société libanaise, Choueiri Group, qui se taille la part du lion sur un marché qui brasse des milliards de dollars. À ce titre, outre le fait qu’elle fait de très bonnes affaires, elle joue au sein du système régional un rôle considérable, par sa connaissance des audiences réelles, et même par sa capacité à déterminer les projets, viables ou non en fonction des recettes de la pub. Lié à la chaîne libanaise LBC, héritière de la guerre civile libanaise et pionnière sur le marché arabe, le Choueiri Group a réussi au fil des années à signer des contrats d’exclusivité avec quelques-unes des chaînes les plus importantes : Al-Jazeera un temps, Dubai TV et surtout la MBC. Inévitablement, les graves problèmes que connaît cette dernière se répercutent sur la santé d’un groupe qui a déjà perdu des contrats importants en Égypte et qui subit, comme le reste de la profession, les conséquences du marasme économique régional sur les budgets publicitaires. Si l’on ajoute à cela que l’actuel homme fort des médias saoudiens, Dawood al-Shiryân, cultive une animosité toute spéciale à l’encontre des Libanais, suspects d’avoir outrageusement « tiré le lait » (comme on dit en arabe) des ressources du Golfe, on comprend combien les rois de la pub dans la région ont raison de se faire quelques soucis. D’ailleurs, selon un article remarquablement informé dans Al-Akhbar, on en est arrivé au stade où les plus hauts responsables de Choueiri Group, non seulement ne remettent plus les pieds en Arabie saoudite de peur de ne plus pouvoir quitter leur hôtel (tout le monde n’a pas les relations de Saad Hariri !), mais préfèrent également éviter pour l’instant de les mettre aux Émirats arabes unis dont la justice fonctionne en parfaite intelligence avec celle du Royaume voisin…

Encore quelques semaines de ce régime « aux arrêts de rigueur » et les affaires – déjà fort moyennes depuis que la crise avec le Qatar en juin dernier est venue s’ajouter à une conjoncture économique très médiocre – vont devenir carrément catastrophiques.

Pour les lecteurs qui ont eu la patience d’aller jusqu’au bout de ce billet, une vidéo de promotion du Choueiri Group :

Hatoon Kadi, une femme du « pays des hommes » dans les réseaux sociaux

kadi

Dans l’actualité déprimante du monde arabe, les informations qui ouvrent à quelque chose d’un peu moins sombre sont suffisamment rares pour être soulignées. Raison de plus pour s’intéresser à l’apparition, sur la scène publique du « pays des hommes », d’une humoriste, une femme donc.

Classée dans le peloton de tête des pays les plus consommateurs des nouveaux médias, l’Arabie saoudite connaît depuis 2010 un étonnant phénomène, celui de l’essor fulgurant, sur YouTube, d’une jeune génération d’acteurs, animateurs, comédiens qui, sur un mode inspiré de la stand-up comedy à l’américaine, se livrent à une critique moqueuse des travers de la société saoudienne. Il arrive que cette production se fasse le relais des grands débats de société, comme en témoigne le célèbre No Women No Drive, détournement par Hisham Fageeh d’un tube de Bob Marley au plus fort d’une campagne (infructueuse) pour le droit des femmes à conduire. Toutefois, jusqu’à présent en tout cas, les lignes rouges ne sont jamais dépassées. Rapidement intégrées dans les circuits commerciaux, avec de jeunes sociétés de production – la plus importante étant sans doute Uturn – qui s’efforcent d’exploiter ce nouveau segment du marché, les vedettes du YouTube illustrent certes l’impatience de la jeunesse locale, mais aussi la solide rigidité du système saoudien. A l’image des mobilisations de l’année 2011, il faut certainement se garder d’extrapoler trop vite à l’ensemble du corps social les images de « modernité » qu’offrent les réseaux sociaux locaux.

Signe, d’ailleurs, de ce décalage entre les différentes composantes du public, l’échec des différentes tentatives qui, depuis deux ans déjà, s’efforcent de faire migrer vers les studios télévisés les jeunes vedettes d’internet. Plusieurs formules ont été tentées, en direct ou non, et elles se sont toutes soldées par des déconvenues pour leurs producteurs. Lancées par la grande chaîne arabophone MBC durant le dernier mois de ramadan, des émissions comme Kalemten wu bass (Deux mots, c’est tout !) ou Dot.shebab (.jeunes) n’ont guère soulevé d’enthousiasme. Pour leurs animateurs, vedettes confirmées des réseaux sociaux, c’est parce que les producteurs ont écrasé la légèreté du format internet sous la machine télévisuelle. Ou encore parce qu’ils se sont contentés d’engager quelques têtes d’affiche, sans prendre en compte le fait que la réussite d’un produit en ligne tient à la composition d’une équipe.

On pourrait estimer également que les consommations audiovisuelles sont désormais bien distinctes : la téléphagie familiale n’intéresse plus les classes d’âge les plus jeunes qui, en Arabie saoudite comme ailleurs, délaissent le petit écran collectif pour l’intimité de leur ordinateur ou de leur smartphone. Au-delà de ce constat, on peut aussi imaginer que les sketches sur YouTube ont une économie narrative (rythme, connivence avec l’internaute, etc.) qui ne peut fonctionner à l’identique sur le support télévisé (même s’il y a des réussites dans le sens inverse, à savoir l’adoption de formats télé sur internet tels que la web-série Shankaboot par exemple).

La « vague de fond » des pratiques en ligne en Arabie saoudite a donc ses limites. Le souligner, cela ne revient pas à nier l’importance des mutations en profondeur qu’entraîne dans les sociétés du Golfe l’existence, de plus en plus manifeste, d’une « culture internet ». De ce point de vue, il faut souligner l’apparition, il y a plus d’un an, de Hatoon Kadi (هتون قاضي), une jeune femme qui s’est bâtie son « petit royaume » sur la scène médiatique saoudienne.

Blogueuse pour rire dans un premier temps, ses premières interventions dans lesquelles elle se moquait de ce qu’elle appelle la kawalana (la cool attitude) chez une partie des femmes de son pays a vite attiré l’attention des internautes. Rapidement, elle a su convaincre les jeunes dirigeants de la société de production Uturn qui l’ont fait apparaître sur leur canal YouTube dès l’été 2013 et l’ont aidée, en lui adjoignant toute une équipe de créatifs, à donner un tour plus professionnel à ses interventions sur les réseaux sociaux dans un programme intitulé Noun al-niswa (« F » comme femme). Cet été, la consécration est venue avec la prise en charge, au côté d’une autre vedette venue du YouTube saoudien, d’une émission durant ramadan sur la grande chaîne arabophone MBC.

Des femmes dans la vie publique saoudienne, ce n’est pas si fréquent mais cela existe. En politique rarement (une vice-ministre, à l’Education), dans le secteur économique parfois, et plus souvent dans l’univers de l’éducation et de la recherche, on observe ainsi quelques trajectoires professionnelles particulièrement brillantes. Mais presque inévitablement, il s’agit d’« héritières », des jeunes femmes dont le succès a été possible grâce à leurs très bonnes origines sociales. Dans les cercles artistiques, et plus encore lorsqu’il s’agit des arts du spectacle, le milieu familial est bien entendu tout aussi important. Haifaa al-Mansour (هيفاء المنصور), la réalisatrice du très célèbre Wadjda, née dans une famille d’intellectuels et d’artistes célèbres, est mariée à un diplomate nord-américain…

Rien de tel chez Hatoon Kadi, dont l’habitus, pour parler comme Bourdieu, est clairement petit-bourgeois modeste. La première vedette féminine des réseaux sociaux arabes récuse toute idée de transgression et affiche une rondeur toute familiale (voir photo ci-dessus). Interviewée, elle ne cache rien de sa vie ordinaire de mère de famille, en reconnaissant que ce n’est pas forcément très glamour. Le parcours de cette femme ordinaire mais néanmoins éduquée (elle poursuit une thèse en Grande-Bretagne sur l’utilisation des nouvelles techniques éducatives dans son pays), qui remet en question la modestie traditionnelle de la femme, surtout dans le Golfe, en rivalisant d’humour avec les meilleurs comiques de son pays permet de se rendre compte des évolutions en cours dans la société saoudienne (et il faudra bien qu’elles trouvent un jour une traduction politique).

Une femme, furieusement drôle, sur internet et à la télé : la chose va si peu de soi que les mots manquent pour le dire ! Evoquant Hatoon Kadi, le journaliste (pourtant ultra-libéral) Dawood al-Shiryân, l’a présentée – à la grande fureur de l’intéressée – en utilisant le mot fannâna (artiste), un terme déplacé, soit parce qu’il est trop vulgaire (« Je ne suis pas une danseuse orientale ! » s’est exclamée l’intéressée), soit parce qu’il ne correspond nullement à ses activités professionnelles en tant qu’humoriste, tout simplement.

« Hatoon Kadi, avec un « a » et sans l’article, c’est bien assez ! » comme elle le dit elle-même vers la fin de cette vidéo (malheureusement sans sous-titres). Juste une femme quoi !